Avertir le modérateur

06/01/2013

Bachar Al-Assad : «la nation est pour tous»

Alors que les premiers missiles Patriot sont déployés à la frontière turco-syrienne et que les combats meurtriés se Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,poursuivent sur le terrain, le Président Bachar Al-Assad, dans un discours prononcé à Damas devant une salle qui lui était acquise, a proposé «aux Syriens qui ont du vrai sang syrien dans les veines» l’organisation d’une conférence de réconciliation avec «ceux qui n’ont pas trahi la Syrie».

Lors de son intervention, retransmise à la Télévision syrienne, se posant en chef de la Nation,  il s’est adressé à ses concitoyens martelant «la nation est pour tous et nous devons tous la protéger».

Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,«Nous faisons face à une agression étrangère», «le conflit est entre le pays et ses ennemis, entre le peuple et les criminels assassins», a-t-il expliqué, ajoutant : «nous ne sortirons pas de cette crise sans une mobilisation totale de la nation». Il a par ailleurs indiqué que des tentatives de «partition de la Syrie» pesaient sur le Pays.

Au-delà de cet appel aux accents mobilisateurs pour défendre la Nation menacée par des forces au service d’intérêts étrangers, Bachar al-Assad a tracé un plan de sortie de crise qui est destiné à se fondre dans une «Charte nationale» avant d'être soumise au Peuple syrien par voie référendaire.

Ce plan en 3 étapes conditionnelles, prévoit  d’abord  l’arrêt des opérations armées  et le retour de réfugiés, en échange de la fermeture par les pays étrangers du robinet à finance de la rébellion, de la mise en place d’un mécanisme de contrôle aux frontières et un droit de réplique en cas d’agression terroriste.  

Cette étape réalisée le plan aborde ensuite l’ouverture, sous l’égide du gouvernement actuel, d’une conférence Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,de dialogue national entre toutes les forces, la rédaction d’une Charte où seront inscrits la défense de la souveraineté syrienne, l’organisation d’un  referendum de validation par le Peuple de la charte et la formation d’un gouvernement ouvert à toutes les composantes de la société après l’organisation d’élections législatives.

Enfin le plan aborde les aspects de remise sur pied du pays. Savoir la formation d’un gouvernement selon la Constitution syrienne, la tenue d’une  conférence nationale de réconciliation visant une amnistie générale pour les personnes qui ont fait, en raison des évènements l’objet d’une détention, et enfin la mise en chantier de la reconstruction des infrastructures.  

Il est tout à fait clair que ce discours dans l’esprit correspond à la solution préconisée par l’allié russe de la Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,Syrie qui depuis le début de cette affaire a indiqué sa volonté de mettre en avant une solution syro-syrienne à la crise écartant toute ingérence étrangère, conformément aux entretiens de Genève !

La proposition du président, régulièrement élu de la Syrie, a d’abord un grand mérite celui d’exister et de proposer un arrêt des combats – rappelons que l’ONU considère que plus de 60000 personnes auraient déjà perdu la vie ces derniers 21 mois –.

Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,Il faut  voir ensuite  qu’elle propose un schéma de sortie de crise et de retour à la normale parfaitement cohérent du point de vue de la souveraineté nationale syrienne, en prenant soin de ne pas évoquer les sujets qui fâchent.

En réalité « le » sujet qui aurait annihilé toute possibilité d’engager le processus de sortie de crise, savoir le rôle passé, présent et futur de Bachar El-Assad a été soigneusement évacué.

Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,Lakhdar Brahimi doit se féliciter de la tournure que prennent  les évènements car les navettes diplomatiques ont recommencé.

Ryad et le Caire, opposants ferme au régime syrien et partie prenante au conflit, appellent chacun de leur côté à une «issue pacifique» dont les bases doivent être discutées entre syriens.

Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,Mieux encore, une rencontre au Caire semble également arrêtée  en vue d’entretiens, en présence de l’émissaire de la Ligue arabe et de l’ONU,  entre le chef de la Diplomatie iranienne  et   les égyptiens.

Les pacifiques du monde entier ne peuvent que se réjouir du vent frais qui semble vouloir souffler sur le Moyen-Orient et pourtant certains continuent à se tenir en dehors du sens normal de l’histoire.

La «Coalition de l’opposition syrienne», bric à brac imaginé par la diplomatie française contre la volonté américaine et russe, plus ou moins sous influence salafiste, a fait connaître son rejet de la «solution politique» qui vient d’être mise sur la table par Bachar Al-Assad.

«Nous avons dit lors de la formation de la Coalition que Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,nous souhaitions une solution politique, mais l'objectif pour les Syriens est de le – Bachar Al Assad ndlr – sortir du pays et ils ont déjà perdu pour cela plus de 60.000 martyrs (...) ils n' - ont pas fait tous ces sacrifices pour permettre le maintien du régime tyrannique», a déclaré, Walid Al-Bunni, le porte-parole de la Coalition à l’appui de son rejet.

«Notre première condition pour eux – la famille Assad et les hauts responsables du régime, NDLR –  c'est qu'ils quittent le pays » a-t-il ajouté faisant écho au porte-parole adjoint Français du ministère des Affaires étrangères.

Vincent Floreani, a en effet donné la position de la diplomatie française, dirigée par Laurent Fabius, lequel Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,continue de s’en prendre, de façon totalement improductive, au Président syrien en affirmant que celui-ci «poursuit une répression toujours plus féroce contre son peuple et qui porte la responsabilité des 45.000 victimes de ce conflit, ne peut faire partie de la transition politique».

Cette position est également partagée par les Britanniques. L’homologue de Laurent Fabius,William Hague, a considéré que les propos de Bachar Al-Assad allaient «au-delà de l’hypocrisie».

Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,Parlant du Président syrien il a indiqué dans un message sur Twitter : «Il est responsable des morts, de la violence et de l'oppression qui engloutissent la Syrie et ses vaines promesses de réformes ne trompent personne».

Pour ceux qui connaissent un peu l’histoire de cette Bachar Al-Assad, Syrie, Laurent Fabius, William Hague, Rouyaume-Uni, France, Russie, Egypte, Iran, Arabie Saoudite, USA, Etats-Unis, Lakhdar Brahimi, Vincent Floreani, Ministère des Affaires étrangères, Walid Al-Bunni, Coalition de l'opposition syrienne, Ligue Arabe, ONU, Emissaire international de la ligue arabe et de l'ONU, Iran, Damas, Le Caire, Riad, Missile Patriot à la frontière tuco-syrienne, La nation est pour tous,région entre 1914 et 1947, où le  Royaume-Uni a été au cœur du découpage du Moyen-Orient,  cette saillie du chef de la  diplomatie britannique à propos de «vaines promesses» prend une saveur amère toute particulière.

Les Britanniques feraient bien de faire profil bas tant, au regard de l’histoire, ils sont disqualifiés pour décider de l’avenir de cette région.

 

 

29/12/2012

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif !

194294938lavrov.jpgAlors que la situation continue de se dégrader en Syrie, le ministre russe des affaires étrangères,Sergueï Lavrov, a déclaré «Nous sommes unanimes pour dire que les chances d’atteindre une solution politique existent toujours».

Cette déclaration intervient alors que se terminent ce samedi des entretiens avec l'émissaire international de l'Onu et de la Ligue arabe pour la paix en Syrie, Lakhdar Brahimi, qui était en visite à Moscou à la recherche de solutions.

Le chef de la diplomatie russe, n’a pas caché qu’en l’état il était impossible de convaincre Bachar Al-Assad de se retirer du pouvoir. Ce que les Etats-Unis et la cohorte des pays alliés, occidentaux et arabes, posent comme condition préalable à toute sortie du conflit.

4147575.jpgBachar Al-Assad « a dit à maintes reprises qu’il n’avait l’intention d’aller nulle part, qu’il resterait à son poste jusqu’au bout (...). Il n’est pas possible de changer cette position», a indiqué Sergueï Lavrov.

La Russie alliée de longue date du régime continue d’entretenir des relations étroites avec la Syrie, quand bien même ces derniers temps il a semblé qu’une certaine distance était en train de s’installer tout en insistant : «Placer le départ d'un président élu en pierre angulaire de tout dialogue est une violation de tous les accords obtenus».

Est-il dans la tradition politique de la France Républicaine de nous ingérer dans les affaires d’un pays souverain en décidant qui doit être ou ne pas être son président?

Une solution pourrait être acceptable pour le pouvoir en place. Celle-ci résiderait dans la mise en œuvre de l’accord international conclu à Genève en juin dont l’objectif vise  une solution politique au conflit.

C419271_l-emissaire-international-pour-la-syrie-lakhdar-brahimi-le-16-septembre-2012-avant-son-depart-de-damas.jpg’est visiblement à cette solution que s’accroche Lakhdar Brahimi lorsqu’il déclare : «S’il faut choisir entre l’enfer et une solution politique, nous devons tous travailler sans relâche en vue d’une solution politique».

Jeudi  dernier il a appelé, une fois de plus, à la création d'un gouvernement de transition ayant tous les pouvoirs en Syrie, avec l’organisation d'élections, «présidentielles» ou «parlementaires», selon les termes de l’accord négocié pour la sortie du conflit, insistant sur l’absolue nécessité pour le pays d’un changement  «réel».

Cet appel n’a pas été entendu par la diplomatie française qui maintient sa volonté de faire tomber le régime du président Assad, qui selon elle, « porte la responsabilité des 45.000 victimes de ce conflit » et « ne peut faire partie de la transition politique».

2100438_photo-1343111298583-1-0_640x280.jpgLaurent Fabius n’a-t-il pas dit le 16 décembre  dans une déclaration alambiquée à RFI-TV5-Le Monde : «Je pense que la fin se rapproche pour Monsieur Bachar al-Assad, vous avez vu, même si c'est controversé, que même les Russes l'envisagent».

La Russie qui, elle ne ménage pas ses efforts pour aboutir à mettre un terme à ce conflit, qui a fait au moins 45000 morts, a de son côté appelé à «des initiatives énergiques et déterminées pour faire cesser le bain de sang» en Syrie.

Cela paraît tout de même un peu plus responsable.

Dans le droit fil de ses initiatives Moscou a invité la Coalition de l’opposition syrienne à venir négocier en vue d’un règlement du conflit.

Cette dernière,  à la grande surprise de la Russie, a catégoriquement rejeté cette initiative. Moaz al-Khatib, le chef de la coalition est allé même jusqu’à réclamer à la Russie des excuses concernant sa position dans le conflit.

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif dit fort pertinemment la sagesse populaire. Il faut croire que le chef de la coalition, n’a plus soif. Qu’il est désaltéré du sang qui coule abondamment en Syrie  depuis près de 21 mois maintenant.

reuters.jpgLe conflit a fait  45.000 victimes que les Occidentaux et les Arabes veulent imputer au seul Bachar Al-Assad, sans prendre en compte la responsabilité des pétromonarchies Arabie-Saoudite et Qatar en tête, de la Turquie et des islamistes à la solde d’Al-Qaïda qui voient dans la chute du pouvoir syrien l’occasion de conforter leur propre pouvoir et hégémonie régionale.

L’après Assad risque bien d’être chaotique !

C’est probablement ce que veut dire entre les lignes l’émissaire international Lakhdar Brahimi lorsqu’il émet ce qui peut être considéré comme une mise en garde aux occidentaux : «De mon point de vue, le problème est qu’un changement de régime – en Syrie – n’aboutira pas obligatoirement à une régularisation de la situation» ajoutant que la situation en Syrie pourrait dériver vers une situation à la somalienne.

"Il faut éviter tout ce qui pourrait entraîner une déflagration régionale", a insisté M. Fabius dans son intervention du 16 décembre à RFI-TV5-Le Monde. Certes !

Mais concrètement  que fait-il pour faire avancer une  solution aménagée de l’accord de Genève qui permettrait de ne pas reconduire Bachar Al-Assad à la tête de la Syrie au terme de son actuel mandat et laisserait aux Syriens le soin de se déterminer souverainement ?

Est-ce si compliqué pour la France d’agir librement et souverainement en faisant une ouverture diplomatique en direction de la Russie avec qui, quoi qu’il arrive nous aurons, à traiter dans les années futures sur le continent africain et au Maghreb.

Notre alliance avec les USA, c’est bien connu, n’a qu’une limite, celle des intérêts américains. Cela a toujours été ainsi avec ce pays dont les politiciens n’ont au final au bout de leur viseur qu’une religion celle de la prospérité américaine.

C’est bien pourquoi la position de la France devrait être de revenir dans le jeu en Syrie, en adoptant une posture franco-française ouverte à la diplomatie Russe en soutien de l’action de Lakhdar Brahimi.

amérique,sergueï lavrov,syrie,qatar,arabie saoudite,russie,turquie,moyen-orient,lakhdar brahimi,laurent fabius,usa,maghreb,afrique,bachar al-assad,accords de genève,moaz al-khatib,coalition de l'opposition syrienne,rfi,tv5,le mondeLa politique de la France  n’est-elle pas toujours d’œuvrer partout pour la coopération entre les Peuples et la Paix dans le monde ? Nous avons là une bonne occasion d’en faire la démonstration.

Rappelons-nous bien l’Amérique a été partie prenante de tous les conflits mondiaux  des cent dernières années et qu’au Moyen Orient elle est mal placée pour organiser la Paix pour avoir pris la relève en pire de l’Angleterre.

Toujours en guerre ou en préparation de guerre, prétendant agir au nom de la liberté et des droits de gaza-930manif anti amérique.jpgl’homme elle s’est toujours arrangée pour que le feu et le sang ne touchent jamais son territoire mais celui des autres en étant toujours très attentive aux intérêts du complexe militaro-industriel sur lequel s’appuie sa puissance méphitique.

 

17/12/2012

Petroplus Petit-Couronne : L’appel au boycott de la Shell par les salariés de la raffinerie.

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015Le 24 janvier dernier,  après la mise en faillite  à la suite de la faillite de Petroplus propriétaire de la raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen en Haute-Normandie, celle avait été placée en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Rouen.

Durant toute la période écoulée depuis le placement en redressement judiciaire, le site a été géré par la société Petroplus Raffinage Petit-Couronne (PPRC) assisté d'un administrateur judiciaire.

Le 16 octobre dernier, la liquidation judiciaire de la raffinerie a été prononcée par les juges du Tribunal de Commerce de Rouen, tout en admettant un sursis de façon à laisser du temps à des investisseurs potentiels pour se positionner. 

La date limite fixée pour le dépôt d’une offre de reprise est le 5 février. Au-delà de cette date le site sera définitivement fermé.

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015En attendant la raffinerie, où travaillent 470 salariés, a fonctionné grâce à un contrat négocié  avec la Shell il y a 6 mois dont le terme était ce samedi 16 décembre. Une prolongation jusqu’au 7 janvier 2013 avait été obtenue par le Ministère Montebourg auprès de la Shell.

Cette prolongation a été jugée insuffisante par la direction locale, pour permettre une hypothétique reprise sans interruption de la production au cas où un nouvel investisseur se décidait.

De plus les niveaux de prix actuels du marché ne permettaient pas, selon la direction, une poursuite du contrat dans des conditions de rentabilité acceptables.

Dès lors les travaux de mise en arrêt du site ont été lancés.. «La direction a lancé les procédures d'arrêt qui commenceront jeudi et dureront une dizaine de jours, le temps de bien mettre en sécurité les installations», a précisé Yvon Scornet le porte-parole de l'Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC.

La délégation de l’intersyndicale conduite par Nicolas Vincent s’est rendue lundi au siège du groupe  à Colombes dans les Hauts-de-Seine pour obtenir des éclaircissements «avant le 28 décembre» à propos de l’arrêt progressif des activités tel qu’il a été décidé.  

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015N’ayant pas été reçu ni obtenu de rendez-vous avant le mois de janvier, l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) appelle les Français à boycotter les produits Shell, ancien propriétaire du site.

«On fait un appel au boycott national de Shell. Patrick Roméo, le président du groupe en France, a refusé de nous recevoir et n'a pas de date avant le mois de janvier » a déclaré à l’AFP Nicolas Vincent.

«Nous demandons donc à tous les citoyens de ne plus faire le plein d'essence, ni d'acheter d'huile de la marque Shell», a complété le syndicaliste.

Au-delà de cet appel au boycott, le blocage d'un stock de propane, propriété de la  Shell, implanté sur le site, a été organisé par les salariés qui espèrent voir un investisseur reprendre l’outil industriel et assurer la poursuite des activités du centre de raffinage et de stockage.

Cela dit les choses semblent  plutôt mal se présenter : «le propriétaire historique de la raffinerie se désengage de ses responsabilités sociales et environnementales» ont-ils indiqué parlant d’une évaluation d’un plan social et de dépollution, en cas de fermeture définitive, « évalué à 500 millions d’euros à la charge de la collectivité et des contribuables ».

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015Laurent Fabius qui a, depuis longtemps senti le vent, a déjà enregistré que le projet d’accord envisagé avec LIA – Libyan Investment Authority – ne se fera pas.

LIA avait d’ailleurs démenti les premières rumeurs d’accord sur le mode : le fond «ne consentira des investissements que dans des projets rentables au service des intérêts de la Libye».

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015Arnaud Montebourg peut continuer d’y croire, les Libyens sont dans le flou le plus total et joue le rapport de force.

Il faut que le projet soit rentable et au service des intérêts de la Libye ont-ils fait savoir aux français!.

Or précisément les conditions de prix sur le marché du raffinage ne permettent même pas une prolongation de 3 semaines d’activité avec garantie de ne pas perdre d’argent sur le site.

La bataille est engagée, gageons de plus que les autres pétroliers installés en France n’accepteront pas de voir s’installer une concurrence franco-libyenne  surtout avec le soutien des fonds publics du FSI – Front Stratégique d’Investissement – comme partenaire minoritaire.

On se souvient que dans une lettre publique, en date du 30 décembre 2011, Laurent Fabius, alors dans l’opposition, avait interpellé sur un ton dramatique le 1er ministre Fillon, afin d’être reçu pour évoquer «la situation gravissime» de la raffinerie de Petit-Couronne (*).

«Compte tenu de l’urgence, je vous demande de bien  vouloir me recevoir dès la semaine prochaine» avait insisté lourdement dans sa lettre Laurent Fabius, ajoutant que pour ce rendez-vous il souhaitait être accompagné de plusieurs de ses amis élus socialistes, Alain Levern le président de Région, Didier Marie celui du Conseil général de la Seine Maritime et Dominique Randon le Maire de Petit Couronne.

Chacun se demande aujourd’hui comment le Ministre des Affaires Etrangères et ses amis vont gérer le recul politique qu’ils seront contraints demain d’opérer.

Plus  grave encore que les contorsions auxquelles les édiles socialistes nous ont toujours habitués et auxquelles sans vergogne ils vont se livrer à nouveau ; c’est sur la question du coût social et environnemental qu’ils seront attendus.

Les 500 millions d’euros à la charge de la collectivité et des contribuables!

Faute d’avoir anticipé – les surcapacités européennes de raffinage étaient connues depuis longtemps – faute Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015d’avoir prévu une stratégie de repli – le site de Petit-Couronne est pollué et poreux donc très mal positionné pour une reprise, tout le monde le sait, Laurent Fabius le premier – les responsables régionaux fabiuso-socialistes vont mettre les Haut-Normands dans une grande difficulté.

Mais cela est une habitude courante en Haute-Normandie diront les habitués de la Région un peu fatalistes depuis que Laurent Fabius règne en maître sur le destin des hauts-normands.

Pétroplus, Shell, Raffinerie de Petit-Couronne, Tribunal de Commerce de Rouen, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Alain Levern, Didier Marie, Conseil Général de Seine Maritime, Conseil Régional de Haute-Normandie, Mairie de Petit-Couronne, Yvon Scornet, CGT, CFDT, CFE/CGC, Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC, Nicolas Vincent, Patrick Roméo Président Shelle France, AFP, LIA, Libyan Investment Authority, François Fillon, Dominique Randon, Rouen, Elections municipales 2014, Elections Régionales et territoriales 2015La même imprévoyance coupable avec le contournement de Rouen n’est-elle pas aussi à porter au débit de cette équipe et de son chef qui tiennent tous les pouvoirs locaux, municipaux départementaux et régionaux.

L’heure approche où ils devront, eux et leurs alliés verts et rouges devront rendre des comptes.   L’occasion leur en sera données lors des prochaines élections municipales en 2014 et régionales et Térritoriales en 2015.

(*) Voir billet : https://leblogpolitiquedebernardfrau.20minutes-blogs.fr/archive/2011/12/31/petroplus-fabius-fait-son-cinema.html

14/12/2012

Syrie : derrière l’écran de fumée, c’est parti pour négocier la reddition d'Assad!

Depuis plusieurs jours après avoir agité le chiffon rouge d’une possible utilisation, par l’armée de Bachar El Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Assad, d’armes chimiques, les USA dénoncent désormais l’utilisation de missiles et de bombes incendiaires. «Au moment où le régime est de plus en plus désespéré, nous le voyons avoir recours à des armes de plus en plus vicieuses», vient de déclarer la porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, relaye le propos et y va de sa sinistre chanson en appuyant toujours dans le même sens : «L'idée même que le régime syrien puisse lancer des missiles sur son propre peuple, à l'intérieur de ses frontières, est une escalade militaire stupéfiante, désespérée et totalement disproportionnée», explique-t-il comme pour nous expliquer qu’une intervention militaire des occidentaux est désormais nécessaire.

La réalité est sans aucun doute bien plus compliquée que veulent bien nous l’a décrire les organes de propagande américains.

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    D’abord il faut rappeler que la souffrance endurée par les civils syriens doit tout autant aux actions des troupes loyalistes qu’à celles de l’Armée Syrienne Libres et à celles des brigades islamistes djihadistes.

Un ancien étudiant syrien a déclaré récemment à Céline Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Lussato du Nouvel Observateur qui effectuait un reportage à Alep la prospère ville historique transformée en champ de ruines dévastées : «Les silos de grain de la ville ont été pillé par les rebelles et le contenu revendu pour acheter des armes».

Qui croire ? Assad, l’ASL, les djihadistes affiliés à Al-Qaïda, les Journalistes, les diplomates, les ministres ?

Ce mouvement de protestation, pacifique au départ, déclenché le 15 mars 2011 puis récupéré par les Frères Musulmans, qui ont vu là un moyen de fomenter une révolution pour renverser le régime, s’est désormais transformé en guerre civile meurtrière.

Une guerre civile, chacun le sait, est toujours une tragédie où ce sont les civils qui payent letribu le plus lourd à l’aveuglement des puissants. Le plus lourd, cela est indéniable !

En attestent les attentats suicides des rebelles Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    succédant ou précédant les opérations militaires des troupes loyalistes qui tuent indifféremment chrétiens syriens, druzes, allaouites, sunnites et civils.  En Syrie on compte désormais plus de 42 000 victimes et l’on peut penser que le bilan n’est pas clos.  

Mais dans le cas précis qui nous occupe, ce qui est également indéniable c’est que cette souffrance imposée au syriens, quoi qu’en disent les diplomates des grandes Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    puissances occidentales, est due en grande partie à l’obstination intéressée de la diplomatie étasunienne qui souhaite une victoire radicale par les armes contre le Régime de Bachar Al-Assad et ses proches, dans le but d’assurer la préservation des intérêts américains.  

Pour cela cette diplomatie est prête à toutes les tromperies et aux enfumages de toutes sortes! Hier les armes chimiques, aujourd’hui les Scuds et les bombes incendiaires.

Faut-il rappeler à cette Amérique si prompte à donner des leçons de morale universelle à toutes les nations du monde, qu’elle est la seule puissance à avoir osé balancer des bombes atomiques sur des civils qui pour certains portent encore dans leur chair les marques de cette abomination ?

Faut-il rappeler les avions US survolant le Viêt-Nam en y déversant leur cargaison de défoliants sur des populations civiles elles-aussi marquées à jamais?

Que reprochent à Bachar Al-Assad les Américains ? De pilonner, dans le cadre d’une guerre civile, une région, jusqu’à récemment aux mains de rebelles,  qui est Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    aujourd’hui passée, depuis la bataille qui a vu tomber la base 111, sous le contrôle du puissant groupement de jihadistes radicaux, affiliés à Al-Qaïda, du Front Al-Nosra que les Etats-Unis ont inscrit sur sa liste noire des organisations terroristes.

Cet enfumage est insupportable ! Oui Bachar Al-Assad est un dictateur aux méthodes que l’on réprouve ! Mais cela ne signifie pas que nous sommes des veaux à qui l’on peut faire avaler tout et n’importe quoi.

Oui il faut désormais que Bachar Al-Assad entende raison ! Des indices montrent d’ailleurs que les lignes sont en train de se déplacer!

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Le patron de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a rencontré, le 6 décembre à Dublin, son homologue américain Hillary Clinton ainsi que Lakhdar Brahimi l'émissaire international de l’ONU et de la Ligue arabe.

Une nouvelle rencontre toujours en présence de Lakhdar Brahimi s’est tenue à Genève entre Russes et Américains – les vice-ministres Mikhaël Bogdanov et William Burns–

A l’issue de cette dernière entrevue, il apparaît que Washington et Moscou se seraient mis d’accord pour une mission de  Lakhdar Brahimi auprès du président syrien.

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Charge à l'émissaire international de faire connaitre à celui-ci ce qui peut pourrait s’assimiler à une injonction de quitter le pouvoir dans «la dignité».

«Pour Moscou, Bachar peut rester président, mais sans compétence, et il ne pourrait pas se présenter à l'élection présidentielle de 2014, contrairement à ce que les Russes souhaitaient à Dublin», indique Georges Malbrunot, journaliste au Figaro citant une source proche des négociateurs.

C’est donc en réalité une nouvelle partie qui se joue désormais sur le front syrien.

Une déclaration du 6 décembre faite à la Douma – chambre basse du parlement russe – par Vladimir Vassiliev, le Président du groupe Russie Unie, parti présidentiel : «Nous avons partagé et partageons l'avis que le gouvernement actuel en Syrie doit assumer ses fonctions. Mais le temps a montré que cette tâche est au-dessus de ses forces» le montre très clairement.

Le fond de l’histoire en train de s’écrire est bien celui-là. Tout le reste n’est que pantalonnade en direction de l’opinion publique, pour organiser les pressions, justifier les sorties en bon ordre, dissimuler les tractations et les répartitions  honteuses sur le dos des populations …..

Les USA et la Russie sont maintenant à table pour tracer les lignes de force à partir desquelles vont se construire les équilibres de la Région et où va se jouer l’impact de l’Islam radical et son influence sur les populations syriennes et plus largement celles acquises au sunnisme «modéré» incarné par les Frères Musulmans soutenus par l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Tant pour la Russie que pour les USA l’Islam salafiste constitue une menace qu’il faut à tout prix empêcher de s’imposer.

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Les salafistes veulent un état islamique en Syrie pour ensuite donner du poids à leur lutte contre les Frères musulmans qu’ils jugent trop modérés, l’Occident. Ils constituent aussi une menace pour l’Egypte et  Israël et la Turquie alliés traditionnels des américains et pour l’Iran et les proches républiques musulmanes russes.

Les conditions sont donc réunies pour un accord entre les deux grandes puissances.

Les Américains, avec l’aide sur le terrain de leurs alliés Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    du Golfe persique et des sunnites « modérés » à qui sera sous-traité le maintien de l’ordre, finiront avec cet accord de compléter à leur avantage le cycle de renversement des « dictatures» irakienne, tunisienne, libyenne et égyptienne.

Les Russes vont gagner des garanties sur le maintien d’un statu quo aux frontières de la Russie et des pays situés dans sa sphère d’influence. La question de l’installation des missiles Patriot à la frontière turque sera âprement discutée.

La France dans tout cela est larguée, piétinée voire  même menacée par les USA au Mali et en Afrique en général.

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Désormais Laurent Fabius patauge faute d’un soutien européen suffisant et surtout faute de ne pas avoir fait le choix de lancer des ponts avec la Russie et la Chine sur ce dossier syrien. Est-ce totalement de sa faute ? Non !

Notre appartenance à l’Otan, l’inexistence d’une véritable diplomatie européenne capable de s’imposer face à une Amérique qui ne joue qu’en fonction de ses seuls intérêts capitalistiques et qui se moque comme d’une guigne de cette vieille Europe et de ces petits français qu’elle n’a jamais respectés, sont pour beaucoup dans ce naufrage diplomatique.

La France va désormais sortir complètement du jeu moyen-oriental alors que les petits valets américains, l’Angleterre et l’Allemagne, y sont encore pour grappiller quelques miettes et que la Turquie y revient après une longue absence consécutive à la chute de l’empire Ottoman il y a presque un siècle.

Le jeu toutefois n’est jamais définitivement fermé. Nous verrons bien, l’exemple de la Turquie est là pour nous le rappeler.

Syrie, Tunisie, Irak, Egypte, Libye, Bachar Al-Assad, Front Al-Nosra, Al-Qaïda, Mali, Afrique, Turquie, Hilary Clinton, Sergueï Lavrof, USA, Russie, Golfe Persique, Empire Ottoman, Qatar, Arabie Saoudite, Sunites, Druzes, Chrétiens, Allaouites, Alep, Damas, Figaro, Nouvel Observateur, Geogrges Malbrunot, Lakhdar Brahimi, Ligue arabe, Victoria Nuland, Frères Musulmans, ASL, Armée Syrienne Libre, Laurent Fabius, OTAN, Céline Lussato, Salafistes, Mikhaël Bogdanov, William Burns, Dublin, Genève, Missiles Patriot,    Pour l’heure nous devons impérativement tirer les leçons de ce lamentable échec syrien et être d’une vigilance absolue en Afrique en général et au Mali en particulier.

20/11/2012

Un camouflet diplomatique humiliant pour Laurent Fabius et pour la France

Depuis dimanche très curieusement Laurent Fabius est sorti des 4773372.jpgradars médiatiques après l’annonce en fanfare de sa visite en Israël et sa rencontre avec Mahmoud Abbas en territoire palestinien.  

Selon « Israël Info », le journal israélien de la communauté juive francophone, sa virée au Proche-Orient s’est avérée être un échec humiliant pour la diplomatie de notre pays. Gérard Fredj journaliste à « Israël Info » rapporte que pour « plusieurs diplomates occidentaux » la démarche du Ministre des Affaires étrangères a été considérée comme "empreinte d'amateurisme".

« Démarche opportuniste » qui aurait visé « juste à tenter de faire entrer la France dans les négociations sur le cessez le feu ».

Décidément notre Ministre des Affaires étrangères ne brille pas par son tact et son habileté, François Hollande en le nommant savait pourtant avec quel brio pendant la campagne présidentielle Laurent Fabius avait conduit sa mission en Chine. A l’époque les dirigeants Chinois ne l’avaient même pas reçu pour écouter ce qu’il avait à dire.

Certains pourraient penser que seule une animosité personnelle inspirerait les analyses qu’il m’est donné de faire concernant la politique conduite par ce ministre dont je persiste à dire qu’elle est totalement nuisible pour la France. Aussi je laisse à l’appréciation des lecteurs assidus de ce blog l’intégralité de l’article de Gérard Fredj. Ils seront édifiés !

Bernard FRAU Délégué général

Humanisme-Ecologie-République

Israël- Un plan de paix franco-qatari - L'amateurisme de Laurent Fabius

Par Gérard Fredj  20.11.2012

logo.gif

Source: Israël-Info - http://www.israel-infos.net/Israel-Un-plan-de-paix-franco-qatari--L-amateurisme-de-Laurent-Fabius-9377.html

 

4759156.jpgBenjamin Netanyahou a rejeté un plan franco-qatari de cessation des hostilités entre le Hamas et Israël

 

Durant la visite de Laurent Fabius, dimanche, le Premier ministre a été surpris de se voir soumettre un plan en deux points proposé par la Qatar et la France, conjointement.

Le document d'une page prévoyait deux clauses simples : un arrêt des tirs des deux côtés, et une clause prévoyant que le Hamas "agirait du mieux qu'il peut pour empêcher les autres organisations de Gaza de tirer sur Israël".

Benjamin Netanyahou a immédiatement, poliment mais fermement, écarté la proposition, qui "ne répondait pas à la réalité de la situation à Gaza et n'apportait aucune garantie de la part des organisations autres que le Hamas quant à l'arrêt des tirs ou des attaques à la frontière entre Gaza et Israël".

Une proposition et une démarche surprenantes, maladroites, à l'image de la visite du ministre français des Affaires étrangères.

D'autre part, elle sapait, sans concertation, les efforts de médiation égyptienne (avec les USA en coulisse), d'autre part, il semble que les autres pays de l'Union européenne n'aient pas été avertis de la démarche – alors que la France plaide sans arrêt pour une diplomatie commune, qu'il y a une représente européenne de la diplomatie de l'Union, Catherine Ashton, et que lundi, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense étaient réunis lundi et ont abordé, entre autres, la question du proche Orient.

C'est d'ailleurs la réponse que Benjamin Netanyahou a donné à Laurent Fabius : pas question de faire dérailler la médiation égyptienne en impliquant la France ou le Qatar – qui manifeste un soutien sans failles au Hamas.

Plusieurs diplomates occidentaux commentaient en privé une démarche considérée comme "empreinte d'amateurisme"; une démarche opportuniste qui visait juste à tenter de faire entrer la France dans les négociations sur le cessez le feu.

L'ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, a refusé de confirmer ou démentir la démarche, se bornant à affirmer "que la France entretenait des contacts avec toutes les parties".

09/11/2012

Le jeu minable des parlementaires et ministres d'EELV!

Invité de Radio classique le Sénateur "Europe Ecologie-2148560_photo-1346664405570-1-0_640x280.jpgLes Verts » Jean-Vincent Placé d’EELV a déclaré «Nous nous posons la question de savoir ce que nous faisons au sein du gouvernement».

Le chef de file des Verts au Sénat est coutumier de ce genre de sorties dont il use et abuse depuis que lui et ses amis ont réussi, grâce à Martine Aubry, la mise en examen de l'amiante, et Laurent Fabius, à s’incruster dans la majorité présidentielle et à tirer postes et avantages.

Aujourd’hui le Sénateur de l’Essonne, qui n’a pas réussi à devenir ministre de l’Intérieur, a fait le choix de pourrir la vie du gouvernement. C’est imbécile, irresponsable et inacceptable.

hollande-interview-jpg-jpg-641671-jpg_439443.jpgQu’espère-t-il ? Pousser le rapport de force dans le cadre d’un prochain remaniement ministériel ? Si c’est le cas, alors c’est bien mal joué car cette fois François Hollande n’est plus sous la pression électorale d’une campagne au résultat incertain.

Face à une UMP particulièrement dure, rapide à s’engouffrer dans la moindre brèche et à réagir – Sainte 1678135_3_1c9b_valerie-pecresse-jeudi-29-mars-a-paris_d2403c90fddcb2d9827c6b28fcdd960a.jpgValérie des Yvelines  ne glose-t-elle pas déjà sur « la très grande fragilité de la majorité hétéroclite de François Hollande» – le Président de la République, à n’en pas douter, n’hésitera pas cette fois à trancher.

C’est que la situation globale du Pays impose une ligne politique claire, un exécutif fort pour l’appliquer, une majorité parlementaire solide et cohérente pour le soutenir.

Les dernières dispositions adoptées par le gouvernement 4708717.jpgAyrault qui prennent totalement à contre-pied une opposition qui ne sait plus comment concilier responsabilité nationale et résolution de ses débats internes vont dans le bon sens y compris s’agissant des objectifs des écologistes. Le maintien du refus d’exploiter les gaz de schiste y répond de façon positive.

Louis Gallois, les Industriels et le Medef y étaient pourtant très attachés, François Hollande ne les a pas suivis. Que faut-il de plus comme gage à Jean-Vincent Placé et autres défoncés de l’ego – François  de Rugy, Cécile Duflot, Noël Mamère et Pascal Canfin – pour être satisfaits ?

Les déclarations de Jean-Vincent Placé, qui rivalise dans l’opprobre à l’encontre du gouvernement avec Noël Mamère l’autre ingrat des Verts, viennent à contre-courant des défis auxquels l’économie de notre pays est exposée.

elus-communistes_scalewidth_630.jpgElles participent d’une connivence non avouée mais réelle d’EELV avec l’UMP et le PCF qui, contre tout esprit de responsabilité à l’égard de l’intérêt général, fragilise les chances de réussite du gouvernement.

A ce jeu minable EELV en ne faisant pas taire le Sénateur « Placégo », mais aussi les champions de la surenchère – le patron des Verts est aux abonnés absents – c’est l’Ecologie Politique dans son ensemble qui est décrédibilisée dans l’esprit des citoyens qui attendent aussi des mesures favorables à l’emploi.

Les citoyens électeurs en général, les écologistes en particulier, n’en peuvent plus de devoir être représentés par des "guignols" qui ne pensent qu’à se « goinfrer de postes ministériels, de mandats électifs à gros budgets et d’avantages matériels personnels, » et à «trainer dans les médias» leur minable carcasse suant "ambition et traitre opportunisme".

Ils veulent avoir des représentants solides courageux et responsables.

Faute d’obtenir cela la sanction citoyenne risque d’être lourde très lourde pour tous ceux qui auront contribué 465935.jpgau désordre démocratique soit en appelant désormais à la rue, l’UMP, soit en constituant des majorités de blocage contre-nature, le PCF, soit en dénigrant la politique du gouvernement EELV.

 

22/08/2012

La Syrie serait prête à discuter les termes d’une démission de Bachar El-Assad

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, Le vice-Premier ministre syrien Qadri Jamil lors d’une visite qu’il effectuait à Moscou mardi 21 Août a, pour la première fois évoqué l’idée que son Pays était prêt à parler d'une démission du président Bachar al-Assad dans le cadre d'un processus global de négociations avec l'opposition.

« Pendant le processus de négociations, on peut étudier toutes les questions et nous sommes prêts à étudier même cette question », a déclaré Qadri Jamil.

Cette déclaration a été prononcée lors d'une conférence de Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, presse, après la rencontre entre le dirigeant syrien et  le ministre russe des Affaires étrangères  Sergueï Lavrov précisant que l'idée «d'une démission comme condition pour mener un dialogue, cela signifie de facto qu'il est impossible d'ouvrir ce dialogue».

Selon le quotidien Lacroix – lui-même tenant son information de sources politiques à Damas dont l’identité n’est pas précisée –, Qadri Jamil se serait «rendu à Moscou pour discuter d'un projet d'organiser une élection présidentielle anticipée avec la participation de tous les candidats qui le souhaitent, y compris Bachar al-Assad, sous une supervision internationale».

Ces derniers mois les Etats-Unis, les pays européens et le monde arabe ont, régulièrement, appelé à le président syrien à se démettre tout comme l’opposition, excluant – toujours selon les sources du quotidien Lacroix – «tout dialogue avant le départ du pouvoir de Bachar El-Assad»  et refusant «une candidature de Bachar el-Assad au scrutin prévu normalement en 2014 ».

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, Washington très sceptique à propos des déclarations du Vice-premier Ministre syrien a réitéré lundi cet appel à démissionner en direction de Bachar El-Assad ; cette fois en brandissant – propos du Président américain en campagne Barak Obama – la menace d'une possible intervention militaire, en cas de déplacement ou d'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien.

L’on se souvient que la possession d’armes chimiques par le régime de Saddam Hussein, armes chimiques encore à ce jour introuvables, avait servi de prétexte à Washington pour déclencher, sans accord du Conseil de Sécurité et en total contradiction avec la Charte des Nations Unie, la guerre d’Irak avec le résultat que l’on connait.

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, S’agissant de la France, la position a été précisée lors de la visite de Lakhdar Brahimi, le nouveau  médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie.

Rappelant l'engagement de la République  «en faveur d'une Syrie libre, démocratique et respectueuse des droits de chacune de ses communautés», François Hollande a indiqué que pour se faire il convenait de parvenir en Syrie à la mise en place d’un «gouvernement de transition qui associe toutes les composantes de la société syrienne pour éviter des règlements de comptes, notamment vis-à-vis des minorités».

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, Le Président de la République a ajouté qu’il ne pouvait «y avoir de solution politique – en Syrie – sans le départ de Bachar al-Assad» du pouvoir.

Ce mardi, après que François Hollande ait reçu à l’Elysée  une délégation de représentants du Conseil National Syrien, –  principale coalition de l'opposition au régime en place à Damas – conduite par son président Abdel Basset Sayda, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a rappelé que « la position du président de la République depuis sa prise de fonction », exclue tout «engagement militaire – de la France –  sans qu'il y ait une décision des Nations unies».

Ces dernières mises au point permettent de nuancer les récentes positions péremptoires, manichéennes ou belliqueuses des diplomates américains ainsi que celles de certains en Europe et en France – responsables politiques passés ou actuellement en charge, et philosophes en mal de publicité –.

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, Elles ont le mérite de ne pas faire l’impasse à la fois sur la gravité de la situation des populations civiles syriennes qui appelle à trouver d’urgence, dans le cadre des instances internationales, une paix juste et durable pour l’ensemble des parties concernées directement ou indirectement.

Peut-on désormais raisonnablement espérer une rémission des violences en Syrie et un retour au calme  général dans cette région «explosive» ?

L’expérience de Lakhdar Brahimi, le diplomate qui avait réussi à ramener le calme au Liban, les critiques en creux récentes du ministre russe des Affaires étrangères , Sergueï Lavrov, à l’encontre du régime en place à Damas – «les efforts du régime syrien pour mettre un terme aux violences qui font rage dans le pays depuis près de 17 mois sont encore insuffisants –,  l’annonce du Vice 1er Ministre Syrien , Qadri Jamil, ne fermant pas la porte à une sortie du pouvoir de Bachar El-Assad, constituent autant d’éléments qui vont dans le bon sens.

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, A ces facteurs, il convient également de ne pas oublier l’initiative égyptienne du Président Mohamed Morsi, annoncée lors du dernier sommet islamique de la Mecque, qui vise à la création d’un groupe de contact qui comprendrait l'Egypte, l'Iran, l'Arabie Saoudite et la Turquie – principales puissances régionales arabes et musulmanes –  pour rechercher une sortie de crise en Syrie.

Il faut le dire et le redire, la Syrie n’a rien à voir avec la Libye.

Tous ceux qui imaginent aujourd’hui pouvoir mettre un terme à la crise syrienne en s’engageant dans une intervention armée en Syrie aux côtés des rebelles insurgés et dans le dos des Nations-Unies, se trompent lourdement.

Une telle initiative transformerait la crise syrienne en un conflit ouvert entre puissances extérieures aux conséquences incalculables tant en pertes humaines qu’en répercussions planétaires.

Les développements d’une telle initiative irresponsable, s’avèreraient en effet très vite non maitrisables et nul, à l’heure actuelle, ne saurait en prévoir l’issue.

L’heure est bien à la nécessité du déverrouillage des situations de blocage, sans préalable d’aucune sorte d’où qu’ils viennent et sans déclarations intempestives et va-t-en guerre.

De ce point de vue le récent communiqué des responsables du CNS – «Nous ne mènerons pas des négociations sur les conditions de son départ du pouvoir. Assad doit partir. C’est tout » n’est pas recevable.

Comme ne sont d’ailleurs pas plus recevables les propos de Laurent Fabius parlant de Bachar El-Assad sur RTL «On essaie de le serrer au cou, si je puis dire, par tous les canaux possibles ».

Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, De même sont totalement contreproductifs et inutilement provocateurs, l’affirmation péremptoire du même selon laquelle – « le régime syrien doit être abattu et rapidement » –  ainsi que son  jugement à l’emporte-pièce – « Bachar al-Assad ne mériterait pas d'être sur la terre » – lancés lors de sa récente tournée au Moyen-Orient.

L’heure est aujourd’hui au déploiement intelligent de tous les efforts politiques et diplomatiques en vue d’une réconciliation Qadri Jamil, Syrie, Bachar El-Assad, démission du Président Assad, Sergueï Lavrov, Ministre des affaires étrangères de Russie, avertissemt de Barak Obama, Conseil de sécurité, Nation Unies, Charte des Nations Unies, Lakhdar Brahimi, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Moahamed Morsi, Groupe de contact Egypte Iran Arabie saoudite Turquie, CNS, nationale en Syrie et au maintient de l’intégrité du Pays. La France, sur ce sujet, a un rôle important à jouer. Notre diplomatie doit veiller à y être en pointe comme elle l’est actuellement dans son engagement au plan humanitaire auprès des civils refugiés aux frontières.

Pour le reste, la question du renvoi ou du maintien de Bachar El Assad est une affaire qui ne regarde que les Syriens. Que dirions-nous d’ailleurs nous Français, si par exemple Washington s’avisait de se prononcer pour le départ de François Hollande de la Présidence de la République et son remplacement par Nicolas Sarkozy?

30/07/2012

Syrie: Fabius traite Bachar al-Assad de «bourreau»

Le 21 juillet,  il se disait prêt à organiser d’urgence à Paris une réunion ministérielle, « en vue de consolider les efforts des pays arabes dans la construction de la Syrie de demain », Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,aujourd’hui Laurent Fabius annonce :  « Puisque la France prend la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies au 1er août, nous allons donc demander avant la fin de cette semaine la réunion du Conseil de sécurité, probablement au niveau ministériel à la fois pour essayer d'arrêter les massacres et pour préparer la transition politique ».

Au passage, histoire de donner un caractère dramatique à ses propos et tenter de nous convaincre qu’il est du bon côté – celui des Chevaliers blancs aux pensées belles et pures qui, désintéressés, sont sincèrement choqués par la tragédie qui se joue en ce moment dans ce pays aux frontières artificielles laurent fabius,bachar al-assad,syrie,russie,etats-unis,europe,angleterre,pacte de quincy,les pays du levants,iran,arabie saoudite,qatar,jaruzelski,coupable jamais responsable,conseil de sécurité des nations unies,accords sykes-picot 1915,la chine,rainbow warrior,quai d'orsay,jean jaurès,nicolas sarkozy,françois mittérand,flamby,bourreaunées des accords Sykes-Picot en 1915 quand l’Angleterre et la France œuvraient au Levant et se dessinaient une région à la main de leurs intérêts pétroliers et financiers en trahissant chaque jour les promesses faites la veille aux tribus bédouines – le « ministre de la parole » nous gratifie d’une de ses formules destinée à faire la une des médias : «C'est un martyr que subit le peuple syrien et le bourreau s'appelle Bachar al-Assad ».

« Il faut tout tenter » ajoute-t-il dans la même interview ! Chiche pourrait-il lui être répondu en lui demandant de se démarquer nettement des Etats-Unis qui aujourd’hui au Moyen-Orient nous rejouent un remake des années 1915 !

Intarissable Laurent Fabius poursuit «On ne peut plus dire que c'est une affaire intérieure – c’est ce qu’a dit l’ambassadeur de Russie il y déjà plusieurs jours – sans même se rendre compte que sa déclaration précédente immédiate est en contradiction avec celle qui fait de Bachar Al-Assad le seul responsable concerné par le martyr des syriens.

A moins que sans le dire Laurent Fabius vise la Russie, l’Iran, La Chine et tous ceux qui par extension ne sont pas d’accord avec la version officielle « dégueulée » à longueur de temps par les médias à la botte de Washington, Londres et Paris.

Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,Et de préciser : «Il y a des armes qui leur sont livrées, d'après les informations qu'on a, à la fois par le Qatar, l'Arabie Saoudite, probablement d'autres (...) » – on aimerait bien savoir qui ? – « Mais pas nous » dit-il enfin pour se dédouaner par avance.

Il est ainsi il prend soin de ne pas se mouiller comme dans l’affaire de sinistre mémoire du « Rainbow Warrior » où la France mitterrandienne, dont le gouvernement était dirigé par laurent fabius,bachar al-assad,syrie,russie,etats-unis,europe,angleterre,pacte de quincy,les pays du levants,iran,arabie saoudite,qatar,jaruzelski,coupable jamais responsable,conseil de sécurité des nations unies,accords sykes-picot 1915,la chine,rainbow warrior,quai d'orsay,jean jaurès,nicolas sarkozy,françois mittérand,flamby,bourreauun certain Laurent Fabius, coulait un bateau de Greenpeace au large des côtes néozélandaises causant la mort d’un photographe de l’association écologiste. Pas nous…… pas lui quoi ! 

S’il faut compter sur «l’agité du quai d’Orsay» c’est toujours pour parler, faire semblant, donner le change  et au final pour ne rien faire du tout de ce qu’il dit. Ou plutôt de tranquillement continuer, avec force moulinets de manches, à jouer le rôle de petit caniche diplomatique des USA tout en validant des ventes d’armes à la Fédération de Russie. 

laurent fabius,bachar al-assad,syrie,russie,etats-unis,europe,angleterre,pacte de quincy,les pays du levants,iran,arabie saoudite,qatar,jaruzelski,coupable jamais responsable,conseil de sécurité des nations unies,accords sykes-picot 1915,la chine,rainbow warrior,quai d'orsay,jean jaurès,nicolas sarkozy,françois mittérand,flamby,bourreauLaurent Fabius a justifié sa position en reprenant à son compte la très belle formule de Jean Jaurès  la détournant complètement de son sens : «il faut aller à l’idéal et comprendre le réel».

C’est ainsi que sans sourciller Fabius a répondu le 12 juillet à un journaliste qui l’interrogeait à propos d’un contrat d’armement  – fourniture de laurent fabius,bachar al-assad,syrie,russie,etats-unis,europe,angleterre,pacte de quincy,les pays du levants,iran,arabie saoudite,qatar,jaruzelski,coupable jamais responsable,conseil de sécurité des nations unies,accords sykes-picot 1915,la chine,rainbow warrior,quai d'orsay,jean jaurès,nicolas sarkozy,françois mittérand,flamby,bourreau2 navires de guerre ultra sophistiqués – passé entre la France et la Russie du temps de Nicolas Sarkozy.

Si «Paris vaut bien une messe», pour Fabius l’honneur et la crédibilité de la France valent en tout cas moins que 4000 emplois pendant 4 ans. Ceci n’a rien d’étonnant venant d’un ministre qui nous a toujours habitué à pratiquer l’art du cynique dont l’action de responsable politique se résume à la formule – il aime les formules – je dis blanc publiquement et dans le silence de mon cabinet, par en-dessous, je fais agir noir ; «responsable mais jamais coupable» !.

Maintenant sur le fond de l’affaire.

Il bien va falloir tout de même à la diplomatie française trouver les voies et moyens de sortir de l’impasse dans laquelle elle Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,s’est fourvoyée avec l’Angleterre et les Etats-Unis en roulant dans la farine les diplomates russes et chinois au sujet de la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies     dont l’interprétation tripatouillée a permis l’intervention armée en Libye. Le changement c’est aussi de rattraper et de revenir sur les erreurs passées.

Car à la faveur de cette arnaque diplomatique, un climat Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,détestable de perte confiance s’est désormais  instauré au sein du Conseil de sécurité ; climat qui rend aujourd’hui quasi impossible l’acceptation unanime du Conseil de toute résolution «occidentale» sur la question Syrienne et plus largement sur les équilibres dans cette région où couve indiscutablement un feu mauvais.

C’est évidemment dans ce sens qu’il faut travailler avec les Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,Russes les Chinois et bien sûr avec les opposants de Bachar Al-Assad favorables à la recherche d’une solution dans le maintien de l’unité nationale syrienne. On ne fait jamais la paix en étant seul à la décider. Il faut être deux à le vouloir et du coup il faut savoir faire les concessions qui s’imposent. Aucune décision unilatérale ne permettra jamais de conduire à une paix juste et durable.

Tout le reste n’est que gesticulations de circonstance destinées à faire croire aux gogos que l’on est en capacité d’agir efficacement et d’aboutir dans le respect des intérêts bien compris de chacune des parties prenantes au conflit. Quels sont d’ailleurs les intérêts que la France défend au Moyen-Orient ? On aimerait entendre Laurent Fabius nous éclairer sur ce point!

laurent fabius,bachar al-assad,syrie,russie,etats-unis,europe,angleterre,pacte de quincy,les pays du levants,iran,arabie saoudite,qatar,jaruzelski,coupable jamais responsable,conseil de sécurité des nations unies,accords sykes-picot 1915,la chine,rainbow warrior,quai d'orsay,jean jaurès,nicolas sarkozy,françois mittérand,flamby,bourreauPar le passé, ce grand champion du camouflage tout azimut a toujours su enfoncer des portes ouvertes, ciseler des formules, creuses de préférence, et surtout prendre soin de ne pas se mouiller personnellement – souvenez- vous, «lui c’est lui et moi c’est moi» à propos de la visite de Jaruzelski à François Mitterrand –

François Hollande dans cette affaire syrienne, mais pas que celle-là, devra prendre soin d’être particulièrement vigilant Laurent Fabius, Bachar Al-Assad, Syrie, Russie, Etats-Unis, Europe, Angleterre, Pacte de Quincy, Les Pays du Levants, Iran, Arabie Saoudite, Qatar, Jaruzelski, coupable jamais responsable, Conseil de Sécurité des Nations Unies, Accords Sykes-Picot 1915, la Chine, Rainbow Warrior, Quai d'orsay, Jean Jaurès, Nicolas Sarkozy, François Mittérand, Flamby, Bourreau,avec ce ministre qui aujourd’hui traite Bachar Al-Assad de «bourreau de son peuple» et qui il y a pas très longtemps qualifiait de «Flamby» celui qui est aujourd’hui le Président de la République française et qu’il s’empresse, sans vergogne, d’embrasser devant les caméras de télévision sous le crépitement nourri des flashs des photographes de la presse écrite.

08/07/2012

Génocide arménien : François Hollande remet Fabius dans les clous.

Jeudi dernier lors d’un entretien officiel avec le chef de la Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,diplomatie turque, Laurent Fabius tout en évoquant « une nouvelle étape » dans les relations entre Paris et Ankara avait laissé à penser que la France excluait la possibilité d’adoption dans notre pays, d’une nouvelle loi destinée à punir la négation des génocides en général et en particulier celui des Arméniens perpétré entre 1915 et 1917 par les Turcs sous l’empire ottoman.

Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,Outre la très violente querelle diplomatique –  l’on a été  jusqu’à décider officiellement côté turc de mesures de rétorsion  avec rappel d’ambassadeur –  que le choix de la France avait suscité en Turquie, on se souvient que le texte présenté en 2011 et voté au Parlement avait finalement fait l’objet, en février dernier, d’une censure par le Conseil Constitutionnel.

Sur la base de cette décision Laurent Fabius a cru bon de s’autoriser à dire, cette instance – le Conseil Constitutionnel Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,ndlr –  « a décidé que la proposition de loi qui avait été présentée par les parlementaires (de la précédente majorité de droite) était contraire à notre Constitution donc il n'est pas possible de reprendre le même chemin sinon le résultat sera évidemment le même ».

Les réactions côté arménien ne se sont pas faites attendre. Les représentants de la communauté arménienne de France ont très vite fait part de leurs inquiétudes parlant même de « trahison » après les déclarations du numéro 2 du gouvernement Français. Notre pays compte près de 600000 français d’origine arménienne.

Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,François Hollande, avait en avril 2012,  lors de la commémoration du 97e anniversaire du génocide arménien rappelé en tant que candidat à l’élection présidentielle  sa promesse d’une loi de pénalisation des auteurs de négationnisme en la matière.

De même il avait rappelé son engagement de toujours en faveur  de la mémoire du génocide arménien, déclarant aux membres  présents à cette manifestation : « Chaque année, je viendrai participer à l'hommage, chaque année je partagerai votre combat pour la vérité et la justice », ajoutant, « j'aimerais être le président qui, en 2015, pourra une nouvelle fois s'incliner pour le centenaire de ce qui a été le premier génocide du siècle ».

Selon un communiqué, sans équivoque du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France  l’on a appris samedi que le chef de l’Etat n’avait pas fait une croix sur sa promesse de campagne : « Pour couper court à toutes les rumeurs consécutives aux déclarations de Laurent Fabius qui a semblé remettre en cause l'engagement de François Hollande de proposer une nouvelle loi de pénalisation du négationnisme, le Président de la République a téléphoné ce matin à M. Franck Papazian – coprésident du CCAF –  pour lui confirmer qu'il n'avait pas changé d'avis sur le sujet ».

Le chef de l’Etat devrait, toujours selon ce communiqué, recevoir avant « la fin du mois une délégation du CCAF pour envisager les modalités de la mise en place d'un tel texte ». Sollicitées, par les agences de presse, les services de la Présidence de la République ont confirmé : « Le président a fait part de ses engagements pendant la campagne. Il les tiendra »

Si certains ont pu en douter, qu’ils se rassurent, il n’y aura pas, sur le sujet, de divergence au sommet de l’Etat! Laurent Fabius vient d’être recadré. En France le patron c’est le Président, pas le ministre.

Ce faisant on peut légitimement s’interroger sur les motivations de Laurent Fabius dans cette affaire qui est loin d’être anodine.

Avec cette  déclaration,  très maladroite sur le plan diplomatique tellement elle est inopportune, Laurent Fabius, d’habitude si prudent, a pris le risque de perturber un climat plutôt favorable à un processus de normalisation des relations entre la Turquie et la France.  Curieux, non ?

L’arrivée de François Hollande  a été saluée à Ankara comme « une nouvelle plutôt positive ». Confirmation cette amélioration est venue lors du dernier sommet de l’Otan de la bouche même Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,du Président GUL. De même au dernier G20 à Rio, le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan a fait état de sa volonté de voir s’ « ouvrir  un nouveau chapitre » des relations franco-turques, allant jusqu’à inviter François Hollande en Turquie.

Une des marques importantes de cette évolution du climat entre les deux pays a été la récente levée des  sanctions qui avaient été décidées contre la France au moment du débat parlementaire sur le projet de loi concernant la question de la négation du génocide.

Doit-on rappeler à Laurent Fabius que parmi ces sanctions figurait l’accès pour les militaires français aux espaces aériens et maritimes turcs ouvrant ainsi à l’Etat-major un itinéraire de plus pour l’évacuation des soldats français d’Afghanistan ?

Alors à quel jeu et à quelles forces politiques et diplomatiques Laurent Fabius se prête-t-il ?

Evoquant les questions syriennes et iraniennes Laurent Fabius a déclaré : «Il est important de renouer les fils avec la Turquie ».

Faut-il comprendre qu’en échange d’un soutien turc à l’Occident dans la bataille engagée contre Damas et Téhéran , certains – politiques,  diplomates, hommes d’affaires ou militaires –  serait prêts à s’assoir sur les crimes abjectes commis en Arménie au début du siècle dernier ?

Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,La Turquie est un grand pays qui doit être respecté et il est normal que l’on cherche à construire avec lui un cadre de relations, diplomatique, militaire et commercial, de nature à favoriser un climat constructif d’échanges et de dialogues bilatéraux. Mais cette volonté ne saurait en aucun cas se fonder sur le reniement, comme les déclarations de Laurent Fabius le laisse à penser.

Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,La question du génocide arménien n’est en aucun cas négociable.

La Turquie doit le savoir une bonne fois pour toutes ! La question du génocide arménien n’est en aucun cas négociable.

Avec elle, Laurent Fabius, Alain Juppé, Bruno Lemaire et tous Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,ceux qui aujourd’hui parmi les décideurs français sont prêts à baisser la garde avec un pays qui  est loin de montrer une appétence particulière pour garantir sur son territoire le droit des défenseurs des droits de l’homme, des journalistes et des minorités.

Laurent Fabius, Fraçois Hollande, Génocide arménien,,,,Turquie, Syrie, Iran, Minorité Kurdes, Arménie, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Damas, Téhéran, Président Gul, Recep Tayyip Erdogan, Otan, G, Afghanistan, Franck Papazian, CCAF, Conseil de coordination des organisations arméniennes, Conseil Constitutionnel, Paris Ankara,En particulier ceux de la minorité kurde dont il conviendra d’observer la place qui leur sera attribuée dans la future constitution turque actuellement en cours d’élaboration.

16/01/2012

Triple A: Cette fois c'est plié!

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Vendredi en fin de journée Standard and Poor's  a dégradé la note de la France ! Le Triple A. dont Nicolas Sarkozy avait fait le cheval de bataille de son gouvernement c’était hier !

Pour l’heure, les politiques font feu de tout bois, c’est haro sur les agences de notations.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Le Parti Socialiste, ses satellites – Front de Gauche et EE-Les Verts –  et le Front National, s’en prennent au gouvernement sans faire l’ombre d’une proposition constructive pour sortir du marasme dans lequel est plongé le Pays.

A l’UMP on tente, sans convaincre, de minimiser l’importance de l’évènement et en guise de  justification on réplique que la France n’est pas la seule à voir sa politique sanctionnée.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Côté Modem, François Bayrou a beau jeu de taper et sur les uns et sur les autres et c’est bien normal. Il est le seul à avoir été clairvoyant tant sur la question des déficits de la balance commerciale de la France que sur les dérives de sa dette souveraine.

A moins de 100 jours d’une élection capitale, l’UMP et le PS peuvent bien tenter de se refiler la « patate chaude » en reportant sur l’autre la responsabilité de l’échec que constitue pour la France cette sanction, François Bayrou a raison de dire que les deux parrains de la 5ème République sont coresponsables de la situation dont ils sont, l’un et l’autre, bien incapables de proposer une solution pour en sortir.

Dans l’immédiat il faut bien se convaincre que cette affaire est plus grave que ce que les autorités politiques et économiques en place veulent ou voudront bien nous en dire jusqu’aux prochaines élections. Les effets de cette décision, s’ils ne sont pas visibles en l’état, n’en impacteront pas moins en profondeur le quotidien des Français.

La dégradation de la note de la France va se répercuter sur celles des banques avec pour conséquence une hausse probable des taux d’emprunts qui rendra plus difficile l’investissement et la consommation des ménages. Un nouveau plan de rigueur est à prévoir même si le ministre Baroin ne cesse de s’en défendre.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Le poids de la dette sera encore plus lourd à porter car son financement sur les marchés coûtera plus cher. Ceci remet en cause les objectifs de retour à l’équilibre prévu pour 2016 par Nicolas Sarkozy et 2017 par François Hollande.

L’austérité, quoi qu’en dise le clan des sarkozystes, est au bout de la perte du Triple AAA et les mois à venir vont être durs pour les plus fragiles des Français.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Dans les motivations de Standard and Poor's, pour dégrader la note de la France et celle de 8 autres pays sur 16 que compte la zone euro, la question de la dette n’est pas le point le plus critique. A la base de cette dégradation est d’abord l’écart de compétitivité entre les économies des pays de la zone Euro depuis la création de la monnaie unique et bien sûr l’incapacité des gouvernements de ces pays à réagir.

S’agissant de la France, en plus de l’augmentation de 600 milliards d’€, entre 2007 et aujourd’hui, ce qui a pesé le plus dans cette décision est le déficit croissant de notre balance commerciale qui est l’indicateur premier de la compétitivité d’un pays, donc de sa capacité à rembourser sa dette.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Pour mémoire, positif en 2004, ce déficit, qui depuis n’a cessé d’augmenter, se situe aujourd’hui à un niveau compris entre 6 et 7 milliards d’euros par mois.

Inutile de préciser qu’en matière de compétitivité les solutions habituelles connues ne laissent pas imaginer des jours faciles et  désormais la question se pose : « et maintenant que faut-il faire? »

Des tôliers de la 5ème République, il ne faut rien attendre d’autre que de l’austérité, façon Grèce, Italie, Espagne pour ne pas dire Argentine. La France est dans un tunnel, au bout de la perte du Triple AAA les mois à venir vont être durs.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Au plan politique un choix s’impose prioritairement, en aucun cas il ne faut reconduire à la direction de la France, Nicolas Sarkozy et ses «valets»: Pécresse, Morano, Baroin, Bachelot, Kossusco- Moriset, Ciotti…..

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Ceci ne veut pas dire qu’il faudra pour autant confier la destinée de notre Pays à François Hollande et ses « vrais ou faux copains »: Fabius, Baylet, Aubry, Dray, Lang, Bartolone…..

A condition qu’il soit en mesure de fédérer autour de lui, les compétences nécessaires pour impulser en France et en Europe la mise en place d’un modèle européen de société en rupture avec le modèle néolibéral poussé depuis 30 ans par l’Allemagne, l’Angleterre et la France, François Bayrou pourrait, dans cette élection présidentielle, être un bon candidat.

Nicolas Sarkozy, Laurent Fabius, François Hollande, Martine Aubry, Eric Ciotti, Valérie Pecresse, Nadine Morano, Roselyne Bachelot, François Baroin, Claude Bartolone, Jean-Michel Baylet, Julien Dray, François Bayrou, Jack Lang, Nathalie Kossusco-Moriset, Triple A, Standard and Poor's, S&P, Europe, parti socialiste, PS, UMP, FN, Front National, Modem, EE-Les Verts, Front de Gauche,  Le 1er et le 2ème tour de l’élection présidentielle passé il restera aux Français à doter l’Assemblée Nationale d’une majorité en capacité de mettre en œuvre le changement dont il dit vouloir être le moteur. Changement qu'il appartient, à François Bayrou, de définir dès à présent.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu