Avertir le modérateur

10/05/2012

François Hollande ne doit pas craindre le clash avec Angela Merkel

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Angela Merkel, devant le Bundestag vient aujourd’hui de faire monter d’un cran le bras de fer avec le prochain exécutif de la France.

Alors même que les Français viennent de porter à la présidence du Pays François Hollande en soutenant son programme de relance européenne contre celui d’austérité de son poulain Nicolas Sarkozy, Angela Merkel vient de réaffirmer qu’elle rejetait tout plan de relance keynésien pour la zone euro.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Tout en proclamant pour la forme que « la réduction de l’endettement et le renforcement de la croissance sont les deux piliers de notre stratégie », la mère de la politique d’austérité qui a mis à genoux la Grèce, qui fait des ravages en Espagne au Portugal et en Italie, qui est à la base de la grave crise politique aux Pays-Bas, vient de signaler à ses partenaires européens qu’il était hors de question de faire de « la croissance à crédit ».

« La croissance par des réformes structurelles, c’est sensée, c’est important, c’est nécessaire », s’est-elle déclarée. En d’autre terme la chancelière allemande entend imposer à la France une réforme libérale dont les principales mesures sont connues pour les dégâts qui n’ont pour seule issue la dégradation des économies nationales qui les appliquent.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Pour mémoire ces mesures sont  la généralisation de la précarité des contrats de travail, la baisse des salaires et des pensions de retraite, la baisse des services publics de santé, autant d’éléments incompatibles avec le choix exprimé par les Français le 6 mai et contenues dans le programme de François Hollande qu’ils entendent voir mis en oeuvre.

Sans complexe Angela Merkel ose prévenir «  la sortie de crise sera un processus long et fatigant ». La chancelière semble oublier que c’est grâce à une dévaluation de fait – baisse des salaires, et des pensions de retraites, baisse des services publics ….- réalisée par la coalition SPD/CDU que l’Allemagne a pu maintenir un niveau de balance commerciale positif et de compétitivité au détriment de ses partenaires européens.

Un peu de mémoire et de réalisme devrait l’amener à se montrer un peu plus solidaire pour éviter une crise majeure cette fois.

Le jeu qui consiste à radicaliser les oppositions pour au final lâcher des miettes en guise de concessions pour ne pas faire perdre la face à ses interlocuteurs ne trompera plus personne.

La crise est désormais dans une dimension telle qu’il n’est pas possible de « jouer ». La chancelière allemande est elle-même en difficulté dans son propre pays, elle le sait et ferait bien de ne pas trop jouer les fiers à bras.

Michel Rocard s’est exprimé sur le sujet, l’Allemagne « vient d'entrer en stagnation (...). La croissance allemande est cassée (...). Même en Allemagne, le problème de la croissance est posé » a-t-il indiqué.

Une opposition interne est en train de se développer au sein même de l’opposition allemande. Celle-ci menace de ne pas ratifier le pacte budgétaire en l'état et réclame des mesures de croissance. De son côté, Sigmar Gabriel, le président du SPD vient de tenir, Angela Merkel et ses choix politiques, pour responsables du renforcement des partis extrémistes en Grèce.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.François Hollande, fort de la légitimité que lui donne sa récente élection est en mesure d’organiser en Europe un front du refus qui au final pourrait coûter fort cher à la Chancelière.

En Italie Mario Monti a déclaré que les demandes de croissance de la France  exprimées par François Hollande « rencontrent michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.l’assentiment de l’Italie ». En Espagne le Président Rajoy ne voit-il pas d’un bon œil l’arrivée en France d’un Président en capacité de détendre un peu la ligne d’austérité imposée par l’Allemagne ?

Dans ces conditions le chef de l’Etat ne doit pas craindre un clash avec Angela Merkel qui ces derniers a été trop habituée à voir la France se coucher.

En procédant ainsi François Hollande répondra d’abord à la majorité des Français qui ne l’ont pas élu pour faire appliquer michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.en France et en Europe la politique des banquiers de Goldman Sach du FMI et de Wall-Street. Il prendra ensuite une dimension et une stature internationale de nature à renforcer le crédit de la France un peu écorné ces cinq dernières années.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Foin de « compromis progressif » à la Michel Rocard, François Hollande doit s’imposer et ne pas redouter d’aller au clash. Angela Merkel à plus à perdre qu’à gagner en voulant nous contraindre à appliquer sa folle politique d’austérité.

 

03/05/2012

Aux Ecologistes de l'AEI, du MEI et aux Démocrates du Modem

3525160.jpgCette campagne a atteint un niveau de médiocrité tel que plus aucun argument de raison ne peut être d'une influence quelconque. C'est devenu du domaine de la bataille de rue caillassages contre caillassages. Je crains que François Hollande qui se tient plutôt correctement ne fasse les frais de cette "abomination" qui se veut gaulliste et républicaine. Aujourd’hui comme dit l'autre j'ai mal à ma France!

Mais je ne me résous pas à laisser filer les choses et me permet de me glisser dans vos échanges espérant y apporter une contribution utile.

Nous avons milité un temps ensemble, nous partageons sur le fond l’essentiel du combat écologiste, nos voies ne sont divergentes que sur la forme.

Je vous demande de m’accorder le temps de la lecture de ce texte et après chacun fera en conscience ce qu’il a à faire pour ce second tour des élections présidentielles.

Je me suis astreint mardi 1er mai après-midi à écouter en entier le discours prononcé par Nicolas Sarkozy depuis la Place du Trocadéro.

Je suis encore abasourdi devant tant de culot, de racolage et d'usurpation idéologique.

Tout y est passé "la France" ce serait lui ce candidat minable et inculte qui débite de la référence historique, idéologique et politique, comme un charcutier productiviste de la saucisse le ferait à l'étal d'une boucherie industrielle. De Gaulle, Blum, Victor Hugo, Lamartine, Voltaire, Zola et l'affaire Dreyfus tout y est passé je n'en crois pas encore mes oreilles.

Pétain n'y était pas mais l'allusion à "assumer l'histoire de la France, toute l'histoire de la France" et l'appel aux "travailleurs" à abandonner le drapeau rouge pour prendre le drapeau tricolore m'indigne encore à l’heure où je rédige ce papier!

Cet acharnement contre les syndicats et cet appel ne sont ni plus ni moins que la marque de cette idéologie de l’État français de Vichy tant admiré par Jean-Marie Lepen dont chacun connaît l'immense admiration qu'il a toujours voué au Général De Gaulle et à la République dont le candidat Sarkozy cherche à récupérer l’image oh combien positive du résistant libérateur de la République.

Comment peut-on dans le même discours en appeler aux mânes du Général et marauder sur les terres idéologiques de celui qui en avait la plus grande détestation ? Comment ? Je ne sais pas ! Mais Nicolas Sarkozy, lui le sait. Il l’a fait devant des sympathisants enflammés.

Chacun de vous connait bien mes options écolo-centristes et ma condamnation de ce que les régimes communistes ont pu porter à la fois à la démocratie et à la nature mais hier après-midi en écoutant ce flot de mensonges, de récupération décomplexée et honteuse je me suis senti solidaire de tous ces gens que d'une certaine manière Nicolas Sarkozy a exclu de la Patrie en criant à ses militants réunis place du Trocadéro "vous êtes le Peuple, vous être la France".

Que sommes-nous alors ? Nous qui n’étions pas avec lui pour l’écouter débiter son discours écrit par un autre que lui et adapté à une certaine clientèle électorale?

Que sommes-nous donc ? Nous ces écologistes qu’il désigne comme la secte qui voudrait faire revenir la France au Moyen-Age. De quelle Patrie serions-nous donc?

Quel sort nous réserverait-il s'il devait demain, gagner cette élection?

La déchéance nationale pour n’avoir pas, avec lui, stigmatisé les syndicats et les fonctionnaires qui ont choisi, comme c’est la tradition le jour de la fête du Travail, de défiler drapeau rouge à la main ?

Ce président devrait se souvenir que le rouge est la couleur du Tiers-État dont les membres sont toujours en première ligne de la souffrance et de l’angoisse au moment des crises sociales, économiques ou écologiques.

Les militants écologistes qui sont assassinés parce qu’ils s’opposent aux lobbies agro-industriels en Bolivie au Brésil et dans la forêt amazonienne le sont le drapeau rouge à la main et que je sache ne sont pas les amis de partis d’extrême-droite.

Les trois couleurs de la France le bleu, le blanc, et le rouge sont symboliquement à égalité dans notre drapeau pour précisément dire que la République est une et indivisible.

En virant dans ce 2ème tour, ostensiblement vers le bleu marine pour être réélu, ce candidat minable, à la colonne bourse-cac40-palais-brongniart-maxppp-930620_scalewidth_630.jpgvertébrale idéologique cartilagineuse, a pris le risque de briser le pacte républicain de notre pays déjà si malmené par la crise économique dont ses amis de la FNSEA, du CAC 40 et de Wall-Street nous ont gratifiés, hypothéquant ainsi la prochaine rentrée sociale d’automne dont tout le monde s’accorde pour dire qu’elle sera difficile .

Il faut imaginer ce que ce candidat réélu se permettra de faire, fort de la légitimité du suffrage universel.

N’ayant plus à se soucier de se faire réélire une fois de plus la constitution l’interdisant, plus libre que jamais d’aller au bout de la logique qu’il a mise en œuvre durant son premier mandat – soutien aux plus riches, à la FNSEA, remise en cause du code du travail et détricotage du model social et austérité généralisée au nom de la compétitivité – dont nous écologistes avons à nous plaindre :

-        Les chasseurs experts en biodiversité

 

-        800 épandages aériens de pesticide

 

-        La casse du Grenelle

 

-        L’autorisation d’augmentation des surfaces d’épandages de lisiers

 

-        La France mis devant la cour de justice européenne pour le non respect de la directive nitrates

 

-        La volonté affichée de réduire les normes notamment celles concernant la protection de l’environnement

 

-        La poursuite sans réserve du programme nucléaire dans sa totalité.

Le débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande que j’ai évidemment écouté avec beaucoup d’attention hier soir ne m’a apporté aucun élément qui puisse atténuer la très mauvaise appréciation que je fais depuis plusieurs semaines des promesses et du programme de Nicolas Sarkozy.

r.jpgCertes les deux candidats ont fait bien peu de place à l’Ecologie durant leurs interventions. Mais au moins François Hollande s’est engagé sur la fermeture de Fessenheim, la réduction à 50% du nucléaire à l’horizon 2025 et l’organisation d’un débat général avec les Français concernant les choix énergétiques du pays.

Pardon d'avance pour cette indignation non retenue que je vous ai infligée si vous m’avez lu jusque là. Soyons pratiques, arrêtons pour une semaine ces discussions et ces disputes entre-nous qui ont leur importance, mais qui nous agite alors que l’urgence est, j’en suis convaincu, vraiment ailleurs.

Nous aurons tout le temps de les reprendre après le 6 mai. Pour l’heure ne nous trompons pas de priorité, le sujet principal pour le 6 mai est que ce jour là ensemble, « tous citoyens » nous allons élire un Président pour notre la République.

Ce n’est pas le jour où nous mènerons des négociations avec le Parti socialiste. Ce n’est pas non plus le jour où en tant qu’Ecologiste nous nous déterminerons pour choisir tel ou tel parti partenaire, avec qui nous allons tenter de travailler dans le futur, ou de n’en choisir aucun.

Chacun d’entre-nous le comprend bien notre responsabilité de citoyen et de républicain est interpellée.

Le 6 mai nous ne pouvons pas faire comme si les deux candidats en présence peuvent être renvoyés dos à dos. Pour ma part, fort de mes convictions humanistes, fort de la force de mon engagement écologiste et fort de mon attachement aux principes républicains je vous le dis tranquillement  ma main ne tremblera pas lorsque je glisserai dans l’urne mon bulletin pour l’élection de François Hollande.

drapeau_europ_france 2.jpgJ’espère que vous serez le plus grand nombre à le faire de la même manière et vous en remercie par avance, pour l’avenir, pour l’écologie, pour l’Europe, la France et la République.

Bernard FRAU

Délégué Général Humanisme-Ecologie-République

09/11/2011

Présidentielles 2012: Faux dur contre Vrai mou?

A peine deux mois après son 1er plan François Fillon, le fidèle porteur d’eau de Nicolas Sarkozy, vient de nous présenter une nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, Chinenouvelle douloureuse : un plan d’économies et de hausses d’impôts dont l’enveloppe totale représente 18,6 milliards d’euros d’ici à 2013. Ce nouveau budget de rigueur et d'austérité, dont on nous dit qu’il est le plus dur depuis 1945 vise, à donner l’impression que la France respectera les objectifs fixés concernant le déficit prévu pour 2012.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, Chine« Le mot faillite n’est plus un mot abstrait », a-t-il asséné en introduction à la présentation de son plan. Il était inutile de nous rappeler ce que nous savions déjà.

Nous sommes nombreux à savoir que ce quinquennat est l’exemple type d’une faillite totale. La pire de la 5ème République. Celle de Nicolas Sarkozy et de ses innombrables promesses de sa campagne 2007 non tenues dès son arrivée à l’Elysée. 

Si cette faillite ne devait toucher que Nicolas Sarkozy et l’UMP, cela n’aurait pas grande importance. Mais c’est de la France qu’il s’agit.

L’aveuglement coupable du Président de la République, sa soumission à la religion des marchés qui dictent tout – y compris le comportement des représentants du Peuple –, son nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, Chineobsession à conserver l’adoubement triple A attribué par les agences de notation – à la solde de Wall-Street, de la City et du Palais Brognard,  aux bons soldats de la finance privée internationale –  font que ce plan sur le fond n’est que cautère sur jambe de bois.

Il est clair que la perte du triple A complétant une récession  à laquelle nous n’échapperons pas avec ce mauvais plan, ne sera pas pardonné à un Nicolas Sarkozy plus accroché que jamais aux ors de l’Elysée et aux avantages qu’il peut en tirer. Alors avec force éléments de langage et présence médiatique tout azimut, on tente de faire croire que l’on est résolument engagé dans la bataille de la réduction des déficits.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, ChineRien n’est plus faux, tout au plus avec ce plan  la vis est un peu plus serrée pour les plus modestes, classes moyennes y compris. On tape sur ceux qui ne voteront pas Hollande mais probablement Marine Le Pen – les restaurateurs et les artisans du bâtiment – et l’on demande à son électorat, les plus aisés de patienter jusqu’aux élections de 2012! La rigueur, la vraie viendra après

Pensez donc on invite la France à se serrer la ceinture mais pour soi  on n’envisage que le gel d’un salaire qui en 2007 était passé de 8000 euros brut à 16544 euros pour atteindre en 2010, selon le rapport présenté à l’assemblée nationale , par le nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, Chinedéputé PS Jean Launay, 18638,26 euros net. A ce salaire il convient d’ajouter les indemnités non imposables de résidence et de fonction de président. Le gel vaut également pour les membres du gouvernement et les patrons du Cac 40 sont invités à suivre ce bel exemple de contribution « civique » à l’effort national de nos dirigeants.

Tout cela n’est que poudre aux yeux et Injustice

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chineDans le même temps, après la taxation des mutuelles, les ménages les plus modestes vont en effet encore être mis à contribution à travers l’augmentation de la TVA et la désindexation des prestations sociales et des aides au logement qui désormais seront indexées à la croissance et non à l’inflation.

"Je préfère apparaître comme un président sérieux que comme un candidat mou » fanfaronne le président de la République en moquant François Hollande. Si le président, face au candidat du PS, peut à juste titre ne pas apparaître comme un candidat mou, quoique ces derniers temps, face à Angela Merkel et à Obama il n’ait pas été vraiment d’une dureté remarquable, avec ce plan il pourrait se voir taxé de faux-dur et surtout de peu sérieux.

Etre sérieux aurait nécessité de prendre en compte le fait que vouloir éviter la récession, à quoi que ce plan va de toute façon  conduire la France, est, dans l’état actuel des contraintes imposées par le traité de Lisbonne, est contradictoire avec la volonté de réduction des déficits publics. C’est l’un ou l’autre mais pas les deux en même temps.

Etre sérieux c’est aujourd’hui de décider que Angela Merkel ou pas Angela Merkel il faut en passer par la nécessité de sortir du carcan qui interdit de donner à la  Banque Centrale Européenne les mêmes moyens que ceux de la Banque nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, ChineCentrale américaine ou de celle du Royaume Uni. Cette condition étant indispensable afin de casser la spéculation et de soutenir une relance intelligente et moderne de ré-industrialisation en Europe en général et donc en France en particulier.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne, austérité, ChineEtre sérieux consisterait aujourd’hui à ne pas tenter de faire croire aux Français qu’on veut les protéger alors que l’on ne cherche uniquement à lancer en direction des agences de notation des signaux qui attestent que la France mérite son triple A.

Cette attitude est au moins aussi coupable que celle qui a consisté, pour le gouvernement grec de Caramanlis – aidé par nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chinela complicité de DeutchBank et Goldman Sachs – à faire croire, en trafiquant les comptes de la Grèce, que celle-ci respectait les critères d’entrée dans la Communauté Européenne. Ajoutons que dans cette affaire l’attitude des dirigeants européens très complaisants qui ont fait comme s’ils ne s’étaient aperçus de rien est tout aussi condamnable.

Ne pas être mou

Dans l’élaboration de ce 2ème plan en deux mois, aurait consisté à revenir par exemple sur l’exonération des heures nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chinesupplémentaires, cela aurait rapporté 3,3 milliards d’euros. De même la suppression de l’exonération des plus-values consécutives à la vente de filiale aurait, elle, rapporté 7 milliards d’euros de plus. La suppression de l’allègement des charges sociales sur les bas salaires qui représentent 22 milliards d’euros aurait été une mesure significative d’économie.

Au lieu de cela il a été décidé de continuer à poursuivre cette nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chinecourse infernale à l’austérité bête et méchante qui ne fait que pousser les gouvernements qui s’y adonnent à plonger plus et plus dans l’abime des plans de rigueurs successifs aussi inopérant les uns que les autres . L’exemple de la Grèce qui en est à son 4ème plan doit être médité, comme celui des pays qui sont en dehors des contraintes de la zone euro.

Vouloir à tout prix conforter l’axe franco-allemand n’est évidemment pas une mauvaise chose bien au contraire. Mais il y faut une condition : que la relation entre nos deux pays soit équilibrée  et construite sur la base d’un compromis intelligent qui ne met pas l’un des deux pays à la botte de l’autre.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chineNicolas Sarkozy doit se montrer plus dur à l’égard d’Angela Merkel qui l’a fait plier sur l’application du traité de Lisbonne concernant la stricte séparation entre les décisions de la BCE  et celle d’un exécutif politique européen plus intégré.

De la même façon que comme le dit Maurice Allais qui fut Prix Nobel français d’économie, « on ne peut faire du libre échange qu’entre pays de niveau de vie comparable », on ne peut tenir en milieu concurrentiel qu’en disposant de moyens équivalents.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chineActuellement un déséquilibre structurel existe avec l’Europe entre d’une part la Chine dont la monnaie est largement sous évaluée et non convertible et d’autre part les Etats-Unis et le Royaume-Unis dont les Banques Centrales ont une mission qui les autorise à soutenir leur économie lorsqu’elles sont en phase de récession.

nicolas sarkozy,angela merkel,françois fillon,union européenne,g20,rigueur,plan de rigueur,faux dur,vrai mou,caramenlis,grèce,niches fiscales,marine le pen,françois hollande,réduction déficits,ump,triple a,aaa,agence de notation,austérité,faillite,wall-street,city,palais brognard,jean launay,parti socialiste,ps,obama,banque centrale européenne,austérité,chineCe déséquilibre étrangle l’économie Européenne et arrange bien ces trois puissances qui chacune jouent leur partition et nous donnent des leçons.

Etre sérieux et en capacité à se montrer et à agir comme « un dur » aurait consisté pour Nicolas Sarkozy à se montrer, à l’occasion des discussions au G20, d’une fermeté totale vis-à-vis d’Angela Merkel sur ce sujet capital qui aujourd’hui plombe toute vraie possibilité pour l’Europe de se sortir de la crise dans un délai raisonnable.

05/09/2011

Etats-Unis : 17 banques poursuivies dans l’affaire des subprimes

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementPlainte vient d’être déposée par l’Agence fédérale américaine en charge de la supervision des prêts hypothécaires contre 17 Banques internationales concernant 41 milliards de pertes liées à des obligations « subprimes ».

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa plainte de l’Agence Fédérale de Financement du Logement (Federal Housing Finance Agency) qui contrôle en autres Fannie Mae et Freddie Mac, vise à faire toute la lumière sur le rôle joué par les banques – Bank of America, JP Morgan Chase, Goldman Sachs, Deutsche Bank, Société générale et d’autres –  dans la mise en place des titres obligataires adossés à des crédits immobiliers « pourris » hypothéqués en  dissimulant volontairement l’exacte qualité de ceux-ci.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLes crédits ont été accordés en  surévaluant artificiellement la capacité des emprunteurs à rembourser, voir en truquant délibérément les demandes de prêts hypothécaire de ces derniers.

La crise financière de 2008 a été générée par ces crédits, désormais identifiés sous le générique « subprimes ». Le système s’est écroulé quand les emprunteurs n’ont plus été en mesure de faire face à leurs échéances et que les titres ont vu leur valeur en bourse s’effondrer, provoquant le 15 septembre la faillite de la banque Lehman Brothers.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementParmi les autres victimes du séisme financier 2008, deux géants américains du refinancement hypothécaire  américain Fannie Mae et Freddie Mac, qui ont accusé des pertes de l’ordre de 33 milliards de dollars.

Ces deux institutions, dont on peut s’étonner qu’elles aient pu se laisser embarquer dans une telle « carambouille », ont été nationalisées le 7 septembre 2008.  Une intervention massive des autorités fédérales américaines a permis d’éviter la faillite.

Leur sauvetage sur le dos des contribuables a un coût : 140 milliards pour leur maintenir la tête hors de l’eau. 

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementAujourd’hui encore l’on cherche à minimiser leurs pertes dont le décompte final n’est pas réalisé à cause de l’opacité des opérations réalisées. Incompétence, naïveté, complicité ? A chacun de faire son point de vue !

Ce que l’Agence fédérale reprochent aux banques  qui ont monté cette « arnaque de haut vol des subprimes »  – titrisation des crédits immobiliers « toxiques » accordés aux particuliers pour les refourguer à des investisseurs peut regardant – se résume à deux choses simples : dissimulation et tromperie organisée.

Ce qui conduit l’Agence Fédérale de Financement du Logement à exiger, des Banques, qu’elle poursuit aujourd’hui devant la Justice, le remboursement des pertes occasionnées par les titres « toxiques » qu’elles ont vendus à Fannie Mae et Freddie Mac ; montant estimé 45 milliards de dollars.

Dans la plainte contre Merrill Lynch l’accusation de l’Agence est sans équivoque : « le défendeur a faussement exposé que les crédits hypothécaires sous-jacents respectaient certaines normes de garanties ou lignes directrices, y compris des présentations qui ont exagéré de façon importante la capacité des emprunteurs à rembourser leurs crédits immobiliers (……)». Pas moins pas plus, rien que ça !

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementEn juillet dernier l’agence avait déjà porté plainte contre le groupe Suisse USB, aujourd’hui elle poursuit JP Morgan Chase pour des pertes dont le total dépasse 33 milliards de dollars et la Sté Générale pour 1,3 milliards.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa plainte engagée vendredi contre les 17 banques ne manque pas de susciter des inquiétudes. En effet la crainte est grande que l’action en gagée par l’Agence Fédérale bloque l’opération engagée contre les banques « ripoux» par les procureurs généraux de 50 états américains, pour trouver un règlement négocié dans les dossiers des abus relatifs aux abus des subprimes.

Autant dire que l’onde de choc de ce nouvel épisode du marasme actuel ne nous est pas encore totalement parvenue.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementAu fond, tout cela ne serait pas important si l’on ne touchait qu’à la fortune de quelques « voyous »  de la finance, dopés à la cocaïne, jouant à se faire peur dans des opérations où l’argent passerait d’une poche à l’autre dans un jeu à somme nulle sans conséquences sur la marche de l’économie mondiale.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementHors il n’en est rien, depuis trois ans maintenant il apparaît au grand jour   que de grands dirigeants, de grandes firmes cotées à Wall-Street à la City, ont construit avec la complicité des « policiers des opérations boursières », des « agences de notation »  et avec ce qu’un procureur new-yorkais appelle « l’inquiétante disposition de Wall-Street pour le crime » (*), un réseau hors la loi  de prédateurs sans scrupules qui font tanguer l’économie mondiale.

Dans cette affaire s’il faut souligner la bonne nouvelle que constitue cette plainte déposée contre les banques, car « lorsque l’on casse il faut payer », il ne faudrait pas oublier que toute cette « arnaque » n’a été possible que parce que l’Etat Fédéral américain  a cru pouvoir résoudre par l’endettement une chute du pouvoir d’achat des ménages américains que son système à bout de souffle ne permet plus d’assurer.

Une bande de féroces salopards irresponsables, ont en toute illégalité mais aussi en toute liberté, réussit à agir en se parant des vertus et de l’honorabilité des « gagnants» à qui tout est dû parce qu’ils sont devenus puissants et redevables à personne de leur comportement.

Il est temps grand temps de remettre les choses à leur place. Les régimes et les empires tombent lorsque ceux qui ont été mis en place pour les diriger ne remplissent plus le rôle qui leur est assigné.

Nous en sommes là et le réveil risque d’être douloureux, si des mesures draconiennes ne sont pas décidées pour mettre hors d’état de nuire les falsificateurs, les fraudeurs et les beaux parleurs forts en gueule, impuissants en actes.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa liberté a un prix celui du combat que mènent celles et ceux qui croient en elle pour la faire vivre. Il faut des sanctions rapides et lourdes ! Tous les laissés pour compte de cette gabegie aux effets planétaires y comptent bien. Ils attendent de leurs dirigeants qu’ils agissent en fonction de la mission et de la place pour laquelle ils ont été choisis.

(*) Le Monde magazine 27 août 2011 Wall-Street sous l’œil du FBI.

Sources générales : Reuters  3 septembre 2011.Margaret Chadbourn et Jonathan Stempel.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu