Avertir le modérateur

04/12/2011

Pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent-ils plus ?

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Le « Chef de l’Etat déjà candidat » était cette semaine à l’affiche au Zénith de Toulon !  Devant des milliers de militants UMP – la salle contient 5350 places assises – venus « sans tambours ni trompettes »  écouter la bonne parole, le Président-candidat s’est adressé aux Français pour un second discours de Toulon en trois ans. Lors du précédent, qui s’est tenu en septembre 2008, le sujet était déjà la crise et les mesures pour en sortir.

Le Président candidat qui, à l’époque, s’était fait le chevalier blanc européen face à la crise s’est bien gardé de faire un bilan de son action et de ses engagements.

Durant ces trois dernières années on s’est beaucoup réunit, les mini sommets ont succédés aux mini sommets. On – les puissants gouvernants et la cohorte des conseillers et experts qui les accompagnent –   a beaucoup parlé, beaucoup promis, à l’occasion on a même désignés des boucs émissaires et l’on s’est amusé de chefs de gouvernements, on en a même poussés à la démission.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Mais au final la cruelle réalité est là en face de nous. La crise s’est aggravée et Nicolas Sarkozy continue, sans succès,  de rouler des mécaniques.

Les marchés continuent de régner en maître, les paradis fiscaux continuent d’accueillir l’argent des plus puissants, la dette privée s’est transformée en dette publique, le chômage ainsi que la récession guettent et menacent la paix sociale, voir peut-être la paix mondiale. La Grèce est au tapis. La colère gagne en Belgique, en Espagne, au Portugal, en Italie….et même en Allemagne, le modèle du bon élève européen que l’on veut à toute force nous faire imiter.

De tout cela il n’a pas été question. Quand on s’appelle Nicolas Sarkozy, on ne peut pas se tromper et surtout pour cet homme politique, sans cesse en réaction, qui ne vit que dans le présent, le passé ne compte pas. Sauf pour y puiser des éléments à charge  contre ses opposants supposés être à la source de tous les malheurs de la terre.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Comme si le PS dans cette crise que traversent la France et l’Europe toute entière, était le seul responsable des politiques, menées ces 30 dernières années qui ont conduit à la situation catastrophique présente. Cela dit sans exonérer le Parti socialistes des fautes qu’il a pu commettre en ne mettant pas en œuvre les réformes nécessaires lorsque la conjoncture économique mondiale le permettait à la fin des années 90.

Que faut-il retenir du Sarko-show  de ce jeudi 1er décembre?

D’abord le Président candidat ne parle plus de sortir de la crise. Selon lui, la crise c’est derrière nous, désormais il faut démarrer un nouveau cycle pour sauver l’Europe et l’Euro. Pour cela il n’y aurait guère qu’une solution : accepter d’être entre-nous – les 27 pays de l’union – plus solidaires et plus disciplinés.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Traduction en langage Angela Merkel : il faut impérativement respecter des règles communes en matière d’équilibre budgétaire et doter l’Union des moyens de sanctionner ceux des pays qui prendraient des libertés avec ces règles.

Toulon 1 c’était : il faut moraliser le capitalisme et la dérégulation, c’était sus aux agences de notation qui n’ont pas été capable de voir venir les ennuis.

Toulon 2 c’est : tout est de la faute à l’Europe qui est dans l’incapacité d’imposer «  le travail, l’effort et la maîtrise de nos dépenses ». Il faut un nouveau Traité.

La messe est dite Nicolas Sarkozy s’est aligné.

« Instaurons des sanctions plus rapides, plus automatiques et plus sévères pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements » a dit Nicolas Sarkozy jeudi à Toulon. « Je souhaite la mise en place de sanctions »  lui a répondu vendredi depuis le Bundestag Angela Merkel qui finira par obtenir du Président français l’essentiel de ce qu’elle veut, sans lâcheNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,r sur le principal : les euro-bonds et la modification du statut de la BCE. 

« Il faut avoir confiance en elle (ndlr la BCE)  pour la stabilité de la monnaie. (...) Celui qui soutient les euro-bonds n'a pas compris l'essence de la crise »  a-t-elle ajouté. Si avec cette sortie, Nicolas Sarkozy n’a pas compris !!!!!

Pendant qu’Angela Merkel avance ses pions et construit une Europe sous gouvernance allemande – oui sous gouvernance allNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,emande et expertise Goldman Sach, quoi qu’en disent  ceux qui aujourd’hui considèrent que vouloir résister politiquement à la machine allemande ferait preuve de germanophobie – Nicolas Sarkozy, en réalité, tente de son côté d’user de tous les stratagèmes pour gagner du temps et réussir à s’imposer dans la course présidentielle qui vient.

Un nouveau traité est nécessaire pour conforter l’Union Européenne et la mettre en situation de souveraineté. Mais ce doit être un véritable de traité de fond.

Ce traité ne saurait être un arrangement bancale de circonstance, imposé par une puissance dominante sous influence libérale-conservatrice, conclu sur un bout de table et annoncé sous les sunlights avec force sourires et poignées de mains les plus insincères les uns que les autres.

Un traité qui avant d’être ratifié par les chefs d’états et de gouvernement aura fait l’objet d’un large débat démocratique comNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,me cela fût le cas au moment du référendum pour la ratification du Traité de Maastricht quand le regretté Philippe Seguin avait mené campagne avec Charles Pasqua et Jean-Pierre Chevènement contre Laurent Fabius, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d’Estaing.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Il n’aura échappé à personne que la consolidation de la zone euro, la mise en place de procédure de contrôles budgétaires et la mise en œuvre d’un nouveau traité de l’Union sont des réformes qui imposent des modifications constitutionnelles importantes et surtout qui vont prendre du temps.

Hors la situation est aujourd’hui particulièrement grave et nécessitNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,e des réponses quasi immédiates. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel n’ont, sur ces deux points, pas encore dit un seul mot !

A croire que pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent plus!

 

09/11/2011

Présidentielles 2012: Hollande renvoie Joly dans ses filets

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psEva Joly, dont la campagne présidentielle semble patiner, a réexpliqué sa façon d’aborder la question des accords de gouvernement avec le PS ; «il n’y aura pas d’accord de gouvernement si nous ne sommes pas d’accord sur le fait qu’il faut sortir du nucléaire. Et comme il n’y a pas de victoire de la gauche sans les écologistes, cela pose problème.» C’était jeudi dernier depuis le Japon.

Dimanche soir, Eva Joly en a remis, une petite louche, plus question de sortir du nucléaire mais, «il n’y aura pas d’accord si l’abandon du projet EPR à Flamanville n’est pas acté». 

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLa réponse, sèche comme un coup de trique, est arrivée lundi soir  sur France2, où lors d’une intervention François Hollande a précisé qu’en cas d’élection à la Présidence de la République il, « préserverait la construction d’un EPR ». Pierre Moscovici son futur directeur de campagne ajoutant : « C’est ce qu’il a toujours dit »

Inutile de dire que les relations PS/EELV se sont légèrement tendues, jusqu’à Cécile Duflot, le soutien de Martine Aubry, laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psqui, histoire de tendre encore un peu plus la ficelle, y est allée de son couplet dans un entretien avec l’AFP: « aujourd’hui on est en situation de s’interroger si, de la part de François Hollande, tout cela signifie une fin de non recevoir et la volonté d’avoir une stratégie qui fait l’impasse sur le rassemblement de la gauche et des écologistes ».

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psMichel Sapin s’est employé à calmer le jeu et semble-t-il les négociations vont pouvoir reprendre. Lui-même, pour le PS et Jean-Vincent Placé pour les Verts sont chargés de recoller les morceaux.

Mais, voila les Verts prévenus, François Hollande sur la question du nucléaire ne s’en laissera pas compter. Ce sera à prendre ou à laisser, d’autant que le poids, de l’ordre de 3%, d’Eva Joly dans les sondages ne plaide aucunement en sa faveur.

Et si André Vallini se dit prêt à lâcher des circonscriptions aux Verts il prend soin de préciser : « à la hauteur de ce qu’ils représentent, pas forcément à la hauteur de leurs attentes ».

Le nucléaire est une longue tradition au parti socialiste ! laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLaurent Fabius, qui comme toujours a l’art de renvoyer les responsabilités à d’autres que lui-même a, sur RTL, déclaré à propos de l’EPR de Flamanville : « il ya eu des travaux engagés, du gros œuvre, pour plus de 5 milliards d’euros. Un rapport en Janvier va dire si ces malfaçons ont été corrigées ou pas. Si elles ont été corrigées, je pense que l’on pourra prolonger le projet ». Une manière comme une autre de dire au Verts, soyons sérieux, il n’est pas possible de jeter à la mer 5 milliards de travaux réalisés.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psPire est la phrase qu’il a prononcée lors du même entretien à RTL ; « Si Areva veut vendre des EPR à l’étranger, c’est difficile qu’ont n’ait pas un EPR en France ». Les Hauts-Normands doivent comprendre que pour Laurent Fabius, s’agissant de Penly le dossier n’est pas refermé.

L’ex-premier ministre qui n’a pas perdu son art d’enfoncer les portes ouvertes, a finit par lâcher : « En revanche, si la sécurité laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psn’est pas assurée, il faudra abandonner Flamanville ». Franchement de qui se moque-t-il, quel dirigeant de quelque bord que ce soit, écologiste ou pas, prendrait, après FUKUSHIMA, la responsabilité de maintenir une opération qui comporterait des risques  au plan de la sécurité ?  

Après avoir choisi de soutenir Martine Aubry à la primaire socialiste, les Verts en la personne d’Eva Joly viennent de commettre une deuxième erreur politique : jouer les gros bras avec François Hollande, le vainqueur de cette primaire, alors que celui-ci est au plus haut dans les sondages et que la crise économique qui secoue la zone euro fait de la question écologiste en général et celle du nucléaire en particulier ne constitueront pas l’enjeu principal de la Présidentielle pour 2012.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psCrise de la zone euro oblige, François Hollande et Nicolas Sarkozy qui doivent ratisser large et cliver court ne prendront pas le risque de se laisser dicter leur programme par des écologistes qui ces derniers temps ont fait plus pour gagner des postes que des batailles emblématiques des luttes qu’ils sont sensés porter.

Force est de constater que les Verts, qui avec Daniel Cohn-Bendit et Europe-Ecologie s’étaient ouverts un boulevard au moment des Européennes, ont été dans l’incapacité de construire un rapport de force solide pour s’imposer aux forces du consensus PS et UMP.

Cela n’augure rien de bon pour le Projet de l’Ecologie Politique qui faut-il le rappeler doit se construire dans l’indépendance.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLes Verts, emportés par la fringale de postes des plus « affamés » de leurs cadres dirigeants vont rapidement revenir au bercail socialiste en tentant de gérer au mieux de leurs intérêts personnels sur la base bien connue du « un tien vaut mieux que deux tu l’auras.» 

Après la victoire de François Hollande à la primaire ils se sont retrouvé le bec dans l’eau, le retour de manivelle de lundi soir les place au fond de la cuvette et comme il est exclu que les actuels députés prennent quelque risque que ce soit, « la messe est probablement dite ».

Vincent Placé Cécile Duflot et d’autres vont gigoter encore un peu, histoire de faire du buzz ; puis Jean-Vincent Placé viendra expliquer que l’accord qu’il a finit par obtenir des socialistes est le meilleur de toute l’histoire du Mouvement Ecologiste.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psIl suffira de se rappeler qu’en 1981 François Mitterrand dans sa « Lettre au Français » avait promis qu’il n’engagerait pas le pays sur la voie du nucléaire civil. Après sa victoire il a symboliquement fait classer le projet de la Centrale de Plogoff qui n’a jamais vu le jour.

En revanche il a mis en oeuvre l’ensemble du programme, préparé par Pierre Messmer sous Valéry Giscard d’Estaing, qui a abouti à la construction du parc nucléaire français, qui aujourd’hui, compte pas moins de 58  réacteurs.

De ce polaurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psint de vue là, les écologistes doivent garder mémoire,  les déclarations de Laurent Fabius devraient y continuer.

Pour le reste, les négociations pour les postes et les circonscriptions, réponse d’ici quelques jours.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu