Avertir le modérateur

26/10/2013

France : le Pays est sur une pente dangereuse

Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,Alors que les épargnants viennent d’être informés qu’ils devront acquitter une taxe rétroactive de 15% sur les revenus de leur épargne longue pour rééquilibrer les comptes de la Sécurité sociale, l’on vient d’apprendre – source « Libération » –  qu’à la suite d’une intervention d’Eric Woerth – l’ex-ministre du budget du gouvernement Fillon sous Nicolas Sarkozy – Bernard Tapie aurait été bénéficiaire d’un rab
ais d’un montant évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros sur l’arbitrage Adidas.

On parle d’une somme comprise entre 54 à 83 millions d’euros, qui aurait été décidée au mois d’avril 2009 par Eric Woerth, ce contre l’avis des services de l’administration fiscale.

Ils sont nombreux les petits épargnants à penser qu’une telle somme aurait été la bienvenue pour boucher le trou de la sécu, et qu’il y avait mieux à faire que de s’en prendre à l’épargne.

L’on aurait pu par exemple regarder ce qui se passe du côté de l’industrie pharmaceutique, de l’efficacité des médicaments mis  sur le marché et des conflits d’intérêt. Mais c’est ainsi ……

Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,Comme toujours et avec la gouaille qu’on lui connaît bien, l’homme d’affaires, qui est mis en cause dans un grand nombre de dossiers fiscaux de ces dernières années, s’est immédiatement porté devant les médias pour réfuter les informations du quotidien « Libération ».

«Tout est absolument faux», a déclaré, en moulinant des bras, Tapie à l’AFP, assurant au contraire que le fisc  lui a réclamé de payer «7 millions de trop».

Pour son avocat fiscaliste, Patrick Philip qui dénonce «une accusation grotesque», l’affaire «paraît comme étant un cadeau, mais tout ça est complètement ridicule et ne tient pas. En plus, ça a été imposé par l'administration, ce n'est pas un régime qu'on a demandé, c'est un régime qu'on nous a imposé ».

Le quotidien affirme lui qu’au moins une des réunions, où les choses se sont discutées, a été organisée à l’initiative de Stéphane Richard – ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, lui-même  mis en examen, tout comme  Bernard Tapie, pour «escroquerie en bande organisée» dans l’enquête pénale en cours concernant le fameux arbitrage rendu de 400 millions d’euros.

Eric Woerth a de son côté choisit de ne pas répondre aux journalistes qui le questionnaient sur cette affaire se contentant d’un laconique : «Un sujet après l'autre, non? ».

Il est vrai que déjà bien occupé devant la Cour de Justice de la République, pour un deuxième jour d'audition, où il devait répondre des «coupes» effectuées par ses soins pour  parvenir au montant anormalement bas de la transaction concernant la cession de l'hippodrome de Compiègne, Eric Woerth avait d’autres chats à fouetter.

Tout cela laisse planer une bien mauvaise odeur sur les pratiques de nos ministres et députés. Et chaque jour qui passe élargi encore plus le fossé qui sépare les élites « républicaines » des citoyens qu’elles sont censées représentés.

Soyons clairs les deux affaires – la bouillabaisse Adidas et le Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,mauvais coup de l’état sur l’épargne longue – ne sont pas sur le fond de même nature et l’on aurait tort de jeter dans une même poubelle les dirigeants qui ont dirigé ou dirigent la République comme le fait l’extrême-droite anti-européenne, popularde, communautariste et franchouillarde.

Il n’en reste pas moins que la brèche s’élargi dans le pacte de confiance entre les gouvernements et les citoyens. Il faut craindre même qu’il ne soit désormais rompu ou en tout cas très proche de l’être

Il apparaît de plus en plus nécessaire de faire émerger une force nouvelle venant de tous les territoires politiques républicains de la Nation pour procéder à un renouvellement de fond des élites républicaines aujourd’hui très discréditées.

Le désaveu se concrétisera aux prochaines élections municipales et européennes à la suite desquelles l’extrême-droite lepéniste sortira en grand vainqueur.

Les conséquences en sont déjà prévisibles. Droite et gauche se renverront la balle, les opportunistes de l’UMP et certains de l’UDI rejoindront le FN, et EELV sera réduit à singer le PRG quémandant ici ou là des postes rémunérateurs en échange de leur docilité jamais acquise définitivement.

De ces élections  un paysage politique nouveau devrait donc se dessiner :

Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,1) une radicalisation à l’extrême droite lepenniste renforcée par l’apport des « durs » de l’UMP et de l’UDI qui auront pactisé lors des deuxièmes tours des municipales.

Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,2) une radicalisation opposée de la frange gauchiste emmenée par Jean-Luc Mélenchon, le Front de Gauche, une majorité des enragés de l’écologie punitive verte et des socialistes irresponsables d’opposition.

3) Une social-démocratie humaniste,  un centre droit démocrate, ce qui reste des républicains  gaullistes sociaux authentiques et la mouvance regroupée des écologistes réalistes d’avenir.

Les leaders de ce dernier groupe, encore majoritaire dans le pays, auront-il la sagesse de constituer une grande coalition à l’Allemande pour aborder les prochaines élections régionales en position de force et sortir la France du marasme politicien dans laquelle elle s’enfonce jour après jour ?

La question est posée.

La réponse n’est pas évidente, tant l’empreinte de la 5ème   république marque les esprits et les réflexes des dirigeants des forces politiques actuelles tant ils ont le nez dans le guidon et les œillères solidement attachées.

La perspective des Présidentielles 2017 et  des élections législatives et sénatoriales qui suivront devrait les amener à très vite prendre conscience de leur grande responsabilité. Il faut toujours et encore voir la bouteille à moitié pleine.

Pourquoi ? Parce que la prise par le Front National aux élections Régionales de 2015 d’une ou deux régions constituerait à l’évidence pour l’extrême-droite une dynamique irrésistible pour 2017 et lui permettrait de regarder avec grande confiance l’avenir.

Une catastrophe politique, économique, écologique et sociale pour, la République de cet ordre n’est pas à écarter en l’état actuel du climat entretenu tant à droite qu’à gauche pour le plus grand bonheur du Front National et de ses soutiens entrevus mais non encore déclarés.

La France, son image, sa diplomatie et ses citoyens ne se relèveraient pas avant plusieurs décennies  quant la construction de Europe politique n’en parlons pas.

 

Eric Woerth, Bernard Tapie, Régionales 2015, municipales 2014, européennes 2014, Front National, PRG, Social-Démocratie, Ecologie punitive, EELV, UDI, Républicain sociaux, Gauchistes, Jean-Luc Melenchon, Nicolas Sarkozy,La France est sur une pente dangereuse, l’heure est au ressaisissement rien n’est jamais définitivement écrit, il n’y a pas de fatalité du désastre annoncé à condition que les citoyens se lèvent et fassent entendre la voix du bien commun qui aujourd’hui appelle au secours.

04/02/2013

Vote des Etrangers: Non à une Constitution à l'anglo-saxonne!

Après le «Mariage pour tous», voilà que les Français vont avoir à «farcir»  un débat dont manifestement l’urgence n’est franchement pas démontrée.

Mais puisqu’il faut en parler, parlons-en !

Le moins que l’on puisse dire est que le débat s’engage sos rascisme,touche pas à mon pote,harlem désir,parti socialiste,udi,ump,jean-louis borloo,jean-françois copé,république,association-mouvement multiculturaliste et différentialiste, Constitution,plutôt mal ! Harlem Désir ancien Président d’une association, à la sauce socialo-américaine, bien connue pour son slogan emblématique «Touche pas à mon pote», aujourd’hui Premier Secrétaire du Parti Socialiste, vient de l’engager en tentant une opération très peu honorable et pour tout dire douteuse.

Peu honorable ! Car elle met en difficulté un leader sos rascisme,touche pas à mon pote,harlem désir,parti socialiste,udi,ump,jean-louis borloo,jean-françois copé,république,association-mouvement multiculturaliste et différentialiste, Constitution,politique, Jean-Louis Borloo, sur des propos passés concernant le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales en lui demandant d’avoir, aujourd’hui, le «courage» de les réaffirmer au service de ce que lui Harlem Désir veut promouvoir pour le pays.

«M. Borloo avait dit il y a quelques années qu'il y était personnellement favorable. Je lui demande d'avoir le courage de faire un vote qui aille dans le sens de sa conviction personnelle» a-t-il déclaré au Forum de RadioJ.

Ce faisant il tente bien maladroitement de tordre le bras d’un leader politique qui n’a pas besoin qu’on lui dise comment il doit agir et comment il doit hiérarchiser les priorités de ses convictions au service de la République.

Et si Jean-Louis Borloo entre deux avait changé son point de vue après les dégâts, générés dans la société française par  cette idéologie du «droit à la différence» prônée par Harlem Désir lorsqu’il était Président de SOS Racisme.

Idéologie qui, au lieu de favoriser l’assimilation républicaine des étrangers résidents en France a au contraire contribué, comme en Angleterre et aux Etats-Unis, au développement d’un communautarisme chaque jour plus nocif pour la République.

Quelle est cette manière qui agit, comme le fait Harlem Désir et d’autres au Parti Socialiste, par injonction alors que le débat ne fait que démarrer?

«Nous demandons à ceux qui se réclament de valeurs de fraternité, d'humanisme, aux centristes qui veulent être sos rascisme,touche pas à mon pote,harlem désir,parti socialiste,udi,ump,jean-louis borloo,jean-françois copé,république,association-mouvement multiculturaliste et différentialiste, Constitution,indépendants de l'UMP, de prendre position courageusement comme certains d'entre eux l'ont fait- y compris de l'UMP – sur le mariage homosexuel ndlr –, de montrer qu'ils ne sont pas que des cautions de M. Copé», a-t-il poursuivi.

De qui se moque Harlem Désir ?

En quoi ceux qui refusent de voir la République fragilisée seraient-ils en France déconsidérés, stigmatisés en creux comme dépourvus d’humanisme et de fraternité par ce monsieur qui a fait plus à la tête de son association-mouvement multiculturaliste et différentialiste, pour développer, dans notre Pays, en particulier dans les banlieues et les grandes agglomérations, un flot de ressentiments communautaristes bien loin des valeurs humanistes et fraternelles dont ils se réclame aujourd’hui?

De quel droit Harlem Désir se prévaut-t-il pour verrouiller le débat qui s’annonce en le plaçant ainsi dans un cadre polémique clivant ?

Harlem Désir prétendrait-il décider de la conscience morale de ses concitoyens, annexant les uns excluant les autres à sa guise pour dire le bien et le mal en humanisme et en fraternité?

sos rascisme,touche pas à mon pote,harlem désir,parti socialiste,udi,ump,jean-louis borloo,jean-françois copé,république,association-mouvement multiculturaliste et différentialiste,constitutionLa République française est une et indivisible, c’est même à cela qu’on la reconnaît, c’est inscrit dans notre Constitution!

Avec cette loi qu’au nom de l’humanisme et de la fraternité  Harlem Désir appelle de ses vœux, les militants étrangers des associations et groupuscules radicaux qui résident en France tout en s’en prenant aux valeurs de la République auront-ils le droit de vote aux élections municipales ?

Il faut espérer que dans cette affaire la Représentation Nationale saura se montrer à la hauteur de l’Histoire de notre Pays et ne se laissera pas embarquer, par quelques petits aventuriers, dans les chemins tortueux des manoeuvres politiques-politiciennes à deux balles

Il faut espérer que dans cette affaire la Représentation Nationale ne cèdera pas à ceux qui, espérant se rallier le sos rascisme,touche pas à mon pote,harlem désir,parti socialiste,udi,ump,jean-louis borloo,jean-françois copé,république,association-mouvement multiculturaliste et différentialiste, Constitution,centre que l’on a trop souvent tendance de façon méprisante à dire qu’il est mou, se mettraient en tête pour y parvenir de faire tactiquement une part belle à «l’héritière blonde».

Les Français attendent de leurs représentants dignité sincérité, rigueur et respect de l’histoire de leur Pays. Ils en ont assez de voir leur démocratie polluée et corrompue par les manœuvres lamentables du type de celles mise en œuvre par le Premier Secrétaire du Parti Socialiste qui curieusement, à cette occasion, à sorti de son discour le mot République pour retrouver la réthorique des années où il défendait les potes.

 

25/11/2012

Sondage BVA : François Fillon loin devant Copé!

ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultAlors que l’UMP est en pleine crise et au bord du naufrage, un sondage BVA pour Le Parisien/Aujourd'hui de dimanche, réalisé auprès d'un échantillon de 976 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus selon la méthode des quotas, révèle que pour 30% des Français, François Fillon serait le meilleur opposant au Président François Hollande et au gouvernement Ayrault .

ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultFrançois Fillon arrive loin devant Jean-François Copé,  son rival  dans la course à la présidence de l’UMP, qui lui n’est cité que par 19% des personnes interrogées soit à peine plus que Jean-Luc Mélenchon du Front de Gauche, qui recueille 17%, et Marine Le Pen  15%.

Dans ce même sondage, Jean-Louis Borloo se situe très ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultloin derrière  à 9%, tout comme François Bayrou et Pierre Laurent qui n’obtiennent respectivement que 4% et 1%. 5% des sondés n'ont pas d'opinion. A noter qu'aucune personalité écologiste n'est citée dans ce sondage.

Dernier élément de ce sondage très instructif, Jean-François Copé ne devance François Fillon que dans la ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultmesure où seuls sont interrogés les sympathisants de droite, 30% contre 28%. La même opération menée chez les sympathisants de gauche Place Jean-Luc Mélenchon devant l’ancien premier ministre 31% contre 30%.

Visiblement ce sondage confirme que la ligne politique ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultbuissonno-décentrée, si chère à Nicolas Sarkozy, adoptée par Jean-François Copé et soutenue par l’ex frontiste Guillaume Pelletier – «la droite forte» – est loin de faire recette.

Au fond cette crise violente qui secoue l’UMP permet de clarifier les positions et leur poids respectif dans l’opinion public.

Au point où vont les choses – Alain Juppé, s’est déclaré ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultpessimiste ce matin sur l’issue de la crise – la meilleure solution serait que François Fillon et les parlementaires qui le soutiennent constituent un mouvement politique qui transcende les boutiques partisanes.

Ainsi les égos surdimensionnés de tous les petits chefaillons qui empoisonnent le climat en France à un ump,françois fillon,jean-françois copé,guillaume pelletier,jean-luc mélanchon,marine le pen,françois bayrou,jean-louis borloo,udi,modem,sondage bva,pierre laurent,pcf,nicolas sarkozy,jean-marc ayraultmoment où le Pays plus que jamais a besoin d’unité et de rassemblement, seraient remis à leur place à commencer par celui de Nicolas Sarkozy dont la rumeur dit que dans cette affaire, il est encore très attentif et à la manoeuvre.

 

Logo UMP dessinateur Baudry

23/11/2012

Fillon sur Tf1 : «je renonce à la présidence de l’UMP»

Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,Hier soir, sur TF1 François Fillon, tout en contestant de la manière la plus explicite l’élection de Jean-François Copé à la tête de l’UMP a déclaré : « Je renonce à la présidence de l’UMP car l’UMP ne peut pas être gouvernée par un président qui a 26 voix d’avance ou par un président qui a 98 voix d’avance. J’agis pour l’honneur de mon parti».

Poursuivant sa déclaration il a avancé une proposition claire : « Ce que je demande, c’est qu’Alain Juppé, parce que c’est une personnalité incontestable, forme une équipe qui regroupera l’ensemble des responsables de notre famille politique et nous propose une sortie de crise».

Très déterminé l’ancien 1er ministre a terminé son intervention en concluant très tranquillement : «Il faut que chacun comprenne bien que j’irai jusqu’au bout. Si personne n’écoute ce que je demande, si on ne met pas en place une équipe provisoire pour diriger l’UMP, alors, oui, je déposerai un recours devant la justice.»

Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,Jean-François Copé, qui dimanche soir s’était précipité devant les caméras pour s’autoproclamer  vainqueur de la consultation interne à l’UMP avant même que les résultats soient annoncés par la fameuse Cocoe – seule statutairement habilitée à valider les résultats –, intervenait de son côté sur Antenne 2.

Tout en continuant de revendiquer la victoire pour son propre compte, visiblement très décontenancé par la très habile intervention de François Fillon, il s’est contenté de maintenir son cap en se refusant à toute espèce d’ouverture.

Ce matin, alors que les positions semblaient bloquées et que la presse en général condamnait le «cirque ambiant» qualifié de honteux, honteux pour les militants de l’UMP, honteux pour la droite, honteux pour la politique, vers midi 1er coup de théâtre,  Jean-François Copé a tenté une manoeuvre de diversion un peu grossière.

Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,Dans une courte déclaration il a annoncé qu’il saisissait dès ce jeudi la commission nationale des recours de l'UMP et proposait à Alain Juppé d’être «observateur» des travaux que celle-ci auraient à mener pour sortir de l’impasse.

Sauf que la commission nationale des recours de l'UMP est entre les mains de seuls copéistes depuis le mois d’octobre après que le directeur des affaires juridiques de l’UMP a été « débarqué » par Jean-François Copé « himself » et remplacé par un de ses fidèles parmi les fidèles.

Dans ces conditions, Alain Juppé, flairant l’entourloupe, n’a pas tardé à faire aux deux protagonistes une contreproposition qui le plaçait au centre des débats : «création d’une instance collégiale composée, sous ma présidence – celle du maire de bordeaux ndlr –, de représentants des deux candidats et de personnalités n’ayant pas pris parti ».

François Fillon a immédiatement «salué l’initiative» et s’en est remis à Alain Jupé : «Cette initiative constitue la meilleure solution pour sortir l’UMP de l’impasse».

Jean-François Copé et ses fidèles ont bien dans un premier temps tenter de refuser l’offre d’Alain Juppé qui s’est empressé de préciser, «Ma proposition tient jusqu’à ce soir 20 heures, au-delà, je n’ai pas l’intention de me laisser instrumentaliser dans les confrontations délétères».

Le début d’après-midi a donné lieu à un 2ème coup de Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,théâtre. La Cocoe a validé les déclarations de la veille d’Eric Ciotti, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez. Les trois circonscriptions d’outre-mer n’ont effectivement pas été prises en compte  dans les décomptes finaux de dimanche soir.

La Cocoe dans son communiqué reconnaissait son erreur et admettait que la prise en compte des voix manquantes «aboutirait vraisemblablement à une inversion des résultats ». Incroyable mais vrai !

Du coup Jean-François Copé acceptait finalement la proposition d’Alain Jupé, reste désormais à finaliser et à ajuster les positions des uns et des autres qui ne sont pas encore totalement synchronisées, d’autant que les lieutenants du Maire de Maux s’égosillaient sur les ondes prétextant des fraudes à Nice. 

Les bidons ne sont donc pas encore totalement rangés à l’UMP et il faudra attendre les jours à venir pour connaitre l’issue de la confrontation qui s’est déroulée en direct sur les médias.

Ce que l’on peut dire tout de même c’est que ces bidons sont bien cabossés au grand dam des militants qui ne s’y retrouvent plus dans la série de rebondissements des derniers jours.

Restent malgré tout, des questions à se poser !

Que se passera-t-il demain si Alain Jupé devait annoncer à la fin de sa mission que François Fillon qui, mercredi soir,  a renoncé à la présidence de l’UMP est le vainqueur du scrutin de dimanche dernier ?

Quel l’objectif réel d’Alain Jupé le nouvel homme fort de l’UMP ? Coiffer les deux protagonistes sur le poteau ? Bloquer toute tentative de retour « providentiel » de Nicolas Sarkozy pour la reconquête en 2017 ?

Pour les copéistes l’enjeu de cette « guerre civile interne » n’est au fond que celui-ci : assurer le retour de Nicolas Sarkozy. Pour cela son bilan ne devait en aucun cas être tiré au sein de l’UMP. L’élection de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP en était le verrou indispensable.

Il faut avoir en mémoire que la jeune garde sarkozyste Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,emmenée par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, les deux porte-flingue de « la droite forte » qui ont soutenu  Jean-François Copé,ont affiché dans leur motion que la posture, la campagne et le quinquennat ne devait pas faire l’objet d’un bilan.

Les gaullistes sociaux, les humanistes de droite sincères, plutôt centristes peuvent-ils désormais cohabiter avec les libéraux-conservateurs-identitaires, bons bourgeois pleins aux as et complètement buissonno-décentrés à droite toute ?

Assurément non ! Une des tâches de la « collégiale-jupé » sera peut-être aussi de proposer un plan de partage de l’UMP acceptable pour tous et d’éviter le renforcement du FN et de l’UDI.

Jean-François Copé, François Fillon, Alain Jupé, UMP, Droite forte, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, FN, UDI, PS, Nicolas Sarkozy, Guillaume Pelletier, Geodffroy Didier, Nice, TF1, Antenne 2, la Cocoe,Quoi qu’il en soit, Nicolas Sarkozy vient d’être battu pour la deuxième fois en l’espace de 6mois. La première, ce fut en mai 2012, face à la gauche républicaine, la deuxième c’est aujourd’hui face à la droite républicaine.

Si ce misérable et tragique épisode de la vie politique de la droite française doit avoir au final quelque chose de positif, c’est probablement de ce côté qu’il faut le trouver.

Les Français favorables ou pas à François Fillon devront au moins lui reconnaître cette vertu : il a eu le courage de sortir de l’ambiguïté pour démasquer les impostures au nez et à la barbe des emfumeurs, des opportunistes et des manipulateurs.

Ce faisant il s’est peut-être donné un véritable destin de rassembleur dans le plus pur esprit du gaullisme authentique. L’avenir nous le dira ! 

19/11/2012

UMP: les deux camps s’attribuent la victoire

UMP, François Fillon, Jean-François Copé, Jean-Christophe Lagarde, UDI, Marine Le Pen, Florian Philippot, FN, A 23 h 51, ce dimanche, François Fillon a revendiqué une courte victoire, mais une victoire tout de même dans la bataille interne pour la présidence de l’UMP. Selon l’ancien 1er ministre de Nicolas Sarkozy l’avance sur Jean-François Copé serait de 224 voix.

En tout état de cause François Fillon qui affirme qu'il ne « laissera pas voler la victoire aux militants » a indiqué qu’il attendrait le verdict de la commission interne – Cocoe – à laquelle il s’en remet pour  proclamer le résultat définitif.

UMP, François Fillon, Jean-François Copé, Jean-Christophe Lagarde, UDI, Marine Le Pen, Florian Philippot, FN, De son côté Jean-François Copé, actuel secrétaire général du Parti, depuis le siège de l’UMP, s’était précipité, quelques minutes plus tôt, pour annoncer de façon totalement unilatérale,  que les militants lui avait accordé la victoire avec 1058 voix d’avance sur son rival François Fillon.

Il s’en est suivi, devant micros et caméras, un festival de déclarations des différents soutiens et responsables des deux camps qui chacun n’en démordaient pas quand à la victoire de leur camp. L’UMP ne sort pas renforcée de cette lamentable mascarade de démocratie interne.

Immédiatement Jean-Christophe Lagarde  de l’UDI, le parti de Jean-Louis Borloo, n’a pas manqué de s’engouffré dans la brèche pour relever une droitisation de l'UMP et que pour la première fois depuis longtemps la droite « gaulliste» ne disposera pas d’un chef incontesté et qu’en conséquence, la droite modérée centriste trouvait là toutes ses chances d’être le pivot d’un rassemblement républicain victorieux lors des prochaines échéances électorales.

UMP, François Fillon, Jean-François Copé, Jean-Christophe Lagarde, UDI, Marine Le Pen, Florian Philippot, FN, Jean-Louis Borloo,De son côté Florian Philippot du Front National se régale de la situation qui prévaut désormais à l’UMP. Il dresse un réquisitoire implacable et pense que la thèse de l’éclatement de l’UMP au profit du FN annoncé par Marine Le Pen au lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy est en train de se réaliser.

Dans l’état actuel de crise mondiale à laquelle la France n’échappe pas et de montée générale des forces nationales-populistes partout en Europe, il importe que très vite l’opposition républicaine se ressaisisse et permette aux citoyens de disposer lors des prochaines échéances électorales d’un choix entre des forces démocrates et républicaines.

La déclaration intempestive de Jean-François Copé a mis le feu aux poudres, désormais il lui appartient en sa qualité actuelle de Secrétaire Général de l’UMP de faire la preuve de sa capacité à maitriser les règles de son Parti.

Peut-être d’ailleurs faudra-t-il demain qu’un médiateur soit désigné pour recoler la vaisselle cassée?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu