Avertir le modérateur

02/10/2013

États-Unis. L'État fédéral au chômage technique

Voilà un pays, qui ne cesse de donner des leçons au monde entier et qui, de surcroit à travers un FMI à sa botte, entend imposer son modèle économique et financier libéral à la planète entière, en est à mettre au chômage technique non rémunéré ses fonctionnaires faute d’un accord de ses parlementaires.

C’est incroyable !

Ce pays dont les élites, droite et gauche confondues, poussées par les lobbies de l’armement et de la finance qui les cornaquent, savent se mettre d’accord pour ouvrir des conflits interminables et meurtriers à travers le monde, et n’arrivent à aboutir à un compromis acceptable afin d’éviter de mettre leur Nation au bord de la faillite.

Le point nodal du désaccord tient à la politique de santé voulue par le Président OBAMA et combattue par les partisans d’une droite dure, égoïste, antisociale, sans scrupule prête à tout pour arriver à ses fins. Quitte pour cela à mettre le Pays en situation de cessation de paiement.

Tout ceci est lamentable et mérite que l’on s’interroge sur ce pays qui prétend défendre la liberté et les droits de l’Homme, dont nous sommes les alliés au Moyen-Orient.

L’article ci-dessous repris de télégramme.fr répond à un certain nombre de questions que pose le blocage de la situation au Congrès, il m’est apparu intéressant à titre d’information d’en faire une diffusion in extenso.

Bernard FRAU  - Humanisme – Ecologie – République

2638079.jpg

2 octobre 2013 à 11h30 -

"Faute d'un accord trouvé sur le budget, l'État fédéral américain se retrouve paralysé depuis hier matin. Des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux ont été mis en congés sans solde. Une situation de blocage qui, si elle était amenée à durer, pourrait coûter cher.

Comment les Américains en sont-ils arrivés là ?

Malgré d'intenses tractations et d'interminables allers retours, lundi soir, entre le Sénat (à majorité démocrate) et la Chambre des représentants (dominée par les républicains), aucun projet de loi de finances n'a pu être adopté à temps pour le début de l'exercice budgétaire 2014, qui a commencé hier, à minuit.

La raison du blocage n'est autre que l'« Obamacare », le surnom de la réforme du système de santé de Barack Obama. Les républicains exigeaient que tout accord budgétaire revienne, d'une manière ou d'une autre, sur cette loi emblématique du premier mandat de Barack Obama, votée en 2010.

Plus généralement, cet échec du Congrès marque la culmination de 33 mois d'un bras de fer continu sur le budget entre les démocrates et les républicains, ces derniers ayant repris le contrôle de la Chambre des représentants en janvier 2011.

Une telle situation est-elle envisageable en France ?

Non. La France ne court aucun risque de « shutdown ».

Le pouvoir exécutif a, en effet, la possibilité de mettre en œuvre - par ordonnance - une partie du budget pour éviter la paralysie. Une telle situation ne s'est d'ailleurs jamais présentée.

Existe-t-il des précédents ?

Oui. Depuis 1976, les États-Unis ont connu 17 « shutdown » similaires. Le dernier en date a eu lieu en 1995-96 sous la présidence de Bill Clinton et avait duré 28 jours.

Qu'implique cette fermeture des administrations ?

Du département de la Défense à l'agence de protection de l'environnement, tous les services fédéraux ont été sommés de réduire au plus vite leurs effectifs au minimum vital, parfois à seulement 5 % de leur personnel.

Si la sécurité nationale et les services essentiels sont exemptés, environ 800.000 fonctionnaires jugés non essentiels, sur plus de deux millions, ont eu quatre heures, hier matin, pour se présenter à leurs bureaux, ranger leurs affaires, annuler leurs réunions et rentrer chez eux.

Jusqu'à ce que le Congrès s'accorde pour allouer des crédits finançant les agences fédérales. Les touristes ont, eux aussi, très fortement ressenti ce blocage. La totalité des 368 parcs (dont les immenses parcs Yosemite et le Grand Canyon) et musées nationaux ont été fermés, y compris les grands musées d'art et d'histoire et la Statue de la Liberté.

Autre conséquence, les cimetières américains dans le monde ont, eux aussi, été contraints de fermer leurs portes au public.

Quelles conséquences sur l'économie américaine ?

«Le shutdown va évidemment être coûteux pour la croissance interne en terme de perte de demande», prédisent les analystes de Rabobank. Mais ce coût dépendra essentiellement de la durée de la paralysie de l'administration fédérale.

Toute durée «supérieure à cinq jours aura probablement un impact matériel sur la croissance du quatrième trimestre», estiment ceux de Forex.com. Selon les analystes d'Alpari, «un shutdown de trois semaines pourrait retrancher 0,5 % au PIB du trimestre ». Pour ceux de Moody's Analytics, trois ou quatre semaines d'immobilisme coûteraient 1,4 point de pourcentage sur le PIB réel du quatrième trimestre.

Quel impact sur l'économie mondiale ?

L'économie mondiale n'a, pour l'heure, pas grand-chose à craindre de cette paralysie temporaire de l'État fédéral américain. Mais elle vit toutefois sous la menace grandissante d'une impasse persistante sur le relèvement du plafond de la dette.

Celui-ci doit faire l'objet d'un accord d'ici au 17 octobre, faute de quoi les États-Unis ne pourront plus faire face à toutes leurs obligations financières.

Quoi qu'il en soit, les marchés financiers asiatiques et européens ont, hier, réagi avec flegme à l'annonce, largement anticipée, de la fermeture provisoire des services de l'État américain.

Le shutdown de 1995 à l'origine de l'affaire Monica Lewinsky ?

Lors du précédent shutdown, en 1995, le personnel de la Maison-Blanche était passé de 430 à 90. Seuls ceux qui avaient un poste à haute responsabilité et les stagiaires étaient restés, rappelait, hier, le site d'informations Slate.

Dans une Maison-Blanche étrangement vide, les stagiaires ont ainsi eu, du jour au lendemain, accès à des lieux et des personnes qui leur étaient jusque-là interdits. Comme une certaine Monica Lewinsky qui, deux jours après le début du blocage, a eu l'opportunité de rencontrer Bill Clinton. On connait la suite..."

Source : Le Télégramme.fr

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/monde/etats-unis-l-etat-federal-au-chomage-technique-02-10-2013-2253412.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20131002-[detailarticle]

 

21/08/2013

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs

« Mesdames, Messieurs les Députés et Sénateurs,


Pour tenter d’apporter une réponse à l’onde de choc provoquée au sein de l’opinion publique par l’affaire Cahuzac, le gouvernement a déposé devant l’assemblée nationale, dans le cadre d’une procédure accélérée plusieurs projets de loi dont un relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière.

Cette initiative saluée par le Rassemblement Citoyen a été vidée de toute substance par le texte finalement adopté par le Sénat qui :

  • a supprimé la création du procureur financier
  • a refusé d’adopter l’amendement de la commission des lois du Sénat tendant à supprimer le « verrou de Bercy » pour la poursuite de la fraude fiscale commise en bande organisée ou au moyen de montage complexe.
  • a supprimé la possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité

La commission mixte paritaire n’est pas parvenue à élaborer un texte commun. Les deux assemblées seront donc à nouveau saisies de ce texte.

Le Rassemblement Citoyen considère :

  • Que l’institution d’un procureur financier incarnant la lutte contre la criminalité financière et responsable de la mise en œuvre de la politique criminelle insufflée par la Garde des sceaux permettra d’inscrire l’action de la France contre la corruption et la fraude fiscale grave dans le cadre d’une approche stratégique nationale, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Cette lisibilité est d’autant plus importante que la Commission européenne a publié le 17 juillet 2013 une proposition de règlement européen relatif à l’institution d’un parquet européen
  • Cependant, pour contribuer à cette stratégie, l’autonomie de ce procureur s’avère indispensable. Dans un Etat de droit, la justice doit pouvoir être saisie de ces infractions graves sans avoir à dépendre du bon vouloir du ministère du budget. Dans un Etat de droit, on ne transige pas avec les organisations criminelles, on confisque leurs avoirs.
  • La possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité est une exigence élémentaire des sociétés démocratiques. Elle est aussi une exigence au regard des engagements internationaux de la France. Est-il besoin de rappeler que sans les associations de lutte contre la corruption et le courage d’un juge d’instruction, l’affaire des biens mal acquis n’aurait jamais fait l’objet d’aucune poursuite ?

Aussi, le Rassemblement Citoyen vous exhorte :

1°) A créer un procureur de la République financier autonome, non soumis à la tutelle du Ministre du Budget en ce qui concerne la poursuite de la fraude fiscale commise en bande organisée ou au moyen de montage complexe.

2°) A consacrer la possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité»


Premiers signataires: Hervé Balle, Morad Bachir Cherif, Thierry Bataghiani, Elisabeth Belaubre, Dorothée Benoit Browaeys, Nicolas Berthe, Benoit Bordat, Johann Bourgoin, Jérôme Carpe, Christian Cazauba, Herve Chaygneaud-Dupuy, Chantal Cutajar, Chantal Defais, Magali Delamour, Marie Durand-Smet, Victor Ferreira, Bernard Frau, Claude Gautier, Stéphane Gemmani, Stéphane Guyot, Thierry Happe, Richard Hasselmann, Antoine Héron, Jean-François Izoret, Grégoire Jauneault, Jacques Krabal, Jean Michel Laty, Bettina Laville, Dominique Lemoine, Corinne Lepage, Miguel Lys, Vincent Martinez, Mathieu Mauvais, Yannick Monget, Franck Nourmamode, Dominique Pennacchioni, Jean-Christophe Petchot-Bacqué, Richard Pezet, Claude Rambaud, Jean Rapenne, Remy Rebeyrotte, Alexandra Sirot, Séverine Tessier, Michèle Tournier Jean Luc Touly, Hervé Val.

Pour en savoir plus :

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130122trib000744020/en-france-la-fraude-fiscale-couterait-60-a-80-milliards-d-euros-par-an.html
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Le-Senat-en-retrait-dans-la-lutte-contre-la-fraude-fiscale-2013-07-19-988285
http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130718.OBS0021/bercy-conserve-le-monopole-de-la-lutte-contre-la-fraude-fiscale.html
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1130.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1296.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl1293.asp
http://lerassemblementcitoyen.fr/

Une pétition est en ligne 

http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_en_finir_avec_la_fraude_fiscale_et_la_grande_delinquance_financiere_1/?tqRKubb

30/09/2011

Europe-Ecologie Les Verts : A quoi joue Jean-Vincent Placé ?

Lundi dernEurope-Ecologie-Les verts, EE-LV, Parti socialiste, PS, Jean-Vincent Placé, Marie-Christine Blandin, Jean-Pierre BEL, Daniel Cohn Bendit, Sénat, Cécile Duflot, Ecologie Indépendante, Corine Lepage, Eva Joly, Notre Dame des Landes, Nicolas Hulot, Gérard Larcher, Nicolas Sarkozy. ,ier interrogé par BFMTV, sur une possible candidature à la Présidence du Sénat, Jean-Vincent Placé élu dimanche Sénateur de l’Essonne avec les voix des du Parti socialiste,  a déclaré fort logiquement d’ailleurs : « Nous voterons pour le candidat désigné par le groupe socialiste …..Il ne s’agit pas de faire une candidature de témoignage »

Ce vendredi 30 septembre 2011 voilà que le mentor de Cécile Duflot et homme fort d’Europe-Ecologie Les Verts, annonce, à la veille de l’élection, qu’il envisage désormais d’être candidat à la succession de Gérard Larcher face au candidat désigné par europe-ecologie-les verts,ee-lv,parti socialiste,ps,jean-vincent placé,marie-christine blandin,jean-pierre bel,daniel cohn bendit,sénat,cécile duflot,ecologie indépendante,corine lepage,eva joly,notre dame des landes,nicolas hulot,gérard larcher,nicolas sarkozy.le Parti Socialiste Jean-Pierre BEL. « À l’heure à laquelle je vous parle c’est une éventualité que je sois candidat demain pour le plateau » et d’ajouter pour faire bonne figure, « je souhaite qu’il y ait de l’écologie au Sénat, que ce ne soit pas que de l’opposition à Nicolas Sarkozy ».

Que s’est-il passé depuis lundi dans la tête du tout nouveau sénateur ?

Europe-Ecologie-Les verts, EE-LV, Parti socialiste, PS, Jean-Vincent Placé, Marie-Christine Blandin, Jean-Pierre BEL, Daniel Cohn Bendit, Sénat, Cécile Duflot, Ecologie Indépendante, Corine Lepage, Eva Joly, Notre Dame des Landes, Nicolas Hulot, Gérard Larcher, Nicolas Sarkozy. ,Après les déclarations de Nicolas Sarkozy qui a demandé aux Sénateurs de sa majorité d’accepter  la défaite dans la dignité Jean-Vincent Placé et les siens auraient-ils décidés, forts des 10 voix qu’Europe-Ecologie Les Verts détient à la Haute Assemblée, de jouer les faiseurs de roi ou pire se faire « Joker » pour permettre à Gérard Larcher de triompher sans débaucher.

Chacun sait que ce type de renversement d’alliance a permit en interne à Europe-Ecologie-Les verts, EE-LV, Parti socialiste, PS, Jean-Vincent Placé, Marie-Christine Blandin, Jean-Pierre BEL, Daniel Cohn Bendit, Sénat, Cécile Duflot, Ecologie Indépendante, Corine Lepage, Eva Joly, Notre Dame des Landes, Nicolas Hulot, Gérard Larcher, Nicolas Sarkozy. ,Jean-Vincent Placé d’éliminer, au moment des élections régionales, Daniel Cohn Bendit dont la ligne d’ouverture a été rejetée au profit d’un retour au traditionnel gauchisme des Verts incarné par la victoire d’Eva Joly sur Nicolas Hulot – l’autre candidat à l’ouverture – lors des primaires écologistes.

Autre hypothèse, Jean-Vincent Placé en agissant de la sorte, bombe le torse et montre les muscles de son parti pour obtenir plus de la Poire Socialiste.  Passer de 4 à 10 élus c’est bien mais pour les écologistes de gauche ce n’est pas suffisant. Ils  réclament une modification du règlement intérieur pour leur permettre d’obtenir qu’ils puissent constituer un groupe dont Jean-Vincent placé serait le Président. Pour l’obtenir il faut changer la règle qui veut qu’un groupe au Sénat existe à partir de 15 élus.

Et puis il faut aussi une place pour Marie-Christine Blandin qui revendique pour elle une présidence de commission à défaut d’être celle qui aurait présidé le groupe des élus. « Je veux qu’on sache que les écologistes sont là » affirme le négociateur en chef des Verts de gauche, ajoutant « On veut changer les façons de travailler  et pas écouter ceux qui disent qu’il faut faire comme avant…. ».

europe-ecologie-les verts,ee-lv,parti socialiste,ps,jean-vincent placé,marie-christine blandin,jean-pierre bel,daniel cohn bendit,sénat,cécile duflot,ecologie indépendante,corine lepage,eva joly,notre dame des landes,nicolas hulot,gérard larcher,nicolas sarkozy.Derrière ces discours il y a une réalité qui ne doit pas être évacuée, Europe- Ecologie-Les Verts a besoin d’argent. Jean-Vincent Placé, qui est encore Vice-président du Conseil Régional d’Ile de France, n’en fait d’ailleurs pas mystère.   Dans un article du Monde paru le 29 septembre 2011 il a déclaré à Anne-Sophie Mercier qui a repris l’information: « on vit plus modestement qu’un petit président de groupe », « Eva ne peut pas dire aux banquiers : « il y a un gars qui va rembourser mes dettes », puisque le parti n’a pas cette possibilité ».

Enfin il ne faut non plus négliger le besoin pour Europe-EcoloEurope-Ecologie-Les verts, EE-LV, Parti socialiste, PS, Jean-Vincent Placé, Marie-Christine Blandin, Jean-Pierre BEL, Daniel Cohn Bendit, Sénat, Cécile Duflot, Ecologie Indépendante, Corine Lepage, Eva Joly, Notre Dame des Landes, Nicolas Hulot, Gérard Larcher, Nicolas Sarkozy. ,gie-Les verts de donner le change aux électeurs. En termes d’image ce parti qui n’est aujourd’hui que l’antichambre du Parti Socialiste, dont il est le sous-traitant pour les questions écologiques, a pour mission de « tuer »  en France l’Ecologie Indépendante. Jean-Vincent Placé en affichant une posture d’indépendance joue aussi sur ce registre.

Il faut bien « rouler des mécaniques » pour faire oublier que du côté de Nantes c’est sur une liste PS favorable à la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame des Landes que s’est fait élire  le désormais Sénateur Ronan Dantec  soit disant opposant radical à ce projet.

Nécessité fait loi dit l’adage. Un peu plus d’argent dans les caisses, quelques postes répartis entre amis, tout ceci vaut bien, chez Europe-Ecologie- les Verts que l’on se compromette en se pinçant le nez. C’est peut-être triste pour ceux qui sur le terrain sont engagé et se battent avec conviction.

europe-ecologie-les verts,ee-lv,parti socialiste,ps,jean-vincent placé,marie-christine blandin,jean-pierre bel,daniel cohn bendit,sénat,cécile duflot,ecologie indépendante,corine lepage,eva joly,notre dame des landes,nicolas hulot,gérard larcher,nicolas sarkozy.Mais à ce jeux l’issue est connue, l’Ecologie Indépendante reviendra en force peut-être avec une candidate dès 2012 – pourquoi pas Corinne Lepage ? – pour faire échec à cette imposture que constitue pour les électeurs qui en votant europe-ecologie-les verts,ee-lv,parti socialiste,ps,jean-vincent placé,marie-christine blandin,jean-pierre bel,daniel cohn bendit,sénat,cécile duflot,ecologie indépendante,corine lepage,eva joly,notre dame des landes,nicolas hulot,gérard larcher,nicolas sarkozy.Europe-Ecologie-Les Verts pensent voter pour des écologistes authentiques et qui en réalité votent pour des candidats rouge et rose ripoliné en vert, qui cumulent allègrement et sont capables de toutes les manœuvres. Même les plus improbables !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu