Avertir le modérateur

20/03/2013

Médiapart-Cahuzac : 1 à 0

Jérôme Cahuzac, Médiapart, Claude Evin, Michel Rocard, François Hollande, information judiciaire, Sécurité sociale, Eric Woerth, Marine Le Pen, Dominique Strauss Kahn, Affaire Bettencourt, Parti socialiste, Président de la RépubliqueIl a été mis fin à la participation de Jérôme Cahuzac au gouvernement. Que l’initiative de la décision politique qui a conduit à la démission de l’ancien ministre du budget appartienne à l’intéressé lui-même ou au Président de la République importe peu en réalité.

Cette démission est intervenue mardi après la décision du parquet d’ouvrir une information judiciaire qui vise Jérôme Cahuzac, Médiapart, Claude Evin, Michel Rocard, François Hollande, information judiciaire, Sécurité sociale, Eric Woerth, Marine Le Pen, Dominique Strauss Kahn, Affaire Bettencourt, Parti socialiste, Président de la Républiquedes faits de « blanchiment de fraude fiscale » mais également la  «perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale ».

Autant dire que si les faits étaient avérés cette « affaire » constituerait un énorme pavé dans la mare qui éclabousserait gravement non seulement Jérôme Cahuzac mais aussi le Parti Socialiste et par extension la classe politique dans son ensemble en faisant les choux gras d’une certaine Marine Le Pen qui dès l’annonce de cette démission s’est précipitée  pour déclarer « on n’est pas loin du tous pourris » faisant allusion aux déboires passés  de Dominique Strauss Kahn et d’Éric Woerth qui, lui, est mis en examen dans l’affaire Bettencourt.

Chacun sait, Médiapart dans un article documenté en Jérôme Cahuzac, Médiapart, Claude Evin, Michel Rocard, François Hollande, information judiciaire, Sécurité sociale, Eric Woerth, Marine Le Pen, Dominique Strauss Kahn, Affaire Bettencourt, Parti socialiste, Président de la Républiquefait le détail, que Jérôme Cahuzac, dès 1988 lorsqu’il était au Cabinet de Claude Evin dans le gouvernement de Michel  Rocard,  a noué des relations privilégiées avec certains Laboratoires.

En qualité de Conseiller en charge du médicament jusqu’en 1991 Jérôme Cahuzac  était au cœur des arbitrages concernant les autorisations de mise sur le marché de certains produits, de la fixation de leur prix et des taux de remboursement  par la sécurité sociale.

En 1993 Jérôme Cahuzac,  en parallèle de son activité de chirurgien a créé une société Conseil destinée à utiliser un carnet d’adresses conséquent touchant les milieux de l’administration de la santé.

A cette date il était interdit aux médecins« de recevoir des avantages en nature ou en espèces, sous quelque forme que ce soit, d'une façon directe ou indirecte, procurés par des entreprises assurant des prestations, produisant ou commercialisant des produits pris en charge par les régimes obligatoires de sécurité sociale »

Chacun appréciera à son niveau.

Si Jérôme Cahuzac continue de se déclarer innocent, ce qui à priori n’a pas à lui être contesté tant qu’aucun jugement indiquant le contraire n’a été prononcé, il convient tout de même de noter que les éléments de l’enquête Médiapart doivent être suffisamment probants pour que le procureur de Paris décide d’ouvrir une information judiciaire.

Certes Jérôme Cahuzac n’est pas mis en examen !  Pour combien bien de temps encore ? Il appartient désormais à la justice de dire ce qu’il en est de cette affaire dans sa globalité.

Si cette affaire aux relents sulfureux où sont en cause les pratiques du puissant lobby des laboratoires Jérôme Cahuzac, Médiapart, Claude Evin, Michel Rocard, François Hollande, information judiciaire, Sécurité sociale, Eric Woerth, Marine Le Pen, Dominique Strauss Kahn, Affaire Bettencourt, Parti socialiste, Président de la Républiquepharmaceutiques et un élu de la République doit avoir une utilité ce sera bien de faire le ménage au sein d’un milieu qui ne s’embarrasse pas de scrupule quand il s’agit de se faire les «rognons gras» au détriment des crédits dédiés à la solidarité nationale.

Source : Médiapart : Sur la piste des laboratoires

http://www.mediapart.fr/article/offert/b22d4f14e8f8d41218a45b9dc2fb340e

 

 

 

16/12/2012

Depardieu : Casse-toi pauvre tache avinée, la France ne te regrettera pas !

«L’ordure» qui s’est exilée en Belgique a rejoint la cohorte des anti-français, fait l’arrogant, se croit au-dessus de Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, tout et de tous et nous impose ses frasques et ses outrances, mais qu’on vienne à lui dire ses quatre vérités, alors elle ne le supporte pas. Elle perd les pédales comme elle le fait aussi quand elle est trop imbibée !

Oui ce que Gérard Depardieu fait en décidant de quitter la France pour payer moins d’impôt en profitant d’un système fiscal européen stupide, est d’un point de vue éthique extrêmement choquant et pour tout dire dégueulasse.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, N’en déplaise au bouffi de fric et d’alcool son ignoble trahison est un acte non pas «assez minable», comme l’a indiqué Jean-Marc Ayrault, mais un acte minable tout court.

Après la leçon de civisme publique qu’il a reçue du 1er Ministre de la France, au lieu de se planquer, de faire profil bas et tenter de se faire oublier un peu, le comédien tente minablement encore aujourd’hui de prendre ses anciens compatriotes pour des «cons».

Alors que l’on apprend qu’il vient de mettre en vente un Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, hôtel particulier – 1800 m² habitable, rue du Cherche-Midi dans le 6ème arrondissement à St Germain-des-Prés, dont il se dit qu’il cote cinquante millions d’euros au marché immobilier –, le richissime acteur de cinéma tente une opération politicienne de «justification-diversion» à son exil fiscal en Belgique.

«Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent en fait la différence doit être sanctionnée» avance-t-il comme excuse. Chacun sait qu’il ne  part pas pour cette raison mais parce qu’il ne veut pas se conformer à la règle commune pour le paiement de l’impôt.

Parmi ses amis artistes Michel Sardou, qui n’est pas loin s’en faut un socialiste, lui a répondu de façon implacable.

Comme en échos aux propos prononcés par Jean-Marc Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Ayrault – «Payer un impôt, c'est un acte de solidarité, c'est un acte patriotique» – il lui a lancé : «il y a une justice divine, il va se faire chier comme un rat ! Je ne juge pas ce que font les autres, chacun a sa morale, son attitude, mais pour moi la fuite n'a jamais été une stratégie. Jamais !». 

Qu’il se rassure le Depardieu, il n’est pas seul, il est en «bonne compagnie». Il a reçu sur Twitter le soutien de l’ex-ministre, ex-députée UMP, toujours décomplexée, Nadine Morano qui visiblement préfère soutenir les riches traitres fiscaux à la patrie.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Chacun ses choix mais au moins à la faveur de cette affaire dégueulasse on sait précisément de quel côté penche le cœur patriotique de Nadine Morano et de ceux qui accepteront demain de travailler avec elle.

Ajoutant l’outrance à la nullité de son torchon dans lequel il annonce rendre «son passeport» et «sa sécurité sociale», il écrit, s’adressant au 1er Ministre, «nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde».

Gérard Depardieu devrait savoir que la nationalité française on l’acquiert en naissant sur le sol national ou en demandant à être naturalisé. La nationalité française «neuneu» on ne la rend pas, on peut la perdre par la déchéance ou on l’abandonne en prenant la nationalité d’un autre pays.

Jusqu’à plus ample informé Gérard Depardieu n’a pas été déchu de sa nationalité ! Alors que Gérard Depardieu, qui ne veut pas dire aux  Français qu’il s’est exilé  pour payer moins d’impôts, peut-il au moins leur dire en toute sincérité ce qu’il est désormais. Belge ? Monégasque ? Suisse ?

Quant à la sécurité sociale peut-être ne lui a-t-elle jamais servi. Mais la caisse des intermittents du spectacle peut-il nous dire qu’elle ne lui a jamais servi quelques subsides?

Gérard Depardieu n’a plus la même patrie que le 1er ministre de la République. Et alors ?

Le 1er ministre a d’autres compatriotes plus dignes et plus respectables ceux-là, pas tous d’accord avec lui, mais compatriotes.

Tous ces Français qui à l’Hôpital ou dans les Cliniques, qui à l’Usine ou chez l’Artisan, qui à l’Ecole, dans les Collèges, les Lycées ou à l’Université, les millions de retraités, les Artistes qui marnent dans les rues, dans les bistrots tous n’ont pas eux les facilités du comédien et contrairement à lui participeront à l’effort national de redressement du Pays.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Parmi tous ces humbles citoyens, huit millions vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ils ont besoin de la solidarité nationale à laquelle  le méprisable comédien se refuse à partir de maintenant.

Sait-il seulement qu’ils sont au nombre de huit millions ces pauvres qui en France vivent en dessous du seuil de pauvreté?

Tous ces Français ces humbles, dignes et respectables Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Français ne sont plus vos concitoyens admiratifs monsieur Depardieu. La France c’est eux ! Elle n’a pas attendu votre torchon au 1er ministre pour savoir que vous n’êtes plus des leurs !

Ils n’ont plus besoin de toi Depardieu. Casse-toi pauvre tache avinée ! Cette France du travail, de l’humilité, de la solidarité et de la citoyenneté ne te regrettera pas ! 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu