Avertir le modérateur

12/12/2011

Présidentielles 2012: Dominique de Villepin est candidat.

Dominique de Villepin a déclaré dimanche 11 décembre qu’il serait candidat à la Présidence de la République. Ce faisant il vient de prendre à contre-pied tous ceux qui à gauche comme à droite l’avait mis sur le banc de touche des personnalités en capacité de déterminer les grandes orientations qui concernent les intérêts et l’avenir de notre Pays.  Il est candidat, et cela en réjouit plus d’un et plus d’une parmi nos concitoyens.

L’effet de surprise passée « le syndicat des fabricants de sièges parlementaires ou de situations confortables » – l’UMP et dans une moindre mesure le PS – n’ont pas tardé à réagir. Plus ou moins poli plus ou moins fielleux les propos ne brillent pas par leur objectivité.

Dominique de Villepin, Nadine Morano, Marie-Anne Montchamp, Valérie Rosso-Debord, PS, UMP, DeGaulle, Général De Gaulle, Union Nationale, Rassemblement, François Hollande, Jean-Luc Mélanchon, François Bayrou, Jacques Chirac, Rassemblement,Nadine Morano, toujours légèrement plus câline dans l’expression qu’un pit-bull, y est allé de sa gentillesse : « Villepin est un homme seul » ! Peut être mais, la campagne n’ayant pas encore vraiment commencé, à tout prendre, Dominique de Villepin et sa solitude toute relative est dans une position plus confortable que Nicolas Sarkozy dont le rejet est chaque jour plus important chez nos concitoyens.

Nadine Morano, mais elle n’est pas la seule – Marie-Anne Montchamp et Valérie Rosso-Debord ont aussi fait entendre leur petite musique – a cru bon d’en remettre une louche et d’ajouter « dans cette période de crise grave, se lancer dans une candidature solitaire est dangereux » !

Qu’est-ce à dire madame Morano ! Aurait-elle oublié que dominique de villepin,nadine morano,marie-anne montchamp,valérie rosso-debord,ps,ump,degaulle,général de gaulle,union nationale,rassemblement,françois hollande,jean-luc mélanchon,françois bayrou,jacques chiracl’élection présidentielle est la rencontre d’un homme ou d’une femme avec les citoyens ? La débâcle de juin 40 n’était-elle pas une période de crise grave ? Le général De Gaulle était-il si entouré que cela au moment où il s’est dressé pour refuser de céder au fatalisme d’une France à genoux par la faute des partis?

« L’intérêt général de la France, c’est de faire bloc autour du président de la République » nous dit-elle ! Nous n’aurons pas ici la cruauté de rappeler qu’à cette époque une majorité de parlementaires avaient décidé au nom de l’intérêt général de faire bloc autour du sauveur de Verdun!

Allons, allons, Nadine Morano un peu de décence, il ne faut pas prendre les Français pour des imbéciles. Ils connaissent l’Histoire de leur pays.

Côté socialiste les remarques polies n’en sont pas moins perfides. Ainsi François Hollande qui a déclaré sur RTL « je ne dominique de villepin,nadine morano,marie-anne montchamp,valérie rosso-debord,ps,ump,degaulle,général de gaulle,union nationale,rassemblement,françois hollande,jean-luc mélanchon,françois bayrou,jacques chiracsais pas exactement si cette candidature ira jusqu’au bout»  tout en ajoutant que celui qui fût le 1er Ministre de Jacques Chirac « est un homme de conviction » pour conclure sur le mode « pourri »  de la phrase qu’on prononce pour dire tout en ne disant pas :« on verra si sa conviction est aussi forte que les pressions qu’il a sur le dos ».

Le jeu politique est souvent cruel et assassin mais lorsque l’on prétend devenir Président de la République il est inacceptable de procéder de la sorte. 

Ce d’autant qu’en matière de pérennité de la chose engagée François Hollande aurait mieux à faire de s’assurer de la solidité de l’accord PS/ EE – Les Verts : cet accord tiendra-t-il jusqu’à la fin de la campagne ? François Hollande serait bien avisé par ailleurs de ne pas se placer sur le terrain des affaires au moment où le  tintamarre que font, sans parler de l’affaire DSK, les casseroles du Conseil général du Pas de Calais et celles du Conseil général des Bouches du Rhône qui  ne cessent d’enfler.

Dominique de Villepin a choisi de se porter candidat à la présidentielle de 2012. Personne ne conteste à François Hollande, François Bayrou, Eva Joly ou Jean-Luc Mélanchon hier et Nicolas Sarkozy demain d’en faire de même.

dominique de villepin,nadine morano,marie-anne montchamp,valérie rosso-debord,ps,ump,degaulle,général de gaulle,union nationale,rassemblement,françois hollande,jean-luc mélanchon,françois bayrou,jacques chiracCette décision Dominique de Villepin l’a prise en se positionnant délibérément en dehors des contraintes partisanes comme le candidat du rassemblement : « je veux rassembler tous les Français, ceux de gauche, ceux de droite, ceux du centre »  dans la pure tradition de la pensée et de l’action gaullienne.

Que cela en gêne certains c’est possible ! Mais personne ne peut lui dénier le droit d’être candidat. Au nom de quelle logique constitutionnelle d’ailleurs pourrait-on s’autoriser à le faire ?

Il entend se faire le défenseur de la France aujourd’hui « humiliée par la loi des marchés qui impose de plus en plus d’austérité ». Cela il entend le faire au-delà de la « loi des partis »  considérant que « notre souveraineté nous échappe en grande partie » et que « nous nous alignons sur des intérêts qui ne sont pas ceux de la France ».

Qui peut dire que ce n’est pas la vérité ? Une large majorité de Français ne s’y trompe d’ailleurs pas elle pense que Dominique de Villepin a raison de se présenter à cette élection présidentielle.

Parce qu’il est l’homme du refus  de l’alignement de la France, parce qu’il propose un projet différent de l’UMP et du PS, parce qu’il est l’homme du rassemblement et contre la division de la communauté nationale, il est celui parmi nos dirigeants qui aujourd’hui constitue la meilleure garantie face à la montée du Front national.

Il importe, dans l’intérêt du pays, de le laisser librement exposer ses idées, sans tenter de le marquer à droite comme le font ses soi-disant amis de l’UMP, ou de faire croire que sa candidature n’ira pas au bout comme le chuchote le Parti Socialiste.

dominique de villepin,nadine morano,marie-anne montchamp,valérie rosso-debord,ps,ump,degaulle,général de gaulle,union nationale,rassemblement,françois hollande,jean-luc mélanchon,françois bayrou,jacques chiracLes temps menacent d’être durs aux Français dans les mois et les années à venir. L’heure est au Rassemblement et à la constitution d’une Union nationale, vraie, sincère qui n’a rien à voir avec celle qu’avance de façon politicienne Nicolas Sarkozy avec la ratification de sa règle d’or.

dominique de villepin,nadine morano,marie-anne montchamp,valérie rosso-debord,ps,ump,degaulle,général de gaulle,union nationale,rassemblement,françois hollande,jean-luc mélanchon,françois bayrou,jacques chiracL’heure est au Rassemblement et à l’Union nationale ratifiée dans les urnes à l’issue d’une campagne où les Français seront invités à se déterminer sur les propositions des candidats.

 

26/09/2009

L’Alliance Ecologiste Indépendante en marche!

Par Auguste HUBERDEAU, MEI-Sarthe.

 

banniere_1.jpg

Une université d’été constitue toujours un moment fort pour les formations politiques. Celle de l’Alliance Écologique Indépendante, les 12 et 13 septembre 2009, à Rueil-Malmaison sera considérée comme la véritable émergence du rassemblement des écologistes indépendants.

 

Dans une ambiance conviviale, studieuse, plus d’une centaine de participants ont réfléchi, débattu sur des thèmes liés à l’organisation de la structure ou sur des sujets d’actualité qui ont permis aux membres du Mouvement Écologiste Indépendant, de la France en action et de Génération Écologie de se rencontrer et d’harmoniser leurs points de vue, avec un plateau végétarien au menu des déjeuners, dans la logique des démarches défendues par la plupart.

 100_0476 3.JPGDès le début des travaux de l'université d'été, après que chaque Co-président - Jean-Noël Debroise, Jean-Marc Governatori, Antoine Waechter -  ait exprimé ses remerciements aux participants présents, ont été abordées les questions politiques lors d'une séance animée par Bernard Frau! où les adhérents des trois composantes de l'Alliance ont pu s'exprimer de façon très libre. Ils ont été unanimes à rappeler que si l'indépendance n'était pas l'isolement, il ne saurait en aucun cas être  question de vendre l'âme de l'Alliance pour le prix d'un mandat.

 

 

Lors de la plénière, au moment du bilan des ateliers de réflexion : l’ébauche d’un projet d’éducation nouvelle, une organisation interne structurée afin d’aborder les futures échéances, le besoin d’une communication efficace, un cadre pour l’aménagement plus harmonieux du territoire avec une politique des paysages, un schéma concernant la santé avec la prise en compte de la prévention, la nécessité d’une réforme institutionnelle facilitant la pratique de la démocratie, la proposition d’un statut juridique de l’animal pour corriger les aberrations actuelles, le bien-fondé de la taxe carbone qui doit être modulée selon les situations des citoyens

 

La visite de Jean-Louis BORLOO a permis aux trois présidents des composantes de l’Alliance d’exprimer leurs préoccupations. Le ministre, après avoir rappelé son passé écologiste, a insisté sur la notion d’urgence folle dans laquelle nous nous trouvons, a souligné l’importance des pas accomplis depuis le Grenelle de l’Environnement (malgré l’impatience de certains), le rôle pionnier de la France, l’étape capitale du Sommet de Copenhague … dans un style décontracté mais empreint  de gravité.

 

Un autre invité avait répondu à l’invitation de l’Alliance : Gabriel COHN-BENDIT, membre actif d’Europe Écologie. Le septuagénaire aux multiples militantismes a regretté l’échec du rapprochement avant les élections européennes, a souligné la difficulté des Verts d’être autonomes surtout au deuxième tour des élections … Néanmoins, la notion de partenariat a été évoquée.

 

 L’Alliance est en marche et suscite déjà un intérêt certain.

Gaby2.JPG100_0477.JPG

 

 

25/09/2009

Rassemblement des Ecologistes (3)

Depuis plusieurs mois, il ne se passe pas un jour où, telle ou telle personnalité ou organisation, associative, syndicale et même politique, n’en appelle au rassemblement des écologistes pour qu’enfin il soit possible, dans le respect des particularités de chacun, de créer les conditions favorables à la naissance d’un mouvement suffisamment fort pour peser avec succès dans le débat politique qui trace l’avenir de la cité.

Ces initiatives s’inscrivent toutes dans le nécessaire dépassement du débat droite/gauche qui depuis trop longtemps règle les rapports politiques au sein de la société européenne. C’est qu’en effet cette grille d’approche des rapports politiques est désormais devenue obsolète.

Le choix n’est plus entre productivistes libéraux ou productivistes sociaux dont les projets globaux ne se différencient qu’à la marge. Mais entre ceux-là et ceux qui ont à cœur de se libérer du dogme de la croissance illimitée, utilisatrice inconséquente des ressources et des espaces physiquement limités de la planète, qui constitue la colonne vertébrale de tous les projets du capitalisme fut-il d’état ou de marché.

Ce dont la société a besoin ne se discute plus à la marge mais à la racine !

La voie nouvelle, nous le savons désormais, est celle d’un avenir  de partage équilibré des richesses, d’une utilisation raisonnée des ressources, de la mise en place de relations pacifiées, de la préservation des équilibres naturels et du respect de la vie.

Autant d’objectifs que le projet de croissance verte s’appuyant sur un capitalisme moralisé n’est par nature pas en mesure de réaliser. L’exemple des opérateurs du système financier international qui dès la première manifestation de redémarrage des  affaires se remettent à spéculer de plus belle en sont la manifestation la plus évidente. 

Bref la voie qui s’impose, parce que les peuples la réclament, est celle de l’Ecologisme dont le projet politique vise à remplacer le modèle ancien de croissance du « toujours plus tout seul » par un modèle moderne de développement du « toujours mieux ensemble».

C’est à une véritable révolution que la société est conviée. Révolution comme le fut celle qui a permis, au siècle des lumières, de remplacer en Europe,  l’Ancien Régime monarchique de droit divin par un Régime moderne et plus adapté aux besoins nés de l’évolution des rapports sociaux dans une société qui aspirait à plus de liberté et plus d’égalité.

Pour permettre ce changement, l’instauration de nouveaux rapports de force politiques a été nécessaire et seul le dépassement des clivages en place a permis de le faire! Il faut aussi reconnaître que la violence y a grandement contribué mais il faut croire qu’elle fut légitime puisque le nouveau régime y a survécu  et que la science et la société ont été libérées!

Certains peuvent s’interroger, le combat est-il aujourd’hui de même nature ?

La réponse est clairement oui tant il est difficile d’introduire telle ou telle modification sans que le système dans son ensemble ne se désagrège, tant les intérêts corporatistes légitimes se dressent pour défendre leur pré carré.

« Le printemps a toujours le même hiver à vaincre » se plaisait à dire le philosophe Alain !

Cette formule est,  oh combien, d’actualité, tant il est vrai que le printemps de l’Ecologisme a aujourd’hui à vaincre l’hiver des Libéralismes et des Socialismes réunis.

Les écologistes sauront-il relever le défi de l’indépendance, qui s’impose à eux s’ils veulent porter leurs convictions au cœur du pouvoir délibérant.

Indépendance bien comprise, qui ne peut se résumer à l’isolement ou à des alliances imposées ! Indépendance qui, forte de la solidité des convictions, n’exclue pas le dialogue et la négociation, en vue d’obtenir « un droit à agir » dans le cadre d’un projet de majorité où seraient clairement affichés les actions à réaliser ainsi que les financements associés.

La région et les élections régionales de 2010 constituent un champ idéal d’expériences à ce niveau qui pourrait permettre aux écologistes de tous horizons, adhérents d’un parti, militants associatifs ou simple membre d’un réseau, de s’imposer comme des acteurs incontournables de l’action locale dans la perspective des prochaines échéances nationales.

Les Verts en Haute-Normandie viennent d’annoncer leur intention de présenter dans cette région.une liste autonome pour cette échéance. L’Alliance Ecologiste Indépendante en fera donc de même dans les jours qui viennent !

L’heure reste plus que jamais aux contacts et aux échanges sans préalable, qui peuvent se tenir au moins jusqu’à la fin du mois de Novembre 2009 pour évaluer la possibilité de construire ce rassemblement très attendu.

Les voies ont été tracées par Europe Ecologie, il ne reste plus aux bonnes volontés qu’à les parcourir ! Toutes les intelligences sont invitées à intégrer le mouvement !

Ce qui vaut aujourd’hui pour la Haute-Normandie vaut bien sur pour toutes les Régions de France en général et pour la Basse-Normandie, la Picardie et le Nord-Pas de Calais en particulier

Bernard Frau signe l’appel des Verts haut-normands !

 

100_0487 2.JPG

Après avoir rencontrés Gabriel Cohn Bendit et Denis Szalkowski, tous deux animateurs et promoteurs d’Europe Ecologie avec j’ai pu échanger en toute liberté et parce que je crois profondément qu’il n’est de pire pratique en politique, comme en toute chose d’ailleurs, que de ne pas mettre en accord les paroles et les actes j’ai fait part aux Verts de Haute Normandie de mon souhait de répondre à leur appel selon la forme ci-après.

 

« Je viens de prendre connaissance de votre appel à un rassemblement dans le respect de leur diversité, en direction des acteurs de l’écologie concrète en vue d’élaborer un Eco-Projet pour mettre, en Haute-Normandie, l’écologie au cœur de l’action publique pour la prochaine mandature régionale.

 

Comme vous le savez, j’ai toujours eu à cœur de privilégier l’indépendance d’esprit et l’autonomie dans mes rapports politiques, associatifs ou Professionnels.

 

Tel qu’il se présente, l’appel que vous avez lancé me semble constituer une volonté d’ouverture ! Il me paraît également de nature à faire avancer les idées qui nous tiennent réciproquement à cœur et que nous avons défendues, avec bonheur, chacun à sa place, lors des élections européennes.

 

Aussi, l’indépendance ne signifiant, pour mes amis comme pour moi-même, nullement la fermeture ou l’isolement, je vous fais connaître mon souhait d’associer à votre démarche programmatique mes propres réflexions en vue de faire progresser, chez les haut-normands,  la conscience de la nécessité d’ opérer une mutation tant des comportements citoyens au quotidien que des choix de politiques publiques pour garantir aux générations futures, un avenir plus juste, plus pacifique et plus respectueux de la vie et de la nature. Très cordialement »

 

 

22/08/2009

Rassemblement des Ecologistes (2)

delacroix-liberty.jpg

 Devant plus de 1.500 militants, Daniel Cohn-Bendit a cassé un tabou en évoquant la possibilité « d'une éventuelle alliance de second tour avec le Mouvement démocrate (MoDem) » !

 

Au delà des obsessions présidentielles du patron du Modem, il y a dans ce mouvement des partisans sincères d’un changement réel de projet de société avec lesquels nous partageons l’idée qu’il faut construire un monde plus fraternel et plus écologiste. De cela personne ne peut douter, sauf à être de très mauvaise foi.

C’est pourquoi l’initiative du leader d’Europe Ecologie doit être saluée et encouragée. Elle constitue, incontestablement, un pas de plus en direction de tous ceux qui aujourd’hui pensent que la famille écologiste doit se retrouver unie à la même table pour partager les expériences et construire les bases d’un projet nouveau.

Depuis quand, d’ailleurs, ouvrir des discussions avec des démocrates  constituerait une action déshonorante ? Tous ceux qui s’y sont prêtés n’en sont pas morts au contraire.

Le Socialisme et le Libéralisme, la terre n’en peut plus, les habitants de la terre n’en veulent plus ! La voie est désormais ouverte pour aller vers une transformation de nos modes de vie !

Qui mieux que des Ecologistes peuvent porter ce projet de transformation ?

Après les annonces, le chemin reste à parcourir. C’est évident !

La question du nucléaire, par exemple, est un point dur sur lequel le Modem devra se positionner sans ambigüité!

Autre sujet de débat, pourquoi une alliance de second tour et non pas, dès le 1er tour, une Alliance sur un projet lisible? C’est une question de confiance dans notre capacité à convaincre et à rallier.

Rassemblé et Unis nous seront plus forts ! Rassemblé et Unis dès le départ nous le serons encore plus !

banniere_1.jpg

En attendant, sauf imprévu de dernière minute la présidente de Cap21, Corinne Lepage et la cheville ouvrière d’Europe Ecologie, Gabriel Cohn-Bendit, seront reçus aux Universités d’Eté de l’Alliance Ecologiste Indépendante qui se tiendront, les 12 et 13 septembre, à Paris.  

 

18:02 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rassemblement, écologiste, lepage, cohn-bendit, nucléaire, alliance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu