Avertir le modérateur

19/01/2012

Présidentielles: Sarkozy au sommet social, Président ou candidat?

Sommet social, Nicolas Sarkozy a réunit les partenaires sociaux pour, « dans l’urgence », s’attaquer à la montée du chômage qui désormais atteint presque 10 % dans notre pays. Sommet social ou Sommet de l'hypocrisie?

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, «Sur le front de l'emploi, la situation est extrêmement préoccupante. Cela impose des décisions fortes et rapides», a-t-il déclaré en conclusion de ce sommet où en 4 heures le Président de la République a engagé 430 millions d’euros. Oui 430 millions d’euros soit un peu plus de 100 millions à l’heure.

Le plan du Président prévoit: 100 millions pour permettre et faciliter le développement de l’activité partielle dans les entreprises en baisse d’activité, 100 millions pour exonérer de charges sociales durant 6 mois les TPE qui embaucheront un jeune de moins de 26 ans, 40 millions pour financer l’embauche de 1000 CDD pour renforcer les effectifs du Pôle emploi.

A cela s’joute une somme de  150 millions en direction des chômeurs de longue durée, privés d’emploi depuis plus de deux ans, à qui seront offerts « soit une formation, soit un emploi, soit un processus de resocialisation ».

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, De qui le Président de la République se moque-t-il ? Toutes ces mesures, correspondent à de vielles recettes qui n’ont jamais marché durablement. Ce n’est que du réchauffé. Il y a des années qu’avec force moulinets de bras et coups de menton les « politiques » engagent des millions sur le front de l’emploi sans jamais aboutir sur le fond à régler structurellement cette question.

Ce ne sont pas ces mesures, vieilles comme la 5ème République, qui vont permettre à la France de retrouver de la compétitivité. Il y faut autre chose. Et ce n’est pas d’un avocat, ancien Maire de Neuilly, qui n’a jamais mis les pieds à l’usine sauf pour y parader, ou à des énarques aussi bien intentionnés soient-ils qu’il faut attendre des solutions durables sur le long terme en matière d’emploi.

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, L’ami des banquiers, des pétroliers, de la Bourse, du Medef et des restaurants de luxe ne connaît pas le monde de la vraie vie celui où l’on produit, où l’on doit être créatif, innovant, compétent et sérieux. C’est d’ailleurs pourquoi dans l’urgence il tente de colmater les brèches en nous donnant l’heure avec la montre des autres.
A la foire aux bobards tout est permis y compris de se moquer de ses concitoyens. C’est ce que sans gêne, le Président est entrain de faire, pensant pouvoir se faire réélire.

nicolas sarkozy,sommet social,front de l'emplo,tpe,pme,cdd,pole emploi,chômage partiel,banquiers,concurrence déloyale,agriculture paysanne,grandes chînes de distribution,bolloré,liliane bethencourt,bernard tapi,ben ali,kadhafi,cadeaux fiscauxQui peut croire que l’on peut comme cela, sur un coin de table, résoudre cette importante question du chômage en France en déplaçant 430 millions d’euros d’une ligne budgétaire vers une autre ? A ce propos Nicolas Sarkozy se garde bien de nous dire où il a décidé de taper pour alimenter son opération.

Tout cela n’est que de l’enfumage de mauvaise qualité. Tout est précarité dans les mesures qui sortent de ce « sommet », 1000 CDD, 6 mois d’exonération pas plus, facilitation du chômage partiel ……Rien de solide, rien de durable. Juste de quoi tenter de passer sans encombre la future campagne présidentielle.

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, Si Nicolas Sarkozy avait eu une réelle volonté d’agir pour l’emploi en France c’était  dès son arrivée au pouvoir en 2007 qu’il aurait du engager les mesures de fond et les réformes structurelles pour effectivement protéger de la concurrence déloyale les productions locales de la petite agriculture paysanne à la merci des grandes chaînes de distribution.

Il aurait pris les mesures pour ne pas livrer la petite et moyenne industrie de la sous-traitance à des multinationales toujours plus dures sur les exigences de qualité des ensembles sous-traités sans retour sur les prix d’achat.

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, Il aurait fait en sorte de sanctionner les banquiers qui par une pratique de taux de crédit prohibitifs ont miné les capacités d’investissements et d’innovation des jeunes pousses industrielles ruinant ainsi le tissu des gisements d’emplois de la France.

Mais quand on est l’ami de Bolloré, de Liliane Bettencourt, de Bernard Tapi et accessoirement de Ben Ali de Kadhafi ou d’autres potentats que l’on est prêt à trahir au moindre coup de vent, on ne se préoccupe pas de cela. On pense d’abord à faire voter des lois fiscales donne aux entreprises du CAC 40 et à ses puissants amis à milliards le moyen de payer le moins possible de contribution à la marche de l’Etat et à la solidarité nationale.

C’est ce que Nicolas Sarkozy a fait durant son mandat ! Ses cadeaux fiscaux que même ses soutiens politiques commencent à remettre en cause, en même temps qu’ils ont gonflés la dette souveraine de notre pays, ont tari la source des recettes de l’Etat qui auraient permi d’agir sur la durée, et non dans la précipitation, sur le front de la capacité de la France à garantir des emplois aux jeunes mais également aux séniors dont l’expérience fait tant défaut sur les lieux de production.

Mais il est une constante dans la vie d’une Nation au travail, il y a plus d’électeurs chez les humbles des grands bataillons qui concourent à l’enrichissement du Pays que chez les nantis qui fort de leur position au sommet ont tous les moyens de choisir le plus efficace pour planquer en dehors du Pays l’argent qu’ils s’octroient sans vergogne.

Nicolas Sarkozy, sommet social, Front de l'emplo, TPE, PME, CDD, Pole emploi, chômage partiel, banquiers, concurrence déloyale, agriculture paysanne, grandes chînes de distribution, Bolloré, Liliane Bethencourt, Bernard Tapi, Ben Ali, Kadhafi, cadeaux fiscaux, Il est aujourd’hui trop tard, ce qui est pris est toujours bon à prendre mais que Nicolas Sarkozy ne s’y trompe pas ceux qu’il a  arnaqués en 2007 – travailler plus pour gagner plus – ne vont pas manquer, en 2012, de lui rendre la monnaie de la pièce.

29/10/2011

Sarkozy: Un simple candidat en précampagne présidentielle pour 2012

 

nicolas-sarkozy-sur-tf1-et-france-2-le-27-octobre-2011-10574573padfh_1713.jpgQu’il le dise ou pas, n'a pas d'importance, l’homme qui s’est exprimé hier sur TF1 et France 2 était pré-campagne. Cette émission n’avait pour seul objectif, mettre au travail une batterie d’analystes et de communicants en vue de lui fournir ses futurs éléments de posture et de langage pour demain reconquérir la confiance de ceux qui ont cru dans ses promesses en 2007 qui aujourd’hui n’en peuvent plus de ses reniements et qui ont commencé à le vomir en silence.

Hier Nicolas Sarkozy n’a pas été le Président de la République responsable, qu’il voulu nous montrer, venant rendre compte aux Français des décisions qui ont enfin été accouchées à Bruxelles pour tenter de sortir l’Europe d’une crise qui n’en finit plus et que ni lui ni la Chancelière Allemande sont fichus de résoudre tant leurs désaccord est important.

 

 

banque_centrale_euro_18898b.jpgDans cette émission calée, calibrée, avec ce qu’il faut de  grandiloquence, « s’il n’y avait pas eu d’accord hier soir, ce n’est pas simplement l’Europe qui sombrait dans la catastrophe, c’est le monde entier »  Nicolas Sarkozy a tenté de nous faire croire qu’il ne fait que son devoir de chef de l’Etat – n’a-t-il pas été élu pour cela ?   sans se soucier de ses ambitions personnelles. Tu parles Charles !

Dur le jugement ! Non, réaliste ! Parce que même en le parant de toutes les vertus, cet accord, arraché après une nuit de « tiraillements » franco-allemands, ne règle en rien le problème de fond de l’Europe donc les problèmes liés à la crise et que la dessus il ne s’est pas exprimé parce qu’il n’a rien à dire, c’est un homme du passé sans vision pour le futur !

helmut.jpgimages.jpgL’Europe pour s’en sortir doit définitivement mettre un terme à l’ambigüité du Traité de Maastricht où le choix entre fédéralisme ou confédéralisme a été esquivé. Le compromis de François Mitterand et d’Helmut Kohl doit désormais être dépassé.

Hors Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur ce point sont loin de se rejoindre. Ils ne se sont mis d’accord que sur une chose, g2580252.jpgagner du temps et mieux aborder chacun leur côté la campagne électorale qui les attend en vue de leur réélection. On a sauvé la Grèce youppie on est les plus beaux et les plus forts !

Mais ce nième plan de sauvetage de la Grèce va rapidement montrer ses limites quand le Portugal, l’Espagne et l’Italie vont venir frapper à la porte de la solidarité européenne parce qu’elles ne peuvent plus payer les intérêts de leurs dettes respectives. D’ailleurs Nicolas Sarkozy lui-même n’y croit qu’à moitié, il commence déjà à se couvrir car rien n’est gagné : «  si la Grèce fait les efforts qui lui sont demandés, ça ne coûtera rien à la France, ça ne coûtera rien à l’Europe ».

Non hier Nicolas Sarkozy ne s’est pas comporté en chef de l’Etat qu'il prétend être, mais en candidat cornaqué par l’UMP dont il est en réalité resté le petit chef. Candidat à la recherche d’une stratégie de campagne pour sa réélection, candidat venu nous refaire la campagne de 2007.

Mais il n’a pas été meilleur sur le plan intérieur français !

Oser nous dire qu’il ne connaissait pas l’état des finances des caisses de retraites avant d’être élu, il fallait oser le faire ! Nicolas Sarkozy hier soir l’a fait ! Nous faire le coup de violon sur les 35 heures, la retraite à 60 ans, et tutti quanti comme étant les principales sources de la crise de la dette de la France, franchement il fallait aussi oser le faire ! Nicolas Sarkozy hier soir l’a fait !

Nicolas Sarkozy connaîtrait-il si mal l’entreprise qu’il n’a pas encore intégré que le passage aux 35 heures, s’il a posé un réel problème pour les PME de la sous-traitance, n’en n’a pas moins été un formidable moyen pour les directions des grandes entreprises d’engager des opérations réussies d’augmentation de la productivité au travail de coups de rabot conséquents sur les conditions de travail et de blocage des salaires durant trois ans.

Si Nicolas Sarkozy ne sait pas cela, les salariés sur qui la pression s’est accrue lors du passage aux 35 heures en savent eux quelque chose et s'en souviennent ainsi que les "petits patrons" de PME. Il ne faudrait tout de même pas prendre les Français qui travaillent que pour des billes.

54435_protesters-shout-slogans-during-a-rally-against-the-austerity-economic-measures-and-corruption-in-front-of-the-parliament-in-athens.jpgQuand à nous faire pleurer sur le sort des Grecs et ce qu’ils subissent, la ficelle est un peu grosse pour servir au Français l’idée un nouveau tour de visse auquel ils vont être soumis.

Il y a à peine trois mois  un plan d’austérité a été présenté en hors d’œuvre à nos concitoyens. Voilà que l’on nous annonce en plat de résistance un deuxième plan – la prévision de croissance à 1.75% du précédent s’avère mauvaise, il faut tabler désormais sur 1%. C’est la faute à …… Mitterand ? Il décédé depuis 1996 ! A …… Jospin ? Il a quitté la vie politique depuis 2002! A …… Martine Aubry ? Elle est dans l’opposition depuis 2002 ! Alors la faute à qui .....? – .

Le repas, que dire, « la pilule amère » est servie, Français il vous faut l’avaler. Nicolas Sarkozy le sauveur autoproclamé de l’Europe et du Monde, le protecteur de la France et des Français, vous convie à la table de la « gestion rigoureuse ». D’ailleurs ne vous plaignez pas regarder il vous a épargné le sort des Grecs. Ce n’est pas une ficèle, c’est une corde d’ancre marine!

Au fond qu’avons-nous vu et entendu hier ?

q.liberation.fr.jpgD’abord, il nous a été donné à voir un Nicolas Sarkozy, se faisant passer pour un héros du dernier sommet de Bruxelles, sauveur de l’Euro, de l’Europe et bientôt du monde. Grâce à lui et selon lui, tout ira mieux demain, les chinois vont investir leurs excédents en Europe  et la crise ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

Ensuite, il nous a été donné d’entendre que si les socialistes en 1983 n’avaient pas pris "des décisions folles", aujourd’hui la France ne serait pas dans les difficultés qu’elle connaît, aussi 7708511405_une-mauvaise-note-de-l-agence-standard-and-poor-s-et-les-pays-concernes-empruntent-plus-cher-sur-les-marches.jpgendettée qu’elle l’est. Heureusement a martelé Nicolas Sarkozy les réformes qui s’imposaient ont été faites et le redressement est en marche. Si le président nous a dit assumer ses responsabilités il a omis au passage les 500 milliards d’augmentation de la dette de ces 4 dernières années qui pèsent durement sur notre fameuse note AAA.

Enfin, Nicolas Sarkozy a annoncé que les Français auront à se serrer la ceinture encore de quelques crans.  Le tout emballé dans une vague promesse que tout cela se fera de façon juste et que les efforts seront partagés par tous.

Pour le reste braves gens ne comptez pas sur Nicolas Sarkozy pour qu'il vous en dise plus! Le protecteur de la France prépare le régime mais ne vous dit pas ce qu’il y aura à la carte sinon que «  le problème ce ne sont pas les agences de notations, c’est que nous dépensons trop ». La messe est dite entre les lignes il faut comprendre demain ce sera régime sec.

Les Français veulent du changement, et souhaitent qu’on leur donne des perspectives d’avenir. De cela ils n’ont pas entendu parler.

Ce dont ils peuvent être surs c’est que Nicolas Sarkozy qui n’a qu’une obsession en tête, se faire réélire, fera tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas déplaire aux marchés afin que la France conserve son triple A.

En ligne de mire, les retraites, le pouvoir d’achat, le remboursement des dépenses de santé, l’assurance chômage, bref il nous suffit de bien nous imprégner du régime qui a été imposé, par les marchés, le FMI et la Commission Européenne, aux Grecs, aux Espagnols, aux Italiens pour comprendre à quoi peuvent s’attendre demain les Français.

Personne ne peut nier que des efforts doivent être engagés pour redonne8300_1ere.jpgr de la compétitivité au secteur industriel français, pour réformer la fonction publique et territoriale, pour reconquérir  un équilibre des finances publiques, pour assurer la transition énergétique et écologique du modèle de production industriel et agricole français, pour transformer le système de santé et prendre en compte le viellissement de la population. Mais tout cela ne peut pas indéfiniment être porté par les classes moyennes et les classes les plus démunies.

Il faut impérativement remettre de la justice à tous les niveaux du corps social.

1-a-logo-for-oil-giant-total-is-seen-at-a-petrol-station-in-london_201.jpgLa contribution des plus aisés de nos compatriotes doit être sollicitée plus fortement. La tranche supérieure de l’impôt de 41% doit être élevée à 45%, il faut créer une nouvelle tranche à 50%. Que cela plaise ou ne plaise pas au Medef, il faut que 1893365.jpgles grands groupes industriels soit imposés plus lourdement. La grande distribution doit lâcher un bout de la part insolente de plus value qu’elle réalise sur le dos des consommateurs et des sous-traitants. Les transactions financières doivent être taxées.....

Ces pistes courageuses à explorer et à mettre en oeuvre pour un homme d’état, Nicolas Sarkozy ne les a pas abordées de riche_323.jpgfront et pour cause. Elles toucheraient à l’essentiel de ce qui constitue son fond de clientèle électoral qu’il n’a cessé de satisfaire depuis son arrivée à l’Elysée  et sans lequel demain il n’aurait plus aucune chance de se faire réélire.

La faiblesse et le peu d’ambition des propositions du programme socialiste auraient du l’inciter à s’inscrire résolument dans cette voie. Mais n’est pas homme d’état celui qui se déclare comme tel!

medium_drapeau.jpgLe costume de l'intérêt général est un peu trop large pour Nicolas Sarkozy, celui de chef de clan lui sied mieux c'est au fond la leçon qui nous a été donné de recevoir au terme de ce pitoyable tour de piste médiatique

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu