Avertir le modérateur

10/03/2012

11 Mars 2012: «Sortir du Nucléaire c’est possible, décidons-le sans délais !»

hiroshima,nagasaki,tchernobyl,fukushima,areva,edf,eric besson,nicolas sarkozy,françois hollande,parti socialiste,pcf,energie renouvelable,réseau sortir du nucléaire,penly,paluel,epr,nogent sur marne,fessenhiem,tricastin,chaîne humaine lyon avignon,11 mars 2011,11 mars 2012

Le 11 mars 2011, cette date est encore bien présente dans la mémoire collective de la planète. Ce jour là, le Japon, déjà durement touché par une catastrophe naturelle d’une grande ampleur, devait faire face pour la troisième fois de son histoire au péril nucléaire. Soixante cinq ans après avoir été les victimes du nucléaire militaire américain, les Japonais étaient frappés par le nucléaire civil !

Le 11 mars 2011, le monde était rappelé à la réalité ! Contrairement à ce que nous en racontent les «aficionados du nucléaire», de tous bords, l’utilisation de cette technologie, dévoreuse d’argent public, potentiellement porteuse de mort et de longues maladies pour les hommes, de destruction massive et durable pour l’environnement, comporte des risques incontrôlables en cas de défaillances toujours imprévisibles et produit des déchets dont la durée de vie est très largement plus importante que celle de plusieurs dizaine de durée de vie d’un homme.

Un an après la catastrophe de Fukushima, pour que personne n’oublie, une chaîne humaine va se déployer dans la vallée du cesium_fukushima_3-ed610.jpgRhône, là où vivent des millions de personnes et où des «inconscients» ont cru bon de concentrer pas moins de 14 réacteurs nucléaires, les exposants ainsi de façon permanente et totalement inacceptable à risque majeur d’accident chaque jour de plus en plus probable eu égard à l’âge des centrales en service.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes de toutes origines françaises et européennes convergeront entre Lyon et Avignon pour dire ensemble «Sortir du Nucléaire c’est possible

Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima, Areva, EDF, Eric BESSON, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Parti Socialiste, PCF, Energie Renouvelable, Réseau sortir du Nucléaire, Penly, Paluel, EPR, Nogent sur Marne, Fessenhiem, Tricastin, Chaîne Humaine Lyon Avignon, 11 Mars 2011, 11 Mars 2012,  Etre solidaire des Japonais, soutenir l’initiative du Réseau Sortir du Nucléaire et des très nombreux relais qui ont rejoint la mobilisation en région, est certes un acte militant dont nous devons tous être fiers.

Mais au-delà, cette mobilisation doit aussi constituer un signal puissant en direction des décideurs politiques qui doivent se positionner clairement sur un sujet à propos duquel leurs décisions engagent leur responsabilité personnelle.

Les Français dans leur grande majorité refusent d’être sous la menace permanente d’un danger qui peut les anéantir, eux et leurs familles, immédiatement ou après de longues années de souffrances invalidantes.

Ce 11 mars 2012 nous soutiendrons ensemble si possible entre Lyon et Avignon où en rejoignant les différentes article_photo_1216369630302-3-0.jpgmanifestations locales qui se tiendront en région pour dire que nous ne voulons pas que demain sur la déjà trop longue liste des catastrophes nucléaires mondiales figure le nom de Penly, Paluel, Flamanville, Saint Laurent des Eaux, Fessenheim, Gravelines, Bugey, Nogent, Dampierre, Tricastin , Blayais, Chinon, Civaux, Golfech, Saint-Alban, Cruas, Belleville, Catenon ou Chooz.

Dimanche 11 mars 2012 doit être le jour de la «mobilisation générale» pour dire : «non à la folie industrielle du nucléaire», «oui à une consommation intelligente et rationnelle de l’énergie»  et «oui à l’entrée dans le monde moderne de l’énergie renouvelable, propre et sure».

Dimanche 11 mars 2012 faites l’histoire et rejoignez le mouvement pour libérer le Pays de ses ennemis de l’industrie française du nucléaire.

 

nucleaire-non-merci.jpgHiroshima 6 aout 1945, Nagasaki 9 aout 1945, Tchernobyl 26 avril 1986 et Fukushima 11 mars 2011. Comment, à moins d’être fou, peut-on encore imaginer poursuivre dans une voie qui conduira immanquablement à devoir vivre un drame identique?

 

«Sortir du Nucléaire c’est possible, décidons-le sans délais !»

 

09/11/2011

Présidentielles 2012: Hollande renvoie Joly dans ses filets

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psEva Joly, dont la campagne présidentielle semble patiner, a réexpliqué sa façon d’aborder la question des accords de gouvernement avec le PS ; «il n’y aura pas d’accord de gouvernement si nous ne sommes pas d’accord sur le fait qu’il faut sortir du nucléaire. Et comme il n’y a pas de victoire de la gauche sans les écologistes, cela pose problème.» C’était jeudi dernier depuis le Japon.

Dimanche soir, Eva Joly en a remis, une petite louche, plus question de sortir du nucléaire mais, «il n’y aura pas d’accord si l’abandon du projet EPR à Flamanville n’est pas acté». 

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLa réponse, sèche comme un coup de trique, est arrivée lundi soir  sur France2, où lors d’une intervention François Hollande a précisé qu’en cas d’élection à la Présidence de la République il, « préserverait la construction d’un EPR ». Pierre Moscovici son futur directeur de campagne ajoutant : « C’est ce qu’il a toujours dit »

Inutile de dire que les relations PS/EELV se sont légèrement tendues, jusqu’à Cécile Duflot, le soutien de Martine Aubry, laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psqui, histoire de tendre encore un peu plus la ficelle, y est allée de son couplet dans un entretien avec l’AFP: « aujourd’hui on est en situation de s’interroger si, de la part de François Hollande, tout cela signifie une fin de non recevoir et la volonté d’avoir une stratégie qui fait l’impasse sur le rassemblement de la gauche et des écologistes ».

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psMichel Sapin s’est employé à calmer le jeu et semble-t-il les négociations vont pouvoir reprendre. Lui-même, pour le PS et Jean-Vincent Placé pour les Verts sont chargés de recoller les morceaux.

Mais, voila les Verts prévenus, François Hollande sur la question du nucléaire ne s’en laissera pas compter. Ce sera à prendre ou à laisser, d’autant que le poids, de l’ordre de 3%, d’Eva Joly dans les sondages ne plaide aucunement en sa faveur.

Et si André Vallini se dit prêt à lâcher des circonscriptions aux Verts il prend soin de préciser : « à la hauteur de ce qu’ils représentent, pas forcément à la hauteur de leurs attentes ».

Le nucléaire est une longue tradition au parti socialiste ! laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLaurent Fabius, qui comme toujours a l’art de renvoyer les responsabilités à d’autres que lui-même a, sur RTL, déclaré à propos de l’EPR de Flamanville : « il ya eu des travaux engagés, du gros œuvre, pour plus de 5 milliards d’euros. Un rapport en Janvier va dire si ces malfaçons ont été corrigées ou pas. Si elles ont été corrigées, je pense que l’on pourra prolonger le projet ». Une manière comme une autre de dire au Verts, soyons sérieux, il n’est pas possible de jeter à la mer 5 milliards de travaux réalisés.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psPire est la phrase qu’il a prononcée lors du même entretien à RTL ; « Si Areva veut vendre des EPR à l’étranger, c’est difficile qu’ont n’ait pas un EPR en France ». Les Hauts-Normands doivent comprendre que pour Laurent Fabius, s’agissant de Penly le dossier n’est pas refermé.

L’ex-premier ministre qui n’a pas perdu son art d’enfoncer les portes ouvertes, a finit par lâcher : « En revanche, si la sécurité laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psn’est pas assurée, il faudra abandonner Flamanville ». Franchement de qui se moque-t-il, quel dirigeant de quelque bord que ce soit, écologiste ou pas, prendrait, après FUKUSHIMA, la responsabilité de maintenir une opération qui comporterait des risques  au plan de la sécurité ?  

Après avoir choisi de soutenir Martine Aubry à la primaire socialiste, les Verts en la personne d’Eva Joly viennent de commettre une deuxième erreur politique : jouer les gros bras avec François Hollande, le vainqueur de cette primaire, alors que celui-ci est au plus haut dans les sondages et que la crise économique qui secoue la zone euro fait de la question écologiste en général et celle du nucléaire en particulier ne constitueront pas l’enjeu principal de la Présidentielle pour 2012.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psCrise de la zone euro oblige, François Hollande et Nicolas Sarkozy qui doivent ratisser large et cliver court ne prendront pas le risque de se laisser dicter leur programme par des écologistes qui ces derniers temps ont fait plus pour gagner des postes que des batailles emblématiques des luttes qu’ils sont sensés porter.

Force est de constater que les Verts, qui avec Daniel Cohn-Bendit et Europe-Ecologie s’étaient ouverts un boulevard au moment des Européennes, ont été dans l’incapacité de construire un rapport de force solide pour s’imposer aux forces du consensus PS et UMP.

Cela n’augure rien de bon pour le Projet de l’Ecologie Politique qui faut-il le rappeler doit se construire dans l’indépendance.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psLes Verts, emportés par la fringale de postes des plus « affamés » de leurs cadres dirigeants vont rapidement revenir au bercail socialiste en tentant de gérer au mieux de leurs intérêts personnels sur la base bien connue du « un tien vaut mieux que deux tu l’auras.» 

Après la victoire de François Hollande à la primaire ils se sont retrouvé le bec dans l’eau, le retour de manivelle de lundi soir les place au fond de la cuvette et comme il est exclu que les actuels députés prennent quelque risque que ce soit, « la messe est probablement dite ».

Vincent Placé Cécile Duflot et d’autres vont gigoter encore un peu, histoire de faire du buzz ; puis Jean-Vincent Placé viendra expliquer que l’accord qu’il a finit par obtenir des socialistes est le meilleur de toute l’histoire du Mouvement Ecologiste.

laurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psIl suffira de se rappeler qu’en 1981 François Mitterrand dans sa « Lettre au Français » avait promis qu’il n’engagerait pas le pays sur la voie du nucléaire civil. Après sa victoire il a symboliquement fait classer le projet de la Centrale de Plogoff qui n’a jamais vu le jour.

En revanche il a mis en oeuvre l’ensemble du programme, préparé par Pierre Messmer sous Valéry Giscard d’Estaing, qui a abouti à la construction du parc nucléaire français, qui aujourd’hui, compte pas moins de 58  réacteurs.

De ce polaurent fabius,ps haute-normandie,parti socialiste,ump,ps,michel sapin,andré valinni,eva joly,cécile duflot,jean-vincent placé,epr,penly,flamenville,sortir du nucléaire,pierre messmer,valéry giscard d'estaing,françois mitterand,la lettre aux français,centrale nucléaire de plogoff,parc nucléaire français,négociations vert-psint de vue là, les écologistes doivent garder mémoire,  les déclarations de Laurent Fabius devraient y continuer.

Pour le reste, les négociations pour les postes et les circonscriptions, réponse d’ici quelques jours.

20/09/2011

Nucléaire: Qui ment Besson ou Joly ?

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Eric Besson, s’en est pris lundi à Eva Joly – la candidate à la présidentielle des écologistes de gauche –  l’accusant de mensonge ou d’incompétence.

 

 

«  Eva Joly soit ment, soit se trompe tellement lourdement que c’est une faute professionnelle insensée, quand elle affirme régulièrement que l’on peut remplacer le parc nucléaire existant par des parcs d’éoliennes »  a indiqué à l’AFP l’ancien cadre socialiste aujourd’hui ministre du « nucléocrate » Nicolas Sarkozy qui de son côté ne rate jamais une occasion pour dire sa haine des écologistes qu’il qualifie d’intégriste.

 

« Je ne sais pas quelle est la part de mensonge et quelle est la part d’incompétence, mais là c’est grave. On ne peut pas dire cela »  s’est lâché le « ministre-toutou de Sarkozy »  à Vienne où a débuté ce lundi la réunion annuelle de l’AIEA – Agence internationale de l’Energie Atomique – qui se tient pour la première fois depuis la catastrophe de FUKUSHIMA.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Eva Joly considère que la France peut sortir du nucléaire en 20 ou 25 ans. Au nom de quelle démonstration crédible Eric Besson s’autorise-t-il à la traiter de menteuse ou d’incompétente ?

 

Rappelons qu’en Mai dernier Angela Merkel  vient a décidé que l’Allemagne sortirait du nucléaire dans des délais courts.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,A la différence d’Eric Besson et de Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande s’est engagée sur une stratégie forte qui prévoie : un objectif global de baisse de 10% de la consommation d’électricité et une montée en puissance plus rapide des énergies renouvelables dont la part va passer de 30 à 35%.

 

Le tout est assorti de mesures d’accompagnement pour les secteurs forts consommateurs en énergie ainsi que des actions d’isolation d’immeubles anciens. De plus Berlin s’est engagé dans le même temps à ne pas renoncer à ses objectifs de réduction de gaz a effet de serre de 40% d’ici à 2020.

 

Siemens un des grands de la construction électrique allemande vient de son côté d’annoncer tout récemment qu’il se retirait des activités nucléaires.

 

Il est donc possible de sortir du Nucléaire tant en terme de production d’énergie qu’au plan industriel de construction d’équipements dès lors que la volonté politique de le faire existe chez les dirigeants concernés.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,En France, le puissant lobby des ingénieurs du corps des mines fait encore la loi, soutenu qu’il est par les politiques des deux bords dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils manquent sérieusement de courage ou tout simplement qu’ils entendent, comme le fait Nicolas Sarkozy, maintenir notre pays sur un marché que les autres pays développés sont en train de déserter.

 

Plutôt que d’annoncer la vérité ils mentent et cachent avec soin les réalités de cette filière nucléaire qui est sale, dangereuse, chère et dont on peut envisager de se passer.

 

Alors qui ment ? Eva Joly ou Eric Besson ? A chacun de s’informer, la vérité est bout de la recherche et non du côté de l’invective et de l’anathème.

 

S’il est un reproche que l’on peut toutefois faire à Eva Joly et aux écologistes de gauche d’EE-Les Verts qui la soutiennent, c’est de se caler sur cette question sur les promesses et les positions du Parti socialiste.

 

En la matière il ne faut pas avoir la mémoire courte c’est François Mitterand et les gouvernements socialistes qui ont réalisé – alors qu’il s’était engagé dans ses 110 propositions à ne pas le faire –  le programme de construction des réacteurs, prévu par Pierre Messmer en dehors de celui de Plogoff.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Aujourd’hui les déclarations de Martine Aubry ou de François Hollande montre que le Parti Socialiste au gouvernement ne sortira pas du nucléaire avant 2050 et encore pas totalement. Ne jamais oublier que le PS soutient la construction des EPR de Penly et de Flamanville.

 

21/07/2011

EPR Flamenville: Nouveau report de délais et doublement de la facture initiale!

EDF.jpg EDF vient d’annoncer – mercredi 20 juillet – une prévision de retard de deux ans supplémentaire concernant la mise en service du réacteur nucléaire 3ème génération (EPR) de Flamanville dans la Manche. Ce nouveau retard porte à 2016 la mise en route qui était initialement prévue à 2012.

Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, EDF annonce que le coût initial de l’opération de 3,3 milliards d’€uros est aujourd’hui porté à 6 milliards sachant qu'il ne s'agit là que nouvelle évaluation le chantier n'étant encore pas terminé.

EDF a beau arguer du fait que le réacteur de Flamanville est le premier de sa génération et le premier de l’après catastrophe de Fukushima pour expliquer les retards et les surcoûts, il n’empêche que la réalité des faits qui s’imposent.

SIGE_EPR_px_501__w_ouestfrance_.jpgEDF et Bouygues-Construction sur ce chantier font preuve d’une maîtrise industrielle relative. Tant la nature des travaux que ses coûts de réalisation ont été très mal évalués.

Quand au déroulement des travaux par lui-même, le moins que l’on puisse dire est que dans ce domaine également la maîtrise organisationnelle du chantier n’est pas à la hauteur. L’Autorité de Sureté Nucléaire a été dans l’obligation d’intervenir à plusieurs reprises.

202px-Logo_ASN_svg.pngL’ASN a constaté qu’un accident du travail sur quatre n’était pas déclaré – une vingtaine d’entreprises seraient concernées, le Parquet de Cherbourg a ouvert une enquête – et il semble que des salariés d’un sous-traitant de Bouygues n’auraient pas de protection sociale.

Depuis le début de l’année 3 accidents du travail mortels doivent être déplorés sur le chantier qui occupe 3300 salariés. Des enquêtes préliminaires sont en cours dont l’une pour « homicide involontaire ».

article_billet.JPGIls convient par ailleurs d’ajouter qu’à la note déjà salée, 6 milliards d’€uros à ce jour, il faut ajouter, le montant de la part de l’investissement nécessaire au stockage des déchets que produira le réacteur en service ainsi que les coûts de démantèlement du réacteur au terme de sa durée de vie.

De quoi s’interroger sur la compétitivité réelle du KW nucléaire face au KW Énergie renouvelable, sur le plan de l'investissement mais également en fonctionnement, car en la matière il faudra bien prendre en compte le montant des assurances à contracter pour couvrir les dédommagements en cas d’accident nucléaire, toujours possible !

Cette question est d’autant plus pertinente qu’EDF se garde bien d’aborder cet aspect la question lors de ses demandes d’augmentation du prix KW/H facturé.

manif nuc à Dieppes mardi 15 mars 2011.jpgDans ces conditions d’incertitudes sur le montant final de la facture – des surcoûts peuvent encore apparaître durant les dernières années de réalisation – mais également sur les délais – le réacteur d’Olkiluoto en Finlande démarré par AREVA en 2005 est annoncé avec un retard de 4 ans – il serait sage de déclarer un moratoire sur le démarrage de du réacteur EPR de Penly. D’autant que le retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima conduira inévitablement à une augmentation des exigences de sécurité dont les coûts viendront encore grossir la facture.

Le Président de la République aura-t-il cette sagesse?

On peut malheureusement en douter tant il fait preuve dans ce domaine comme dans d’autres d’ailleurs, d’aveuglement et d’entêtement

13:10 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : edf, epr, flamanville, penly, bouygues, fukushima, asn, parquet de cherbourg, areva, olkiluoto | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

22/04/2011

25 ans après Tchernobyl: c’est toujours non au nucléaire!

nucleaire%20monde%20%20Kheng%20Guan%20Toh%20%20Fotolia_com.jpg25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, la donne n’a pas changé. L’énergie nucléaire pose sans conteste possible en France mais également partout dans le monde la question fondamentale d’une technologie non maîtrisable à 100% par l’homme. Elle fait courir un risque majeur à l’Humanité toute entière pour aujourd’hui, pour demain mais également après demain.

intérieur Fukushima.jpgLa catastrophe de Fukushima, est l’illustration parfaite de l’effondrement du mythe de la sureté nucléaire. Depuis le 11 mars il a été donné au monde entier de constater qu’une centrale nucléaire n’est pas un sanctuaire à l’abri des aléas climatiques et des catastrophes naturelles. Faut-il attendre que la démonstration soit faite que de la même manière un acte terroriste contre un site nucléaire peut conduire au pire et exposer la nature les hommes et les animaux à des risques insensés.

logo_asn.pngL’Alliance Ecologiste Indépendante soutient les militants qui occupent actuellement les locaux de l’ASN et également ceux qui partout en France commémorent les 25 ans de Tchernobyl en mémoire de toutes les victimes civiles du nucléaire.

Les flick acceuille le train.jpgL’Alliance Ecologiste Indépendante dénonce les déploiements disproportionnés de forces de police destinés à faire pression sur les militants pacifiques et les empêcher d’alerter nos concitoyens sur les dangers de cette énergie maudite.

L’Alliance Ecologiste Indépendante réaffirme avec ces militants la nécessité de décider immédiatement la fermeture de tous les réacteurs situés en zones à 100210110738.jpgrisques sismiques ou d’inondation, l'annulation des projets de construction des EPR sur les sites de Flamanville et de Penly en Normandie et la mise en chantier d’un programme recherche développement pour engager une refonte de la politique énergétique de notre Pays.

18:57 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tchernobyl, fukushima, penly, flamenville, asn, epr | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

16/03/2011

Le nucléaire est dangereux à l’échelle mondiale

japon_seisme_tsunami_incencies_inside.jpgVendredi 11Mars un puissant séisme de magnétude 8.9 sur l'échelle de Richter, dont l'émergence se situait au large des côtes du Japon a provoqué la naissance d'un tsunami aux effets dévastateurs. Des vagues impressionnantes, emportant tout sur leur passage, se sont abattues sur la côte est du pays. Celles-ci pénétrant à l'intérieur des terres, notamment dans la région de Sendaï, ont provoqué des dégéts, matériels et humains, considérables.

Plusieurs jours après ce cataclysme le bilan reste à faire

Dans l'immédiat le nombre de victimes dépasse, selonles sources médiatiques convergentes, plusieurs milliers de personnes. Le Japon est endeuil. Avec lui l'Humanité toute entière est touchée par cette effroyable catastrophe dont les répercutions économiques et sociales ne se limiteront pas au seul Japon. une solidarité internationale sans faille avec le peuple japonnais s'impose pour aider à la reconstruction des régions dévastées, pour assurer les Japonnais de notre soutien et leur dire que nous ne sommes pas insensible au drame qui les accable.

Au-delà de la légitime émotion que suscitent le malheur et la désolation des Japonais cette catastrophe naturelle vient de remettre en évidence de façon sinistrement éclatante la question de la sécurité des centrales nucléaires de production d’énergie électrique.

e32bf178-4c94-11e0-905a-6befb113463d.jpgPlusieurs centrales ont été déclarées en alerte d’urgence, avec de graves dysfonctionnements qui ont conduit les autorités gouvernementales nippones à prendre la décision de procéder à l’évacuation des populations résidents dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres autour des sites. Les systèmes de refroidissements ayant été endommagés les autorités de sureté nucléaires japonaises n’écartent plus la possibilité d’une fusion des cœurs de réacteurs avec les conséquences gravissimes qu’une telle occurrence pourrait entraîner. Des explosions se sont déjà produites dans au moins deux réacteurs et il a été procédé à des relargages à l’air libre de vapeurs chargées d’éléments radioactifs.

Le monde est entrain de prendre conscience en direct que le nucléaire est un colosse aux pieds d'argile.

Quoiqu’en disent les partisans acharnés du nucléaire, chaque incident peut, de façon imprévisible, dégénérer en catastrophes incontrôlables. Le Japon, dont l’expertise en matière de risque nucléaires est généralement reconnue comme fiable et expérimentée, fait aujourd’hui, 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, la démonstration que le nucléaire n’est pas à la mesure de la capacité des Hommes à en maîtriser toutes les dimensions.

Demain les vents nous apporteront la pollution radioactive qui actuellement se déverse sur le Japon.

L’expérience Tchernobyl l’a démontré la pollution radioactive ne reste pas circonscrite à la zone où se produisent les catastrophes. Ceux qui veulent nous faire croire le contraire sont des menteurs. Nous sommes tous concernés par ce qui arrive en ce moment dans les centrales nucléaires au Japon.

Dès lors, refusant d’entrer dans une polémique où on voudrait les entrainer, en dépit des déclarations des ministres BESSON et KOSUSCO-MORISET, à l’heure où le pouvoir en France veut imposer un renforcement du poids du nucléaire dans notre pays et devant la réalité des faits qui s’impose, les écologistes affirment que le moment est arrivé d’agir en direction de l’opinion publique.

Alliance Écologiste estime que la question du nucléaire doit impérativement être à nouveau posée en France et considère que celle-ci doit être traitée dans les termes suivants:

S’appuyant sur les déclarations du Président de la République qui s’est prononcé pour la réalisation d’un retour d’expérience concernant les dysfonctionnements constatés dans les centrales de Fukushima et d'Onagawa:

Alliance Écologiste demande:

- La mise en place d’un moratoire sur la réalisation des projets EPR à Penly et Flamanville ainsi que celui du projet ITER

S’appuyant sur les éléments connus de faiblesses techniques graves dans plusieurs centrales du parc nucléaire français:

Alliance Écologiste demande:

- La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace qui est située dans une zone qui a connu des secousses sismiques de magnitude importante par le passé (5).

- La mise en place d’un calendrier de fermeture des Centrales nucléaires à risque qui ont dépassé une durée d’exploitation de 30 ans

S’appuyant sur la volonté des Français de ne plus être écartés des décisions qui les concernent au 1er chef:

Alliance Écologiste demande:

- L’ouverture d’un débat national qui permette aux Français d’exprimer leur choix quant aux risques aux quels ils sont exposés

- Un référendum sur la poursuite ou non de la filière nucléaire pour garantir la production d’énergie nécessaire à notre Pays

- Que le principe de transparence soit enfin la règle de base dans notre pays qui préside à l’information touchant aux questions liées au nucléaire.

Considérant l’extrême dangerosité des techniques nucléaires:

Alliance Écologiste demande:

- Une révision totale de la politique française en matière d’exportation des technologies nucléaires

- La suspension totale et définitive du partenariat stratégique en matière nucléaire avec la Libye.

S’appuyant enfin sur les décisions de ses partenaires européens, Allemagne, Suisse en particulier, qui anticipe la nécessité de trouver enfin les moyens de «Sortir du Nucléaire»

Alliance Écologiste demande:

- La mise en place d’une commission interministérielle destinée à favoriser en France une véritable politique de sobriété énergétique

- La mise en place d’une transition énergétique pourvoyeuse d’emplois sur le territoire et développant des filières d’énergies renouvelables adaptées aux bassins d’implantations.

01:27 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, tsunami, séisme, fessenheim, iter, epr, penly, flamenville, lybie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

07/04/2010

Pipeau-démocratie à Dieppe !

image003.jpgAlors que vient de s’ouvrir ce lundi 29 mars, pour 4 mois, les travaux de la Commission particulière du débat public concernant le projet de réalisation d’un réacteur type EPR à Penly qui porte le nombre de réacteur de la centrale de 2 à 3 l’on apprend que : « le document officiel de Programmation pluriannuelle des investissements électriques, qui vient d'être publié, assure "à deux endroits différents que la mise en service du réacteur de nouvelle génération de Penly (l'EPR) est déjà décidée." » .

 

Il ne fait plus aucun doute que dans ces conditions, la tenue d’un débat public sur le sujet relève plus « du gadget pour gogo » que d’une véritable concertation avant décision finale. Désormais dans notre pays même nos gouvernants ne respectent plus la loi. Celle-ci – loi du 27 février 2002 –  dispose en effet « qu'un débat public porte, à la fois, sur l'opportunité et les modalités de sa mise en œuvre »

 

Chantier EPR Flamenville.jpgTout est donc joué alors même que les retards de livraison, généralement évalué à 3 ans, pour les chantiers EPR en cours en Finlande et à Flamanville ne permettent pas, comme s’y était engagé EDF en 2005, de mettre au débat les retours d’expérience EPR avant de mettre en chantier une éventuelle série de ces types de réacteur nouvelle génération.

 

Aucune base sérieuse ne permet aujourd’hui d’engager un véritable débat et de se prononcer sérieusement sur un projet qui pose encore de multiples questions !

 

Qu’il s’agisse de maîtrise des couts économiques de réalisation, de fiabilité des systèmes de sécurité, de rejets et de diffusion d’éléments potentiellement nuisibles pour la santé des populations, de production de déchets toxiques biologiquement dangereux, il y a, en effet, loin de la coupe aux lèvres.

 

Ce débat public n’est qu’un débat alibi, un déni de démocratie, un mépris des citoyens dont il convient de dire qu’ils ne sont pas dupes des pratiques et des objectifs de leurs gouvernants.

 

300x200_1535326_0_d83c_ill-1326151-04a8-ill-1269141-9931-464879.jpgLe ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable, Jean-Louis BORLOO, ne se grandit pas en cautionnant une telle parodie de démocratie !

 

La même remarque vaut pour les leaders locaux et nationaux des « deux grandes surfaces du consensus productiviste et pro nucléaire »

 

L’UMP et le PS vont-ils enfin dénoncer cette pipeau-démocratie qui contribue à jeter dans l’abstentionnisme et le vote FN une quantité toujours plus grande de nos concitoyens ?

 

On peut à bon droit s’interroger sur la finalité de tels comportements.

 

La réalité est qu’il existe un immense marché nucléaire-civil mondial et qu’au plus haut niveau du lobby nucléaire français on ne veut pas se laisser distancer dans la course aux contrats.

 

Faut-il pour cela ne pas s’embarrasser de procédures ou d’engagements contraignants.  

 

dollar-en-liasse.jpgLe marché est aujourd’hui évalué à plus de 1 000 milliards de dollars d'investissements d'ici à 2030.

 

Il y a là de quoi faire bouillir encore un moment la marmite d’une flopée de dirigeants politiques inféodés à des financiers cyniques et irresponsables qui tirent les ficelles d’un modèle d’organisation de la cité qu’une partie chaque jour plus grande de Français  tend à rejeter tant il fait peu de place à la vie, au partage et à l’intelligence créatrice.

Ce pactole nucléaire fait courir Nicolas Sarkozy, qui a demandé en décembre dernier à l'ancien président d'EDF François Roussely de «  réfléchir à l'organisation industrielle de la filière nucléaire civile française, au rôle de l'Etat dans celle-ci et à sa stratégie en matière d'alliances et partenariats ». – cf. Le Monde du 17 03 2010 -.

regionales-haute-normandie-laurent-fabius-pou-L-1.jpgAu passage chacun, sur le sujet, peut noter le mutisme assourdissant de la troïka socialo-libérale -  FABIUS,  HOLLANDE et AUBRY – qui se garde bien de piper mot.    

Contrairement aux concessions verbales qu’ils condescendent à faire en agrémentant leurs discours de déclarations en faveur des énergies renouvelable, les leaders des partis de gouvernement, socialistes et les libéraux, ont déjà inscrit l’énergie nucléaire  au cœur du nouveau projet de cycle de croissance de l’après pétrole. Ils n’en démordront pas !

 

La question devra être tranchée lors des prochaines élections présidentielles, il faudra s’y préparer ! C’est bien à la lumière de cette réalité qu’il convient de regarder les méthodes utilisées pour l’organisation des travaux de Commission particulière du débat public concernant le projet de réalisation du réacteur type EPR à Penly. 

15:38 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : penly, pipeau, démocratie, marché, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

24/02/2010

Bernard FRAU répond à la CRCI de Haute Normandie

Pinterville le 24 02 2010

 

 

V/Référence :

N/Référence :

 

Objet :

 

 

Monsieur le Président,

 

J’ai bien reçu en son temps le courrier dans lequel vous avez bien voulu exposer les attentes de votre organisation à propos des « principaux engagements des différents Candidats aux élections régionales pour les politiques intéressant directement les entreprises », j’y réponds bien volontiers.

 

Tout d’abord, avant de répondre très concrètement au catalogue de questions que vous m’avez transmis, il m’est apparu utile de vous préciser le contenu des priorités qui animent la pensée écologiste telle que nous la concevons à l’Alliance Ecologiste Indépendante.

 

La crise globale à laquelle la planète, et par voie de conséquences notre Région, est confrontée nous amène à considérer que le modèle  économique et social, sur lequel a été fondé la marche de nos sociétés dites « développée », vient d’atteindre ses limites et se trouve désormais obsolète.

 

Si, dans ce contexte, nous ne considérons pas que la relation entre économie et écologie est une relation par nature contre nature, nous n’en retenons pas moins que les enjeux clés de l’avenir doivent avoir comme seul et unique but final la préservation de la Vie au sens large. Ce que ne nous démontrent pas tant le libéralisme, vécu à la mode anglo saxonne, que la social-démocratie vécue à la mode européenne.

 

Loin des considérations de concurrence et d’affrontements pour la réduction permanente des coûts et l’accaparement des matières premières, loin du mythe de la croissance éternelle et de la société de consommation aliénante, l’Ecologisme cherche à faire avancer un modèle d’organisation de la Cité équilibré ou chacun la chance de faire vivre ses talents dans  une société où la liberté, la diversité, la dignité et le bien être seront les maîtres mots des programmes politiques. 

 

Dernière précision, c’est avec une logique de consensus qui dépasse les clivages réducteurs que dans l’indépendance nous entendons avec pragmatisme travailler, avec ceux qui le souhaiteraient, à l’amélioration de la condition et du bien être de tous les Normands.

 

L’écologisme dont nous souhaitons faire avancer les idées ne cherche en aucune manière à faire gagner la gauche et perdre la droite ou à l’inverse à faire gagner la droite et perdre la gauche, il entend construire sur des bases nouvelles le pacte social.

 

Ce préalable établi c’est par la dernière question posée dans votre « saisine » que   je commencerai mes réponses.

 

La liste que je conduis pour cette élection régionale, s’est positionnée sans ambiguïté pour la réunification immédiate de la Haute et de la Basse Normandie avec Rouen pour capitale.

 

Mutualisant ainsi les moyens humains et financiers consacrés par les deux actuelles entités nous estimons pouvoir enclencher une dynamique de nature à procéder aux rattrapages nécessaire qui doivent être effectués dans les deux territoires.

 

Pour atteindre nos objectifs de répondre mieux aux besoins des habitants de la Normandie nous estimons nécessaire de modifier la gouvernance régionale.

 

Conçue pour définir et conduire des stratégies concertées et adaptées à la personnalité globale du territoire,  au delà des pouvoirs réglementaires qui lui sont dévolus nous entendons que la Région mobilise le pouvoir de conviction de ses élus et devienne un lieu d’élaboration du pacte social.

 

Nous serons attentifs, en particulier à ce que les stratégies régionales soient définies avec tous les acteurs concernés et nous ferons du Comité économique et social le lieu de l’ultime négociation entre les différentes composantes de la société régionale normande.

Enfin parce que nous ne souhaitons pas voir notre région prendre du retard par rapport aux grandes mutations à venir, nous doterons le conseil régional d’un espace ouvert de concertation où seront élaborés les objectifs adaptés aux besoins actuels et futurs, le schéma prévisionnel des formations et les plans de développement des filières de l’enseignement supérieur.

Nous partageons l’idée que le Département de l’Eure doit  être pourvu en matière de formation post bac

Dès 2010 des assises « formation » seront réunies pour tracer les premières orientations et fixer les premiers objectifs, notamment en matière de développement de l’apprentissage et de l’alternance qui seront évalués et réactualisés annuellement par la suite.

S’il nous paraît important de procéder à la revalorisation des filières technologiques et professionnelles nous pensons qu’il est tout aussi important de ne pas négliger les filières culture, santé, économie sociale, agriculture raisonnée et sciences de la nature qui trouveront leur juste place dans nos soutiens.

 

Le soutien à ces filières étant en effet le gage d’un renversement de tendance qui doit impérativement s’opérer pour redonner à la Haute Normandie une attractivité à la hauteur de son patrimoine culturel, la qualité de ses paysages, son histoire, sa nature et sa gastronomie. Un plan guide de protection du Paysage Normand sera mis en place en début de mandat.

 

S’agissant des infrastructures, nous accompagnerons tant que faire se peux la réalisation d’infrastructure liées aux texhnologies de l’information et de la communication et un effort important sera porté en direction des TER.

 

Il sera établi dès la première année de mandat, un plan pour rendre le territoire économe en déplacements par un renforcement du maillage ferroviaire, l’amélioration des dessertes locales et l’augmentation des fréquences.  Une gestion expérimentale de lignes TER par des opérateurs proches des usagers est prévue en vue d’améliorer l’offre transport tant pour les voyageurs que pour les marchandises.. Il sera créé, un syndicat mixte régional, regroupant opérateurs, usagers, institutions économiques, collectivités locales et autorités organisatrices.

 

Nous accompagnerons les entreprises qui investiront dans la recherche de l'efficacité énergétique, et les procédés pour se libérer des énergies carbonées, dans le développement de nouvelles technologies. L'aide aux entreprises sera conditionnée au respect  de critères environnementaux et sociaux - éco conditionnalité et respect des obligations en matière de travail des handicapés - . L'économie sociale et solidaire sera valorisée. Le passage du relais intergénérationnel dans les très petites entreprises sera facilité, de même pour la  reprise d'entreprises par les salariés. Nous faciliterons le rétablissement en HAUTE NORMANDIE d'activités délocalisées - relocalisation de l'économie -. Nous soutiendrons les initiatives en matière de développement du télétravail, de l’emploi écologique (énergies renouvelables, services de proximité, médecines douces...)

 

Au titre de la sauvegarde des espaces naturels et agricoles nous aiderons, notamment dans les zones péri- urbaines, les propriétaires fonciers à les préserver, en renforçant les services publics ruraux et  par l’allègement des taux de taxes foncières pour les terres préservées. Nous  rétablirons  le foisonnement perdu  de  la  nature par, la reconquête de la biodiversité dans les systèmes agraires et marins (estuaires de la Seine, de l’Yères de la Béthune de la Bresle),

 

Nous aménagerons les infrastructures  pour les rendre perméables aux flux biologiques. Nous développerons en plus des protections nationales, des réserves naturelles régionales et conforterons celles existantes.

 

Une mobilisation forte sera engagée pour la préservation d’une ressource en eau débarrassée des pollutions toxiques non évaluée actuellement qui constitue un des enjeux clés de l'avenir.

 

La protection de la santé des habitants – salariés et non salariés – qui curieusement ne figure pas dans « la saisine »  fait partie des priorités de notre liste qui portera l'accent sur la prévention.

 

Nous engagerons une action forte d’évaluation des facteurs pathogènes de l’environnement à diminuer, notamment en direction des pollutions de l’air dues au trafic routier, aérosols agricoles, ozone et pollutions d’origine industrielle, bruit.

 

Nous apporterons un soutien aux travaux de l’Observatoire Régional de Santé et aux réseaux de médecine complémentaire. Seront décidés : un plan pour résorber les poches de logements insalubres, - facteur important de création d’emplois – des campagnes de formation, d’information et d’actions en faveur d’une alimentation saine.

 

Une attention particulière sera apportée au soutien à la création de Maison de santé et de soins palliatifs.

 

Voila pour ce qui concerne les questions précises pour lesquelles vous avez bien voulu nous consulter.

 

Pour être complet il me semble toutefois utile de brièvement vous indiquer notre position sur quelques dossiers « chauds »

 

EPR Penly : nous y sommes totalement opposés

 

Le Terminal méthanier d’Antifer  Nous y sommes opposés

 

Le grand Canal prolongé  débouchant de Port 2000 

 

Favorable au projet Port 2000 nous sommes néanmoins opposés à la réalisation du canal eu égard aux problèmes que cette infrastructure, dont il reste à prouver l’utilité, génèrera pour les zones humides et sensibles de l’estuaire reconnues de qualité internationales exceptionnelles.

 

Les Eoliennes

D’un point de vue général, nous ne recevons pas négativement l’idée de produire du courant électrique à partir de l’énergie éolienne.  Au déploiement de l'éolien à terre  nous préfèrerons le développement concerté de l'éolien off-shore !

 

Classement Boucles de la Seine :

 

Ces espaces ont été exposés à de nombreuses agressions d’origines urbaines, domestiques, industrielles et agricoles – mitage industriel lié à l’extension des ports, exploitation de gravières dans les zones humides, approfondissement du chenal et création de digues – sans que l’implication de l’Etat ne soit véritablement à la hauteur de la complexité  des intérêts et enjeux contradictoires qui s’y sont développés au fur et à mesure du temps.

 

Rien ne doit pouvoir se faire sur le territoire des boucles de la Seine sans que toutes actions envisagées ne s’inscrivent dans un cadre, à la fois contraignant et dynamique, qui assure la nécessaire conciliation des intérêts portuaires, industriels et agricoles dans le strict respect des équilibres écologiques d’une part et le maintien d’autre part d’une qualité de vie et des emplois durables, la nécessité d’un classement des 5 boucles s’impose.

La seule tutelle de l’état étant par nature trop lourde, nous proposerons que le Conseil Régional prenne toutes les initiatives en vue de créer une instance unique dédiée au pilotage global de l’aménagement des territoires de la « Seine en Normandie ».

Un schéma global d’aménagement, opposable aux tiers,  dont l’application et le suivi dynamique – révision tout les 15 ans – pourrait être assuré en conciliant pérennisation économique, protection des paysages et des espaces remarquables au plan faunistique et floristique ainsi que la préservation d’une qualité de vie

 

Le Contournement Est de Rouen

 

Il ne faut pas se voiler la face et prendre en compte la réalité qui s’impose à nous. Rouen est l’une des dernières grandes agglomérations françaises à être traversée par des poids lourds – 7 à 800 selon les chiffres couramment  avancés –  soit 10% du trafic quotidien qui s’élèverait  à 7800 véhicules. Ce n’est-ce raisonnable, il est tant désormais de décider la réalisation de ce contournement afin de répondre aux attentes légitimes des habitants qui actuellement subissent au quotidien des nuisances importantes!

 

Il convient toutefois que le tracé de ce contournement intègre les données relatives au projet actuellement encours d’étude de création d’une plate-forme logistique tri-modale dans la plaine de Pitres- Le Manoirs-Le Manoir.

 

Voila, Monsieur le Président, j’espère avoir répondu comme vous le souhaitiez à l’ensemble des points abordés dans votre courrier.

 

Je suis prêt le cas échéant, si vous le jugiez utile, à rencontrer, à une date à votre convenance, une délégation de la Chambre pour débattre du contenu de ce courrier et  vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Bernard FRAU

 

 

04/02/2010

EPR PENLY Débat Public

1587566976-edf-ouvert-a-des-partenariats-pour-l-epr-au-royaume.jpg Dans  trois semaines doit démarrer les travaux de la commission du débat public à propos de la construction du réacteur EPR à Penly. Ces travaux se dérouleront à Dieppe pendant 4 mois. A la fin du débat public,  une synthèse des débats qui ont eu lieu lors des réunions sera rédigée par  une commission « ad hoc » et EDF aura dès lors 3 mois pour donner sa position définitive.

 

L’Alliance Ecologiste Indépendante s’étonne de voir de se mettre en place un débat public et une consultation:

 

ð      alors qu’EDF, maitre d'œuvre du projet, s’était prononcé pour que Flamanville serve de retour d'expérience, tant pour la construction que pour l’exploitation de nouveaux réacteurs et que ces 2 points ne sont pas mis à l’ordre du jour.

 

ð      alors que malgré les réserves émises, lundi 2 novembre 2009, par les autorités de sûreté nucléaire britannique, française et finlandaise concernant les systèmes de sûreté des réacteurs nucléaires EPR aucune réponse publique circonstanciée et crédible n’a été publiée par EDF

 

ð      alors que les chantiers français et finlandais cumulent les retards de construction pour raisons techniques, financière et juridique.

 

ð      après le fiasco commercial de Dubaï qui ont fait la démonstration du coût exorbitant de l’EPR

 

L’Alliance Ecologiste demande :

 

ð      à défaut de l’abandon immédiat du projet que soient réunies les conditions d’un véritable débat public régional et national où l’ensemble des opposants au projet officiel du lobby nucléaire (PS, PCF, UMP, FN) puissent  faire valoir leur point de vue et leurs arguments.

 

ð      La tenue, à la suite de ce débat public, d’un référendum pour ou contre la construction de réacteurs EPR à Penly ou ailleurs.

 

ð      La mise en place d’un plan national pluriannuel de sortie progressive du nucléaire adossé à des objectifs d'économies d'énergies et de production d’énergies renouvelables.

12:17 Écrit par Bernard FRAU dans 8.Région Haute Normandie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : penly, débat public, commission, edf, référendum, flamanville | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu