Avertir le modérateur

16/12/2012

Depardieu : Casse-toi pauvre tache avinée, la France ne te regrettera pas !

«L’ordure» qui s’est exilée en Belgique a rejoint la cohorte des anti-français, fait l’arrogant, se croit au-dessus de Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, tout et de tous et nous impose ses frasques et ses outrances, mais qu’on vienne à lui dire ses quatre vérités, alors elle ne le supporte pas. Elle perd les pédales comme elle le fait aussi quand elle est trop imbibée !

Oui ce que Gérard Depardieu fait en décidant de quitter la France pour payer moins d’impôt en profitant d’un système fiscal européen stupide, est d’un point de vue éthique extrêmement choquant et pour tout dire dégueulasse.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, N’en déplaise au bouffi de fric et d’alcool son ignoble trahison est un acte non pas «assez minable», comme l’a indiqué Jean-Marc Ayrault, mais un acte minable tout court.

Après la leçon de civisme publique qu’il a reçue du 1er Ministre de la France, au lieu de se planquer, de faire profil bas et tenter de se faire oublier un peu, le comédien tente minablement encore aujourd’hui de prendre ses anciens compatriotes pour des «cons».

Alors que l’on apprend qu’il vient de mettre en vente un Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, hôtel particulier – 1800 m² habitable, rue du Cherche-Midi dans le 6ème arrondissement à St Germain-des-Prés, dont il se dit qu’il cote cinquante millions d’euros au marché immobilier –, le richissime acteur de cinéma tente une opération politicienne de «justification-diversion» à son exil fiscal en Belgique.

«Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent en fait la différence doit être sanctionnée» avance-t-il comme excuse. Chacun sait qu’il ne  part pas pour cette raison mais parce qu’il ne veut pas se conformer à la règle commune pour le paiement de l’impôt.

Parmi ses amis artistes Michel Sardou, qui n’est pas loin s’en faut un socialiste, lui a répondu de façon implacable.

Comme en échos aux propos prononcés par Jean-Marc Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Ayrault – «Payer un impôt, c'est un acte de solidarité, c'est un acte patriotique» – il lui a lancé : «il y a une justice divine, il va se faire chier comme un rat ! Je ne juge pas ce que font les autres, chacun a sa morale, son attitude, mais pour moi la fuite n'a jamais été une stratégie. Jamais !». 

Qu’il se rassure le Depardieu, il n’est pas seul, il est en «bonne compagnie». Il a reçu sur Twitter le soutien de l’ex-ministre, ex-députée UMP, toujours décomplexée, Nadine Morano qui visiblement préfère soutenir les riches traitres fiscaux à la patrie.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Chacun ses choix mais au moins à la faveur de cette affaire dégueulasse on sait précisément de quel côté penche le cœur patriotique de Nadine Morano et de ceux qui accepteront demain de travailler avec elle.

Ajoutant l’outrance à la nullité de son torchon dans lequel il annonce rendre «son passeport» et «sa sécurité sociale», il écrit, s’adressant au 1er Ministre, «nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde».

Gérard Depardieu devrait savoir que la nationalité française on l’acquiert en naissant sur le sol national ou en demandant à être naturalisé. La nationalité française «neuneu» on ne la rend pas, on peut la perdre par la déchéance ou on l’abandonne en prenant la nationalité d’un autre pays.

Jusqu’à plus ample informé Gérard Depardieu n’a pas été déchu de sa nationalité ! Alors que Gérard Depardieu, qui ne veut pas dire aux  Français qu’il s’est exilé  pour payer moins d’impôts, peut-il au moins leur dire en toute sincérité ce qu’il est désormais. Belge ? Monégasque ? Suisse ?

Quant à la sécurité sociale peut-être ne lui a-t-elle jamais servi. Mais la caisse des intermittents du spectacle peut-il nous dire qu’elle ne lui a jamais servi quelques subsides?

Gérard Depardieu n’a plus la même patrie que le 1er ministre de la République. Et alors ?

Le 1er ministre a d’autres compatriotes plus dignes et plus respectables ceux-là, pas tous d’accord avec lui, mais compatriotes.

Tous ces Français qui à l’Hôpital ou dans les Cliniques, qui à l’Usine ou chez l’Artisan, qui à l’Ecole, dans les Collèges, les Lycées ou à l’Université, les millions de retraités, les Artistes qui marnent dans les rues, dans les bistrots tous n’ont pas eux les facilités du comédien et contrairement à lui participeront à l’effort national de redressement du Pays.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Parmi tous ces humbles citoyens, huit millions vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ils ont besoin de la solidarité nationale à laquelle  le méprisable comédien se refuse à partir de maintenant.

Sait-il seulement qu’ils sont au nombre de huit millions ces pauvres qui en France vivent en dessous du seuil de pauvreté?

Tous ces Français ces humbles, dignes et respectables Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Français ne sont plus vos concitoyens admiratifs monsieur Depardieu. La France c’est eux ! Elle n’a pas attendu votre torchon au 1er ministre pour savoir que vous n’êtes plus des leurs !

Ils n’ont plus besoin de toi Depardieu. Casse-toi pauvre tache avinée ! Cette France du travail, de l’humilité, de la solidarité et de la citoyenneté ne te regrettera pas ! 

10/09/2009

Ce sera 17 euros par tonne de CO2 rejetée

753767.jpg

Le chef de l'Etat vient d’annoncer que la taxe Carbonne  – Contribution Climat Energie (CEE) – sera introduite en France  "de manière progressive" dès 2010, rappelant que ce choix s’inscrit dans l’objectif de la France de diviser par 4 les émissions de CO2 du pays  d'ici à 2050, par rapport au niveau de 1990.

A l’occasion de cette annonce, Nicolas Sarkozy s’est prononcé pour la création  d'une taxe carbone aux frontières de l'Union européenne, distincte de la taxe intérieure française.

La taxe Carbonne ne touchera pas l’électricité

Cette taxe concernera "le pétrole, le gaz et le charbon", et non l'électricité. Pour les entreprises Elle sera compensée par la suppression prochaine de la taxe professionnelle. Pour les particuliers, une baisse de l'impôt sur le revenu et le versement d'un chèque vert pour les foyers les plus modestes.

Une commission indépendante pour le suivi de la CEE

Le chef de l'Etat  a annoncé la création d'une commission indépendante, permanente, où siègeront,  experts et élus issus de l'opposition et de la majorité, pour assurer la transparence totale des opérations de compensation prévues. Nicolas Sarkozy a par ailleurs, promis "La taxe carbone n'amputera pas le pouvoir d'achat des Français".

Le débat médiatique sur la taxe carbone est donc désormais tranché. Les modalités de mise en application de cette taxe, qui suscite  une grande hostilité chez la majorité de Français, sont maintenant connues.

Que faut-il penser de cette taxe ?

La création d’un volet écologique de la fiscalité s’impose et la décision prise par le gouvernement et sa majorité a le mérite de  respecter l’engagement pris au moment de la signature du « Pacte Ecologique de Nicolas Hulot » par le candidat Nicolas Sarkozy en 2007.

Toutefois dans ses modalités l’opération est très nettement critiquable !

D’abord la question de la CEE aurait du faire l’objet d’un débat parlementaire et non d’une mise en scène médiatico-politique à coup de commission, de déclaration de premier ministre et autre expert de tout poil.

Pardon mais la ficelle est un peu grosse et si l’on avait eu l’envie de brouiller le paysage on ne s’y serait pas pris autrement : 34 € la tonne de CO2 rejetée pour Rocard, 14€ pour Fillon, enfin 17€ pour le Président. J’vous en mets pour combien m’sieur le contribuable !

Pourquoi 17€ et pas 14€ ? Quels sont les critères objectifs qui ont conduit à la décision du Chef de l’Etat ? Pourquoi pas 34€  comme le souhaitait Michel Rocard, ou 100€ comme le demandait Daniel Cohn-Bendit Invité de RTL ce jeudi matin ?

Il n’y a pas eu de débat parlementaire !

Pendant ce temps la représentation nationale ne fait pas son boulot, personne ne connaît vraiment les positions des leaders des grandes formations politiques ! Dans cette affaire pour la droite comme pour la gauche, l’enjeu était aussi de veiller à ne pas faire exploser la bipolarisation dans la quelle est installé le pays. 

Ensuite, si avec la taxe carbone on cherche à alléger la facture énergétique du pays, dans ces modalités d’application cette taxe, loin de favoriser le développement de technologies alternatives la CEE, est un formidable cadeau fait à EDF, à AREVA et à l’énergie nucléaire !

En effet la non application de la taxe carbone à l’électricité liée à la suppression de la Taxe professionnelle dont vont bénéficier, tant EDF que AREVA à un moment où ces deux entreprises cherchent par tous les moyens à renforcer leur fonds propres, va se solder par un bénéfice net de plusieurs centaines de millions d’euros.

 

Dans ces conditions, la présidente d’AREVA, Anne Lauvergeon,  peut tranquillement déclarer à Londres  devant un parterre d'industriels intéressés "L'énergie est un défi majeur de notre civilisation. (...) Ce n'est plus le moment de parler de la relance du nucléaire, maintenant il faut passer aux actes", et "nous devons construire des centrales et des infrastructures".

 

Christophe de Margerie de son côté qui travaille à une diversification de Total, l’entreprise qui engrange des milliards de bénéfices, en direction du nucléaire doit aussi se sentir pousser des ailes.

 

C’est dans un cadre fiscal global que cette taxe aurait du être décidée!

 

Enfin, cette taxe, encore une fois justifiée dans son principe, est fiscalement injuste dans ces modalités ! Pourquoi, parce qu’elle ne s’appliquera pas à tous les citoyens sans exception et parce que son impact n’est pas lié à la progressivité des revenus !

 

Il est, en effet,  prévu des compensations pour l’agriculture  pour l'agriculture, la pêche et les transports, qui sont les plus gros consommateurs d'énergie fossile. Est-il possible, dans la situation économique actuelle d’ajouter aux difficultés de ces trois secteurs ? C’est une autre question, mais l’égalité devant l’impôt est une règle républicaine auquel il est n’est pas normal de déroger !

 

Aucun dispositif n’est prévu pour permettre une juste proportionnalité de la Contribution Climat Energie aux revenus des citoyens. Cette taxe, encore une fois nécessaire, est, dans ces modalités, injuste pour une grande majorité de français, car elle pénalise indifféremment les gros revenus des familles riches et les revenus modestes des familles pauvres.

 

A vouloir mettre la charrue, de la fiscalité verte,  avant l’attelage des bœufs de la refonte globale de la  fiscalité, le Président de la République a pris le risque de mécontenter une forte majorité de l’opinion publique du pays  tout en ne se donnant pas les moyens de mettre en œuvre une politique adaptée aux réalités et aux besoins des temps actuels.

21:01 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : areva, edf, total, riches, pauvres, revenus, fiscalité, rocard, fillon, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu