Avertir le modérateur

07/11/2012

Les Américains votent à nouveau Barack Obama président.

Mitt Romney, son opposant républicain  s'est finalement incliné, un peu avant 7 heures ce matin. Certain d'avoir perdu dans l'Ohio il s’est résolu à appeler son adversaire démocrate Barack Obama pour le féliciter. L’issue de la campagne a été incertaine jusqu’au bout.

Barack Obama, Mitt Rmoney, François Hollande, Amérique, Chine, Russie, Europe, Républicain, Démocrates, Paix, Pauvreté, Lutte contre la pauvreté, partage des richesses, Santé,  Finalement le premier président noir américain qui, lors de son premier mandat, n’a pas pu vraiment imposer la ligne politique de son programme de campagne, aura eu raison du blocage systématique des républicains au Congrès et de la crise économique mondiale dont il a dû tenir compte dans le train des réformes qu’avec son administration il a mis en œuvre pour l’Amérique.

Au fond, si l’on observe bien les choses avec objectivité, Barack Obama est pour l’instant le seul rescapé politique de la crise. Où sont les Luis Zapatero, Gordon Brown, Sylvio Berlusconi et autre Nicolas Sarkozy qui ont partagé avec lui les « shows médiatico-politiques » lors des premiers sommets mondiaux du début de son mandat ? Balayés, rétamés, ratatinés, de gauche comme de droite.

Barack Obama, Mitt Rmoney, François Hollande, Amérique, Chine, Russie, Europe, Républicain, Démocrates, Paix, Pauvreté, Lutte contre la pauvreté, partage des richesses, Santé,  Visiblement cette victoire doit plus à l’homme Obama qu’au parti démocrate. Elle consacre la réussite d’une certaine sincérité, d’une certaine chaleur et d’une bonne capacité à tenir compte des réalités. Ne soyons pas naïfs, la politique est aussi une matière dure et implacable. Il a du se montrer dur avec son camp!

Il faut du talent pour avancer sans se renier lorsque l’on est contraint d’infléchir sa trajectoire. C’est peut-être, face au Président Obama, ce qui, ces dernières années, a le plus manqué aux républicains américains. Le talent, et la prise en compte des réalités telles qu’elles s’imposent. Pour Mitt Romney cette carence est, à n’en pas douter, le prix qu’il paye aujourd’hui.

Le clivage est nécessaire pour faire la différence en démocratie, c’est indéniable et même utile à la formation de l’opinion citoyenne. Mais en période de crise le clivage devient totalement contre-productif surtout lorsqu’il est systématique et fait l’objet d’une posture-culte qui pousse à en faire l’alfa et l’oméga de toute proposition d’alternance.

Par parenthèse, certains en France feraient bien de s’inspirer de cette réalité politique s’ils veulent avoir une petite chance d’être au rendez-vous et gagnants en 2017.

Barack Obama, Mitt Rmoney, François Hollande, Amérique, Chine, Russie, Europe, Républicain, Démocrates, Paix, Pauvreté, Lutte contre la pauvreté, partage des richesses, Santé,  La radicalisation droitière du début de campagne de Mitt Romney, qui l’a conduit au final, et comme toujours à devoir se recentrer, a sûrement brouillé son image contribuant ainsi à orienter le choix des Américains en direction de celui qui pendant quatre ans a conduit leur pays en limitant la casse tant que faire se peut.

Les Américains viennent à nouveau d’accorder majoritairement leurs suffrages à Barack Obama. Que va-t-il faire maintenant de cette confiance renouvelée ?

D’une certaine manière, n’ayant plus à se faire réélire Barack Obama doit se sentir les coudées plus franches, il  est plus libre c’est incontestable.

Cela le rendra-t-il pour autant plus fort afin de tracer une voie américaine de rassemblement international vers plus de solidarité, d’intelligence et de compréhension face aux défis qui s’imposent à la communauté planétaire ? La question est désormais posée.

La Paix enfin assurée notamment en Afrique et au Moyen-Orient, la lutte contre la pauvreté qui fait tant de ravages, le partage équitable et sans gaspillage des richesses naturelles, le renforcement de la recherche comme outil au service de la bonne santé de l’humanité et du vivant….

Bref,  Barack Obama fera-t-il de son nouveau mandat un passeport pour une contribution américaine puissante à l’édification d’une véritable Société des Nations démocratiques, pacifiques et éclairées. Un passeport pour un espoir qui mobilise en faveur du rapprochement des Hommes au lieu qu’ils se déchirent en pure perte.

Dans cette affaire le poids et la responsabilité de l’Amérique est incontestable, celui bien sûr de la Russie, de la Chine et de l’Europe également. Un être seul ne peut à peu près rien, ensemble nous pouvons avoir une chance de réussite.

Barack Obama, Mitt Rmoney, François Hollande, Amérique, Chine, Russie, Europe, Républicain, Démocrates, Paix, Pauvreté, Lutte contre la pauvreté, partage des richesses, Santé,  Cette réélection est assurément, comme l’a déclaré François Hollande ce matin dans son message de félicitations à Barack Obama, « un moment important pour les Etats-Unis mais aussi pour le Monde».

Les commencements portent toujours potentiellement des temps d’espoirs et des germes de mobilisation. Cette nouvelle page qui s’ouvre à Washington ne manque pas de nous en fournir.

 

27/02/2010

Israël : 600 nouveaux logements en territoire occupé

2009-09-06T193943Z_01_APAE585130H00_RTROPTP_3_OFRWR-PROCHE-ORIENT-20090906.jpgA l’heure où des efforts de relance de pourparlers sont engagés en vue de conclure une paix israélo-palestinienne, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu Jérusalem du moratoire de 10 mois qu’il avait annoncé en novembre sur les constructions de nouveaux logements dans les implantations juives de Cisjordanie et annonce la construction de 600 nouveaux logements dans Jérusalem Est occupé depuis 1967.

De source bien informée – quotidien Haaretz – l’on « précise que les nouveaux logements doivent être construits près du quartier de Pisgat Zeev et le secteur palestinien de Chouafat. Le projet initial prévoyait 1.100 nouveaux logements, un nombre ramené à 600 quand il s’est avéré qu’une partie de la terre était détenue à titre privé par des Palestiniens ».

 

De son côté le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s’appuyant sur la "feuille de route" validée en 2003, en préalable à une reprise des négociations, réaffirme l’absolue nécessité d’un gel total des activités de colonisation de la part de l’Etat d’Israël.

 

Une vague de protestations s’est élevée dans le monde arabe après l’annonce dimanche, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, son projet d’inscrire au patrimoine d’Israël, le caveau des Patriarches, à Hébron, et le tombeau de Rachel, à Bethléem. Ces deux lieux sont considérés comme des « lieux saints » à la fois pour les juifs et les musulmans. Hébron est désormais à nouveau le théâtre d’affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes et c’est à nouveau l’impasse et le désordre.

 

Combien de temps encore le monde va-til assister, impuissant à ce drame qui n’en finit pas de semer la révolte, la haine, la mort et l’indignité ? Chacun peut aujourd’hui s’interroger sur les motivations réelles de l’actuel gouvernement d’Israël dont il est patent qu’il montre chaque jour un peu plus sa non-volonté d’aboutir une quelconque solution de Paix.

 

2 peuples 2 états.jpgCette posture politique de maintien d’un climat permanent de guerre n’est plus acceptable et ne doit plus être acceptée par la communauté internationale. Celle-ci doit désormais imposer au gouvernement  Nétanyahou-Libermann d’abord de cesser toutes nouvelles implantations en territoires occupés et de respecter le droit international.

 

Peut-être est-il venu pour l’ONU le moment de se montrer ferme et de décider l’envoi dans les territoires occupés d’une mission destinée à faire respecter ses décisions ?

Hébron d’affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes

11:46 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lieux saints, hebron, onu, paix, territoires occupés, 1967 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

07/11/2009

"Tant va la cruche à l'eau, qu'elle finit par casser"

SIGE_02Aabbas_apx_470_.jpgJeudi soir, 5 novembre Mahmoud Abbas a annoncé sa décision de ne pas être candidat pour un second mandat à la présidence de l'Autorité palestinienne.

L’annonce solennelle en a été faite jeudi soir au siège de l'Autorité, à Ramallah en Cisjordanie occupée.

Le président israélien Shimon Peres, inquiet du vide de pouvoir que cette décision risque de créer aurait aussitôt décroché son téléphone, pour tenter de décider le président palestinien de revenir sur son choix.

« Si vous abandonnez le peuple palestinien, il perdra toute chance de créer son propre État » aurait dit Shimon Peres à  Mahmoud Abbas, ajoutant « Restez en place pour le salut du peuple palestinien ! »

images.jpgSi la douche semble froide au président israélien, est-elle pour autant inattendue ?

On craint aujourd’hui à Jérusalem, une crise majeure au sein de l'Autorité palestinienne et la prise de contrôle de la Cisjordanie par le Hamas !!!

Benjamin Netanyahou ne semble pas vouloir « s’immiscer » dans les affaires palestiniennes, mais dans son entourage on n’hésite semble-t-il pas à faire état d’une préférence : « Il est de l'intérêt d'Israël de renforcer Mahmoud Abbas à la tête de l'Autorité palestinienne. »

Il fut une époque pas si lointaine où l’on a cru bon à Jérusalem de soutenir le Hamas contre Yasser ARAFAT, avec le résultat que tout le monde connaît ! Voila qu’aujourd’hui on se mettrait à assurer Mahmoud Abbas d’un soutien bien encombrant dans la mesure où pour les Palestiniens Israël est un occupant détesté.

Cette décision pendait au bout du nez des dirigeants israéliens.

benjamin-netanyahu.jpgIsraël veut la Paix ! Alors il faut que ses dirigeants décident d’abord d’arrêter définitivement la colonisation en Cisjordanie afin d’en relancer le processus. Il n’y a pas d’autre solution raisonnable envisageable !

Pour la suite, les bases sont connues de tous. Elles ont reçu l’agrément des autorités internationales, il suffit donc de se mettre autour de la table des négociations avec une réelle volonté d’aboutir. Cela, même au prix de concessions qui pourraient être douloureuses.

Faute de quoi, il est à craindre que côté Palestinien on ne se résolve au bout du bout à considérer que la solution d’un Etat national est finalement devenue impossible par la colonisation et qu’il vaut mieux y renoncer en dépit des sacrifices faits pendant toutes les années de luttes et de résistances.

 

Les Palestiniens pourraient être enclins désormais  à réclamer des droits dans le cadre d'un seul État binational. État où la perspective pour les juifs serait à terme de devenir minoritaire.

Autant dire que dans ces conditions la Paix n’est pas encore pour demain au Moyen Orient.

Pour faire la paix il faut la vouloir

apreslavisite1.jpg

Il faut aussi être en mesure d’en déclencher le processus. L’offre de paix appartient à celui qui sur le terrain est le plus fort économiquement et militairement! C’est le cas d’Israël ! C’est donc tout naturellement à ses dirigeants  qu’il appartient maintenant de montrer qu’ils veulent en finir avec cette situation qui pourri la vie de ce bout de planète et qui empoisonne les relations internationales depuis trop longtemps.

 

Benjamin Netanyahou se rendra dimanche à Washington où l’attend le président Obama. La sortie de l’impasse est-elle envisageable ? Elle est en tout cas souhaitable et souhaitée. A minima il faudrait que le chef du gouvernement israélien annonce la fin de la colonisation en Cisjordanie.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu