Avertir le modérateur

24/02/2013

Royaume-Uni: « triple A » pan sur le bec !

C’est la première fois depuis 1978, alors que le pays est Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,sous la menace de retomber en récession, que l'agence de notation Moody's vient de sanctionner Londres en lui retirant son triple A. Cette décision intervient un an après un premier avertissement qui avait été notifié au gouvernement britannique.

Pour justifier sa décision – baisse de la note d’un cran de «AAA à Aa1» – Moody's a avancé «la faiblesse continue des perspectives à moyen terme » de la Grande-Bretagne, et a indiqué qu’il fallait s'attendre à ce que la faiblesse de l'activité économique du pays «s'étende à la deuxième moitié de la décennie».

La note est toutefois assortie d’une perspective «stable» eu égard à la solvabilité «extrêmement élevée»  de l'économie britannique qui a été jugée solide. On peut penser que cette appréciation conduira l’agence à ne pas retoucher à court terme la note de la Grande Bretagne.

Au quatrième trimestre 2012 avait fait un premier pas vers un retour en direction de la récession qui s’était traduit par un recul de son PIB – Produit intérieur brut – de 0,3%. Les résultats du 1er trimestre sont attendus avec inquiétude.

Si la tendance devait se confirmer les Britanniques devront subir une troisième récession de la crise de 2008-2009. 

Cette perte du AAA n’est en fait pas une surprise, déjà au mois de décembre George Osborne, le patron des Finances britanniques, avait dû avouer que le plan d’austérité devrait se poursuivre au moins jusqu’en 2018 et que les objectifs de réduction de la dette ne serait pas atteints.

Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,Le chef du gouvernement David Cameron, qui lors des dernières négociations du budget européen s’était montré si intraitable sur la nécessité d’imposer aux européens une cure d’austérité, est désormais sous forte pression. Son budget doit être présenté  le 20 mars.

De façon particulièrement éclairante l’analyste en chef de Moody's pour la Grande-Bretagne  a indiqué à l’AFP «Plusieurs facteurs se combinent mais il y a principalement un processus de désendettement du secteur privé et public qui a sans aucun doute étouffé la croissance».

On peut se demander quel «démon» titille tous ces experts économistes qui poussent des schémas de resserrement des budgets, dont ils constatent les résultats qu’ils sanctionnent malgré tout.

L’agence s’inquiète du niveau de la dette publique du Pays tout en signalant une «inflation élevée».

De qui se moque-t-on ?

Personne n’ignore que produire de l’inflation est pour un état un moyen bien connu de  réduire la valeur absolue de sa dette souveraine.

Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,Le gouvernement britannique le sait fort bien, qui hypocritement fait filer l’affaire en laissant la banque centrale anglaise l’alimenter en faisant fonctionner la planche à billet.

Ce mécanisme de dévaluation camouflé de la livre, censé freiner la consommation intérieure tout en dopant les exportations est une arnaque particulièrement déloyale vis-à-vis des européens de la zone euro, permise par le fait que Londres précisément n’appartient pas cette zone euro.

«Loin d'affaiblir notre détermination à mettre en oeuvre notre plan de relance, cette décision la redouble», s’est empressé de déclarer à la presse a aussitôt réagi, George Osborne.

On peut là encore se demander de qui se moque ce ministre du gouvernement Cameron.

De quel plan de relance parle-t-il ? De celui que son premier ministre empêche de mettre en œuvre à Bruxelles ?

Comment veut-il faire repartir une économie dont l’activité se contracte sous l’effet conjugué d’un recul du PIB malgré une dévaluation de fait et une inflation qui pèse sur la consommation des ménages.

Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,David Cameron et son gouvernement n’auront pas d’autres possibilités que de laisser se creuser la dette publique que le FMI a déjà prévu qu’elle devrait atteindre 93,3% du PIB en 2013. Moody's, de son côté, ajoute qu’elle estime qu’elle ne devrait «pas s'inverser avant 2016 ».

Pour l’opposition travailliste cette perte du «AAA» est la preuve patente « que le plan (Cameron ndlr) n'a pas marché".

«Le gouvernement doit prendre de toute urgence des mesures pour relancer notre économie atone et réaliser que nous avons besoin de croissance pour réduire les déficits (...) au lieu de saigner le malade comme le faisaient les médecins au XVIIIe siècle» réclame Ed Balls, le responsable de l'opposition travailliste chargé de l'économie.

Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,Pour mémoire le FMI tout récemment avait suggéré à David Cameron mettre un bémol à son programme de rigueur lui conseillant «un assainissement budgétaire plus lent ». David Cameron a fait la sourde oreille.

En attendant, qu’il conduise la Grande Bretagne dans une nouvelle crise économique et sociale ne regarde que les Anglais à qui il finira par devoir rendre des comptes, mais qu’il s’autorise à donner des leçons aux Européens alors qu’il n’en a ni la légitimité – la Grande-Bretagne n’est pas dans la Zone Euro – ni les contraintes n’est pas acceptable.

L’attitude d’Angela Merkel qui, au dernier sommet Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,européen, a rangé l’Allemagne aux côtés des Britanniques contre la France est-elle le signe qu’à l’initiative des libéraux-conservateurs un retournement d’alliance serait en train de s’amorcer au sein du Vieux Continent ?

On peut légitimement poser la question après l’annonce Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,du soutien germano-britannique au projet américain de mise en place d’une zone de libre-échange entre les USA et l’UE qui porterait à n’en pas douter un coup fatal à l’agriculture française.

Le choix britannique de favoriser les fabricants d’avions Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,d’outre-Atlantique n’est pas non plus le signe d’une volonté de renforcement de l’UE en matière de défense qui est le seul moyen de garantir la souveraineté de toute  puissance politique ! Visiblement en la matière le Royaume-Uni ne regardent pas du même côté que la France.

Quant à l’Allemagne qui vit depuis toujours sous le parapluie militaire américain sans en avoir à payer le prix budgétaire, la situation présente assurément un côté confortable en période de crise qui pourrait inciter sa classe dirigeante à prendre une certaine distance avec le pacte historique passé entre le général De Gaulle et le chancelier Adenauer.

Grande-Bretagne, AAA, Triple A, Perte triple A, David Cameron, Angela Merkel, Moody's, dernier sommet européen, Georges Osborne, FMI, De Gaulle, Adenauer, Union Européenne, UE, Plan de relance, cure d'austérité, AFP,Les semaines et les mois qui viennent permettront d’y voir un peu plus clair, mais il souffle en ce moment un vent mauvais sur les relations européennes.

Espérons que la perte du «triple A» britannique incitera les dirigeants du gouvernement de sa majesté à un peu moins de mépris, à un peu plus de réalisme.

20/11/2012

Moody's vient de baisser la note de la France!

Après Standard and Poor's au début de l'année,  Moody's a abaissé lundi soir d'un cran la note de la dette de long terme de la France.

Moody's, Standard and Poor's, Note de la France, AAA, Dette, Allemagne, Banque Centrale, Zone Euro, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Collectivités Locales,La France se voit attribuée  la note AA1, assortie d'une perspective négative, ce qui signifie pour l’avenir que la perspective d’une nouvelle baisse pourrait à moyen terme être décidée par  l'agence financière Moody's.

Si l’agence financière relève "un fort engagement en faveur des réformes structurelles et de la consolidation budgétaire", elle considère que les mesures adoptées récemment par le gouvernement "ne devraient pas, seules, avoir l'ampleur suffisante pour rétablir la compétitivité".

Moody's, Standard and Poor's, Note de la France, AAA, Dette, Allemagne, Banque Centrale, Zone Euro, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Collectivités Locales,Pire, Moody's dit s’attendre à des "dérapages budgétaires" et "des mesures de consolidation supplémentaires" rendues nécessaires par les mauvaises perspectives de croissance, une perte de compétivité graduelle mais soutenue et surtout les rigidités du marché du travail, des biens et des services .

On peut désormais s’interroger sur la capacité de la France mais aussi de l’Allemagne qui ferait bien de se montrer un peu plus solidaire, en cas de difficultés violentes à l’intérieur de la zone euro à tenir ses engagements budgétaires sans nouvelles augmentation des recettes. 

En effet le recul de la notation de la France qui, contrairement  à l'Angleterre et aux États-Unis, ne peut pas financer sa dette  par une Banque Centrale nationale, risque, en cas de nouvelles paniques sur les marchés financiers, de devoir supporter une augmentation de la charge de sa dette.

Moody's, Standard and Poor's, Note de la France, AAA, Dette, Allemagne, Banque Centrale, Zone Euro, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Collectivités Locales,Le ministre de de l'Économie et de Finances, Pierre Moscovici s’est pour l’instant contenter de  déclarer que la décision de  Moody's était une "sanction de la gestion du passé" qui oblige le gouvernement de Jean-Marc Ayrault à "mettre en oeuvre rapidement" les réformes qui ont été annoncées.

Il reste au final que si les décisions de redressement prises récemment vont naturellement dans le bon sens, le choix de Moody's de dégrader la note de notre Pays risque bien de changer la donne politique économique et sociale à court terme.

Moody's, Standard and Poor's, Note de la France, AAA, Dette, Allemagne, Banque Centrale, Zone Euro, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Collectivités Locales,Pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault bien sûr mais aussi pour l’ensemble des Français qui seront largement concernés et impactés par les probables décisions à venir gouvernementales qui en découleront la situation n’est pas à la détente.

Il est indéniable qu’une nouvelle contribution à l’effort de Moody's, Standard and Poor's, Note de la France, AAA, Dette, Allemagne, Banque Centrale, Zone Euro, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Collectivités Locales,redressement est nécessaire et va être demandée assez rapidement. Un effort particulier des collectivités locales est incontournable ; gageons que François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne manqueront pas  légitiment d’y faire appel.

Plus que jamais la cohésion et la solidarité au gouvernement et au parlement est nécessaire. Plus que jamais la responsabilité de l’opposition républicaine est requise. La France n’a pas les moyens dans cette période difficile de devoir faire face à une crise et à un blocage institutionnels

 

11/11/2011

Le deuxième plan de rigueur a du plomb dans l'aile

 

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, Il y a tout juste  trois jours sur ce même blog j’avais introduit l’article rédigé à propos du deuxième plan SarKozy/Fillon en émettant quelques doutes sur la fiabilité de celui-ci : « …..Ce nouveau budget de rigueur et d'austérité, dont on nous dit qu’il est le plus dur depuis 1945 vise, à donner l’impression que la France respectera les objectifs fixés concernant le déficit prévu pour 2012 ».

Ajoutant un peu plus loin dans le corps du texte : «  Il est clair que la perte du triple A complétant une récession  à laquelle nous n’échapperons pas avec ce mauvais plan, ne sera pas pardonné à un Nicolas Sarkozy plus accroché que jamais aux ors de l’Elysée et aux avantages qu’il peut en tirer. Alors avec force éléments de langage et présence médiatique tout azimut, on tente de faire croire que l’on est résolument engagé dans la bataille de la réduction des déficits ».

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, Les choses n’ont pas tardé à se vérifier. Le deuxième plan de rigueur a du plomb dans l'aile. Cela est parti de Bruxelles où il a été annoncé pour la France une croissance de 0,6% en 2012 alors que le denier plan Fillon table désormais sur 1%, chiffre qui avait déjà été révisé à la baisse par rapport au plan d’il y a deux mois qui lui tablait sur 1,75%.

Olli Rehn – Commissaire européen aux affaires économiques – dans une formule toute diplomatique s’est plutôt critique concernant nos finances publiques : « Nous saluons le fait que le gouvernement (français) ait annoncé récemment des mesures de consolidation budgétaire. Pour ce qui concerne 2013, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour corriger le déficit public excessif.»

François Baroin – ministre des finances – et Valérie Pécresse – ministre du budget – se sont empressés dans un communiqué commun d’indiquer que les engagements français seront respectés : «l’engagement de ramener le déficit à 3% du PIB en 2013 puis à l’équilibre en 2016 sera tenu».

Qui peut encore croire des gens qui il y a trois jours à peine nous assuraient, croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer, que ce gouvernement allait protéger les Français ? Les protéger de quoi?

Jeudi 10 novembre les taux français se sont envolés au point que sur le marché de la dette, l’écart entre les taux d’obligations à 10 ans de l’Allemagne et de la France a atteint un niveau historique.  Ce taux de financement a atteint 3,45% soit 1,7 point de pourcentage de différence avec l’Allemagne dont le taux est à 1,77%. Du jamais vu !

nicolas sarkozy,françois fillon,valérie pécresse,françois barouin,zone euro,standard & poor's,moody's,grèce,irlande,espagne,portugal,italie,commission de bruxelles,olli rehn,triple aCe qu’il faut bien avoir en mémoire lorsque l’on parle de la dette c’est que celle-ci a atteint aujourd’hui 1700 milliards d’euros soit 86% du PIB – elle était de  663,5 milliards d’euros fin 1995 (55,5% du PIB) et de 1211,6 milliards fin 2007(64,2% du PIB) –   et que passé 90% du PIB la dette devient ingérable tout simplement parce que au delà de ce seuil c’est la croissance du PIB qui est touchée.

La ligne budgétaire prévue au budget de l’état pour couvrir la charge de la dette représente à elle seule le 2ème poste de dépenses, juste après le budget consacré à l’éducation nationale et avant le budget de la défense et se situe à un montant de l’ordre de 48 à 50 milliards d’euros soit 2.5% du PIB.

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, C’est dans ce contexte bien particulier que l’Agence Standard & Poor’s a annoncé que la France avait perdu son « triple A » suscitant l’ire du gouvernement français et la demande d’ouverture d’une enquête du de l’office de contrôle des marchés.

Valéry Pécresse et François Baroin peuvent bien gigoter, si erreur il yNicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, a pu y avoir de la part de l’Agence de notation c’est bien sur le timing de l’officialisation de la communication et non sur le fond du sujet qui est que la France désormais est entrée comme la Grèce, l’Irlande, l’Espagne, le Portugal et l’Italie dans une phase sérieuse d’incertitudes.

nicolas sarkozy,françois fillon,valérie pécresse,françois barouin,zone euro,standard & poor's,moody's,grèce,irlande,espagne,portugal,italie,commission de bruxelles,olli rehn,triple aD’ailleurs chacun se souvient que mi-octobre une autre agence de notation, l’agence Moody’s, avait fait savoir qu’elle se donnait trois mois avant de réviser ou pas sa perspective de notation AAA pour la France. En d’autres termes la France était sous surveillance accrue des marchés de puis 1 mois.

Pour un Président qui a déclaré qu’il préférait « être un président sérieux qu’un candidat mou » Nicolas Sarkozy aurait été mieux inspiré de ne pas prêter le flanc à une critique officielle de la Commission de Bruxelles en tentant de minimiser le défaut de croissance de la France pour 2012 – 1% au lieu de 0,6% – rendant ainsi un bien mauvais service à la crédibilité  de son plan d’austérité présenté il y a trois jours.

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, Les marchés que nos gouvernants « idolâtrent » sont implacables, leur argent prime tout. Cette fois plus question de repousser à plus tard ce qui aurait dû être fait dès hier, l’heure n’est plus à rafistoler les budgets de dépenses pour ne pas toucher à sa clientèle électorale et prendre le risque de la défaite bref il va falloir à Nicolas Sarkozy se comporter autrement qu’en « président mou ».

Depuis 2007 la dette de la France a augmenté de 500 milliards d'euros. Tout n’est pas imputable au gouvernement en place et il faut reconnaître que la crise de 2008 a fait mal au budget de la France comme à celui de tous les autres. Mais plusieurs décisions politiques ont été prises par lui. Elles se sont traduites par une diminution nette des recettes fiscales – dépenses fiscales – sur les quelles il faut d’urgence revenir.

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, Les Français les plus modestes – classes moyennes et classes populaires à revenus plus que modestes – n’accepteront pas sans réagir un troisième plan qui leur ferait supporter l’essentiel de la note. Ils attendent du sérieux de la fermeté et de la justice.

Il y a urgence à réagir tant en interne qu’au plan européen pour qu’au-delà des mesures proprement françaises soient trouvées les solutions de compromis avec l’Allemagne concernant la monétisation des dettes souveraines.

Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pécresse, François Barouin, Zone Euro, Standard & Poor's, Moody's, Grèce, Irlande, Espagne, Portugal, Italie, Commission de Bruxelles, Olli Rehn, Triple A, L’heure est grave car un défaut de la Grèce ou de l’Italie viendrait impacter l’ensemble du dispositif de la Zone Euro aussi il est temps pour l’Allemagne de prendre conscience qu’aujourd’hui son attitude intransigeante ne sert que les intérêts financiers des banques et de l’état américains.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu