Avertir le modérateur

15/12/2011

Condamnation de Jacques Chirac : Fallait-il le faire ?

 

1567530_3_1f6a_jacques-chirac-tient-un-discours-a-bruxelles.jpgAlors que le parquet avait requis la relaxe, Jacques Chirac vient d’être condamné à une peine de 2 ans de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel de Paris  dans l’affaire dite « des emplois fictifs de la Mairie de Paris ».

C’est une surprise. D’’autant que pour la principale victime l’affaire était close. Bertrand Delanoë, actuel maire de la capitale, avait renoncé à se porter partie civile, considérant avoir « obtenu la réparation » à la suite d’un accord intervenu en 2010 au terme duquel  la ville avait été remboursée  de 2,2 millions d’euros dont 500.000 acquittés par Jacques Chirac ; le reste pris en charge par l’UMP.

La surprise est d’autant plus grande qu’il est assez  rare que la cour ne suive pas les conclusions du Parquet.

Alors que le 20 septembre celui-ci avait déclaré lors de son réquisitoire « dans cette affaire, il n’y a pas de système frauduleux, encore moins mafieux », qualifications qui avaient été avancée par la partie civile qui a plaidé pour la sévérité du Tribunal, ce dernier a considéré que l’ancien Maire de Paris « avait manqué à l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur sont confiés, cela au mépris de l’intérêt général des Parisiens ».

Si les faits sont avérés, personne d’ailleurs ne les conteste, il convient de se rappeler que la législation en matière de financement de la vie politique n’était pas, au moment où ils se sont produits, aussi définie qu’elle ne l’est aujourd’hui. Toutes les formations politiques se sont adonnées allègrement aux pratiques pour lesquelles Jacques Chirac est aujourd’hui condamné.

D’un point de vue de la logique judiciaire il n’est pas anormal que ces pratiques soient condamnées. Mais la sentence est moralement insupportable pour l’accusé qui a toujours affirmé « n’avoir commis aucune faute, ni pénale, ni morale».

L’accusation de « manquement aux obligations de probité»  est en l’espèce difficilement recevable. D’abord parce que les faits au moment où ils se sont produits étaient monnaie courante dans une majorité des villes de France. L’opposition, socialiste ou communiste, se montre d’ailleurs particulièrement silencieuse sur le sujet. Ensuite parce que Jacques Chirac ne s’est pas enrichi personnellement à ces occasions. Enfin parce quoi que certains puissent reprocher à l’ancien chef de l’Etat, personne ne peut lui dénier le fait qu’il a consacré sa vie au service de notre Pays.

19abd85b04c346d06f99dfef2357fef8-0.jpgAu bout du bout, si ce procès arrive bien tard et « n’est pas bon pour l’image de la France », comme l’a souligné Ségolène Royale, et si la sentence semble discutable  il reste qu’au final la justice est passée et c’est là l’essentiel.

Demain plusieurs responsables politiques importants, en place actuellement, devront répondre de leurs actes devant les tribunaux. A quelques bords ou clans politiques auxquels ils appartiennent, ils devront les uns et les autres s’expliquer sur des affaires qui au total dépassent largement le cadre de la vingtaine d’emplois fictifs pour lesquels Jacques Chirac a été mis en cause.

C’est peut-être là le principal intérêt de la décision que vient de prendre aujourd’hui le Tribunal de Paris. Ce procès était nécessaire, la relaxe aurait peut-être été souhaitable mais non utile !

8634d6e0-3c1b-11df-8af1-503508d3954a.jpgQuant au Président Jacques Chirac il lui reste à jouir tranquillement et paisiblement de la très grande popularité que sa personne suscite auprès des Français qui au fond lui sont reconnaissants de son dévouement au service de la Nation.

 

03/09/2011

Jacques Chirac a demandé à ses avocats de le représenter au Tribunal!

Lundi 5 septembre doit s’ouvrir à Paris le procès du Président Chirac pour une affaire d’emplois « présumés » fictifs à la Mairie de Paris.

Jacques Chirac, Mairie de Paris, Emplois fictifs, Anticor, Jacques Chirac est aujourd’hui âgé de 78 ans et il semble que son état de santé ne lui permet pas de comparaitre dans des conditions normales à ce procès qui doit se dérouler du 5 au 23 septembre au Tribunal correctionnel de Paris.

Selon le rapport médical qui a été remis au tribunal par ses avocats, Jacques Chirac serait dans un état de vulnérabilité tel qu’il ne serait pas en état de répondre aux questions qui pourraient lui être posées sur des faits « d’abus de confiance » de « détournements de fonds publics»  et de « prise illégale d’intérêts » dans le dossier des chargés de missions de la Ville de Paris durant son mandat de Maire.

Les faits, pour lesquels il a toujours nié son implication, remontent aux années comprises entre 1977 et 1995.

À la suite d’une négociation avec l’UMP à l’issue de la quelle le parti de Jacques Chirac à dédommagé la Ville de Paris, celle-ci a renoncé à porter plainte.

Jacques Chirac, Mairie de Paris, Emplois fictifs, Anticor, Jacques Chirac s’il devait être condamné encoure une peine qui pourrait aller jusqu’à 10 ans de prison et 10 ans d’inégibilité. Le Parquet – qui a déjà requis un non lieu – a fait connaître qu’il demanderait une relaxe pure et simple.

Jacques Chirac, comme c’est son droit, demande aujourd’hui à ses avocats de le représenter aux audiences en raison de son état de santé, précisant toutefois sa volonté de voir la procédure se dérouler jusqu’à son terme.

L’Association anti-corruption Anticor, qui s’est portée partie civile dans ce procès, vient de réagir et a adressé au Tribunal une demande afin que Jacques Chirac soit présent au procès. Me Jérôme Karsenti son avocat déclarant «  encore une fois, on utilise des manœuvres de dernière minute, l’objectif étant bien évidement que Jacques Chirac ne comparaisse pas de son vivant devant un tribunal ». Ajoutant à propos de la demande des avocats de Jacques Chirac : « Là c’est une dérobade totale».

On peut en toute légitimité s’interroger sur les intentions qui motivent les déclarations de Me Jérôme Karsenti. Dès lors si le procès a bien lieu, et pour l’heure personne ne semble vouloir y mettre quelque entrave que ce soit, pourquoi alors exiger la présence d’un homme dont la santé est reconnue défaillante et la capacité de se défendre amoindrie – on parle de trouble de mémoire et d’absences –?

Veut-on humilier un ancien Président de la République parce que l’on ne partage pas la politique qu’il a mené durant sa longue carrière d’homme d’état et de chef de parti ?

Jacques Chirac, Mairie de Paris, Emplois fictifs, Anticor, L’objet de la Justice  n’est pas de cet ordre là ! Et d’ailleurs humilier un ancien Chef de l’Etat reviendrait plus gravement à porter un mauvais coup à notre Pays donc à l’ensemble des citoyens français.

Des actes délictuels ont ou n’ont pas été commis ; que l’instruction concernant ces faits et leurs commanditaires réels soit menée à bien et qu’ensuite la justice passe.

S’agissant de ceux reprochés à Jacques Chirac, sans préjuger du jugement que le Tribunal de Paris rendra, il apparaît nettement qu’ils auraient pu tout aussi bien être reprochés à d’autres personnalités politiques, d’autres partis politiques. Les soupçons que d’aucun pourraient porter à leur encontre sont de notoriété publique ; alors un peu de retenue messieurs les donneurs de leçons de morale.

Quoi qu’il en soit, Jacques Chirac ne doit pas aujourd’hui être considéré comme un justiciable différent d’autres justiciables. La loi l’autorise à se faire représenter à l’audience par son ou ses avocats. Personne n’a à redire là dessus !

Jacques Chirac, Mairie de Paris, Emplois fictifs, Anticor, L’honneur commande à tous admirateurs ou adversaires un minimum d’humanisme. Oui Jacques Chirac n’a pas fait l’unanimité parmi les Français mais qui parmi nos dirigeants politiques l’a fait ? Qui parmi nos dirigeants politiques, passés et présents de gauche et de droite confondus, en dehors du Général De Gaulle ou de Pierre Mendès France et Philippe Seguin, peut se prévaloir d’une totale rigueur dans l’exercice de ses mandats ? Qui?

Jacques Chirac, Mairie de Paris, Emplois fictifs, Anticor, Jacques Chirac est aujourd’hui est un vieil homme – ce n’est pas péjoratif que de le dire –   ayons la décence de lui témoigner le respect minimum qu’il mérite, pour avoir servi notre pays, en n’ajoutant pas à la peine qu’il doit ressentir, l’humiliation d’une présence en public qui ne pourra que révéler une diminution de ses capacités d’écoute, de concentration et de compréhension. 

 

20:41 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jacques chirac, mairie de paris, emplois fictifs, anticor | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu