Avertir le modérateur

26/02/2012

Présidentielles : Les affaires internationales concernent les Français. 1ère partie la situation en Afghanistan.

 Mardi 21 février, l’incinération, dans la nuit de lundi à mardi, Coran brulés, Bagram, Kaboul, OTAN, Hérat, Kunduz, Ngrab en Kapissa, Hamid Karzaï, Afghanistan, John Allen, Washington,de plusieurs exemplaires du Coran, «sur ordre d’un responsable militaire américain» à la base de Bagram située à 60 km de Kaboul en Afghanistan a déclenché un grave mouvement de protestation. Les manifestations ont un caractère prononcé d’anti-américanisme violent.

Depuis mardi des centaines d’Afghans, avec cocktails Molotov et  des pierres, sont dans les rues à Kaboul, mais également ailleurs dans le pays à Jalalabad dans l’est. A chaque fois sont principalement ciblées les installations de l’OTAN. Il y a des morts et de nombreux blessés dont deux soldats américains.

Le consulat américain situé à Hérat dans une région plutôt calme a également été visé par les manifestants. Un complexe de l'ONU situé à Kunduz dans le Nord-est a fait l’objet d’un dur Coran brulés, Bagram, Kaboul, OTAN, Hérat, Kunduz, Ngrab en Kapissa, Hamid Karzaï, Afghanistan, John Allen, Washington,affrontement entre les belligérants. La base américaine de Camp Phoenix a été attaquée violement des voitures ont été incendiées ainsi que des boutiques en proximité et selon l’agence ats/Newsnet «Des manifestants ont également essayé de marcher sur la base française de Nagrab, en Kapisa. L'armée afghane, qui les en a empêchés, a blessé deux hommes par balle, selon une source policière».

Partout le ressentiment des Afghans à l’encontre des Américains est monté d’un cran. Les manifestants ont laissé éclater leur rage en direction des troupes étrangères d’occupation aux cris de «Mort aux Américains», «Mort aux infidèles», «Mort à Obama» «Mort à Karzaï».

Coran brulés, Bagram, Kaboul, OTAN, Hérat, Kunduz, Ngrab en Kapissa, Hamid Karzaï, Afghanistan, John Allen, Washington,Des sanctions sont réclamées avec force : «Depuis l'invasion de l'Afghanistan par les Américains, c'est la dixième fois qu'ils agissent de manière si sauvage pour souiller les croyances musulmanes» ont-ils déclaré. Ils ont appelé en outre à la capture et à l’exécution des soldats de l’Isaf «pour leur passer l’envie de profaner le livre sacré»

Coran brulés, Bagram, Kaboul, OTAN, Hérat, Kunduz, Ngrab en Kapissa, Hamid Karzaï, Afghanistan, John Allen, Washington,De son côté le Président Hamid Karzaï, qui soutient la vindicte populaire talibane et dit la comprendre a «fortement condamné la destruction par le feu des Corans». Il demande à des membres de l’autorité religieuse «d’enquêter sur l’incident». Depuis mardi on aurait recensé au moins vingt-neuf morts – considérés comme des martyrs – et 200 blessés.

La tension est brutalement montée d’un cran samedi 25 février. Deux conseillers américains de l’Isaf, la force militaire l’Otan engagée en Afghanistan, viennent d’être abattus à l’intérieur du Ministère de l’Intérieur à Kaboul.

L’attaque a déjà été revendiquée dans un communiqué indiquant que l’auteur de la fusillade, un homme, qualifié de «héros» et répondant au patronyme d’Abdul Rahman, aurait bénéficié de complicités pour s’introduire dans les locaux du Ministère, en principe sous haute surveillance. Le porte-parole Taliban, Zabihullah Mujahid a par ailleurs précisé que l’opération avait été exécutée en représailles après la destruction du livre saint des musulmans.

Très vite le général américain John Allen, qui dirige les forces de l’Isaf, a annoncé que l’ensemble des personnels de l’Otan en poste dans les Ministère afghans étaient rappelés pour des «raison évidentes de protection de la force». Parmi ces personnels plusieurs sont des conseillers chargés de superviser les forces locales de police de l’Etat afghan en place.

De son côté Londres a fait savoir qu’elle procédait également au retrait temporaire, de «ses conseillers civils des institutions gouvernementales afghanes à Kaboul». Le porte-parole du Foreign Office à Londres a fait savoir que la mesure avait un caractère d’exécution immédiate.

Côté français, hormis quelques entrefilets ici ou là ni le quai d’Orsay ni la Présidence ou l’opposition trop occupés à arpenter les allées du Salon de l’Agriculture ne se sont prononcés.

Coran brulés, Bagram, Kaboul, OTAN, Hérat, Kunduz, Ngrab en Kapissa, Hamid Karzaï, Afghanistan, John Allen, Washington,L’affaire est grave, le mouvement de protestation afghan a gagné vendredi plusieurs villes du Pakistan voisin. Des manifestants ont symboliquement mis le feu et piétiné un drapeau américain. Une banderole déployée sur les lieux de protestations indiquait : «la face ignoble de l’Amérique a été révélée avec la profanation du Coran sacré».

A Islamabad, la capitale du Pakistan, lors d’un des rassemblements, Jamiat Ulema-e-Islam, haut responsable du mouvement pro-taliban a déclaré que le monde musulman devait revoir ses relations avec Washington.

17/08/2011

Afghanistan: non aux polémiques politiciennes!

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenEn un mois 11 soldats français sont tombés en Afghanistan. Ce qui porte à 74 le nombre de victimes françaises de ce conflit, depuis le début des opérations en 2001.

L’annonce du 11ème décès, lundi 15 août, a été l’occasion pour certains de réclamer «un changement de stratégie» tout en rappelant à l’organisation d’un débat avec la représentation nationale sur «les objectifs, la nature et la poursuite de l’intervention française en Afghanistan».

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenDébut juillet une première réponse a été donnée par le Président de la République, qui a annoncé que le contingent français – 4000 hommes au total – aurait quitté le pays en 2014. L’information a été confirmée le 12 juillet depuis la base de Tora où il a été annoncé un premier retrait de 1000 soldats avant la fin de 2012.

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenSi en 2001, avec l’accord de Lionel Jospin – 1er ministre de l’époque –, la France a engagé, sous mandat de l’ONU, ce «combat pour la liberté, pour les droits de l’Homme et pour la Paix» comme le qualifie Jean-Louis Borloo, il apparaît désormais qu’un nouveau consensus se fait jour visant au retrait de la France d’Afghanistan.

De Dominique De Villepin qui considère que «dix ans de guerre c’est assez» à François Bayrou pour qui «il faut partir, le plus vite possible, mais en ordre, en ayant transmis à la sécurité afghane la sécurité du pays», la réponse est claire, il faut envisager de mettre un terme à l’engagement militaire en Afghanistan!

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenReste que si, comme le dit Hervé Morin, nous sommes arrivés au «moment de vérité», nous devons également nous souvenir, comme il l’ajoute d’ailleurs lui-même, que «nous avons fait un immense effort de sang et d’argent pour la stabilisation de l’Afghanistan».

Par voie de conséquences pour l’honneur de nos soldats morts ou blessés gravement comme pour celui des troupes en place auquel il convient de rendre un hommage commun – morts et vivants réunis – et celui de notre pays, il serait honteux que ce retrait s’opère de manière précipitée, sans autre but que de partir.

Se retirer dans ces conditions reviendrait à agir avec les 25 millions d’Afghan, comme cela a été fait en Somalie où le pays et sa population ont été abandonnés au chaos, livrés aux bandes au prise avec la minorité talibane terroriste manipulée par des puissances qui avancent masquées.

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenQue pour des raisons d’agenda électoral – campagne présidentielle oblige – certains croient bon, comme Laurent Fabius, d’expliquer qu’il faut retirer nos troupes sans attendre parce que «nous savons bien qu’il n’y a pas de succès possible en Afghanistan», «que les soviétiques et les britanniques s’y sont cassés les dents et que c’est la même chose pour nous» pour faire monter la pression sur Nicolas Sarkozy dont le positionnement atlantiste et suiviste mérite désapprobation. Soit!

Mais affirmer comme l’a fait lundi Laurent Fabius sur I. Télé qu’«il serait tout à fait possible, souhaitable, nécessaire pour qu’on arrête cette hémorragie, qu’avant la fin de cette année l’ensemble de nos troupes ait quitté l’Afghanistan» relève de ce point de vue d’une rhétorique lamentablement démagogique pour auditeurs et téléspectateurs que l’on cherche à tromper.

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenPosons-nous une question: les Afghans sont-ils aujourd’hui en mesure d’assumer seuls la sécurité du Pays? La réponse est non! Ben Laden est mort mais les Talibans sont encore vivants et actifs.

Posons-nous une autre question: notre engagement en Afghanistan est-il un acte solitaire? La réponse est non, nous agissons dans le cadre d’un mandat de l’ONU et nous avons des alliés!

Alors il faut cesser de faire comme si, pour la France, tout serait possible, tout de suite. La situation politique, diplomatique et militaire dans cette partie du monde réclame discrétion, sang froid, détermination.

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenLa mission de la France doit aller à son terme! Nous sommes engagés et ce depuis 10 ans. Que cette mission nécessite de nouvelles orientations plus civiles, sûrement. Que celles-ci doivent faire l'objet d'une concertation républicaine entre la majorité et l'opposition avec le chef de l'état, chef des armée, cela ne fait aucun doute!

Mais il est une règle en matière diplomatique et militaire à la quelle doivent se plier des femmes et des hommes politiques qui aspirent à gouverner un État: les polémiques politiciennes sur ces questions sont à bannir.

afghanistan,retrait,kaboul,tora,jean-louis borloo,françois bayrou,dominique devillepin,nicolas sarkozy,laurent fabius,lionel jospin,onu hervé morin,somalie,talibans,ben ladenOn ne galéje pas avec ces choses là car la vie des hommes en opération sur le terrain peut en pâtir.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu