Avertir le modérateur

16/04/2012

Dimanche 15 avril: jour de campagne dans la Capitale

A Nicolas Sarkozy qui,  une fois encore en appelait aux Français sur le mode lyrique « Peuple de France, entends mon appel. Françaises, Français, aidez-moi, aidez-moi, aidez la Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,France», François Hollande, s’est contenté de dire tranquillement en guise: «Je sens monter, et vous aussi, un grand espoir, un espoir des profondeurs de notre pays, de vous, un espoir calme, un espoir ferme, un espoir lucide» ajoutant, «aujourd'hui, je le répète devant vous, je suis prêt à vous représenter, Je suis prêt à gagner le 6 mai et prêt à présider la France».

Les deux poids lourds de cette élection présidentielle 2012 tenaient meeting à 7 jours du 1er tour, l’un, Nicolas Sarkozy, place de la Concorde, l’autre, François Hollande sur l’esplanade du Château de Vincennes.

C’était à celui qui réunirait le plus de monde et à ce jeu il semble que le candidat de la Gauche s’en sort avec un léger avantage quand bien même le chef de l’UMP – Jean-François Copé – sans rire s’est laissé allé à évaluer l’affluence Place de la Concorde à près de 100.000 personnes. A y regarder de près visiblement il y avait quelques trous dans le rassemblement et le compte n’y était pas.

L’objectif pour les deux favoris était, en cette fin de campagne pour le 1er tour de démontrer une capacité à rassembler fortement pour enclencher une dynamique gagnante de second tour.

Que faut-il retenir de cette confrontation à distance ?

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,D’abord côté Nicolas Sarkozy : visiblement la dynamique et l’optimisme ne soufflaient pas fort Place de la Concorde. Les interventions des ténors de l’UMP et de Nicolas Sarkozy n’ont rien eu de franchement mobilisateur et n’étaient pas à la hauteur de ce que le pays attend de ses dirigeants.

« Les socialistes disent que tout est joué, ça y est, c'est fini. Ils ont fait les ministères et les cabinets, les ambassades et les responsabilités. On nous dit qu'ils se battent pour se partager les postes. C'est le retour des petites combines »  s’est abaissée à dire Nathalie Kosciusko-Morizet.

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,Pardon, mais pour les petites combines, mais aussi les grosses, des affaires Karachi à Liliane Betancourt en passant par Kadhafi et l’Ile de la Jatte, s’il faut aller sur ce terrain chacun constatera que la matière est particulièrement lourde.

Alain Juppé, crachant un fiel qu’on ne lui connaissait pas, y est lui aussi allé de sa petite musique. Il a cru bon de mettre en garde l’auditoire contre «l'arrogance et la confiscation de tous les pouvoirs par un parti habitué au clientélisme». Décidemment cet homme qui en son temps a nourrit les espoirs de son camp avant de faire la une des chroniques judicaires, aurait été bien inspiré de s’en tenir à d’autres considérations. Décevant monsieur le Maire de Bordeaux.

François Fillon lui a atteint des sommets en déclarant : « le rêve français de François Hollande n’est rien d’autre que de la démagogie »  Faut-il rappeler au 1er ministre de Nicolas Sarkozy qu’en matière de démagogie la campagne de 2007 de son candidat est un modèle indépassable sauf peut-être pour le Sarkozy nouveau.

Quand à Nicolas Sarkozy. Il convient tout de même de noter deux choses, au-delà des efforts notoires qu’il a produits pour se refaire une santé auprès de ses électeurs de 2007 qui actuellement s’en retournent chez Marine Lepen.

Une promesse : « tout le monde aura droit à une deuxième chance et toute famille de bonne foi, confrontée à un accident de la vie dont la conséquence est le surendettement, pourra, comme une entreprise, bénéficier de la faillite civile telle qu'elle existe en Alsace afin de pouvoir redémarrer dans la vie ».

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEt une proposition nouvelle – une proposition de plus qui va fâcher Angela Merkel son mentor dont il ne parle plus –. Nicolas Sarkozy s’est engagé « Sur le rôle de la Banque centrale dans le soutien à la croissance »  ajoutant « nous allons aussi ouvrir le débat et nous allons faire avancer l'Europe ».

C’est le moins qu’il pouvait faire à l’heure où le Financial Times vient d’apporter son soutien à François Hollande pour sa proposition de relancer une politique d’investissement public dans le cadre européen.

Chez François Hollande, l’ambiance était festive et populaire. On l’a sentie fraternelle, il y avait  de la joie d’être là. Une joie incarnée par Najat Belkacem et Aurélie Filippetti. Il y avait aussi du calme et de la sérénité.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la francePrenant la parole devant plusieurs leaders socialistes et une foule compacte et enthousiaste de partisans, de toutes conditions, âges et couleurs, le candidat socialiste a débuté son discours en déclarant « Je sens monter, et vous aussi, un grand espoir, un espoir des profondeurs de notre pays, de vous, un espoir calme, un espoir ferme, un espoir lucide ».

Le ton était donné. Le discours durera 50 minutes pendant lesquelles le candidat socialiste a fait monter la pression.

Tout en se gardant de se placer sur le terrain de la petite et basse polémique, même s’il a néanmoins relevé, sur un ton ironique, le mensonge du Président candidat qui tout récemment lors d’un meeting de campagne à Caen, avait indiqué qu’il s’était rendu à Fukushima alors qu’il n’y est jamais allé, François Hollande s’en est tenu à sa feuille de route de campagne.

Rappelant que « l’enjeu de cette élection c’est la France » bien sur mais aussi « la jeunesse » il s’est attaché à dérouler les grandes lignes de force de ses propositions pour la France.

Avec beaucoup de conviction et un ton où la sincérité, la hauteur et la fermeté n’étaient pas calculés, François Hollande, s’appuyant sur l’aspiration des Français à la nécessité de plus de justice, a renouvelé son engagement à réaliser la grande réforme fiscale dont le Pays a besoin.

Il a par ailleurs confirmé sa détermination à organiser un large débat sur l’avenir énergétique de la France et promit de convoquer des Etats généraux de l’environnement.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEnfin après avoir à nouveau dit l’importance des enjeux de cette élection présidentielle, il a exhorté les Français à faire leur devoir civique et à se rendre aux urnes massivement sollicitant, sous les encouragements, un vote le plus large en faveur de sa candidature.

« Il faut en finir avec le quinquennat qui s'achève, il faut tourner la page. » a-t-il également indiqué clairement, ajoutant «  Il ne suffit pas de récuser un gouvernement sortant. Ma responsabilité c'est de fixer une nouvelle donne ».

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceNouvelle donne qui peut se résumer par quelques mots : Confiance retrouvée, Français rassemblés, Vérité dans l’action, Justice et Solidarité pour et entre tous, République réaffirmée, Sécurité intérieure et extérieure assurées, Jeunesse considérée, France respectée, Exigence écologique entendue, Paix recherchée!

Visiblement les vents n’étaient orientés dans la même direction ce dimanche 15 avril, un vent puissant porteur d’espoir a soufflé sur l’esplanade de Vincennes, tandis qu’à la Concorde le vent insidieux du doute n’a pas quitté cette place où visiblement les caciques de l’UMP et leur chef ont, quoiqu’ils en disent, montré qu’ils ne croyaient plus à la victoire.

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,L’image finale donnée par un Nicolas Sarkozy crispé quittant seul l’estrade où il venait de parler durant 35 minutes n’a fait qu’accentuer cette impression d’une défaite presque déjà assumée.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEn contrepoint celle de François Hollande calme et détendu, entouré de jeunes enthousiastes venus le rejoindre comme pour dire aux Français, la force du renouveau et du changement est aujourd’hui de ce côté de la capitale a été d’une force symbolique très forte.

Rien n’est évidemment joué mais ce dimanche incontestablement François Hollande a encore pris un avantage sur un adversaire qui n’arrive plus à échapper au décalage entre ses promesses de 2007 et le bilan de son quinquennat en 2012.

15/12/2011

Condamnation de Jacques Chirac : Fallait-il le faire ?

 

1567530_3_1f6a_jacques-chirac-tient-un-discours-a-bruxelles.jpgAlors que le parquet avait requis la relaxe, Jacques Chirac vient d’être condamné à une peine de 2 ans de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel de Paris  dans l’affaire dite « des emplois fictifs de la Mairie de Paris ».

C’est une surprise. D’’autant que pour la principale victime l’affaire était close. Bertrand Delanoë, actuel maire de la capitale, avait renoncé à se porter partie civile, considérant avoir « obtenu la réparation » à la suite d’un accord intervenu en 2010 au terme duquel  la ville avait été remboursée  de 2,2 millions d’euros dont 500.000 acquittés par Jacques Chirac ; le reste pris en charge par l’UMP.

La surprise est d’autant plus grande qu’il est assez  rare que la cour ne suive pas les conclusions du Parquet.

Alors que le 20 septembre celui-ci avait déclaré lors de son réquisitoire « dans cette affaire, il n’y a pas de système frauduleux, encore moins mafieux », qualifications qui avaient été avancée par la partie civile qui a plaidé pour la sévérité du Tribunal, ce dernier a considéré que l’ancien Maire de Paris « avait manqué à l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur sont confiés, cela au mépris de l’intérêt général des Parisiens ».

Si les faits sont avérés, personne d’ailleurs ne les conteste, il convient de se rappeler que la législation en matière de financement de la vie politique n’était pas, au moment où ils se sont produits, aussi définie qu’elle ne l’est aujourd’hui. Toutes les formations politiques se sont adonnées allègrement aux pratiques pour lesquelles Jacques Chirac est aujourd’hui condamné.

D’un point de vue de la logique judiciaire il n’est pas anormal que ces pratiques soient condamnées. Mais la sentence est moralement insupportable pour l’accusé qui a toujours affirmé « n’avoir commis aucune faute, ni pénale, ni morale».

L’accusation de « manquement aux obligations de probité»  est en l’espèce difficilement recevable. D’abord parce que les faits au moment où ils se sont produits étaient monnaie courante dans une majorité des villes de France. L’opposition, socialiste ou communiste, se montre d’ailleurs particulièrement silencieuse sur le sujet. Ensuite parce que Jacques Chirac ne s’est pas enrichi personnellement à ces occasions. Enfin parce quoi que certains puissent reprocher à l’ancien chef de l’Etat, personne ne peut lui dénier le fait qu’il a consacré sa vie au service de notre Pays.

19abd85b04c346d06f99dfef2357fef8-0.jpgAu bout du bout, si ce procès arrive bien tard et « n’est pas bon pour l’image de la France », comme l’a souligné Ségolène Royale, et si la sentence semble discutable  il reste qu’au final la justice est passée et c’est là l’essentiel.

Demain plusieurs responsables politiques importants, en place actuellement, devront répondre de leurs actes devant les tribunaux. A quelques bords ou clans politiques auxquels ils appartiennent, ils devront les uns et les autres s’expliquer sur des affaires qui au total dépassent largement le cadre de la vingtaine d’emplois fictifs pour lesquels Jacques Chirac a été mis en cause.

C’est peut-être là le principal intérêt de la décision que vient de prendre aujourd’hui le Tribunal de Paris. Ce procès était nécessaire, la relaxe aurait peut-être été souhaitable mais non utile !

8634d6e0-3c1b-11df-8af1-503508d3954a.jpgQuant au Président Jacques Chirac il lui reste à jouir tranquillement et paisiblement de la très grande popularité que sa personne suscite auprès des Français qui au fond lui sont reconnaissants de son dévouement au service de la Nation.

 

21/02/2010

Bernard FRAU répond à la FCPE

Monsieur le Président,

 

J’ai bien reçu en son temps le courrier dans lequel vous avez bien voulu exposer les attentes de votre organisation à propos des questions éducatives et scolaires, j’y réponds bien volontiers.

 

D’abord s’agissant de justice et d’égalité en Haute-Normandie il nous a semblé que  la taille de notre Région pouvait avoir une influence majeure tant pour les questions éducatives et scolaire que pour toutes les autres. C’est pourquoi, la liste que je conduis pour cette élection régionale, s’est positionnée sans ambiguïté pour la réunification immédiate de la Haute et de la Basse Normandie.

 

Mutualisant ainsi les moyens humains et financiers consacrés par les deux actuelles entités nous estimons pouvoir apporter une contribution plus efficace aux rattrapages nécessaire qui doivent être effectués.

 

Ensuite,  pour atteindre nos objectifs de répondre mieux aux besoins des habitants de la Normandie nous estimons nécessaire de modifier la gouvernance régionale.

 

Conçue pour définir et conduire des stratégies concertées et adaptées à la personnalité globale du territoire,  au delà des pouvoirs réglementaires qui lui sont dévolus nous entendons que la Région mobilise le pouvoir de conviction de ses élus et devienne un lieu d’élaboration du pacte social.

 

En particulier nous serons attentifs à ce que les stratégies régionales soient définies avec les acteurs concernés et nous ferons du Comité économique et social le lieu de l’ultime négociation entre les différentes composantes de la société régionale normande.

 

Enfin parce que nous ne souhaitons pas que notre région prenne du retard par rapport aux grandes mutations à venir, nous doterons notre conseil régional d’un espace ouvert  où seront élaborés les objectifs adaptés aux besoins actuels et futurs, le schéma prévisionnel des formations et les plans de développement des filières de l’enseignement supérieur. Ces objectifs seront évalués et réactualisés annuellement. Des assises « formation » seront réunies dès 2010 pour tracer les orientations.

 

Concernant l’égalité des chances, parce que nous savons que d’un point de vue général celle-ci ne serait qu’un concept vide de sens, si en amont une attention particulière n’y était portée dès les premiers moments d’éveil dans les classes maternelles, nous engagerons, une évaluation des besoins pour permettre à la Région d’apporter son soutien aux collectivités locales qui s’engageraient à ses côtés.

 

Votre courrier appelle plus concrètement l’attention sur le principe de gratuité inscrit dans notre constitution. Nous partageons le point de vue de votre organisation et considérons qu’il est temps que notre Région instaure le principe de la gratuité des manuels scolaires.

 

De même nous pensons que pour les transports scolaires la gratuité est une réponse qui aurait déjà du s’imposer.

 

 

S’il nous paraît important de procéder à la revalorisation des filières technologiques et professionnelles nous pensons qu’il est tout aussi important de ne pas oublier les filières culture, santé, économie sociale, agriculture raisonnée et sciences de la nature.

 

Si la nécessité d’une meilleure répartition géographique des filières sur l’ensemble du territoire semble frappée au coin du bon sens, elle peut néanmoins dans certains cas se heurter à des limites en matière d’investissements.

 

Par contre nous partageons l’idée que le Département de l’Eure doit  être pourvu en matière de formation post bac.

 

Enfin sur la question de la présence de votre organisation au sein du Conseil Economique et Social, il me paraît tout à fait logique que celle-ci soit permanente, comme il me semble logique que cette présence permanente ne soit pas génératrice d’exclusion pour les  autres organisations de parents d’élèves. Aussi dans un souci de dépasser les antagonismes et de favoriser plutôt les conditions d’une prise en compte de toutes les sensibilités je suis favorable à l’idée que les parents d’élèves puissent bénéficier de trois représentants permanents au CESR.

 

Espérant avoir répondu à l’ensemble des points abordés dans votre courrier et,  si vous le souhaitez, restant à votre disposition pour une rencontre, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments les meilleurs et les plus républicains.

 

 Bernard FRAU

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu