Avertir le modérateur

08/04/2013

Affaire Cahuzac: Des actes forts et pas de blablabobards!

BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  Le 2 avril 2013 après avoir pendant de trop longs mois indiqué le contraire au Président de la République, au Premier ministre et à la Représentation nationale, Jérôme Cahuzac s’est finalement décidé à avouer.

L’ancien Ministre du Budget est passé aux aveux devant les juges d’instruction en charge de l’enquête sur ses présumés comptes non déclarés en Suisse et à Singapour.

Information qui a été relayée par Jérôme Cahuzac lui-même sur son blog : «Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris»

Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. C’est un énorme pavé dans la mare qui BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  éclabousse gravement la classe politique dans son ensemble dont les effets collatéraux vont jusqu’à toucher  une certaine Marine Le Pen qui dès l’annonce de la démission du Ministre s’était  précipitée  pour déclarer « on n’est pas loin du tous pourris ».

Depuis cette date il m’avait semblé nécessaire de ne pas me joindre au chœur des hypocrites et laisser un peu de temps pour éviter de réagir à chaud sous l’emprise immédiate de la colère devant tant de manquements à la déontologie professionnelle et politique d’un homme clé du gouvernement chargé d’administrer la potion amère de l’austérité.

Pendant tout ce temps la presse s’est fait, à qui mieux BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  mieux, l’écho des déclarations enflammées des bonnes âmes politiciennes de droite comme de gauche. Ah qu’elles sont belles les interventions  sentencieuses de ces représentants du «plus moral que moi tu meurs» ou du «il faut laver plus moral que moral».   

Personnellement cet acharnement de tous contre Jérôme Cahuzac me gêne terriblement. Il ne faut pas en faire «le bouc émissaire» de toutes les turpitudes des partis politiques, que l'on jette en pâture à la vindicte populaire qui ne demande que cela pour se déchainer.

BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  Les déclarations des Coppé, Le Pen, Bayrou, Mélenchon et Désir me font gerber tant elles sont empreintes d'arrières pensées!

Quant au Président je crois qu'il a eu tort de dire qu'il refusait «le pardon» à Jérôme Cahuzac!

L’affaire est grave, il a menti, il a fraudé, il doit rendre BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  compte à la justice, mais comme pour tout être humain, il ne peut pas lui être refusé un pardon qu’il a sollicité. Le pardon n’exclue en aucune manière le jugement des faits qui sont reprochés.

Je redoute pour l'homme Cahuzac et sa capacité à encaisser le lynchage et les lâchages qui se succèdent. Hier la presse, ses amis et ses ennemis politiques, aujourd’hui le Conseil de l’Ordre des Médecins et le Grand-Orient de France.

C'est un homme pour qui un peu de sollicitude nous BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, grandirait tous. Ce qu'il a fait est intolérable, la justice doit passer.....mais tout de même le spectacle actuel que donnent à voir certains responsables de tous bords est assez misérable.

Quelle hypocrisie! Quelle lâcheté! Il ne manquerait plus que nous ayons à gérer un déballage d'affaire, un suicide ou pire une mort non expliquée!

Hypocrite, lâche, parce que le cœur de la question n’est pas tant dans les malversations d’un homme, même ministre, mais dans l’existence d’un système en place depuis des décennies.

Système qui, libéré par la mondialisation, permet à une BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, minorité en col blanc de croitre, d’embellir et de bénéficier d’une complaisance coupable des Etats  qui n’ont pas encore pris les mesures adaptées au contexte de financiarisation de l’économie mondiale pour contrecarrer cet intolérable vol organisé que constitue la fraude fiscale.

François Hollande est le Chef de notre Etat, il est désormais en première ligne à lui de prendre de la hauteur et d’imposer « un changement radical» en la matière pour repartir sur de bonnes bases.

Il n’est pas concevable que la BNP, le Crédit Agricole, soient BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, les instigateurs de montages permettant en toute légalité que la Nation soient privée, volée, de sommes colossales normalement dédiées à la solidarité et à l’économie nationales.

De même le poids et l’influence du lobby de l’industrie pharmaceutique, pour ne citer que lui, s’est installé au sein des appareils administratifs européens et nationaux pour servir de manière honteuse les intérêts de ses actionnaires aux dépends de ceux de la santé.

Ce « changement radical » pourrait porter sur les points suivants.

D’abord un remaniement large du gouvernement avec comme 1er ministre une personnalité de la société civile emblématique de la rigueur intellectuelle et morale. Il doit bien y en rester dans notre pays!

Ensuite en reconnaissant que «ces affaires» depuis plusieurs décennies sont en train de tuer la Démocratie et la République. Dire la Vérité sans incriminer les personnes mais le système.

Ensuite encore en décidant une opération «mains propres» dont la mission serait confiée à une cellule rattachée au 1er Ministre composée de personnalités reconnues de la société civile

Enfin en engageant dès à présent, tant au G20, qu'à BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, Bruxelles, une attaque frontale contre cette immense hypocrisie qui consiste à couvrir légalement l'existence des paradis fiscaux où circulent l'argent sale et les commissions occultes.

Des actes forts bien sûr et pas de blablabobards.

Tout cela couronné par un rappel à l'ordre aux partis BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, politiques et un appel à un sursaut républicain en direction de nos concitoyens sur le ton «Non nous n'avons pas le droit de nous résigner de renoncer à nous comprendre ou même simplement à nous parler» (*)

 

(*) Pierre Mendès France Dire la Vérité Causeries du samedi.

12/06/2012

Législatives 1er tour : la majorité présidentielle devant!

De ce premier tour des élections législatives qui s’est déroulé dimanche il est possible d’ores et déjà de tirer un premier bilan, ce  à plusieurs niveaux.

Au plan général et global d’abord.

Trois faits marquants sont à prendre en compte dans ce scrutin : d’une part l’abstention record – 57,52% des électeurs se sont déplacés pour voter,  alors qu’ils avaient été 79,46 % à François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     le faire pour l’élection présidentielle et 60,98% aux législatives 2007 –,  d’autre part la forte poussée de la bipolarisation des suffrages exprimés – PS et UMP réalisent chacune un score de 35% – et enfin pour le  Front National un résultat qui laisse espérer à ses dirigeants d’avoir des élus à l’Assemblée Nationale à l’occasion d’un scrutin majoritaire.

Au plan plus particulier ensuite

Quatre points méritent ici d’être soulignés.

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     En premier lieu, la bonne tenue du Front de Gauche qui malgré l’élimination de Jean-Luc Mélenchon, son courageux leader, permet à ce mouvement néo-communiste d’espérer un nombre  de sièges suffisants pour peser sur les choix futurs du gouvernement.

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     En second lieu il faut enregistrer l’effondrement total, l’échec, du Modem dont le leader François Bayrou, arrivé en troisième position à Pau, devra livrer bataille dans le cadre d’une triangulaire de tous les dangers –  11 points de  retard derrière la candidate du PS et 2 points derrière le candidat de l’UMP –.

Troisième point, la déconvenue d’Europe Ecologie Les Verts qui François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     malgré un accord « en or » avec le PS de Martine Aubry n’a réussi à capter que 5,46% des suffrages exprimés et voit ainsi la possibilité de constituer un groupe à l’Assemblée Nationale assez largement compromise.

Quatrième et dernier point, ce scrutin a fait disparaitre des écrans radars le courant indépendant de l’Ecologie Politique qui lors des dernières élections européennes avait réussi, dans des conditions similaires de taux de participation, un score significatif à 4%. Ce courant est désormais à reconstruire complètement.

Les perspectives pour le second tour.

Sauf retournement de situation spectaculaire fort improbable – depuis toujours, quand les élections législatives suivent immédiatement l’élection présidentielle les électeurs François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     confirment le choix qu’ils ont exprimé pour donner au nouveau président les moyens de mettre en application son programme – François Hollande, le 17 juin au soir, disposera d’une majorité stable et confortable à l’Assemblée Nationale, « pour conduire le changement » qu’il a promis aux Français lors de la campagne présidentielle.

Le total cumulé des voix de gauche au soir du 1er tour, 46,77%  – Cumul PS et ses alliés radicaux, les « divers » gauche,  EELV, le Front de Gauche –, soit plus de 10 points d’avance par rapport à l’opposition de droite le laisse à penser.

Restent quelques questions

Que feront dimanche les électeurs du Front National dans les circonscriptions où leurs candidats ne seront plus candidats, n’ayant pas été en mesure de franchir en suffrages la barre des 12,5% d’électeurs inscrits? Se désintéresseront-ils de ce 2ème tour ? Feront-ils battre les candidats UMP restés en course ?

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     Répondront-ils à l’appel de ceux qui comme Nadine Morano, l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy en Meurthe et Moselle, ont explicitement déclarés qu’ils partageaient les mêmes valeurs que celles prônées par le Front National ?

Malgré les affirmations répétées des leaders nationaux de l’UMP qui disent rejeter tout accord avec le FN, notamment celles de Jean-François Coppé, qui au 2ème tour de l’élection François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     présidentielle, pour faire élire son président, n’avait pas hésité à braconner durement sur les terres du parti d’extrême-droite, les discussions vont bon train localement. Il n’est que d’entendre les arguments développés par Gérard Longuet, Eric Raoult sur la question.

Qu’adviendra-t-il de la bataille de la Rochelle qui oppose Ségolène Royal à un candidat dissident PS, Olivier Falorni, qui refuse d’appliquer la règle républicaine à gauche qui veut que le candidat arrivé second au 1er tour se  retire au profit de celui arrivé en tête.

Olivier Falorni bénéficie aujourd’hui du soutien « vicieux » de Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin et de celui plus surprenant de…….  Valérie Trierweiler dont on se demande bien ce qu’elle vient faire dans ce débat alors que François François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     Hollande, son compagnon dans la vie, la totalité du PS, Martine Aubry et Cécile Duflot en tête ainsi que Maxime Bono, le Maire de la Rochelle, sont aux côtés de la Présidente de la Région Poitou-Charentes et ex-candidate PS à l’élection présidentielle en 2007.

Quelques prises de positions claires néanmoins

Il faut noter qu’à Hénin-Beaumont dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais, Jean URBANIAK, le candidat du Modem soutenu par l’UMP, vient d’appeler à « empêcher l'entrée à l'Assemblée nationale » de Marine Le Pen et implicitement à voter pour le candidat du PS Philippe Kemel.

A ce moment précis Marine Le Pen a confirmé qu’elle appelait les électeurs frontistes à faire battre les ex-ministres de droite  Nathalie Kosciusko-Morizet et Georges Tron.

Roland Chassain, candidat UMP dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, a lui annoncé son soutien au second tour en faveur du candidat FN pour faire barrage au socialiste Michel Vauzelle.

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     De son côté, alors que le PS a choisi de faire appliquer face au FN la stratégie de désistement  républicain, l’UMP au plan national a décidé d’adopter la ligne, « ni FN, ni FG », édictée par Nicolas Sarkozy aux dernières élections cantonales

Pour le 17 juin un choix cohérent et responsable

Visiblement  en faisant ce choix, les leaders de  l’UMP ont décidé de faire une croix sur le deuxième tour des législatives 2012 au profit de la préparation de la prochaine bataille des chefs pour la direction de l’UMP. Chacun ayant en ligne de mire la future présidentielle en 2017…. si d’ici-là ce parti n’explose pas en vol miné par les ambitions personnelles et déchiré par le choix  idéologique que va leur imposer le Parti de Marine Le Pen.

Au-delà de l’écume politique des petites ambitions personnelles et des mauvais coups tordus, qui n’ont rien à voir avec l’intérêt général de la France, dimanche prochain François Hollande et Jean-Marc Ayrault devraient avoir en main toutes les cartes pour faire face à la double tâche qui leur incombent.

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     Faire vivre le changement dans la justice qu’attendent les Français de gauche, du centre et de l’écologie politique réaliste, tout en permettant à notre pays de reconquérir en Europe face à une Allemagne trop sure d’elle-même, un rôle que Nicolas Sarkozy n’aurait jamais dû lui faire perdre.

François Hollande, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Jean-François Coppé, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Martine Aubry, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko Morizet, Georges Tron, Eric Raoult, Gérard Longuet, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin, Cécile Duflot, Maxime Bono, Jean Urbaniak, Jean-Marc Ayrault, PS, UMP, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Modem, Humanisme-Ecologie-République, Ecologie Politique, Front National, Ni Front National- Ni Front de Gauche, Mairie de La Rochelle, deuxième tour législatives, 17 juin 2012,     Dans la période très difficile de crise internationale écologique, économique, sociale et financière à laquelle sont confrontées les démocraties, dont celle de notre pays, faire le choix d’assurer à François Hollande une majorité stable est un choix de cohérence institutionnelle et républicaine qui doit mobiliser un maximum de citoyens responsables.

07/05/2012

Nicolas Sarkozy a perdu, ainsi en ont décidé les Français!

 

Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Front National, UMP, PS, Les Ecologistes, Otan, Afghanistan, USA, Allemagne, Angela Merkel, Les affaires,   Après décompte effectué par le Ministère de l’Intérieur François Hollande obtient 51,62% des suffrages exprimés contre 48,38% à Nicolas Sarkozy.

Les Français ont choisi d’élire un nouveau Président de la République et de remplacer Nicolas Sarkozy dans un scrutin où la participation a été supérieure à 80%.

Inutile de préciser qu’à la Mutualité, où s’étaient réunis les partisans du Président sortant les mines n’étaient guères réjouies. On peut le comprendre. Mais en même temps pouvaient-ils s’attendre à autre chose que ce résultat ? Non !

Les Français ont, à juste titre, sanctionné un président qui durant son quinquennat a globalement affaibli la Nation.

Au plan économique, ils ont condamné le soutien inconditionnel accordé aux marchés financiers, la politique de Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Front National, UMP, PS, Les Ecologistes, Otan, Afghanistan, USA, Allemagne, Angela Merkel, Les affaires,   soumission au modèle économique allemand – qui s’est traduite par une augmentation insupportable du chômage, un appauvrissement généralisé des plus démunis –  et une dégradation des comptes de la Nation – endettement et déficit de la balance commerciale historiques –.

Au plan international ils n’ont pas supporté la mise sous tutelle américaine de la France – retour dans le commandement intégré de l’Otan – et le renforcement de l’engagement de la France en Afghanistan.

A titre personnel le Président sortant porte une lourde responsabilité dans la défaite de son camp.

Nombreux ont été les hommes et les femmes de conviction qui Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Front National, UMP, PS, Les Ecologistes, Otan, Afghanistan, USA, Allemagne, Angela Merkel, Les affaires,   n’ont pas apprécié ses proximités idéologiques affichées lors de la campagne électorale, son omniprésence échevelée  et ses changements de pied déconcertants dans la gestion des dossiers de l’état, son mépris des écologistes et sa conception anglo-saxonne de la république ainsi que le parfum de scandales financiers qui durant tout le mandat ont plané autour de sa personne.

Ses soutiens, amers et revanchards, peuvent bien se plaindre et redouter pour la suite de leur carrière la vérité est sans Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Front National, UMP, PS, Les Ecologistes, Otan, Afghanistan, USA, Allemagne, Angela Merkel, Les affaires,   appel, Nicolas Sarkozy les a fait perdre. Plutôt que de continuer à nier cette évidence, en continuant de déverser haine et jugements péremptoires sur le vainqueur tout en pariant sur un futur échec de sa part, ils feraient mieux de regarder en conscience leurs erreurs pour reconstruire une opposition républicaine en cessant de loucher vers l’extrême droite.

Nicolas Sarkozy, François Hollande, Alain Juppé, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Front National, UMP, PS, Les Ecologistes, Otan, Afghanistan, USA, Allemagne, Angela Merkel, Les affaires,   Nicolas Sarkozy s’en va, mais les problèmes sont pendants. François Hollande est désormais le nouveau chef de l’Etat. Il aura besoin pour les années à venir d’une majorité pour mener à bien les engagements qu’il a pris devant tous les Français.

Nul doute que ceux qui viennent de le porter à la Présidence de la République sauront lui accorder cette majorité. Mais en même temps la bonne continuité démocratique et républicaine de la France nécessite l’existence d’une opposition respectable et digne.

Les premières déclarations de ses proches, Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Jean-François Coppé, Alain Juppé et autres ne laisse rien augurer de bon pour l’avenir. Sauront-ils se reprendre ? Vont-ils, dans un souci de revanche, ouvrir grand les portes au Front National?

Réponse au cours de la campagne législative qui dès hier soir s’est engagée.

 

18/04/2012

Présidentielles 2012 : Et un et deux et trois et… Hollande finit fort ce 1er tour

Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21Alors qu’hier Corinne Lepage annonçait qu’elle apportait son soutien à François Hollande, que 100 sportifs de haut niveau ont annoncé le leur et que 40 économistes l’on fait également, c’est désormais une véritable hola qui est en train de se lever pour parachever en feu d’artifice cette fin de campagne du 1er tour de l’élection présidentielle.

Plusieurs anciens membres des gouvernements Sarkozy-Fillon ont fait connaître tout récemment leur intention ainsi que de nombreux proches de l’ancien Président de la République Jacques Chirac.

Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21Celui-ci avait s’était déjà prononcé en juin 2011 à l’occasion d’une visite commune effectuée au musée de Sarran en Corrèze. En sorte « d’humour corrézien » il avait, à l’époque affirmé « Je voterai François Hollande ».

Aujourd’hui c’est Jean-Luc Barré qui confirme au journal le Parisien « Jacques Chirac est fidèle à lui-même lorsqu’il déclare qu’il votera pour Hollande»  précisant par ailleurs que dans « le clan Chirac », « Bernadette est la seule à militer pour le Président sortant. Elle a toujours été plus conservatrice ».

« Il est fidèle à lui-même et à ses racines politiques. Chirac est un humaniste, marqué à la fois par la fibre radical-socialiste corrézienne et la dimension sociale du gaullisme. Synthèse qu'il reconnaît aujourd'hui chez le candidat de gauche » a ajouté Jean-Luc Barré.

Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21Les risettes plus qu’appuyées en direction des thèses du FN, les libertés prises avec l’esprit des institutions de la République telles qu’elles avaient été pensée par le général De gaulle, la dérive «anglo-saxonne» de la gestion du pays, les choix en matière de politique étrangère, le favoritisme en direction des plus riches ne pouvaient que peser lourd au moment décisif.

C’est fait, c’est dit. Cela peut bien susciter l’ire de Jean-François Coppé et la tristesse de Nicolas Sarkozy mais c’est ainsi. Un jour l’on finit bien par se voir présenter la note des écarts politiques que l’on a commis.

Au-delà des proches, Thierry Rey, Claude Chirac, Jean-Luc Barré, Laurent Glépin, Hugues Renson qui fut ancien conseiller aux affaires sociales de Jacques Chirac, trois anciens ministres chiraquiens ont également pris position en faveur de Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21François Hollande : Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances de 2005 à 2007Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture de 2002 à 2004 et Brigitte Girardin ministre de l'Outre-mer de Jacques Chirac de 2002 à 2005 puis de la coopération de 2005 à 2007.

Celle-ci, secrétaire général de République Solidaire le parti de Dominique De Villepin, a déclaré à l’AFP  « souhaitant mettre fin à une politique qui, pendant cinq ans, a affaibli notre pays, a divisé les Français et a remis en cause la politique pour l'outre-mer que j'avais mise en place entre 2002 et 2005, mon vote personnel se portera sur François Hollande dès le premier tour, sans qu'il s'agisse d'un quelconque ralliement au candidat socialiste ».

Et comme si cela ne suffisait pas Martin Hirsch,Ancien haut-commissaire aux solidarités actives de 2007 à -2010, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21Fadela Amara, fondatrice de Ni putes Ni soumises, qui a été secrétaire d’Etat à la Politique de la ville de 2007 à 2010, que Nicolas Sarkozy, viennent tous les deux apporter leur pierre au lot des personnalités politiques qui souhaitent sanctionner Nicolas Sarkozy en se déclarant favorables à la candidature de François Hollande.

Enfin Jean-Luc Bennahmias, l’écologiste historique, ancien Secrétaire national des Verts, aujourd’hui vice-président du MoDem a annoncé son choix en faveur  de François Hollande. Déjà le 12 avril dernier il avait fait savoir au Monde « une majorité nouvelle ne peut pas se construire avec le candidat sortant ».

Alors que ses amis se refusent à réagir à ses propos et que Robert Rochefort, l’homme en charge de l’économie au Modem Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21estime « qu’il aurait dû attendre », Jean-Luc Bennahmias invité de France Bleue Périgord a nettement fait comprendre qu’il se situait parmi les 34% qui voteront Hollande au second tour – sondage récent qui indique qu’en cas de défaite de François Bayrou, 34 % voteraient Hollande, 30% Nicolas Sarkozy et 30% ne savaient encore pas – ajoutant, « en tous les cas, je ne vote pas pour Nicolas Sarkozy ».

Tout va donc pour le mieux pour François Hollande qui semble bien parti pour l’emporter le 6 mai, les derniers sondages lui octroient 58% des suffrages contre 42% à un Nicolas Sarkozy dans l’incapacité totale de rassembler autour de lui.

Il n’y a pas eu d’effet Concorde pour le président-candidat, les électeurs semblent décidés à lui faire payer ses façons de diviser les Français, ses choix politiques injustes, son mépris, des Ecologistes en particulier et de l’Ecologie en général, bref ce quinquennat où l’esbroufe gesticulatoire l’a disputé au reniement des promesses et engagements de campagne trouve en cette fin de campagne du 1er tour la sanction qu’il mérite.

La volonté d’en finir avec le mandat de Nicolas Sarkozy est grande chez nos concitoyens et toutes ces déclarations en faveur de François Hollande montrent que pour lui la victoire est désormais largement à portée de main, sauf erreur toujours possible avant le 6 mai.

Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, François Hollande, Corinne Lepage, Jean-Luc Barré, Gaullisme social, radical-socialisme, humanisme, Jean-François Coppé, Thiérry REY, Claude Chirac, Azouz Begag, Jacques Aillagon, Brigitte Girardin, République Solidaire, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Luc Bennahmias, Modem, Robert Rochefort, France Bleue Périgord, Union nationale, Humanisme-Ecologie-République, Ecologistes Réalistes, Cap 21La diversité de ces soutiens est aussi une opportunité réelle pour la constitution d’une majorité présidentielle de large union nationale sans laquelle compte-tenu du contexte global de crise écologique, économique et sociale, il sera demain difficile de gouverner. François Hollande, cela fait partie de ses qualités, saura la faire vivre et travailler ?

A chaque jour suffit sa peine pour l’heure tous ceux qui aspirent au changement doivent maintenir la pression et rester mobilisés pour conforter cette candidature qui est aujourd’hui portée par des vents favorables.

16/04/2012

Dimanche 15 avril: jour de campagne dans la Capitale

A Nicolas Sarkozy qui,  une fois encore en appelait aux Français sur le mode lyrique « Peuple de France, entends mon appel. Françaises, Français, aidez-moi, aidez-moi, aidez la Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,France», François Hollande, s’est contenté de dire tranquillement en guise: «Je sens monter, et vous aussi, un grand espoir, un espoir des profondeurs de notre pays, de vous, un espoir calme, un espoir ferme, un espoir lucide» ajoutant, «aujourd'hui, je le répète devant vous, je suis prêt à vous représenter, Je suis prêt à gagner le 6 mai et prêt à présider la France».

Les deux poids lourds de cette élection présidentielle 2012 tenaient meeting à 7 jours du 1er tour, l’un, Nicolas Sarkozy, place de la Concorde, l’autre, François Hollande sur l’esplanade du Château de Vincennes.

C’était à celui qui réunirait le plus de monde et à ce jeu il semble que le candidat de la Gauche s’en sort avec un léger avantage quand bien même le chef de l’UMP – Jean-François Copé – sans rire s’est laissé allé à évaluer l’affluence Place de la Concorde à près de 100.000 personnes. A y regarder de près visiblement il y avait quelques trous dans le rassemblement et le compte n’y était pas.

L’objectif pour les deux favoris était, en cette fin de campagne pour le 1er tour de démontrer une capacité à rassembler fortement pour enclencher une dynamique gagnante de second tour.

Que faut-il retenir de cette confrontation à distance ?

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,D’abord côté Nicolas Sarkozy : visiblement la dynamique et l’optimisme ne soufflaient pas fort Place de la Concorde. Les interventions des ténors de l’UMP et de Nicolas Sarkozy n’ont rien eu de franchement mobilisateur et n’étaient pas à la hauteur de ce que le pays attend de ses dirigeants.

« Les socialistes disent que tout est joué, ça y est, c'est fini. Ils ont fait les ministères et les cabinets, les ambassades et les responsabilités. On nous dit qu'ils se battent pour se partager les postes. C'est le retour des petites combines »  s’est abaissée à dire Nathalie Kosciusko-Morizet.

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,Pardon, mais pour les petites combines, mais aussi les grosses, des affaires Karachi à Liliane Betancourt en passant par Kadhafi et l’Ile de la Jatte, s’il faut aller sur ce terrain chacun constatera que la matière est particulièrement lourde.

Alain Juppé, crachant un fiel qu’on ne lui connaissait pas, y est lui aussi allé de sa petite musique. Il a cru bon de mettre en garde l’auditoire contre «l'arrogance et la confiscation de tous les pouvoirs par un parti habitué au clientélisme». Décidemment cet homme qui en son temps a nourrit les espoirs de son camp avant de faire la une des chroniques judicaires, aurait été bien inspiré de s’en tenir à d’autres considérations. Décevant monsieur le Maire de Bordeaux.

François Fillon lui a atteint des sommets en déclarant : « le rêve français de François Hollande n’est rien d’autre que de la démagogie »  Faut-il rappeler au 1er ministre de Nicolas Sarkozy qu’en matière de démagogie la campagne de 2007 de son candidat est un modèle indépassable sauf peut-être pour le Sarkozy nouveau.

Quand à Nicolas Sarkozy. Il convient tout de même de noter deux choses, au-delà des efforts notoires qu’il a produits pour se refaire une santé auprès de ses électeurs de 2007 qui actuellement s’en retournent chez Marine Lepen.

Une promesse : « tout le monde aura droit à une deuxième chance et toute famille de bonne foi, confrontée à un accident de la vie dont la conséquence est le surendettement, pourra, comme une entreprise, bénéficier de la faillite civile telle qu'elle existe en Alsace afin de pouvoir redémarrer dans la vie ».

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEt une proposition nouvelle – une proposition de plus qui va fâcher Angela Merkel son mentor dont il ne parle plus –. Nicolas Sarkozy s’est engagé « Sur le rôle de la Banque centrale dans le soutien à la croissance »  ajoutant « nous allons aussi ouvrir le débat et nous allons faire avancer l'Europe ».

C’est le moins qu’il pouvait faire à l’heure où le Financial Times vient d’apporter son soutien à François Hollande pour sa proposition de relancer une politique d’investissement public dans le cadre européen.

Chez François Hollande, l’ambiance était festive et populaire. On l’a sentie fraternelle, il y avait  de la joie d’être là. Une joie incarnée par Najat Belkacem et Aurélie Filippetti. Il y avait aussi du calme et de la sérénité.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la francePrenant la parole devant plusieurs leaders socialistes et une foule compacte et enthousiaste de partisans, de toutes conditions, âges et couleurs, le candidat socialiste a débuté son discours en déclarant « Je sens monter, et vous aussi, un grand espoir, un espoir des profondeurs de notre pays, de vous, un espoir calme, un espoir ferme, un espoir lucide ».

Le ton était donné. Le discours durera 50 minutes pendant lesquelles le candidat socialiste a fait monter la pression.

Tout en se gardant de se placer sur le terrain de la petite et basse polémique, même s’il a néanmoins relevé, sur un ton ironique, le mensonge du Président candidat qui tout récemment lors d’un meeting de campagne à Caen, avait indiqué qu’il s’était rendu à Fukushima alors qu’il n’y est jamais allé, François Hollande s’en est tenu à sa feuille de route de campagne.

Rappelant que « l’enjeu de cette élection c’est la France » bien sur mais aussi « la jeunesse » il s’est attaché à dérouler les grandes lignes de force de ses propositions pour la France.

Avec beaucoup de conviction et un ton où la sincérité, la hauteur et la fermeté n’étaient pas calculés, François Hollande, s’appuyant sur l’aspiration des Français à la nécessité de plus de justice, a renouvelé son engagement à réaliser la grande réforme fiscale dont le Pays a besoin.

Il a par ailleurs confirmé sa détermination à organiser un large débat sur l’avenir énergétique de la France et promit de convoquer des Etats généraux de l’environnement.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEnfin après avoir à nouveau dit l’importance des enjeux de cette élection présidentielle, il a exhorté les Français à faire leur devoir civique et à se rendre aux urnes massivement sollicitant, sous les encouragements, un vote le plus large en faveur de sa candidature.

« Il faut en finir avec le quinquennat qui s'achève, il faut tourner la page. » a-t-il également indiqué clairement, ajoutant «  Il ne suffit pas de récuser un gouvernement sortant. Ma responsabilité c'est de fixer une nouvelle donne ».

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceNouvelle donne qui peut se résumer par quelques mots : Confiance retrouvée, Français rassemblés, Vérité dans l’action, Justice et Solidarité pour et entre tous, République réaffirmée, Sécurité intérieure et extérieure assurées, Jeunesse considérée, France respectée, Exigence écologique entendue, Paix recherchée!

Visiblement les vents n’étaient orientés dans la même direction ce dimanche 15 avril, un vent puissant porteur d’espoir a soufflé sur l’esplanade de Vincennes, tandis qu’à la Concorde le vent insidieux du doute n’a pas quitté cette place où visiblement les caciques de l’UMP et leur chef ont, quoiqu’ils en disent, montré qu’ils ne croyaient plus à la victoire.

Place de la Concorde, Esplanade du Château de Vincennes, Nicolas Sarkozy, UNP François Fillon, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Nathalie Kossusco-Moriset, François Hollande, PS, La Gauche, La Droite, Jean-François Coppé, Liliane Betancourt, l'Ile de la Jatte, Karachi, Angela Merkel, Financial Times, Najat Belkacem, Aurelli Filippeti, Voyage à Fukushima du président Sarkozy, renouveau, changement, doute, défaite assumée, vote utile, devoir civique, Etats généraux de l'Environnement, Réforme fiscale, Justice, solidarité, débat sur l'avenir énergétique de la France,L’image finale donnée par un Nicolas Sarkozy crispé quittant seul l’estrade où il venait de parler durant 35 minutes n’a fait qu’accentuer cette impression d’une défaite presque déjà assumée.

place de la concorde,esplanade du château de vincennes,nicolas sarkozy,unp françois fillon,alain juppé,maire de bordeaux,nathalie kossusco-moriset,françois hollande,ps,la gauche,la droite,jean-françois coppé,liliane betancourt,l'ile de la jatte,karachi,angela merkel,financial times,najat belkacem,aurelli filippeti,voyage à fukushima du président sarkozy,renouveau,changement,doute,défaite assumée,vote utile,devoir civique,etats généraux de l'environnement,réforme fiscale,justice,solidarité,débat sur l'avenir énergétique de la franceEn contrepoint celle de François Hollande calme et détendu, entouré de jeunes enthousiastes venus le rejoindre comme pour dire aux Français, la force du renouveau et du changement est aujourd’hui de ce côté de la capitale a été d’une force symbolique très forte.

Rien n’est évidemment joué mais ce dimanche incontestablement François Hollande a encore pris un avantage sur un adversaire qui n’arrive plus à échapper au décalage entre ses promesses de 2007 et le bilan de son quinquennat en 2012.

04/01/2012

Présidentielles 2012: Les "insultes" de François Hollande

Nadine Morano, Jean-François Coppé, Présidentielles 2012, Les insultes de François Hollande, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, UMP, sale mec, casses-toi pauvre con, chômage, dette de l'état, bilan sarkozy, inégalités, pouvoir d'achat, promesses de campagne 2007,Branle-bas de combat à l’UMP, Nicolas Sarkozy, c’est le journal le Parisien qui ce matin en a rapporté les faits, aurait été insulté par François Hollande. Au cours d’une conversation privée avec des journalistes celui-ci aurait qualifié le Président de la République de « sale mec ».

Plusieurs membres du gouvernement, toujours prompts à ferrailler lorsqu’il s’agit de s’empoigner sur des questions Nadine Morano, Jean-François Coppé, Présidentielles 2012, Les insultes de François Hollande, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, UMP, sale mec, casses-toi pauvre con, chômage, dette de l'état, bilan sarkozy, inégalités, pouvoir d'achat, promesses de campagne 2007,dérisoires, sont montés au créneau pour dénoncer « l’insulte faite » au Président. Nadine Morano, dont chacun apprécie les finesses de langage et la modération des propos, réclame, exige, des excuses publiques du candidat socialiste à la Présidence de la République.

Dès cet après-midi l’interprétation des propos de François Hollande ont été largement démentis. Ce qui n’a rien de vraiment surprenant lorsque l’on connait la personnalité de François Hollande dont chacun reconnait le caractère « bon enfant »  qui d’ailleurs lui ont valu, de la part de ses amis de gauche, le sobriquet, pas toujours flatteur d’ailleurs, de «Flamby».

Il est clair que lui ne se serait jamais permis les dérapages de Nadine Morano, Jean-François Coppé, Présidentielles 2012, Les insultes de François Hollande, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, UMP, sale mec, casses-toi pauvre con, chômage, dette de l'état, bilan sarkozy, inégalités, pouvoir d'achat, promesses de campagne 2007,langage outranciers de Nicolas Sarkozy, « casse-toi pauvre con ! » lancé à un citoyen qui refusait de lui serrer la main. Tout cela est nul, tout cela est lamentable, tout cela est dérisoire !

Là où les membres du gouvernement, qui se sont exprimés bien hâtivement sur cet épsilonique détail, devraient montrer Nadine Morano, Jean-François Coppé, Présidentielles 2012, Les insultes de François Hollande, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, UMP, sale mec, casses-toi pauvre con, chômage, dette de l'état, bilan sarkozy, inégalités, pouvoir d'achat, promesses de campagne 2007,de la hauteur et de la sérénité pour défendre le bilan de leur action et de celle du Chef de l’Etat durant le mandat qui leur a été confié par les électeurs, on assiste de leur part, chef de l’UMP en tête, à des manœuvres indignes de la mission et du statut qui est le leur.

C’est avoir beaucoup de mépris pour les Français que d’essayer de leur faire avaler des bobards de comptoirs de bistrots à l’heure où la situation du pays est aussi difficile. Ces gens sont bien éloignés de la gravité de la situation.

A moins qu’il ne faille comprendre que l’impuissance du Président de la République à sortir la France des grandes difficultés, auxquelles il a largement contribué, est telle qu’il faut à ses amis user de subterfuges minables pour écarter un concurrent par ailleurs tout aussi impuissant que lui à proposer un programme consistant mais dont l’avantage est d’être encore vierge de toute promesse de campagne non tenues ?

Certes l’argument qui consiste à vouloir mettre sur le dos de la crise, le non-respect par Nicolas Sarkozy, qui aujourd’hui prétend se poser en protecteur des Français, des promesses faites en 2007 ne passe plus. Mais tout de même.

nadine morano,jean-françois coppé,présidentielles 2012,les insultes de françois hollande,françois hollande,nicolas sarkozy,dominique de villepin,ump,sale mec,casses-toi pauvre con,chômage,dette de l'état,bilan sarkozy,inégalités,pouvoir d'achat,promesses de campagne 2007La confiance n’est plus au rendez-vous. Mais ce n’est pas en faisant de la diversion que les amis de Nicolas Sarkozy  pourront occulter le bilan catastrophique de ce « très mauvais » Président de la République.

Qu’il s’agisse de l’explosion de la dette de l’état, de la chute du pouvoir d’achat, de la hausse record nadine morano,jean-françois coppé,présidentielles 2012,les insultes de françois hollande,françois hollande,nicolas sarkozy,dominique de villepin,ump,sale mec,casses-toi pauvre con,chômage,dette de l'état,bilan sarkozy,inégalités,pouvoir d'achat,promesses de campagne 2007du chômage, de la régression en matière de sécurité, des coups portés à la protection sociale et aux retraites, de l’incroyable progression des inégalités en milieu rural, ou de l’abandon de la priorité écologique, il n’est pas un seul domaine où la situation de la France en 2012 n’est pas plus dégradée qu’en 2007.

Même la coûteuse gesticulation médiatique du chef de l’état dans les sommets mondiaux auxquels il a participé n’a pas renforcé la place de la France dans le concert international des Nations.

nadine morano,jean-françois coppé,présidentielles 2012,les insultes de françois hollande,françois hollande,nicolas sarkozy,dominique de villepin,ump,sale mec,casses-toi pauvre con,chômage,dette de l'état,bilan sarkozy,inégalités,pouvoir d'achat,promesses de campagne 2007Dominique de Villepin en seul discours à l’ONU avait fait largement plus pour l’influence de la France que le total des interventions de Nicolas Sarkozy aux différents Sommets Européens à répétition dont il n’est rien sorti. De même pour les G20, G8 et autres discours de Dakar ou de Tripoli.

A l’aune d’un tel bilan, Nicolas Sarkozy devrait avoir l’élégance et la décence de ne pas se présenter aux suffrages des Français pour un second mandat. Cela économiserait à ses amis de devoir mener l’insupportable campagne électorale qu’ils nous préparent  à travers le chahut médiatique qu’ils nous imposent en ce début d’année.

08/10/2011

Ziad Takieddine: Le trop lourd silence de Nicolas Sarkozy!

 

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,Bourré aux as, marchand d’armes en service commandé,  deux fois mis en examen – d’abord pour faux témoignage et ensuite pour complicité et recel  d’abus de biens sociaux – le franco-libanais, Ziad Takieddine, dans un entretien donné à Libération, s’en est pris à Claude Guéant qui dans une déclaration a indiqué que l’intermédiaire « sulfureux » aurait commis des actes que « la morale réprouve ».

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,Du coup Ziad Takieddine se fâche et fait feu de tous bois. Il somme Claude Guéant « j’exige des excuses ». Il indique à qui veut l’entendre « Je n’ai rien fait sans autorisation complète des décisionnaires ». Il pose un ultimatum au  Président de la République donnant «  à Nicolas Sarkozy quarante-huit heure pour lever le secret-défense » sur les contrats auxquels il a été mêlé, ajoutant : « je veux le voir un quart d’heure, en tête à tête, d’ici mercredi ». Il lance des menaces à peine voilées « Je pense que Nicolas Sarkozy est entouré de gens qui peuvent lui nuire. Je souhaite qu’il se débarrasse d’une équipe qui risque de lui causer des ennuis».

Et puis, comme pour montrer qu’il dispose de moyens pour déclencher « un enfer médiatique et politique», il frappe également de l’autre côté. Jeudi il met Dominique de Villepin en cause directement concernant les contrats d’armement avec l’Arabie Saoudite, prétendant qu’à l’occasion de ce dossier un complot aurait été ourdi contre le Président Sarkozy. « Celui qui doit répondre de ses actes sur l’ensemble du dossier depuis 1996, il s’appelle Dominique de Villepin » a-t-il déclaré sur Europe 1, sans évidemment apporter la moindre preuve de ce qu’il avance, affirmant comme pour mieux enfoncer le clou : « Je suis le premier qui va dénoncer ce complot et qui va le prouver point par point à l’opinion publique française ».

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,La réponse de Dominique de Villepin ne s’est pas fait attendre. Tout en précisant qu’il n’avait jamais rencontré l’intermédiaire franco-libanais, il s’est a exprimé sa vision des choses dès vendredi sur Europe1 dans des termes qui ne laissent pas place à la spéculation: « il y a une semaine, il mettait en cause les plus hautes autorités de l’Etat, aujourd’hui il nous ressort la théorie du complot. Il n’y a rien de nouveau. Il a des preuves ? Qu’il les apporte à la justice, c’est à la justice d’apprécier les choses », « cela fait un an que la justice lui pose des questions » ! 

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,Du côté de l’Elysée c’est «silence radio». Ziad Takieddine, l’homme de l’ombre qui a été au centre des négociations des deux contrats d’armement traités par la France avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite, silencieux jusqu’à maintenant se met à déballer et personne ne réagit. En déballant il mouille plusieurs de ses amis qui tous sont des proches de Nicolas Sarkozy – Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thierry Gaubert – certains sont en examen et personne ne répond.

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence, Edouard BaladurCertes l’affaire semble particulièrement délicate pour le président à sept mois des présidentielles. Mais tout ce tapage venant après les « déclarations au juge» des épouses Takieddine et Gaubert dans l’enquête qui touche «l’affaire Karachi» et ses éventuels prolongement dans la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, conduit tout de même à de légitimes interrogations.  

Comment un homme mis en examen – un homme dont plusieurs experts du dossier Karachi disent qu’avec ce genre de personnage «tout peut arriver» – peut-il s’autoriser de telles libertés en direction du Chef de l’Etat ?

Ziad Takieddine tente-t-il le tout pour le tout pour sauver sa personne et ne pas être le bouc émissaire d’une affaire dans laquelle aujourd’hui il va payer pour d’autres ?

Ziad Takieddine  fait-il toutes ses déclarations pour déjà commencer à se venger d’amis politiques qui pour se préserver sont en train de le lâcher ? Espérant ainsi, par la menace d’aller plus loin dans ses révélations, bénéficier d’un peu de protection ?

Ziad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,L’homme paraît décidé de cracher tout son venin et d’éclabousser tout azimut, furieux de constater que, face aux enjeux de pouvoir qui se dessinent à l’horizon 2012, il est désormais seul, abandonné de ses amis et de ses commanditaires.

La vérité sur ces dossiers et la manière dont ils ont été menés est à juste titre réclamée par nos concitoyens qui attendent des explications solides et détaillées !

Monsieur le Président de la République il va falloir répondre publiquement à Ziad Takieddine en le remettant, ou en le faisant remettre, à la place qu’il n’aurait pas dû quitter ?

Ziad Takieddine  porte publiquement contre les uns ou les autres de vos amis ou de vos ennemis des accusations graves qui empoisonnent le climat médiatique et politique de notre pays et qui nuisent gravement à la crédibilité de la France au plan international.

Ziad Takieddine est en examen, c’est, comme l’a fort bien indiqué Dominique de Villepin, aux questions des juges qu’il doit répondre et non pas à celles des journalistes.

Faute de quoi l’opinion publique française, à qui il dit vouloir appoZiad Takieddine, Nicoalas Sakozy, Dominique de Villepin, Karachi, Président de la République, Jean-François Coppé, Brice Hortefeux, Nicolas Bazire, Thiérry Gaubert, Claude Guéant, contrats d'armement, l'Elysée, Pakistant, Arabie Saoudite, lourd silence,rter des preuves de ce qu’il avance, pourrait bien finir par lui donner crédit et considérer, Monsieur le Président de la République, que dans ces affaires vous avez des choses à vous reprocher que vous voulez cacher aux Français ou pire que c’est à dessein que vous laissez le climat politique se dégrader parce que vous imagineriez en tirer avantage pour 2012.

La situation réclame en urgence une initiative forte de votre ziad takieddine,nicoalas sakozy,dominique de villepin,karachi,président de la république,jean-françois coppé,brice hortefeux,nicolas bazire,thiérry gaubert,claude guéant,contrats d'armement,l'elysée,pakistant,arabie saoudite,lourd silence,edouard balladurpart, comme par exemple l’introduction d’une instance devant la justice, contre Ziad Takieddine, pour dénonciations calomnieuses portant atteinte à la crédibilité de l’état.

27/09/2011

Sénatoriales : Petite victoire de la gauche, grosse défaite pour le clan Sarkozy !

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.Le scrutin de dimanche a donné à la gauche 177 sièges sur les 348 que compte le Sénat. Situation inédite dans la 5ème République, le Sénat passe à gauche. Dès hier à droite comme à gauche chacun à sa manière commente les résultats et y va de sa formule plus ou moins adroite.

Chez Europe-Ecologie-Les verts, c’est comme si on a bu un petit coup de trop. On est un peu grisé par une progression de forme – le nombre de sénateurs passe de 4 à 10 – essentiellement due à des arrangements partidaires avec le PS et le PCF comme nous ont habitués à les faire les radicaux de Jean-Michel Baylet. Sur le fond cette progression ne correspond à rien pour le futur. Eva Joly n’en n’a cure, elle déclare : « on peut peut-être, par le règlement intérieur, abaisser le seuil (pour disposer d’un groupe au Sénat il faut 15 élus) et avoir un groupe à 10 ». Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.L’ex-magistrate ajoutant aussitôt qu’elle estime que le résultat des écologistes de ce dimanche  est un avertissement pour la classe politique : « ça veut dire que nous sommes une force avec laquelle il faut compter ». Rien de moins

Au Parti Socialiste  c’est applaudissement et jubilation. Il est vrai que pour la gauche voir, dans les Hauts-de-Seine le département de Nicolas Sarkozy, Isabelle Balkany « se ramasser »  ne peut que faire un immense plaisir. De même pour le siège de la Lozère. Dans ce département, considéré comme un bastion de l’ UMP , Alain Bertrand a réussit à « déboulonner » l’inamovible Jacques Blanc qui n’avait jamais été battu depuis 38 ans.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.« C’est un échec pour le Président de la République » a déclaré Martine Aubry, parlant du basculement de majorité du Sénat. « C’est un événement historique » a enchainé François Hollande. Le candidat à la primaire socialiste, qui est déjà ailleurs, voit dans cette nouvelle victoire de la gauche après celle des régionales et des cantonales un signe « prémonitoire » pour 2012. Arnaud Montebourg est lyrique, pour lui cette victoire est : « une rébellion des territoires et des populations abandonnés par l’état ».

« Vous avez gagné d’une courte tête, n’en faites pas un triomphe historique »  leur rétorque Jean-Claude Gaudin de l’ UMP, pour ramener les choses à la mesure que les sarkozystes veulent donner à ce qu’ils refusent de reconnaître comme une défaite.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.Cela dit, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Jean-François Coppé peuvent bien aussi tenter de minimiser, le résultat de ce dimanche constitue une réelle défaite pour la droite – 25 sièges ont été perdus – et ce qui ressort clairement de cette défaite c’est que Nicolas Sarkozy vient d’essuyer un revers sérieux. C’est une claque pour les amis de du Fouquet’s!

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.A sept mois des élections présidentielles, avec en toile de fond une crise économique et financière dont il n’arrive pas à se sortir, baignant dans un climat détestable lié aux affaires politico-financières où plusieurs de ses proches amis sont impliqués, tandis que la presse laisse à penser qu’il pourrait être lui-même directement concerné, Nicolas Sarkozy,  alors que son camp est miné par la division, vient de recevoir un signe très fort. Ce qui est arrivé ce dimanche n’est pas de bon augure pour la suite de son agenda. C’est tant mieux !

Première conséquence de taille, avec le basculement du Sénat c’est sa fameuse « règle d’or » budgétaire qui vient d’être exécutée car les socialistes ne le « louperont » pas sur cette question.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.Côté centriste les déclarations ne sont pas au triomphalisme malgré une assez bonne tenue des candidats. Jean-Marie Vanlerenberghe du Modem est réélu dans le Pas-de-Calais ainsi que Jacqueline Gourault dans le Loir-et-Cher. Dans la Marne les candidats de l’Alliance Centriste se sont imposés dès le 1er tour.  De même que Jean Arthuis et François Zocchetto en Mayenne. Yves Pozzo di Borgo du Nouveau Centre, qui conduisait une liste, est élu.Ce maintient est une note d’espoir car il est indubitable que c’est de ce côté-là qu’il faudra, le moment venu, s’appuyer pour reconstruire un programme politique pour la France.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.A l’UMP on se plait encore à penser qu’une victoire pour « le plateau de la haute assemblée » viendra amoindrir la défaite dans les urnes. Alors que Jean-Pierre Raffarin veut y croire, «  rien n’est joué !», le député UMP Yannick Favennec dans un message sur Twitter s’insurge « Franchement, cette volonté de vouloir rester président du Sénat de la part de Larcher alors que nous avons perdu la majorité, c’est pitoyable ». 

Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande s’est exprimé très fermement sur le sujet : « la droite a perdu le Sénat hier, la gauche a la majorité et toute tentative de troisième tour, de tripatouillage, serait indigne ».

Aujourd’hui le responsable du groupe des élus socialistes au Sénat, Jean-Pierre BEL, semble tenir la corde mais Gérard LARCHER n’a pas renoncé. Il a de son côté dès hier soir, annoncé  qu’il était candidat à sa succession. Les conciliabules, pressions et marchandages divers vont aller bon train toute la semaine.

Au final à droite seul Bruno Le Maire a eu un mot de lucidité « il faut écouter ce que nous disent les Français. Les Français sont inquiets ».

Oui les Français sont inquiets, ils craignent pour leur avenir et cette petite victoire de la gauche qui est plus une grosse défaite pour Nicolas Sarkozy et les hommes de son clan ne leur apporte aucune garantie.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.Qu’il s’agisse des orientations politiques de gouvernement ou des responsables chargés de les mettre en œuvre, les Français attendent pour 2012 un véritable et solide changement qui ne fasse aucune concession. Rien au poujado-populisme, rien aux papes de la finance, rien aux paganini des promesses intenables.

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.L’heure est à l’Union nationale et aux discours de la vérité ! L’heure est au rassemblement pour faire bouger les lignes, pour construire et sortir de cette ambiance malsaine des affaires qui pourrit tout et empoisonne la vie citoyenne de notre Pays.

Que partent les Sarkozy, Hortefeux, Guéant, Balladur et autres DSK, Fabius, Aubry, et Hollande !

Sémat, Chambre Haute, Europe Ecologie les Verts, Défaite, Victoire, PS, PCF, Eva Joly, Jean-Michel Baylet, Parti Socialiste, Hauts-de-Seine, Sarkozy, Isabelle Balkany, UMP, Jacques Blanc, Alain Bertrand, Président de la République, Martine Aubry, François Hollande, Arnaud Montebourg, Jean-Claude Gaudin, Gérard Larcher, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Coppé, Fouquet's, Modem, Jean Arthuis, Alliance Centriste, Nouveau Centre, Yannick Favennec, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Bel, Bruno Le Maire, Hortefeux, Guéant, Laurent Fabius, François Bayrou, Dominique de Villepin, Corine Lepage, Ségolène Royal, Manuel Vals.Que viennent les François Bayrou, Dominique de Villepin, Jean Arthuis, Corinne Lepage, Ségolène Royal ou Manuel  Vals.

 

Click here to find out more!

29/07/2011

Harlem Désir demande à Coppé de dissoudre la "Droite Populaire"

Ce n’est parce que l’on a rien à dire qu’il faut fermer sa grande g……e, nous dit la coutume en matière de combat politique! Pourtant sur certains sujets particulièrement graves, l’on gagne souvent en politique à se taire et à travailler pour ensuite proposer du concret du solide pas du clinquant de bistrot.

 

Le patron par intérim du PS a choisi lui, de l’ouvrir au lieu de se taire.

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Incapable de produire quelques propositions utiles et concrètes que ce soit, le Parti Socialiste  par la voix de son premier secrétaire par intérim a réclamé à Jean-François Copé de dissoudre  le collectif de la quarantaine de députés UMP regroupés à l’Assemblée Nationale, sous l’étiquette « Droite Populaire ».

 

Selon Harlem Désir, ce groupe de députés constitue au sein de la majorité actuelle « un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite ».

 

Harlem Désir accuse le patron de l’UMP de « double jeu, de double langage » en prétendant « continuer à représenter les Valeurs de la République », et « de jouer avec le feu » en soutenant à l’intérieur de l’UMP des initiatives de ce genre.« Il faut arrêter la banalisation des idées de l'extrême droite au sein de la droite républicaine » a déclaré Harlem Désir !

 

Porter un coup d’arrêt à la banalisation des idées de l’extrême droite au sein de la droite  quel républicain conséquent pourrait ne pas être d’accord avec cela ? Sur ce plan là il peut être suivi pour autant que la balance soit équilibrée. La banalisation doit être combattue à droite comme à gauche.

 

Et là le  Premier secrétaire du PS n’a pas, s’agissant de la banalisation de l’extrême droite de leçon de morale à donner. Chacun se souvient qu’en son temps c’est un socialiste, pas n’importe lequel, ami de Bousquet de surcroit, qui en 1986 a permit au FN de compter plusieurs dizaines de Député à l’Assemblée Nationale.

 

A propos de cette injonction de dissoudre faite à l’UMP, on peut se demander pourquoi le Premier secrétaire du parti socialiste ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout. Plutôt que de s’arrêter au milieu du gué, pourquoi Harlem Désir ne demande-t-il pas au Président de la République en même temps que la dissolution du collectif de « la Droite Populaire » celle du Front National de Marine Lepen ?

 

Faut-il comprendre qu’Harlem Désir joue également un double jeu. Double jeu tactique au terme duquel le PS reprocherait à l’UMP des proximités avec l’extrême droite, pas le FN chacun a bien noté les propos, et bénéficierait de la présence de ce dernier aux prochaines élections Législatives et gagner, à la faveur   de triangulaires de second tour, un maximum de sièges à l’Assemblée Nationale.  

 

Le FN dont on ne serre pas la main des dirigeants, que l’on côtoie en ce pinçant le nez mais que l’on tolère et que l’on ménage comme potentiel allié objectif contre la droite dite Républicaine. Faux culs ! Lamentables hypocrites ! Tout cela est abject et contribue à tuer la démocratie.

 

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, s’agissant de la défense des valeurs républicaines, devrait commencer par nettoyer vigoureusement dans ses propres rangs en désapprouvant publiquement et clairement les propos de certains élus Verts, avec lesquels le Parti socialiste entend demain gouverner la France  sur lesquels il y a beaucoup à dire.

 

Sont-ils républicains ces élus Verts qui réclament « une laïcité raisonnée (???) qui reconnaisse la part de l'appartenance ethnique, culturelle, religieuse, linguistique » et qui expliquent qu’« aujourd’hui, avec les guerres, les crises économiques, sociales et écologiques, il est évident que le modèle hérité de nos parents n’est plus apte à répondre aux besoins d’aujourd’hui » ?

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Sont-elles républicains ces personnalités écologistes de gauche qui n’en finissent pas de cracher sur la République « une et indivisible » pour soutenir « mezzo voce » une France fonctionnant sur le modèle anglo-saxon du développement séparé des communautés ?

 

Il est vrai que par ces temps de basses eaux morales, à l’heure où, chaque jour qui passe, l’on nous montre telle ou telle figure du Parti se rendre à l’invitation des Services de Police pour faire la lumière sur les agissements  d’un ex candidat socialiste à la Présidence de la République suite à une plainte pour tentative de viol, il faut faire diversion. Quoi de mieux que de lancer le débat sur le terrain des proximités avec l’extrême-droite des uns ou des autres.

 

A l’heure du drame d’Oslo, à l’heure de la montée des intolérances, des fanatismes et des replis sur soi, les citoyens, la République, sont en droit d’attendre, d’un parti qui prétend vouloir prendre en main les destinées d’un Pays comme le nôtre, un débat d’une autre hauteur et des analyses plus pertinente.

 

Au moment où les menaces d’instabilité générale et mondiale se font pressantes, les minables combats de petits coqs de petites basse-cour auxquels le PS invite les Français, mais la remarque vaut tout aussi bien pour l’UMP contribuent à alimenter cette peste qui monte en Europe et à désespérer les électeurs !

 

En France comme partout ailleurs en Europe ils  attendent de leurs dirigeants, de la dignité, des signes de rassemblement, et des propositions concrète qui puissent les rassurer pour l’avenir et non ces faux débats qui ne les rassurent en rien et surtout dont ils comprennent l’inutilité au point effectivement de se détourner des valeurs démocratiques et républicaines.

 

Il est de la responsabilité des dirigeants politiques de tous bords, de droite ou de gauche, d’être à la hauteur des défis qui se présentent. La généralisation de la montée des extrémismes et les sympathies qu’ils recueillent auprès des classes populaires déboussolées par les ruptures d’un monde devenu imprévisible demandent mesure et travail et conscience.

 

Alors de grâce  Harlem Désir cessez vos jérémiades, mettez votre Parti au travail et arrêtez une bonne fois de prendre les Français que pour des c….

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu