Avertir le modérateur

26/02/2012

Présidentielles : Les affaires internationales concernent les Français. 2ème partie les questions qui se posent.

 Après plus de 10 ans de conflit la haine dans les populations afghanes et pakistanaise envers les forces de l’Isaf est Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, désormais à un point d’incandescence particulièrement dangereux pour la stabilité régionale et mondiale. Les excuses mercredi du secrétaire d’état à la défense américain, Léon Panetta, celles de Barack Obama jeudi, l’appel au calme lancé vendredi par Hamid Karzaï rien ne semble calmer le ressentiment afghan.

Il est vrai que les trop nombreuses bavures des forces Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, militaires occidentales qui ont enlevé la vie à des civils afghans ou pakistanais ainsi que les récentes affaires de profanations et d’actes blasphématoires contre l’islam perpétrées par des soldats de l’Isaf sans que les responsables n’aient fait l’objet de jugements et de sanctions exemplaires ne sont pas à porter au crédit d’une coalition engagée, sans l’accord des Nations-Unies, au nom «de la défense du bien et de la liberté contre l’axe du mal».

Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, Ce soulèvement afghan doit interpeller les citoyens américains et européens sur les agissements diplomatiques de leurs dirigeants respectifs?

 

Point d’angélisme en la matière de géopolitique et de politique internationale. Chacun en convient que ce domaine ne peux jamais en rien être affaire de sentiments ni de sensibilités! A défaut la raison, la mémoire historique et le pragmatisme doivent permettre d’agir efficacement et intelligemment.

Car comment justifier de tels comportements à l’endroit de civils qui subissent? Au-delà des débordements inacceptables, comment justifier que ces 10 ans de conflits vont au final se traduire par un retour des Talibans, contre qui l’opération afghane a été lancée, aux commandes de l’Etat afghan ? Ce que négocient actuellement en sous-main les diplomates américains ? Comment ?

Quels sont les ressorts qui ont conduits les puissances occidentales sous la bannière américaine à favoriser, dans ces Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, innombrables quartiers de violences que sont devenus, que deviennent ou que vont devenir l’Irak, la Tunisie, l’Egypte, la Lybie, le Mali, le Yémen, la déstabilisation de régimes jusqu’alors soutenus à grands renforts de logistiques, politiques et financiers. Nicolas Sarkozy prévoyait de fournir  des centrales nucléaire à la Lybie !!!!!

A quelle logique de fond répond aujourd’hui, la volonté d’abattre le régime syrien, dernier défenseur au Moyen-Orient d’une organisation de l’état sur une base laïque, pour y Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, installer des régimes soutenus par le Qatar et l’Arabie Saoudite, dont la seule qualité est d’être des alliés ni sûrs, ni modérés, et encore moins respectueux des Droits de l’Homme portés en drapeau pour justifier les opérations d’agressions qui sont engagées avec force «mensonges » – on cherche encore les armes de destruction massives de Saddam Hussein – ?

La Chine au lendemain de la conférence internationale des «Amis de la Syrie» qui s’est déroulée à Tunis accuse les US et Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, l’Europe « d’ambitions hégémoniques » en Syrie pendant que la secrétaire d’Etat de l’Oncle Sam, Hillary Clinton, condamne en termes vifs les choix de Pékin et de Moscou décidés lors de l’examen de la question syrienne aux Nation-Unies. «Ils (la Chine et la Russie ndlr) ne sont clairement pas du côté du peuple syrien».

Franchement à qui Hillary Clinton, dans cette affaire, fera-t-elle croire que son pays est préoccupé par le Peuple syrien ? Quand cessera-ton de mentir aux Peuples ?

Plus grave et sérieux, la Russie vient de déclarer qu’elle utiliserait en cas de besoin son arsenal nucléaire. Cela s’est karzaï,afghanistan,france,obama,léon panetta,islam,isaf,pakistan,irak,tunisie,egypte,quatar,arabie saoudite,lybie,mali,yémen,israël,iran,hillary clinton,nicolas makarov,russie,chine,sunnites,chiites,palestiniens,israélienspassé le 15 février sur une radio moscovite, « notre doctrine militaire indique clairement les conditions selon lesquelles nous avons le droit d'utiliser les armes nucléaires. Si l'intégrité de la Russie s'avère menacée, nous pouvons avoir recours aux armes nucléaires et nous le ferons », a indiqué le chef d’Etat-major général des forces armées russes  le général Nicolas Makarov

Comment, Russes et Chinois ne se feraient-ils pas accusateurs menaçants, alors que semble à nouveau se préparer une nouvelle campagne d’intervention en solitaire des forces coalisées européennes et américaines sans accord de la communauté internationale?

N’y aurait-il pas mieux à faire que de systématiquement viser l’affrontement et la guerre de position? La recherche et la conclusion d’un consensus intelligent respectant les intérêts bien compris des uns et des autres, entre les grandes puissances ne serait-il pas plus profitables aux populations civiles du monde entier?

Qu’auraient à gagner les Peuples d’un remake de guerre froide ou d’une expérimentation moyen-orientale ou européenne du feu nucléaire?

N’y a-t-il pas mieux à faire que de monter les tensions religieuses entre Sunnites et Chiites, Musulmans et Chrétiens, ou entretenir le souffle du vent de la discorde l’Iran et Israël ou entre Israéliens et Palestiniens pour mieux les instrumentaliser dans les rapports de forces internationaux et des conflits secondaires ruineux?

Quoi qu’il en soit les Français pour leur part seraient, en tout cas, particulièrement intéressés de connaître sur ces questions de politique internationale, la position des différents candidats à la prochaine élection présidentielle.

Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, Faut-il le rappeler ces questions sont du domaine réservé du chef de l’Etat, la représentation nationale ayant quant à elle à se prononcer sur les entrées en opération militaires sur le terrain. Autant savoir ce que pense celui qui est constitutionnellement susceptible de poser le doigt sur le bouton rouge du feu nucléaire français.

«Qui sème le vent récolte la tempête!», dit l’adage ! La situation de crise économique mondiale que traverse en ce moment l’humanité dans son ensemble crée un climat électrique qui pourrait bien devenir explosif et dégénérer en une conflagration généralisée que personne ne souhaite à commencer par les Français et les Européens.

Karzaï, Afghanistan, France, Obama,Léon Panetta, Islam, Isaf, Pakistan, Irak, Tunisie, Egypte, Quatar, Arabie Saoudite, Lybie, Mali, Yémen, Israël, Iran, Hillary Clinton, Nicolas Makarov, Russie, Chine, Sunnites, Chiites, Palestiniens, Israéliens, «Dire la Vérité aux Français» durant cette campagne c’est aussi leur parler des menaces de conflits qui pèsent sur leur avenir commun au moment où ils doivent se choisir leurs dirigeants.

26/07/2011

La Norvège pleure ses Morts!

 article_Oslo.jpgVendredi 22 juillet la Norvège a été le théâtre d’actes d’une inqualifiable horreur qui ont fait la désapprobation unanime de l’ensemble des démocraties. Un premier attentat à la voiture piégée a été perpétré à Oslo dans le quartier des ministères contre le bureau du Premier Ministre norvégien, Jens Stoltenberg, ainsi que les bureaux du Ministère des finances.

Puis une fusillade a été déclenchée sur l’île d’Utoeya où se tenait une «convention» de jeunes du parti travailliste. Le bilan est lourd on compte plus de 80 au total dont 7 à Oslo même et au moins 90 blessés. A ce jour le bilan définitif n’est pas connu certain blessés étant dans une situation grave.

Les évènements sont vécus en Norvège selon les propres termes du Premier ministre comme «une tragédie nationale» qui à la télévision norvégienne a déclaré «Personne ne nous réduira au silence avec des bombes, personne ne nous réduira au silence avec des armes à feu».

1552473_3_51c5_les-deux-attaques-du-vendredi-22-juillet.jpgDimanche, en présence du Roi Harald V et du Premier ministre Jens Stoltenberg la Norvège a exprimé sa douleur et a rendu hommage aux victimes. Une cérémonie s’est déroulée en la Cathédrale d’Oslo.

Dès vendredi, après la fusillade, la police a arrêté sur l’Ile d’Utoeya un individu, norvégien «de souche» de 32 ans, suspecté d’être l’auteur des assassinats en masse qui venaient d’être commis. Lors des interrogatoires, les policiers ont eu à faire face à un homme, ancien militant du parti du Progrès, classé à l’extrême droite, qui ne leur a opposé aucune résistance aux convictions effroyablement logiques et déterminées.

9204f1c4-b52f-11e0-a36a-dd017e2fb8cc.jpgDécrit comme un «fondamentaliste chrétien», Anders Behring Breivik reconnaissant les faits pour lesquels il était interrogé a déclaré avoir agit seul. Il a assumé totalement ses actes, son avocat a indiqué aux journalistes qui l’ont questionné: «l considère que c’était cruel de devoir mener ces actions mais que, dans sa tête, c’était nécessaire».

Dans un manifeste publié sur internet sous l’intitulé «Une déclaration européenne d’indépendance - 2083» avait déjà fixé les choses.

20110724PHOWWW00047.jpg«Je serai étiqueté comme le plus grand monstre depuis la Seconde Guerre mondiale», a t-il écrit, poursuivant avec cynisme, «Des innocents mourront dans une telle opération. Tout simplement parce qu’ils seront au mauvais endroit au mauvais moment. Faites-vous à cette idée.» Puis encore et froidement: «Une fois que vous décidez de frapper, il vaut mieux tuer trop que pas assez, ou vous risquez de réduire l’impact idéologique désiré de cette frappe».

L’auteur des ces lignes construites à partir d’une logique impitoyable et mortifère, avait choisi en 2006 de quitter le parti du Progrès, - parti classé à l'extrême-droite - auquel il avait adhéré en 1999, jugeant celui-ci trop ouvert «aux attentes multiculturelles» et «aux idéaux suicidaires de l’humanisme».

Ainsi est Anders Behring Breivik qui souhaite aujourd’hui comparaître devant le Tribunal qui doit le juger, en audience publique et en uniforme. L’homme aurait servi dans l’armée norvégienne. Tel est le sinistre individu qui a endeuillé et ensanglanté la Norvège dans le cadre de ses objectifs dont le but est de mener «Une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes et multiculturalistes d’Europe» et de «repousser, battre ou affaiblir l’invasion islamique en cours, pour avoir un avantage stratégique dans une guerre inévitable avant que la menace ne se matérialise».

«Pour moi, il avait l’air de monsieur-tout-le-monde. Le gars passe partout», a déclaré Emil Finneruo un voisin du monstre qui aurait été en classe avec lui. «Le Norvégien bien propre sur lui que personne ne peut suspecter», a-t-il ajouté. L’habit ne fait pas le moine dit l’adage! La preuve!

Les experts de la police norvégienne ne semblent pas tenir compte de l’affirmation d’Anders Behring Breivik selon laquelle «deux autres cellules», prônant les mêmes convictions que les siennes existent pour lutter contre l’Islam en Europe: «Nous pensons que l’accusé est très peu crédible quand il affirme cela». «Mais on n’ose pas totalement écarter l’hypothèse», a toute fois déclaré un des enquêteurs.

europ-new-extrem.jpgCertes l’idée qu’une organisation solide, dotée de moyens importants et de nombreux militants déterminés «semble» une hypothèse peu probable, mais il n’en reste pas moins qu’un fort mouvement est en train de se développer en Europe à la faveur de l’instabilité générale économique et sociale qui gagne tous les états sans exception avec une tendance lourde en Europe du Nord.

En France les propositions et discours discriminant pas toujours innocents et surtout peu responsables, en ces temps de basses eaux citoyennes et républicaines, participent de ces dérives auxquelles il convient de porter une attention particulière.

Cette affaire norvégienne loin d’être un fait divers – malheureux, scandaleux, sauvage, barbare… comme on voudra bien le qualifier – qu’il suffirait d’attribuer à un illuminé solitaire pour nous en débarrasser doit au contraire nous interpeller et nous conduire à réfléchir et débattre tant au plan philosophique que politique.

marianne_par_Bernard_Buffet-8-85063.jpgEspérons que d’un bout à l’autre du champ politique les responsables sauront nous proposer un éclairage qui sache nous mobiliser en direction de nos valeurs traditionnelles de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

03/07/2009

Burqa Faut-il Légiférer pour interdire

"Nous nous vengerons de la France et de ses intérêts par tous les moyens à notre disposition, pour l'honneur de nos filles et de nos sœurs",  aurait déclaré, selon une source américaine, le dirigeant d'Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) Abou Moussab Abdoul Wadoud

 

Celui-ci menace de se venger de la France suite à la déclaration de Nicolas Sarkozy à propos de la burqa indiquant qu’elle n’est "pas la bienvenue» en France.

 

En France, en vertu du principe républicain de laïcité, la loi interdit, depuis 2004, le port, à l'école, du hijab –  foulard qui recouvre la tête – .

Après le débat vigoureux qui s’était instauré au moment de la décision de 2004, on aurait pu penser que la question avait été définitivement tranchée.

Il n’en est rien, notre pays de façon récurrente est confronté à la question qui fait de l’espace public de l’état un sanctuaire dans lequel les marques religieuses ostentatoires sont interdites.

Qu’en est-il avec le port de la burqa qui vient de faire son entrée dans l’actualité politico-médiatique, après qu’  André GERIN, député communiste de Vénissieux (Rhône) ait demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur cette question ?

L’ex maire de Vénissieux dans cette affaire n’est pas isolé ! Il est soutenu par 70 députés, de tout bord politique et, dans le public, les esprits s’échauffent, les débats s’enflamment.

Il faut à l’évidence et sans esprit polémique tranquillement constater, que même marginal pour l’instant, le phénomène du port de la burqa – voile intégral qui couvre la tête, le visage et le corps de la femme –, est actuellement en augmentation en particulier en milieux urbain.

La burqa ou niqab n’est pas un signe religieux et il est plutôt marginal. L’obligation faite aux femmes de le porter ne concernerait, selon les organisations musulmanes quelque 5.000 personnes rattachées au salafisme, une branche fondamentaliste de l’Islam.

De la demande initiale du 8 juin, qui, il faut le souligner, ne concerne que la création du enquête parlementaire, l’on en arrive désormais à la question : faut-il légiférer pour, au nom de la laïcité, interdire cette pratique dans notre pays ?

D’abord sur la légitimité de la demande d’enquête.

Cette question fait l’objet d’une interrogation croissante de la part de nos concitoyens quand il ne s’agit pas d’une hostilité rentrée.

Le débat public est donc bien venu dès lors qu’il se tiendra dans le strict respect de la 2ème religion de notre pays, et qu’il permettra d’éclairer l’opinion publique mais également les élus de la République sur le sujet !

Le port de la burqa, phénomène marginal en expansion, est un bon prétexte pour s’interroger sur la difficulté réelle que pose cette pratique dans la vie quotidien, mais aussi sur d’autres questions.

Plusieurs exemples peuvent être avancés ! Par exemple, la relation à l’autre sur le lieu de travail lorsque la personne voilée est en situation d’accueillir du public, ou encore, à l’inverse, lorsque l’identité de la personne doit être vérifiée, établissement de carte d’identité, de passeport accomplissement de formalités administratives, mariage en Mairie.

Enfin et personne ne pourra le nier, dans le cadre des valeurs essentielles de la République,  toute obligation faite aux femmes de porter la burqa est contraire à l’esprit de l’identité française notamment sur le plan de l’égalité des sexes.

Faut-il pour autant légiférer pour interdire ?

Légiférer pour interdire paraît assez difficile. On ne légifère pas, en effet, à la légère il faut des arguments.

Exemple concret d’une vraie difficulté : choisir de légiférer en vue d’interdire le port de la burqa dans l’espace public, au nom de l’égalité des sexes, reviendrait ipso facto à admettre que dans le privé cette valeur fondamentale pourrait être ignorée. Quel républicain conséquent pourrait se ranger à cette idée ?

Pour autant les exigences formulées à propos d’horaires spécifiques aux piscines municipales, les refus d’examen par un médecin homme à l’hôpital, ne peuvent plus être tolérées !

Le débat est sur la place publique. Il faut désormais y répondre au fond ! Y répondre au fond, en y associant les organisations musulmanes qui doivent contribuer à éclairer le débat.

Rien ne doit être laissé sous la table !

Y compris, s’il le faut, la mise à l’ordre du jour des travaux de la commission d’enquête de l’examen sans faiblesses des frustrations nées d’une intégration citoyenne pas toujours à la hauteur des espérances des uns ou des autres.

Il faut que chacun, élu, militant associatif, simple citoyen, religieux ou non, puisse se retrouver dans notre République, celle que décrient ses adversaires et qui à ce jour n’ont pas su inventer de mieux.

Quand aux menaces terroristes, ne les prenons pas à la légère bien sur !

Mais surtout, laissons les pour ce qu’elles sont : des paroles de haine peu conformes à l’esprit de tolérance que prône aujourd’hui un certain Islam de la modernité et des Lumières.

Céder à ces menaces reviendrait d’ailleurs à abdiquer notre volonté de promouvoir en France, dans le cadre républicain, une relation entre les citoyens, apaisée et respectueuses de tous ! Cela nous ne pourrions pas l’accepter.

13:38 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islam, république, laïcité identité, débat, valeurs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu