Avertir le modérateur

31/10/2013

Alain Levern: Jeune vieille recrue de la SNCF.


De source les Echos du 23 octobre 2013 l’on apprend qu’Alain Le Vern, ex 

Alain Le Verne, Laurent Fabius, SNCF, Sandrine Hurel, Dieppe, Front National, François Mitterrand, Sébastien Jumel, pays d'ar'morqueurs,

-Sénateur et Président socialiste du Conseil Régional de Haute-Normandie, vient d’être nommé  directeur général Régions et Inter-cités de la SNCF.

Sa déclaration de retrait total de la vie politique, annoncée le 12 septembre à la fin d’un déjeuner de presse,  avait quelque peu surpris les Hauts-normands.

Qui aurait imaginé d’ailleurs que l’ancien instituteur, longtemps homme lige de Laurent Fabius au sein de la fédération du Parti Socialiste de Seine-Maritime, serait recruté par la SNCF à l’heure où, à son âge des cadres chevronnés et compétents de l’industrie et des services sont dirigés sans ménagement vers la porte de sortie de la vie active parce qu’ils sont devenus trop vieux.

Il faut croire que l’édile est doté de talents particuliers insoupçonnés dont la SNCF ne pouvait pas se passer !

Un génie méconnu du transport ferroviaire sommeillait au "pays d'ar’morqueurs", dans la ville aux cent clochers, rue « Grand Beta » au siège du Conseil Régional de Haute-Normandie.

Alain Le Vern doit sa carrière à un certain Laurent Fabius qu’il a accompagné en tenant la Fédération du Parti socialiste de Seine-Maritime d’une main de fer de 1981 jusqu’à Matignon. Puis Il a été Maire de la commune de Saint-Saëns, ce pendant 12 ans, député de Seine-Maritime – 12ème circonscription de Seine Maritime – de 1988 à 2002.

Conseiller Régional de Haute-Normandie depuis 1986 il accède à la présidence de la Région en 1998 jusqu’à sa démission-surprise du mois dernier. Et enfin il deviendra Sénateur de Seine-Maritime le 29 juin 2007.

Beau parcours de gros cumulard socialo de gauche …..Non ? 

Alain Le Verne, Laurent Fabius, SNCF, Sandrine Hurel, Dieppe, Front National, François Mitterrand, Sébastien Jumel, pays d'ar'morqueurs,

Avait-il vraiment besoin de ce poste à la SNCF après une carrière politique dont on dit qu’elle fut bien remplie ?

Une carrière qui en tout état de cause lui assurera une belle retraite qui suffirait largement au bonheur de nombreux hauts-normands dont l’avenir  collectif précarisé par la crise peut être à tout moment remis en cause par une simple décision d’actionnaires insatisfaits.

Chacun ici se rappelle le sort réservé aux salariés de Petroplus baladés et abandonné tant et plus par la nomenklatura socialiste seinomarine, Fabius y compris.

« La mystérieuse démission du socialiste Alain Le Vern » titrait Paris-Normandie en chapeau d’un article de Manuel Sanson du 13 septembre 2013 dans lequel celui-ci écrivait : « le président (PS) du conseil régional évoque l'envie de "nouveaux horizons" pour justifier son départ. Une version sans doute trop simple... »

Trop simple en effet.

Les « chicayas »  de la  toute nouvelle « jeune-vieille recrue » de la SNCF avec ses ex-collègues du PCF n’étaient pas trop du goût de la rue de Solferino d’autant qu’Alain Le Vern ne faisait nul mystère de ses appétits pour la Ville de Dieppe tenue par le PCF Sébastien Jumel.

« Je suis un faiseux, pas un diseux»: avait coutume de marteler depuis plus de 20 ans ce boulimique de mandats bien juteux. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’à coup sûr le « lascar » à défaut de l’avoir « saint » a le sens bien pratique quand il s’agit de se placer lui et les membres de sa famille.

Est-ce le fruit du hasard mais Dieppe est située dans la circonscription de la Députée-Conseiller Général Sandrine Hurel (*)  – qui au passage est la « compagne-épouse » de l’e- Président de Région –, dont la suppléante Marie Le Vern était elle-même attachée parlementaire de son père de Sénateur.

Celui qui le 12 septembre déclarait à Paris-Normandie : « il faut aussi penser à ses propres choix, au sens de sa vie. Moi je veux rester libre et j’ai encore envie de faire plein de choses » a-t-il reçu de son mentor un parachute bien doré pour se retirer de la Présidence de la Région Haute-Normandie ?

Alain Le Verne, Laurent Fabius, SNCF, Sandrine Hurel, Dieppe, Front National, François Mitterrand, Sébastien Jumel, pays d'ar'morqueurs,«Alain Le Vern a choisi de passer la main et de permettre la relève. Chacun connaît l’énorme travail qu’il a accompli pour notre région de Haute-Normandie. Je veux lui rendre un hommage chaleureux. Et lui redire mon amitié, mon estime et mon affection», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius dans une formule d’où rien ne transparaît.

Ça sonne faux et creux comme une gamelle vide.

Tout cela est malgré tout assez curieux, la retraite à la SNCF c’est entre 50 et 60 ans.

De quel passe-droit, Alain Le Vern qui est âgé de plus 65 ans,  a-t-il pu bénéficier pour se voir recruté comme directeur général Régions et Inter-cités? La question est légitime, elle est posée.

Sans omettre d’ajouter que finalement ces braves gens qui se targuent d’être de gauche n’ont franchement rien à envier à ceux de droite pour ce qui est du mépris, du népotisme ou des arrangements entre amis.

C’est ainsi que les portes sont ouvertes au Front National.

Les mêmes nous expliqueront demain, la main sur le cœur, que le FN doit être combattu au nom des valeurs de la République et de la Démocratie alors qu’en fait ils démontrent à travers leurs comportements qu’ils ne visent et ne pensent qu’à leur maintien en affaires pour continuer à vivre tranquillement sur la bête.

Dur, certes ! Mais réaliste.

Souvenons-nous hier par calcul politique conscient François Mitterrand avait en son temps modifié le mode de scrutin des élections législatives. Cette décision avait permis au Front National de compter plusieurs dizaines de Députés à l’Assemblée Nationale.

Aujourd’hui point de manœuvres tactiques,  ce sont les pratiques indécentes d’élus cumulards socialistes soi-disant de gauche, mais aussi de droite qui contribuent par leur comportement à faire enrager le Peuple et qui font le lit de l’extrême droite en général et de la droite dure associée au Front National.

En 2017 combien aurons-nous d’élus FN au Parlement ? Et à qui le devrons-nous ?

 

Il faut désormais nous poser cette dernière question et y répondre. 

(*) CV Sandrine HUREL

Source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Sandrine_Hurel

Sandrine Hurel est la fille de Gilbert Hurel, ancien maire de Touques (14).

Membre du PS depuis sa jeunesse, Sandrine Hurel a obtenu son premier mandat électoral en 2001 en étant élue conseillère municipale de Dieppe (Seine-Maritime).

Proche de l'ancien Premier ministre Laurent Fabius et homme fort du département, elle a été élue en 2004 conseillère générale du canton de Dieppe-Est  et conseillère régionale de Haute-Normandie.

Sur le plan professionnel, elle a été assistante parlementaire du sénateur socialiste de Seine-Maritime Henri Weber de 1995 à 2004 avant de le remplacer au Palais du Luxembourg. Elle est devenue sénatrice de Seine-Maritime le 26 septembre 2004.

Battue aux élections législatives de 2002 à Dieppe, elle a été élue le 17 juin 2007 députée de la 11ème circonscription de Seine-Maritime avec 52,20 % des voix dans un contexte local relativement favorable, suite aux dissensions internes au sein de droite locale. Elle reprend alors le siège détenu par le Maire CNI de Dieppe, Edouard Leveau.

Elle se représente en 2012 sur un nouveau territoire issu du redécoupage de 2010. Elle l'emporte face au député sortant UMP, Michel Lejeune, avec 54,6 % des suffrages exprimés.


02/05/2013

Le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy mettait fin à ses jours

C’était il y a vingt ans, un mois après avoir quitté Matignon suite pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Laurent Fabius,Marie-Noëlle Lienman, Michel Rocard, Roger-Patrice Pelat, le Canard Enchainé, Théo Waigel, Pierre Mendè-France,à la déroute des socialistes aux élections législatives, le long d'un canal de la Nièvre, le résistant, membre du groupe « Résistance-fer», Pierre Bérégovoy, se tirait une balle dans le crane sans laisser un seul mot pour expliquer son choix désespéré.

Depuis des semaines le dernier Premier ministre socialiste de François Mitterrand, dans l’impossibilité de défendre sa probité, portait au tréfonds de lui-même une immense et destructrice détresse. Il avait le sentiment que les socialistes lui imputaient la lourde défaite de mars 1993 et ne se souciaient pas de lui, le laissant seuls avec les affres de son grand mal-être.

Lors de l’acquisition d’un appartement à Paris, alors qu’il était député de la Nièvre, Pierre Bérégovoy avait bénéficié en 1986 d’un prêt sans intérêt d’environs 150000€ régulièrement enregistré chez un notaire. Le préteur Roger-Patrice Pelat était un ami personnel de François Mitterrand.

Le 1er Février 1993, le Canard enchaîné en avait fait sa une et assez rapidement Pierre Bérégovoy avait dû affronter la rumeur et les soupçons nauséeux.


P. Bérégovoy / Discours anti-corruption / 8... par Bonzou

Celui qui le 8 avril 1992, devant la représentation nationale, dans son discours de politique générale avait choisi de mettre la lutte contre la corruption au cœur de son projet politique – «J'ai ici une liste... » voyait son intégrité mise en cause sans autre moyen pour prouver son innocence que de clamer sa bonne foi. «Qu'est-ce qu'il me veulent?», interrogeait-il inlassablement devant l’injuste mise en cause de sa personne et son honnêteté.

La campagne législative fût impitoyable, pratiquement seul à mener au plan national la bataille politique dans un climat de ralentissement économique et de montée du chômage il lui a fallu s’expliquer,  et s’expliquer toujours et encore sur ce prêt.

Il eut beau assurer qu’il avait remboursé sa dette pour moitié au moyen de meubles  et de livres anciens et avoir soldé le tout en  1992, rien n’y fit ; certains médias sont allés même  jusqu’à mettre en doute sa capacité à rembourser eut égard à ses modestes origines.

C’est vrai que ses origines étaient modestes et alors!

pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Laurent Fabius,Marie-Noëlle Lienman, Michel Rocard, Roger-Patrice Pelat, le Canard Enchainé, Théo Waigel, Pierre Mendè-France,Doté d’une capacité exceptionnelle de travail, l’ancien cheminot, autodidacte, militant de gauche – il fut inscrit au PSU avec Michel Rocard avant de rejoindre le PS de François Mitterrand – a franchi patiemment tous les échelons  du pouvoir.

Secrétaire général de l'Elysée. 

Ministre des Affaires sociales.

Ministre de l'Economie.

Puis enfin la consécration : 1er Ministre.

Pierre Bérégovoy avait de l’ambition mais n’appartenait à aucun cercle. C’était un proche de Laurent Fabius qui jusqu’à ce jour est resté fidèle à sa mémoire.  

C’était un grand serviteur de la France : «Je savais que lorsque pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Laurent Fabius,Marie-Noëlle Lienman, Michel Rocard, Roger-Patrice Pelat, le Canard Enchainé, Théo Waigel, Pierre Mendè-France,Mitterrand me nommerait Premier ministre, ce serait parce que c'est foutu», avait-il d'ailleurs confié à un journaliste de l'AFP peu de temps après avoir été nommé à Matignon.

Il ne s’est pas dérobé. Bravant l’impopularité sans jamais déroger à l’exigence de la vérité, il s’est dévoué corps et âme.

Comme son modèle en politique, Pierre Mendès France, Il aimait à se dévouer pour son pays dont il voulait  redresser l'économie comme il avait redressé les comptes sociaux en 83-84. Il ambitionnait de placer la France au plus haut possible parmi les grands de ce monde.

C’était l’époque où son ami Théo Waigel déclarait dans la presse allemande: «Le Franc est une monnaie légèrement plus forte que le Mark en raison des performances économiques de la France: inflation jugulée, excédent commercial, croissance soutenue».

C’était l’époque où le déficit de la France était le plus faible de l’Union européenne, 2,7%, en dessous des fameux 3%, pendant qu’en Allemagne il était de 5.5%, en Grande-Bretagne de 4.6%, en Espagne de 4.6% et en Italie de 11,3%.

Comparaison n’est pas raison, mais tout de même certains aujourd’hui devraient se souvenir qu’ils ont succédé à ce grand Homme d’Etat et s’interroger : qu’ont-ils fait de ce que leur a laissé Pierre Bérégovoy ? Cela les rendrait certainement un peu plus humbles à la condition expresse bien sûr qu’ils soient capables d’un minimum d’objectivité vis-à-vis d’eux-mêmes.

Son geste de désespoir, son suicide d'une violence indicible, a sonné comme un énorme tonnerre dans le Pays. Les Français furent bouleversés par la nouvelle.

Je me souviens encore de Marie-Noëlle Lienemann arrivant en pleurs à  l’hôpital du Val de Grâce, et de ces innombrables citoyens réunis complètement abasourdis attendant la dépouille de l’ancien 1er ministre.

A cet instant il me revient l’image de l’homme que j’ai eu pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Laurent Fabius,Marie-Noëlle Lienman, Michel Rocard, Roger-Patrice Pelat, le Canard Enchainé, Théo Waigel, Pierre Mendè-France,l’honneur de rencontrer à Matignon pour un entretien juste après les élections régionales de 1992. J’ai, dans ce moment privilégié, parlé avec un homme foncièrement bon, à l’écoute, disponible, direct et ne s’embarrassant pas de manière. Non cet homme ne pouvait pas être suspecté des turpitudes dont on l’a accablé.    

Le 4 mai 1993 à Nevers, dont Pierre Bérégovoy était  le député-pierre Bérégovoy, François Mitterrand, Laurent Fabius,Marie-Noëlle Lienman, Michel Rocard, Roger-Patrice Pelat, le Canard Enchainé, Théo Waigel, Pierre Mendè-France,maire, François Mitterrand, la gorge nouée, avait lancé d’un ton particulièrement accusateur devant le cercueil de l'ancien Premier ministre «Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme et finalement sa vie»

Et pourtant 20 ans après, la leçon ne semble pas avoir été comprise, « les chiens » continuent de se mordre les flancs à belles dents !

La violence du débat politique, le déchainement médiatique, le climat délétère des affaires et des conflits d’intérêts n’a jamais été aussi  destructeur pour la France.

Comme le dit si justement Guy Birenbaum : «ce 1er mai 2013 sent aussi mauvais que le 1er mai 1993».

04/12/2011

Pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent-ils plus ?

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Le « Chef de l’Etat déjà candidat » était cette semaine à l’affiche au Zénith de Toulon !  Devant des milliers de militants UMP – la salle contient 5350 places assises – venus « sans tambours ni trompettes »  écouter la bonne parole, le Président-candidat s’est adressé aux Français pour un second discours de Toulon en trois ans. Lors du précédent, qui s’est tenu en septembre 2008, le sujet était déjà la crise et les mesures pour en sortir.

Le Président candidat qui, à l’époque, s’était fait le chevalier blanc européen face à la crise s’est bien gardé de faire un bilan de son action et de ses engagements.

Durant ces trois dernières années on s’est beaucoup réunit, les mini sommets ont succédés aux mini sommets. On – les puissants gouvernants et la cohorte des conseillers et experts qui les accompagnent –   a beaucoup parlé, beaucoup promis, à l’occasion on a même désignés des boucs émissaires et l’on s’est amusé de chefs de gouvernements, on en a même poussés à la démission.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Mais au final la cruelle réalité est là en face de nous. La crise s’est aggravée et Nicolas Sarkozy continue, sans succès,  de rouler des mécaniques.

Les marchés continuent de régner en maître, les paradis fiscaux continuent d’accueillir l’argent des plus puissants, la dette privée s’est transformée en dette publique, le chômage ainsi que la récession guettent et menacent la paix sociale, voir peut-être la paix mondiale. La Grèce est au tapis. La colère gagne en Belgique, en Espagne, au Portugal, en Italie….et même en Allemagne, le modèle du bon élève européen que l’on veut à toute force nous faire imiter.

De tout cela il n’a pas été question. Quand on s’appelle Nicolas Sarkozy, on ne peut pas se tromper et surtout pour cet homme politique, sans cesse en réaction, qui ne vit que dans le présent, le passé ne compte pas. Sauf pour y puiser des éléments à charge  contre ses opposants supposés être à la source de tous les malheurs de la terre.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Comme si le PS dans cette crise que traversent la France et l’Europe toute entière, était le seul responsable des politiques, menées ces 30 dernières années qui ont conduit à la situation catastrophique présente. Cela dit sans exonérer le Parti socialistes des fautes qu’il a pu commettre en ne mettant pas en œuvre les réformes nécessaires lorsque la conjoncture économique mondiale le permettait à la fin des années 90.

Que faut-il retenir du Sarko-show  de ce jeudi 1er décembre?

D’abord le Président candidat ne parle plus de sortir de la crise. Selon lui, la crise c’est derrière nous, désormais il faut démarrer un nouveau cycle pour sauver l’Europe et l’Euro. Pour cela il n’y aurait guère qu’une solution : accepter d’être entre-nous – les 27 pays de l’union – plus solidaires et plus disciplinés.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Traduction en langage Angela Merkel : il faut impérativement respecter des règles communes en matière d’équilibre budgétaire et doter l’Union des moyens de sanctionner ceux des pays qui prendraient des libertés avec ces règles.

Toulon 1 c’était : il faut moraliser le capitalisme et la dérégulation, c’était sus aux agences de notation qui n’ont pas été capable de voir venir les ennuis.

Toulon 2 c’est : tout est de la faute à l’Europe qui est dans l’incapacité d’imposer «  le travail, l’effort et la maîtrise de nos dépenses ». Il faut un nouveau Traité.

La messe est dite Nicolas Sarkozy s’est aligné.

« Instaurons des sanctions plus rapides, plus automatiques et plus sévères pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements » a dit Nicolas Sarkozy jeudi à Toulon. « Je souhaite la mise en place de sanctions »  lui a répondu vendredi depuis le Bundestag Angela Merkel qui finira par obtenir du Président français l’essentiel de ce qu’elle veut, sans lâcheNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,r sur le principal : les euro-bonds et la modification du statut de la BCE. 

« Il faut avoir confiance en elle (ndlr la BCE)  pour la stabilité de la monnaie. (...) Celui qui soutient les euro-bonds n'a pas compris l'essence de la crise »  a-t-elle ajouté. Si avec cette sortie, Nicolas Sarkozy n’a pas compris !!!!!

Pendant qu’Angela Merkel avance ses pions et construit une Europe sous gouvernance allemande – oui sous gouvernance allNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,emande et expertise Goldman Sach, quoi qu’en disent  ceux qui aujourd’hui considèrent que vouloir résister politiquement à la machine allemande ferait preuve de germanophobie – Nicolas Sarkozy, en réalité, tente de son côté d’user de tous les stratagèmes pour gagner du temps et réussir à s’imposer dans la course présidentielle qui vient.

Un nouveau traité est nécessaire pour conforter l’Union Européenne et la mettre en situation de souveraineté. Mais ce doit être un véritable de traité de fond.

Ce traité ne saurait être un arrangement bancale de circonstance, imposé par une puissance dominante sous influence libérale-conservatrice, conclu sur un bout de table et annoncé sous les sunlights avec force sourires et poignées de mains les plus insincères les uns que les autres.

Un traité qui avant d’être ratifié par les chefs d’états et de gouvernement aura fait l’objet d’un large débat démocratique comNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,me cela fût le cas au moment du référendum pour la ratification du Traité de Maastricht quand le regretté Philippe Seguin avait mené campagne avec Charles Pasqua et Jean-Pierre Chevènement contre Laurent Fabius, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d’Estaing.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Il n’aura échappé à personne que la consolidation de la zone euro, la mise en place de procédure de contrôles budgétaires et la mise en œuvre d’un nouveau traité de l’Union sont des réformes qui imposent des modifications constitutionnelles importantes et surtout qui vont prendre du temps.

Hors la situation est aujourd’hui particulièrement grave et nécessitNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,e des réponses quasi immédiates. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel n’ont, sur ces deux points, pas encore dit un seul mot !

A croire que pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent plus!

 

22/11/2011

Danielle Mitterrand! «une première dame d’exception»

Danielle Mitterrand est décédée.

François Mitterrand, Danille Mitterrand, Mazarine Pingeot, Résistance, France-Liberté,Elle part à un moment où des personnalités comme la sienne sont indispensables pour que les valeurs de liberté, de justice, de fraternité, de respect de la dignité des plus faibles et de solidarité envers les plus démunis d’entre-nous ne soient pas submergées par les seuls critères qui aujourd’hui semblent vouloir s’imposer envers et contre tout. Surtout contre presque tous.

A 87 ans elle portait, encore haut la flamme de ses engagements de jeunesse qui l’avait conduite à entrer dans ce grand mouvement de fraternité et de luttes pour la liberté et la démocratie en France qu’a été la Résistance.   

François Mitterrand, Danille Mitterrand, Mazarine Pingeot, Résistance, France-Liberté,C’était une femme de grand caractère, mais également de grande discrétion qui a su rester la militante – elle n’aimait pas ce mot – engagée pour des convictions auxquelles elle s’est consacrée sa vie durant.

Elle aimait aussi la nature et les choses simples qu’elle savait pouvoir trouver et partager dans les Landes.

Son dernier engagement fût pour dire Non à l’exploitation des gaz de schistes et les techniques dévastatrices pour les réserves d’eau contenue dans les nappes phréatiques. La bataille pour l’eau et son partage équitable à travers le monde a aussi été une des grandes causes à laquelle elle s’est dévouée.

François Mitterrand, Danille Mitterrand, Mazarine Pingeot, Résistance, France-Liberté,L’accession de son époux François Mitterrand aux plus hautes fonctions de la République n’y a rien changé.

Sa place était du côté de la révolution et de l’indignation, de la justice et du droit, son regard était tourné vers le tiers-monde et la lutte pour son émancipation pacifique. Il eut été impossible à quiconque de lui imposer de se plier aux mondanités qui trop souvent sont le lot des gens que l’on dit ou qui se croient « importants ». Ce fût une première dame d'exception.

Brillante intellectuelle, engagée, elle n’en fût pas moins cette femme au grand cœur qui a su, lors des obsèques de François Mitterrand, trouver la force de lui donner la preuve de sa grande fidélité en ouvrant ses bras à Mazarine Pingeot.

La mort est venue la chercher, elle est partie maintenant. Pour ses amis de France-Liberté, pour ses sympathisants, pour ses François Mitterrand, Danille Mitterrand, Mazarine Pingeot, Résistance, France-Liberté,parents qui sont tristes et la pleure c’est bien sur trop tôt. Le meilleur témoignage de fidélité et d’amour – oui d’amour, car on aime Danielle Mitterrand pour ce qu’elle a été et ce qu’elle a fait – qu’ils puissent lui apporter est pour chacun d’entre-eux de se mettre au travail et de reprendre son œuvre.

Danielle François Mitterrand, Danille Mitterrand, Mazarine Pingeot, Résistance, France-Liberté,Mitterrand a assez donné et travaillé. Pour elle l’heure du repos est arrivée. Qu’elle repose désormais en Paix et que la mémoire de son action puisse susciter d’autres engagements au service de la vie, de l’humanisme et des droits de l’homme.

20/09/2011

Nucléaire: Qui ment Besson ou Joly ?

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Eric Besson, s’en est pris lundi à Eva Joly – la candidate à la présidentielle des écologistes de gauche –  l’accusant de mensonge ou d’incompétence.

 

 

«  Eva Joly soit ment, soit se trompe tellement lourdement que c’est une faute professionnelle insensée, quand elle affirme régulièrement que l’on peut remplacer le parc nucléaire existant par des parcs d’éoliennes »  a indiqué à l’AFP l’ancien cadre socialiste aujourd’hui ministre du « nucléocrate » Nicolas Sarkozy qui de son côté ne rate jamais une occasion pour dire sa haine des écologistes qu’il qualifie d’intégriste.

 

« Je ne sais pas quelle est la part de mensonge et quelle est la part d’incompétence, mais là c’est grave. On ne peut pas dire cela »  s’est lâché le « ministre-toutou de Sarkozy »  à Vienne où a débuté ce lundi la réunion annuelle de l’AIEA – Agence internationale de l’Energie Atomique – qui se tient pour la première fois depuis la catastrophe de FUKUSHIMA.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Eva Joly considère que la France peut sortir du nucléaire en 20 ou 25 ans. Au nom de quelle démonstration crédible Eric Besson s’autorise-t-il à la traiter de menteuse ou d’incompétente ?

 

Rappelons qu’en Mai dernier Angela Merkel  vient a décidé que l’Allemagne sortirait du nucléaire dans des délais courts.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,A la différence d’Eric Besson et de Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande s’est engagée sur une stratégie forte qui prévoie : un objectif global de baisse de 10% de la consommation d’électricité et une montée en puissance plus rapide des énergies renouvelables dont la part va passer de 30 à 35%.

 

Le tout est assorti de mesures d’accompagnement pour les secteurs forts consommateurs en énergie ainsi que des actions d’isolation d’immeubles anciens. De plus Berlin s’est engagé dans le même temps à ne pas renoncer à ses objectifs de réduction de gaz a effet de serre de 40% d’ici à 2020.

 

Siemens un des grands de la construction électrique allemande vient de son côté d’annoncer tout récemment qu’il se retirait des activités nucléaires.

 

Il est donc possible de sortir du Nucléaire tant en terme de production d’énergie qu’au plan industriel de construction d’équipements dès lors que la volonté politique de le faire existe chez les dirigeants concernés.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,En France, le puissant lobby des ingénieurs du corps des mines fait encore la loi, soutenu qu’il est par les politiques des deux bords dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils manquent sérieusement de courage ou tout simplement qu’ils entendent, comme le fait Nicolas Sarkozy, maintenir notre pays sur un marché que les autres pays développés sont en train de déserter.

 

Plutôt que d’annoncer la vérité ils mentent et cachent avec soin les réalités de cette filière nucléaire qui est sale, dangereuse, chère et dont on peut envisager de se passer.

 

Alors qui ment ? Eva Joly ou Eric Besson ? A chacun de s’informer, la vérité est bout de la recherche et non du côté de l’invective et de l’anathème.

 

S’il est un reproche que l’on peut toutefois faire à Eva Joly et aux écologistes de gauche d’EE-Les Verts qui la soutiennent, c’est de se caler sur cette question sur les promesses et les positions du Parti socialiste.

 

En la matière il ne faut pas avoir la mémoire courte c’est François Mitterand et les gouvernements socialistes qui ont réalisé – alors qu’il s’était engagé dans ses 110 propositions à ne pas le faire –  le programme de construction des réacteurs, prévu par Pierre Messmer en dehors de celui de Plogoff.

 

Eva Joly, Eric Besson, François Mittérand, Parti Socialiste, EE-Les Verts, Angela MERKEL, Energies renouvelables, AIEA, Fukushima,Aujourd’hui les déclarations de Martine Aubry ou de François Hollande montre que le Parti Socialiste au gouvernement ne sortira pas du nucléaire avant 2050 et encore pas totalement. Ne jamais oublier que le PS soutient la construction des EPR de Penly et de Flamanville.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu