Avertir le modérateur

03/05/2012

Aux Ecologistes de l'AEI, du MEI et aux Démocrates du Modem

3525160.jpgCette campagne a atteint un niveau de médiocrité tel que plus aucun argument de raison ne peut être d'une influence quelconque. C'est devenu du domaine de la bataille de rue caillassages contre caillassages. Je crains que François Hollande qui se tient plutôt correctement ne fasse les frais de cette "abomination" qui se veut gaulliste et républicaine. Aujourd’hui comme dit l'autre j'ai mal à ma France!

Mais je ne me résous pas à laisser filer les choses et me permet de me glisser dans vos échanges espérant y apporter une contribution utile.

Nous avons milité un temps ensemble, nous partageons sur le fond l’essentiel du combat écologiste, nos voies ne sont divergentes que sur la forme.

Je vous demande de m’accorder le temps de la lecture de ce texte et après chacun fera en conscience ce qu’il a à faire pour ce second tour des élections présidentielles.

Je me suis astreint mardi 1er mai après-midi à écouter en entier le discours prononcé par Nicolas Sarkozy depuis la Place du Trocadéro.

Je suis encore abasourdi devant tant de culot, de racolage et d'usurpation idéologique.

Tout y est passé "la France" ce serait lui ce candidat minable et inculte qui débite de la référence historique, idéologique et politique, comme un charcutier productiviste de la saucisse le ferait à l'étal d'une boucherie industrielle. De Gaulle, Blum, Victor Hugo, Lamartine, Voltaire, Zola et l'affaire Dreyfus tout y est passé je n'en crois pas encore mes oreilles.

Pétain n'y était pas mais l'allusion à "assumer l'histoire de la France, toute l'histoire de la France" et l'appel aux "travailleurs" à abandonner le drapeau rouge pour prendre le drapeau tricolore m'indigne encore à l’heure où je rédige ce papier!

Cet acharnement contre les syndicats et cet appel ne sont ni plus ni moins que la marque de cette idéologie de l’État français de Vichy tant admiré par Jean-Marie Lepen dont chacun connaît l'immense admiration qu'il a toujours voué au Général De Gaulle et à la République dont le candidat Sarkozy cherche à récupérer l’image oh combien positive du résistant libérateur de la République.

Comment peut-on dans le même discours en appeler aux mânes du Général et marauder sur les terres idéologiques de celui qui en avait la plus grande détestation ? Comment ? Je ne sais pas ! Mais Nicolas Sarkozy, lui le sait. Il l’a fait devant des sympathisants enflammés.

Chacun de vous connait bien mes options écolo-centristes et ma condamnation de ce que les régimes communistes ont pu porter à la fois à la démocratie et à la nature mais hier après-midi en écoutant ce flot de mensonges, de récupération décomplexée et honteuse je me suis senti solidaire de tous ces gens que d'une certaine manière Nicolas Sarkozy a exclu de la Patrie en criant à ses militants réunis place du Trocadéro "vous êtes le Peuple, vous être la France".

Que sommes-nous alors ? Nous qui n’étions pas avec lui pour l’écouter débiter son discours écrit par un autre que lui et adapté à une certaine clientèle électorale?

Que sommes-nous donc ? Nous ces écologistes qu’il désigne comme la secte qui voudrait faire revenir la France au Moyen-Age. De quelle Patrie serions-nous donc?

Quel sort nous réserverait-il s'il devait demain, gagner cette élection?

La déchéance nationale pour n’avoir pas, avec lui, stigmatisé les syndicats et les fonctionnaires qui ont choisi, comme c’est la tradition le jour de la fête du Travail, de défiler drapeau rouge à la main ?

Ce président devrait se souvenir que le rouge est la couleur du Tiers-État dont les membres sont toujours en première ligne de la souffrance et de l’angoisse au moment des crises sociales, économiques ou écologiques.

Les militants écologistes qui sont assassinés parce qu’ils s’opposent aux lobbies agro-industriels en Bolivie au Brésil et dans la forêt amazonienne le sont le drapeau rouge à la main et que je sache ne sont pas les amis de partis d’extrême-droite.

Les trois couleurs de la France le bleu, le blanc, et le rouge sont symboliquement à égalité dans notre drapeau pour précisément dire que la République est une et indivisible.

En virant dans ce 2ème tour, ostensiblement vers le bleu marine pour être réélu, ce candidat minable, à la colonne bourse-cac40-palais-brongniart-maxppp-930620_scalewidth_630.jpgvertébrale idéologique cartilagineuse, a pris le risque de briser le pacte républicain de notre pays déjà si malmené par la crise économique dont ses amis de la FNSEA, du CAC 40 et de Wall-Street nous ont gratifiés, hypothéquant ainsi la prochaine rentrée sociale d’automne dont tout le monde s’accorde pour dire qu’elle sera difficile .

Il faut imaginer ce que ce candidat réélu se permettra de faire, fort de la légitimité du suffrage universel.

N’ayant plus à se soucier de se faire réélire une fois de plus la constitution l’interdisant, plus libre que jamais d’aller au bout de la logique qu’il a mise en œuvre durant son premier mandat – soutien aux plus riches, à la FNSEA, remise en cause du code du travail et détricotage du model social et austérité généralisée au nom de la compétitivité – dont nous écologistes avons à nous plaindre :

-        Les chasseurs experts en biodiversité

 

-        800 épandages aériens de pesticide

 

-        La casse du Grenelle

 

-        L’autorisation d’augmentation des surfaces d’épandages de lisiers

 

-        La France mis devant la cour de justice européenne pour le non respect de la directive nitrates

 

-        La volonté affichée de réduire les normes notamment celles concernant la protection de l’environnement

 

-        La poursuite sans réserve du programme nucléaire dans sa totalité.

Le débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande que j’ai évidemment écouté avec beaucoup d’attention hier soir ne m’a apporté aucun élément qui puisse atténuer la très mauvaise appréciation que je fais depuis plusieurs semaines des promesses et du programme de Nicolas Sarkozy.

r.jpgCertes les deux candidats ont fait bien peu de place à l’Ecologie durant leurs interventions. Mais au moins François Hollande s’est engagé sur la fermeture de Fessenheim, la réduction à 50% du nucléaire à l’horizon 2025 et l’organisation d’un débat général avec les Français concernant les choix énergétiques du pays.

Pardon d'avance pour cette indignation non retenue que je vous ai infligée si vous m’avez lu jusque là. Soyons pratiques, arrêtons pour une semaine ces discussions et ces disputes entre-nous qui ont leur importance, mais qui nous agite alors que l’urgence est, j’en suis convaincu, vraiment ailleurs.

Nous aurons tout le temps de les reprendre après le 6 mai. Pour l’heure ne nous trompons pas de priorité, le sujet principal pour le 6 mai est que ce jour là ensemble, « tous citoyens » nous allons élire un Président pour notre la République.

Ce n’est pas le jour où nous mènerons des négociations avec le Parti socialiste. Ce n’est pas non plus le jour où en tant qu’Ecologiste nous nous déterminerons pour choisir tel ou tel parti partenaire, avec qui nous allons tenter de travailler dans le futur, ou de n’en choisir aucun.

Chacun d’entre-nous le comprend bien notre responsabilité de citoyen et de républicain est interpellée.

Le 6 mai nous ne pouvons pas faire comme si les deux candidats en présence peuvent être renvoyés dos à dos. Pour ma part, fort de mes convictions humanistes, fort de la force de mon engagement écologiste et fort de mon attachement aux principes républicains je vous le dis tranquillement  ma main ne tremblera pas lorsque je glisserai dans l’urne mon bulletin pour l’élection de François Hollande.

drapeau_europ_france 2.jpgJ’espère que vous serez le plus grand nombre à le faire de la même manière et vous en remercie par avance, pour l’avenir, pour l’écologie, pour l’Europe, la France et la République.

Bernard FRAU

Délégué Général Humanisme-Ecologie-République

23/09/2011

Nucléaire : Ségolène Royal prend position

 

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvSégolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, candidate à la primaire socialiste, vient de déclarer au quotidien « Libération » : « Si je suis élue, j’arrête Flamanville ».

Elle en a profité pour tacler au passage ses concurrents et faire la différence : « Les autres ne sont pas aussi clairs que moi ». Les propos ont fait l’objet d’une confirmation à l’AFP de la part de ses proches.

Sur ce dernier point Ségolène Royal a parfaitement raison de marquer sa différence !

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvMartine Aubry – « moi je suis claire » –  s’est montrée favorable à une sortie progressive du nucléaire sans en préciser l’échéance, tout en se gardant bien de remettre en cause la construction programmée par Nicolas Sarkozy de l’EPR de Penly. Construction qui est soutenue en terre fabiusienne par la Députée PS Sandrine Hurel et le Sénateur Alain Le VERN.

Martine Aubry pour la « Sortie du Nucléaire » c’est plutôt le gris obscur. C’est que dans cette région les voix du Parti communiste

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvQuand à François Hollande, tout le monde aura compris que sa promesse de ramener la part du nucléaire à 50% en 2025 c’est comme avec l’UMP, avec lui la filière nucléaire aura encore de beaux jours devant elle. Pour la petite histoire Eric Besson est en train de faire plancher  ses services sur une réduction à 50%. François Hollande et le nucléaire c’est plutôt la série noire qui continue.

De son côté la ministre de l’environnement de François Mitterand a choisi de prendre en compte les remarques formulées par l’ASN dans ses derniers rapports qui ont mis en évidence les problèmes de sécurité  rencontrés sur le chantier de la centrale et non de suivre les idolâtres de l’atome. La directrice de la campagne pour la primaire, Dominique Bertinotti, qepr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvuant à elle s’est attachée à souligner, en parlant de la construction interminable de l’EPR, « le gouffre financier que cela représente ».

Sécurité d’abord et souci des deniers publics ensuite telles sont les pistes qui ont motivé cette décision qui bien sur impactera la vie économique du site.

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvSur ce sujet, la Présidente de Poitou-Charentes a par ailleurs indiqué que sa proposition de fermeture de Flamanville s’inscrivait dans un plan qui prévoit «  une reconversion du site vers la recherche et celle de son personnel dans les nouvelles énergies et les technologies du démantèlement.

Ségolène Royale, en affirmant sa volonté de fermer Flamanville, a fait également le choix de la cohérence. Prévoir une sortie du nucléaire sans dans le même temps décider la fermeture de Flamanville qui est en la matière  le marqueur emblématique de ce qu’il ne faut plus faire est absurde.

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvSégolène Royal vient d’envoyer un signal fort aux écologistes qui attendent deux autres engagements immédiats. L’arrêt de Penly et la fermeture de Fessenheim.

epr penly,fessenheim,epr flamanville,centrale de flamanville,ségolène royal,alain le vern,laurent fabius,martine aubry,françois hollande,sortir du nucléaire,nicolas sarkozy,eric besson,haute-normandie,sandrine hurel,dieppe,parti communiste,pcf,présidentielle 2012,primaire socialiste,ecologistes,ee-lvSortir du Nucléaire n’est pas une question économique mais une question politique qui engage l’Avenir. Ségolène Royal prendra-t-elle l’initiative de pousser plus loin l’audace dont elle vient de faire preuve? La question est désormais posée.

 

06/07/2011

Fessenheim: l'ASN propose une rallonge de 10 ans d'activité

le-reacteur-de-fessenheim-pourrait-fonctionner-10-ans-de-plus_30335_w250.jpgLe 4 juillet, dans un rapport rendu public lors d’une conférence de presse, l'Autorité de Sûreté Nucléaire indique que l’activité du réacteur N°1 de la centrale de Fessenheim – plus vielle centrale du parc nucléaire français – en service depuis 1977 peut être prolongée de 10 ans.

Le rapport, qui fait suite à une mission d’audit décennale «in situ» qui s’est déroulée entre octobre 2009 et mars 2010, soit avant la catastrophe de Fukushima, conditionne cette prolongation d’activité à la mise en œuvre de plusieurs mesures d’accompagnement.

Parmi ces mesures qui retiennent plus particulièrement l’attention, figurent: le renforcement de la dalle support en béton sous la cuve du réacteur – pour en d’augmenter la capacité à supporter une chute éventuelle du cœur en fusion en cas de percement de la dite cuve – ou la mise en place d’une «source froide» de secours alternative à l’actuel canal du Rhin en cas d’inopérabilité de celui-ci.

Ces travaux à réaliser dans un espace confiné hautement radioactif, ne pourront l’être que par des robots mécaniques et à un coût exorbitant. Cet aspect des choses n’est pas pour réjouir EDF qui dès lors s’interroge sur l’opportunité de poursuivre l’exploitation.

logo_asn.pngCette décision de l'ASN montre à quel point les responsables de la filière nucléaire se soucient comme d’une guigne de la volonté des populations qui se situent dans l’environnement immédiat de la centrale. On est à 1,5 km de la frontière allemande et à 40 km de la Suisse et les populations suisse et allemande réclament la fermeture de la centrale qui, il faut le rappeler, est implantée dans une zone de fracture sismique.

La Suisse et l’Allemagne qui ont par ailleurs décidé de sortir du nucléaire ne comprennent pas l'idée de voir leurs ressortissants soumis à des risques dont eux-mêmes ont décidés de s'affranchir.

r.jpgQuand aux Français ils manifestent dans une très large majorité – près de deux sur trois – leur volonté de sortir du nucléaire. C'est dire l'incongruité de la décision de l'ASN.

Du coup il ne faut pas exclure que le gouvernement dans cette affaire ne soit pas en train de poursuive une stratégie électoraliste en vue d’afficher début d’année 2012 une posture favorable à une politique française de sortie programmée du nucléaire. Nicolas Sarkozy n’est pas à son premier retournement près de discours. Plusieurs indices laissent à penser que cette hypothèse n’est pas à écarter.

L’insistance des uns et des autres pour indiquer que la décision finale ne sera prise que fin décembre après que EDF ait rendu sa copie des «stress tests» exigés par l’Union Européenne après la catastrophe de Fukushima.

EDF.jpgLes réticences d’EDF au regard des coûts des travaux à engager ainsi que les déclarations de l’actuelle Ministre de l’Environnement, les propos de François Hollande et de Martine Aubry sur leur conversion à la nécessaire sortie du «tout nucléaire» - notez la nuance - tout cela va dans le sens d’une mystification.

627830_photo-1252082470305-1-0_150x113.jpgFrançois Mitterrand en son temps n’avait pas fait autre chose quand dans ses 110 propositions de campagne pour la présidentielle de 1981 il avait pris des engagements de sortie du nucléaire. Trente plus tard chacun peut évaluer la sincérité de celui qui nous avait promis de «changer la vie». Entre temps Jospin et Voynet auraient pu agir! Force est de constater que paroles roses ou vertes se sont bien accordées pour qu’en actes rien ne se passe.

La raison commande aujourd’hui de procéder à la fermeture immédiate de la Centrale de Fessenheim. Sa conception, son implantation, sa vétusté et la volonté des populations exigent cette fermeture parce qu’elle est nécessaire.

Laisser se poursuivre son exploitation est une faute politique grave qui devra être sanctionnée comme il se doit.

000_hkg4718188_1300792728.jpgA l’heure où la catastrophe de Fukushima a mis en évidence les impasses techniques et financières, les mensonges dont peuvent être capables les responsables des filières nucléaires et les gouvernements qui les soutiennent, seuls peuvent compter pour les populations la mise en œuvre d’actes concrets.

En la circonstance le seul acte concret susceptible d’être considéré avec intérêt réside dans le choix d’un arrêt immédiat de Fessenheim comme première étape en France d’une sortie programmée du Nucléaire.

16/03/2011

Le nucléaire est dangereux à l’échelle mondiale

japon_seisme_tsunami_incencies_inside.jpgVendredi 11Mars un puissant séisme de magnétude 8.9 sur l'échelle de Richter, dont l'émergence se situait au large des côtes du Japon a provoqué la naissance d'un tsunami aux effets dévastateurs. Des vagues impressionnantes, emportant tout sur leur passage, se sont abattues sur la côte est du pays. Celles-ci pénétrant à l'intérieur des terres, notamment dans la région de Sendaï, ont provoqué des dégéts, matériels et humains, considérables.

Plusieurs jours après ce cataclysme le bilan reste à faire

Dans l'immédiat le nombre de victimes dépasse, selonles sources médiatiques convergentes, plusieurs milliers de personnes. Le Japon est endeuil. Avec lui l'Humanité toute entière est touchée par cette effroyable catastrophe dont les répercutions économiques et sociales ne se limiteront pas au seul Japon. une solidarité internationale sans faille avec le peuple japonnais s'impose pour aider à la reconstruction des régions dévastées, pour assurer les Japonnais de notre soutien et leur dire que nous ne sommes pas insensible au drame qui les accable.

Au-delà de la légitime émotion que suscitent le malheur et la désolation des Japonais cette catastrophe naturelle vient de remettre en évidence de façon sinistrement éclatante la question de la sécurité des centrales nucléaires de production d’énergie électrique.

e32bf178-4c94-11e0-905a-6befb113463d.jpgPlusieurs centrales ont été déclarées en alerte d’urgence, avec de graves dysfonctionnements qui ont conduit les autorités gouvernementales nippones à prendre la décision de procéder à l’évacuation des populations résidents dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres autour des sites. Les systèmes de refroidissements ayant été endommagés les autorités de sureté nucléaires japonaises n’écartent plus la possibilité d’une fusion des cœurs de réacteurs avec les conséquences gravissimes qu’une telle occurrence pourrait entraîner. Des explosions se sont déjà produites dans au moins deux réacteurs et il a été procédé à des relargages à l’air libre de vapeurs chargées d’éléments radioactifs.

Le monde est entrain de prendre conscience en direct que le nucléaire est un colosse aux pieds d'argile.

Quoiqu’en disent les partisans acharnés du nucléaire, chaque incident peut, de façon imprévisible, dégénérer en catastrophes incontrôlables. Le Japon, dont l’expertise en matière de risque nucléaires est généralement reconnue comme fiable et expérimentée, fait aujourd’hui, 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, la démonstration que le nucléaire n’est pas à la mesure de la capacité des Hommes à en maîtriser toutes les dimensions.

Demain les vents nous apporteront la pollution radioactive qui actuellement se déverse sur le Japon.

L’expérience Tchernobyl l’a démontré la pollution radioactive ne reste pas circonscrite à la zone où se produisent les catastrophes. Ceux qui veulent nous faire croire le contraire sont des menteurs. Nous sommes tous concernés par ce qui arrive en ce moment dans les centrales nucléaires au Japon.

Dès lors, refusant d’entrer dans une polémique où on voudrait les entrainer, en dépit des déclarations des ministres BESSON et KOSUSCO-MORISET, à l’heure où le pouvoir en France veut imposer un renforcement du poids du nucléaire dans notre pays et devant la réalité des faits qui s’impose, les écologistes affirment que le moment est arrivé d’agir en direction de l’opinion publique.

Alliance Écologiste estime que la question du nucléaire doit impérativement être à nouveau posée en France et considère que celle-ci doit être traitée dans les termes suivants:

S’appuyant sur les déclarations du Président de la République qui s’est prononcé pour la réalisation d’un retour d’expérience concernant les dysfonctionnements constatés dans les centrales de Fukushima et d'Onagawa:

Alliance Écologiste demande:

- La mise en place d’un moratoire sur la réalisation des projets EPR à Penly et Flamanville ainsi que celui du projet ITER

S’appuyant sur les éléments connus de faiblesses techniques graves dans plusieurs centrales du parc nucléaire français:

Alliance Écologiste demande:

- La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace qui est située dans une zone qui a connu des secousses sismiques de magnitude importante par le passé (5).

- La mise en place d’un calendrier de fermeture des Centrales nucléaires à risque qui ont dépassé une durée d’exploitation de 30 ans

S’appuyant sur la volonté des Français de ne plus être écartés des décisions qui les concernent au 1er chef:

Alliance Écologiste demande:

- L’ouverture d’un débat national qui permette aux Français d’exprimer leur choix quant aux risques aux quels ils sont exposés

- Un référendum sur la poursuite ou non de la filière nucléaire pour garantir la production d’énergie nécessaire à notre Pays

- Que le principe de transparence soit enfin la règle de base dans notre pays qui préside à l’information touchant aux questions liées au nucléaire.

Considérant l’extrême dangerosité des techniques nucléaires:

Alliance Écologiste demande:

- Une révision totale de la politique française en matière d’exportation des technologies nucléaires

- La suspension totale et définitive du partenariat stratégique en matière nucléaire avec la Libye.

S’appuyant enfin sur les décisions de ses partenaires européens, Allemagne, Suisse en particulier, qui anticipe la nécessité de trouver enfin les moyens de «Sortir du Nucléaire»

Alliance Écologiste demande:

- La mise en place d’une commission interministérielle destinée à favoriser en France une véritable politique de sobriété énergétique

- La mise en place d’une transition énergétique pourvoyeuse d’emplois sur le territoire et développant des filières d’énergies renouvelables adaptées aux bassins d’implantations.

01:27 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, tsunami, séisme, fessenheim, iter, epr, penly, flamenville, lybie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu