Avertir le modérateur

28/09/2013

Syrie, victoire diplomatique russe à l’ONU : Fillon 1, Fabius 000

François Fillon considère à juste titre que  l'adoption cette nuit d'une résolution sur la Syrie par le Conseil de sécurité de l'ONU lui donnait raison, taclant au passage François Hollande : «face au drame syrien» le Président a «fait preuve de précipitation» en se positionnant «sans prudence dans les sillage» des Etats-Unis en «oubliant le rôle de la Russie »

«Comme je l'avais indiqué, le rôle de la Russie a été déterminant et les autorités américaines ont su le comprendre », a indiqué sur son blog l’ancien premier ministre. 

Fabius, François Fillon, Iran, Russie, USA, Syrie, Bachar Al-Assad, armes chimiques, résolution ONU, Chine , François Hollande, Genève 2, Vladimir Poutine,

Le 19 septembre, en présence du président russe Vladimir Poutine, François Fillon dans une classique posture gaullienne avait souhaité que « la France retrouve cette indépendance et cette liberté de jugement et d'action qui, seules, lui confèrent une autorité ».

Ses propos avaient soulevé une polémique de la part des va-t’en guerre de la diplomatie française,  de l’opposition interne copéiste de la droite dure et décomplexée ainsi que celle des soutiens inconditionnels de l’opposition syrienne à Bachar El-Assad composée d’islamistes radicaux et d’anciens militaires qui ont déserté l’armée loyaliste.

Que cela plaise ou non, l’adoption à l’unanimité d’une résolution sur la crise syrienne par le Conseil de Sécurité de l’ONU donne raison à François Fillon contre le belliciste obsessionnel Laurent Fabiusqui, jusqu’au bout, a tenté d’imposer contre vents et marées, un projet  d’intervention militaire en Syrie sans mandat international, alors même que les USA avaient changé de ligne depuis les premières déclarations russes ouvrant la voie à une résolution politique de la crise.

Fabius, François Fillon, Iran, Russie, USA, Syrie, Bachar Al-Assad, armes chimiques, résolution ONU, Chine , François Hollande, Genève 2, Vladimir Poutine,

Jeudi encore, à la veille du vote, la France a organisé une réunion avec l’opposition rebelle syrienne à laquelle participait Laurent Fabius s’attirant, après le vote de la résolution, les foudres de l’ambassadeur syrien Bachar Jaafari qui a fustigé l’amateurisme de la diplomatie française.

«Je conseille aussi au ministre français des Affaires étrangères de lire la résolution avec attention», a indiqué l'ambassadeur syrien

«Le ministre conclura qu'à partir de maintenant, ni lui ni son pays ne seront autorisés à violer la provision de cette résolution. Elle  interdit au gouvernement français d'inciter au terrorisme, d'inciter à la violence en Syrie. Elle interdit à Paris et au ministre des Affaires étrangères de contribuer à aggraver la situation militaire en Syrie en procurant des armes et un soutien politique" à l'opposition, martelant «La diplomatie française a commis beaucoup d'erreurs».

Certes aujourd’hui avec cette résolution, il n’est pas mis fin au conflit syrien – dont il convient de rappeler qu’il a fait à ce jour plus de  110000 victimes –.

Probablement que d’âpres et longues négociations seront encore nécessaires pour dénouer les fils des enjeux géostratégiques dans lesquels sont emprisonnées les malheureuses populations syriennes  sans oublier celles du Liban frontalier où les risques sont grands de voir la guerre civile se propager.

Fabius, François Fillon, Iran, Russie, USA, Syrie, Bachar Al-Assad, armes chimiques, résolution ONU, Chine , François Hollande, Genève 2, Vladimir Poutine,

L’acquis principal  de ce vote unanime, qui vient après que ces deux dernières années Moscou et Pékin aient usé de leur droit de veto à des textes qui proposaient des sanctions contre le régime du Président Bachar Al-Assad, tient au fait que soit consacrée, dans un texte validé par la totalité des membres du Conseil de Sécurité, la destruction de l’arsenal chimique syrien dans une région éminemment sensible.

C’est à n’en pas douter une avancée capitale et l’on peut aisément imaginer que Moscou ne laissera pas Damas en contourner l’application tant sa crédibilité diplomatique sur la scène internationale en serait entachée.

Cela compense largement la non-inscription de sanctions automatiques à l’égard de la Syrie en cas de non-respect de ses engagements.

François Fillon conclue « Cette résolution doit être un tremplin pour d'autres initiatives ».

Oui cette victoire du bons sens diplomatique qui a prévalu au Conseil de sécurité de l’ONU grâce aux initiatives russes doit rapidement se concrétiser par de nouvelles avancées pour la Paix de la Région.

Genève 2 doit rapidement démarrer.

La participation des forces  parties prenantes au conflit doit officiellement y être actée. Cela vaut pour tant pour l’Iran que pour l’opposition nationaliste laïque  syrienne et la Ligue arabe.

Quant à la France, le Président Hollande serait bien avisé de procéder à une inflexion de la ligne diplomatique de la France lui donnant les coudées plus franches pour tenter de revenir dans un jeu où pour l’instant  notre Pays fait figure de petit pantin excité et désarticulé.

Ultime démonstration s’il en était de ce lamentable état de fait, la dernière déclaration de Laurent Fabius, plus malin à trouver des formules qu’à faire avancer des solutions concrètes et valorisantes pour la France et pour la Paix.

Ce dernier,  après le vote de la résolution historique, a affiché sa satisfaction en soulignant que cette résolution s’inscrivait dans «l’esprit» du chapitre 7 » de la Charte des Nations Unies.

Fabius, François Fillon, Iran, Russie, USA, Syrie, Bachar Al-Assad, armes chimiques, résolution ONU, Chine , François Hollande, Genève 2, Vladimir Poutine,

L’  «esprit» c’est peut-être ce qui manque le plus à notre pitoyable ministre des Affaires Etrangères qui sur ce dossier a été constamment à côté de la plaque.

S’il fallait à la manière des agences de notation attribuer une note à sa gestion du dossier syrien, on ne voit pas très bien comment on pourrait hésiter à lui attribuer un triple zéro

28/08/2013

Martin Luther King : « On peut abattre le rêveur, mais pas son rêve »

Chassez le naturel Il revient au Galop!

Cette Amérique, celle de Martin Luther King, nous a fait rêver, elle nous a même fait espérer en la possibilité d'un monde meilleur et plus éclairé. Mais chassez le naturel il revient au galop.

Aujourd'hui 28 aout 2013, le prix Nobel de la Paix, Barack Obama, va célébrer la mémoire du révérend Martin Luther King. Demain prenant bien soin de ne pas engager un américain sur le terrain pour éviter la colère de l'opinion publique américaine, le même va ordonner le lancement, sur Damas, par l'US navy de missiles tomawaks.

Des frappes chirurgicales disent-ils mais dont l'objectif n'est pas de faire tomber le régime de Bachar El-Assad, mais "de le punir". 

Au nom de quels principes l'Amérique et ses lamentables suiveurs, France y compris, sans parler de ces "salauds" de toujours - j'évoque ici la Grande Bretagne de Kipling dont chacun se souvient des exactions commises en Inde - se posent-ils en justicier et en gendarmes de la planète?

Quels sont les buts de guerre de cette coalition de cow-boys au petits bras, mais aux armes redoutables. S'ils ne veulent pas faire tomber le régime de Bachar El-Assad pourquoi cette équipée sauvage aux retombées non maîtrisables?

Pour permettre de rééquilibrer les forces sur le terrain et que la guerre civile continue jusqu'à épuisement du Peuple syrien? Tout cela est au mieux incohérent au pire d'un cynisme coupable dont le Moyen-Orient va compatir gravement.

Le monde Shiite ne restera pas les bras croisés face à l'agression des occidentaux qui cornaquent les Sunnites Saoudiens et Qataries pourvoyeurs d'argent et grands consommateurs d'armes qu'ils destinent aux djihadistes les plus radicaux qui demain se retourneront contre le monde occidental, Israël compris, qu'ils détestent profondément.

La bêtise est à son comble. Les anglo-saxons de malheur au lieu d'anticiper avec intelligence le monde de demain où la civilisation musulmane aura de droit une place importante, est en train d'instrumentaliser les plus intégristes pour faire tomber les plus réalistes.

La France de Clémenceau, n'aurait probablement pas accepté de se ranger aux côtés de ces "ânes d'anglo-saxons" qui nous engagent dans une opération sans lendemain pour la Paix et la coexistence entre les Peuples.

Laurent Fabius et l'exécutif national auront à rendre des comptes aux Français après ce qui restera dans l'histoire un désastre de l'intelligence au service des idéaux universalistes et républicains.

Bernard FRAU Délégué général Humanisme-Ecologie-République.

 

521d9c0035706c46e23a5ba9.jpg

 

28 août 1963, Martin Luther King change l’histoire des Etats-Unis par son discours.

50 ans déjà, 50 ans à peine que le Révérend King exprimait son rêve à haute voix. Le rêve d’une Amérique qui ne mépriserait plus une partie de ses enfants, les estimant incapables de prendre part à la vie publique – droit de vote – ou indignes de vivre en harmonie avec leurs «frères blancs» – lois ségrégationnistes, assorties de nombreuses interdictions –.

Le 28 août 1963 a donc marqué un tournant définitif dans l’Histoire des USA. Ce jour-là, 250 000 citoyens américains, Noirs et Blancs, jeunes et vieux, ont pris ensemble la route menant vers le Mémorial Lincoln à Washington afin de faire entendre leurs voix et de montrer leur intime conviction, comme leur détermination à, enfin, vivre dans un Etat de droit digne de ce nom.

Une “ultime” manifestation qui a permis au mouvement des Droits civiques de sortir de l’ombre et de la paranoïa dans laquelle les Etats, principalement sudistes, voulaient l’enfermer.

Révélant aux yeux du monde le visage tuméfié d’une Amérique menacée – d’emprisonnement, de représailles, voire de lynchage en cas de participation à la marche – mais déterminée à ce que cesse l’injustice raciale et sociale.

Emmenée par le très charismatique Martin Luther King, devenu figure de proue de ce mouvement malgré lui, la foule réaffirme sa volonté d’obtenir des droits égaux pour tous sans violence.

Ce jour-là, inscrit dans l’ombre de la statue de Lincoln, King rappelle les promesses non tenues faites aux citoyens afro-américains un siècle plus tôt, le 1er janvier 1863, au moment de la proclamation de l’émancipation des esclaves par Abraham Lincoln.

Car, dans les faits, rien n’a changé pour les Afro-Américains qui restent des citoyens de seconde zone.

Ce mercredi 28 août 2013, au même endroit, le président Obama saluera la mémoire de celui qui, malgré les coups et les menaces, a rendu le rêve possible, avant d’être assassiné en 1968.

Dans sa soirée hommage, Arte propose d’entendre l’intégralité de son fameux discours dès 18h, suivi de différents documents historiques dont celui proposé à 20h50, «La bande originale d’une révolution» qui réunit ses nombreux compagnons de lutte, ainsi que les images d’archives de leurs actions, et les chants qui ont jalonné manifestations, marches et arrestations durant 13 longues années.

 

Lu sur :   Lalibre.be

Auteur : Karin Tshidimba

Publié le : mercredi 28 août 2013 à 08h43 –

 

10:37 Écrit par Bernard FRAU dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martin luther king, abraham lincoln, france, amérique, angleterre, fabius | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

19/06/2012

Victoire sans appel pour le PS et ses alliés 314 sièges sur 577

media_xll_4913554.jpgAu soir du 17 juin Jean-Marc Ayrault peut se féliciter des résultats du 2ème tour de scrutin des législatives. Son objectif d’assurer à François Hollande une majorité stable et cohérente est largement atteint.

 Les résultats bruts

PS-2-e09ba-cd4dc.jpgSelon les décomptes effectués par les services du Ministère de l’Intérieur pour la métropole et l’outremer, le Parti Socialiste a obtenu 280 sièges, ses alliés proches PRG et MDC 34 sièges soit au total au total 314 sièges pour une assemblée qui en compte 577.

François Hollande pourra donc compter sur une majorité absolue pour mettre en œuvre les 60 propositions de son « programme de changement dans la justice » qu’il a proposé aux Français.

A cette majorité absolue il convient, pour évaluer le nouveau 3985492-6040872.jpgrapport de force droite gauche au Palais Bourbon, d’ajouter les autres députés de gauche qui ont été élus ce dimanche. Ils sont 10 pour le Front de gauche de Mélanchon, 17 pour Europe Ecologie les Verts et 2 pour les indépendantistes martiniquais.

2010.12.06_logo-facebook.pngDe son côté l’opposition totalise 229 sièges. 194 pour l’UMP, le NC 14, les Radicaux de Jean-Louis Borloo 6 et les divers droite 15.

 

 

L’extrême-droite quant à elle comptera 3 élus dont 2 FN et le Modem 2 élus.

Les faits marquants

Le taux de participation enregistré à cette élection est le plus faible depuis des dizaines d’années. Cette situation est tout simplement préoccupante pour le bon fonctionnement démocratique des institutions.

A croire que, le Président de la République élu, les électeurs considèrent qu’il n’est pas utile de se déplacer pour la désignation de la représentation nationale. Le mode de scrutin majoritaire à deux tours et le choix du calendrier conforte probablement cette tendance à la baisse.

Pour le futur l’introduction d’une dose de proportionnelle, promise par le Président de la République devrait pallier cette dérive tout en assurant une meilleure représentativité des courants d’idées à l’Assemblée.

1699656_3_f3e9_francois-bayrou-le-10-mai-a-paris_fdcabd5f591d9a8380549c1e58850677.jpgLa défaite à Pau de François Bayrou entérine dans l’immédiat la disparition d’un Centre indépendant au cœur du paysage politique français. Ce recul du score centriste résulte du choix de Nicolas Sarkozy d’imprimer durant sa campagne présidentielle une chasse aux électeurs du Front National.

Les dirigeants de l’UMP obsédés par la menace « bleue marine » et la crainte de voir l’unité de leur mouvement éclater, n’ont pas cru devoir clarifier la situation. Tirant de cette situation ambiguë, qui a  laissé à penser aux électeurs modérés que les seuls alliés possibles de l’UMP pouvaient être le FN, ceux-ci ont reporté leur choix sur les candidats du Parti Socialiste.

Ce débat éludé pendant la campagne législative ressurgira à l’UMP lorsqu’il s’agira de désigner le prochain patron qui conduira la bataille des municipales en 2014. Là encore le mode de scrutin qui pousse à la bipolarisation n’a pas aidé.

Si la Présidente du FN, battue par le socialiste Philippe Kemel, n’a pas réussit son pari de gagner dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais à Hénin-Beaumont, l’entrée au parlement de trois membres de l’extrême-droite, dans un scrutin majoritaire à deux tours constitue pour le Front National une réussite indéniable qui va peser dans le débat durant le quinquennat.

De même il faut s’attendre à ce que cette incursion du FN ne soit sans conséquences à l’UMP où certaines figures n’ont pas fait mystère de leurs proximités idéologiques avec les thèses frontistes. Il reste toutefois que les plus en pointe des candidats UMP sur cette ligne, Nadine Morano à Toul et Claude Guéant dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, ont été battus.

 

melenchon-henin-beaumont_scalewidth_630.jpgLa nette victoire, à ces élections législatives, du Parti Socialiste le dispensera de la nécessité d’être appuyé au Parlement par la gauche radicale de Jean-Luc Mélanchon dont les positions à la fois sur l’Europe et sur l’économie sont assez difficilement compatibles.

 

1504910_201106109877487-1_298x224.jpgIl en est de même pour les Verts qui, malgré un accord de gouvernement passé en échange de circonscriptions gagnables, ne semble pas très décidés à se comporter en alliés loyaux – l’épisode de la dépénalisation du cannabis entre les deux tours et les récentes déclarations de Noël Mamère à propos du vote des étrangers en sont les symboles représentatifs.

L’ensemble des ministres du Gouvernement Ayrault qui se sont 3470413227.jpgprésentés ont été élus confortablement avec une mention particulière pour Marie-Arlette Carlotti qui s’est imposée dans la 5ème circonscription des Bouches du Rhône, à Marseille face à Renaud Muselier et Stéphane Le Foll qui est allé s’imposer dans la 4ème circonscription de la Sarthe l’ancien fief de François Fillon.

Un regret

La défaite de Ségolène Royal dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime restera comme une ombre sur la victoire du PS.

Battue par un dissident socialiste arrivé derrière elle au 1er tour, la Présidente de la Région Poitou-Charentes a été victime d’une « arnaque politique » – « une trahison politique » a-t-elle dit – qui ne bénéficiera à personne tant elle décrédibilise ceux qui l’ont ourdie.

Olivier Falorni, qui a bénéficié de la complicité active des dirigeants de la droite charentaise, ne doit son élection qu’à un report massif de voix de l’UMP et de l’extrême droite, ne siègera pas au sein du groupe socialistes pas plus qu’il ne pourra se prévaloir à terme d’un quelconque nouveau soutien de l’opposition. Sa carrière est largement compromise.

Il restera à jamais celui qui a fait mieux, dans cette législative 2012, qu’Eric Besson dont on se souvient qu’il fut ce membre félon de l’équipe Royal qui avait rejoint Nicolas Sarkozy en pleine campagne présidentielle en 2007 pour le prix d’une charge ministérielle.

h-4-2061491-1295541115.jpgSégolène Royal ne présidera pas l’Assemblée Nationale. Certains caciques du PS comme Lionel Jospin, Laurent Fabius ou Philippe Marchand s’en réjouiront peut-être. Ses concurrents de droite en Poitou-Charentes probablement aussi. Ils ont tord car Ségolène Royale, seule femme en France à d’être hissée jusqu’à une finale présidentielle, en avait les qualités.

Et maintenant

La victoire est nette, sans bavure. La question est désormais de savoir ce qu’il en sera fait.

 

media_xll_4913089.jpgFrançois Hollande a en main toutes les cartes pour mettre en œuvre son programme. Il dispose d’amis sûrs tant au Sénat qu’au Palais Bourbon pour faire avancer le changement. La campagne législative est terminée, l’opposition est semble-t-il décidée à remplir son rôle de façon constructive et intelligente. La voie pour agir en formant des majorités d’idée est ouverte. Elle peut  être une méthode pour agir et rassembler.

Les Français qui lui ont fait confiance, d’abord en l’élisant Président de la République puis en lui accordant une majorité absolue ne lui pardonneraient pas de ne pas honorer le mandat qu’ils lui ont accordé.

En 1981 François Mitterrand et ses amis avaient promis de changer la vie, il ne leur a pas fallu longtemps pour changer d’avis et se couler dans le moule du politiquement correct à la fois bruxellois et atlantiste.

En 2012 sans vouloir nier les contraintes des crises qui secouent la planète, mais aussi celles de la France – hollande.jpgdésindustrialisation, dette publique, déficit budgétaire, déficit commercial, chômage,  santé, environnement, transition énergétique – François Hollande doit, car il en a les moyens, imposer une voie social-démocrate nouvelle en Europe à ceux des dirigeants qui ne cessent de soutenir un modèle économique qui pour l’heure fait payer aux plus faibles et à la nature les dégâts d’une crise qui ne profite prioritairement qu’aux spéculateurs.

Pour conduire le changement dans la justice que les Français attendent, il faudra, par exemple, faire comprendre à la 3709284.jpgChancelière allemande mais également au Premier Ministre anglais, que le Président de la République française n’est pas un caniche que l’on ballade lors des réunions internationales ou un velléitaire à qui l’on peut imposer de se renier un mois après avoir été élu.

Plus qu’un chef de file des pays du Sud de l’Europe nous attendons de François Hollande qu’il agisse, face à la mécanique implacable des maîtres de la City, de la justice-300x200.jpgBundesbank et de Wall-Street, comme un dirigeant responsable qui impulse, en Europe et sur la scène internationale une politique de non alignement qui privilégie le sort des hommes et des femmes ainsi que celui de la nature avant celui de la folie spéculative actuelle des banques et les multinationales.

Saura-til le faire ? Pourra-t-il le faire? C’est le pari que nombre de nos concitoyens ont tenté en renvoyant Nicolas Sarkozy à ses amis du MEDEF, à ses futures entrevues avec la justice et à ses réunions au Conseil constitutionnel.

1693608_02-france-overseas-fire-69_140x80.jpgLa réussite est impérative car au bout d’un nouvel échec pointerait à coup sûr la révolte populaire et le museau pourri des dictatures et de la guerre.

La responsabilité est lourde. Le défi est exaltant. Le courage et l’abnégation sont nécessaires ainsi que l’unité et le rassemblement des forces citoyennes. 

24/08/2011

Affaire DSK: le buzz des camarades socialistes !

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, Le procureur Cyrus Vance a décidé d’abandonner les poursuites pénales contre DSK et le juge Michael Obus a confirmé ! L’ancien directeur général du FMI est désormais libre et le buzz socialiste fonctionne désormais à plein !

 

Les éléphants du PS se précipitent sur chaque micro qui se présente et y vont de leur commentaire pour exprimer joie et soulagement.

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, Comme si rien ne s’était passé au Sofitel de New-York au mois de Mai de cette année, les uns et les autres se lâchent et caquettent. Seul Laurent Fabius observe une certaine discrétion gênée.

 

Harlem Désir parle d’un «heureux dénouement», François Hollande se dit « très réjouis », Jean-Christophe Cambadélis qualifie la décision de non poursuite des charges de «dénouement positif».

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, Quand à Bertrand Delanoë, lui n’y va pas par quatre chemins, il souhaite tout simplement «que la voix désormais libre de Dominique Strauss-Kahn puisse contribuer au moment et sous la forme qu’il choisira, à l’effort collectif pour le progrès et la justice, en France et en Europe».

 

Tout comme André Vallini, son successeur à la mairie de Sarcelles,  qui de son côté a déclaré sur LCI « je pense que dans les mois et les années qui viennent DSK va pouvoir à nouveau jouer un grand rôle dans la vie politique française ».

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, A les entendre tous, l’ancien directeur général du FMI contraint à la démission serait «blanchit». Pour le PS c’est terminé,  la boite est refermée, le rideau est tiré, il n’y a plus d’affaire DSK il faut regarder devant  et attendre que la vedette américaine se pointe pour le show médiatico politique de la rentrée!

 

On en arrive même à se demander, les camarades socialistes, ont –ils encore les pieds sur terre ?

 

Car en réalité rien n’est plus faux que de déclarer DSK «blanchit». En effet, dans le système pénal américain l’abandon des charges au pénal ne signifie aucunement que l’accusé est innocent des faits pour lesquels il a été interpellé et mis en examen.

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, La défense a tout simplement trouvé une faille dans le comportement de Nafissatou Diallo. Faille qu’elle a exploitée au bénéfice de Dominique Strauss-Kahn. Un doute suffisant s’est installé – ici a été mise en cause la crédibilité de la plaignante – qui a conduit le procureur à abandonner les poursuites.

 

« Nous n’avons pas confiance en elle pour dire la vérité si elle devait témoigner»  à écrit Cyrus Vance dans son rapport de 25 pages remis au juge Michael Obus. Dans ce rapport est indiqué qu’une relation sexuelle précipitée entre DSK et Nafissatou Diallo a bien eu lieu mais que les éléments matériels, en possession des services en charge du dossier, ne permettent pas «d’établir de manière indépendante» que cette relation a été «forcée».

 

En d’autres termes le procureur a jugé qu’il n’avait pas suffisamment de preuves tangibles pour réunir l’unanimité des douze membres du jury  pour condamner l’ex patron du FMI. La décision de ce mardi ne dit rien d’autre.

 

Au terme du premier acte de ce formidable bras de fer judicaire entre une jeune femme de chambre du Bronx et une haute personnalité politique et médiatique de Washington l’emballement médiatique tend désormais à faire de la plaignante une accusée commode.

 

Si la « chasse » impitoyable des médias, américains et français, contre DSK mérite d’être dénoncée pour ce qu’elle a eu de détestable, les déclarations actuelles des principaux ténors du PS, relayées par les grands medias, ont ceci de particulièrement indécent qu’elles contribuent à faire de Nafissatou Diallo une affabulatrice cupide dont le seul souci serait de se faire «de la monnaie» sur le dos d’un « honorable et brillant» personnage dont ils font mine de ne pas connaître les questions que soulèvent certains de ses débordements.

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, Bref de supposée victime la jeune guinéenne est devenue comme la principale accusée de cette minable affaire de mœurs newyorkaise.

 

Est-il besoin de rappeler qu’en démocratie et en république la parole d’une jeune femme de chambre est censée valoir le même poids que celle d’un homme politique rompu aux affaires et capable de construire un plan média pour faire profil bas et passer à travers les gouttes.

 

Pour mémoire, et à destination de ceux qui l’auraient déjà oublié. Il y a quelque temps dans un diner pour fêter sa mise en liberté sous contrôle, DSK s’offrait des pâtes aux truffes à 700 dollars.

 

Hier, le même, pour fêter l’abandon des poursuites engagées contre lui, s’est laissé filmer, avec une petite dizaine de personnes – amis proches et membres de sa famille –  dans un restaurant italien où, une caméra complaisante nous l’a montré sur BFM-télé, l’assiette est à la carte à 25 dollars.

 

Crédible le comportement de Dominique Strauss-Kahn? A chacun de décider.

 

DSK, Cyrus Vance, Michael Obus, Bronx, Fabius, Delanoë, Hollande, Vallini, Nafissatou Diallo, Harlem Désir, Jean Christophe Cambadélis, FMI, En tout état de cause et quoi qu’en disent les camarades socialistes, les Français n’ont pas finit d’entendre parler de l’affaire DSK. L’acte 2 est engagé avec la plainte au civil lancée par les avocats de Nafissatou Diallo devant un Tribunal du Bronx.  

 

Cette plainte en effet ne verra pas son aboutissement avant au moins deux ans, sans compter les dossiers collatéraux que l’avocat de Nafissatou Diallo ne va manquer de faire apparaître au grand jour.

27/05/2011

D'une cellule de 6m2 à une résidence de 600m2

50373_imf-chief-dominique-strauss-kahn-appears-in-manhattan-criminal-court-during-his-arraignment-in-new-york.jpgEn attendant le 6 juin où il devra comparaitre pour répondre aux accusations de crimes sexuels qui ont été portées contre lui à New-York, Dominique Strauss-Kahn, ancien candidat socialiste à la candidature pour l’élection présidentielle de 2012, ex directeur général du FMI, à quitté le petit appartement de 100m2 où il avait élu domicile et où visiblement il n’était pas le bienvenu, pour s’installer dans une luxueuse résidence d’un quartier riche de Manhattan-Sud.

La bicoque – 632 m2 –, d’une valeur de 14 millions de dollars (source TF1) comprend pas moins de 4 chambres, une douche à jets multiples, un jacuzzi et une salle de cinéma. On parle d’un loyer mensuel de 50000 dollars soit 35000 euros!

Arrêté le 14 mai 2011, présenté à un Juge, puis inculpé, DSK avait passé plusieurs nuits dans une cellule de 6m2 à la prison de Rickers Island avant d’être libéré contre une caution d’un millions de dollars et assigné à résidence sous haute surveillance policière.

402883_brafman_460x306.jpgAujourd’hui le voilà installé comme un nabab, aidé par une équipe de plusieurs avocats, dont au moins un à 500 euro de l’heure d’honoraire, d’une équipe d’enquêteurs privés et du soutien d’un staff de communication de haut niveau pour préparer sa défense.

Si à juste titre il faut garder à l’esprit que tant qu’une condamnation n’a pas été officiellement prononcée pour les faits qui lui sont reprochés, Dominique Strauss-Kahn est innocent des accusations portée contre lui par la jeune réfugiée politique femme de chambre à l’Hôtel Sofitel de New-York, on ne pet pas s’empêcher de constater qu’il fait preuve d’une indécence coupable et de provocation notoire.

Avec cet étalage de fric et de luxe c’est, comme s’il nous jetait à la figure: j’y mettrai le pognon qu’il faut et je serai blanchi. Je vous emmerde brave gens!

Quelle puante arrogance! D’autant plus puante qu’elle émane d’un leader politique soutenu par un parti sensé soutenir la cause des plus faibles et des plus démunis.

vaseline250.jpgIl n’y a, d'ailleurs, rien de nouveau sous le soleil. En d’autres temps un autre pseudo-socialiste – Laurent Fabius pour ne pas le nommer – alors ministre du budget en 1981, avait fait voter une loi pour exonérer de droits fiscaux les œuvres d’art. Une mesure dont chacun peut comprendre qu’elle visait d’abord à soutenir le pouvoir d’achat de ceux qui avaient voté pour «Changer la Vie».

Plus grave encore tous ces leaders du Parti Socialiste qui n’ont pas le courage d’émettre la moindre critique, à croire qu’au fond rien ne les sépare du monde bling-bling du Fouquet’s tant choyé par Nicolas Sarkozy et ses amis Bolloré et compagnie.

1816300.jpgIl est vrai que Martine Aubry Première Secrétaire du Parti socialiste, soutenue par Laurent Fabius qui en ce moment ne tarit pas d’éloges pour la future «Présidente de la République, trouve très à son goût la très libérale Christine Lagarde, ministre américaine UMP, pour remplacer son ami socialiste DSK à la direction du FMI.

La boucle est bouclée, entre PS et UMP c’est un jour chef de l’opposition, un jour chef de la majorité, mais toujours chef d’une France moyenne qui n’en peut plus d’être traitée comme de la valetaille tout juste bonne à se prêter au jeux démocratique pour ensuite subir les abandons de ces soi-disant représentants du Peuple. Le plus fâcheux dans tout cela est que ces irresponsables nous amèneront le FN au pouvoir et trouveront l’audace de s’en prendre à ceux qui à force d’être bernés n’auront plus la force morale de résister

gauche5.jpgPlus que jamais, dans la perspective des élections présidentielles de 2012, notre Pays a besoin d’un rassemblement pour une nouvelle majorité émancipée et indépendante des appareils UMP et PS en capacité de proposer une plateforme Humaniste Ecologiste et Républicaine.

02:38 Écrit par Bernard FRAU dans 12. Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dsk, ps, ump, fabius, aubry, fmi, christine lagarde | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

17/11/2010

François Fillon: le retour de piste

François Fillon fort de sa popularité chez les parlementaires de l’UMP qui, manifestement, souhaitaient le voir poursuivre dans sa fonction, avait donné le ton en déclarant: «il faut garder le cap». Nicolas Sarkozy a choisit de l’écouter et de le reconduire à son poste de 1er ministre. Du coup Lagarde reste à l’économie et Hortefeux à l’intérieur.

Exit, après la forte agitation automnale de la réforme des retraites, l’idée d’amorcer un virage social en faisant entrer à Matignon le centriste-écologiste Jean-Louis Borloo.

Comme pour marquer encore plus sa volonté de porter le clivage droite/gauche à ses limites, le Président a mis fin à l’ouverture. Bernard Kouchner et Fadela Amara ont été renvoyés à leurs études et du coup le retour de Xavier Bertrand et d’Alain Juppé apparaît comme une porte qui se referme en claquant au nez des centristes évacués du gouvernement.

Accessoirement ce remaniement a permit au Chef de l’État de faire un peu de nettoyage, ce n’est pas le printemps mais tout de même. Rama Yade la ministre au verbe un peu s’en est allée et le pauvre Eric Woerth qui porte comme une croix «l’affaire Béthencourt et ses développements politico-financiers» a été sacrifié.

La réduction tout azimut des déficits reste la priorité, comme le durcissement de la politique de sécurité. Le tout assorti, à grand renfort de communication, d’un peu de poudre aux yeux en direction de personnes âgées. Nicolas Sarkozy est reparti en campagne électorale.

Dans l’autre camp quelles sont les réactions?

«Tout ça pour ça» a déclaré celle qui préside aux destinées du PS pour le compte de Laurent Fabius, l’ancien «plus jeune premier ministre que François Mitterrand avait donné à la France».

Faute de proposer au Français des solutions concrètes pour les sortir des difficultés dans lesquelles ils sont plongés en raison de la crise financière mondiale, la dame de Lille s’en est tenue aux habituelles formules creuses à forte connotation électoraliste: «Je fais le même constat que tous les Français: tout ça pour ça. Plus que jamais, nos concitoyens le savent, le vrai changement aura lieu par leur vote en 2012", a-t-elle péroré devant les caméras de télévision. Et comme si cela ne suffisait pas elle a ajouté "Ce remaniement, c'est le renforcement de mainmise de l'UMP-RPR sur tous les leviers du pouvoir».

Les Français sont las de ces déclarations à l’emporte pièce qui n’apportent strictement rien à l’amélioration des conditions de vie qui sont les leurs. Les Français sont blasés de ces joutent oratoires et de ces campagnes électorales où la droite et la gauche s’affrontent en faisant semblant de n’être d’accord sur rien alors qu’ils partagent l’essentiel tant sur les diagnostics que sur les solutions à mettre en œuvre.

La réalité est celle-là, Nicolas Sarkozy dans la perspective de 2012 a choisit de renforcer son image d’homme de droite tout en légitimant la posture de gauche des leaders socialistes. Ils sont en quelque sorte copains comme cochons! C’est triste mais c’est ainsi.

Alors que reste t-il à faire dans ces conditions?

S’il est une chose positive dans ce remaniement ministériel, celle-ci réside dans le fait que le choix délibéré du chef de l’État de renforcer le bipolarisme droite/gauche, ravageur pour le pays, ouvre cette fois, à cause de l’éviction des centristes du gouvernement, un véritable espace politique où républicains authentiques, centristes émancipés des deux bords et écologistes non alignés peuvent se retrouver et construire une puissante alternative de changement.

Les 18 mois qui nous séparent de l’élection présidentielle sont largement suffisants pour jeter les bases d’une telle dynamique et la porter à la victoire politique en 2012. Les différentes personnalités de chacune de ces sensibilités sauront-elles passer outre leur intérêt individuel pour aller servir l’intérêt général?

La question leur est désormais posée. Les conditions sont réunies pour faire avancer cette idée car les Français, dans leur grande majorité sont murs pour la soutenir: renvoyer dos à dos le PS et l’UMP. Il ne faudrait pas une fois encore les décevoir, faute de quoi c’est aux sirènes de l’extrême-droite qu’ils finiront par confier leur destin.

00:56 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fabius, borloo, fillon, sarkozy, centristes, républicains, Écologistes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

16/09/2009

Grève des transports en commun dans l’Agglo de Rouen

photo_4vign_tcar.jpgLes transports en commun sont complètement bloqués ce matin à Rouen à la suite d'une grève déclenchée à l’initiative de la  CGT concernant les conditions de travail et des salaires.

Selon une source AFP, le trafic était nul dès 8h00 du matin sur l'ensemble du réseau TCAR –  Transports en Commun de l'Agglomération Rouennaise groupe Veolia environnement –. Le mouvement touche à la fois la partie métro et la partie bus, selon la direction.

Des mesures prises par la direction en 2007 concernant les conditions de travail des agents qui ne sont pas appliquées, selon la CGT. "Elles prévoyaient la réduction des amplitudes de travail ou encore l'abandon des services discontinus qui désorganisent la vie des chauffeurs", a précisé Jean-Claude Blot délégué CGT.

Les questions de conditions de travail et de sécurité des agents de conduite du réseau métro-bus ne sont pas nouvelles et chaque usager du réseau peut s’étonner de les voir réapparaître alors même que des engagements ont été pris et que les problèmes étaient en principe réglés.

627830_photo-1252082470305-1-0_150x113.jpgLe transport collectif dans les 45 communes de l’Agglomération de Rouen  - 411000 habitants – est de la compétence de la Communauté de l'Agglomération Rouennaise, présidée par Laurent Fabius.  A l’initiative des élus du Parti Socialiste cette compétence a été transférée, au moyen d’une délégation de service public,  à la TCAR, société de droit privé dont le financement est très largement assuré par des fonds publics !

En effet, la TCAR, filiale du Groupe international  Veolia environnement, outre les recettes dues à la vente des titres de transport au public, reçoit le montant correspondant de la taxe transport indexée sur les charges salariales des  entreprises de l'agglomération, soit plus des 2/3 de ses ressources d’exploitation.

 

L’Alliance Ecologiste Indépendante de Haute-Normandie déplore :

 

ð      le manque de négociation avec les syndicats qui a conduit à ce mouvement de grève

ð      le préjudice fait aux usagers qui ont du se priver d’un  service qu’ils payent  directement et indirectement

 

L’Alliance Ecologiste Indépendante de Haute-Normandie demande à Laurent FABIUS   Président de la Communauté de l'Agglomération Rouennaise, Député de la 4e circonscription de Seine-Maritime, Premier Adjoint au Maire de Grand-Quevilly :

 

ð      Les raisons qui ont conduit la TCAR à ne pas mettre en application les mesures prises en 2007

ð      Les raisons pour lesquelles la Communauté de l’Agglomération Rouennaise, n’a pas été en mesure de débloquer la situation après le préavis de grève déposé par la CGT.

ð      De prendre ses responsabilités pour assurer à l’avenir un fonctionnement normal continu du service public des transports dont la Communauté de l'Agglomération Rouennaise est responsable.

ð      D’envisager un retour à la gestion par les collectivités locales du service public du transport de l'agglomération.

*source photo site TCAR - logo PS -

16:51 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fabius, cgt, tcar, service public, transport, sécurité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

21/07/2009

AIX en PROVENCE

6094632.jpgAix en Provence reste de peu à droite !

Avec un peu moins de 200 voix  de plus que son concurrent socialiste, Maryse Joissains-Masini sort victorieuse du 2ème tour de l’élection municipale provoquée à la suite de l’invalidation, par le Conseil d’Etat, de l’élection de 2008. Elle recueille 19484 suffrages (50.39%) contre 19178 (49.60%) socialiste

 

Une forte poussée de la mobilisation, entre les deux tours – près de 4500 voix -, permet donc à la majorité présidentielle de garder la Mairie de la 2ème ville du département des Bouches du Rhône.

 

Maryse Joissains-Masini, maire sortante, a gagné face à une opposition qui allait du NPA de Besancenot au Modem de François Bayrou en passant par le bloc de l’ex-gauche plurielle PS/Verts/PCF.

 

Les Aixois doivent se féliciter de voir que la stratégie mise en œuvre par la collection des oppositions réunies sous la bannière du tout sauf « Joissains-Masini » n’ait pas abouti. En effet chacun peut s’interroger sur la cohérence des décisions politiques de gestion au quotidien de la Ville d’une équipe dont les options idéologiques partisanes sont aussi éloignées.

 

Mauvais perdant, calquant sa démarche sur celle de son leader Laurent Fabius, l’homme à la motion de censure inutile, le candidat socialiste à la Mairie d’Aix annonce qu’il va encore déposer un recours, espérant ainsi faire tomber son adversaire victorieux lors d’une nouvelle élection partielle.

 

Tout ceci est loin des enjeux futurs, les prochaines élections pour la direction des Régions de notre pays, et ne présente qu’un très petit intérêt au regard des enjeux économiques, sociaux et écologiques dont il sera question en 2010.

 

Ce qui vaut pour la Ville d’Aix en Provence vaut pour les prochaines élections Régionales. La très courte victoire de Maryse Joissains-Masini montre qu’il est envisageable de faire basculer un certain nombre des 21 Régions actuellement détenues par le bloc Vert/PS/PCF !

 

Dans cette élection aixoise les Mouvements Indépendants Ecologistes ou Centristes n’étaient pas présents.

 

Il est fort à parier qu’ils seront de la partie  qui se jouera en 2010 et qu’ils se présenteront unis devant les électeurs, dotés d’un programme solide pour des Régions modernes, vivantes, dynamiques et  soucieuses de préserver leur identité ainsi que leur patrimoine  naturel.

 

Les marges de manœuvre pour les 2 camps, l’UMP et le bloc Vert/PS/PCF,   sont étroites, les réserves de voix étant particulièrement faibles de chaque côté, l’issue du prochain scrutin est sans doute encore incertaine.

 

Pour l’UMP, en Haute-Normandie, le pari est assurément gagnable, tant dans cette région la majorité en place y pratique une politique pâlotte et  peu ambitieuse au regard des forts potentiels sur les quels elle pourrait s’appuyer! On ne peut pas tailler à Laurent Fabius un fief sur mesure et en même temps avoir une grande ambition pour la Région

 

L’heure est donc aux rencontres exploratoires,  aux évaluations des risques d’échecs, à la mise en œuvre d’orientations programmatiques en vue de dégager les cohérences nécessaires à la bonne gouvernance de la Normandie.

 

L’indépendance n’est pas l’isolement, le dialogue n’est pas la soumission. L’alliance Ecologiste Indépendante sera, dans la période qui s’ouvre, attentive à faire en sorte que puissent être réunies les conditions d’un partenariat constructif et solide dans l’intérêt de la Haut-Normands

 

 

19:08 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fabius, ump, gauche plurielle, verts, modem | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

08/07/2009

Michel Rocard

La deuxième gauche ralliée au sarkozysme ?

Michel Rocard, le socialiste mal aimé chantre de la deuxième gauche, social-démocrate, Ancien premier ministre de François Mitterrand vient d’accepter de co-présider avec Alain Juppé la commission chargée de proposer des priorités pour le Grand Emprunt que Nicolas Sarkozy a prévu pour 2010.

Ainsi le Président de la République continue d’appliquer la méthode choisie pour l’exercice de son mandat : l’ouverture à ceux qui, sans abandonner les idéaux qui sont les leurs, n’ont jamais fait mystère de leur volonté sans faille de contribuer à la marche des dossiers du pays.

Michel Rocard est de ceux-là, et ce n’est pas une surprise que de le voir accepter, à un moment particulièrement difficile de la situation mondiale auquel la France n’échappe pas, une mission dont les enjeux sont particulièrement importants !

Michel Rocard s’est-il, pour autant, rallié au Sarkozysme ? La question ne devrait même pas se poser, tant la rigueur, l’honnêteté intellectuelle et la liberté d’esprit dont il a fait preuve durant sa longue carrière politique plaide en sa faveur aujourd’hui !

Non Michel Rocard ne s’est pas rallié au Sarkozysme! En répondant favorablement à l’invitation du Président de la République, Michel Rocard ne fait que témoigner de sa fidélité d’homme d’état au service des intérêts du pays et de nos concitoyens.

Les réactions peu amènes, voir insultantes, que suscitent cette nomination, de la part de ceux qui, encore hier se présentaient comme des amis de Michel Rocard, ne sont pas de mise, surtout après la lourde défaite que le PS vient de subir aux élections européennes (cf. les commentaires sur les blogs) !

Sa compétence ne peut pas être mise en doute, sa longue expérience des dossiers difficiles lorsqu’il était au Plan sont des atouts pour réussir dans la mission qui lui échoit.

« Entre le marché et le plan il y a le socialisme » s’était exclamé en avril 1979, à la Tribune du Congrès de Metz, Laurent Fabius, le pourfendeur de la « deuxième gauche » qui aujourd’hui va  défendre la motion de censure socialiste contre la politique du gouvernement Fillon. Cette troisième motion depuis mai 2007 n'a pas plus de chance de renverser le gouvernement que les précédentes, car le PS est largement minoritaire à l’Assemblée.

On peut, à bon droit, se demander à quoi sert, cette motion « spectacle », alors que le PS, englué dans ses querelles d’égo, est dans l’incapacité de proposer aux Français un programme rénové adapté aux enjeux et aux réalités de la France et du monde.

Loin de ces gesticulations inutiles, Michel Rocard de son côté a choisi de travailler. Il va apporter son expérience et son sens de l’Etat au service du Pays !

L’on pourrait à bon droit dans l’état de désagrégation avancée du PS coincé entre les couples  Europe-Ecologie/Modem et Front de Gauche/NPA, « entre le socialisme usé et le marché  il y a Michel Rocard » !

11:30 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ps, fabius, usé, englué | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu