Avertir le modérateur

29/07/2011

Harlem Désir demande à Coppé de dissoudre la "Droite Populaire"

Ce n’est parce que l’on a rien à dire qu’il faut fermer sa grande g……e, nous dit la coutume en matière de combat politique! Pourtant sur certains sujets particulièrement graves, l’on gagne souvent en politique à se taire et à travailler pour ensuite proposer du concret du solide pas du clinquant de bistrot.

 

Le patron par intérim du PS a choisi lui, de l’ouvrir au lieu de se taire.

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Incapable de produire quelques propositions utiles et concrètes que ce soit, le Parti Socialiste  par la voix de son premier secrétaire par intérim a réclamé à Jean-François Copé de dissoudre  le collectif de la quarantaine de députés UMP regroupés à l’Assemblée Nationale, sous l’étiquette « Droite Populaire ».

 

Selon Harlem Désir, ce groupe de députés constitue au sein de la majorité actuelle « un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite ».

 

Harlem Désir accuse le patron de l’UMP de « double jeu, de double langage » en prétendant « continuer à représenter les Valeurs de la République », et « de jouer avec le feu » en soutenant à l’intérieur de l’UMP des initiatives de ce genre.« Il faut arrêter la banalisation des idées de l'extrême droite au sein de la droite républicaine » a déclaré Harlem Désir !

 

Porter un coup d’arrêt à la banalisation des idées de l’extrême droite au sein de la droite  quel républicain conséquent pourrait ne pas être d’accord avec cela ? Sur ce plan là il peut être suivi pour autant que la balance soit équilibrée. La banalisation doit être combattue à droite comme à gauche.

 

Et là le  Premier secrétaire du PS n’a pas, s’agissant de la banalisation de l’extrême droite de leçon de morale à donner. Chacun se souvient qu’en son temps c’est un socialiste, pas n’importe lequel, ami de Bousquet de surcroit, qui en 1986 a permit au FN de compter plusieurs dizaines de Député à l’Assemblée Nationale.

 

A propos de cette injonction de dissoudre faite à l’UMP, on peut se demander pourquoi le Premier secrétaire du parti socialiste ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout. Plutôt que de s’arrêter au milieu du gué, pourquoi Harlem Désir ne demande-t-il pas au Président de la République en même temps que la dissolution du collectif de « la Droite Populaire » celle du Front National de Marine Lepen ?

 

Faut-il comprendre qu’Harlem Désir joue également un double jeu. Double jeu tactique au terme duquel le PS reprocherait à l’UMP des proximités avec l’extrême droite, pas le FN chacun a bien noté les propos, et bénéficierait de la présence de ce dernier aux prochaines élections Législatives et gagner, à la faveur   de triangulaires de second tour, un maximum de sièges à l’Assemblée Nationale.  

 

Le FN dont on ne serre pas la main des dirigeants, que l’on côtoie en ce pinçant le nez mais que l’on tolère et que l’on ménage comme potentiel allié objectif contre la droite dite Républicaine. Faux culs ! Lamentables hypocrites ! Tout cela est abject et contribue à tuer la démocratie.

 

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, s’agissant de la défense des valeurs républicaines, devrait commencer par nettoyer vigoureusement dans ses propres rangs en désapprouvant publiquement et clairement les propos de certains élus Verts, avec lesquels le Parti socialiste entend demain gouverner la France  sur lesquels il y a beaucoup à dire.

 

Sont-ils républicains ces élus Verts qui réclament « une laïcité raisonnée (???) qui reconnaisse la part de l'appartenance ethnique, culturelle, religieuse, linguistique » et qui expliquent qu’« aujourd’hui, avec les guerres, les crises économiques, sociales et écologiques, il est évident que le modèle hérité de nos parents n’est plus apte à répondre aux besoins d’aujourd’hui » ?

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Sont-elles républicains ces personnalités écologistes de gauche qui n’en finissent pas de cracher sur la République « une et indivisible » pour soutenir « mezzo voce » une France fonctionnant sur le modèle anglo-saxon du développement séparé des communautés ?

 

Il est vrai que par ces temps de basses eaux morales, à l’heure où, chaque jour qui passe, l’on nous montre telle ou telle figure du Parti se rendre à l’invitation des Services de Police pour faire la lumière sur les agissements  d’un ex candidat socialiste à la Présidence de la République suite à une plainte pour tentative de viol, il faut faire diversion. Quoi de mieux que de lancer le débat sur le terrain des proximités avec l’extrême-droite des uns ou des autres.

 

A l’heure du drame d’Oslo, à l’heure de la montée des intolérances, des fanatismes et des replis sur soi, les citoyens, la République, sont en droit d’attendre, d’un parti qui prétend vouloir prendre en main les destinées d’un Pays comme le nôtre, un débat d’une autre hauteur et des analyses plus pertinente.

 

Au moment où les menaces d’instabilité générale et mondiale se font pressantes, les minables combats de petits coqs de petites basse-cour auxquels le PS invite les Français, mais la remarque vaut tout aussi bien pour l’UMP contribuent à alimenter cette peste qui monte en Europe et à désespérer les électeurs !

 

En France comme partout ailleurs en Europe ils  attendent de leurs dirigeants, de la dignité, des signes de rassemblement, et des propositions concrète qui puissent les rassurer pour l’avenir et non ces faux débats qui ne les rassurent en rien et surtout dont ils comprennent l’inutilité au point effectivement de se détourner des valeurs démocratiques et républicaines.

 

Il est de la responsabilité des dirigeants politiques de tous bords, de droite ou de gauche, d’être à la hauteur des défis qui se présentent. La généralisation de la montée des extrémismes et les sympathies qu’ils recueillent auprès des classes populaires déboussolées par les ruptures d’un monde devenu imprévisible demandent mesure et travail et conscience.

 

Alors de grâce  Harlem Désir cessez vos jérémiades, mettez votre Parti au travail et arrêtez une bonne fois de prendre les Français que pour des c….

 

26/07/2011

La Norvège pleure ses Morts!

 article_Oslo.jpgVendredi 22 juillet la Norvège a été le théâtre d’actes d’une inqualifiable horreur qui ont fait la désapprobation unanime de l’ensemble des démocraties. Un premier attentat à la voiture piégée a été perpétré à Oslo dans le quartier des ministères contre le bureau du Premier Ministre norvégien, Jens Stoltenberg, ainsi que les bureaux du Ministère des finances.

Puis une fusillade a été déclenchée sur l’île d’Utoeya où se tenait une «convention» de jeunes du parti travailliste. Le bilan est lourd on compte plus de 80 au total dont 7 à Oslo même et au moins 90 blessés. A ce jour le bilan définitif n’est pas connu certain blessés étant dans une situation grave.

Les évènements sont vécus en Norvège selon les propres termes du Premier ministre comme «une tragédie nationale» qui à la télévision norvégienne a déclaré «Personne ne nous réduira au silence avec des bombes, personne ne nous réduira au silence avec des armes à feu».

1552473_3_51c5_les-deux-attaques-du-vendredi-22-juillet.jpgDimanche, en présence du Roi Harald V et du Premier ministre Jens Stoltenberg la Norvège a exprimé sa douleur et a rendu hommage aux victimes. Une cérémonie s’est déroulée en la Cathédrale d’Oslo.

Dès vendredi, après la fusillade, la police a arrêté sur l’Ile d’Utoeya un individu, norvégien «de souche» de 32 ans, suspecté d’être l’auteur des assassinats en masse qui venaient d’être commis. Lors des interrogatoires, les policiers ont eu à faire face à un homme, ancien militant du parti du Progrès, classé à l’extrême droite, qui ne leur a opposé aucune résistance aux convictions effroyablement logiques et déterminées.

9204f1c4-b52f-11e0-a36a-dd017e2fb8cc.jpgDécrit comme un «fondamentaliste chrétien», Anders Behring Breivik reconnaissant les faits pour lesquels il était interrogé a déclaré avoir agit seul. Il a assumé totalement ses actes, son avocat a indiqué aux journalistes qui l’ont questionné: «l considère que c’était cruel de devoir mener ces actions mais que, dans sa tête, c’était nécessaire».

Dans un manifeste publié sur internet sous l’intitulé «Une déclaration européenne d’indépendance - 2083» avait déjà fixé les choses.

20110724PHOWWW00047.jpg«Je serai étiqueté comme le plus grand monstre depuis la Seconde Guerre mondiale», a t-il écrit, poursuivant avec cynisme, «Des innocents mourront dans une telle opération. Tout simplement parce qu’ils seront au mauvais endroit au mauvais moment. Faites-vous à cette idée.» Puis encore et froidement: «Une fois que vous décidez de frapper, il vaut mieux tuer trop que pas assez, ou vous risquez de réduire l’impact idéologique désiré de cette frappe».

L’auteur des ces lignes construites à partir d’une logique impitoyable et mortifère, avait choisi en 2006 de quitter le parti du Progrès, - parti classé à l'extrême-droite - auquel il avait adhéré en 1999, jugeant celui-ci trop ouvert «aux attentes multiculturelles» et «aux idéaux suicidaires de l’humanisme».

Ainsi est Anders Behring Breivik qui souhaite aujourd’hui comparaître devant le Tribunal qui doit le juger, en audience publique et en uniforme. L’homme aurait servi dans l’armée norvégienne. Tel est le sinistre individu qui a endeuillé et ensanglanté la Norvège dans le cadre de ses objectifs dont le but est de mener «Une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes et multiculturalistes d’Europe» et de «repousser, battre ou affaiblir l’invasion islamique en cours, pour avoir un avantage stratégique dans une guerre inévitable avant que la menace ne se matérialise».

«Pour moi, il avait l’air de monsieur-tout-le-monde. Le gars passe partout», a déclaré Emil Finneruo un voisin du monstre qui aurait été en classe avec lui. «Le Norvégien bien propre sur lui que personne ne peut suspecter», a-t-il ajouté. L’habit ne fait pas le moine dit l’adage! La preuve!

Les experts de la police norvégienne ne semblent pas tenir compte de l’affirmation d’Anders Behring Breivik selon laquelle «deux autres cellules», prônant les mêmes convictions que les siennes existent pour lutter contre l’Islam en Europe: «Nous pensons que l’accusé est très peu crédible quand il affirme cela». «Mais on n’ose pas totalement écarter l’hypothèse», a toute fois déclaré un des enquêteurs.

europ-new-extrem.jpgCertes l’idée qu’une organisation solide, dotée de moyens importants et de nombreux militants déterminés «semble» une hypothèse peu probable, mais il n’en reste pas moins qu’un fort mouvement est en train de se développer en Europe à la faveur de l’instabilité générale économique et sociale qui gagne tous les états sans exception avec une tendance lourde en Europe du Nord.

En France les propositions et discours discriminant pas toujours innocents et surtout peu responsables, en ces temps de basses eaux citoyennes et républicaines, participent de ces dérives auxquelles il convient de porter une attention particulière.

Cette affaire norvégienne loin d’être un fait divers – malheureux, scandaleux, sauvage, barbare… comme on voudra bien le qualifier – qu’il suffirait d’attribuer à un illuminé solitaire pour nous en débarrasser doit au contraire nous interpeller et nous conduire à réfléchir et débattre tant au plan philosophique que politique.

marianne_par_Bernard_Buffet-8-85063.jpgEspérons que d’un bout à l’autre du champ politique les responsables sauront nous proposer un éclairage qui sache nous mobiliser en direction de nos valeurs traditionnelles de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu