Avertir le modérateur

31/01/2013

Asssemblée Nationale: examen de la loi Taubira

Le «Mariage pour tous» (1ère partie)

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Depuis hier l’Assemblée Nationale examine le projet de loi du gouvernement dit Loi Taubira qui s’il était voté ouvrirait le mariage aux personnes du même sexe.

Le projet de loi Taubira dit «mariage pour tous» mobilise depuis plusieurs semaines la droite, la gauche, les écologistes, les associations de tous poils, les institutions religieuses, les philosophes, les pros et les antis.

Sans reprendre par le menu  les arguments des uns et des autres, il est quelques arguments qui apparemment n’ont pas, d’un point de vue humaniste et écologiste été suffisamment abordés, aussi il nous a semblé utile ici d’en dire quelques mots.

Toutefois il convient semble-t-il nécessaire de préciser quelques points qui sont incontournables d’un point de vue humaniste et républicain.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Que veulent ceux des homosexuels qui réclament le «mariage pour tous», en remarquant d’ailleurs que tous ne le réclament pas?

A cette question et sans vouloir parler à leur place, il apparaît qu’à travers leurs revendications ceux-ci aspirent à trois choses claires.

D’abord ils revendiquent d’être considérés comme des mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, êtres  humains au même titre que tous les autres, bref ils font valoir un droit citoyen à l’égalité républicaine. Cette première revendication est juste, recevable et ne souffre pas contestation. Pas de discrimination pas de stigmatisation!

Ensuite, ils souhaitent obtenir pour les couples qu’ils sont amenés à former les mêmes garanties civiles et patrimoniales qui sont celles des couples hétérosexuels, notamment en matière de garanties accordées au dernier vivant lors du décès de l’un ou l’autre des conjoints.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Comme la première, cette deuxième revendication est juste recevable et   ne souffre pas contestation. D’un point de vue républicain l’inégalité sur ce point n’est pas concevable.

Troisième revendication, les homosexuels veulent accéder au statut, reconnu aux couples hétérosexuels, de «couples mariés officiellement». 

Cette dernière demande fait débat car pour y faire droit elle nécessite une modification de l’institution du «mariage» qui à ce jour «ne peut être légalement contracté qu'entre deux personnes appartenant l'une au sexe masculin, l'autre au sexe féminin».

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Là encore de quoi il s’agit, d’un point de vue très général, d’assurer à tous les citoyens le caractère universel de l’union de deux êtres qui s'aiment avec les mêmes droits et les mêmes devoirs ?

Pourquoi ne pas y faire droit ? Tout en notant tout de même le paradoxe de la demande des homosexuels qui veulent être reconnus à égalité de droit dans le mariage mais qui n’acceptent pas la condition singulière qui est la leur, comme le font ceux qui veulent que l’on reconnaisse le caractère libre de leur union dans le concubinage par exemple?

En tout état de cause, le «mariage pour tous» ne saurait donc, comme cela a été indiqué précédemment, faire l’objet d’un interdit de quelque ordre que ce soit, dès lors qui s’agit d’acter officiellement l’union de deux êtres qui ont décidés de faire couple et le débat pourrait en rester là.

Sauf que le mariage n’est pas qu’un acte qui ne fait que constater l’union entre deux êtres qui ont décidé de vivre ensemble sous le même toit, il donne aussi et conjointement accès «à la parenté» ce que précisément visent à obtenir ceux des homosexuels qui réclament «le mariage pour tous» et que se propose de leur accorder la Loi Taubira si elle était votée au Parlement, à travers l’ «ouverture d’un droit à l’adoption»!

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, La question fait débat et chaque camp avance à l’appui de ses démonstrations des arguments qu’il juge irréfutables  et qui peuvent ou pas être recevables.

Le développement d’un enfant est-il mieux assuré sous un toit où la mère et le père entre deux séances d’alcoolisme, s’entredéchirent, où le père bat la mère sous ses yeux,  que sous un toit avec deux homosexuels qui prennent soin de lui ?

L’affaire n’est pas tranchée parce que tout simplement la question peut être inversée. L’argument n’est donc pas recevable au nom de l’égalité entre tous, les êtres humains étant tous faillibles par nature qu’ils soient homos ou hétéros.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Quant à la nécessité, pour assurer le développement harmonieux d’un enfant, d’avoir un père et une mère bien identifiés, les conclusions des experts psychiatres sont loin de faire unanimité.

Du coup dans le doute il paraîtrait plus prudent de faire application  du principe de précaution et de ne pas ouvrir un droit à l’adoption dans le cadre du «mariage pour tous»

Mais un train peut en cacher un autre! (2ème partie)

Au-delà de l’accès à l’adoption, dont il généralement reconnu qu’elle est et reste très hypothétique pour les couples homosexuels, la revendication principale de ceux qui réclament  le «mariage pour tous» est le droit au recours à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples féminins et, au nom du principe d’égalité,  le droit au recours à la gestation pour autrui (GPA) en ce qui concerne les couples masculins.

S’il paraît légitime pour une femme et un homme de vouloir recourir à différents procédés médicaux de mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, nature à permettre d'optimiser la fécondité de leur couple, il est en revanche d’un point de vue humaniste et surtout d’un point de vue écologiste parfaitement paradoxal de défendre la nature et en même temps de laisser la possibilité voir s’ouvrir la porte d’une banalisation de techniques médicales qui forcent le caractère naturel de la vie et qui soulèvent des questions de société et de bioéthiques majeures.

Là très clairement il ne s’agit plus de revendication à l’égalité pour tous mais bien de choix de société et de contradiction majeure !

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Ceux qui aujourd’hui pensent en effet que tout est possible, sont en train de préparer un monde où demain les médecins seront transformés en ingénieur du corps humain travaillant à partir de logiciel d’aide au diagnostic et au traitement. 

Un monde curieux  où les hommes et les femmes de demain pourront être issus d’un processus de fabrication à partir d’un catalogue d’éléments type, customisés en fin de gestation.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Poussées par "l'hybris" de quelques savants fous au service d’un argent qui ne s’embarrasse pas de scrupules, la marchandisation généralisée, la technique et la technologie finiront à ce rythme par tout submerger.

La vie, la nature mais également l'homme dans sa dignité et sa respectabilité seront les prisonniers d’un système entièrement artificiel, froid désenchanté et dépourvu de surprise. Un monde abominablement technicisé et informatisé.

Une femme n'est pas un ventre à louer pour permettre à des homosexuels masculins de se payer une filiation à travers une opération qui ne relève que de la technique sans passer par l’acte personnel que la nature a conçu pour permettre aux humains de perpétuer leur espèce.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, "Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence?"(*) 

Un ventre ça se loue comme des bras explique, Pierre Berger à un journaliste! Quel mépris à l’endroit des femmes !!!

A quand, dans le monde de l’égalité pour les homosexuels de Pierre Bergé, le catalogue des 100 bambins en promo de Noël, les cliniques privées et les femmes-ateliers pour les produire?

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Des bébés «comme vous ne les avez jamais rêvés» ! Chacun peut imaginer le contenu des prochaines pubs à la télé quand des Pierre Berger se retrouveront aux manettes de la société.

Lorsque les vannes seront ouvertes rien n'arrêtera le flot de l'inventivité créatrice des machines à «Fric sans Frontière».

Il faut bien être conscient que la GPA ou la PMA et l’eugénisme qui, à coup sûr, découlera de la mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, libéralisation de la mise en œuvre de ces techniques, constituent les prémisses d’un monde où les plus forts et les plus libres, parce que les plus riches, imposeront aux «epsilons» un modèle de société où les valeurs de l’humanisme se seront évanouies et où l’artificialisation totale de la nature sera la figure imposée.

C’est tout ce à quoi cette méchante farce d’un prétendu droit à l’enfant qu’il faudrait accorder aux homosexuels au nom de l’égalité de tous les citoyens dans la république est en train de nous engager.

Le droit à l'enfant est une fiction surtout lorsqu’il est posé dans les termes où veulent le poser les partisans du «mariage pour tous» ! Et puis de quel droit à l’enfant parle-t-on au moment où sur la planète l’éclatement de la démographie constitue une menace écologique majeure.

En revanche, le droit des enfants est lui une réalité incontournable en particulier lorsqu'il s'agit pour eux d’abord de savoir d'où ils viennent – de quel père et de quelle mère biologiques sont-ils les enfants ? – et ensuite du droit à ne pas naître dans un monde sans âme et sans perspective humaine.

Il est étonnant que des écologistes au gouvernement en soient à défendre l’usage de la PMA et de la GPA pour satisfaire des droits auquel la nature pourvoie de façon biologiquement normale.

Ce choix des écologistes au gouvernement est totalement incompréhensible et inconséquent. Toute cette histoire ne constitue pas une avancée mais marquera  à terme, au contraire, un recul de civilisation essentiellement dû à une utilisation perverse du progrès scientifique de la technique.

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Le professeur Jacques Testart, qui en 1982 a permis la naissance du premier bébé éprouvette crie aujourd’hui au casse-cou, il a raison.

Rappelons que la GPA est interdite dans notre pays. Il est en effet précisé dans l'article 16-7 du code civil que "toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d'autrui est nulle".

De plus l'article 227-12 du code pénal prévoie de sanctionner d'une peine de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende "le fait de s’entremettre une personne ou un couple désireux d’accueillir un enfant et une femme acceptant de porter en elle cet enfant en vue de le leur remettre".

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Vendredi dernier une circulaire  rédigée par le ministère de la justice va désormais rendre plus facile la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l'étranger.

En d’autre terme d’ores et déjà sont créées les conditions pour plus tard justifier la régularisation d’une pratique des hommes de recourrir à des mères porteuses à l’étranger en vue d'assurer leur filiation.

La folle machine est lancée et pour l’heure cette affaire c’est «chronique annoncée de  dégâts futurs assurés».

Aurons-nous encore suffisamment de lucidité pour prendre la mesure de la voie dans laquelle notre société est en train de s’engager?

mariage pour tous, égalité pour les couples homosexuel, droit de l'enfant, droit à l'enfant, droit des générations futures, égalité citoyenne et républicaine, loi Taubira, Gestation pour autrui, GPA, Procréation médicalement assistée, PMA, Jacques Testart, Pierre Bergé, eugénisme, Humanisme, écologie, Ecologie politique, gouvernement, Homosexuel, Hétérosexuel, discrimination, stigmatisation, Il ne faut bien sur jamais cesser d’espérer au retour d’une raison enfin repositionnée au juste milieu des possibilités pour les hommes de rester à leur juste place dans le champ immense du phénomène de la vie

Cette question du mariage pour tous méritait d’être débattue dans un cadre plus large pour lui donner sa véritable dimension.

En cantonnant cette affaire à la seule question de l’égalité citoyenne et républicaine pour les homosexuels, question légitime au demeurant, le gouvernement fait passer notre communauté nationale à côté d’un débat éthique important pour le droit des générations futures.

(*) source: http://www.marieclaire.fr/,pierre-berge-pma-gpa-louer-son...

30/05/2012

L’Écologie pour sortir de la crise.

4026073.image.jpgNicolas Hulot vient de lancer un appel sur le site internet Huffington Post. Accompagné de plusieurs intellectuels francophones il s'est adressé aux dirigeants de l'Union Européenne pour leur demander de «restaurer le primat du politique sur la toute-puissance des marchés».

Dans cet «Appel pour une sortie de crise par l'écologie», Nicolas Hulot fait le détail d'un programme écologico-économique. Il fait également part de son «indignation» de voir que cette question incontournable soit aussi peu prise en compte alors que celle-ci revêt un caractère prioritaire dans la perspective du futur immédiat.

Nicolas Hulot après avoir fait le constat des urgences, propose en «écologiste réaliste» des solutions concrètes pour agir et cesser de gémir. Bernard FRAU

Texte de la Tribune

La débâcle économique et écologique à laquelle nous assistons découle de la perte organisée du contrôle des instances politiques sur les grands choix collectifs. L'idéologie néolibérale qui domine en partie le monde politique est fondée sur la croyance, quasi religieuse, en la toute-puissance des marchés; elle marginalise la sphère démocratique.

Or, les conséquences du défaut de régulation, local et global, sont d'ores et déjà dramatiques: les inégalités explosent, les limites des ressources naturelles et la vulnérabilité des grands équilibres qui nous font vivre sont ignorées.

Nous appelons avec force à un éveil des consciences et de la solidarité mondiale, à un sursaut moral de tous. La solution ne peut passer que par le renouveau du civisme et la réaffirmation de la puissance publique.

Au lendemain de l'élection présidentielle, nous appelons:

À la reconnaissance des liens qui unissent les enjeux économiques et écologiques. L'ouverture d'un marché mondial de milliards d'individus, avec pour objectif la réduction des protections et régulations, n'a fait que renforcer les inégalités. Les élites politiques, économiques et financières, en captant la quasi-totalité de la richesse produite ont condamné à la misère les paysans du Sud, et au déclassement nombre des populations du Nord. Si les 30 dernières années ont été caractérisées par une croissance de la richesse produite, elles ont aussi connu un creusement des inégalités sans précédent.

Dans le même temps, une seconde catastrophe est en train de condamner l'essentiel de la population mondiale à des conditions d'existence nettement dégradées. L'élévation de 4°C de la température durant ce siècle, scénario hautement probable, excéderait nos capacités d'adaptation dans un grand nombre de régions du monde. Cela se traduirait notamment par une chute de la production agricole et alimentaire mondiale. Plus généralement, des ressources raréfiées, un climat de plus en plus hostile, une montée inexorable du niveau des mers, etc. ne faciliteront certes pas les activités économiques!

À contrecarrer la puissance court-termiste de la finance mondialisée. Il est temps de contrecarrer l'approche court-termiste des questions d'environnement et de développement. Il faut pour cela renforcer les capacités de régulation de la communauté internationale et lutter à l'échelle des États contre l'impuissance du politique. Force est de constater que sur une planète où le commerce est la fin suprême, c'est toujours le moins-disant social et environnemental qui l'emporte. Les biens circulent et sont consommés sans aucune considération, ni pour les conditions de travail des personnes qui les produisent, ni pour leur impact environnemental global.

À la condamnation de toute vision opportuniste des changements climatiques. Les données régionales de plus en plus précises fournies par les modèles climatiques rendent possibles des stratégies d'adaptation et d'investissement cyniques. Un petit nombre d'acteurs croit ainsi pouvoir tirer profit, au moins pour un temps, des changements en cours en déplaçant au fur et à mesure des opportunités nouvelles leurs investissements.

À une décroissance des flux physiques et à la fin du pillage des ressources naturelles du Sud. Les rapports Nord-Sud ne peuvent pas se limiter à faire envier aux classes moyennes des pays en développement le train de vie actuel des pays riches. Les limites physiques, que nous atteignons aujourd'hui (terres rares et autres minéraux, pétrole conventionnel, etc.) montrent qu'il faut ouvrir d'autres voies. Il est indispensable d'organiser rapidement, en commençant par les pays du Nord et les modes de vie les plus dispendieux, une décroissance des flux physiques sur lesquels reposent nos économies. Il convient de mettre fin au pillage quasi systématique des ressources naturelles du Sud qui prive la majeure partie de la population des conditions de satisfaction des besoins essentiels (eau, énergie, alimentation).

À une réaffirmation de la puissance publique pour sortir de la crise par l'écologie. La décision politique est l'unique voie, à condition d'être respectueuse des règles démocratiques, pour définir un intérêt général qui s'est largement lui aussi mondialisé. Elle permettra de mettre en œuvre une série de mesures indispensables pour réussir la transition vers une économie juste et équitable, sobre et soutenable.

Il est urgent:

D'imposer des règles environnementales et sociales à l'OMC, afin de faire du bien-être social et du respect des limites de la biosphère les principes fondateurs de l'économie soutenable.

De développer des normes financières nationales et internationales contraignantes pour mettre fin aux dérives du système financier et le réorienter vers le financement de l'économie réelle.

De concrétiser l'engagement de solidarité vis-à-vis des victimes des crises écologiques et des populations qui souffrent de l'extrême pauvreté, passant notamment par la mise en place du «Fonds Vert pour le climat » décidé à Copenhague, avec des modalités innovantes de financement et de contrôle de l'allocation des fonds.

De mobiliser la création monétaire publique pour financer la transition écologique et l'adaptation à un monde naturel en cours de changement rapide, mais aussi pour en finir avec la crise de la dette et revenir à l'équilibre budgétaire pour les dépenses courantes.

De faire basculer la fiscalité du travail et de l'investissement vers le prélèvement des ressources, pour asseoir une vraie fiscalité écologique, incitant au changement de comportement.

De réformer l'enseignement de l'économie et de créer au sein des universités des programmes de recherche sur de nouveaux modèles économiques et sociaux compatibles avec une consommation décroissante et équitable des ressources.

De transmettre par le système éducatif des valeurs civiques, de respect des êtres humains et de la nature, conditions au bien-vivre ensemble.

Face aux dérives collectives d'une société de plus en plus individualiste, nous appelons à rendre son rôle au pouvoir politique, démocratiquement désigné et exercé.

Liste complète des signataires:

Yohan Ariffin (Université de Lausanne, Suisse)

Christian Arnsperger (économiste, Université de Louvain, Belgique)

Floran Augagneur (philosophe, Sciences Po. Paris, France)

Guillemette Bolens (vice-rectrice de l'Université de Genève, Suisse)

Nicolas Bouleau (mathématicien, spécialiste de l'économie financière, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, France)

Dominique Bourg (philosophe, Université de Lausanne/vice-président Fondation Nicolas Hulot/ Suisse)

Isabelle Cassiers (économiste, FNRS et Université de Louvain, Belgique)

Gauthier Chapelle (biologiste, spécialiste du biomimétisme, directeur scientifique de Greenloop, Belgique)

Eric Duchemin (environnementaliste, directeur de la revue Vertigo, Université du Québec, Montréal, Canada)

Marc Dufumier (agronome, AgroParistech, France)

Benoît Faraco (Fondation Nicolas Hulot, France)

Augustin Fragnière (environnementaliste, Université de Lausanne, Suisse)

Benoît Frund (géographe, vice-recteur de l'Université de Lausanne, Suisse)

Jean-David Gerber (géographe et politiste, Université de Lausanne, Suisse)

Gaël Giraud (économiste, CNRS, France)

Pierre Henry Gouyon (biologiste, Muséum National d'Histoire Naturelle, biologiste de l'évolution, Paris, France)

Marek Hudon (économiste, professeur à la Solvay Business School, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Alain Grandjean (économiste et co-fondateur de Carbone4, FNH, Paris, France)

Gérald Hess (philosophe, Université de Lausanne, Suisse)

Marek Hudon (économiste, professeur à la Solvay Business School, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Nicolas Hulot (président Fondation Nicolas Hulot, France)

Claire Jaquier (professeure de littérature française, vice-rectrice de l'Université de Neuchâtel, Suisse)

Jean Jouzel (scientifique du climat, IPSL)

Alain Kaufmann (directeur de l'Interface Sciences Société, Université de Lausanne, Suisse)

Etienne Klein (physicien et philosophe, CEA, France)

Pietro Majno (chirurgien, hôpital universitaire de Genève, Suisse)

Jacques Mirenowicz (directeur de La Revue durable, Suisse)

Cécile Ostria (directrice Fondation Nicolas Hulot, France)

Déborah Philippe (sociologue des organisations, Université de Lausanne, Suisse)

Cécile Renouard (philosophe et économiste, Centre Sèvres et ESSEC, Paris)

Philippe Roch (ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement, ancien secrétaire d’État, Suisse)

Adèle Thorens Goumaz (philosophe, conseillère nationale les Verts /VD, Suisse)

Source 1:RTL.CH

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/le-journal-du-matin/?date=29-05-2012

Pour écouter: ctrl plus clic ou

http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/le-journal-du-matin/4010559-nicolas-hulot-plaide-pour-une-sortie-de-la-crise-par-l-ecologie-29-05-2012.html

Source 2 : HUFFINGTON POST

http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-hulot/appel-pour-une-sortie-de-crise-par-ecologie_b_1536597.html

02/04/2012

« Ecologistes Réalistes »: Le choix de l’action positive, en confiance et dans l’ouverture

Le statut de l’écologie fait de celle-ci une science parmi les autres sciences – l’économie, la sociologie, l’anthropologie, l’entomologie…... à ceci près que l'écologie est la science qui théorise la globalité des milieux de vie. Ainsi, l'économie est une partie de l'écologie, l'entomologie ne peut se séparer des lieux de vie des insectes...Ceci implique de facto qu’aucun parti politique ne saurait en revendiquer l’usage exclusif.

declarationdhc.jpgEn 1789 la déclaration universelle décrétait que « tous les hommes naissent libres et égaux »  elle prononçait en même temps un droit naturel à la propriété individuelle dont la justification avait été théorisée en 1690 par le philosophe anglais John Locke. De cette avancée importante est né le libéralisme économique et entrepreneurial.

Mais force a été de vérifier que si  en théorie tous les hommes avaient en droit accès à la possibilité d’être libres tous dans les faits, tous ne peuvent accéder à la propriété, n’ayant à apporter à l’œuvre commune que leur force de travail. De cette dualité et des affrontements qu’elle a produits est né le socialisme.

Jusqu’à une période récente les arbitrages politiques de la gouvernance de l’état résultaient du compromis entre ces deux grands courants – libéralisme et socialisme – l’un s’attachant plutôt à favoriser l’ordre et l’efficacité économique, en voulant « accumuler des richesses », l’autre priorisant le mouvement et l’amélioration du bien-être social, en visant à « répartir les dites richesses. »

A la fin du 20ème siècle l’attention s’est portée sur les terre%20beboy%20Fotolia.jpgdéséquilibres et le mauvais état « écologique » de l’écosystème planétaire et l’impact « destructeur » sur celui-ci d’un modèle de développement sans véritable perspective sur le long terme, assis sur un productivisme compétitif, des objectifs de croissance permanente des productions, une compétition débridée et un consumérisme généralisé.

Cette remise en cause a fait émerger « l’écologie politique » et le concept de développement durable. Il s'agit d'une remise en cause profonde de la place relative de l'homme et de ses sociétés vis à vis du milieu environnant et de la Planète.

Ce courant, au sein duquel se côtoient conservatismes – protection de la nature, de la biodiversité, de la qualité des eaux, de la persistance des forêts, reconquête rurale et préserver la biodiversité et les espaces naturels.jpgpaysanne…… – et progrès – énergies renouvelables, nouvelles relations internationales, nouvelles approches agricoles, nouvelles approches territoriales… – constitue indiscutablement le 3ème pilier incontournable pour la détermination des orientations politiques qui visent à la bonne gestion de la vie des citées et des territoires dans le monde.

Pour autant son implantation durable dans le paysage politique tarde à se réaliser, pire le risque est devenu réel de voir « l’écologie politique » disparaître et se diluer pour n’être qu’une simple variable d’ajustement des politiques d’état ou ne tenir qu’un rôle subalterne de caution plus ou moins respectée pour des partis de gouvernement dans leur lutte pour détenir le pouvoir.

Certes la crise financière, qui n’est qu’un des marqueurs de l’essoufflement du modèle de croissance aujourd’hui dépassé, krach-boursier-crise-boursiere_pics_390.jpga conduit dans l’urgence et la panique ambiante des imprévoyants, à placer au dernier rang des préoccupations les questions qui touchent à l’état écologique de la planète. Pour autant, même si les logiques de court terme se sont imposées les sujets à traiter de façon globale et sur le long-terme demeurent.

Changer de cap, aujourd'hui, est une exigence politique, une exigence citoyenne et surtout une exigence sociétale.

Aujourd'hui, les écologistes, ensembles, doivent choisir le moyen le plus efficace pour entrer de plein pied dans les centres de pouvoir où se tranchent les arbitrages politiques.  Ce choix permettra à ce que leur poids citoyen les fassent peser réellement pour le nécessaire changement de cap, obligatoire en regard de l’évolution des conditions démographiques, climatiques et géopolitiques de la planète.

Elle suppose d'abandonner définitivement les oppositions de principe et les approches punitives et catastrophistes qui trop longtemps ont rythmé le discours de quelques leaders verts qui au final ont sacrifié ce qu’ils avançaient comme des convictions profondes pour des sinécures personnelles rémunératrices.

Changer de cap exige d'ouvrir un champ de débats et de dialogues avec les autres ceux des 1er et 2ème piliers, pour dégager des convergences, déplacer les lignes, créer des Nymphosis02 Paskua la métamorhose.jpgpasserelles et faire avancer concrètement des solutions réalistes et adaptées aux défis qui s’imposent à tous – citoyens évoluant dans le privé comme dans le public ou le militaire, syndicalistes patronaux et ouvriers, membres des secteurs associatifs, éducatifs, scientifiques, sanitaires et sociaux, cadres de grande entreprises comme dirigeants de Pme et Tpe dans le milieux industriel ou agricole.

La transformation du modèle de développement est affaire du plus grand nombre et nécessite de bien se convaincre que l’Alliance de l’Ecologie de l’Economie et du Social n’est pas une alliance contre nature mais bien la condition impérative de la réussite du changement et d’un saut bénéfique dans la nouvelle modernité.

Il faut aujourd'hui passer à un modèle de développement du bien être plutôt que du consumérisme, à un modèle qui parle de partage des ressources, plutôt que de richesses, que l'on veuille les accumuler ou les répartir.

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen doit s'enrichir de la notion de partage de ressources de notre Planète.

Michel Rocard en nous invitant, dans la recherche de nouvelles régulations, à nous rappeler d’être radicaux dans nos manières de penser indiquait récemment que « La société de demain sera moins marchande et moins cupide », nous affirmons qu’elle devra aussi être plus écologiquement responsable.

Après le 6 mai quelque soit le vainqueur du scrutin, celui-ci aura besoin de s’appuyer sur un programme de gouvernement équilibré où les trois composantes de la gouvernance de l’état devront avoir voix au chapitre.

image.pngPour l’Ecologie Politique l’heure est à la refondation urgente afin d’être en mesure de répondre présent sur la base des maître mots ouverture, réalisme, confiance lucide et pragmatisme.

Contribution: Bernard FRAU et Jacques MARET

17/04/2011

Après la déclaration de candidature de Nicolas Hulot

Nicolas-Hulot_pics_390.jpgAprès la décision du Conseil Fédéral d’EE-Les Verts de positionner la désignation de son candidat(e) à la présidentielle en juin dans le cadre d’un corps électoral fermé, Nicolas HULOT, après avoir fait mine d’être très en colère, a finalement annoncé mercredi 13 avril, depuis Sevran, sa candidature à la présidentielle de 2012.

Le flou volontairement entretenu sur sa participation aux primaires dans le cadre fixé par EELV, sur ses intentions pour le second tour, sur son absence de mention à propos du nucléaire, ont fait que le buzz médiatique a bien fonctionné. Quatre jours plus tard, chacun ayant exprimé son point de vue, la pression quelque peu retombée il devient possible de mieux situer le champ dans lequel va se jouer cette candidature.

D’abord, il ne faut pas se laisser abuser, la mise en scène de la rivalité Joly/Hulot est là pour permettre à EELV d’occuper le terrain médiatique. Il est clair que se dessine un compromis au terme duquel cette pseudo rivalité va être remplacée par un ticket des deux 653377.jpgprotagonistes réunis appelant tous les Écologistes à rallier la bannière EELV. «Cher Nicolas, tu es attendu chez nous. Tu as toute ta place», a même déjà lancé Éva Joly dans une interview donnée au quotidien La Croix.

Ensuite il ne fait pas de doute, qu’en l’état, cette candidature s’inscrit dans un plan de ralliement de second tour au candidat de gauche.

En effet la déclaration du candidat Hulot – «Soyons clairs : je le dis sans dogmatisme ni agressivité, le projet d'un nouveau modèle de développement est de mon point de vue incompatible avec les politiques que le pouvoir en place et sa majorité développent en France» – est on ne peut plus limpide. Ce que confirme la suite du propos qui d’ailleurs n’est là que pour indiquer que les négociations continuent en vue de finaliser l’accord de législature – Cela ne vaut pas pour autant blanc-seing pour ceux qui, à gauche ou au centre, se proposent de diriger le pays –

2109_Aubry_inside.jpgIl faut reconnaître que la manœuvre est intelligente, elle permet à l’animateur de télévision de rentrer dans le rang sans le dire tout en continuant de faire croire à l’indépendance de sa candidature.

Toute intelligente qu’elle soit cette manœuvre est partie intégrante du choix d’un parti, EE-Les Verts, qui dès le lendemain des élections européennes s’est acharné à contre carrer toute possibilité de voir émerger un projet d’écologie politique alternatif aux modèles PS et UMP qui se succèdent, depuis 60 ans, au gouvernement de notre pays au service du productivisme et de la mondialisation financière.

A l’heure où, pour résolument tracer les voies d’un avenir meilleur et plus éclairé il importe, plus que jamais de changer en profondeur, le choix de Nicolas Hulot n’est par suffisamment marquée au sceau d’une ambition à la hauteur des enjeux pour demain.

Un avenir de bien-être et de justice, plus respectueux des hommes, des espaces, de la faune et de la flore exige la présence d’une candidature écologiste de large rassemblement à la prochaine élection présidentielle.

Les écologistes comme également les humanistes et la grande famille des délaissés de la finance mondialisée appellent de leurs vœux une telle candidature qui ferait la synthèse des valeurs qui sont au cœur de l’Humanisme de l’Écologie et de la République.

Qui parmi les responsables politiques écologistes actuels résolument libres et indépendants pourrait porter cette espérance?

Copie de corinne_lepage.jpgCorine Lepage dont l’expérience, elle a déjà été candidate à une élection présidentielle, la compétence et la détermination dans les batailles écologiques sont largement reconnues et appréciées, pourrait sans conteste être cette candidate.

Pour autant, chacun sait qu’en France une élection présidentielle est la rencontre, en dehors des intérêts de boutiques partisans, entre un(e) candidat(e) et le Pays.

Il appartient donc à Corine Lepage de prendre ses responsabilités et de décider de mettre son savoir faire au service de la France et d’un projet d’Écologie Politique authentique. Si telle était sa décision, l’on peut dire, sans risque de se tromper, qu’elle pourrait compter sur l’expertise d’écologistes reconnus qui souhaitent une candidature au-delà d’EE-Les Verts, et sur de nombreux soutiens locaux, nécessaires en de telles circonstances.

20:40 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : corine lepage, nicolas hulot, eva joly, ps, ump, humanisme, ecologie, république, valeurs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

15/11/2010

Nouveau Gouvernement

Premier ministre: François Fillon.

Alain Juppé: Ministre d’État, ministre de la Défense et des Anciens combattants.

Michèle Alliot-Marie: Ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes.

Nathalie Kosciusko-Morizet: Ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

Michel Mercier: Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Libertés.

Brice Hortefeux: Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration.

Christine Lagarde: Ministre de l’Économie, des Finances et de l'Industrie.

Xavier Bertrand: Ministre du travail, de l'emploi et de la santé.

Luc Chatel: Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative.

François Baroin: Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État, porte-parole du gouvernement.

Valérie Pécresse: Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Bruno Le Maire: Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire.

Frédéric Mitterrand: Ministre de la Culture et de la Communication.

Roselyne Bachelot: Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Maurice Leroy: Ministre de la Ville.

Chantal Jouanno: Ministre des Sports.

Patrick Ollier: Ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement.

Eric Besson: ministre auprès de la ministre de l’Économie, des Finances et de l'Industrie, chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique.

Henri de Raincourt: Ministre auprès de la ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération.

Philippe Richert: Ministre auprès du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration, chargé des collectivités territoriales.

Laurent Wauquiez: Ministre auprès de la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes.

Nadine Morano: Ministre auprès du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle.

Marie-Luce Penchard: Ministre auprès du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration, chargée de l'Outre-mer.

Pierre Lellouche: Secrétaire d’État auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé du commerce extérieur.

Nora Berra: Secrétaire d’État auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé.

Benoist Apparu: Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé du logement.

Georges Tron: Secrétaire d’État auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’État, chargé de la fonction publique.

Marie-Anne Montchamp: Secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Thierry Mariani: Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable, des transports et du Logement, chargé des transports.

Frédéric Lefebvre: Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Économie, des Finances et de l'industrie, chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation.

Jeannette Bougrab: Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.

00:04 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecologie, industrie, gouvernement, intérieur | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu