Avertir le modérateur

28/04/2013

Les Etats-Unis poursuivent à nouveau Novartis pour corruption tous azimuts

NEW YORK - Le gouvernement américain a porté plainte vendredi pour la deuxième fois en trois jours contre le géant pharmaceutique suisse Novartis, accusé d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins et des pharmaciens pour les inciter à prescrire certains médicaments.

US-DeptOfJustice-Seal_svg.png
Le département américain de la Justice a déposé une deuxième plainte au civil contre Novartis Pharmaceuticals invoquant des pots-de-vin payés par la société à des prestataires de santé, écrit le communiqué du DoJ.

Le gouvernement cherche à obtenir le maximum de dommages et intérêts autorisé par la loi pour avoir corrompu des médecins afin de les inciter à prescrire des produits de Novartis qui étaient remboursés par les programmes d'assurance-santé fédéraux, selon la plainte et le communiqué du DoJ.

Novartis est principalement accusé d'avoir payé des médecins pour des conférences sur certains médicaments, le Lotrel et le Valturna (hypertension) ou le Starlix (diabète) lors d'événements qui n'étaient rien d'autre que des déplacements récréatifs.

Dans plusieurs cas Novartis a payé des médecins pour de prétendues conférences qui n'ont pas eu lieu du tout, auxquelles personne ou quasiment personne n'a assisté, poursuit le DoJ.

Parfois, toute allocution était même virtuellement impossible comme lors de sorties en mer pour pêcher en Floride ou dans des restaurants de la chaîne Hooters connue pour ses serveuses très pulpeuses en T-shirts et shorts très moulants, détaille encore le DoJ.

Les médecins étaient également souvent invités dans des restaurants chics et chers: il donne l'exemple d'un dîner où, outre un repas à 672 dollars par tête, le médecin invité a reçu un honoraire de 1.000 dollars.

Ces programmes de supposées conférences étaient très rentables en termes d'ordonnances supplémentaires générées pour ses médicaments, souligne le DoJ.

Le laboratoire helvétique n'a donc pas lésiné et y a consacré 65 millions de dollars entre janvier 2002 et novembre 2011 pour 38.000 programmes de conférences liées aux Lotrel, Valturna et Starlix.

Les patients méritent des soins fondés sur le jugement médical d'un médecin, pas sur son intérêt financier, a commenté Stuart Delery, l'un des procureurs cité dans le communiqué.

Les programmes fédéraux d'assurance-médicale Medicare et Medicaid, pour les personnes âgées ou à faibles ressources, ont dû verser des millions de dollars de demandes de remboursements entachées de corruption, dénonce-t-il encore.

La plainte de vendredi est de plus vaste ampleur que celle déposée mardi, qui accusait Novartis d'avoir, depuis 2005, poussé au moins une vingtaine de pharmacies à orienter des milliers de patients ayant reçu une greffe vers l'un de ses médicaments, le Myfortic, en proposant des pots-de-vin sous forme de rabais et de promotions.

Les autorités fustigent aussi Novartis pour avoir tenu des programmes de conférences de médecins qu'il savait entachés de possibles pots-de-vin alors qu'il avait passé un accord amiable de 422,5 millions de dollars avec le gouvernement américain en septembre 2010 pour mettre fin à des accusations de marketing et d'incitations illicites à prescrire certains médicaments.

Nous sommes en désaccord avec la manière dont le photo_1367005688148-1-0.jpggouvernement dépeint notre conduite dans ces deux cas. Novartis investit beaucoup de temps et de ressources pour s'assurer que nous conduisons nos affaires de façon responsable, a commenté André Wyss, président de Novartis aux Etats-Unis.

Les rabais et ristournes par des compagnies pharmaceutiques sont des pratiques usuelles, correctes et légales reconnues par le gouvernement lui-même et les prestations de médecins lors de conférences sont une pratique usuelle et acceptée de notre secteur, a ajouté une porte-parole, précisant que Novartis allait se défendre.

©AFP / 27 avril 2013 03h21

Lu surhttp://www.romandie.com/news/

18/07/2011

Le Crédit Suisse sous le coup d'une enquête du Fisc américain

A nouveau est posée la bataille entre l'Etat et les marchés. Alors que la bataille fait rage sur le front des dettes souveraines américaines et européennes, aux États-Unis s'engage une investigation, du Ministère de la justice, pour mettre à jour des fraudes fiscales.

Selon l’agence Reuters, la justice américaine aurait lancé, aux États-Unis, une enquête concernant les services internationaux de la deuxième banque privée helvétique, le Crédit Suisse. Cette enquête a pour objet de vérifier les moyens et l’aide mis en œuvre par la banque pour permettre à des citoyens américains de frauder le fisc de leur pays.

image_proces.jpgLe Crédit Suisse n’est pas la première banque touchée par de telles investigations de la justice américaine. Déjà en 2007, l’UBS – Union des Banques Suisses – avait été dans le collimateur. Pour éviter un procès en règle, l’UBS s’était résignée à payer une amende de 780 millions de dollars et s’était engagée, à la suite d’un accord entre les autorités américaines et helvétiques à révéler l’identité d’au moins 4400 contribuables américains soupçonner d’évasion fiscale détenteurs de comptes dans l’établissement.

Plusieurs autres banques dont la britannique HSBC, première banque européenne, seraient sur la sellette et feraient également l’objet de l’attention des enquêteurs du ministère de la justice des US – DoJ –

Jay Rubinstein, en charge de la fiscalité américaine au cabinet Withers de Zurich a déclaré à propos de ces enquêtes américaines, «ce n’est pas surprenant de voir le DoJ se concentrer sur les établissements présents aux Etats-Unis compte tenu des enjeux».

Facade wall street.jpgJay Rubinstein n’a pas tord de dire que les enjeux sont importants, l’heure est en effet à une reprise en main ferme de la part des responsables politiques pour mettre un terme aux «champions» de l’évasion fiscale mais également aux spéculateurs en tous genre qui jouent à s’enrichir sur le dos des plus faibles des États aujourd’hui en difficulté.

Il faut mettre un terme à ces jeux frauduleux qui donnent toujours plus de gras à ceux des puissants qui ne respectent pas leurs devoirs à l’égard de la collectivité au détriment des petits qui au final payent la douloureuse.

Le cas de la Grèce est de ce point de vue assez édifiant!

8634d6e0-3c1b-11df-8af1-503508d3954a.jpgOn aimerait qu’en France nos responsables politiques se préoccupent, un peu moins de leur calendrier électoral et un peu plus de ces questions d’évasions fiscales et sociales qui plombent les finances publiques et qui font croître l’endettement du Pays.

Plutôt que de nous abreuver de questions à deux balles – suppression du défilé du 14 juillet, suppression de l’interdiction de fumer dans les bistrots, débats sur la bi-nationalité et autres disputes sur les radars et la participation des officines dans l’affaire DSK toutes destinées à nous aveugler sur les réelles difficultés du Pays – , nos édiles politiques feraient mieux de rassembler leurs énergies pour apporter des réponses concrètes, durables et solides pour garantir l’avenir des générations futures et des institutions seules garantes avec les citoyens éclairés d’une possibilité de Paix et de progrès intellectuel et moral.

europe.jpgQu’il s’agisse des USA ou des pays de l’Union Européenne le retour de l’Etat, de sa souveraineté et de sa puissance est désormais la condition préalable à tout règlement des questions qui touchent à l’argent, à la fiscalité et à l’endettement. Tous doivent ensuite ayant mis de l’ordre dans leur propre pays doivent concourir ensemble à poser les règles qui feront que la logique des marchés ne puisse pas s’imposer aux puissances publiques.

20:53 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ubs, crédit suisse, doj, hsbc, jay rubinstein, grèce, usa, union européenne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu