Avertir le modérateur

09/02/2011

D'Italie à la Hague: La longue promenade de déchets nucléaires dangereux!

 

Un convoi de déchets nucléaires hautement radioactifs a été acheminé, depuis le site de stockage du réacteur de Garigliano, dans le sud de l'Italie, arrêté en 1982, par un train qui a traversé la France en direction du Terminal Nucléaire de Valognes dans la Manche d’où ils rejoindront par la route l’usine de retraitement Areva à la Hague.

Après traitement sur place ces déchets seront réexpédiés en Italie où il semblerait qu’aucune solution n’est prévue pour les recevoir.

evreux08fevrier201a1.jpgCe train qui a quitté l’Italie dimanche 6 février aura traversé, ce mardi 8 Février, 12 départements français. Dans chaque gare traversée une haute protection policière a été déployée pour accueillir les militants antinucléaires dont le seul défaut est d’être le symbole de la mauvaise conscience d’un état qui de manière constante se conduit en soutient inconditionnel d’une industrie sale, dangereuse et coûteuse.

Une fois de plus, tant les élus que les populations concernés n’ont pas été informés du passage de ce convoi ainsi que des risques et dangers qu’il fait courir potentiellement aux habitants des régions traversées qu’on expose sans leur consentement .

L’opacité la plus complète préside à ces transports dont ont ne connaît jamais les dispositions prévues pour faire face en cas d’accident toujours possible.

La non-transparence qui caractérise les opérations de transport de ces matières dangereuses est inadmissible de la part d’un état qui se dit démocratique et qui ne se prive pas de donner des leçons sur le sujet à ces homologues européens, africains, arabes ou chinois.

Au moment où AREVA, à coup de millions d’euros engouffrés dans des campagnes de communication détestables, essaye de banaliser l’industrie nucléaire, il faut rappeler que les déchets nucléaires sont dangereux et que leur nocivité se compte en milliers d’années. Il faut dire et dire encore que le nucléaire nuit à la santé et tue.

A ce propos «Alliance Écologiste» et le MEI tiennent à remercier, les militants antinucléaires de toutes tendances, qui, malgré la présence des forces policières, ont organisé des rassemblements protestataires, sur l’ensemble du parcours empruntés par le convoi.

 

 

11:12 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchets, la hague, areva, nucléaire, santé, accident, alliance Écologiste | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

08/11/2010

Des dizaines de milliers de manifestants contre un train de déchets radioactifs

DANNENBERG (Allemagne) - Des dizaines de milliers d'antinucléaires allemands ont manifesté samedi dans le nord de l'Allemagne où est attendu un train de déchets radioactifs venu de France, dont la progression est ralentie par les militants.

Les 14 wagons, partis vendredi de Normandie et transportant 123 tonnes de rebuts nucléaires, sont entrés en Allemagne vers 14H00 (13H00 GMT) via le pont qui enjambe le Rhin entre Strasbourg et Kehl. Un trajet qui a divergé du projet initial pour éviter les manifestants qui attendaient le convoi à 60 km plus au nord.

Après une longue pause technique en gare de Kehl, où six wagons transportant des policiers allemands ont été attelés, le convoi est reparti vers 18H00 (17H00 GMT) vers Karlsruhe, où des manifestants l'attendaient, selon la police allemande.

Selon la police allemande, cette halte a permis de vérifier une information donnée par l'organisation écologiste Greenpeace, sur la base d'images infrarouge, selon laquelle il y avait une surchauffe d'un essieu "entre les wagons Castor 6 et 7".

Greenpeace avait demandé l'arrêt immédiat du convoi, pour effectuer des contrôle, "dans l'intérêt de la sécurité du public".

"Des ingénieurs de la Deutsche Bahn ont profité d'une escale technique à Kehl pour tout contrôler, y compris les essieux, et aucune anomalie n'a été enregistrée", a répondu la police à l'AFP.

Le train de déchets radioactifs roulait normalement vers 00H30 GMT, a assuré la police allemande. Selon Greenpeace, il se trouvait à environ 350 km de sa destination finale, le site de stockage de Gorleben (nord).

Un peu partout en Allemagne, certains antinucléaires s'attelaient à retirer le ballast sous les rails, "un délit" dénoncé par la chancelière Angela Merkel.

La police a dit avoir dû en déloger certains, qui leur lançaient des pierres et des pétards, à coups de matraques et de sprays au poivre près de Dannenberg, la gare terminus du convoi dans le nord du pays.

Les déchets retraités par le groupe français Areva sont surveillés par 16.000 policiers allemands. Le train est attendu dimanche en fin de journée à Dannenberg, où les conteneurs seront chargés sur des camions pour effectuer par route les 20 km restants.

A moins que les antinucléaires ne parviennent à le retarder davantage. "Des milliers de personnes se sont inscrites pour mener des actions de blocage pacifique sur les voies et sur les routes", a dit à l'AFP une porte-parole de l'association de X-Tausendmal Quer.

Le convoi a déjà été retardé en France par des militants enchaînés aux rails, que les policiers ont mis plusieurs heures à évacuer.

Samedi, environ 50.000 personnes selon les organisateurs, 20.000 selon la police, se sont rassemblées dans un champ de maïs à Dannenberg pour protester contre ce 12e rapatriement de déchets nucléaires depuis 1995 et contre la politique nucléaire du gouvernement.

C'est la plus forte mobilisation jamais vue lors d'un convoi de déchets. "Nos estimations les plus optimistes sont dépassées", s'est réjoui Jochen Stay, porte-parole de l'association antinucléaire Ausgestrahlt (Irradié).

Le mouvement antinucléaire reprend vigueur depuis que le gouvernement conservateur-libéral a fait voter fin octobre une loi prolongeant la durée de vie des 17 réacteurs du pays, de douze ans en moyenne, reniant ainsi l'abandon du nucléaire civil voté à l'époque du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder (1998-2005).

"C'est mon deuxième rassemblement antinucléaire. Je proteste surtout contre la prolongation des centrales", a dit à l'AFP Christa Schoeniger, 73 ans, secrétaire à la retraite venue de Hambourg.

"La volonté du peuple n'a pas pas été entendue", renchérissait Martin Schumacher, 28 ans, programmateur informatique à Berlin, qui a décidé de retirer du ballast sous les rails. "Je sais que je peux être arrêté, mais c'est le genre de risques qu'il faut savoir prendre", dit-il.

(©AFP / 07 novembre 2010 02h06)

 

01:06 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antinucléaire, train, déchets, manifestants, areva, police | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

30/10/2009

Robin des Bois apporte son soutien à Greenpeace

"Nous avons demandé au ministre Jean-Louis Borloo un moratoire immédiat sur ces exportations de matières nucléaires. Mais il fait la sourde oreille. Greenpeace va donc tout mettre en œuvre pour s'opposer à la poursuite de ces trafics", vient d’annoncer l’organisation écologiste par la voix de Yannick Rousselet.

C’est dans cette perspective que Greenpeace, qui veut "empêcher toutes nouvelles exportations de myas2m.jpgmatière nucléaire vers la Russie", a positionné son brise-glace Arctic Sunrise dans le port du Havre d'où sont expédiés les fûts d'uranium appauvri par Areva.

Désormais une seconde organisation – Robin des Bois –  dénonce "le transport de matières radioactives sur des navires non spécialisés battant pavillon maltais" et apporte son soutien à Green peace.

Areva de son côté reste sur ses position et considère que l'uranium appauvri qu'elle envoie en Russie n'est pas un déchet considérant que celui-ci y est envoyé pour être enrichi afin d’être réutilisé comme combustible dans les centrales nucléaires françaises. 

L’alliance Ecologiste Indépendante en Haute-Normandie :

·         demande à Jean-Louis Borloo ministre de l'Environnement et de l’Energie, mais également au premier ministre, la suspension immédiate des transports d'uranium appauvri, au motif que ces transports concernent des « déchets radioactifs ».

·         réitère  son soutien à Greenpeace, apporte ses encouragements aux militants de l’association et se félicite du renfort de Robin des Bois pour faire échouer les expéditions envisagées par AREVA

·         appelle tous les Haut-normands à manifester leur désaccord en sollicitant de leurs Députés et Sénateurs une action forte de leurs groupes respectifs à l’Assemblée Nationale et au Sénat en vue d’obtenir qu’enfin la transparence devienne la règle en matière de nucléaire civil !

 

01:59 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchets, greenpeace, robin des bois, soutiens, transport | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

17/06/2009

Il faut dire Non à l’Emprunt Nucléaire

EDF le très lourdement endetté champion du nucléaire, 24.5 milliards d’euros de dette, lance, un emprunt obligataire d’un montant de 1 milliards d’euros. Le dernier emprunt obligataire lancé par EDF dans le milieu des années 80 était destiné au financement des premières centrales nucléaires.

 

Alors que selon le groupe les fonds levés par cet emprunt serviront à « investir massivement » , la question peut légitimement se poser de savoir si cet emprunt n’est tout simplement pas destiné à couvrir  les très importantes pénalités que le Groupe devra, d’une manière ou d’une autre financer.

 

En effet les retards dus à l’incapacité d’AREVA de mener à leur terme dans des conditions normales de garantie de sécurité les chantiers EPR en cours en Finlande et en France seront générateur de lourdes pénalités.

 

La transparence démocratique, financière et industrielle n’étant pas la première des vertus d’EDF lorsqu’il s’agit des questions nucléaires, il apparaît urgent de demander à EDF des engagements ferme et précis quant à l’utilisation des fonds liés à l’emprunt qu’il lance aujourd’hui !

 

Au delà pour tous ceux qui ne veulent pas se faire les complices du lobby nucléaire, dont EDF est le représentant, une opération de boycott  de l’emprunt reste la solution la meilleure et la plus efficace. Dire Non à l’emprunt EDF est en la circonstance un bon moyen pour dire Non au Nucléaire

 

Le choix nucléaire doit en effet être remplacé au plus vite, parce que c’est un choix qui est non seulement dangereux, mais également sale et très coûteux.

 

Certes au moment de sa construction un réacteur producteur d’électricité est source d’emplois !

 

En revanche son exploitation, crée des quantités de déchets dont personne ne sait comment se défaire ainsi que des contaminations de sites dont la réhabilitation  n’est jamais évaluée ni prise en compte.

 

Le scandale du nucléaire c’est aussi cette irresponsabilité coupable.

 

La protection du climat, le souci des générations futures, la paix dans le monde imposent  de faire le choix des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

 

EDF malgré ses campagnes de publicité régulières en direction du grand public, combat en réalité ce choix qui nous est imposé par l’éthique de la responsabilité politique sociale et écologique.

 

C’est pourquoi il faut, aujourd’hui, dire non à l’emprunt nucléaire.

 

image pétition.gif

Pour signer la pétition, laisser votre commentaire

 

11:42 Écrit par Bernard FRAU dans 9. Pétitions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nucléaire, déchets, epr | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu