Avertir le modérateur

08/04/2013

Affaire Cahuzac: Des actes forts et pas de blablabobards!

BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  Le 2 avril 2013 après avoir pendant de trop longs mois indiqué le contraire au Président de la République, au Premier ministre et à la Représentation nationale, Jérôme Cahuzac s’est finalement décidé à avouer.

L’ancien Ministre du Budget est passé aux aveux devant les juges d’instruction en charge de l’enquête sur ses présumés comptes non déclarés en Suisse et à Singapour.

Information qui a été relayée par Jérôme Cahuzac lui-même sur son blog : «Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris»

Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. C’est un énorme pavé dans la mare qui BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  éclabousse gravement la classe politique dans son ensemble dont les effets collatéraux vont jusqu’à toucher  une certaine Marine Le Pen qui dès l’annonce de la démission du Ministre s’était  précipitée  pour déclarer « on n’est pas loin du tous pourris ».

Depuis cette date il m’avait semblé nécessaire de ne pas me joindre au chœur des hypocrites et laisser un peu de temps pour éviter de réagir à chaud sous l’emprise immédiate de la colère devant tant de manquements à la déontologie professionnelle et politique d’un homme clé du gouvernement chargé d’administrer la potion amère de l’austérité.

Pendant tout ce temps la presse s’est fait, à qui mieux BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  mieux, l’écho des déclarations enflammées des bonnes âmes politiciennes de droite comme de gauche. Ah qu’elles sont belles les interventions  sentencieuses de ces représentants du «plus moral que moi tu meurs» ou du «il faut laver plus moral que moral».   

Personnellement cet acharnement de tous contre Jérôme Cahuzac me gêne terriblement. Il ne faut pas en faire «le bouc émissaire» de toutes les turpitudes des partis politiques, que l'on jette en pâture à la vindicte populaire qui ne demande que cela pour se déchainer.

BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  Les déclarations des Coppé, Le Pen, Bayrou, Mélenchon et Désir me font gerber tant elles sont empreintes d'arrières pensées!

Quant au Président je crois qu'il a eu tort de dire qu'il refusait «le pardon» à Jérôme Cahuzac!

L’affaire est grave, il a menti, il a fraudé, il doit rendre BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France,  compte à la justice, mais comme pour tout être humain, il ne peut pas lui être refusé un pardon qu’il a sollicité. Le pardon n’exclue en aucune manière le jugement des faits qui sont reprochés.

Je redoute pour l'homme Cahuzac et sa capacité à encaisser le lynchage et les lâchages qui se succèdent. Hier la presse, ses amis et ses ennemis politiques, aujourd’hui le Conseil de l’Ordre des Médecins et le Grand-Orient de France.

C'est un homme pour qui un peu de sollicitude nous BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, grandirait tous. Ce qu'il a fait est intolérable, la justice doit passer.....mais tout de même le spectacle actuel que donnent à voir certains responsables de tous bords est assez misérable.

Quelle hypocrisie! Quelle lâcheté! Il ne manquerait plus que nous ayons à gérer un déballage d'affaire, un suicide ou pire une mort non expliquée!

Hypocrite, lâche, parce que le cœur de la question n’est pas tant dans les malversations d’un homme, même ministre, mais dans l’existence d’un système en place depuis des décennies.

Système qui, libéré par la mondialisation, permet à une BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, minorité en col blanc de croitre, d’embellir et de bénéficier d’une complaisance coupable des Etats  qui n’ont pas encore pris les mesures adaptées au contexte de financiarisation de l’économie mondiale pour contrecarrer cet intolérable vol organisé que constitue la fraude fiscale.

François Hollande est le Chef de notre Etat, il est désormais en première ligne à lui de prendre de la hauteur et d’imposer « un changement radical» en la matière pour repartir sur de bonnes bases.

Il n’est pas concevable que la BNP, le Crédit Agricole, soient BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, les instigateurs de montages permettant en toute légalité que la Nation soient privée, volée, de sommes colossales normalement dédiées à la solidarité et à l’économie nationales.

De même le poids et l’influence du lobby de l’industrie pharmaceutique, pour ne citer que lui, s’est installé au sein des appareils administratifs européens et nationaux pour servir de manière honteuse les intérêts de ses actionnaires aux dépends de ceux de la santé.

Ce « changement radical » pourrait porter sur les points suivants.

D’abord un remaniement large du gouvernement avec comme 1er ministre une personnalité de la société civile emblématique de la rigueur intellectuelle et morale. Il doit bien y en rester dans notre pays!

Ensuite en reconnaissant que «ces affaires» depuis plusieurs décennies sont en train de tuer la Démocratie et la République. Dire la Vérité sans incriminer les personnes mais le système.

Ensuite encore en décidant une opération «mains propres» dont la mission serait confiée à une cellule rattachée au 1er Ministre composée de personnalités reconnues de la société civile

Enfin en engageant dès à présent, tant au G20, qu'à BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, Bruxelles, une attaque frontale contre cette immense hypocrisie qui consiste à couvrir légalement l'existence des paradis fiscaux où circulent l'argent sale et les commissions occultes.

Des actes forts bien sûr et pas de blablabobards.

Tout cela couronné par un rappel à l'ordre aux partis BNP, Jean-François Coppé, Harlem Désir, François Bayrou, Jérôme Cahuzac, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-Luc Melenchon, Crédit Agricole, Conseil de l'Ordre des Médecins, Pierre Mendès France, Grand-Orient de France, politiques et un appel à un sursaut républicain en direction de nos concitoyens sur le ton «Non nous n'avons pas le droit de nous résigner de renoncer à nous comprendre ou même simplement à nous parler» (*)

 

(*) Pierre Mendès France Dire la Vérité Causeries du samedi.

06/08/2009

1 Milliard pour les spéculateurs

La BNP vient d’annoncer sa décision de  provisionner 1 milliard d’euros pour, l'an prochain,  servir des primes à ses traders. Cette annonce suscite de nombreuses réactions pas toujours amicales et pour cause. Les pratiques actuelles des banques sont outrageusement  scandaleuses et indécentes. Plus grave elles constituent une menace pour la paix sociale.

 

Face à la montée de l’indignation générale, la banque explique benoitement qu’en la matière elle ne fait qu’appliquer « scrupuleusement » les règles qui ont été établies par le récent G20 de Londres. Chacun aura bien compris que le G20 c’est comme le chantaient les Poppys dans les années 70 : « Non, non, rien n’a changé ! Tout, tout a continué ! Hey hey….. !

 

Faut-il s’en étonner ? Bien évidemment que non ! En régime d’économie libérale, c’est toujours le pouvoir économique qui commande et jamais le pouvoir politique, surtout lorsque que le peuple est censé en détenir les leviers !

 

D’ailleurs la BNP explique indirectement mais très clairement que les règles du G20 c’est du pipeau : « beaucoup de nos concurrents, notamment aux Etats-Unis, ne les appliquent pas encore », s’inquiète la pauvrette.

 

Fortis la banque des clients fortunés

 

735721.jpgLes comptes BNP Paribas font apparaître un résultat avant impôt de 1,145 milliard d'euros. C’est le  double de ce qui a été constaté par rapport à la même période de l'an dernier. Au deuxième trimestre grâce à ses activités de marché, autant dire grâce à la spéculation dont on sait qu’elle est repartie de plus belle sur le pétrole en particulier,  et grâce à une remontée positive de BNP PARIBAS FORTIS, la banque a enregistré un bénéfice de 1,604 milliard d'euros, en hausse de 6,6%.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Fortis, il est bon de savoir qu’il s’agit de la « Banque d’un monde qui change » qui assure des « services de pointe pour des clients fortunés », et propose « une offre intégrée à l’échelle internationale coordonnée par un interlocuteur unique » ! On peut ne pas en rire, on peut même se dire que c’est indécent !

 

Non le G20 n’a pas établi de règles

 

Il est abusif, comme l’indique la BNP,  de dire que le G20 d’avril a établi de vraies règles concernant les bonus. Cette question devrait être examinée au mois de septembre lors du G20 qui se tiendra cette fois à Pittsburg.  Un coup chez les anglais, un coup chez les américains, et vive le libéralisme anglo-saxon !

 

Par contre la question peut se poser : la BNP ne profite –elle pas tout simplement de la période estivale et des grandes chaleurs pour anticiper sur des décisions déjà prises ? Il n’y a pas de petites économies, tout ce qui est pris n’est plus à prendre ! Les Chefs d’états quant à eux n’auront  plus, à Pittsburg, qu’à apporter leurs commentaires rassurants et enthousiastes en direction de leurs opinions publiques !

 

Attention, danger !

 

A ce rythme la mauvaise comédie pourrait bien finir par tourner à la tragédie car pendant que les traders et les banquiers s’empiffrent, de plus en plus de gens s’appauvrissent au Sud mais également au Nord !

 

Tôt ou tard, chez nous comme ailleurs,  il y a fort à parier que les Français ne vont plus se satisfaire encore bien longtemps de propos comme ceux prononcés par le ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui s’est indignée et a  qualifié, fort justement, de "honte absolue" le retour des "vieilles pratiques".

 

Ce que veulent les Français, qui dans leur grande majorité adhèrent aux propos de leur ministre, c’est qu’enfin les bonnes intentions  se traduisent par des actes forts !

 

La BNP qui, il y a peine quelques mois a reçu des aides de l'Etat qui se chiffrent en milliards d’euros, affiche aujourd’hui sans vergogne  des résultats somptueux et sert des salaires indécents à ses traders !

 

La question peut se poser d’ailleurs de la qualité et de la sincérité de ces annonces. Ne masquent-elles pas en fait une opération orchestrée par quelques initiés, pour faire grimper artificiellement le cours des actions de la banque  à des fins que l’on ne voudrait pas imaginer ?

 

La grogne gagne du terrain

 

delacroix-liberty.jpgQuoi qu’il en soit, la grogne gagne du terrain. Les producteurs de fruits et légumes, pour ne citer qu’eux, dont Bruxelles exige aujourd’hui  qu’ils  remboursent des aides de l’état français reçues entre 1992 et 2002 vont-ils longtemps encore accepter une telle arrogance et un tel traitement de faveur en direction d’institution qui chaque jour les étranglent un peu plus à coup d’agios « assassins ».

 

Combien de dirigeants de PME, de petits commerçants ou d’artisans pourraient à bon droit se révolter  de voir avec quelle facilité les banques se refont une santé sur le dos des plus touchés par la crise des restructurations et des licenciements, avec l’assentiment et le soutien des puissants?

 

Combien de retraités qui ont vu leur pension augmenter de 1% en avril 2009, soit une augmentation de moins de 1% pour une année pleine, peuvent accepter sans rien dire de voir BNP afficher un bénéfice net de +6%?

 

Il faut tranquillement comparer au bonus de 1 milliard provisionner pour les traders spéculateurs de la BNP, le bonus global de 500 millions d’euros obtenu après 1 mois de grève  et de menaces par les 366  salariés de Fabris pour qu’ils quittent leur usine sans espoir de retour !

 

Il n’y a pas photo ! Dans un cas c’est : 1 milliard et on continue la fête. Dans l’autre c’est 500 millions  pour s’écraser dégager et se chercher un nouveau taf ! Pas besoin d’être grand clerc pour se dire que la période qui vient risque, si l’on n’y prenait pas garde, d’être très, très chaude !

11:38 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bnp, fortis, danger, rire, fortunés | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu