Avertir le modérateur

30/12/2012

La taxe à 75% censurée, l'opposition jubile!

446247.jpgSamedi, le Conseil constitutionnel, qui avait été saisi le 20 décembre par le groupe UMP de l'Assemblée Nationale, a censuré la mesure phare du budget 2013. Les  «Sages» ont considéré que la forme prévue pour l’application de la mesure de taxation  à 75% des revenus annuels de plus d'un million d'euros n’était pas convenable.

En effet, la taxe s’appliquant aux personnes physiques et non aux foyers fiscaux, un couple dont l’un des conjoints aurait gagné plus d’un million d’euros aurait été assujetti alors qu’un couple dont l’homme et la femme aurait gagné 900000 euros chacun ne l’aurait pas été.  

C’est d’ailleurs dans ce sens qu’a communiqué  le Conseil Constitutionnel : «Deux foyers fiscaux bénéficiant du même niveau de revenu issu de l'activité professionnelle pouvaient se voir assujettis (...) ou au contraire en être exonérés selon la répartition des revenus entre les contribuables composant ce foyer».

Dès lors, sans s’opposer au principe même de la taxation à 75%  le Conseil estimant qu’il y avait «méconnaissance de l'égalité devant les charges publiques» a jugé que la disposition n’était pas applicable en l’état.

Les réactions n’ont pas tardé.

Quand bien même le rejet du Conseil Constitutionnel ne UMP.jpgporte que sur les aspects techniques de l’application de la taxation à 75% et non sur son principe même, l’opposition, après avoir infligé aux Français durant plusieurs semaines le triste spectacle de  l’étalage de ses divisions intestines, a vu là une bonne occasion de matraquer la majorité. Elle ne s’en prive d’ailleurs pas.

A travers le rejet de la contribution exceptionnelle de 75%  – mesure emblématique de la majorité,  promise, lors de la campagne présidentielle, par François Hollande –  qu’elle juge responsable de l'exil fiscal des plus riches de nos concitoyens, l’UMP voit un désaveu de l’ensemble de la politique du début de mandat de François Hollande.

«Même dans mes rêves les plus fous, je ne pensais pas que ce serait aussi ample. Parce qu'à côté de la taxe à 75% dont tout le monde parle, il y a d'autres mesures tout aussi importantes qui ont été invalidées» a déclaré  dans une interview au Figaro le député UMP Gilles Carrez.

LTaxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, e président du groupe UMP à l'Assemblée nationale  Christian Jacob, s’exprimant dans un communiqué a déclaré «En faisant croire aux Français qu'il redresserait la France en surtaxant les plus aisés de nos compatriotes, François Hollande les a bernés».

Par la voix de son président Frédéric Thiriez, on crie aussi victoire à La Ligue de Football Professionnel qui dès la campagne présidentielle s’était élevée  contre la 461763.jpg taxe 75% qui aurait concerné  une centaine de joueurs du Championnat de France comme les pauvres Zidane, Ribéry et autres vedettes qui doivent leur renommée au petit peuple qui vient au stade les applaudir.

L’inénarrable Jean-François Copé, assidu il n’y a pas si longtemps de la piscine de l’homme d’affaire Takieddine, quant à lui se lâche. « En réalité, dissuader les créateurs drom.pngd'entreprises et punir les plus riches jusqu'à qu'ils quittent notre pays fait mécaniquement retomber l'effort fiscal sur les classes moyennes» indique doctement le député-maire de Meaux, en faisant référence, au patron de LVMH, Bernard Arnault, dont il se dit qu’il aurait plusieurs société lessiveuse d’impôts en Belgique, et à propos des remous suscités par la scandaleuse évasion en Belgique du «citoyen-pognon-ronchon-vigneron» Gérard Depardieu.

i dit non no no non.jpgEncore sous la pression de toutes les frustrations nées de ses empoignades récentes avec François Fillon, le Maire de Meaux  va jusqu’à inviter le chef de l’Etat «à tirer les leçons de ses échecs et à changer de politique » fustigeant ce qu’il qualifie être «une faute morale».

La taxation à 75% des revenus de plus de 1 millions d’euros une faute morale ! Et pourquoi ne pas non plus demander à François Hollande de faire acte de repentance ?

Faut-il que François Hollande, pour trouver grâce auprès de l’opposition sarko-copéenne,  viennent en Taxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, place publique faire amende honorable d’avoir voulu marquer sa volonté de remettre un peu plus de poids à la charge fiscale de ceux qui pendant des années ont eu le privilège de bénéficier des largesses d’un gouvernement qui au bout de son mandat a laissé la France avec une dette augmentée de 500 milliards d’euros?

Et puis quoi encore ? Il reste tout de même que deux décisions importantes, dont se gardent bien de parler l’UMP, ont été validées par le Conseil Constitutionnel et reconnues conforme à la Constitution.

Il s’agit d’abord  de la création d’une nouvelle tranche marginale à 45% de l'impôt sur le revenu ainsi que le projet de budget 2012 rectifié qui a été validé globalement avec son crédit d'impôt d'aide aux entreprises de 20 milliards d'euros.

Sur ce dernier point en particulier, il étonnant de ne pas entendre les commentaires de l’UMP qui lors du mandat 4849317.jpgSarkozy avait fait plus pour  les «rentiers pleins aux as» et franchement pas grand-chose pour les entreprises de production, s’attachant à soutenir en priorité les banques dont on sait combien elles contribuent à alléger la charge de la dette du pays.

Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt et bien Taxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, reconnaître que si le gouvernement avait voulu faire preuve d’amateurisme, il ne s’y serait pas pris autrement. Surtout pour une mesure dont on nous dit qu’elle a valeur symbolique.

Le principe de «l'égalité devant les charges publiques » est inscrit dans le marbre de la Déclaration des Droits de l’Homme, nul ne peut l’ignorer et encore les personnes qui ont eu en charge de cette affaire.

C’est donc une véritable faute professionnelle qui a été commise par les services de Bercy qui concocté la loi de finance et une faute politique pour les ministres qui l’ont présentée et les députés qui l’ont votée.

4986511.jpgBien sûr le chef de l’Etat, est serein et ne renoncera pas ! Bien sûr Jean-Marc Ayrault a déjà sur la table une demande pour trouver une nouvelle formule et repasser le plat en 2013 et rattraper ce qui en langage populaire s’appelle une belle con……e

Bien sûr, Bien sûr …. Mais tout cela fait grand désordre à un moment où le doute ne doit pas s’insinuer dans les esprits,  tant en France qu’à l’Etranger, sur la cohésion et la compétence du gouvernement ainsi que sur sa capacité  à tenir ferme les commandes du Pays.

C’est le ministre de l’économie qui dans une déclaration au Journal du Dimanche a le plus synthétiquement résumé l’état d’esprit du Président et du Premier Ministre: « Nous prendrons en compte les principes définis par le Conseil constitutionnel et nous reviendrons en 2013 avec une mesure qui mette en oeuvre cette philosophie, à laquelle nous ne renonçons pas ». Dont acte !

Il serait bien que cette fois le mécanisme nouveau soit inattaquable !

Tout ce qui a été retoqué doit être repris et corrigé, le relèvement de la fiscalité sur les stock-options et des actions gratuites, la taxation des retraites chapeaux – dont au passage il faut tout de même admettre qu’elles constituent une forme particulièrement indécente d’inégalité entre les salariés d’une même entreprise –  et l’incitation aux investissements  outre-mer.  

Dernier élément ! L’Assemblée de Corse avait en Juillet demandé une prorogation de 5ans d’un dispositif «dérogatoire applicable aux successions sur des immeubles situés dans les départements de Corse».

Pour mémoire ce régime particulier, qui en 2011 a couté à l’Etat, quelques 24millions d’euros,  avait été créé par le conseiller André-François Miot, envoyé en Corse par le consul Bonaparte, par un arrêté le 10 juin 1801 afin de compenser un «handicap de l’insularité».

big-le-port-de-bonifacio-en-corse-75983.jpgAu moment de la discussion du projet de loi de finances,  alors même que la disparition du  dit dispositif était programmée pour la fin 2013 par le gouvernement, celui-ci a choisi de ne pas rejeté la demande de prorogation sollicitée.

Ce dernier estimant que l’application immédiate de l’abrogation du régime Miot pouvait entrainer des répercussions, notamment une augmentation de la spéculation foncière sur l’ile, avait donné son accord pour maintenir le régime jusqu’en 2017.

Nicolas Sarkozy lors de sa campagne s’était engagé à répondre favorablement à la demande Corse, on aurait aimé entendre l’UMP nous dire comment ils apprécient aujourd’hui la décision du Conseil d’Etat de déclarer non Constitutionnelle cette mesure.

Foin de polémique !

Il reste au-delà cette bourde technique du gouvernement et cet acharnement idéologique de l’UMP à vouloir soutenir les «explorateurs à la recherche du territoire le billets-979456-jpg_844675 les riches privilégiés.jpgmieux disant fiscal» qui veulent planquer leur rente et assurer à leur succession les privilèges dont ils jouissent, il faut bien avoir à l’esprit que la situation d’affrontement contre-productif qui existe depuis l’élection de François Hollande à la Présidence de la République ne pourra pas durer longtemps.  

Le pouvoir de décider et la richesse par hérédité est un non-sens républicain n’en déplaise à ceux qui Taxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, soutiennent les Bettencourt, Depardieu, Arnault, Halliday et autres  en espérant un jour pouvoir disposer en retour d’un peu de leur  manne contributive  dans leur lutte pour accéder au pouvoir politique désormais illusoire qui leur a échappé cette fois.

En démocratie le pouvoir est au Peuple.

Il est assez étonnant que des Députés de l’Assemblée Taxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, Nationale se félicitent avec un tel en train – «les rêves les plus fous de Gilles Carrez» –  de voir le Conseil Constitutionnel  retoquer une politique fiscale approuvée deux fois par le Peuple Français. Une fois en envoyant François Hollande à l’Elysée, une deuxième fois en lui accordant une majorité à l’Assemblée nationale pour légiférer.

Il faudra bien dans le futur que ce télescopage, entre la volonté du Peuple et celles des Institutions, fasse l’objet Taxe 75%, Arrêt Miot, UMP, François Hollande, Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, Depardieu, Zidane, Riberry, Conseil Constitutonnel, Foyer fiscal, Retraîte-chapeau, stock-option, exil fiscal, Belgique, Bernard Arnault, Christian Jacob, Frédéric Thiriez, Ligue de Football Professionnel, Gilles Carrez, Jean-François Copé, Maire de Meaux, Takieddine, LVMH, François Millon, Dette de la France, tranche à 45%, Budget 2012, 2013, Nicolas Sarkozy, Corse, Démocratie, Peuple, Crise de régime, d’un aménagement rapide au bénéfice du pouvoir du Peuple.  

Faute de quoi il est à craindre, surtout dans la période actuelle de grandes difficultés générales mondiales et européennes aux quelles La France n’échappe pas, les Français seront à plus ou moins brève échéance confrontés à une véritable crise de régime

16/12/2012

Depardieu : Casse-toi pauvre tache avinée, la France ne te regrettera pas !

«L’ordure» qui s’est exilée en Belgique a rejoint la cohorte des anti-français, fait l’arrogant, se croit au-dessus de Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, tout et de tous et nous impose ses frasques et ses outrances, mais qu’on vienne à lui dire ses quatre vérités, alors elle ne le supporte pas. Elle perd les pédales comme elle le fait aussi quand elle est trop imbibée !

Oui ce que Gérard Depardieu fait en décidant de quitter la France pour payer moins d’impôt en profitant d’un système fiscal européen stupide, est d’un point de vue éthique extrêmement choquant et pour tout dire dégueulasse.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, N’en déplaise au bouffi de fric et d’alcool son ignoble trahison est un acte non pas «assez minable», comme l’a indiqué Jean-Marc Ayrault, mais un acte minable tout court.

Après la leçon de civisme publique qu’il a reçue du 1er Ministre de la France, au lieu de se planquer, de faire profil bas et tenter de se faire oublier un peu, le comédien tente minablement encore aujourd’hui de prendre ses anciens compatriotes pour des «cons».

Alors que l’on apprend qu’il vient de mettre en vente un Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, hôtel particulier – 1800 m² habitable, rue du Cherche-Midi dans le 6ème arrondissement à St Germain-des-Prés, dont il se dit qu’il cote cinquante millions d’euros au marché immobilier –, le richissime acteur de cinéma tente une opération politicienne de «justification-diversion» à son exil fiscal en Belgique.

«Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent en fait la différence doit être sanctionnée» avance-t-il comme excuse. Chacun sait qu’il ne  part pas pour cette raison mais parce qu’il ne veut pas se conformer à la règle commune pour le paiement de l’impôt.

Parmi ses amis artistes Michel Sardou, qui n’est pas loin s’en faut un socialiste, lui a répondu de façon implacable.

Comme en échos aux propos prononcés par Jean-Marc Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Ayrault – «Payer un impôt, c'est un acte de solidarité, c'est un acte patriotique» – il lui a lancé : «il y a une justice divine, il va se faire chier comme un rat ! Je ne juge pas ce que font les autres, chacun a sa morale, son attitude, mais pour moi la fuite n'a jamais été une stratégie. Jamais !». 

Qu’il se rassure le Depardieu, il n’est pas seul, il est en «bonne compagnie». Il a reçu sur Twitter le soutien de l’ex-ministre, ex-députée UMP, toujours décomplexée, Nadine Morano qui visiblement préfère soutenir les riches traitres fiscaux à la patrie.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Chacun ses choix mais au moins à la faveur de cette affaire dégueulasse on sait précisément de quel côté penche le cœur patriotique de Nadine Morano et de ceux qui accepteront demain de travailler avec elle.

Ajoutant l’outrance à la nullité de son torchon dans lequel il annonce rendre «son passeport» et «sa sécurité sociale», il écrit, s’adressant au 1er Ministre, «nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde».

Gérard Depardieu devrait savoir que la nationalité française on l’acquiert en naissant sur le sol national ou en demandant à être naturalisé. La nationalité française «neuneu» on ne la rend pas, on peut la perdre par la déchéance ou on l’abandonne en prenant la nationalité d’un autre pays.

Jusqu’à plus ample informé Gérard Depardieu n’a pas été déchu de sa nationalité ! Alors que Gérard Depardieu, qui ne veut pas dire aux  Français qu’il s’est exilé  pour payer moins d’impôts, peut-il au moins leur dire en toute sincérité ce qu’il est désormais. Belge ? Monégasque ? Suisse ?

Quant à la sécurité sociale peut-être ne lui a-t-elle jamais servi. Mais la caisse des intermittents du spectacle peut-il nous dire qu’elle ne lui a jamais servi quelques subsides?

Gérard Depardieu n’a plus la même patrie que le 1er ministre de la République. Et alors ?

Le 1er ministre a d’autres compatriotes plus dignes et plus respectables ceux-là, pas tous d’accord avec lui, mais compatriotes.

Tous ces Français qui à l’Hôpital ou dans les Cliniques, qui à l’Usine ou chez l’Artisan, qui à l’Ecole, dans les Collèges, les Lycées ou à l’Université, les millions de retraités, les Artistes qui marnent dans les rues, dans les bistrots tous n’ont pas eux les facilités du comédien et contrairement à lui participeront à l’effort national de redressement du Pays.

Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Parmi tous ces humbles citoyens, huit millions vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ils ont besoin de la solidarité nationale à laquelle  le méprisable comédien se refuse à partir de maintenant.

Sait-il seulement qu’ils sont au nombre de huit millions ces pauvres qui en France vivent en dessous du seuil de pauvreté?

Tous ces Français ces humbles, dignes et respectables Gérard Depardieux, l'Ordure, Jean-Marc Ayrault, Belgique, le fric, 1er ministre, Hôtel particulier, rue du Cherche-Midi, Nadine Morano, UMP, UMP décomplxée, Nationalité française,  Sécurité sociale, seuil de pauvreté, pauvres, Français ne sont plus vos concitoyens admiratifs monsieur Depardieu. La France c’est eux ! Elle n’a pas attendu votre torchon au 1er ministre pour savoir que vous n’êtes plus des leurs !

Ils n’ont plus besoin de toi Depardieu. Casse-toi pauvre tache avinée ! Cette France du travail, de l’humilité, de la solidarité et de la citoyenneté ne te regrettera pas ! 

04/12/2011

Pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent-ils plus ?

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Le « Chef de l’Etat déjà candidat » était cette semaine à l’affiche au Zénith de Toulon !  Devant des milliers de militants UMP – la salle contient 5350 places assises – venus « sans tambours ni trompettes »  écouter la bonne parole, le Président-candidat s’est adressé aux Français pour un second discours de Toulon en trois ans. Lors du précédent, qui s’est tenu en septembre 2008, le sujet était déjà la crise et les mesures pour en sortir.

Le Président candidat qui, à l’époque, s’était fait le chevalier blanc européen face à la crise s’est bien gardé de faire un bilan de son action et de ses engagements.

Durant ces trois dernières années on s’est beaucoup réunit, les mini sommets ont succédés aux mini sommets. On – les puissants gouvernants et la cohorte des conseillers et experts qui les accompagnent –   a beaucoup parlé, beaucoup promis, à l’occasion on a même désignés des boucs émissaires et l’on s’est amusé de chefs de gouvernements, on en a même poussés à la démission.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Mais au final la cruelle réalité est là en face de nous. La crise s’est aggravée et Nicolas Sarkozy continue, sans succès,  de rouler des mécaniques.

Les marchés continuent de régner en maître, les paradis fiscaux continuent d’accueillir l’argent des plus puissants, la dette privée s’est transformée en dette publique, le chômage ainsi que la récession guettent et menacent la paix sociale, voir peut-être la paix mondiale. La Grèce est au tapis. La colère gagne en Belgique, en Espagne, au Portugal, en Italie….et même en Allemagne, le modèle du bon élève européen que l’on veut à toute force nous faire imiter.

De tout cela il n’a pas été question. Quand on s’appelle Nicolas Sarkozy, on ne peut pas se tromper et surtout pour cet homme politique, sans cesse en réaction, qui ne vit que dans le présent, le passé ne compte pas. Sauf pour y puiser des éléments à charge  contre ses opposants supposés être à la source de tous les malheurs de la terre.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Comme si le PS dans cette crise que traversent la France et l’Europe toute entière, était le seul responsable des politiques, menées ces 30 dernières années qui ont conduit à la situation catastrophique présente. Cela dit sans exonérer le Parti socialistes des fautes qu’il a pu commettre en ne mettant pas en œuvre les réformes nécessaires lorsque la conjoncture économique mondiale le permettait à la fin des années 90.

Que faut-il retenir du Sarko-show  de ce jeudi 1er décembre?

D’abord le Président candidat ne parle plus de sortir de la crise. Selon lui, la crise c’est derrière nous, désormais il faut démarrer un nouveau cycle pour sauver l’Europe et l’Euro. Pour cela il n’y aurait guère qu’une solution : accepter d’être entre-nous – les 27 pays de l’union – plus solidaires et plus disciplinés.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Traduction en langage Angela Merkel : il faut impérativement respecter des règles communes en matière d’équilibre budgétaire et doter l’Union des moyens de sanctionner ceux des pays qui prendraient des libertés avec ces règles.

Toulon 1 c’était : il faut moraliser le capitalisme et la dérégulation, c’était sus aux agences de notation qui n’ont pas été capable de voir venir les ennuis.

Toulon 2 c’est : tout est de la faute à l’Europe qui est dans l’incapacité d’imposer «  le travail, l’effort et la maîtrise de nos dépenses ». Il faut un nouveau Traité.

La messe est dite Nicolas Sarkozy s’est aligné.

« Instaurons des sanctions plus rapides, plus automatiques et plus sévères pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements » a dit Nicolas Sarkozy jeudi à Toulon. « Je souhaite la mise en place de sanctions »  lui a répondu vendredi depuis le Bundestag Angela Merkel qui finira par obtenir du Président français l’essentiel de ce qu’elle veut, sans lâcheNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,r sur le principal : les euro-bonds et la modification du statut de la BCE. 

« Il faut avoir confiance en elle (ndlr la BCE)  pour la stabilité de la monnaie. (...) Celui qui soutient les euro-bonds n'a pas compris l'essence de la crise »  a-t-elle ajouté. Si avec cette sortie, Nicolas Sarkozy n’a pas compris !!!!!

Pendant qu’Angela Merkel avance ses pions et construit une Europe sous gouvernance allemande – oui sous gouvernance allNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,emande et expertise Goldman Sach, quoi qu’en disent  ceux qui aujourd’hui considèrent que vouloir résister politiquement à la machine allemande ferait preuve de germanophobie – Nicolas Sarkozy, en réalité, tente de son côté d’user de tous les stratagèmes pour gagner du temps et réussir à s’imposer dans la course présidentielle qui vient.

Un nouveau traité est nécessaire pour conforter l’Union Européenne et la mettre en situation de souveraineté. Mais ce doit être un véritable de traité de fond.

Ce traité ne saurait être un arrangement bancale de circonstance, imposé par une puissance dominante sous influence libérale-conservatrice, conclu sur un bout de table et annoncé sous les sunlights avec force sourires et poignées de mains les plus insincères les uns que les autres.

Un traité qui avant d’être ratifié par les chefs d’états et de gouvernement aura fait l’objet d’un large débat démocratique comNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,me cela fût le cas au moment du référendum pour la ratification du Traité de Maastricht quand le regretté Philippe Seguin avait mené campagne avec Charles Pasqua et Jean-Pierre Chevènement contre Laurent Fabius, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d’Estaing.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,Il n’aura échappé à personne que la consolidation de la zone euro, la mise en place de procédure de contrôles budgétaires et la mise en œuvre d’un nouveau traité de l’Union sont des réformes qui imposent des modifications constitutionnelles importantes et surtout qui vont prendre du temps.

Hors la situation est aujourd’hui particulièrement grave et nécessitNicolas Sarkozy, Angela Merkel, Philippe Seguin, Charles Pasqua, Jacques Chirac, François Mitterrand, Euro, Zone Euro, Grèce, Union Européenne, Laurent Fabius, Valéry Giscard d'Estaing, Jean-Pierre Chevènement, Traité de Maastricht, Goldman Sach, BCE, Euro-bond, Toulon 1, Toulon 2, PartiSocialiste, UMP, Cris, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, boucs émissaires, parlement, peuples, référendum,e des réponses quasi immédiates. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel n’ont, sur ces deux points, pas encore dit un seul mot !

A croire que pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel les peuples ne comptent plus!

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu