Avertir le modérateur

07/03/2013

Goodyear : Attention danger !

Ce matin devait se tenir dans les Hauts-de-Seine  au siège de Goodyear à Rueil-Malmaison deux réunions du Comité d’entreprise, une ordinaire le matin, pour traiter du projet de fermeture de l'usine Amiens-Nord, une extraordinaire l’après-midi.

Très rapidement la situation a dégénéré et des affrontements se sont déroulés entre plusieurs centaines de salariés et les forces de l’ordre qui ont fait usage d'un canon à eau pour contenir les manifestants.

Cette explosion de colère arrive 1 mois après la manifestation du 12 février et les déclarations pour le moins provocatrices de Maurice Taylor, le patron américain de la firme Titan, censée reprendre le site n’ont rien fait pour améliorer le climat général de tension social qui prévaut actuellement chez Goodyear.

De source policière on déclare que : «les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogène pour permettre l'extinction des pneus et pour maintenir les manifestants à distance qui venaient au contact de façon assez violente».

Côté salariés c’est la colère qui domine : «Cela fait 6 ans qu'on se bat, qu'on est dans l'attente et on n'a toujours pas de réponses pour notre avenir», explique l'un d’entre-eux, Guy Auvin. 

L-usine-Goodyear-d-Amiens-Nord-930-620_scalewidth_630.jpgIl faut se souvenir que l’annonce du premier plan social qui devait conduire à la fermeture du site date de 6ans. Durant toute cette période les salariés n’ont jamais été mis en situation de connaître le sort qui leur était réservé.

Aujourd’hui les syndicats estiment que leur usine est victime d’un transfert de production «caché» d'Amiens-nord vers d'autres sites du groupe !

Ceci est «constitutif d'une restructuration frauduleuse» dénonce  Mickaël Wamen le secrétaire général CGT à Amiens-nord.  Me Fiodor Rilov,  l’avocat des salariés, a de son côté indiqué  que des procédures seraient engagées «dans les prochains jours».

Le fer est désormais engagé, Titan le repreneur potentiel qui avait proposé de reprendre 500 salariés sur 1250 est allé trop loin, les salariés n’accepteront plus de se voir imposer un plan de licenciement surtout après leur première victoire de 2009 face à la direction.

Goodyear-s-enfonce-dans-le-rouge-et-degraisse_scalewidth_630.jpgUltime solution, une sortie par le haut négociée avec les salariés qui pourraient se constituer en SCOOP. Elle est envisagée mais une donnée toutefois reste incontournable la baisse de 14% des ventes de voiture en 2012 entraine une demande de pneus en chute libre.

Il faudra beaucoup d’imagination pour sortir de «l’ornière de l’austérité européenne» et les discours volontaristes d’Arnaud Montebourg ne feront rien face mécontentement social qui jusqu’à maintenant a été contenu tant bien que mal, mais dont il est manifeste qu’il prend une dimension chaque jour plus forte.

Attention Monsieur le Président de la République ça commence à bouillir dans la marmite. Il faut trancher, et trancher dur.

La bataille doit se mener d’abord au plan européen pour que cesse cette folie autiste qui conduit contre vents et marées à poursuivre dans la voie libérale anglo-allemande qui entraîne la zone euro vers plus d’austérité et de récession.

Elle devra ensuite également être menée sur le territoire national par le gouvernement pour que soient acceptées par tous les incontournables réformes à mener, sans surenchères patronales, et sans démagogie politicienne.

Un grand pas a été fait avec les négociations abouties concernant le plan Louis Gallois pour la compétitivité.  C’est la preuve qu’au final des accords peuvent se trouver. Avons-nous d’ailleurs les moyens de faire autrement ?

16/08/2012

Emeutes d'Amiens: "révélateur de la fragilisation du consensus citoyen et républicain"

Dans la nuit de dimanche 12 aout à lundi vers 21 heures une centaine d’habitants des quartiers nord d'Amiens ont Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, affronté les forces de l'ordre. Des tirs de chevrotine, de mortier de feux d'artifice et des jets de projectiles ont fait 16 blessés parmi les policiers et les gendarmes qui de leur côté ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de balle « gomme-cogne ». 

Le bilan matériel est lourd. Poubelles, voitures et bâtiments publics ont été incendiées. Une école maternelle Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, complètement saccagée un centre sportif entièrement détruit, selon le maire, le bilan des échauffourées va se chiffrer "en millions d'euros" qui bien sûr seront supportés par les contribuables d’Amiens. 

Dans ce dossier, il faut tout d’abord avoir l'honnêteté de dire que Manuel Valls a eu raison de rappeler que "La loi, l'ordre républicain et la justice doivent retrouver toute leur place à Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, Amiens" et que " rien ne peut excuser qu'on tire sur des policiers, qu'on tire sur des forces de l'ordre et qu'on brûle des équipements publics". Ce qui s’est passé dans la nuit de dimanche à lundi à Amiens-Nord est inadmissible.

Ensuite il convient évidemment, c’est normal, que les enquêtes soient diligentées pour établir les responsabilités éventuelles qui pourraient être imputées aux forces de l'ordre dans le déclenchement des émeutes qui ont eu lieu. Les résidents se plaignent, en effet, de propos et d’attitudes provocantes lors des contrôles. Cette question ne doit pas rester sans réponse.

Sur le fond enfin: ce dossier des conditions de vie dans les banlieues, au-delà du cas précis d'Amiens-Nord, doit faire l'objet d'une réflexion urgente et en profondeur pour déboucher sur des propositions politiques immédiates et des actions concrètes sur le terrain.

Il ne s'agit pas ici de proposer de créer un nouveau débat national qui fera ses propositions au ministre dans un an, qui lui-même  fera un projet de loi à soumettre à l'Assemblée nationale dans 18 mois. Non!

Mais, la situation actuelle des quartiers difficiles n'est plus tenable cela pour deux raisons de base que l’Exécutif et la représentation nationale doivent traiter rapidement.

Premièrement, les conditions de vie y sont généralement en dessous du niveau moyen du Pays. En particulier les niveaux très élevés des taux de chômage et d’échec scolaire que l’on y constate constituent une injustice majeure pour les habitants de ces quartiers et sont un facteur de déstabilisation sociale que personne ne peut et ne doit ignorer.

Deuxièmement, se sont installés dans ces quartiers qualifiés de «difficiles» une économie et une organisation sociale parallèles, les deux sont liées, qui n'ont plus rien à voir avec le droit, les devoirs et les valeurs liés à la citoyenneté dans la république qu’il convient de traiter afin d’y mettre bon ordre.

Les Elus de toutes les Villes de France, de droite comme de gauche, savent de quoi il retourne! Des travaux dans les Conseils de Prévention de la Délinquance qui fonctionnent depuis plus de 20 ans ont été menés avec toutes les parties prenantes au dossier – services sociaux, police, gendarmerie, justice, élus, associatifs et éducateurs – y sont représentés.

La matière de base existe il faut et il suffit de s’en servir et d’y mettre les moyens. De plus il faut aussi bien comprendre que la question ne sera pas réglée en un coup de baguette magique alors que la solution exige des modifications de fond et dans la durée.

Qu’on ne vienne pas nous chanter la ritournelle des équilibres budgétaires, le coût des émeutes lorsqu’elles se produisent et largement supérieur aux coûts des politiques à mettre en œuvre pour les éviter.

Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, Au ministre de donner le ton fermement, au gouvernement et à la Présidence de la République de ne pas imaginer que l'on sortira de cette question en trichant avec la réalité.

Réalité qui tient au fait que l'on ne pourra pas indéfiniment reporter aux calendes grecques l'acceptation d'une analyse critique des conséquences du modèle de société actuel sur l’état des comportements dans les quartiers marginalisés et des correctifs qu'il convient d'y apporter globalement pour que tout ne tourne pas finalement au drame.

Ce qui s’est passé à Amiens-Nord est un révélateur de la fragilisation du consensus citoyen et républicain dans la société française où se banalisent à tous les niveaux, le relativisme des valeurs, l’individualisme exacerbé, «la démerde» comme moyen de vivre et d’exister, la perte de confiance envers les élites, notamment politiques.

Cette réalité est aussi, il ne faut pas hésiter à le dire sans pour autant justifier les comportements des casseurs qui ne respectent plus rien en dehors de leurs propres codes, la manifestation d’une dérive économique et sociale ravageuse dont l’origine est à chercher loin en amont des faits qui nous occupent aujourd’hui.

Au élus et à la justice il reviendra d'apporter, demain, leurs contributions, sans angélisme et sans se noyer dans des oppositions sémantiques et idéologiques qui nous le savons depuis plus de 15 ans ne mènent à rien. Sans démagogie non plus.

Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, Aux forces de l’ordre il restera, dans le cadre républicain et le périmètre des politiques décidées, à assumer leur mission qui, nous le savons tous, est de faire respecter la loi avec rigueur responsabilité et professionnalisme, le relativisme en la matière ne pouvant y avoir aucune place.

Aux citoyens enfin l’impérieuse obligation, l’impérieux devoir, de se conformer à la loi et de répondre aux autorités qui ont en charge son application. Rien ne justifie en démocratie, où les instances de recours existent, que l’on se fasse justice, seul ou en bandes organisées, en saccageant et en détruisant les biens publics ou privés.

Le temps est compté, la rentrée sociale arrive à grands pas.

Cette rentrée sera chaude, chacun le pressent, et le risque potentiel existe bel et bien d’un  basculement dans le chaos politique, économique et social si, aux difficultés des inévitables mouvements sociaux qui résulteront des suppressions en cascade d'emplois dans le secteur privé devait, en plus, s'ajouter un embrassement des quartiers difficiles dans les grandes métropoles urbaines.

Amiens, Amiens-Nord, quartiers difficiles, Manuel Valls, Conseils de Prévention de la Délinquance, citoyenneté, Présidence de la République, Consensus citoyen, casseurs, dérive économique et sociale, Forces de l'ordre, bandes organisée, métropoles urbaines, classe politique, Face à une crise économique et financière européenne et mondiale qui n'en finit pas, une situation explosive sur le front géopolitique et diplomatique, l'heure est plus que jamais, pour la classe politique et médiatique, à la responsabilité à la lucidité, au courage et au rassemblement.

Les petites phrases, les coups d’éclat à trente-six bandes, les affrontements de principe systématiques doivent cesser sans que bien sûr ne soit tenue au silence, ou mise sous le boisseau, toute expression d’opposition construite et argumentée d’où qu’elle vienne.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu