Avertir le modérateur

23/06/2013

Entubé, farci, estampé : un couple gay « se fait mettre dans le baba » !

Début juin une vendômoise soupçonnée d’avoir maronné un couple d’homosexuels toulousain a été interpellée à son domicile et inculpée. L’affaire se déroule à Vendôme dans le Loir-et-Cher.

La femme, mère de quatre enfants, âgée de 34 ans, en échange d’une somme de 15000 euros, aurait accepté de porter un enfant conçu à partir du sperme de l’un des deux homosexuels toulousains.

A la naissance du bébé, malgré l’arrangement arrêté entre les parties et l’avance de 9000€ qu’elle avait reçue, la maman, Aurore, a fait croire que le garçon qu’elle a mis au monde était mort-né pour le revendre à un autre couple avec qui semble-t-il la transaction aurait été, selon le Point et La nouvelle République, encore plus lucrative.

Constatant que leur projet avait tourné court, et qu’ils s’étaient fait passer à la lime douce, les deux homosexuels toulousains se sont présentés à la maternité de la polyclinique où la femme avait accouché.

L’un des deux, répondant au prénom d’Alexandre,  aurait évoqué « un contrat de mère porteuse » et se serait présenté comme le père biologique du nourrisson.

La polyclinique a prévenu le Parquet de Blois et une plainte a été déposée par les victimes de l’escroquerie.

Une information judiciaire a été ouverte pour  «escroquerie, recel d’escroquerie, provocation à l’abandon d’enfant»

Vendôme, Blois, Toulouse, Aurore, Alexandre, entubé, farci, estampé, Autant dire que l’ensemble des protagonistes  – le couple gay, la femme-escroc, le couple qui a obtenu le nourrisson – sont visés par la Justice.

En effet au-delà de l’escroquerie sordide, il faut rappeler que la pratique qui consiste à porter un enfant pour autrui est encore interdite dans notre pays.

Jeudi, une demande de remise en liberté d'Aurore, a été rejetée par la chambre de l'instruction.

C’est que les policiers de la PJ de Tours en charge de l’enquête auraient mis en évidence qu’Aurore ne serait pas à sa première opération de procréation pour autrui. 

Elle aurait en 2008 donné naissance à une fille « confiée » sans contrepartie sonnante et trébuchante. Par contre en 2010 elle aurait cette fois porté un garçon dont elle aurait négocié et monnayé l’abandon.

Cette affaire n’est pas sans susciter bien des interrogations d’ordre juridique, moral et sociétal.

La maman naturelle, biologique si le terme devait ne pas convenir aux partisans de la GPA, a-t-elle renoncé à ses droits parentaux sur le petit garçon qu’elle a porté et mis au monde ?

Quel droit le couple à qui  a été confié le petit garçon pourra-t-il invoquer pour garder le bambin ?

Quel nom porte aujourd’hui le garçon qui démarre sa vie dans des conditions plutôt compliquées, comment a-t-il été déclaré aux autorités civiles?

Si Aurore avait tout simplement respecté les termes du contrat passé avec le couple gay de Toulouse, qui aurait entendu dire qu’en France on vend et on achète des enfants dans le dos de la société, de sa justice et de ses valeurs ? 

Combien d’autres cas similaires pour lesquels le silence ne permet pas que l’on en connaisse ?

Me Benjamin Girard, l’avocat d’Aurore, a choisi de plaider la misère sociale : «cette mère de famille était dans une situation financière difficile: elle était sans emploi et son mari, gravement malade, ne pouvait pas travailler ». Il ajoute « Aujourd'hui, elle a pris conscience de la situation, elle est désemparée et éprouve beaucoup de culpabilité ».

Le manque d'argent aurait donc été le carburant qui aurait alimenté le moteur de cette misérable histoire. Mais tout de même, sans préjuger des décisions de justice à venir, se faire négociant en enfants portés mais non inscrit dans un projet familial personnel en vue de d’obtenir un revenu pose question.

Dans quelle société vivrons-nous demain ?

Deux dernières questions qui ne visent pas à clore le débat interrogeons-nous sur l’avenir du petit bébé et des quatre gamins qu’Aurore élève.

Au terme de la procédure judiciaire qui s’annonce longue et complexe, que vont devenir les quatre enfants qui jusqu’à présent vivaient avec Aurore? Famille d’accueil, placement en institution publique …… ? Qui s’en préoccupe ?

Enfin, à qui l’enfant vendu deux fois sera-t-il confié pour construire sa vie ? Aux payeurs en dernier ressort, à la mère biologique, au père biologique acheteur ? A qui ?

Pour l’instant personne ne se préoccupe de ce petit bonhomme qui lui n’a rien demandé et surtout pas d’être plongé dans un tel «innommable bourbier».

09:04 Écrit par Bernard FRAU dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vendôme, blois, toulouse, aurore, alexandre, entubé, farci, estampé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

19/06/2013

De Mitterrand à Sarkozy, le révélateur Tapie!

13 JUIN 2013 Par LAURENT MAUDUIT

Mis en difficulté avec l'affaire Cahuzac, les socialistes ont 

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

trouvé avec le scandale Tapie une opportunité de contre-attaque pour dénoncer l'affairisme qui avait cours sous le précédent quinquennat. En chœur, tous les hiérarques de la Rue de Solferino dénoncent donc à qui mieux mieux cette « affaire d'Etat »

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

Ils se font un malin plaisir de souligner qu'elle va nécessairement éclabousser Nicolas Sarkozy, à l'origine des instructions qui ont conduit au désormais célèbre arbitrage et aux 403 millions d'euros perçus sans doute indûment par Bernard Tapie. 

Au risque de jouer les rabat-joie, il faut pourtant dire les choses telles qu'elles sont : les dignitaires socialistes n'ont aucune raison de tirer la couverture à eux et de s'attirer les mérites de ce spectaculaire épilogue judiciaire qui est en train de se jouer, avec la mise en examen de l'un des arbitres pour «escroquerie en bande organisée». 

D'abord parce qu'ils n'ont pas joué les premiers rôles Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,dans la bataille pour que la vérité finisse par émerger - le président du MoDem, François Bayrou, a manifesté une pugnacité autrement plus remarquable. Et puis, surtout, les socialistes ont une part de responsabilité dans cette histoire stupéfiante, qu'il est opportun de ne pas oublier.

En quelque sorte, Bernard Tapie fait le pont entre les 

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

aspects les plus sombres du mitterrandisme et les traits les plus saillants du sarkozysme. Ou, si l'on préfère, c'est un formidable révélateur de l'affairisme qui avait cours sous le premier, et qui s'est encore accentué sous le second.

L'histoire de Bernard Tapie peut en effet se résumer à ce sidérant raccourci : le scandale, c'est sous François Mitterrand qu'il a commencé, et c'est sous Nicolas Sarkozy qu'il s'est achevé.

Sa bonne fortune, c'est, de fait, sous le second septennat de François Mitterrand que Bernard Tapie a commencé à la connaître.

D'abord parce que les socialistes ont pris à l'époque la responsabilité de le présenter sous les traits d'un entrepreneur modèle, au point de faire de lui un ministre, alors qu'il n'était qu'un aventurier sans trop de scrupule de la vie financière, jouant en permanence sur le registre du populisme. 

Mais il y a encore beaucoup plus grave que cela.

C'est que Bernard Tapie a tiré financièrement avantage de cette courte échelle que lui ont faite les socialistes.

L'homme d'affaires se présente en effet souvent en victime et fait valoir qu'il aurait été floué par le Crédit
lyonnais lors de la revente du groupe Adidas, mais la vérité est tout autre. S'il n'avait pas été protégé par François Mitterrand, il n'aurait jamais profité des bonnes grâces du Crédit lyonnais, qui était à l'époque une banque nationalisée.

On oublie trop souvent que Bernard Tapie n'a jamais engagé le moindre argent personnel - pas un seul centime - lors de sa prise de contrôle, en juillet 1990, du groupe Adidas : c'est la banque publique qui a financé l'opération, en lui faisant un prêt de 1,6 milliard de francs sur deux ans ; prêt que Bernard Tapie n'a jamais été capable de rembourser.

Or, deux ans plus tard, après déjà bien des péripéties, si la banque, à l'époque dirigée par Jean-Yves Haberer,
avait été un établissement normal ; si l'Elysée n'avait pas fait comprendre que Bernard Tapie était sous sa protection et allait bientôt redevenir ministre, l'histoire se serait arrêtée là. 

Le Crédit lyonnais aurait fait jouer les nantissements dont il disposait sur les titres Adidas de Bernard Tapie, et il n'y aurait pas eu de litige commercial les années suivantes. Et il n'y aurait pas eu non plus d'arbitrage seize ans plus tard. 

En somme, Bernard Tapie a profité d'un traitement de Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,faveur indigne d'une démocratie, en 1992, parce qu'il était l'un des protégés de François Mitterrand. Et c'est grâce à cela, sans jamais avoir investi le moindre sou dans Adidas, qu'il a pu, longtemps après, intriguer dans les coulisses du pouvoir 

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

sarkozyste.

A bon droit, on peut donc juger sévèrement cette histoire d'arbitrage, dont Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde ont pris l'initiative en 2007.

Très sévèrement, surtout si la justice arrive à étayer ce qui est aujourd'hui sa suspicion, à savoir que toute la procédure n'a été, en réalité, qu'une invraisemblable «escroquerie», conduite par une «bande organisée» qui pourrait avoir des ramifications jusqu'à l'intérieur même de l'Etat. 

Mais il ne faut donc pas perdre de vue que ce scandale trouve sa source dans d'autres dérives, celles qu'ont connues les socialistes au début des années 90. Epoque passablement glauque !

C'étaient les «années-fric», les années de «l'argent fou», éclaboussées par une cascade de scandales, du délit d'initiés de Pechiney-Triangle jusqu'aux détournements d'Elf. 

De cette époque lointaine, où Bernard Tapie était le protégé de l'Elysée, il reste d'ailleurs des traces. Car, aujourd'hui encore, quelques socialistes lui sont restés fidèles et défendent sa cause.

A commencer par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui intrigue en 

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

permanence en sa faveur. 

En quelque sorte, Bernard Tapie est un trait d'union entre deux époques détestables, où la démocratie était anémiée et l'affairisme, prospère.

En sommes-nous vraiment sortis ?

Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Les années Fric, Claude Bartolone, Elf, Pechiney Triangle, Adidas, Crédit Lyonnais, François Bayrou, Modem, escroquerie en bande organisée, scandale Tapie, Christine Lagarde, affaire d'état,

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: Médiapart

16/06/2013

UMP: Copé a commis «une faute inexcusable»

Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,Dimanche 16 juin sur le plateau de France 2, François Baroin l’ancien ministre de l'Economie s’en est pris très durement à Jean-François Copé le sarkozyste président de l'UMP.

Répondant à une question de François Delahousse, le Député-Maire de Troyes après avoir dit le bien qu’il Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,pensait de Nathalie Kosciusko-Morisset est revenu sur  l’élection pour la présidence de l’UMP pour lancé à propos de Jean-François Copé : «il a commis une faute inexcusable pour moi une faute inexcusable: l'auto proclamation du secrétaire général à 22h30 alors qu'il organisait le scrutin».

Comme si cela ne suffisait pas, il a ajouté «du coup, il a créé les conditions pendant un mois de menacer notre famille politique», estimant au passage que «la légitimité» de Jean-François Copé comme président de l’UMP en était «altérée »

«La page est tournée depuis longtemps maintenant» a poursuivi François Baroin qui aujourd’hui a rejoint François Fillon, lequel de son côté ne cache pas ses ambitions pour 2017.

 

Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,

Cela ne doit pas manquer de  donner quelques tics de plus à Nicolas Sarkozy en ce moment de montée en pression de l’explosive affaire Tapie qui n’en finit pas de se rapprocher de sa personne. 

Appel des 1000 : POUR UN AUTRE PLAN AUTISME 2013

29293_10150180153680507_8043101_n.jpgL’annonce du plan autisme était attendue par les professionnels (soignants, enseignants, éducateurs, etc.) et les familles : le manque de moyens en termes de places et de personnels entraine de tels dysfonctionnements, de tels délais d’attente, de telles ruptures de prise en charge, de telles souffrances parentales qu’il était urgent et indispensable de proposer un plan présentant une grande ambition.

Or si on retrouve dans ce plan quelques points attendus (comme le dépistage précoce), les moyens supplémentaires alloués sont dérisoires, voir nuls dans la psychiatrie publique et l’Education nationale, et ne règleront aucun des graves problèmes de pénurie.

Mme Carlotti, ministre déléguée en charge du dossier, a accompagné l’annonce de ce plan par des propos inacceptables à l’égard des approches fondées sur la psychanalyse. Ces propos s’appuient sur les recommandations de la HAS et structurent le plan Autisme 2013 d’un seul point de vue, sans nuance, niant les critiques, les communications et les travaux les plus récents.

Les recommandations de la HAS, Haute Autorité de Santé, ne font pas consensus, elles se parent d’une scientificité qui n’est en rien démontrée, ce que la revue Prescrire dans son numéro d’avril 2013 a très bien énoncé. Elles obèrent les choix éclairés des professionnels comme des familles.

La pluralité des approches est nécessaire en face d’une réalité psychique complexe, celle de chaque sujet en souffrance, qui ne saurait se réduire à une seule dimension, à un seul registre de la connaissance et du savoir. Nous demandons donc le retrait des recommandations de la HAS.

Qui plus est la confusion continue d’être entretenue entre les plans éducatifs, pédagogiques et thérapeutiques.

Le plan Autisme 2013 organise les préconisations dans le parti pris d’un seul point de vue exclusif, non-recevable. Ces recommandations se fondent en fait sur une lecture idéologique et normative de l’autisme pour dénoncer des recherches et des pratiques qui n’auraient pas fait leurs preuves.

Aujourd’hui c’est de l’autisme qu’il s’agit, mais le risque est inévitable d’une généralisation de la méthode suivie pour ce plan à l’ensemble du champ éducatif, pédagogique et soignant. Alors demain un plan pour les troubles bipolaires ou la schizophrénie ? Il n’y aura plus de maladies seulement des anomalies à corriger ?

Nous ne voulons pas d’une HAS qui par ces recommandations univoques interdit l’esprit du doute nécessaire à l’approche scientifique et à la recherche, qui ne saurait restreindre son effort de façon unidimensionnelle. 

Nous ne voulons pas d’une HAS qui interdit la prise en considération des pratiques soignantes, éducatives et sociales qui ont fait leurs preuves et sont approuvées par des familles qui n’ont pas été entendues, alors qu’elles dénoncent les excès d’approches uniques quelles qu’elles soient. 

Nous ne voulons pas d’une HAS, outil de l’Etat. Le choix et la nomination des dirigeants de cet outil par l’exécutif de l’état confirment sa dépendance. Les proximités avec l’industrie pharmaceutique signent une orientation thérapeutique.

Cette HAS n’est indépendante ni de l’Etat ni du monde pharmaceutique

Nous ne voulons pas d’une HAS dont les recommandations empêchent la pensée des professionnels et des citoyens et autorisent les politiques à imposer au bout du compte ce qui s’apparente à une science d’état. 

Nous ne voulons pas non plus d’une HAS qui par ces recommandations orientent les formations initiales et continues des professionnels du soin et des travailleurs sociaux de ce seul point de vue, niant ainsi une des compétences premières de ceux-ci à savoir l’accueil de la personne en souffrance, de la personne en difficulté, en attente d’une attention et d’une écoute avant les réponses thérapeutiques, éducatives et sociales indispensables.

Ne plus penser sa pratique pour un professionnel, fait de celui-ci un agent de l’ordre social et non plus un soignant.

Ne plus exercer son libre arbitre dans la rencontre singulière, c’est se soumettre à une autorité bureaucratique.

Nous réaffirmons la nécessité d’un engagement fort de l’Etat par un débat préalable à la promulgation d’une loi cadre pour la refondation de la psychiatrie de secteur et les moyens de la mettre en œuvre avec les professionnels, qu’il s’agit de former à la complexité, et avec les usagers qui sont aujourd’hui partie prenante, pour une psychiatrie fondée sur l’hospitalité et non sur la ségrégation et le formatage.

L’empêchement de penser, donc de créer, pour les patients, pour les professionnels, et pour les familles, est une atteinte à la démocratie et à la culture.

 

C’est pour cela que nous tous ici réunis appelons à un autre plan Autisme, au retrait de la recommandation de l’HAS sur l’autisme et à la remise en cause de cette HAS Là !


POUR LE RETRAIT DE LA RECOMMANDATION DE L’HAS SUR L’AUTISME

Pétition en ligne : http://www.hospitalite-autistes.org/spip.php?article1

 

Sur le même sujet :

logodes39.jpgLettre ouverte à Monsieur de Président de la République10 mai 2013

Par Collectif des 39 : http://www.collectifpsychiatrie.fr/?author=1

 

 

 

06/06/2013

Clément Méric est mort

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme,

Clément Méric est mort dans l’après-midi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, victime de la pire des stupidités qui soit : la haine furieuse de l’autre !

La haine horrible de celui que l’on déteste parce qu’il est différent au point de tuer et ensuite de lâchement se sauver pour éviter d’assumer!

Clément Méric est mort à 19 ans, après avoir été violemment agressé, en soirée, dans une voie piétonne du quartier Havre-Caumartin à Paris.

Nos premières pensées vont à sa famille, plus particulièrement son père et sa mère dont la douleur en ces moments doit être incommensurable.

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Ensuite nous voulons dire à ses proches, à ses professeurs et copains de classe de Sciences-Po ainsi qu’à tous ses amis combien nous comprenons la tristesse qui les accable et que nous voulons partager avec eux!

«Jeune garçon très engagé », «qui ne disait jamais un mot plus haut que l'autre », «une crème», «le type de personne que tout le monde voudrait avoir dans son entourage ». Les uns et les autres ne tarissent pas d’éloges pour ce jeune homme militant antifasciste.

Clément Méric était particulièrement engagé dans ce combat d’idées digne et respectable. Il en est tragiquement mort. C’est horrible.

La classe politique unanime qui clame son horreur et qui, avec Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, force trémolos dans la voix de chacun de ses représentants, exige ou promets des mesures d’une très grande fermeté, ferait bien de regarder avec quelle violence le débat démocratique se déroule depuis quelques années dans notre pays sans que véritablement la situation ne s’améliore.

Cette tragédie est d’abord un symbole horrible et la conséquence des échecs successifs des partis de gouvernement dans l’incapacité à trouver les voies et moyens pour sortir le pays de ses difficultés avant de penser à préparer le terrain des prochaines échéances électorales.

Tous ceux qui ont encore le courage de regarder jusqu’au bout les séances des «questions au gouvernement» à l’Assemblée Nationale savent très bien de quoi il s’agit.

La question n’est pas de dissoudre tel ou tel groupuscule pour enrayer la lente montée de la droite extrême qui s’incruste dans la société française comme partout en Europe d’ailleurs.

Que les Jean-Luc Mélenchon, Jean-Vincent Placé, Harlem Désir, Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Jean-François Copé, Valérie Rosso-Débord, Marine Le Pen et les autres y mettent une sourdine et utilisent leur énergie à construire plutôt qu’à démolir et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Qu’il soit enfin mis fin à tous les arrangements entre coquins et que soient impitoyablement et ouvertement exclus du jeu politique tous ces chancres qui minent et empoisonnent la démocratie et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Dans cette affaire les citoyens doivent imposer leur volonté. Leur responsabilité est également engagée, car l’indifférence ne peut plus être de mise quand la droite extrême se radicalise à ce point.

Faute de quoi cette tragique soirée qui a conduit Clément Méric à la mort risque bien de se reproduire mais cette fois à une échelle encore plus importante.

20:21 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clément méric, extrême-droite, sciences-po, anti-fascisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

05/06/2013

Nouvelles fuites d'eau contaminée à Fukushima

De source Europe 1 et Reuters en date du 5 juin l'opérateur TEPCO, FUKUSHIMA, Fuites radioactives, Césium, Japon, Les blaireaux du monde pronucléaire,japonais Tepco gestionnaire de la centrale nucléaire de Fukushima a fait état de nouvelles fuites d’eau contaminée en provenance d’un réservoir repérées par un des technicien du site.

Déjà en début de semaine l’opérateur japonais – TEPCO – avait signalé  un épanchement de césium radioactif dans l’eau du sol environnant la centrale.

Comme toujours depuis la catastrophe les deux dysfonctionnements ont été qualifiés de négligeables par les autorités en charge de la centrale.

Le directeur du nouveau régulateur nucléaire japonais – TEPCO, FUKUSHIMA, Fuites radioactives, Césium, Japon, Les blaireaux du monde pronucléaire,Shunichi Tanaka – installé à la place de l'organisme totalement discrédité lors de la catastrophe de mars 2011 où un tremblement de terre suivi d'un tsunami avait  entraîné une fusion des réacteurs et des explosions multiples à la centrale, a demandé que TEPCO règle immédiatement ce nième problème.

Il s’est empressé par ailleurs d’indiquer que le régulateur ne semblait pas accorder un caractère de gravité particulier à cette fuite d’eau contaminée.

Vous avez bien lu «ne semblait pas» !!!!

Il faut noter que depuis les mois de mars et avril 2013, une série d'incidents identiques ainsi que des pannes de courant se sont produite à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi.

Ces incidents et pannes récurrentes confortent auprès de l’opinion publique et des pouvoirs politiques japonais dans l’idée que l’opérateur est dans l’incapacité de maîtriser réellement la situation s’agissant des questions relatives à la gestion du confinement de l'eau contaminée afin d’éviter les pollutions du sol et eaux marines.

Et pendant ce temps-là, tous «les blaireaux du monde pro-nucléaire» nous amusent avec leur blabla sur la qualité et la compétence des autorités en charge du nucléaire en général et de celles du Japon en particulier.

TEPCO, FUKUSHIMA, Fuites radioactives, Césium, Japon, Les blaireaux du monde pronucléaire,On ne le redira jamais assez, outre le fait que la production d’énergie nucléaire est coûteuse sale et dangereuse, le nucléaire n’est pas à la dimension de l’homme ni sur le fond ni dans sa forme.

17:55 Écrit par Bernard FRAU dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tepco, fukushima, fuites radioactives, césium, japon, les blaireaux du monde pronucléaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

02/06/2013

Fukushima : Les blaireaux nous prennent pour des truffes!

Fukushima, Tchernobyl, OMS, UNSCEAR, Comité scientifique de l'ONU, Cancer de la Thyroïde,

Selon une dépêche AFP, vendredi 31 mai un comité de chercheurs de l’ONU, basé à Vienne  – l’UNSCEAR – a fait savoir dans un rapport officiel que les conséquences des émissions radioactives suite à la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi de 2011 ne devraient pas engendrer de conséquences sur la santé pour la population et la grande majorité des travailleurs.

Lors de la présentation de son rapport, dont la publication est à venir, le Comité scientifique de l’ONU est allé jusqu’à saluer la réaction des autorités gouvernementales dès le début de la catastrophe, allant jusqu’à indiquer que les mesures prises en Fukushima, Tchernobyl, OMS, UNSCEAR, Comité scientifique de l'ONU, Cancer de la Thyroïde, vue de la protection des populations auraient eu pour résultat de diviser par 10 l’exposition aux radiations.

S’agissant des travailleurs dépêchés sur le site – 25000 environs – le comité précise qu’aucun d’entre-eux n’est décédé et qu’il est peu probable, vu le faible nombre qui ont été très exposés, que l’on puisse noter dans le futur une augmentation des cancers de la thyroïde consécutifs aux radiations.

Rappelons qu’en mars 2011, suite à un tremblement de terre Fukushima, Tchernobyl, OMS, UNSCEAR, Comité scientifique de l'ONU, Cancer de la Thyroïde, séisme de magnitude 9 et à un tsunami gigantesque, l'accident à la centrale nucléaire de Fukushima avait provoqué le rejet de très importantes émissions radioactives polluant l'air, la mer et les sols de la région, située à 220 km au nord-est de Tokyo.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, environs 100000, avaient dû évacuer leur domicile et la catastrophe naturelle avait causé la mort de 19.000 personnes sans qu’il ait été établi un décompte officiel des décès occasionnés directement par les radiations nucléaires en provenance de la centrale.

Fukushima, Tchernobyl, OMS, UNSCEAR, Comité scientifique de l'ONU, Cancer de la Thyroïde, Contrairement aux conclusions du rapport de l'UNSCEAR, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré en mars 2013 que, dans les zones les plus contaminées, le risque de cancer a augmenté précisant que le reste de la population japonaise n'était pas affectée.

La catastrophe de Fukushima est à ce jour le pire accident nucléaire qui se soit produit depuis 1986 à la centrale de Tchernobyl  en Ukraine. Une augmentation du nombre de cancers de la thyroïde y avait été constatée.

Wolfgang Weiss, qui a supervisé l’élaboration du rapport de l'UNSCEAR aura beau nous déclaré que les doses de radiations reçues à Tchernobyl par les populations étaient supérieures à celles mesurées à Fukushima rien ne nous empêchera de penser que ce rapport n’est qu’une collection  d’informations douteuses qui ne visent qu’à faire croire au bon peuple japonais que son pays peut régénérer son parc nucléaire et faire comme si rien ne s’était passé.

Fukushima, Tchernobyl, OMS, UNSCEAR, Comité scientifique de l'ONU, Cancer de la Thyroïde, Ce lamentable rapport est à la fois un outil de propagande pro-nucléaire et une provocation pour les innombrables Japonais qui refusent de voir leur pays réinvestir dans cette filière énergétique hors de prix, sale et dangereuse pour les Hommes et la Nature!

Cela vaut d’ailleurs également pour la France qui s’obstine à vouloir à maintenir le choix nucléaire engagé par Valéry Giscard d’Estaing, consolidée par François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et maintenant François Hollande.  

Les blaireaux nous prennent pour des truffes mais nous ne sommes pas dupes




12:51 Écrit par Bernard FRAU dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fukushima, tchernobyl, oms, unscear, comité scientifique de l'onu, cancer de la thyroïde | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

31/05/2013

UMP Paris : l’union dans la totale désunion !

Ce vendredi matin les électeurs parisiens ont été appelés, dans le cadre d’une primaire, à voter pour désigner, parmi quatre NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,candidats - l'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet 40 ans, le maire du 1er arrondissement Jean-François Legaret 60 ans, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel 35 ans et l'élu régional Franck Margain 51 ans – celui ou celle qui bénéficiera de l'investiture UMP lors de la prochaine municipale à Paris en mars 2014.

Nathalie Kosciusko-Morizet est a priori la mieux placée pour l’emporter.

NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Mais voilà entre haine recuite, soupçon de fraudes et divisions sur fond de positionnement à propos de la Loi Taubira concernant la question du mariage gay ce qui aurait dû être un exercice réussit de démocratie participative tourne au vinaigre.

Depuis plusieurs jours déjà les concurrents de NKM, Nathalie NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Kosciusko-Morizet, avaient fait état de leurs doutes sérieux quant à la fiabilité des moyens techniques  mis en place par Docapost – une filiale de La Poste – pour les opérations de vote. Il semblerait en effet qu'aucun contrôle ne permette de s’affranchir d’éventuels cas d'usurpation d'identité, et que certains inscrits seraient empêcher de voter.

Jeudi, Jean-François Legaret, avait demandé la convocation en NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,urgence du Conseil supérieur de la primaire dénonçant une manœuvre tendant à faire passer auprès des électeurs le maire du 1er arrondissement de Paris pour un partisan déterminé du mariage gay.

Le même s’en prenant à Claude Goasguen, très façon Balladur mais politesse en moins: «Claude Goasguen est une grande gueule je lui demande de la fermer jusqu'à la fin de la campagne».

Aujourd’hui, les opérations de vote à peine engagées, le candidat soutenu par la «Droite Forte de l’ex Front National Guillaume Pelletier» Pierre-Yves Bournazel, dont on dit qu’il est le principal NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,challenger de Nathalie Kosciusko-Morizet réclame «la suspension du vote» pour cause de «tricheries». «Le conseil des primaires ne peut pas ne pas suspendre le vote, et ainsi cautionner ces tricheries... Aucun d'entre nous n'aura la légitimité nécessaire à l'issue d'un tel processus», a-t-il déclaré à 17 heures sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Ambiance !

Le responsable de l’organisation de la primaire, l’expérimenté Antoine Rufenacht, dont la rigueur l’honnêteté intellectuelle et l’expérience politique ne peuvent être contestées a très sèchement répondu au  jeune «minot» aux dents mais un peu trop longues: «Il est hors de question de suspendre le scrutin. Cette déclaration est un petit coup de campagne d'un candidat mécontent».

Une manière diplomatique mais très ferme de signifier à Pierre-Yves Bournazel: circulez «petit» ce n’est pas le ¼ d’heure de jouer au c….

C’est qu’après le pataquès Copé-Fillon de cet automne, l’UMP NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,dont l’image n’est pas au zénith, ne peut pas se payer une nouvelle version, médiatico-politique cette fois, de règlement de compte à OK Corral qui ruinerait définitivement la primaire à venir pour la présidentielle 2017!

A moins que Nicolas Sarkozy ne soit à la manœuvre en sous-NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,main pour saboter l’affaire, lui dont on connait désormais l’estime qu’il porte à Jean-François Copé et François Fillon les qualifiant avec bien peu d’élégance de  «deux connards……qui font du mal à la droite».

Quoi qu’il en soit Nathalie Kosciusko-Morizet mérite mieux comme soutien pour ce début de campagne que ce NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,détestable spectacle de l’union dans la désunion. D’autant qu’en l’état, face à Anne Hidalgo – la candidate imposée par Bertrand Delanoë, confirmée par le PS à l’issue d’un scrutin où elle était seule candidate –  ses chances paraissent plutôt raisonnables.

L’UMP dans son ensemble ferait bien d’entendre la réaction de NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Rachida Dati sur Twitter: «Fortes tensions, divisions, suspicions de fraude, faible engouement, c'est ce que j'avais, hélas, prédit ! Que l'on en finisse vite et que l'on commence la seule bataille utile aux Parisiens : celle contre la gauche sortante !»

28/05/2013

L'UE a décider de lever l'embargo sur les armes à destination des rebelles syriens

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   L'UE vient d’autoriser sous conditions la livraison d'armes aux rebelles syriens.

On peut s’interroger sur l’influence qu’a pu avoir le reportage filmé ramené de Syrie par deux journalistes du monde Jean-Philippe Rémy et Laurent Van Der Stockt qui accuse l’armée régulière de Bachar Al Assad d’avoir utilisé des armes chimiques contre les Frères musulmans et les djihadistes d’Al-Nosra en rébellion contre le régime.

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   «Les présomptions d'utilisation de ces armes sont de plus en plus étayées », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius qui visiblement a rangé la diplomatie française sous le parapluie qatari et saoudien à la solde des va-t’en guerre de l’Oncle Sam et du Royaume-Uni.

C’est dans la nuit de lundi à mardi, que les Vingt-Sept ministres européens des Affaires étrangères ont finalisé leur accord dont l’accouchement a été plutôt difficile, l’Allemagne, les Pays Bas, l'Autriche, la République tchèque, la Suède, la Finlande et la Roumanie manifestant leur opposition à une participation extérieure de l'UE à la « guerre civile » syrienne. 

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   «Ce qui compte, c'est ce qui est bon pour la Syrie. C'est plus important que de savoir si l'UE sera capable ou non de faire front commun sur chaque détail», a déclaré au cours des négociations le chef du Foreign Office faisant état de la  souveraineté britannique.

«L'UE vient de recevoir le prix Nobel de la paix, ce n'est pas pour s'engager directement dans un conflit par le biais de livraison d'armes», a rétorqué le chef de la diplomatie autrichienne Michael Spindelegger.

On peut se demander au nom de quelle disposition du droit international, des pays tiers, en l’occurrence ici le Royaume-Uni, la France, l’Italie, l’Allemagne et les autres peuvent décider de ce qui est bon pour la Syrie surtout lorsqu’il s’agit de prêter la main à des islamistes-djihadistes qui rêvent d’installer un Califat à Damas.

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   Sont-ils aveugles ou ne comprennent-ils rien ces diplomates qui apparemment n’ont pas encore tiré les leçons des soi-disant « printemps » irakien, égyptien, libyen et tunisien ?

Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, s’est élevé contre la décision des 27, considérant que celle-ci portait un «préjudice direct à la possibilité d'organiser une conférence internationale» en vue de régler politiquement le conflit syrien.

Seule la volonté de ne pas laisser apparaitre une unité européenne ravagée a permis d’aboutir  à un compromis totalement boiteux qui maintient les sanctions économiques et financières du précédent embargo mais en soustrait la livraison d’armes à la rébellion anti-Assad.

Les exportations d’armes sont soumises à un code de bonne conduite de chacun des 27. Autant dire que cet accord n’est en aucun cas un accord européen mais une collection de promesses dont chacun sait que toujours elles n’engagent que ceux qui les avalent.

Quelles garanties les européens auront-ils de ne pas voir les armes entre les mains des extrémistes d’Al-Nosra  filiale d’Al-Qaïda ?

Cette question est d’autant plus importante que depuis le retrait de Moaz al-Khatib la Coalition nationale syrienne n’a plus de président et se trouve prise dans l’étau des batailles que se livrent  les parrains qatari et saoudien pour s’en assurer le contrôle.  

Il serait de bonne prudence que d’attendre de connaître exactement qui sont les membres de cette coalition et les rapports de force internes avant de commencer des livraisons d’armes.

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   Enfin il convient de s’interroger fortement sur cet article du Monde qui, semble-t-il, est à l’origine des pressions effectuées pour aboutir à la décision européenne de lever l’embargo des armes à destination des rebelles syrien.

Damas, Syrie, embargo, rebellion syrienne, Al Nosra, Al Qaïda, Bachar Al-Assad, Le Monde, Les Frères Musulmans, Qatar, Arabie Saoudite, Sergueï Riabkov, Coalition syrienne, Moaz al-Khatib   Quelques photos de soldats complaisants, quelques déclarations calibrées de témoins bien briffés et de médecins acquis à la cause des rebelles, bref un reportage à charge dont aimerait savoir qui l’a financé.

L’on voudrait manipuler l’opinion publique pour lui faire admettre d’engager une expédition punitive contre Bachar Al-Assad comme cela a été le cas pour Saddam Hussein que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Tout cela n’est guère très glorieux pour la diplomatie française.

16/05/2013

Hôtel-Dieu de Paris : Lettre ouverte à Marisol Touraine

Hospitel-Hotel Dieu Paris

L’appel de l’Hôtel-Dieu de Paris: des médecins contre la restructuration aberrante de cet hôpital

Madame  la  Ministre,

Les  soins  à  l’Hôtel-Dieu  de  Paris  sont  sacrifiés  au  mépris  de ses  patients  et  des  besoins  de  la   population.

Pourtant, avant les autres, l’Hôtel-Dieu fut un hôpital innovant tout en restant conscient des impératifs économiques : acquis  à la prise en charge ambulatoire des patients chaque fois que possible et à la prévention, il a développé en même temps une médecine de  pointe. Son budget n’était  pas  déficitaire.

Les  professionnels  de  l’Hôtel-Dieu  savent :

1) qu’il  n’est pas raisonnable de  supprimer toute possibilité d’hospitalisation des patients dans une  structure destinée à recevoir en consultation programmée ou en urgence des centaines de personnes  malades chaque jour,

2)  qu’il  n’est  pas  raisonnable de se passer d’un vrai service   d’urgences dans une structure destinée à être ouverte  24 heures  sur  24.

Le simple affichage par l’AP-HP d'un ambitieux projet de transformation de l’Hôtel-Dieu en «hôpital universitaire de santé publique» et en «hôpital debout» exclusivement ambulatoire, ne doit et ne peut pas servir de  caution  à  la suppression du  service d'accueil des urgences, des lits  d'aval et des moyens qui soutiennent  leur  fonctionnement.  

Pour ne pas limiter  l'offre à des consultations externes déjà largement proposées par  la médecine  de ville,  les centres  ou  maisons  de santé  parisiens,  des  moyens humains et  techniques solides  doivent permettre d'assurer  une réelle permanence  des  soins.

Le  projet  de  l’AP-HP  ne  correspond :

 ni  aux  besoins  des  patients  présentant  une  pathologie  lourde  ou  urgente,   

ni  à  la  réalité  médicale  hospitalière,                                
ni même  à une  organisation  pertinente  de  l’accès aux soins.    
Le démantèlement  de cet hôpital  (suppression  des urgences et des lits) impacterait l’ensemble des hôpitaux parisiens, déjà saturés, alors que l’Hôtel
Dieu apporte excellence et  proximité.  

Ce  démantèlement doit sarrêter puisquun projet médical alternatif cohérent et économiquement équilibréexiste.

Pour  répondre à sa mission de service public, l’Hôtel-Dieu doit conserver  une  activité  de  soins  et  d’hospitalisation à la  fois d’excellence et de  proximité (urgences1, lits de    médecine interne polyvalente et psychiatrie, service de  radiologie et chirurgie ophtalmologique  et  ambulatoire).

Les  locaux où s’exercent aujourd’hui ces activités sont neufs  ou rénovés depuis  moins  de  5  ans.  

Pourquoi fermer ces structures médicalement et financièrement performantes qui  donnent entière satisfaction aux patients et aux soignants?  

Ces activités  sont  complémentaires  et indispensables  à  une  offre de soins «debout»  de qualité  et en toute  sécurité.

Vous vous engagez, Madame la Ministre, dans le cadre  de votre «pacte de confiance» pour l’hôpital, à ce que les personnels et médecins soient eux-mêmes  acteurs  des  projets.  

Tenez compte des alertes  réitérées des professionnels de santé. Sinon, c’est la  situation de  l’ensemble des filières de soins qui s’aggravera.

L’appel de l’Hôtel-­Dieu

1)    Nous,  médecins, ne pouvons être les complices passifs  de décisions  bureaucratiques  qui  nous privent des  moyens de soigner les  malades.

2)    Nous, médecins, affirmons et démontrons  qu’il  faut  des lits pour soigner les malades, même et peut-être surtout dans  le cadre d’une prise en charge essentiellement ambulatoire disponible 24 heures sur 24.

3)   Nous, médecins, réclamons, l’arrêt du processus de fermeture de l’Hôtel-Dieu: les urgences doivent  être maintenues, les lits nécessaires doivent être conservés, la chirurgie ophtalmologique et ambulatoire doit être soutenue, le  plateau technique doit être développé pour assumer les flux de patients très importants qu’implique la prise en charge ambulatoire d’une population de plus en plus précaire.

Recevez, Madame la ministre, l’assurance de notre détermination à remettre l’hôpital public au cœur du système de soins et l’expression de notre haute considération.

 

Signataires:  


Docteur  Gérald  KIERZEK, urgentiste
Professeur  Robert  ZITTOUN, hématologue
Professeur  Jean-­Marc LEGEAIS, ophtalmologiste
Professeur Dominique VADROT,
 radiologue
Docteur Christophe PRUDHOMME, urgentiste, collectif m
édecins CGT
Docteur Olivier VARNET, neurologue, secr
étaire général du SNMH-­FO
Docteur
 François  DHERMIES,  ophtalmologiste
Professeur Jean-Paul VIARD, sp
écialiste de linfection par le VIH
Docteur Dinah VERNANT, m
édecin de ladolescence, espace Santé Jeunes                                        

1) Urgences médico-chirurgicales, médico-judiciaires  et ophtalmologiques toutes deux uniques à lAP-HP, accueillant 120.000 patients par an.  

Les signatures sont à renvoyer à l'adresse suivante:


gkierzek@yahoo.fr

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu