Avertir le modérateur

21/07/2009

AIX en PROVENCE

6094632.jpgAix en Provence reste de peu à droite !

Avec un peu moins de 200 voix  de plus que son concurrent socialiste, Maryse Joissains-Masini sort victorieuse du 2ème tour de l’élection municipale provoquée à la suite de l’invalidation, par le Conseil d’Etat, de l’élection de 2008. Elle recueille 19484 suffrages (50.39%) contre 19178 (49.60%) socialiste

 

Une forte poussée de la mobilisation, entre les deux tours – près de 4500 voix -, permet donc à la majorité présidentielle de garder la Mairie de la 2ème ville du département des Bouches du Rhône.

 

Maryse Joissains-Masini, maire sortante, a gagné face à une opposition qui allait du NPA de Besancenot au Modem de François Bayrou en passant par le bloc de l’ex-gauche plurielle PS/Verts/PCF.

 

Les Aixois doivent se féliciter de voir que la stratégie mise en œuvre par la collection des oppositions réunies sous la bannière du tout sauf « Joissains-Masini » n’ait pas abouti. En effet chacun peut s’interroger sur la cohérence des décisions politiques de gestion au quotidien de la Ville d’une équipe dont les options idéologiques partisanes sont aussi éloignées.

 

Mauvais perdant, calquant sa démarche sur celle de son leader Laurent Fabius, l’homme à la motion de censure inutile, le candidat socialiste à la Mairie d’Aix annonce qu’il va encore déposer un recours, espérant ainsi faire tomber son adversaire victorieux lors d’une nouvelle élection partielle.

 

Tout ceci est loin des enjeux futurs, les prochaines élections pour la direction des Régions de notre pays, et ne présente qu’un très petit intérêt au regard des enjeux économiques, sociaux et écologiques dont il sera question en 2010.

 

Ce qui vaut pour la Ville d’Aix en Provence vaut pour les prochaines élections Régionales. La très courte victoire de Maryse Joissains-Masini montre qu’il est envisageable de faire basculer un certain nombre des 21 Régions actuellement détenues par le bloc Vert/PS/PCF !

 

Dans cette élection aixoise les Mouvements Indépendants Ecologistes ou Centristes n’étaient pas présents.

 

Il est fort à parier qu’ils seront de la partie  qui se jouera en 2010 et qu’ils se présenteront unis devant les électeurs, dotés d’un programme solide pour des Régions modernes, vivantes, dynamiques et  soucieuses de préserver leur identité ainsi que leur patrimoine  naturel.

 

Les marges de manœuvre pour les 2 camps, l’UMP et le bloc Vert/PS/PCF,   sont étroites, les réserves de voix étant particulièrement faibles de chaque côté, l’issue du prochain scrutin est sans doute encore incertaine.

 

Pour l’UMP, en Haute-Normandie, le pari est assurément gagnable, tant dans cette région la majorité en place y pratique une politique pâlotte et  peu ambitieuse au regard des forts potentiels sur les quels elle pourrait s’appuyer! On ne peut pas tailler à Laurent Fabius un fief sur mesure et en même temps avoir une grande ambition pour la Région

 

L’heure est donc aux rencontres exploratoires,  aux évaluations des risques d’échecs, à la mise en œuvre d’orientations programmatiques en vue de dégager les cohérences nécessaires à la bonne gouvernance de la Normandie.

 

L’indépendance n’est pas l’isolement, le dialogue n’est pas la soumission. L’alliance Ecologiste Indépendante sera, dans la période qui s’ouvre, attentive à faire en sorte que puissent être réunies les conditions d’un partenariat constructif et solide dans l’intérêt de la Haut-Normands

 

 

19:08 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fabius, ump, gauche plurielle, verts, modem | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu