Avertir le modérateur

01/09/2013

Syrie: Barack OBAMA décrète la pause François Hollande suit!

Le 29 août, la Chambre des communes, par 285 voix contre 272 voix, a refusé d’approuver la proposition de David Cameron d’intervenir militairement en Syrie.

Le vote à la Chambre de communes, à claqué comme une gifle cinglante pour David Cameron qui est désormais contraint mettre Barack Obama, François Hollande, Jacques Chirac, De Gaulle, Jean-Pierre Chevènement, David Cameron, Fraçois Bayrou, Syries, Lettre ouverte Bayrou, Sunites Chiites, Vote Chambre des Communes, Parlement à Versailles, Syrie, Damas,un bémol à ses propos et actions belliqueuses. Du coup  Barack Obama dont le piège dans lequel il s’est enferré tout seul – la fameuse ligne rouge – se referme sur lui un peu plus et l’oblige à consulter le Congrès américain pour solliciter un « feu vert » avant de décider de lancer sur la Syrie ses missiles Tomawaksà partir des navires de la flotte américaine pré-positionnée au large des côtes syriennes.

En France, François Hollande, suivant en cela Laurent Fabius et les «pousse à la guerre» de Barack Obama, dit avoir «la certitude» de «la responsabilité indubitable du régime» syrien dans l'attaque chimique du 21 août dernier est désormais dans une position Barack Obama, François Hollande, Jacques Chirac, De Gaulle, Jean-Pierre Chevènement, David Cameron, Fraçois Bayrou, Syries, Lettre ouverte Bayrou, Sunites Chiites, Vote Chambre des Communes, Parlement à Versailles, Syrie, Damas,politique et diplomatique assez inconfortable.  

La pause décrétée par Barack Obama, qui militait pour des frappes punitives immédiates à laquelle la France s’était ralliée, oblige François Hollande à attendre une décision qui le placera demain plus encore en suiveur atlantiste soumis quel que soit la position qu’adoptera le Congrès américain.

De plus au plan national à gauche comme à droite de nombreuses Barack Obama, François Hollande, Jacques Chirac, De Gaulle, Jean-Pierre Chevènement, David Cameron, Fraçois Bayrou, Syries, Lettre ouverte Bayrou, Sunites Chiites, Vote Chambre des Communes, Parlement à Versailles, Syrie, Damas,voix s’élèvent pour réclamer un vote du Parlement.  

François Hollande, qui a déclaré que cette exigence n’est pas inscrite dans la Constitution et que donc il pouvait s’en passer, serait bien inspiré d’y souscrire, ce d’autant que selon un sondage BVA publié le 30 août, 64 % des Français sont hostiles à une intervention armée.

Bernard FRAU Délégué général HER

 


Dominique de Villepin: l'invité de Ruth Elkrief... par BFMTV

Syrie : Lettre ouverte de François Bayrou à François Hollande:

« S’il est peu de doute qu’il existe des armes chimiques – les mêmes ont été si largement utilisées pendant la guerre de 14 –, les preuves indiscutables de la responsabilité de leur utilisation Barack Obama, François Hollande, Jacques Chirac, De Gaulle, Jean-Pierre Chevènement, David Cameron, Fraçois Bayrou, Syries, Lettre ouverte Bayrou, Sunites Chiites, Vote Chambre des Communes, Parlement à Versailles, Syrie, Damas,n’ont pas été apportées, comme l’a reconnu M. Cameron. Le fer et le feu continuent à faire des deux côtés de nombreuses victimes.

Vous créez un précédent : vous allez intervenir sans mandat des Nations unies, sans nos alliés européens, sans l’Otan, dans une action bilatérale avec les États-Unis. Ce que la France reprochait en 2003 à Berlusconi, à Blair, à Aznar, elle va l’accomplir aujourd’hui. Comment interdire à d’autres demain des interventions unilatérales? »

 (…) « … la France a un devoir vis-à-vis d’elle-même! Nous avons construit une image de la France au travers des décennies : de de Gaulle à Jacques Chirac lors du drame irakien, nous étions le pays qui parlait avec tous, et protégeait l’essentiel. Et ce n’était pas seulement une image : c’était notre identité et notre réalité. C’était un patrimoine pour notre pays.

Monsieur le Président, nous étions nombreux à avoir mis de l’espoir en votre modération et votre équilibre. Vous engagez la France dans une voie périlleuse.

Je souhaite me tromper, mais je voulais vous dire que vous faites courir un grand risque à l’avenir de la Syrie, aux minorités, au Liban, et à une certaine idée de la France qui ne s’aligne pas ».

Lu sur : Journal du Dimanche 01/09/2013

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Syrie-la-lettre-ouverte-de-Bayrou-a-Hollande-626689

Syrie : Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Parisien dimanche,

Propos recueillis par Philippe Martinat.

Le Parisien: Vous attendiez-vous à une telle escalade de la tension internationale sur la Syrie?

Jean-Pierre Chevènement: J’ai toujours été inquiet au sujet de la Syrie. J’avais d’ailleurs exprimé ma préoccupation à François Barack Obama, François Hollande, Jacques Chirac, De Gaulle, Jean-Pierre Chevènement, David Cameron, Fraçois Bayrou, Syries, Lettre ouverte Bayrou, Sunites Chiites, Vote Chambre des Communes, Parlement à Versailles, Syrie, Damas,Hollande et à Laurent Fabius dès le mois de juin 2012 quant à la définition de notre politique. Selon moi, il eût mieux valu privilégier une posture de négociation et faire de la France un intermédiaire entre les camps qui s’opposent dans ce qui est une véritable guerre civile intercommunautaire avec, à l’arrière-plan, une rivalité entre sunnites et chiites.

Je ne pense pas que la France ait intérêt à entrer dans une guerre de religion.

Vous jugez notre diplomatie imprudente?

Je m’étais inquiété de la formulation « Bachar doit partir », calquée sur celle employée naguère par Alain Juppé: «Kadhafi doit partir.»

Je me suis entretenu à plusieurs reprises avec le président de la République et avec le ministre des Affaires étrangères. Je pense qu’il n’y a pas de solution militaire, il ne peut y avoir qu’une solution politique.

Celle-ci doit intervenir avec l’ensemble des parties prenantes du conflit, ce qui suppose le respect de la légalité internationale, car c’est dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU que ces négociations peuvent être menées.

En tout cas, j’ai clairement privilégié cette ligne de la négociation et j’ai beaucoup regretté qu’Alain Juppé ait fermé l’ambassade de France à Damas en mars 2012 : il y a une continuité, si je puis dire…

Bachar al-Assad n’a-t-il pas néanmoins franchi la ligne rouge en employant des armes chimiques?

C’est possible, mais ce n’est pas sûr. Etait-ce vraiment son intérêt? Je pense qu’une erreur a été commise par le président Obama quand il a déclaré, en août 2012, que l’emploi de l’arme chimique serait la ligne rouge conditionnant une intervention occidentale. Il s’est piégé lui-même.

Reste maintenant à savoir ce qui s’est passé réellement. On nous parle de preuves, mais je me rappelle de Colin Powell devant le Conseil de sécurité de l’ONU brandissant ses fioles : « We’ve got the evidence! » - NDLR : « Nous avons les preuves ! » - Le secrétaire d’Etat, qui était peut-être de bonne foi, avait été intoxiqué par la CIA. Dans le cas présent, nous n’avons pas de preuves irréfutables.

Il y a tout de même environ un millier de morts dans ce massacre…
Au Caire aussi, il y a un millier de personnes qui ont été tuées, certes par balles, mais on n’a guère entendu les professeurs de morale. Autrefois, il y avait le droit. Aujourd’hui, on a remplacé le droit par la morale. Et de la morale on passe à la punition. C’est plus facile, mais c’est très dangereux, car le fameux « droit d’ingérence », c’est toujours le droit du plus fort : on n’a jamais vu les faibles intervenir dans les affaires des forts.

Je n’ai pas besoin de vous rappeler tous les exemples de manipulation de l’opinion publique dans l’histoire. Je me méfie donc beaucoup des manipulations de l’opinion publique et de la dictature de l’émotion à partir de laquelle on prend des décisions apparemment dictées par la morale mais qui ont en fait un sens politique. Le droit-de-l’hommisme ignore ou, de manière plus perverse, occulte les choix politiques.

La France prend-elle un risque en restant en première ligne à côté des Etats-Unis?

Je constate que la France sera, si cette frappe intervient, le seul allié européen de M. Obama, d’ailleurs soutenu par l’ancien président Bush. C’est la situation inverse de celle de 2003, où les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient le concours de l’Italie, de l’Espagne, de la Pologne et d’autres pays européens. Là, nous sommes totalement isolés.

J’ajoute que l’opinion publique est divisée. Ce n’est pas servir la défense du pays que d’engager nos forces dans un pareil contexte. Le président Hollande parle à juste titre du maintien de la souveraineté de la France.

Mais l’indépendance de la France suppose que nous ne soyons pas ralliés à la ligne « occidentaliste », celle qu’on appelait autrefois néoconservatrice : c’est-à-dire l’Occident contre les autres.

Vous êtes donc résolument hostile à des frappes?

Je n’ai pas un esprit systématique : je m’étais abstenu sur la Libye, j’ai été tout à fait en pointe sur le Mali. Quand on fait le bilan de toutes les ingérences, ce n’est pas très brillant : au Kosovo, nous avons récolté un Etat mafieux ; en Irak, où il n’y a plus d’Etat, il y a eu 1 000 morts en juillet dans des attentats ; en Libye, les milices islamistes sont maîtresses du terrain… Que se passera-t-il demain après Bachar al-Assad? Nous savons très bien qu’il y a des groupes jihadistes importants, armés de l’extérieur. Moi, je serais prudent. Il faut absolument privilégier les voies de la paix.

-------
Source:
Le ParisienDimanche 1 Septembre 2013 à 08:36

21/08/2013

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs

« Mesdames, Messieurs les Députés et Sénateurs,


Pour tenter d’apporter une réponse à l’onde de choc provoquée au sein de l’opinion publique par l’affaire Cahuzac, le gouvernement a déposé devant l’assemblée nationale, dans le cadre d’une procédure accélérée plusieurs projets de loi dont un relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière.

Cette initiative saluée par le Rassemblement Citoyen a été vidée de toute substance par le texte finalement adopté par le Sénat qui :

  • a supprimé la création du procureur financier
  • a refusé d’adopter l’amendement de la commission des lois du Sénat tendant à supprimer le « verrou de Bercy » pour la poursuite de la fraude fiscale commise en bande organisée ou au moyen de montage complexe.
  • a supprimé la possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité

La commission mixte paritaire n’est pas parvenue à élaborer un texte commun. Les deux assemblées seront donc à nouveau saisies de ce texte.

Le Rassemblement Citoyen considère :

  • Que l’institution d’un procureur financier incarnant la lutte contre la criminalité financière et responsable de la mise en œuvre de la politique criminelle insufflée par la Garde des sceaux permettra d’inscrire l’action de la France contre la corruption et la fraude fiscale grave dans le cadre d’une approche stratégique nationale, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Cette lisibilité est d’autant plus importante que la Commission européenne a publié le 17 juillet 2013 une proposition de règlement européen relatif à l’institution d’un parquet européen
  • Cependant, pour contribuer à cette stratégie, l’autonomie de ce procureur s’avère indispensable. Dans un Etat de droit, la justice doit pouvoir être saisie de ces infractions graves sans avoir à dépendre du bon vouloir du ministère du budget. Dans un Etat de droit, on ne transige pas avec les organisations criminelles, on confisque leurs avoirs.
  • La possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité est une exigence élémentaire des sociétés démocratiques. Elle est aussi une exigence au regard des engagements internationaux de la France. Est-il besoin de rappeler que sans les associations de lutte contre la corruption et le courage d’un juge d’instruction, l’affaire des biens mal acquis n’aurait jamais fait l’objet d’aucune poursuite ?

Aussi, le Rassemblement Citoyen vous exhorte :

1°) A créer un procureur de la République financier autonome, non soumis à la tutelle du Ministre du Budget en ce qui concerne la poursuite de la fraude fiscale commise en bande organisée ou au moyen de montage complexe.

2°) A consacrer la possibilité pour les associations de lutte contre la corruption de se constituer partie civile et donc de déclencher des poursuites en cas d’inaction du parquet pour des infractions d’atteinte à la probité»


Premiers signataires: Hervé Balle, Morad Bachir Cherif, Thierry Bataghiani, Elisabeth Belaubre, Dorothée Benoit Browaeys, Nicolas Berthe, Benoit Bordat, Johann Bourgoin, Jérôme Carpe, Christian Cazauba, Herve Chaygneaud-Dupuy, Chantal Cutajar, Chantal Defais, Magali Delamour, Marie Durand-Smet, Victor Ferreira, Bernard Frau, Claude Gautier, Stéphane Gemmani, Stéphane Guyot, Thierry Happe, Richard Hasselmann, Antoine Héron, Jean-François Izoret, Grégoire Jauneault, Jacques Krabal, Jean Michel Laty, Bettina Laville, Dominique Lemoine, Corinne Lepage, Miguel Lys, Vincent Martinez, Mathieu Mauvais, Yannick Monget, Franck Nourmamode, Dominique Pennacchioni, Jean-Christophe Petchot-Bacqué, Richard Pezet, Claude Rambaud, Jean Rapenne, Remy Rebeyrotte, Alexandra Sirot, Séverine Tessier, Michèle Tournier Jean Luc Touly, Hervé Val.

Pour en savoir plus :

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130122trib000744020/en-france-la-fraude-fiscale-couterait-60-a-80-milliards-d-euros-par-an.html
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Le-Senat-en-retrait-dans-la-lutte-contre-la-fraude-fiscale-2013-07-19-988285
http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130718.OBS0021/bercy-conserve-le-monopole-de-la-lutte-contre-la-fraude-fiscale.html
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1130.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r1296.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl1293.asp
http://lerassemblementcitoyen.fr/

Une pétition est en ligne 

http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_en_finir_avec_la_fraude_fiscale_et_la_grande_delinquance_financiere_1/?tqRKubb

02/08/2013

Berlusconi : Condamnation définitive pour fraude fiscale !

L’ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi avait fait l’objet dans l'affaire Mediaset d’une condamnation ferme en première instance puis en appel par un Tribunal italien.

Berlusconi, tribunal de Milan, Sarkozy, Guérini, Tapie, Woerth, Unipol, Rubygate, Médiaset,La cour de cassation, après seulement deux jours de débat, vient ce jeudi 1er août de confirmer sa condamnation à quatre ans de prison, dont trois couverts par une amnistie.

La Cour de cassation a par ailleurs choisi de faire rejuger en appel l’ interdiction d'exercer une fonction publique pendant cinq ans à laquelle Berlusconi avait été également condamné.

La cour d'appel de Milan doit se prononcer avant la fin de l’année,en effet passé cette date la prescription jouera. Il y a tout lieu de penser que la Cour d’appel du tribunal  de Milan devant qui l’affaire sera jugée se réunira rapidement et prononcera son verdict dès septembre 2013.

Dès l’annonce de la décision de la Cour de cassation le politicien qui n’en est pas à ses premières démêlées avec la justice mais qui avait toujours réussit à passer au travers des goutes  sans jamais se voir condamné s’est précipité dans les médias.

"Je n'ai jamais trempé dans un système de fraude fiscale. Il n'y a pas de fausses factures dans l'histoire de Mediaset", a-t-il osé déclarer. Il s’est dit "persécuté par les magistrats" depuis vingt ans, ajoutant pour couronner le tout, l'Italie "ne sait pas être juste surtout envers ses citoyens honnêtes".

A mourrir de rire, le clown lifté ose dire tout et n'importe quoi!

Dans cette affaire Mediaset, propriété de Berlusconi,  il convient de rappeler que l’accusation porte sur un système de magouilles – rachat de films, à prix surévalué, par des sociétés écran toutes appartenant au patron de Mediaset - destinées à constituer des caisses noires à l’étranger et à réduire les bénéfices de la société résidente en Italie afin de réduire les impôts que celle-ci auraient normalement dû acquitter.

Dans son réquisitoire, du mois de juin, le procureur avait indiqué que les coûts d'acquisition des films par Mediaset avaient été "gonflés" au total de 325 millions d'euros  pour les périodes 1994-1998 et 2001-2003. L’addition est lourde pour le fisc italien.

325 millions d’euros !

Berlusconi, tribunal de Milan, Sarkozy, Guérini, Tapie, Woerth, Unipol, Rubygate, Médiaset,Il n’y a que les riches, les très riches, qui peuvent s’autoriser des délits d’une telle importance.

 

Remarquez qu’en France le fils sans revenu d’un politicien qui se revendique «de gauche» s'est  bien payé un appartement de plusieurs millions d’euros sans déclarer de revenus officiels. 

Un autre, ancien ministre de la République,  lui aussi de « gauche » mais soutenant Nicolas Sarkozy, se serait bien arrangé avec l’appareil d’état et quelques complicités à se faire attribuer  400 millions d’euro au terme d’ « un arbitrage » dont tout porte à croire qu’il résulte d’une véritable arnaque en bande organisée.

Silvio Berlusconi à 76 ans vient d’écoper un an ferme. A priori il n’ira pas en prison.

En Italie passé 75 ans, les peines de prison inférieures à deux ans ne sont pas exécutées.

Il n’en a néanmoins pas encore fini avec la justice italienne. Restent pendantes deux affaires : une de « violation du secret de l'instruction » - dossier Unipol -,  une autre pour   « prostitution de mineure et abus de pouvoir » - dossier Rubygate - .

Le plus incroyable dans tout cela reste que politiquement tous ces énergumènes qui mettent les mains dans la confiture, se comportent pire que les petits malfrats dont ils dénoncent chaque jour les méfaits.

On les voit, surtout au moment des campagnes électorales pour gagner le suffrage de leurs concitoyens, la main sur le cœur, promettre une grande fermeté et une justice plus efficace.

Une fois en place ils ne savent pas accepter les verdicts et décisions de la justice de leur pays lorsque celle-ci s’en prend à eux.

Berlusconi, tribunal de Milan, Sarkozy, Guérini, Tapie, Woerth, Unipol, Rubygate, Médiaset,

 

Pire arrogants, méprisants et menaçants en diable, brandissant un doigt vengeur, à la caméra ou dans les cabinets des juges ils osent crier à la persécution, à l’outrage et au complot politique.

Sarkozy, Tapie, Guérini, Woerth et consorts …. J'en oublie! Tous « outrés de la République » ne tolèrent pas que l’on s’en prenne à eux et que l'on puisse les mettre en examen.

Ils n’acceptent pas que la presse relate leurs turpitudes, alors ils tentent de nous emberlificoter de mensonges pour tenter de nous faire douter! Ça ne marche plus ! On en veut plus !

Berlusconi, tribunal de Milan, Sarkozy, Guérini, Tapie, Woerth, Unipol, Rubygate, Médiaset,

Qu’un formidable coup de balais judicaire  les jette tous dans un cul de basse fosse et que l’on entende plus parler d’eux.

Non contents de truander, ces mauvais citoyens sont en train de pourrir ce seul bien, le plus précieux, qui, pour parler comme Renan, reste au Peuple quand il a tout perdu : la République protectrice des citoyens et contre les tyrannies, au service de l’intérêt général, de la justice, des libertés, de la laïcité et de l’éthique.

21/07/2013

Trappes : quatre personnes en détention provisoire

Vendredi soir, à Trappes se sont déroulés de violents affrontements qui ont opposés des forces de l’ordre et environs 400 émeutiers au total. Des tirs de Flash-Ball et de gaz lacrymogènes ont répondu à des jets de cailloux.

Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, RépubliqueLes violences ont eu pour origine l’arrestation jeudi soir d’un habitant de la ville de  Trappes âgé de 21 ans qui avait été mis en garde à vue pour rébellion après qu’il s’en soit pris à un policier qui contrôlait l’identité d’une femme, habillée d’un voile intégral.

La jeune femme prétend de son côté avoir été victime d’ «une injustice de la part de la police» qui aurait bousculé sa maman et insulté son époux.

Quoi qu’il en soit une trentaine de personnes se sont transportées au commissariat pour réclamer la libération du mis en garde à vue et devant le refus des Policiers, la situation a rapidement dégénéré.

Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, RépubliqueLes individus mécontents ont ameuté d’autres habitants en renfort,  les affrontements entre la police et  la foule ont duré toute la nuit de vendredi à samedi.

Les heurts se sont poursuivis dans la nuit de samedi à dimanche de façon moins intense mais l’on déplore la destruction de plusieurs dizaines de véhicules qui ont été incendiés à Trappes Guyancourt et Maurepas.

A Elancourt  un véhicule de police a été également été dégradé à la suite d’un jet de cocktail molotov. Une voiture aurait même foncé sur des policiers qui ont réussi à éviter la charge.  Les auteurs de l’agression n’ont pas encore été retrouvés.

Lors de ces violences, quatre policiers ont été blessés ainsi qu’un jeune adolescent de 14 ans.

Six personnes ont été interpellées. L’une a été remise en liberté faute de preuves suffisantes quant au mari également relâché il est placé en liberté sous contrôle judiciaire en attendant sa convocation devant un tribunal.

Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, RépubliqueAu terme de la garde à vue les quatre autres personnes ont été placées en détention provisoire. Elles se retrouveront dès lundi  en comparution immédiate devant le Tribunal correctionnel de Versailles pour y être jugées.

Les réactions tant à droite qu’à gauche se sont multipliées toujours selon la même rhétorique banale et improductive. A droite pour stigmatiser le gouvernement et flatter l’opinion publique, à gauche pour s’en prendre à ceux qui n’ont rien fait jusqu’à maintenant.

La palme en débilité revient à Jacques Myard, qui a déclaré «L’heure n’est plus au prêchi-prêcha des naïfs moralisateurs, il n’y a plus une minute à perdre pour sanctionner ces intégristes et expulser tous les extrémistes étrangers».

Côté PS Harlem Désir en bon enfonceur de portes ouvertes a lâché sentencieux «Rien ne justifie de s’en prendre aux forces de l’ordre, aux biens des habitants du quartier et aux équipements publics. La loi et l’ordre public doivent être respectés par tous».

Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, RépubliqueUne mention particulière pour Rachida Dati qui tout en s’en prenant à la Gauche n’a pas mâcher ses mots à l’égard de son camp politique. « La droite ne doit pas s'exonérer de toute responsabilité. Depuis plus de 30 ans, nous avons abandonné toute politique ambitieuse d'intégration à la République. Nous devons continuer à prôner la responsabilité et la fermeté, mais en évitant les discours provocateurs, pour ne pas dire les amalgames ».

«Laissons l'idéologie à la gauche, et les amalgames honteux à l'extrême droite. Soyons ceux qui apporteront des solutions pour celles et ceux, notamment dans ces quartiers, qui subissent cette délinquance inqualifiable. C'est ainsi que nous regagnerons la confiance des Français » a-t-elle conclut.

Rachida Dati a raison ! Il ne faut pas hésiter à le reconnaitre.

L'UMP, en agitant un soi-disant laxisme de Manuel Valls, se Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, Républiquecouvre de ridicule. En revanche elle aurait pu aller plus loin en matière de cohérence républicaine.

Si l'on veut lutter contre le communautarisme ce n'est par une politique d’intégration que la République y parviendra mais bien par une ferme politique d’assimilation à la Nation, comme cela a été le cas pour les Bretons, les Normands, les Auvergnats, les Savoyards......puis pour les Italiens les Polonais, Les Espagnols.......

Harlem Désir devrait en cette matière fait l'analyse de ses erreurs passées lorsqu'il militait à SOS racisme dont toute la dynamique reposait sur une intégration conçue sur un développement séparé des communautés à l'anglo-saxonne.

Cette assimilation passe par une exigence absolue de retour aux Trappes, Police, Voile intégral, Jacques Myard, Harlem Désir, Sos Racisme, UMP, PS, Intégration, Assimilation, Républiquefondamentaux de la République: Unicité de la République, Laïcité, Droit du sol, Respect de la loi et de l'Etat de droit, pluralisme des Organisations qui contribuent à l'expression de la Démocratie républicaine et enfin Indépendance de la presse et des médias dans les limites de l'ordre public.

Les dirigeants politiques, toutes tendances confondues, sont-ils aujourd’hui prêts à engager, dans la durée, les actions nécessaires pour agir dans ce sens en cessant de privilégier le court terme des discours clivants.

Sauront-ils résister aux exigences d’un certain modèle néolibéral économique et culturel qui finira par casser l’identité de notre Pays en imposant ses valeurs consuméristes et individualistes.

03/07/2013

La fracturation hydraulique à nouveau autorisée en septembre ?

 

L’interdiction de la fracturation hydraulique ne tient plus qu’à un fil. Ou plutôt à un simple avis du Conseil constitutionnel. Depuis la loi Jacob du 13 juillet 2011, l’utilisation de cette technique d’extraction du gaz de schiste, la seule jugée crédible à ce jour mais dangereuse pour l’environnement, est écartée.

Gaz de schiste, Pascal Terrasse, fracturation hydraulique, Opesct, Alain Vidalis, Arnaud Montebourg, Delphine Batho, Paul Reynard, Collectif 07, François-Michel Gonnot, Michèle Rivasi,Groupe Schuepbach, loi Jacob 13 juillet 2011,

 

Injection massive d’eau, utilisation de produits chimiques, risques de pollution des nappes phréatiques et de fuites de méthane, les nombreuses inconnues et l’expérience américaine ont incité les parlementaires à la prudence. Au grand désarroi des pétroliers. Depuis deux ans, leurs permis de forer ont été gelés, voire abrogés.

Mais la contre-attaque s’organise. En février, alors que Total venait de déposer un recours contre l’abrogation de son permis de Montélimar (Drôme), le pétrolier Schuepbach Energy a décidé de s’en prendre directement à la loi. En déposant une QPC, question prioritaire de constitutionnalité, le groupe a engagé une procédure longue et compliquée.

Ce mercredi, au Conseil d’Etat, il a remporté une seconde victoire. Terra eco la décrypte.

Pourquoi la loi sur la fracturation hydraulique est-elle menacée ?

Parce que, selon le groupe Schuepbach, elle ne respecterait pas la Constitution. Ce pétrolier américain a obtenu, en 2010, deux permis de forer en France, l’un en Ardèche, l’autre dans l’Aveyron.

Il conteste aujourd’hui leur abrogation. Ses juristes voient dans la loi Jacob une application excessive du principe de précaution. En février, ils ont donc déposé une question prioritaire de constitutionnalité devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise).

Pour le ministère de l’Ecologie, qui défend la loi de 2011, la procédure aurait dû s’arrêter là. Mais les juges de Cergy-Pontoise n’ont pas suivi son avis et ont estimé, en mars 2013, que la question méritait d’être transférée vers la plus haute instance administrative française : le Conseil d’État.

Que va faire le Conseil d’Etat ?

Il va très probablement juger la question posée par Schuepbach, « nouvelle et sérieuse » et demander son transfert vers le Conseil constitutionnel. C’est en effet ce qu’a préconisé la rapporteuse Suzanne von Coester ce mercredi 26 juin. Or dans la majorité des cas, le Conseil d’État suit les recommandations de ses rapporteurs.

Il y a donc de fortes chances pour que la QPC soit examinée par le Conseil constitutionnel. Pour les pétroliers, qui seront fixés dans les quinze prochains jours, il s’agirait d’une nouvelle victoire.

Le Conseil constitutionnel peut-il annuler la loi ?

S’il considère que la loi porte atteinte aux droits et libertés inscrites dans la Constitution, il le fera. Selon le groupe Schuepbach, les articles 1 et 3 de la loi Jacob violent deux principes fondamentaux.

D’abord le principe d’égalité devant la loi : la fracturation hydraulique est interdite pour l’extraction du gaz de schiste mais pas pour la géothermie. Cette différence de traitement pourrait être jugée discriminatoire.

Ensuite, le groupe texan rappelle le caractère « inviolable et sacré » de la propriété privée. A ses yeux, l’abrogation des permis de forer, prévue par l’article 3, ne respecterait pas ce droit fondamental inscrit dans Déclaration des Droits de l’Homme de 1789. Le même texte nourrit les ripostes.

L’eurodéputée Europe Ecologie - Les Verts Michèle Rivasi rappelle aux responsables de Schuepbach que la définition de la liberté, « pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui », est, elle aussi, inscrite dans cette déclaration.

Ces attaques contre la loi Jacob étaient-elles prévisibles ?

Plusieurs parlementaires s’y attendaient. Lors de l’examen de la loi en 2011, l’ex-député UMP de l’Oise François-Michel Gonnot avait mis en garde ses collègues contre un tel recours, jugeant la loi « juridiquement douteuse ».

Lors du vote, le député PS de l’Ardèche Pascal Terrasse, pourtant fervent opposant à l’exploitation du gaz de schiste, s’était abstenu. « Cette loi a des failles, répète-t-il aujourd’hui, La notion de fracturation hydraulique n’a rien de juridique et est évidemment trop floue, il fallait la préciser. »

Selon lui, la simple mention de l’utilisation de produits chimiques aurait pu éviter l’amalgame avec la géothermie et les doutes sur la constitutionnalité. Les collectifs d’opposants au gaz de schiste sont pessimistes.

La plupart d’entre eux considèrent qu’interdire la méthode plutôt que l’extraction elle-même était une fausse bonne idée. « On aura au moins gagné deux ans, le temps de s’organiser », relativise déjà Paul Reynard, représentant du Collectif 07 contre le gaz de schiste, l’un des groupes les plus actifs.

Si la loi est annulée, que va-t-il se passer ?

La France sera confrontée à un vide juridique. « Certains permis accordés avant la loi auront expiré mais d’autres seront toujours valides », souligne Pascal Terrasse. Une porte ouverte pour les pétroliers. « La réponse sera immédiate », s’inquiète Paul Reynard.

Son collectif craint une reprise des forages dans les semaines qui suivent l’annulation de la loi, soit dès septembre si les délais sont respectés. « Pour le site d’Alès (Gard, ndlr), la demande de travaux qui vient d’être refusée par Delphine Batho, n’aura plus de raison d’être rejetée, soupire le militant, les compagnies pourront se mettre à l’ouvrage immédiatement. »

La loi Jacob pourrait-elle être remplacée par un texte plus précis ? D’abord, il faudrait que celui-ci soit proposé par le gouvernement.

Après l’annonce d’un probable transfert du dossier au Conseil constitutionnel, Delphine Batho, la ministre de l’Ecologie, s’est montrée catégorique. « La fracturation hydraulique a été interdite pour des raisons justifiées. La position du gouvernement ne changera pas », a-t-elle déclaré ce mercredi sur Twitter.

Oui, mais si le Conseil constitutionnel ne partage pas sa fermeté ? « Il n’y aura aucun problème pour adapter le texte », rassure la ministre. Sauf qu’au sein du gouvernement, son volontarisme ne fait pas l’unanimité. En novembre dernier Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif s’est déclaré « favorable à l’expérimentation technologique »autour du gaz de schiste.

Le ministre (PS) délégué aux relations avec le Parlement, Alain Vidalies, lui avait alors emboîté le pas : « Aucun d’entre nous ne pense que le gaz de schiste est quelque chose qu’il faut écarter pour l’éternité. »

Une nouvelle loi a-t-elle ses chances au Parlement ?

Pour l’élu ardéchois Pascal Terrasse rien n’est moins sûr. « En deux ans le climat a changé, mes collègues sont beaucoup moins hostiles au gaz de schiste qu’au moment de la loi Jacob », constate le député.

La publication, le 6 juin dernier, d’un rapport de l’Opesct, Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, plaidoyer pour une « fracturation hydraulique maîtrisée », tend à lui donner raison.

 

Source de l’article :

Gaz de schiste, Pascal Terrasse, fracturation hydraulique, Opesct, Alain Vidalis, Arnaud Montebourg, Delphine Batho, Paul Reynard, Collectif 07, François-Michel Gonnot, Michèle Rivasi,Groupe Schuepbach, loi Jacob 13 juillet 2011,

 

http://www.terraeco.net/La-loi-francaise-sur-les-gaz-de,50420.html

 

Publication du 28 juin 2013

Par Amélie Mougey

Gaz de schiste, Pascal Terrasse, fracturation hydraulique, Opesct, Alain Vidalis, Arnaud Montebourg, Delphine Batho, Paul Reynard, Collectif 07, François-Michel Gonnot, Michèle Rivasi,Groupe Schuepbach, loi Jacob 13 juillet 2011,

Pour en savoir plus:

Collectif 07 http://www.stopaugazdeschiste07.org/spip.php?rubrique4

 

28/06/2013

L’ancien ministre de la ville au tapis !

Bernard TAPIE, Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, Eric Woerth, CDR, Christine Lagarde, FMI, Pierre Estoup, Stéphane Richard, Adidas, Crédit Lyonnais, Consortium de Réalisation, FMI, mise en examen de Bernard Tapie,

Après 96 heures de garde à vue Bernard Tapie a été présenté ce vendredi devant les 3 juges d’instruction chargés de l’enquête judiciaire   à propos de l’arbitrage dont il a été bénéficiaire au terme duquel une somme de 403 millions d'euros lui a été accordée en juillet 2008 pour solde de tout compte de son litige avec le Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas.

A l’issue de cette présentation il a été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » et placé sous contrôle judiciaire.

Vidéo Thomas Clay 3 questions sur le recours en révision

http://www.dailymotion.com/cdn/H264-512x384/video/x11ccwm.mp4?auth=1372613025-7fc6d6b75fe1f8b30495f6d65ea96f95&helper=0

 

Les juges ont considéré que les soupçons de trucage concernant l'arbitrage arrêté au profit de l'homme d'affaires étaient suffisants pour décider de la mise en examen.

Ils cherchent en particulier à faire la lumière sur la manière dont Bernard Tapie à user pour plaider son dossier auprès de Nicolas Bernard TAPIE, Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, Eric Woerth, CDR, Christine Lagarde, FMI, Pierre Estoup, Stéphane Richard, Adidas, Crédit Lyonnais, Consortium de Réalisation, FMI, mise en examen de Bernard Tapie,Sarkozy Président de la République à l’époque des faits  et de Christine Lagarde aujourd'hui à la tête du FMI –  Fonds Monétaire International – et  Ministre de l'économie en charge du dossier au moment de l’arbitrage. Les juges mènent aussi leurs investigations pour connaître des liens que Bernard Tapie entretenait avec les arbitres, notamment Pierre Estoup.

Bernard Tapie rejoint donc trois autres personnes qui, sur cette affaire Adidas/Tapie/Crédit Lyonnais, ont également été mises en examen pour escroquerie en bande organisée : l'ancien juge-arbitre Pierre Estoup, Stéphane Richard, le PDG d’Orange et Jean-François Rocchi, l'ancien président du Consortium de réalisation (CDR) qui l’instance chargée de gérer le passif du Crédit lyonnais.

Il n’est pas exclu que l’affaire ne fasse pas l’objet de nouveaux développements.

Selon Médiapart la police judiciaire serait en possession d'un courrier d’Eric Woerth aux avocats de Bernard Tapie à propos  du montant des impôts que celui-ci a dû acquitter après l'arbitrage.

Le mode de calcul l’impôt utilisé pour évaluer les sommes à acquitter – approximativement 12 millions d’euros –  aurait été extrêmement favorable au contribuable Tapie. Toujours selon Médiapart qui cite une source anonyme d’autres modes de calcul aurait pu se traduire par un impôt à régler d’une somme dix fois plus élevée.

Bernard TAPIE, Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, Eric Woerth, CDR, Christine Lagarde, FMI, Pierre Estoup, Stéphane Richard, Adidas, Crédit Lyonnais, Consortium de Réalisation, FMI, mise en examen de Bernard Tapie,On s’attend par ailleurs à ce que Claude Guéant – secrétaire général de l'Elysée à l’époque des faits – qui aurait été le pivot central de cette affaire dans la décision de recourir à la formule de l’arbitrage soit prochainement convoqué devant les juges.

Enfin un recours contre la sentence arbitrale qui a attribué 403 millions d'euro à Bernard Tapie et aux liquidateurs de ses sociétés a été déposé ce vendredi  devant la cour d'appel de Paris par le Consortium de réalisation – CDR –  qui dès le 4 juin s'était constitué partie civile pour disposer de l’accès au dossier d'instruction et connaître les conditions dans lesquelles le 7 juillet 2008, l'arbitrage avait été rendu.

Ce recours s’appuie sur l'article 1491 du code de procédure civile – avant révision en 2011 –  qui dispose que « le recours en révision n'est ouvert que pour l'une des causes suivantes : s'il se révèle, après le jugement, que la décision a été surprise par la fraude de la partie au profit de laquelle elle a été rendue ; s'il a été jugé sur des pièces reconnues ou judiciairement déclarées fausses depuis le jugement ; s'il a été jugé sur des attestations, témoignages ou serments judiciairement déclarés faux depuis le jugement ».

Dans son communiqué le CDR indique  « les investigations menées par la brigade financière sous le contrôle de trois juges d'instruction et du parquet ont révélé au CDR l'existence d'indices graves et concordants permettant de considérer que l'arbitrage a été entaché de fraude »

Dans l’hypothèse où il était renvoyé en correctionnelle à l'issue de l'instruction, et condamné pour le chef « d'escroquerie en bande organisée », Bernard Tapie, qui disait il y a quelques jours encore « qu’il n’avait rien à foutre de sa convocation »,  pourrait se voir infliger  une des peines les plus dures encourues pour un délit : au maximum dix ans de prison et une amende d'un million d'euros, sans compter le remboursement des 403 millions d’euros en litige.

 

24/06/2013

Ça suffit, y’en a marre !

Les affaires succèdent aux affaires, les mises en examen aux Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, mises en examen et, pendant que la presse en fait ses choux gras et que nos députés s’étripent et s’égosillent comme des pantins à l’Assemblée Nationale, le chômage continue de progresser, le pouvoir d’achat de reculer et les impôts d’augmenter.

La liste des règlements de compte entre truands en Corse, à Marseille en Région parisienne et lyonnaise s’allonge, l’on change les préfets mais le sang continue de couler et les bandits de prospérer.

Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, Les Plans de licenciement succèdent aux plans de licenciement qualifiés à chaque fois de Plan de sauvegarde de l’emploi.

La France vient d’être condamnée par les instances européennes pour non-respect des directives « nitrate ». Qui fait la loi en France, l’Etat ou la FNSEA ?

Le Qatar, qui soutient ou a soutenu nos adversaires au Mali, qui Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, aujourd’hui fait table ouverte aux Talibans à Doha, investit à qui mieux mieux sur le territoire national en vertu d’accords passés du temps de Nicolas Sarkozy et François Hollande poursuit sur la même voie.

Il est vrai qu’en Syrie nous sommes du côté des rebelles soutenus par l’Arabie Saoudite et le Qatar qui se disputent le leadership dans la Région. On va se marrer lorsqu’il il faudra choisir entre les deux quand Bachar Al-Assad sera tombé…..s’il Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, tombe parce que la Russie et l’Iran n’ont pas l’air pour le moment de vouloir  le lâcher.

Pas grave on y enverra Fabius toute bouche en cul de poule et force moulinets s’aplatir devant le vainqueur désigné par les grands frères américains une fois que ces derniers se seront mis d’accord avec Poutine sur les modalités du partage.

On promet au bon Peuple un nouveau tour de vis sur les retraites pendant que Sénateurs et Députés s’arrangent pour ne pas toucher aux très avantageux régimes spéciaux qu’ils se sont octroyés aux frais de la République.

Pour revenir aux affaires, dont on arrive plus à savoir qui de la gauche ou de la droite est la plus corrompue,  elles empoisonnent la vie démocratique et casse le pacte de confiance républicain entre la classe politique représentative et les citoyens qu’elle est censée représenter.

La liste est longue des turpitudes de trop nombreux de nos dirigeants mais il faut la rappeler car dans cette société médiatique une affaire pousse l’autre et l’on finit par ne plus se rappeler de celles qui sont passées même si le climat lentement se détériore comme le ferait les coups de vagues successifs au pied de la falaise qui finit par s’écrouler.

A gauche après l’incroyable saga « patte en l’air de New-York à Lille » de Dominique Strauss Khan, la condamnation pour emploi fictif d’Harlem Désir, l’indémerdable dossier Jean-Noël Guérini dans des dossiers de marché publics passés dans des conditions Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, douteuses, mais aussi ceux de Gérard Dalongeville en procès pour détournement de fond publics, Sylvie Andrieux condamnée  à la prison ferme pour détournement de fonds publics Jean-Pierre Kucheida, en attente de jugement pour abus de biens sociaux et enfin la bombe Jérôme Cahuzac, l’arbre qui cache la forêt des connivences et affaires crapoteuses entre la gauche et la droite dans l’industrie pharmaceutique.

La droite, avec les scandales des affaires Sarkozy – EADS-Clearstream, Karachi, Bettencourt, Arbitrage Crédit Lyonnais, les accusations répétées de responsables libyens sur le financement de la campagne de 2007 – où sont mis en cause Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, plusieurs de ses leaders et plusieurs des plus hauts responsables de l’état de la période 2007-2012 – Edouard Balladur, François Léotard, Claude Guéant, Eric Woerth, Christine Lagarde, Stéphane Richard, François Pérol, l’on s’interroge même dans les milieux autorisés sur l’implication de Jean-Louis Borloo dans l’affaire Tapie … – n’est pas en reste.

Selon le Point.fr, mais d’autres médias s’en font l’écho, Bernard Tapie a été placé ce matin lundi, en garde à vue à la brigade financière de Paris dans le cadre de l'enquête à propos de l'arbitrage prononcé en sa faveur dans le litige qui l’opposait au Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas.

La décision prise à Bercy avait, en 2008, rapporté à Bernard Tapie la modique somme de plus de 400 millions d’Euros. Une paille !

L’affaire est sérieuse, certains n’hésitent pas, François Bayrou pour ne pas le nommer, à considérer cette affaire comme « une affaire d’état » !

Trois personnes ont déjà été mises en examen dans cette affaire pour « escroquerie en bande organisée », et Christine Lagarde Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, quant à elle a été placée sous statut de témoin assisté.

La garde à vue peut durer quatre jours au terme de laquelle  l’homme  d’affaire, ex-ministre de la Ville de François Mitterrand,  risque d’être présenté devant les juges pour une éventuelle mise en examen.

Bernard Tapie, dont on dit qu’il serait candidat à la Mairie de Marseille, ne s’inquiète pas pour autant. Mieux il fanfaronne dans les médias en expliquant sur Europe1 «Qu’est-ce que vous croyez ? Des rendez-vous comme celui-là, j’en ai eu sept avec Eva Joly. Résultat : six non-lieu et une relaxe », avant d’en terminer  méprisant «même système, même procédure, j’en ai rien à foutre…».

Entre deux il n’omet pas  au passage  d’indiquer «Je suis copain Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, avec Christine Taubira»  pour  conclure « De toute façon j’espère qu’il va y avoir un recours. Vous allez voir ce que je vais leur mettre ».

Tout cela est d’un incroyable mépris pour les institutions, les citoyens et la démocratie.

Trop c’est trop, ça suffit. Et que l’on ne vienne pas nous dire que la protestation est populiste et qu’elle fait le jeu du Front National.

Non ce qui fait le jeu du FN c’est cette langue de bois qui veut faire prendre aux citoyens des vessies pour des lanternes.

Lorsqu’il pleut, il ne suffit pas de dire aux citoyens qu’il fait soleil pour que ces derniers ne se rendent pas compte qu’ils sont mouillés pendant que les menteurs barbotent dans la boue.

Au lendemain de la sévère défaite politique de Villeneuve sur Lot, Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, subie tant par le PS que par l’UMP, qui a vu un gamin de 23 ans candidat d’un parti d’extrême droite faire jeu quasi égal avec un «cumulard» qui avait le soutien officiel des deux partis de gouvernement, il est plus que jamais nécessaire que le Chef de l’Etat fasse preuve d’autorité et qu’il envoie un signal fort au Pays.

La politique d’austérité «libérale» doit être infléchie, le moment de nommer un nouveau gouvernement est arrivé.

Un nouveau gouvernement resserré, soudé, cohérent, débarrassé des «vieux bourrins politiciens», ouvert à des personnalités de la société civile à la compétence reconnue. Un  nouveau gouvernement qui enfin doit être constitué d’hommes et de Bernard Tapie, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Edouard Baladur, Claude Guéant, Laurent Fabius, Jean-Luois Borloo, Christine Lagarde, Christine Taubira, François Léotard, Stéphane Richard,François Pérol, François Bayrou, EADS-Clearstream, Karachi, Crédit Lyonais, Campagne 2007, Harlem Désir, Jean-Noël Guérini, Gérad Dalongeville, Sylvie Andrieux, Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Cahuzac, Front National, Villeneuve sur Lot, Tapie candidat à laMairie de Marseille, FNSEA, Le Qatar, l'Arabie Séoudite, Syrie, Bachar Al-Assad, Talibans, Poutine, femmes irréprochables, d’une honnêteté scrupuleuse.

La pression monte fort dans la cocotte-minute France.

François Hollande ferait bien d’entendre que ça siffle fort et que faute d’y prendre garde il pourrait bien sauter avec le couvercle.

16/06/2013

UMP: Copé a commis «une faute inexcusable»

Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,Dimanche 16 juin sur le plateau de France 2, François Baroin l’ancien ministre de l'Economie s’en est pris très durement à Jean-François Copé le sarkozyste président de l'UMP.

Répondant à une question de François Delahousse, le Député-Maire de Troyes après avoir dit le bien qu’il Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,pensait de Nathalie Kosciusko-Morisset est revenu sur  l’élection pour la présidence de l’UMP pour lancé à propos de Jean-François Copé : «il a commis une faute inexcusable pour moi une faute inexcusable: l'auto proclamation du secrétaire général à 22h30 alors qu'il organisait le scrutin».

Comme si cela ne suffisait pas, il a ajouté «du coup, il a créé les conditions pendant un mois de menacer notre famille politique», estimant au passage que «la légitimité» de Jean-François Copé comme président de l’UMP en était «altérée »

«La page est tournée depuis longtemps maintenant» a poursuivi François Baroin qui aujourd’hui a rejoint François Fillon, lequel de son côté ne cache pas ses ambitions pour 2017.

 

Nicolas Sarkozy, Faute inexcusable, UMP, Jean-François Copé, François Fillon, François Baroin, Nathalie Kosiusko Morisset, Présidentielle 2017,

Cela ne doit pas manquer de  donner quelques tics de plus à Nicolas Sarkozy en ce moment de montée en pression de l’explosive affaire Tapie qui n’en finit pas de se rapprocher de sa personne. 

06/06/2013

Clément Méric est mort

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme,

Clément Méric est mort dans l’après-midi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, victime de la pire des stupidités qui soit : la haine furieuse de l’autre !

La haine horrible de celui que l’on déteste parce qu’il est différent au point de tuer et ensuite de lâchement se sauver pour éviter d’assumer!

Clément Méric est mort à 19 ans, après avoir été violemment agressé, en soirée, dans une voie piétonne du quartier Havre-Caumartin à Paris.

Nos premières pensées vont à sa famille, plus particulièrement son père et sa mère dont la douleur en ces moments doit être incommensurable.

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Ensuite nous voulons dire à ses proches, à ses professeurs et copains de classe de Sciences-Po ainsi qu’à tous ses amis combien nous comprenons la tristesse qui les accable et que nous voulons partager avec eux!

«Jeune garçon très engagé », «qui ne disait jamais un mot plus haut que l'autre », «une crème», «le type de personne que tout le monde voudrait avoir dans son entourage ». Les uns et les autres ne tarissent pas d’éloges pour ce jeune homme militant antifasciste.

Clément Méric était particulièrement engagé dans ce combat d’idées digne et respectable. Il en est tragiquement mort. C’est horrible.

La classe politique unanime qui clame son horreur et qui, avec Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, force trémolos dans la voix de chacun de ses représentants, exige ou promets des mesures d’une très grande fermeté, ferait bien de regarder avec quelle violence le débat démocratique se déroule depuis quelques années dans notre pays sans que véritablement la situation ne s’améliore.

Cette tragédie est d’abord un symbole horrible et la conséquence des échecs successifs des partis de gouvernement dans l’incapacité à trouver les voies et moyens pour sortir le pays de ses difficultés avant de penser à préparer le terrain des prochaines échéances électorales.

Tous ceux qui ont encore le courage de regarder jusqu’au bout les séances des «questions au gouvernement» à l’Assemblée Nationale savent très bien de quoi il s’agit.

La question n’est pas de dissoudre tel ou tel groupuscule pour enrayer la lente montée de la droite extrême qui s’incruste dans la société française comme partout en Europe d’ailleurs.

Que les Jean-Luc Mélenchon, Jean-Vincent Placé, Harlem Désir, Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Jean-François Copé, Valérie Rosso-Débord, Marine Le Pen et les autres y mettent une sourdine et utilisent leur énergie à construire plutôt qu’à démolir et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Qu’il soit enfin mis fin à tous les arrangements entre coquins et que soient impitoyablement et ouvertement exclus du jeu politique tous ces chancres qui minent et empoisonnent la démocratie et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Dans cette affaire les citoyens doivent imposer leur volonté. Leur responsabilité est également engagée, car l’indifférence ne peut plus être de mise quand la droite extrême se radicalise à ce point.

Faute de quoi cette tragique soirée qui a conduit Clément Méric à la mort risque bien de se reproduire mais cette fois à une échelle encore plus importante.

20:21 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clément méric, extrême-droite, sciences-po, anti-fascisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

31/05/2013

UMP Paris : l’union dans la totale désunion !

Ce vendredi matin les électeurs parisiens ont été appelés, dans le cadre d’une primaire, à voter pour désigner, parmi quatre NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,candidats - l'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet 40 ans, le maire du 1er arrondissement Jean-François Legaret 60 ans, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel 35 ans et l'élu régional Franck Margain 51 ans – celui ou celle qui bénéficiera de l'investiture UMP lors de la prochaine municipale à Paris en mars 2014.

Nathalie Kosciusko-Morizet est a priori la mieux placée pour l’emporter.

NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Mais voilà entre haine recuite, soupçon de fraudes et divisions sur fond de positionnement à propos de la Loi Taubira concernant la question du mariage gay ce qui aurait dû être un exercice réussit de démocratie participative tourne au vinaigre.

Depuis plusieurs jours déjà les concurrents de NKM, Nathalie NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Kosciusko-Morizet, avaient fait état de leurs doutes sérieux quant à la fiabilité des moyens techniques  mis en place par Docapost – une filiale de La Poste – pour les opérations de vote. Il semblerait en effet qu'aucun contrôle ne permette de s’affranchir d’éventuels cas d'usurpation d'identité, et que certains inscrits seraient empêcher de voter.

Jeudi, Jean-François Legaret, avait demandé la convocation en NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,urgence du Conseil supérieur de la primaire dénonçant une manœuvre tendant à faire passer auprès des électeurs le maire du 1er arrondissement de Paris pour un partisan déterminé du mariage gay.

Le même s’en prenant à Claude Goasguen, très façon Balladur mais politesse en moins: «Claude Goasguen est une grande gueule je lui demande de la fermer jusqu'à la fin de la campagne».

Aujourd’hui, les opérations de vote à peine engagées, le candidat soutenu par la «Droite Forte de l’ex Front National Guillaume Pelletier» Pierre-Yves Bournazel, dont on dit qu’il est le principal NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,challenger de Nathalie Kosciusko-Morizet réclame «la suspension du vote» pour cause de «tricheries». «Le conseil des primaires ne peut pas ne pas suspendre le vote, et ainsi cautionner ces tricheries... Aucun d'entre nous n'aura la légitimité nécessaire à l'issue d'un tel processus», a-t-il déclaré à 17 heures sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Ambiance !

Le responsable de l’organisation de la primaire, l’expérimenté Antoine Rufenacht, dont la rigueur l’honnêteté intellectuelle et l’expérience politique ne peuvent être contestées a très sèchement répondu au  jeune «minot» aux dents mais un peu trop longues: «Il est hors de question de suspendre le scrutin. Cette déclaration est un petit coup de campagne d'un candidat mécontent».

Une manière diplomatique mais très ferme de signifier à Pierre-Yves Bournazel: circulez «petit» ce n’est pas le ¼ d’heure de jouer au c….

C’est qu’après le pataquès Copé-Fillon de cet automne, l’UMP NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,dont l’image n’est pas au zénith, ne peut pas se payer une nouvelle version, médiatico-politique cette fois, de règlement de compte à OK Corral qui ruinerait définitivement la primaire à venir pour la présidentielle 2017!

A moins que Nicolas Sarkozy ne soit à la manœuvre en sous-NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,main pour saboter l’affaire, lui dont on connait désormais l’estime qu’il porte à Jean-François Copé et François Fillon les qualifiant avec bien peu d’élégance de  «deux connards……qui font du mal à la droite».

Quoi qu’il en soit Nathalie Kosciusko-Morizet mérite mieux comme soutien pour ce début de campagne que ce NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,détestable spectacle de l’union dans la désunion. D’autant qu’en l’état, face à Anne Hidalgo – la candidate imposée par Bertrand Delanoë, confirmée par le PS à l’issue d’un scrutin où elle était seule candidate –  ses chances paraissent plutôt raisonnables.

L’UMP dans son ensemble ferait bien d’entendre la réaction de NKM, Nathalie Kosciusko Morizet, Rachida Dati, UMP, Antoine Rufenacht, Anne Hidalgo,UMP, PS, Bertrand Delanoë, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Jean-François Copé, Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret, Docapost, Franck Margain, Primaires UMP à Paris, La Droite Forte, FN, Guillaume Pelletier, Claude Goasguen,Rachida Dati sur Twitter: «Fortes tensions, divisions, suspicions de fraude, faible engouement, c'est ce que j'avais, hélas, prédit ! Que l'on en finisse vite et que l'on commence la seule bataille utile aux Parisiens : celle contre la gauche sortante !»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu