Avertir le modérateur

11/06/2011

Fukushima le scandale!

Centrale FUKUSHIMA en ruines.jpgLe gouvernement japonais vient de décider la création d’une commission indépendante pour enquêter sur la catastrophe nucléaire qui s’est produite à la centrale de Fukushima. Il était temps.

Chaque jour, ces dernières semaines, a apporté son lot d’informations nouvelles qui laissent pantois quant à la transparence des autorités japonaises en charge de la communication sur les évènements qui se sont déroulées sur le site nucléaire ravagé par le tsunami consécutif au violent séisme du 11 mars.

D’abord ont été révélés: «une suite d’erreurs de jugement et de manques au principe de précaution» dans la conduite des processus de décisions dans la prise en charge des réactions pour faire face aux difficultés nées au moment de la catastrophe.

262981.jpgEnsuite il a été fait état «d’une sous-estimation des émissions radioactives émises dès les premiers jours». La quantité d’émissions radioactives rejetées dans l’atmosphère a été en réalité de 750000 térabecquerels (TBq) et non de 370000 comme cela avait été annoncé jusqu’à maintenant.

Dans son rapport à l’AIEA – Agence Internationale pour l’Énergie Atomique – Tokyo reconnaît désormais formellement l’incapacité de la direction de la Centrale à réagir dans le temps aux dégâts crées par le séisme. En d’autres termes les équipes en place ont été dépassées par les événements, débordées, impuissantes voir mal formées à la gestion de crise.

Sont visées en particuliers les prises de décisions d’ouverture des évents de vapeurs qui ont provoqué une augmentation de la pression d’hydrogène jusqu’à entrainer l’explosion du bâtiment du réacteur N°1.

Plus grave encore et ceci constitue un scandale inacceptable! Le rapport du e32bf178-4c94-11e0-905a-6befb113463d.jpggouvernement fait état de l’entrée en fusion du combustible dans le réacteur N°1, 5 heures après le séisme et dans les 3 jours suivants pour les autres réacteurs endommagés (N° 2 et N°3). La possibilité d’un percement des cuves et l’accumulation du combustible en fusion au fond des enceintes de confinement est évoquée.

Aujourd’hui de nouvelles évacuations de population sont à l’ordre du jour ainsi que des augmentations des périmètres de sécurité autour de la centrale.

Toutes ces nouvelles informations portées à la connaissance du public confirment bien que les autorités japonaises et TEPCO (l’opérateur propriétaire de la centrale de Fukushima) ont délibérément minimisés voir bloqué la diffusion des véritables données touchant à l’étendue du désastre en cours à la Centrale atomique.

Il est important de noter qu’avant le gravissime accident du 11 mars une mission d’enquête de l’AIEA avait pointé l’insuffisance des mesures de préparation des équipes en place en cas de tsunami. Elle avait également pointé le manque d’indépendance de l’Agence de Sécurité Industrielle et Nucléaire japonaise. Cette agence est en effet placée sous la tutelle du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie – le METI – dont l’une des grandes missions est de promouvoir l’énergie atomique.

52e038acd5.jpgPour le philosophe japonais Kenichi Mishima «la catastrophe de Fukushima résulte de l'échec du contrôle démocratique sur la technologie industrielle».

Faut-il aller jusqu’à faire un rapprochement avec la manière dont est actuellement encadrée la filière nucléaire française entièrement sous la tutelle et l’autorité du Président de la République dont la détermination à défendre les intérêts du lobby de l’atome sont connus?

N'est-il pas venu le temps pour les Français qui n'ont jamais eu leur mot à dire sur les questions qui touchent à l'industrie nucléaire militaire et civile d'exiger enfin qu'ils soient mis en situation de décider souverainement de ce qu'ils souhaitent? Cette question devra être posée lors des prochaines présidentielles et la réponse des candidats sera déterminante pour la désignation du prochain président de la République Française

12:47 Écrit par Bernard FRAU dans 12. Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fukushima, aiea, tepco, meti | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

27/05/2011

D'une cellule de 6m2 à une résidence de 600m2

50373_imf-chief-dominique-strauss-kahn-appears-in-manhattan-criminal-court-during-his-arraignment-in-new-york.jpgEn attendant le 6 juin où il devra comparaitre pour répondre aux accusations de crimes sexuels qui ont été portées contre lui à New-York, Dominique Strauss-Kahn, ancien candidat socialiste à la candidature pour l’élection présidentielle de 2012, ex directeur général du FMI, à quitté le petit appartement de 100m2 où il avait élu domicile et où visiblement il n’était pas le bienvenu, pour s’installer dans une luxueuse résidence d’un quartier riche de Manhattan-Sud.

La bicoque – 632 m2 –, d’une valeur de 14 millions de dollars (source TF1) comprend pas moins de 4 chambres, une douche à jets multiples, un jacuzzi et une salle de cinéma. On parle d’un loyer mensuel de 50000 dollars soit 35000 euros!

Arrêté le 14 mai 2011, présenté à un Juge, puis inculpé, DSK avait passé plusieurs nuits dans une cellule de 6m2 à la prison de Rickers Island avant d’être libéré contre une caution d’un millions de dollars et assigné à résidence sous haute surveillance policière.

402883_brafman_460x306.jpgAujourd’hui le voilà installé comme un nabab, aidé par une équipe de plusieurs avocats, dont au moins un à 500 euro de l’heure d’honoraire, d’une équipe d’enquêteurs privés et du soutien d’un staff de communication de haut niveau pour préparer sa défense.

Si à juste titre il faut garder à l’esprit que tant qu’une condamnation n’a pas été officiellement prononcée pour les faits qui lui sont reprochés, Dominique Strauss-Kahn est innocent des accusations portée contre lui par la jeune réfugiée politique femme de chambre à l’Hôtel Sofitel de New-York, on ne pet pas s’empêcher de constater qu’il fait preuve d’une indécence coupable et de provocation notoire.

Avec cet étalage de fric et de luxe c’est, comme s’il nous jetait à la figure: j’y mettrai le pognon qu’il faut et je serai blanchi. Je vous emmerde brave gens!

Quelle puante arrogance! D’autant plus puante qu’elle émane d’un leader politique soutenu par un parti sensé soutenir la cause des plus faibles et des plus démunis.

vaseline250.jpgIl n’y a, d'ailleurs, rien de nouveau sous le soleil. En d’autres temps un autre pseudo-socialiste – Laurent Fabius pour ne pas le nommer – alors ministre du budget en 1981, avait fait voter une loi pour exonérer de droits fiscaux les œuvres d’art. Une mesure dont chacun peut comprendre qu’elle visait d’abord à soutenir le pouvoir d’achat de ceux qui avaient voté pour «Changer la Vie».

Plus grave encore tous ces leaders du Parti Socialiste qui n’ont pas le courage d’émettre la moindre critique, à croire qu’au fond rien ne les sépare du monde bling-bling du Fouquet’s tant choyé par Nicolas Sarkozy et ses amis Bolloré et compagnie.

1816300.jpgIl est vrai que Martine Aubry Première Secrétaire du Parti socialiste, soutenue par Laurent Fabius qui en ce moment ne tarit pas d’éloges pour la future «Présidente de la République, trouve très à son goût la très libérale Christine Lagarde, ministre américaine UMP, pour remplacer son ami socialiste DSK à la direction du FMI.

La boucle est bouclée, entre PS et UMP c’est un jour chef de l’opposition, un jour chef de la majorité, mais toujours chef d’une France moyenne qui n’en peut plus d’être traitée comme de la valetaille tout juste bonne à se prêter au jeux démocratique pour ensuite subir les abandons de ces soi-disant représentants du Peuple. Le plus fâcheux dans tout cela est que ces irresponsables nous amèneront le FN au pouvoir et trouveront l’audace de s’en prendre à ceux qui à force d’être bernés n’auront plus la force morale de résister

gauche5.jpgPlus que jamais, dans la perspective des élections présidentielles de 2012, notre Pays a besoin d’un rassemblement pour une nouvelle majorité émancipée et indépendante des appareils UMP et PS en capacité de proposer une plateforme Humaniste Ecologiste et Républicaine.

02:38 Écrit par Bernard FRAU dans 12. Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dsk, ps, ump, fabius, aubry, fmi, christine lagarde | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

27/01/2011

Dites-moi M'sieur Patrick!

Je vais essayer de vous dire tranquillement et sans passion, mais avec beaucoup de grave fermeté, ce que la lecture de votre article « Dis-moi Céline » dont vous indiquez qu’il est le reflet de votre pensée virulente à propos « des extrémistes juifs à l’occasion du cas Céline ».

Tout d’abord arrêtons-nous un peu à ce que fut Louis Ferdinand Auguste Destouches dit Céline.  « Céline est un immense écrivain, c’est une évidence » dites-vous, tout en ajoutant comme pour mieux faire comprendre votre point de vue  «Céline est un génie ».

Comment pouvez-vous affirmer avec un tel applomb la grande qualité artistique de l’homme alors même que vous reconnaissez ne pas en avoir lu l’œuvre ?

En 1937, dans une lettre à un certain Docteur W. Strauss, Céline écrit : « Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l'envoie. Je suis l'ennemi n° 1 des juifs ».

Peut-être pourriez-vous tout de même jeter un œil sur les deux pamphlets abominables que le bonhomme a produits durant les années 30 pendant qu’il fréquentait les milieux pronazi de l’extrême-droite française. De la lecture de Bagatelles pour un massacre(1937), j’ai relevé cette phrase  « Si demain Hitler me faisait des approches avec ses petites moustaches, je râlerais comme aujourd'hui sous les juifs. Mais si Hitler me disait : “Ferdinand ! c'est le grand partage ! On partage tout !”, il serait mon pote ! ». De  L'École des cadavres (1938) j’ai retenue celle-ci : « Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l'élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n'a jamais été persécuté par les aryens. Il s'est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d'hybride».

Pour compléter l’information sachez aussi que  sous l’occupation Céline ne faisait pas mystère de son soutien total à l’Allemagne nazie. Ainsi il dira « pour devenir collaborationniste, je n’ai pas attendu que la kommandantur pavoise au Crillon... ... il faut travailler, militer avec Doriot…. Moi, je vous le dis, la Légion, c'est très bien, c'est tout ce qu'il y a de bien. »

Alors peut-être conviendrez-vous, à la lecture de ces quelques phrases indignes et puantes d’antisémitisme virulent, que s’agissant de Céline, l’on puisse comprendre qu’il existe des « extrémistes juifs».

Alors dites-vous si l’homme Céline est un monstre il reste que l’écrivain Céline est un génie et qu’à se titre vous ne comprenez pas la polémique qui a conduit à ce qu’il ne soit « Non pas honoré » mais « simplement commémoré en tant qu'écrivain » !

C’est un signe des temps que toujours vouloir privilégier la forme au fond !

Une œuvre me semble-t-il est portée par des valeurs qui en constituent le fond. J’allais dire le tirefond. Le fond du monstre Céline est monstrueux et quelque soit la qualité de la forme – le style, l’écriture de l’écrivain – rien ne pourra à jamais venir en estomper l’horreur.

Je le dis très tranquillement, je préfère de loin la courageuse décision de Frédéric Mitterand à celle qui a vu, dans les années cinquante, le gouvernement Guy MOLLET obtempérer aux demandes pressantes de l’Ambassade d’Allemagne de revenir sur le choix de la France d’être représentée, au Festival de Cannes, par le film, réalisé par Alain RESNAIS, « Nuit et Brouillard.

Au-delà de tout ce que m’inspire cette polémique où chacun peut à bon droit se dire qu’il a raison, je veux vous dire M’sieur Patrick mon inquiétude sur ce que je crois déceler sur le fond de ce qui anime ce petit texte « Dis-moi Céline » que vous avez rédigé à propos de la décision de Frédéric Mitterand.

Dans notre République, Serge Klarsfeld avant d’être « un juif influent » est d’abord un citoyen français et à ce titre il a le droit de dire et de peser sur l’opinion publique pour faire avancer ces idées. Passons sur ce détail qui fait réagir certains républicain plus vigilant que d’autres.

L’assertion qui suit  me paraît déjà bien plus grave : « Les juifs ne se rendent pas compte du "mal qu'ils se font à eux-mêmes" en procédant ainsi. Ils donnent la preuve de leur immense pouvoir et donnent donc des voix à Marine Le Pen ».

Puis comme si cela ne suffisait le texte se poursuit : « Cet épisode montre à quel point certaines "communautés" sont puissantes et quel niveau de déliquescence atteint la société Française ».

Cette utilisation d’un acte personnel - la demande d’un homme qui défend ce qu’il croit juste, ses valeurs – que l’on généralise à toute une communauté – celle des juifs – dont on stigmatise « l’immense pouvoir » que l’on accole à une forme de déclin – celui de la société française – constitue la marque classique d’une pensée que certains très durs pourraient qualifier d’antisémite.

Je ne vous connais pas M’sieur Patrick, je ne vous ferai donc pas de procès en antisémitisme sans vous donner une chance de vous expliquer.

Quelque fois la forme ne reflète pas tout à fait le fond et l’on peut dans le feu de l’action tenir des propos qui peuvent s’avérer forts ambigus. Rassurez-nous vite !

Dites-Nous M’sieur Patrick que vous n’êtes pas un antisémite ?

 

 

 

20/05/2010

KARACHI la vérité à venir?

L'affaire qui embarrasse fortement l'Elysée continue de susciter nombre de commentaires, éditoriaux et article de presse. Ce mercredi c'était au tour de deux journalistes de faire paraître un pavé de plus de 300 pages "Le Contrat". Allons-nous finalement connaître les tenants et aboutissants de ce dossier qui prend chaque jour un peu plus l'allure d'une grave affaire d'état?

En mai 2002, onze salariés de la DCN (Direction des Constructions Navales) sont morts lors d’un attentat qui s’est produit à Karachi au Pakistan.

Très vite l’organisation terroriste Al-Qaïda a fait l’objet de soupçons  de la part des enquêteurs français en charge du dossier jusqu’au moment où le juge antiterroriste Marc Trévidic a décidé de réorienter les investigations.

L’hypothèse d’une vengeance à la suite du non paiement, décidé par Jacques Chirac après sa victoire de 1995, de commissions attachées à la vente à l’Etat pakistanais par la France, sous le gouvernement Balladur, de sous-marins Agosta n’est plus écartée et la DNIF (division nationale des investigations financières) enquête sur une possible corruption politique internationale à propos de ce contrat d’armement au Pakistan.

Le contrat date du printemps 1994 !

A cette époque la DCN a obtenu, de l’Etat pakistanais, un important marché d’un montant total de 5 milliard de francs destiné à la construction et l’armement de trois sous-marins Agosta. Selon le quotidien « Libération », la DCN se serait engagée à verser – commissions légales à l’époque de la signature du contrat – à des intermédiaires locaux 6,25% du montant du contrat soit plus de 300 millions de francs. Lors de la négociation finale  une rallonge de 4% aurait été prévue "à la demande du cabinet du ministre de la Défense" pour être versée par le canal de deux autres intermédiaires, Abdulrahman Al Assir et Ziad Takieddine.

En juillet 2002 le JDD.fr indiquait qu’un lien reliait, entre 1993 et 1995, Balladur et deux intermédiaires libanais Abdulrahman El-Assir et Ziad Takieddine.

Le JDD.fr  reprenait en fait, des éléments diffusés sur le site d'informations en ligne Mediapart qui avait eu à connaître, des notes DGSE (Direction générale des services extérieurs), un rapport, rédigé le 11 septembre 2002, par Claude Thévenet, un ancien agent de la DST (Direction de la surveillance du territoire), et le témoignage de Gérard-Philippe Menayas ex-directeur financier de la DCN.

Concrètement, l’existence de ce lien est établie à partir d’une phrase du rapport Thévenet : "En France, le réseau El-Assir a eu pour principale fonction d'assurer le financement de la campagne d'Edouard Balladur". Le site d'informations précisant par ailleurs que : "L'existence d'une telle documentation des services secrets français sur les activités d'Abdulrahman El-Assir et de ses liens étroits avec l'ancien premier ministre français ont été confirmés à Mediapart par plusieurs sources, dont un ancien membre de la DGSE".

Selon le quotidien Libération, les deux intermédiaires imposés par « le pouvoir », Abdulrahman El-Assir et Ziad Takieddine, représentés par une société off-shore  (Mercor Finance), auraient perçu une somme de 130 millions de francs en  janvier 1995 au titre d’acompte sur les commissions.

Par ailleurs et toujours selon le quotidien, 10 millions de francs en liquide auraient été versés au compte de l’Aficeb (Association pour le financement de la campagne d'Edouard Balladur) dans l’une des agences parisiennes du Crédit du Nord.

«Libération» pour preuve de ses dires, disposerait de documents bancaires qui montrant que les intermédiaires en question auraient bien perçu les sommes correspondantes aux commissions du marché d’armement signé en 1994 avec l’Etat pakistanais.

Le rapport de la mission parlementaire qui enquête depuis octobre 2009 –  dont la rédaction a été assurée par le député Bernard Cazeneuve (PS) –  vient d’être rendu public ce mercredi 12 mai. Le rapport prend en compte comme un fait à ne pas écarter "le lien entre l'arrêt de versement des commissions et l'attentat ».

Ce rapport souligne aussi que les questions concernant,  tant la raison pour laquelle le cabinet du ministre de la Défense, François Léotard, est intervenu pour imposer Al Assir et Takieddine dans la négociation finale des commissions que celle qui a déclenché la décision du président de la République, Jacques Chirac, d'en interrompre les versements n’ont pas à ce jour trouvé de réponse nette et précise.

A ce propos, selon NouvelObs.com du 12 05 2010, une note interne à la DCN, indiquerait que « l'interruption du versement des commissions par Jacques Chirac a été décidé en raison de soupçons de rétro commissions qui auraient pu servir à financer la campagne électorale d'Edouard Balladur ».

Le rapporteur, Bernard Cazeneuve (PS), de son côté, a fait état de la grande difficulté  pour les députés à accomplir leurs travaux. Il a été jusqu’à porter une accusation forte en précisant : le travail des députés a été "entravé par une absence totale de coopération de l'exécutif et du gouvernement". Une certaine  "amnésie" des anciens ministres, qui ont été entendus, a été par ailleurs déplorée par les membres de la mission.

Christine Lagarde, quand à elle, a été particulièrement claire ! "Il ne m'est pas possible de donner une suite favorable à la demande d'entendre les fonctionnaires ayant eu à travailler sur le contrat relatif aux sous-marins Agosta", a-telle indiqué dans un document daté du 26 mars 2010. Ce document fait partie des annexes non publiques du rapport de la mission parlementaire au motif qu'une enquête judiciaire est actuellement cours.

Me Olivier Morice, l’avocat des six familles des victimes de l’attentat du 8 mai 2002 au Pakistan accuse aujourd’hui, le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, d’être «soumis au pouvoir politique» et de tenter « par tous les moyens d'éteindre l'incendie au mépris de la recherche de la vérité». Pour mémoire, l’action en justice pour corruption intentée par les six familles a amené le Parquet de Paris à ouvrir, début février 2010, une enquête concernant le financement de  la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Chaque jour qui passe apporte son lot d’informations dont les développements tendent à faire de cet attentat terroriste, intervenu, au Pakistan, il y a maintenant huit ans, deux affaires de nature différentes. L’une concerne un attentat meurtrier, perpétré à l’international, contre des ressortissants français en poste au Pakistan. L’autre vise une éventuelle corruption, internationale également, qui aurait pour cadre le financement de la campagne électorale de 1995 du candidat Balladur.

Les « entraves à l’expression de la vérité »  quelles qu’en soient les origines – refus de produire des documents, témoignages incomplets, manœuvres dilatoires –, la diffusion par voie de presse d’informations non synthétisées, ne sont pas acceptables dans une démocratie moderne où le pouvoir judiciaire est supposé être indépendant du pouvoir exécutif quand bien même le plus haut niveau de l’Etat est mis en cause. 

La lumière doit être faite sur ce qui semble bien prendre le chemin d’un scandale d’Etat, car les Français sont en droit de savoir !

Les Français doivent savoir pourquoi et comment plusieurs de leurs compatriotes, alors qu’ils menaient une mission technique en terre étrangère, ont été assassinés.

Les Français doivent savoir comment a été financée la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Et surtout les Français doivent savoir si le paiement de commissions relatives au  marché des 3 sous-marins, a généré des rétrocommissions destinée à nourrir directement ou indirectement les comptes de campagnes électorales d’hommes politiques français, en l’occurrence ici, celle de l’ancien premier ministre Edouard Balladur.

Dans cet imbroglio, où semblent se côtoyer – sur fond de rivalités politiques pour la prise du pouvoir – contrat d’armement à l’export, financement occulte de campagne électorale, montages financiers destinés à permettre le rapatriement de rétrocommissions, mort de victimes innocentes, les responsabilités de tous les protagonistes – intermédiaires, ministres, juges, policiers, dirigeant de la DCN –  doivent être établies.

 

 

12:19 Écrit par Bernard FRAU dans 12. Point de vue | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : balladur, dcn, sous-marin, victimes, commissions, intermédiares, chirac | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

29/10/2009

L’époustouflante « Turbo Bêtise »

20091026PHOWWW00216.jpgPour 149500€ : un six-cylindres développant 500 chevaux et une boîte de vitesses robotisée à double embrayage.

 

La belle machine à faire du C02

 

La firme allemande Porsche est la maman de cette « belle machine à faire du CO2 » dont la puissance atteint 500 chevaux et dont le couple maxi culmine à 650 newton/mètre, voire 700 newton/mètre lorsqu’elle est équipée de son pack Sport Chrono.  Si l’on en croit Thierry Étienne, journaliste au Figaro, le pack coûte 4569 €.

 

Le même indique qu’il est recommandé « pour tirer la quintessence de cette mécanique suralimentée », de se payer l'option « boîte de vitesses robotisée PDK », prix annoncé 3 935 €, « sans oublier le volant sport » pour 419 €, qui, « à la demande générale », s’est vu affublé de palettes, une à droite, une à gauche, pour monter et descendre les rapports. Départ arrêté la « belle machine à faire du CO2 »  passe de 0 à 100 km/h en seulement 3,4 s.

 

Détail qui a son importance, la « belle machine à faire du CO2 » a une autonomie réduite, son réservoir ne peut contenir que 67 litres de la précieuse énergie carbonée. C’est un peu court pour un engin dont la consommation moyenne est annoncée à 11,4 litres au 100km que notre journaliste enthousiaste préfère situer à 17 litres. Oui 17 litres.

 

L’auteur du papier dans le Figaro se lâche : « la 911 Turbo est l'archétype du coupé de grand tourisme. Reste à trouver une destination où son propriétaire sera libre d'exploiter ses immenses ressources. Certainement de l'autre côté du Rhin »

 

Il faut arrêter le délire!

 

Même en Allemagne où la vitesse n’est pas limitée sur les voies rapides, partout ailleurs des limites précises sont fixées, il est conseillé de ne pas dépasser le 130 km/h. La belle est conçue pour atteindre une vitesse de pointe de 312km/h !!!

 

Quelle est cette logique industrielle qui, aujourd’hui, peut pousser un constructeur automobile à mettre sur le marché un véhicule de tourisme dont la consommation est de 11,4litres au 100 km ?

 

Tout cela sans évoquer le prix de la belle, qui s’élève à celui d’un petit logement dans un village de campagne, et les options – pack sport, boîte de vitesse, et volant – dont l’addition permettrait d’acquérir un véhicule dont la consommation est presque 2.5 fois inférieure.

 

Une question se pose !

 

Cette bagnole résume toute les contradictions de notre modèle de société en bout de course. Un modèle de société qui s’il devait continuer fera de ses adeptes, des refoulés, des envieux, des méchants.

 

Combien sont-ils les européens à pouvoir se payer une telle bagnole ? Aurait été la question au 20ème siècle.

 

Au nom de quoi ceux qui ont des moyens financiers supérieurs aux autres aurait-ils le droit d’émettre plus de CO2 au kilomètre parcouru ? Telle est la question qui se pose au moment où il faut, dans l’intérêt général, que chacun participe à la réduction de la consommation globale d’énergie carbonée.

 

Reuters la faim dans le monde.jpgNe nous y trompons pas, cette question se pose également à l’échelle planétaire !

 

Elle est mise légitimement  sur la table par l’ensemble les chefs d’états des pays qui aujourd’hui doivent gérer le développement de populations qui n’ont que 1 dollars ou 2 par jour pour survivre.

17:31 Écrit par Bernard FRAU dans 12. Point de vue | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : porche, carbone, énergie, machine, option, moyens | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu