Avertir le modérateur

27/10/2011

Tunisie : Les Islamistes revendiquent le poste de 1er ministre du futur gouvernement

Source AFP :

mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituanteRached Ghannouchi, leader du parti islamiste Ennahdha a déclaré ce mercredi : « il est tout a fait naturel que le parti qui a obtenu la majorité dirige le gouvernement ». Ennahdha sera sans nul doute le vainqueur de la consultation des Tunisiens qui s’est déroulée dimanche dernier. Il faut noter toutefois qu’Ennahdha n’est pas en situation d’obtenir les 119 sièges nécessaires pour gouverner seul. Il devra se contenter d’une majorité relative.

D’ores et déjà Ennahdha, par la voix de son leader Rached Ghannouchi a pris position sur un certain nombre de points. Le parti mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituante« islamo-conservateur » souhaite qu’un gouvernement soit composé sous un délai qui ne doit pas excéder un mois, pour lequel il présentera la candidature d’Hamed Jebali, numéro 2 du mouvement et co-fondateur d’Ennahdha. L’homme âgé de 62 ans est originaire de Sousse.

Ingénieur de formation et ancien journaliste, Hamed Jebali apparaît comme un interlocuteur respecté des chancelleries occidentales. Opposant de toujours du régime Ben Ali, il a passé 16 ans de sa vie comme prisonnier politique dont 10 à l’isolement. Hamed Jebali, représente la figure modérée du parti ce qui n’est pas le cas de Rached Ghannouchi dont le passé et les proximités le situent plutôt du côté de l’islamisme radical.

Rached Ghannouchi a par ailleurs insisté sur la nécessité de mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituanteplacer « l’identité arabe » au centre des travaux et débats qui attendent les députés de la prochaine Assemblée Constituante laissant entendre nettement qu’il entendait que sa formation puisse également obtenir le poste de ministre de l’éducation. « Il faut un dialogue national sur l’éducation » a tenu à préciser le nouvel homme fort de la Tunisie poursuivant : « Notre langue, c’est la langue arabe. On est devenu franco-arabe, c’est de la pollution linguistique ».

mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituanteDe son côté Moncef Marzouki, numéro 1 du CPR – Congrès pour la République, gauche nationaliste –  dont le parti est appelé à participer au gouvernement d’union nationale en cours de constitution, a fixé le périmètre au-delà de quoi rien ne sera possible : « les lignes rouges c’est encore une fois les libertés publiques, les droits de l’homme, les droits de la femme, de l’enfant et sur ça on ne pactisera jamais, jamais »

S’agissant du prochain président de la République, Rached Ghannouchi, qui ne revendique pas le poste pour lui, considère qu’il devra être occupé par « une personnalité qui a mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituantemilité contre la dictature ». Il est possible que Mustapha Ben Jaafar, le dirigeant d’Ettakatol – Forum, gauche social-démocrate –  opposant de l’intérieur à Ben Ali, qui s’est déjà déclaré candidat à la présidence de la république tunisienne, soit l’homme de la situation. La décision dépendra finalement de l’écart final qui séparera CPR d’Ettakatol lorsque les résultats définitif du scrutin de dimanche sera connu.

mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituanteEnfin, dans une déclaration officielle Alain Juppé – chef de la diplomatie française –  a indiqué que l’aide française à la Tunisie était conditionnée au respect de la démocratie par les nouvelles autorités du Pays. «  Nous allons mettre en place une aide économique massive à la Tunisie »  a-t-il annoncé, avertissant toutefois, «  cette aide nous l’apporterons dans la mesure où les lignes rouges ne seront pas franchies ».

mustapha ben jaffar,islamisme radical,tunisie,ennahdah,cpr,ettakatol,moncef marzouki,islamo-conservateur,rached ghannouchi,hamed jebali,ben ali,tunisie,identité arabe,franco-arabe,assemblée constituanteLa fermeté du message est on ne peut plus claire, d’autant plus claire que le soutien de la France à l’ancien régime doit être effacé.

Rached Ghannouchi sait donc à quoi s’en tenir !

24/10/2011

Les Tunisiens de Rouen et de Vernon ont été nombreux à voter.

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmHuit heures du matin jeudi 20 octobre, à la Maison de la Lombardie, 5 personnes s’affairent et mettent la dernière main à la mise en place d’un bureau pour le centre de vote «Rouen-Vernon» de la Circonscription Paris France 1(Nord). C’est là que, trois jours durant, les Tunisiens de l’étranger rattachés à ce bureau, sont appelés pour participer à la désignation de la prochaine « assemblée constituante » de Tunisie. Quarante-huit listes officielles se présentaient aux suffrages des électeurs.

 

Maison de la Lombardie, Rouen, Grand-Marre, Mairie de Rouen, Tunisie, Vernon, Paris, Utopia, Ettakatol, CPR, Ennahdha, ISIE, Ben Ali, PDP, PDM,Huit heures trente, tout est fin prêt ! Trois observateurs représentants de liste– Ennahdha (Renaissance),  CPR (Congrès pour la République), Ettakatol (Forum) – ainsi qu’un observateur international accrédité par l’ISIE (Utopia) sont également présents. Le premier électeur pénètre dans la salle, accueilli par un bureau dont les membres ne cachent pas leur grande émotion. « C’est un moment historique »  a dit l’un d’eux les yeux brillants.

Ses collègues, à ce moment précis, de façon très discrète ont fait état de leur grande fierté. A cet instant ils ont conscience de participer, toutes tendances partisanes confondues, à un moment fort de l’histoire de leur pays.

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmComment aurait-ils pu faire mieux pour consolider ensemble le mouvement de révolte parti Sidi Bouzide ?

Ce scrutin libre et démocratique est en effet un, parmi d’autres, des marqueurs de l’emblématique victoire de la « révolution de jasmin » qui a conduit au renversement du régime et la fuite de l’ancien chef de l’état tunisien le 14 janvier 2011.

 

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmTrois jours durant, ils se sont succédé, jeunes, moins jeunes, hommes, femmes accompagnées de leurs enfants, dans le but d’être de la fête pour la démocratie en Tunisie et pour porter un coup final au régime détesté de Ben Ali !

Un homme d’un âge respectable s’appuyant sur sa canne a engagé un dialogue avec les assesseurs :

 -        lui : « je veux voter »

 -        son interlocuteur : « tu vas voter….. »

 -        lui : « je veux voter comme je veux ! »

 -        son interlocuteur à nouveau : « oui comme tu veux ! »

 -        lui : « Comme je veux ? »

 -        son interlocuteur encore : « oui »

Et puis ayant fait son devoir civique il est reparti satisfait en posant tout de même une dernière question : «  est-ce-que l’urne sera gardée cette nuit ? »! Comme s’il craignait de se faire voler son vote.

On pourrait s’étonner d’un tel questionnement. C’est qu’ici en France, voter ne pose plus de problème, c’est une opération devenue banale, tellement banale que pour certaines consultations le taux de participation y est ridiculement bas. Trop souvent pour certains les consultations électorales sont devenues une corvée.

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmTunisie : « un brouhaha démocratique très beau à voir » titrait jeudi TF1.fr, c’est bien un peu de cela qu’il s’est agit durant ces trois jours, ici à Rouen dans cette Maison de la Lombardie à la Grand-Marre.

Elles, ils, ont été nombreux à repartir le sourire éclatant aux lèvres en disant « j’ai voté ».

Maison de la Lombardie, Rouen, Grand-Marre, Mairie de Rouen, Tunisie, Vernon, Paris, Utopia, Ettakatol, CPR, Ennahdha, ISIE, Ben Ali, PDP, PDM,Il faut noter toutefois que la salle de la Maison de la Lombardie prêtée à cette occasion par la Mairie de Rouen se situait au premier étage et ne comportait pas d’accès pour handicapés ce qui le samedi a été particulièrement gênant le samedi où le couloir et les escaliers se sont rempli de monde.  

Au final les électeurs et les organisateurs du bureau ont néanmoins toujours fait preuve de beaucoup d’enthousiasme, de grande détermination – une électrice s’en est retournée à Vernon chercher la carte d’identité qu’elle avait oubliée – et de patience aussi – au plus chaud de la journée de samedi, il a fallu contenir la pression, pour certains l’attente avant de voter a dépassé une heure –.

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmA 20 heures samedi le scrutin a été déclaré clôt et les opérations de dépouillement se sont déroulées, avec le même sérieux qui avait prévalu le premier jour, pour se terminer vers 2 heures1/2 dimanche matin.

Fatigués, mais fiers du devoir accompli membres du bureau, scrutateurs, délégué de listes et observateurs se sont séparés dans la bonne humeur et la grande tolérance qui ont présidé à ces trois journées « historiques »  pour le Peuple tunisien qui depuis le 14 janvier s’est réapproprié son drapeau.

Pour la Tunisie la route est désormais devant. Certes tous les problèmes ne sont pas réglés avec cette élection. Une certaine inquiétude est manifeste et il faudra encore des débats et des négociations, peut-être même des empoignades, avant qu’un projet de Constitution soit adopté et qu’un nouveau régime s’installe.

C’est aux élus qu’il va revenir de dissiper les inquiétudes qui pèsent par exemple au sujet  de la place respective qui sera réservée au  religieux et au séculier dans la Constitution qu’ils vont devoir mettre sur pied. Il faudra à ces mêmes élus travailler à séparer « le bon grainmaison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdm de l’ivraie »  en s’assurant de la sincérité des ex-cadres du système, qui vient d'être balayé, qui ont réussit à s’insérer dans le processus démocratique en faisant légaliser les toutes nouvelles formations politiques qu’ils ont crées pour l’occasion.

Toutes ces questions et d’autres créent de l’inquiétude et c’est normal. C'est l’inverse qui serait anormal.

A Rouen l’inquiétude sur ces sujets était tout aussi perceptible.

maison de la lombardie,rouen,grand-marre,mairie de rouen,tunisie,vernon,paris,utopia,ettakatol,cpr,ennahdha,isie,ben ali,pdp,pdmCette jeunesse qui a déclaré au chef de l’état « dégage » ne l’a pas fait pour se laisser embrigader et radicaliser, elle aura à cœur de défendre ses acquis, ce dans l’intérêt du Pays. On doit pouvoir lui faire confiance.

Résultats du scrutin pour l’élection d’une Assemblée Constituante de Tunisie

Circonscription               : France Nord Paris 1

Centre de vote                 : Rouen- Vernon

Votants                            : 1178

Blancs                             :       9

Nuls                                 :     19

Total exprimés                 : 1150

Liste 32 Ennahdha          :   448

Liste 21 CPR                    :   141

Liste 42 Ettakatol            :   108

Liste 38 PDP                    :     53

Liste   1 PDM                   :     51

Autres Listes                    :    234 (20%)

19/10/2011

Libération de Guilad Shalit: le Hamas triomphe mais qui a gagné?

 

Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,Cinq ans après sa capture, le 26 juin 2006, par un commando palestinien du Hamas, le soldat israélien Gilad Shalit vient enfin d’être libéré.

Si les négociations entre Israël et le Hamas n’ont jamais cessé durant sa captivité, à deux reprises aux moins les Israéliens ont tenté de procéder à une libération par la force de leur soldat placé, dans un endroit de la bande de Gaza tenu secret « sous la responsabilité d’un groupe spécial ». Mahmoud Zahar, une des principales personnalités palestiniennes du Hamas à Gaza, dira d’ailleurs « Je n’ai moi-même aucune idée de l’endroit il se trouve ».

Les négociations ont été particulièrement difficiles. Les délégations du Hamas et celles d’Israël ne se sont pratiquement jamais parlé directement et n’ont communiqué, durant tout ce temps, qu’à travers des intermédiaires égyptiens. Un membre des services secrets allemands a été au cœur des nombreuses tractations et réunions, à la grande satisfaction semble-t’il des responsables du Hamas. « Il a joué un rôle crucial dans cet accord et je l’en remercie personnellement » a expliqué Mahmoud Zahar, ajoutant, « beaucoup de gens ont contribué au succès de ces négociations, mais les Allemands ont été les plus importants». Nicolas Sarkozy peut bien vouloir récuérer l'affaire ce sont les allemands qui ont été à la maneuvre.

Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a réservé un accueil triomphal à ses 477 premiers prisonniers libérés en échange de la libération de Gilad Shalit. L’organisation concurrente du Fatah  a de bonnes raisons d’être satisfaite, elle a gagné sur l’essentiel de ses revendications. Au terme du processus c’est 1027 ressortissants Palestiniens qui seront libérés et reçus comme des héros de la résistance palestinienne.

De plus le Hamas qui, depuis sa victoire aux élections législatives du 25 janvier 2006 face au Fatah de Mahmoud Abbas, avait été mis au ban de la diplomatie vient aujourd’hui de retrouver une légitimité. « C’est un grand succès » relève Mahmoud Zahar triomphant qui ajoute «  Ce n’est pas seulement celui du Hamas : seuls 60% des prisonniers libérés sont de notre mouvement, les autres appartiennent au Fatah, au Djihad islamique et à d’autres organisations ».

Comment dire autrement : « nous avons gagné et avec nous tout le Peuple palestinien ». Interviewé il aura cette phrase qui en dit long sur l’ambition du mouvement : «C’est la différence entre le Hamas et l’autorité palestinienne. Le Hamas reste ferme sur ses positions, négocie patiemment et obtient des résultats. Mahmoud Abbas parle, perd son temps et n’obtient rien. Abbas et Arafat n’ont jamais obtenu la libération d’un seul prisonnier, nous, si»   

Incontestablement, le Président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas en réclamant la création d’un Etat de Palestine, en refusant de céder aux pressions américaines, israéliennes et européennes s’est taillé un net succès d’estime à la tribuHamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,ne de l’ONU. Cette intervention a eu un prolongement au-delà de l’enceinte internationale et s’est traduit par un triomphe auprès des populations de Cisjordanie. Pour autant à quoi a-telle abouti concrètement et matériellement ?

Mahmoud Abbas n’a rien obtenu et cette libération de prisonniers sonne comme un avertissement au successeur de Yasser Arafat qui voit sa position affaiblie dans le rapport de force qui l’oppose au Hamas tant en interne qu’au plan international.

Côté israélien les événements ne sont pas vécus de la même manière, et cela n’a rien d’anormal. Certes le retour du jeune franco-israélien Gilad Shalit, dont la libération était réclamée en Israël mais par toutes les communautés juives à travers le monde, est une sorte de soulagement. Ce soldat qui avait 20 ans lorsqu’il a été capturé à un poste frontière était de venu une figure « emblématique » de la cause nationale israélienne pour ce pays où sont très rares les familles qui n’ont pas un enfant ou un parent dans l’armée.

Personne en Israël ne viendra dire qu’il n’est pas heureux de le voir libHamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,re aujourd’hui. Mais pour de nombreux Israélien les termes de l’échange apparaissent quelque peu déséquilibrés.  

Dès la publication officielle de la liste des prisonniers palestiniens libérables des protestations des familles de victimes d’attentats se sont élevées pour dire leur « émoi » voir leur « indignation ». Les Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,familles des victimes d’attentas, estiment être les « oubliées » de la négociation. Parmi ces ressortissants palestiniens figurent en effet des hommes ou des femmes condamnés pour « crime de sang » perpétrés lors d’attentat meurtriers auxquels ils ont participés.

Cela ne passe pas ! Cette fête du retour ne peut pas être totale. Les plaies sont encore trop vives, trop apparentes pour tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont laissé un membre de leur famille dans ce conflit interminable fait de violences, d’attentats, de guerres.

Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,L’embarras est grand chez les dirigeants israéliens, Benjamin Netanyahu lui-même ne s’en cache pas : « De nombreux doutes m’ont accompagnés tout au long des négociations ……. la décision prise pour la libération de Gilad Shalit est parmi l’une des plus difficiles qu’il m’ait jamais été donnée de prendre …. Dans ma décision de ramener Gilad chez lui, j’ai été confronté à ma responsabilité de Premier ministre d’Israël, qui a le devoir de ramener à la maison chaque soldat qui est envoyé pour protéger nos concitoyens » a –t-il écrit dans un courrier adressé aux familles dont un des membres a été victime d’un attentat.

De son côté, dans la lettre qu’il a adressée aux familles des viHamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,ctimes au moment où il a signé la grâce des prisonniers palestiniens libérés, le Président Shimon Pérez, a tenu à préciser : « qu’Israël ne pardonne ni n’oublie les actes commis »

Chaque observateur non impliqué directement dans le conflit peut évidemment s’interroger sur les raisons qui ont pu décider Israël de permettre au Hamas d’apparaître comme le vainqueur d’une partie de bras de fer qui dure depuis 2006. Libérer autant de prisonniers dont plusieurs sont considérés comme dangereux n’est pas une mince décision. L’enjeu est donc ailleurs et il  dépasse évidemment la seule personne du Soldat Gilad Shalit et des prisonniers palestiniens libérés !

Un premier élément de réponse peut être trouvé dans la déclaration de Mahmoud Zahar, le négociateur du Hamas : « NouHamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,s avons fini par arriver à un accord essentiellement parce que les Israéliens ont voulu améliorer leurs relations avec l’Egypte, notamment après la crise de cet été. C’est sans doute le facteur le plus important ».

Facteur important mais probablement insuffisant car le Hamas et l’Egypte c’est aussi « les Frères musulmans » qui aujourd’hui sont partout présents dans les révolutions arabes notamment en Syrie où ils constituent la base de la révolution contre le Président Assad lui-même allié de l’Iran.

Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte,Cette libération de Guilad Shalit ne marquerait-elle pas, au final, le début du desserrement de l’étau et de l’isolement dans lequel se trouvait jusqu’à maintenant Israël et la porte ouverte à un durcissement dans les relations entre Israël et l’Iran shiite? Si tel est le cas cette négociation constitue un élément majeur de la situation au Moyen-Orient.

Mahmoud Zahar peut dire que la fermeté dans les Territoires Palestiniens est aujourd’hui du côté du Hamas, force lui est de constater que globalement au Moyen-Orient  la ténacité est tout de même toujours du côté d’Israël. Le Hamas Triomphe mais qui a gagné?

Hamas, Fatah, Mahmoud Abbas, Mahmoud Zahar, Palestine, Guilad Shalit, Benjamin Netanyahu, Egypte, Shimon Pérez, Iran, Syrie, Assad, Yasser Arafat, Obama, ONU, Etat de Palestine, Gaza, Frères Musulmans, Allemagne, Europe, US, Israël, Moyen-Orient, Egypte, Nicolas Sarkozy,La partie continue, espérons que la Paix et non la guerre en sera le terme final, pour le meilleur de l’avenir des populations qui peuplent le Moyen-Orient.

18/09/2011

Palestine : avis de tempête à l’ONU

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne,Vendredi 16 septembre, le Président de l’Autorité palestienne, Mahmoud Abbas, a fait savoir qu’il allait présenter, le 23 de ce mois, une demande d’adhésion d’un Etat de Palestine à l’ONU.

 

L’annonce a été prononcée devant la direction palestienne réunie à Ramallah en Cisjordanie. « Nous allons au Conseil de Sécurité ….. Après mon discours, je présenterai la demande d’adhésion au Secrétaire Général afin qu’il la transmette au Président du Conseil de Sécurité ».

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,Israël a rejeté la déclaration de Ramallah. Un communiqué émanant du Premier ministre de l’Etat hébreux, Benjamin Netanyahu indique « la Paix ne s’obtiendra pas par une démarche unilatérale à l’ONU».

 

Les Etats-Unis de leur côté ont indiqué leur hostilité au projet palestinien annonçant qu’il opposerait leur veto au Conseil de Sécurité. « Tout mouvement dans ce sens à New-York serait contre productif vis-à-vis de la vraie priorité, qui est une négociation entre les partie » a précisé le Département d’Etat.

 

Sourd aux demandes des envoyés américains, européens et ceux du Quartet pour le Proche-Orient – ONU, Russie, UE et Etats-Unis –  le Président de l’Autorité palestienne s’est montré  ferme sur ses intentions. Il a insisté sur son choix politique et affirmé : « C’est notre droit légitime de demander l’adhésion à part entière de l’Etat de Palestine à l’ONU » explicitant son objectif, « mettre fin à une injustice historique en accédant à l’indépendance comme tous les autres peuples de la Terre dans un Etat palestinien sur les lignes de 1967 ».

 

Quoi de plus logique pour les Palestiniens que de vouloir se mettre en position de négocier d’état à état?

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,En procédant comme il se propose d’agir, le successeur de Yasser Arafat peut, en effet, envisager sur le plan intérieur de mieux avancer le processus de réconciliation nationale engagé avec le Hamas, pour ensuite revenir à la table des négociations avec Israël afin dit-il « traiter sur des bases claires les questions de statut final : Jérusalem, les réfugiés, l’eau, la sécurité, les colonies et nos valeureux prisonniers».

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,Il faut observer que, d’une certaine manière, Mahmoud Abbas, en agissant comme il le fait, ouvre une voie d’un retour à des négociations directes avec Israël, totalement bloquées depuis un an, tout menant une opération de correction du déséquilibre incontestable du rapport de force qui existe entre l’Etat Hébreux et les Palestiniens.

 

La manœuvre est particulièrement intéressante d’autant que ce conflit n’a que trop duré et que la situation dans cette région du monde demande des solutions urgentes et durables.

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,Faut-il croire Mahmoud Abbas lorsqu’il affirme « Nous n’allons pas à l’ONU pour isoler ou délégitimer Israël mais l’occupation israélienne »? La question n’est plus là ! La question qui est posée aujourd’hui est : pouvons-nous prendre le risque d’un nouvel embrasement ?

 

Israël et les Etats-Unis ne pourront pas éternellement s’opposer à la création d’un Etat de Palestine.

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,Le retour, sur fond de renouveau d’un islam politique « ottoman », de la Turquie d'Erdogan, dans la géopolitique de la Région devrait inciter les puissances européennes, canadiennes et américaines à un peu de sagesse stratégique!

 

La reconfiguration du Moyen-Orient sur fond de chute de l’empire ottoman après la 1ère guerre mondiale et de promesses « foireuses » de la diplomatie anglaise et française de l’époque doivent encore alimenter bien des rancœurs qui ne demandent qu’à être réactivées.

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,Les grandes puissances doivent finir le boulot ! La création de l’Etat d’Israël prévoyait un plan de partage de la Palestine.

 

L’heure est arrivée, tout en veillant, scrupuleusement  à garantir la pérennité et la souveraineté de l’Etat d’Israël, de créer les conditions pour faire droit à la demande légitime des populations arabes palestiniennes de vivre dans un Etat souverain aux frontières sûres durables et reconnues.

 

Etats-Unis, France,Israël, Canada, ONU, Mahmoud Abbas, Benjamin Netanyahu, Turquie, Empire Ottoman, Ramallah, Plan de partage, Etat de Palestine, Russie, Quartet pour le Proche-Orient, Autorité palestinienne, Canada,La France dans ce dossier diplomatique majeur doit œuvrer dans cette direction et pousser ainsi au renforcement à l’ONU du poids diplomatique de l’Europe actuellement encore trop souvent sous influence américaine.

 

05/09/2011

Etats-Unis : 17 banques poursuivies dans l’affaire des subprimes

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementPlainte vient d’être déposée par l’Agence fédérale américaine en charge de la supervision des prêts hypothécaires contre 17 Banques internationales concernant 41 milliards de pertes liées à des obligations « subprimes ».

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa plainte de l’Agence Fédérale de Financement du Logement (Federal Housing Finance Agency) qui contrôle en autres Fannie Mae et Freddie Mac, vise à faire toute la lumière sur le rôle joué par les banques – Bank of America, JP Morgan Chase, Goldman Sachs, Deutsche Bank, Société générale et d’autres –  dans la mise en place des titres obligataires adossés à des crédits immobiliers « pourris » hypothéqués en  dissimulant volontairement l’exacte qualité de ceux-ci.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLes crédits ont été accordés en  surévaluant artificiellement la capacité des emprunteurs à rembourser, voir en truquant délibérément les demandes de prêts hypothécaire de ces derniers.

La crise financière de 2008 a été générée par ces crédits, désormais identifiés sous le générique « subprimes ». Le système s’est écroulé quand les emprunteurs n’ont plus été en mesure de faire face à leurs échéances et que les titres ont vu leur valeur en bourse s’effondrer, provoquant le 15 septembre la faillite de la banque Lehman Brothers.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementParmi les autres victimes du séisme financier 2008, deux géants américains du refinancement hypothécaire  américain Fannie Mae et Freddie Mac, qui ont accusé des pertes de l’ordre de 33 milliards de dollars.

Ces deux institutions, dont on peut s’étonner qu’elles aient pu se laisser embarquer dans une telle « carambouille », ont été nationalisées le 7 septembre 2008.  Une intervention massive des autorités fédérales américaines a permis d’éviter la faillite.

Leur sauvetage sur le dos des contribuables a un coût : 140 milliards pour leur maintenir la tête hors de l’eau. 

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementAujourd’hui encore l’on cherche à minimiser leurs pertes dont le décompte final n’est pas réalisé à cause de l’opacité des opérations réalisées. Incompétence, naïveté, complicité ? A chacun de faire son point de vue !

Ce que l’Agence fédérale reprochent aux banques  qui ont monté cette « arnaque de haut vol des subprimes »  – titrisation des crédits immobiliers « toxiques » accordés aux particuliers pour les refourguer à des investisseurs peut regardant – se résume à deux choses simples : dissimulation et tromperie organisée.

Ce qui conduit l’Agence Fédérale de Financement du Logement à exiger, des Banques, qu’elle poursuit aujourd’hui devant la Justice, le remboursement des pertes occasionnées par les titres « toxiques » qu’elles ont vendus à Fannie Mae et Freddie Mac ; montant estimé 45 milliards de dollars.

Dans la plainte contre Merrill Lynch l’accusation de l’Agence est sans équivoque : « le défendeur a faussement exposé que les crédits hypothécaires sous-jacents respectaient certaines normes de garanties ou lignes directrices, y compris des présentations qui ont exagéré de façon importante la capacité des emprunteurs à rembourser leurs crédits immobiliers (……)». Pas moins pas plus, rien que ça !

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementEn juillet dernier l’agence avait déjà porté plainte contre le groupe Suisse USB, aujourd’hui elle poursuit JP Morgan Chase pour des pertes dont le total dépasse 33 milliards de dollars et la Sté Générale pour 1,3 milliards.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa plainte engagée vendredi contre les 17 banques ne manque pas de susciter des inquiétudes. En effet la crainte est grande que l’action en gagée par l’Agence Fédérale bloque l’opération engagée contre les banques « ripoux» par les procureurs généraux de 50 états américains, pour trouver un règlement négocié dans les dossiers des abus relatifs aux abus des subprimes.

Autant dire que l’onde de choc de ce nouvel épisode du marasme actuel ne nous est pas encore totalement parvenue.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementAu fond, tout cela ne serait pas important si l’on ne touchait qu’à la fortune de quelques « voyous »  de la finance, dopés à la cocaïne, jouant à se faire peur dans des opérations où l’argent passerait d’une poche à l’autre dans un jeu à somme nulle sans conséquences sur la marche de l’économie mondiale.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementHors il n’en est rien, depuis trois ans maintenant il apparaît au grand jour   que de grands dirigeants, de grandes firmes cotées à Wall-Street à la City, ont construit avec la complicité des « policiers des opérations boursières », des « agences de notation »  et avec ce qu’un procureur new-yorkais appelle « l’inquiétante disposition de Wall-Street pour le crime » (*), un réseau hors la loi  de prédateurs sans scrupules qui font tanguer l’économie mondiale.

Dans cette affaire s’il faut souligner la bonne nouvelle que constitue cette plainte déposée contre les banques, car « lorsque l’on casse il faut payer », il ne faudrait pas oublier que toute cette « arnaque » n’a été possible que parce que l’Etat Fédéral américain  a cru pouvoir résoudre par l’endettement une chute du pouvoir d’achat des ménages américains que son système à bout de souffle ne permet plus d’assurer.

Une bande de féroces salopards irresponsables, ont en toute illégalité mais aussi en toute liberté, réussit à agir en se parant des vertus et de l’honorabilité des « gagnants» à qui tout est dû parce qu’ils sont devenus puissants et redevables à personne de leur comportement.

Il est temps grand temps de remettre les choses à leur place. Les régimes et les empires tombent lorsque ceux qui ont été mis en place pour les diriger ne remplissent plus le rôle qui leur est assigné.

Nous en sommes là et le réveil risque d’être douloureux, si des mesures draconiennes ne sont pas décidées pour mettre hors d’état de nuire les falsificateurs, les fraudeurs et les beaux parleurs forts en gueule, impuissants en actes.

wall-street,subprimes,banques,lehman brothers,société générale,deutch bank,bank of america,jp mrgan chase,usb,goldman sachs,fannie mae,freddie mac,agence fédérale de financement du logementLa liberté a un prix celui du combat que mènent celles et ceux qui croient en elle pour la faire vivre. Il faut des sanctions rapides et lourdes ! Tous les laissés pour compte de cette gabegie aux effets planétaires y comptent bien. Ils attendent de leurs dirigeants qu’ils agissent en fonction de la mission et de la place pour laquelle ils ont été choisis.

(*) Le Monde magazine 27 août 2011 Wall-Street sous l’œil du FBI.

Sources générales : Reuters  3 septembre 2011.Margaret Chadbourn et Jonathan Stempel.

11/08/2011

Trente ans pour dépolluer le delta du Niger*

 shell,niger,ammnestybe,ogoni,ken saro-wiwa,oms,pétroleLe Nigeria est le deuxième producteur de pétrole du continent africain… mais à quel prix?

Le blog Africamixabordait la question le 6 août 2011 en reprenant le rapportsur l’impact de la pollution par hydrocarbures dans le pays d’ Ogoni (delta du Niger, au sud du Nigeria) publié le 4 août par le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue). Ce dernier est édifiant: 25 à 30 ans de travaux de réhabilitation seraient en effet nécessaires pour dépolluer la région:

«La restauration environnementale du pays Ogoni pourrait s'avérer être l'exercice de nettoyage le plus étendu et le plus long jamais entrepris pour ramener l'eau potable, la terre, les criques et d'importants écosystèmes contaminés tels que les mangroves à un état de santé optimal et productif.»

Cette étude indépendante menée sur une période de 14 mois remet en cause 50 ans d'activité pétrolière intensive et, sans nul doute, peu contrôlée. A titre d’exemple, l’eau consommée par de nombreux Nigérians de la région serait contaminée par du benzène —une substance hautement cancérigène— à un niveau 900 fois supérieur au plafond préconisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Certaines zones, qui paraissent non affectées en surface, sont en réalité gravement contaminées sous terre […] Les scientifiques du Pnue ont trouvé une couche de 8 cm de pétrole raffiné flottant dans la nappe phréatique alimentant ces puits, qui serait liée à une fuite de pétrole s’étant produite il y a plus de 6 ans».

shell,niger,ammnestybe,ogoni,ken saro-wiwa,oms,pétroleShell fait partie des multinationales mises en cause par le rapport du Pnue. Le géant pétrolier anglo-néerlandais aurait causé des dégâts considérables dans la région —l’une des plus riches du continent en termes de biodiversité.

Pour Audrey Gaughran, chargée des questions relatives aux enjeux internationaux à Amnesty International:

«Ce rapport prouve que les activités de Shell ont eu des répercussions désastreuses au Nigeria, mais que l’entreprise s’en est sortie en niant cet état de fait pendant des dizaines d’années, prétendant travailler dans le respect des normes internationales les plus élevées […]

shell,niger,ammnestybe,ogoni,ken saro-wiwa,oms,pétroleShell ne doit pas se défiler, mais faire face à la réalité et gérer les dommages qu’elle a occasionnés […] Aucune solution ne pourra être trouvée à la pollution du delta du Niger tant que Shell cherchera avant tout à protéger son image aux dépens de la vérité, et aux dépens de la justice.»

L’activité de Shell dans la région serait également responsable de la dégradation des conditions de vie des populations, dont 60% vit des ressources naturelles du pays (agriculture et pêche). Une violation des droits humains à laquelle le gouvernement nigérian n’aurait pas prêté suffisamment attention:

«Ce rapport doit aussi alerter les investisseurs institutionnels. Par le passé, ils ont laissé Shell les duper à grand renfort d’opérations de relations publiques, mais ils attendront désormais de l’entreprise qu’elle assainisse ses activités dans le delta du Niger —aussi doivent-ils soumettre Shell à de fortes pressions afin qu’elle en finisse avec les déversements d’hydrocarbures, publie des informations plus précises sur leurs répercussions et indemnise les personnes déjà touchées», ajoute Audrey Gaughran.

shell,niger,ammnestybe,ogoni,ken saro-wiwa,oms,pétroleAfricamixcite l’écrivain nigérian Ken Saro-Wiwa, précurseur de la lutte contre les abus des compagnies pétrolières en Ogoni dans les années 90:

«L’exploration pétrolière a transformé le pays Ogoni en immense terrain vague. Les terres, les rivières et les ruisseaux sont en permanence entièrement pollués; l’atmosphère est empoisonnée, chargée de vapeurs d’hydrocarbures, de méthane, d’oxydes de carbone et de suies rejetés par les torchères qui, depuis trente-trois ans, brûlent des gaz vingt-quatre heures sur vingt-quatre tout près des zones d’habitation.

Le territoire Ogoni a été dévasté par des pluies acides et des épanchements ou des jaillissements d’hydrocarbures. Le réseau d’oléoducs à haute pression qui quadrille les terres cultivées et les villages Ogoni constitue une dangereuse menace.»

shell,niger,ammnestybe,ogoni,ken saro-wiwa,oms,pétroleMembre du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Movement for the Survival of the Ogoni People) et leader d’une campagne non violente contre Shell dans les années 90,Ken Saro-Wiwaa été pendu le 10 novembre 1995 à la suite «d’un procès largement dénoncé par les organisations de défense des droits de l’homme».

Contre toute attente, la compagnie Shell a été condamnée en juin 2009 à une amende de 15,5 millions de dollars (11 millions d'euros) pour complicité dans l’exécution de l’écrivain.

*Source de l'article Slate Afrique


Shell — Delta du Niger — campagne dignite... par AmnestyBE

19:38 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shell, niger, ammnestybe, ogoni, ken saro-wiwa, oms, pétrole | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

09/08/2011

Note dette souveraine des Etats Unis: Pékin est rouge de colère !

L’affaire couvait depuis un certain temps. Finalement Standard & Poor’s, l’Agence de notation – elles sont trois plus une chinoise dans le monde – a franchi le Rubicon.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Pour la première fois depuis 1917, dans la nuit de vendredi à samedi 5 aout, une agence de notation, S&P, a officiellement dévalué la note de la dette publique américaine d’un cran, la passant du niveau AAA au niveau AA, le tout assorti d’une perspective négative. C’est la note souveraine des Etats-Unis qui vient d’être dégradée en raison en particulier du déficit croissant du pays et de l’augmentation de son endettement.

En clair l’Agence considère que les Etats-Unis n’ont pas la capacité de mettre en œuvre un programme de remise en ordre de leurs finances publiques et que cela pose désormais la question du remboursement d’une dette colossale.

Dette à ce point importante qu’une erreur de 2000 milliards de dollars commise par S&P dans les projections à 2021, n’a pas été jugée significative, par l’agence pour remettre en cause na notation.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Rappelons nous, à ce jour la dette américaine est chiffrée 14300 milliards de dollars et le déficit de l’Etat fédéral se situe au niveau du PIB du Canada – 1500 milliards de dollars –.

C’est la panique totale sur la planète finance et politique. Les Bourses s’effondrent, en Europe les dirigeants européens cherchent par tous les moyens à rassurer les marchés tout en n’étant pas au clair sur le fond des solutions à mettre en œuvre.

Ça tire à hue et à dia!

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Français Allemands, Anglais Italiens, Espagnols vont de conciliabules en conciliabules privés bilatéraux et vidéoconférences secrètes. Devant les caméras, on affiche de grands sourires entre Allemands et Français mais derrière on ne pousse pas les mêmes solutions.

La Banque Centrale Européenne fait de son mieux pour rassurer «les marchés» mais l’Allemagne refuse d’augmenter les moyens du Fond de 476 milliards d’Euro pour s’affranchir du risque sur les dettes italienne, espagnole et portugaise.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,L’euro est menacé à un moment ou plus que jamais il doit être renforcé face au dollar pour constituer une valeur alternative d’échange.

De son côté Washington proteste, l’agence de notation, elle, persiste et signe en indiquant très sérieusement que la note des Etats-Unis pourrait encore baisser d’un cran d’ici 16 à 24 mois.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Nicolas Sarkozy apporte un soutien sans faille à l’Amérique. Il s’en prend «à l’irrationalité des investisseurs, l’inconséquence des banques et l’inculture des agences de notations» bref il tacle ces institutions addicts aux principes de l’idéologie néo libérale-conservatrice qui depuis plus de 30 ans ont fait la pluie et le beau temps aux Etats-Unis avec le résultat que nous subissons aujourd'hui.

Pas un mot de sa part sur les dirigeants politiques qui continuent de ne pas regarder plus loin que le bout de leur prochaine campagne électorale et sur leur irresponsabilité qui les entrave alors qu’il importe en ce moment et plus que jamais que le «Politique» reprenne la main.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Le spectacle américain du débat Républicains/Démocrate au Congrès à propos du relèvement du plafond de la dette américaine a été lamentable.

Celui des Européens concernant le soutien à la Grèce et la mise en œuvre de dispositions pour faire face aux attaques contre les dettes souveraines de l’Espagne du Portugal et de l’Italie n’ayant pas été plus brillant.

Un verrou vient de sauter!

Mais, au de la de la crise à laquelle le système économique et financier mondial va une fois de plus devoir faire face – depuis 1971, date de la rupture unilatérale des accords de Bretton Woods par les Etats-Unis, nous avons connus 124 crises bancaires, 205 crises de crédit, 63 crises d’états souverains* –, au-delà des insuffisances des dirigeants politiques, ce dont il faut bien s’imprégner reste qu’un verrou qui vient de sauter.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,Pour s’en convaincre il n’est qu’à lire et bien méditer les déclarations de l’agence Chinoise Xinhua que curieusement tant les journalistes que nos responsables politiques n’ont pas vraiment commentés.

Pékin est rouge de colère et tance les US!

Dans une déclaration au ton très peu amène, voir virulent, les choses ont été clairement dites par l’agence Xinhua – Chine nouvelle –. «Le seul moyen que les Américains ont trouvé pour améliorer la croissance économique a été de contracter de nouveaux prêts pour financer les anciens», et d’ajouter comme pour bien se faire comprendre, «Le gouvernement américain doit se résigner à un état de fait douloureux: le bon vieux temps où il n’y avait qu’à emprunter pour se tirer du pétrin qu’il avait lui-même créé est terminé».

pékin,sarkozy,déficit,dette souveraine,agences de notation,standars & poor's,bce,allemagne,france,italie,espagne,portugal,grèce,euro,europe,etats-unis,chinePuis après la critique la sentence sans appel: «La Chine, premier créancier de la seule superpuissance mondiale, est dorénavant dans son droit d’exiger des Etats-Unis qu’ils affrontent le problème de leur dette structurelle et assure la sécurité des actifs chinois en dollars».

Pékin ne s’est d’ailleurs pas contenter de parler aux Etats-Unis. A l’adresse des autres parties prenantes de l’économie mondiale – le G18, soit le G20 moins la Chine et les Etats-Unis – la Chine a annoncé la couleur: «Il faut mettre en place une surveillance internationale sur la question du dollar américain et une nouvelle monnaie de réserve, stable et sûre, peut aussi être une option pour éviter qu’une catastrophe soit provoquée par un seul pays».

La réalité des développements de cette crise restera d’abord et avant tout ces déclarations qui ouvrent une nouvelle perspective pour le leadership politique de la planète.

Plus rien ne sera comme avant la nuit du 5 au 6 Août 2011.

pékin,sarkozy,déficit,dette souveraine,agences de notation,standars & poor's,bce,allemagne,france,italie,espagne,portugal,grèce,euro,europe,etats-unis,chineLa Chine dont il y a beaucoup à dire, s’agissant de son soutien implicite aux dérives des Etats-Unis – nous y reviendrons dans un prochain billet –, vient de siffler la fin d’une partie. Une partie qui a vu les Etats-Unis conduire le monde en fonction de ses seuls intérêts.

Une nouvelle confrontation, car il n’est pas imaginable que les choses se passent tranquillement, va commencer dont l’issue est pour l’instant particulièrement incertaine.

Comble de l’ironie, c’est le PC Chinois qui tient désormais le sifflet.

Pékin, Sarkozy, Déficit, Dette souveraine, Agences de notation, Standars & Poor's, BCE, Allemagne, France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Euro, Europe, Etats-Unis, Chine,L'Europe et les Européens dans ce moment doivent très rapidement prendre les décisions qui lui conserveront un rôle de puissance d'avenir dans un mode multipolaire que la Chine va vouloir dominer.

Dire que certains avaient pu croire, la lors de la chute du PC soviétique, que l’Histoire pouvait s'arrêter.



* source Édouard Tétreau «Quand le dollar nous tue» chez Grasset.

05/08/2011

Somalie: il faut agir d'urgence!

 sécheresse,somalie,somaliens,shebab,émirats arabes unis,crise,famine,onuu,conseil de sécurité

A l’heure qu’il est, la vie de près de onze millions d’êtres humains, hommes, femmes et enfants de tous âges est menacée par la famine qui sévit en Somalie.

La sécheresse, qui s’est abattue dans cette région du monde avec une intensité particulière cette année, n’est pas la seule cause de la crise alimentaire qui tue les Somaliens. Celle-ci se nourrit de l’échec absolu et coordonné de deux phénomènes qui ensemble conduisent le pays dans l’impasse face à la crise.

La Somalie est sur le plan de la gouvernance complètement sinistrée, il n’y a pas d’état de droit souverain. Par ailleurs, rien d’efficace au niveau diplomatie internationale n’a jusqu’à ce jour pu aboutir à des résultats concrets acceptables par tous les protagonistes en cause.

Tout a-t-il été mis en œuvre pour sortir de l’impasse? Probablement pas!

sécheresse,somalie,somaliens,shebab,émirats arabes unis,crise,famine,onuu,conseil de sécuritéLes Shebabs, rebelles islamistes liés à la mouvance terroriste contrôlent les régions sinistrées. Le conflit qui les oppose aux chefs locaux somaliens et à la communauté internationale rend impossible l’acheminement du gros de l’aide disponible pour enrayer la famine.

Quelques pays, dont les Émirats Arabes Unis, entretiennent encore des relations commerciales avec les Shebabs. La voie est certes étroite mais la possibilité d’un accord, par leur intermédiaire, avec les Shebabs, doit être explorée dans le cadre des instances internationales pour mettre un terme à la crise.

sécheresse,somalie,somaliens,shebab,émirats arabes unis,crise,famine,onuu,conseil de sécuritéLes Somaliens, ne peuvent pas être les victimes collatérales d’un conflit, la «guerre contre le terrorisme», qui les dépasse largement. Il est temps d’agir!

Le moment est venu pour la communauté internationale en général et les grandes puissances en particulier, d’aboutir à un accord, négocié avec les Shebab, qui fixe les conditions acceptables par les uns et les autres afin que l’aide alimentaire disponible parvienne sans délai au peuple somalien en souffrance.

Une réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU doit se tenir incessamment il importe qu’à l’ordre du jour de cette réunion figure une initiative appelant les pays arabes, en capacité d’agir, à engager des négociations en vue prioritairement d’instaurer une coopération pour mettre fin à la famine en Somalie et plus largement de tenter d’ouvrir la voie à l’examen avec les parties concernées d’une solution politique pour la Paix.

sécheresse,somalie,somaliens,shebab,émirats arabes unis,crise,famine,onuu,conseil de sécuritéCette première étape franchie il conviendrait ensuite de se préoccuper activement des autres foyers de famine qui se développent dans les pays de cette partie de l’Afrique particulièrement touchée.

Étant entendu qu’en cette matière, comme dans d’autres, les solutions à mettre en œuvre doivent être de nature à agir à la racine des causes des crises et non à se limiter à des démonstrations médiatiques ponctuelles sur les effets visibles des maux à traiter.

 

26/07/2011

La Norvège pleure ses Morts!

 article_Oslo.jpgVendredi 22 juillet la Norvège a été le théâtre d’actes d’une inqualifiable horreur qui ont fait la désapprobation unanime de l’ensemble des démocraties. Un premier attentat à la voiture piégée a été perpétré à Oslo dans le quartier des ministères contre le bureau du Premier Ministre norvégien, Jens Stoltenberg, ainsi que les bureaux du Ministère des finances.

Puis une fusillade a été déclenchée sur l’île d’Utoeya où se tenait une «convention» de jeunes du parti travailliste. Le bilan est lourd on compte plus de 80 au total dont 7 à Oslo même et au moins 90 blessés. A ce jour le bilan définitif n’est pas connu certain blessés étant dans une situation grave.

Les évènements sont vécus en Norvège selon les propres termes du Premier ministre comme «une tragédie nationale» qui à la télévision norvégienne a déclaré «Personne ne nous réduira au silence avec des bombes, personne ne nous réduira au silence avec des armes à feu».

1552473_3_51c5_les-deux-attaques-du-vendredi-22-juillet.jpgDimanche, en présence du Roi Harald V et du Premier ministre Jens Stoltenberg la Norvège a exprimé sa douleur et a rendu hommage aux victimes. Une cérémonie s’est déroulée en la Cathédrale d’Oslo.

Dès vendredi, après la fusillade, la police a arrêté sur l’Ile d’Utoeya un individu, norvégien «de souche» de 32 ans, suspecté d’être l’auteur des assassinats en masse qui venaient d’être commis. Lors des interrogatoires, les policiers ont eu à faire face à un homme, ancien militant du parti du Progrès, classé à l’extrême droite, qui ne leur a opposé aucune résistance aux convictions effroyablement logiques et déterminées.

9204f1c4-b52f-11e0-a36a-dd017e2fb8cc.jpgDécrit comme un «fondamentaliste chrétien», Anders Behring Breivik reconnaissant les faits pour lesquels il était interrogé a déclaré avoir agit seul. Il a assumé totalement ses actes, son avocat a indiqué aux journalistes qui l’ont questionné: «l considère que c’était cruel de devoir mener ces actions mais que, dans sa tête, c’était nécessaire».

Dans un manifeste publié sur internet sous l’intitulé «Une déclaration européenne d’indépendance - 2083» avait déjà fixé les choses.

20110724PHOWWW00047.jpg«Je serai étiqueté comme le plus grand monstre depuis la Seconde Guerre mondiale», a t-il écrit, poursuivant avec cynisme, «Des innocents mourront dans une telle opération. Tout simplement parce qu’ils seront au mauvais endroit au mauvais moment. Faites-vous à cette idée.» Puis encore et froidement: «Une fois que vous décidez de frapper, il vaut mieux tuer trop que pas assez, ou vous risquez de réduire l’impact idéologique désiré de cette frappe».

L’auteur des ces lignes construites à partir d’une logique impitoyable et mortifère, avait choisi en 2006 de quitter le parti du Progrès, - parti classé à l'extrême-droite - auquel il avait adhéré en 1999, jugeant celui-ci trop ouvert «aux attentes multiculturelles» et «aux idéaux suicidaires de l’humanisme».

Ainsi est Anders Behring Breivik qui souhaite aujourd’hui comparaître devant le Tribunal qui doit le juger, en audience publique et en uniforme. L’homme aurait servi dans l’armée norvégienne. Tel est le sinistre individu qui a endeuillé et ensanglanté la Norvège dans le cadre de ses objectifs dont le but est de mener «Une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes et multiculturalistes d’Europe» et de «repousser, battre ou affaiblir l’invasion islamique en cours, pour avoir un avantage stratégique dans une guerre inévitable avant que la menace ne se matérialise».

«Pour moi, il avait l’air de monsieur-tout-le-monde. Le gars passe partout», a déclaré Emil Finneruo un voisin du monstre qui aurait été en classe avec lui. «Le Norvégien bien propre sur lui que personne ne peut suspecter», a-t-il ajouté. L’habit ne fait pas le moine dit l’adage! La preuve!

Les experts de la police norvégienne ne semblent pas tenir compte de l’affirmation d’Anders Behring Breivik selon laquelle «deux autres cellules», prônant les mêmes convictions que les siennes existent pour lutter contre l’Islam en Europe: «Nous pensons que l’accusé est très peu crédible quand il affirme cela». «Mais on n’ose pas totalement écarter l’hypothèse», a toute fois déclaré un des enquêteurs.

europ-new-extrem.jpgCertes l’idée qu’une organisation solide, dotée de moyens importants et de nombreux militants déterminés «semble» une hypothèse peu probable, mais il n’en reste pas moins qu’un fort mouvement est en train de se développer en Europe à la faveur de l’instabilité générale économique et sociale qui gagne tous les états sans exception avec une tendance lourde en Europe du Nord.

En France les propositions et discours discriminant pas toujours innocents et surtout peu responsables, en ces temps de basses eaux citoyennes et républicaines, participent de ces dérives auxquelles il convient de porter une attention particulière.

Cette affaire norvégienne loin d’être un fait divers – malheureux, scandaleux, sauvage, barbare… comme on voudra bien le qualifier – qu’il suffirait d’attribuer à un illuminé solitaire pour nous en débarrasser doit au contraire nous interpeller et nous conduire à réfléchir et débattre tant au plan philosophique que politique.

marianne_par_Bernard_Buffet-8-85063.jpgEspérons que d’un bout à l’autre du champ politique les responsables sauront nous proposer un éclairage qui sache nous mobiliser en direction de nos valeurs traditionnelles de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

25/07/2011

Dette des US: négociations au point mort!

le congrès américain.jpgSi avant le 2 août les élus démocrates et républicains du Congrès américain n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les modalités d’un relèvement du plafond de la dette de l’état, les Etats-Unis ne seront plus en mesure d’assurer le service de leur dette dont le montant est à l’heure actuelle de 14.300 milliards de dollars.

fitch_desc.jpgAlors que les négociations sont dans l’impasse les agences de notations menacent, faute de mesures radicales, de faire perdre aux Etats-Unis la fameuse note triple A qui jusqu’à maintenant leur est attribuée malgré la colossale dette souveraine du Pays qui résulte d’une politique récurrente de déficit public intenable désormais.

Du coup chacun s’est mis à travailler de son côté.

Le différent porte sur le fait que côté républicains l’on refuse obstinément la proposition de la Maison Blanche de faire participer les plus riches des contribuables à l’effort national à travers une augmentation des impôts de ces derniers venant s’ajouter à une baisse des dépenses publiques en contrepartie d’un accord d’un relèvement du plafond de la dette américaine.

Aujourd’hui démocrates et républicains semblent être d’accord pour ne plus parler de hausse des impôts.

Une nouvelle proposition démocrate vise à relever le plafond de la dette de 2700 milliards de dollars ce qui assurerait la couverture des besoins jusqu’à l’élection de 2012. Le plan démocrate serait assorti d’une baisse globale de 2700 milliards sur 10 ans. Il semble toutefois que les généralement les analystes considèrent que pour rester dans des conditions «admissibles» que le montant de l’enveloppe d’économies à réaliser se situe à 4000 milliards de dollars.

La proposition des républicains porte sur une progressivité du relèvement du plafond, de manière à maintenir une pression permanente sur l’administration afin que celle-ci poursuive sur la voie de la recherche de réduction des dépenses avant les élections de 2012.

Un amendement à la Constitution instaurant l’obligation de voter les budgets en équilibre est portée par l’aile la plus à droite des républicains.

Sont visées par les républicains, les mesures du système d'assurance santé cher au Président OBAMA – Medicare, Medicaid et Social Security – dont le coût risque d'exploser dans les dix ans à venir.

898933-1063220.jpgDu coup les marchés financiers mondiaux retrouvent une certaine fébrilité, alors que vendredi ils exultaient après l’annonce de l’accord européen pour aider la Grèce, les voilà, constatant l’enlisement américain, repartis à la baisse. Pire l’agence Fitch vient de placer le pays sous perfusion, en défaut partiel, l’agence Moody’s de son côté de descendre la dite note de 3 crans à un fil du défaut de paiement.

Titanic.jpgIl faut tout de même aujourd’hui prendre conscience que sous des aspects «feuilleton bagarres financières de séries B télévisées» quelques irresponsables – les indécrottables fêlés de la droite républicaine et les agences de notations – sont en train de faire prendre à la planète un risque de déclenchement d’une crise financière mondiale généralisée bien pire que celle à laquelle il a fallu faire face en 2008 avec la crise des «subprimes» et le dépôt de bilan de la banque Lehmann Brothers dont l’issue serait particulièrement incertaine.

Cette volonté de réduction permanente des coûts liés aux programmes en direction des moins favorisés et des classes moyennes des systèmes développés devient insupportable. Accompagnée d’une réticence de plus en plus affichée des nantis à ne pas vouloir prendre part aux efforts des membres des communautés nationales est tout simplement indécente.

Cette guerre, car s’en est une, des plus favorisés contre les moins pourvus qui payent le prix fort de la crise économique mondiale – baisse du pouvoir d’achat, augmentation des impôts, diminution des services, chômage des jeunes et des séniors, augmentation de la précarité et de l’insécurité – risque en tout cas de fort mal se terminer.

Plus que jamais le retour de l’état régulateur s’impose pour mettre fin au désordre économique et social actuel qui ne tardera pas à nous submerger. La situation présente ne peut pas perdurer.

La recherche d'un nécessaire et juste équilibre entre recettes fiscales, dépenses publiques et appel à l'emprunt ne peut pas être passée par pertes et profits. La responsabilité des représentations nationales dans les démocratie est engagée.

barack-obama-10496216taaoy_1713.jpgAux Etats-Unis le Président Obama, après avoir ouvert sans succès toutes les portes de la négociation, pourrait décider, devant l’incurie générale, de se passer de l’avis des membres du Congrès, et de poursuivre ses appels à l’emprunt pour financer la dette de son administration Pour ce faire il pourrait s’appuyer sur le 14ème amendement qui dispose que la dette publique du Pays ne peut pas être remise en cause.

On ne pourrait que se féliciter d'un tel comportement, courageux digne et responsable.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu