Avertir le modérateur

14/05/2012

Déculottée électorale pour Angela Merkel dans l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie

1700544_3_e222_angela-merkel-est-toutefois-toujours-populaire_a1da191b9d1c0355f39485c8f1f2bb59.jpgCe dimanche on a voté dans l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne. Les sociaux démocrates et les Verts allemands viennent d’infliger un sévère camouflet à la Chancelière Angéla Merkel, championne bornée de l’hyper-libéralisme européen, qui depuis 2 ans est entrain de conduire la zone euro dans le mur de l’austérité et de la régression économique et sociale.

Cette défaite des conservateurs allemands – la CDU est le parti majoritaire au Bundestag en Allemagne – constitue un revers très sérieux, le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, avec ses 18 millions d’habitants, est le land le plus peuplé du pays et constitue le cœur industriel de l’Allemagne.

La coalition Vert/SPD qui a recueilli 12% et 39% est désormais en mesure de former une majorité au Parlement de Düsseldorf avec 121 sièges sur 221.

63593_the-ecb-headquarters-is-pictured-in-frankfurt.jpgC’est la politique d’austérité qui a été sanctionnée par les électeurs, Norbert Röttgen la tête de liste CDU – grand perdant du scrutin avec 26%des voix – avait choisi comme axe principal de sa campagne la politique d’austérité chère à Berlin.

Politique d’ailleurs égratigné par Gerhard Schröder laissant entendre que voter CDU en Rhénanie-du-Nord-Westphalie c’était appuyer le dogme de discipline fiscale et budgétaire imposé sans succès par Angéla Merkel à la zone euro.

Toujours aussi bornée, la Chancelière désavouée, s’est contentée de déclarer à la presse que le résultat de ce scrutin« est important pour la Rhénanie du Nord-Westphalie, ni plus ni moins ».

Angéla Merkel peut bien être dans le déni, il n’en reste pas moins qu’à la veille de la visite officielle de François Hollande cette élection dans l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie renforce considérablement la position du nouveau Président de la République française et affaibli celle de la Chancelière.

SAMPAIO_Merkozy.jpgLe SPD allemand menace déjà de ne pas ratifier le pacte fiscal européen  « Sarkozy-Merkel » si des aménagements n’y étaient pas apportés. Une majorité des 2/3 est nécessaire au Bundestag, Angéla Merkel devra donc composer avec ses opposants sociaux-démocrates.

Ces derniers, pour montrer leur détermination et leur capacité de nuisance, ont bloqué, vendredi deux décisions importantes au Bundesrat – la Chambre Haute du Parlement allemand –.

Bruxelles-Union-europeenne-mobilisation-manifestation-Europe_pics_180.jpgComme nous l’indiquions récemment Angela Merkel n’est plus en situation d’imposer une ligne d’austérité soutenue pour résoudre la crise générale qui est en train de tuer les démocraties européennes – la montée des votes d’extrême-droite, scrutin après scrutin, ne laisse pas d’inquiéter –.

La crise devait être solutionnée par la rigueur. Hors le remède semble bien pire que le mal qui touche la zone euro. L’austérité généralisée conduit même à ce que des économies qui n’étaient pas en difficulté le sont désormais – les Pays Bas en sont un exemple frappant –

L’heure est à un changement de cap concerté auquel l’Allemagne devra souscrire, sans, bien sûr, que ses intérêts soient ignorés. Mais il n’est désormais plus possible de continuer à danser, dans des réunions improductives, comme le faisaient les passagers du Titanic quelques heures avant le crash dans lequel ils se sont abimés.

60742_hollande-socialist-deputy-and-candidate-for-french-socialist-party-presidential-primary-delivers-speech-at-political-rally-during-visit-to-rennes.jpgMardi, le contexte sera favorable au Président de la République qui tout en usant de ses talents de conciliateur pourra faire valoir ses choix économiques pour l’Europe en même temps qu’il imposera sa marque au plan international en affichant un leadership pour le changement en Europe.

10/05/2012

François Hollande ne doit pas craindre le clash avec Angela Merkel

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Angela Merkel, devant le Bundestag vient aujourd’hui de faire monter d’un cran le bras de fer avec le prochain exécutif de la France.

Alors même que les Français viennent de porter à la présidence du Pays François Hollande en soutenant son programme de relance européenne contre celui d’austérité de son poulain Nicolas Sarkozy, Angela Merkel vient de réaffirmer qu’elle rejetait tout plan de relance keynésien pour la zone euro.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Tout en proclamant pour la forme que « la réduction de l’endettement et le renforcement de la croissance sont les deux piliers de notre stratégie », la mère de la politique d’austérité qui a mis à genoux la Grèce, qui fait des ravages en Espagne au Portugal et en Italie, qui est à la base de la grave crise politique aux Pays-Bas, vient de signaler à ses partenaires européens qu’il était hors de question de faire de « la croissance à crédit ».

« La croissance par des réformes structurelles, c’est sensée, c’est important, c’est nécessaire », s’est-elle déclarée. En d’autre terme la chancelière allemande entend imposer à la France une réforme libérale dont les principales mesures sont connues pour les dégâts qui n’ont pour seule issue la dégradation des économies nationales qui les appliquent.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Pour mémoire ces mesures sont  la généralisation de la précarité des contrats de travail, la baisse des salaires et des pensions de retraite, la baisse des services publics de santé, autant d’éléments incompatibles avec le choix exprimé par les Français le 6 mai et contenues dans le programme de François Hollande qu’ils entendent voir mis en oeuvre.

Sans complexe Angela Merkel ose prévenir «  la sortie de crise sera un processus long et fatigant ». La chancelière semble oublier que c’est grâce à une dévaluation de fait – baisse des salaires, et des pensions de retraites, baisse des services publics ….- réalisée par la coalition SPD/CDU que l’Allemagne a pu maintenir un niveau de balance commerciale positif et de compétitivité au détriment de ses partenaires européens.

Un peu de mémoire et de réalisme devrait l’amener à se montrer un peu plus solidaire pour éviter une crise majeure cette fois.

Le jeu qui consiste à radicaliser les oppositions pour au final lâcher des miettes en guise de concessions pour ne pas faire perdre la face à ses interlocuteurs ne trompera plus personne.

La crise est désormais dans une dimension telle qu’il n’est pas possible de « jouer ». La chancelière allemande est elle-même en difficulté dans son propre pays, elle le sait et ferait bien de ne pas trop jouer les fiers à bras.

Michel Rocard s’est exprimé sur le sujet, l’Allemagne « vient d'entrer en stagnation (...). La croissance allemande est cassée (...). Même en Allemagne, le problème de la croissance est posé » a-t-il indiqué.

Une opposition interne est en train de se développer au sein même de l’opposition allemande. Celle-ci menace de ne pas ratifier le pacte budgétaire en l'état et réclame des mesures de croissance. De son côté, Sigmar Gabriel, le président du SPD vient de tenir, Angela Merkel et ses choix politiques, pour responsables du renforcement des partis extrémistes en Grèce.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.François Hollande, fort de la légitimité que lui donne sa récente élection est en mesure d’organiser en Europe un front du refus qui au final pourrait coûter fort cher à la Chancelière.

En Italie Mario Monti a déclaré que les demandes de croissance de la France  exprimées par François Hollande « rencontrent michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.l’assentiment de l’Italie ». En Espagne le Président Rajoy ne voit-il pas d’un bon œil l’arrivée en France d’un Président en capacité de détendre un peu la ligne d’austérité imposée par l’Allemagne ?

Dans ces conditions le chef de l’Etat ne doit pas craindre un clash avec Angela Merkel qui ces derniers a été trop habituée à voir la France se coucher.

En procédant ainsi François Hollande répondra d’abord à la majorité des Français qui ne l’ont pas élu pour faire appliquer michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.en France et en Europe la politique des banquiers de Goldman Sach du FMI et de Wall-Street. Il prendra ensuite une dimension et une stature internationale de nature à renforcer le crédit de la France un peu écorné ces cinq dernières années.

michel Rocard, François Hollande, Mario Monti, Angela Merkel, SPD, Rajoy, CDU, Sigmar GABRIEL, Mario Monti, Italie, Espagne, Allemagne, Goldman Sach, Wall-Street, FMI.Foin de « compromis progressif » à la Michel Rocard, François Hollande doit s’imposer et ne pas redouter d’aller au clash. Angela Merkel à plus à perdre qu’à gagner en voulant nous contraindre à appliquer sa folle politique d’austérité.

 

Les prochains 100 jours de François Hollande.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesLe président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, vient s’annoncer, ce jeudi, les résultats définitifs de l’élection présidentielle. Ce faisant il a officiellement déclaré François Hollande, le vainqueur du 6 mai face à Nicolas Sarkozy, élu président de la République.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesJean-Louis Debré depuis le siège du Conseil Constitutionnel, au Palais Royal à Paris a indiqué qu’au second tour du scrutin présidentiel François Hollande a obtenu 18 000 668 voix contre 16 860 685 à Nicolas Sarkozy, soit 51,6% contre 48,4%.

Le calendrier est chargé pour le prochain locataire de l’Elysée dont l’investiture est annoncée au 15 mai.

Alors que les chiffres du chômage poursuivent, depuis onze mois, une lente mais sure dégradation François Hollande et son futur gouvernement auront à faire face à la gestion des dossiers dont les prédécesseurs se sont arrangés à reporter le règlement après les présidentielles.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesLes plus en pointe sont les dossiers concernant le site de PSA à Aulnay-sous-Bois qui menacé de fermeture, ainsi que celui de Petroplus de Petit-Couronne en Haute-Normandie, Air France/KLM, Areva...

Il y aura le 17 mai, l’opération d’emprunt sur les marchés de 12 milliards d’euros qui constituera un test en vrai grandeur de crédibilité pour François Hollande qui s’est engagé à ramené le déficit de la France à 3% dès 2013 ce qui suppose la réussite d’un plan d’économie de 20 milliards en 1 an. L’enjeu se situe au niveau du taux d’emprunt sur 10 ans actuellement à 3% !

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesAu niveau européen François Hollande doit effectuer un déplacement « périlleux » en Allemagne pour y rencontrer la chancelière Angela Merkel et parler de la relation franco-allemande et de la renégociation du dernier traité validé par Nicolas Sarkozy. Ce voyage avait été annoncé durant la campagne.

Ce déplacement précèdera une rencontre informelle, des chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'Union, est prévue avant le sommet européen des 28 et 29 juin dont l’objectif annoncé concerne la définition de contours pour une stratégie destinée à faire redémarrer l'économie de l'Union Européenne.

Au plan international François Hollande participera au G8 qui se déroulera les 18 et 19 mai à Camp David, aux Etats-Unis.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesDans la foulée le Chef de l’Etat se rendra au sommet de l'OTAN à Chicago les 20 et 21 mai où il annoncera le retrait des troupes françaises d'Afghanistan dès la fin de l'année 2012.

Enfin c’est au Mexique les 18 et 19 juin qu’il assistera au G20 où en présence de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, il sera question d’augmentation des  ressources du FMI et de la contribution des Etats-Unis, ainsi que du rééquilibrage de l'économie mondiale.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesLa tâche du nouveau Président est immense, il est attendu et ne peut pas se permettre de faux pas. La France est en panne de créations d’emplois, son commerce extérieur et ses comptes publics sont dans le rouge.

C’est dans un contexte très difficile que démarre le quinquennat sur fond de 3ème tour électoral où l’opposition et l’extrême droite vont tout tenter pour empêcher la constitution d’une majorité présidentielle à l’Assemblée.

chômage,dette,déficit commercial,françois hollande,angela merkel,nicola sarkozy,g8,g20,jean-louis debré,fmi,christine lagarde,etat-unis,extrême-droite,afghanistan retrait des troupesDans cette période, l’opposition républicaine prendrait une lourde responsabilité devant le Pays si, comme certains le laissent à penser parmi les excités qui vont perdre leur siège à droite, elle devait céder à une tentation revancharde et jusqu’au-boutiste en se prêtant à un jeu trouble avec l’extrême droite.

Quoi qu’il en soit en dernier ressort ce sera aux électeurs de se prononcer et c’est fort logiquement qu’à l’issue des élections législatives ils sauront donner au Président de la République les moyens de mettre en œuvres les propositions qui ont été les siennes et qui ont recueilli une majorité confortable.

13/02/2012

Athènes: l'austérité et le chaos!

Lundi dans la nuit les Députés conservateurs et sociaux démocrates réunis ont voté un nouveau Plan d’austérité – autant dire une nouvelle cure de réduction du pouvoir d’achat et de souveraineté pour le Peuple.

70032_anti-austerity-protester-waves-a-greek-flag-in-front-of-the-heavily-guarded-parliament-in-athens.jpgDimanche la rue qui s’était manifestée pacifiquement et calmement dans un premier temps s’est enflammée après la charge des policiers anti-émeutes, qui semble-t-il s’en sont pris aux manifestants avec des cocktails Molotov.

 grece-manifestations-austerite.jpgAthènes a été mise à feu et à sang. Des scènes de guérilla urbaine ont embrasé la ville millénaire, berceau de la Démocratie et des manifestations se sont également déroulées à Salonique.

 

Pendant que le gouvernement se couchait et proposait à la représentation nationale d’en faire autant, dehors, sur la place Syntagma, devant le Parlement, chez les manifestants, venus dire leur rage et leur indignation drapeau national grec en main, un seul cri à l’adresse des parlementaires en train de les trahir, « kleftes, kleftes ! »  – voleurs, voleurs –

1642329_3_6be0_la-police-anti-emeute-prend-place-devant-le_9b7d4f1ae59a19249a39fa5279eee226.jpgLa nuit ensuite n’a été que jets de pierre et cocktails Molotov. En face, la police y a répondu avec force coups de matraque et bombes lacrymogènes. Des deux côtés plusieurs dizaines de blessés. Des immeubles ont été incendiés. Des agences bancaires et des commerces ont été saccagés. Des cinémas ont été ravagés par les flammes. En centre ville l’air est rapidement devenu irrespirable à cause des fumées dégagées par les incendies et tant il a été fait usage de bombes lacrymogènes.

Parmi les manifestants, malgré leur grand âge, le compositeur Mikis Theodorakis, 86 ans, fondateur d'un nouveau parti nationaliste, était Mikis théodorakis touché par les gazs lacrymo.jpgprésent. Il voulait voir dans les yeux « ceux qui s'apprêtent à condamner à mort la Grèce ». Avec lui le héros de la résistance Manolis Glezos, 89 ans, dont on dit qu’il a retiré le drapeau nazi accroché à l'Acropole en 1941. Le vieil homme indigné a déclaré : «Est-il possible d’imposer ces mesures à coups de gaz lacrymogènes ? Elles n'ont pas reçu le vote du peuple grec»  

Le Pasok – parti social-démocrate grec  de Papandréou – et la Nouvelle Démocratie – parti de droite libérale conservatrice –  et 1768c1a0-54cd-11e1-bcc1-796320d8122d-150x150.jpgdeux membres du LAOS – extrême-droite grecque – ont donc ensemble, ce lundi à une heure du matin, adopté, par 199 voix  sur 300, la potion de cheval imposée par Bruxelles. Quarante députés de la coalition ont refusé d’obtempérer. Ils ont été immédiatement exclus de leur groupe. De son côté le LAOS qui dès le 10 février s’était retiré de la coalition, s’est tenue à l’écart.

L’heure est maintenant à Athènes à la casse et à la révolte face à des élites complices d’un système qui lorsqu’il est en crise, ne voit son salut que dans la mise en coupe réglée des faibles avantages acquis après des années de dur labeur par ceux-là même qui n’ont aucune prise sur les ressorts du mécanisme financier qui les broie.

Qui peut blâmer ces gens qui ne veulent plus qu’on les traite de fainéants et de tricheurs ?

Jusqu’à quelle limite les stratèges de l’Union Européenne, du FMI et de BCE vont-ils exiger de faire marcher ce supplice du «presse purée» contre le Peuple Grec ?

Et puis d’abord, en quoi ce Peuple est-il responsable de la crise qu’on veut aujourd’hui lui faire payer ? Qui se tortore les intérêts exorbitants.de la dette grecque ?

8e14ebf4-e9bf-11e0-bbdf-8f61412ee623.jpgQui aujourd’hui vend à la Grèce un matériel militaire destiné à verrouiller l’espace européen méditerranéen face aux prétentions de la Turquie à faire main basse sur les réserves de gaz naturels que l’on vient d’y découvrir?

Pourquoi les instances Européennes n’exigent-elles pas du clergé orthodoxe grec repus, bourré d’or et d’argent, de mettre la main dans ses réserves et d’apporter sa part contributive à la sortie de crise du Pays sur lequel il vit grassement ?

772533361.13.jpgOn n’a laissé aux Grecs humiliés qu’un seul choix celui de la révolte, même celui de se prononcer par référendum lui a été refusé lorsqu’au G20 Papandréou a du se plier aux exigences de Nicolas Sarkozy et d’Angela Merkel les bons soldats du FMI et de l’Amérique.

Tout en se félicitant du vote du parlement, les capitales européennes se disent inquiètes de cette puissante révolte populaire. Elles ont raison de l’être.

by-default-2012-02-11-at-2.jpegDemain viendra le tour des masses espagnoles, portugaises, italiennes et françaises d’avoir à porter la révolte et à faire tomber les nouvelles Bastilles. Celles où l’on veut enfermer les peuples dans l’austérité et la régression sociales doivent être rasées et leur gardiens dégagés.

L’avenir que les élites nous dessinent à Bruxelles, Londres et Washington dans les temples de la finance internationale n’est en effet ni tolérable, ni acceptable.

La révolte est toujours au rendez-vous quand la colère des Peuples est poussée à son paroxysme face à des élites sourdes et aveugles, compromises, pourries et corrompues. De ce point de vue une réaction en France mérite d’être soulignée. Celle de Ségolène Royale.

h-4-2061491-1295541115.jpgEstimant que les événements grecs avaient pour cause : « la dégradation de la démocratie, un pouvoir contrôlé par quelques uns,  la collusion entre les intérêts financiers et politiques», elle a déclaré « Ce qui se passe aujourd'hui en Grèce est dramatique. On voit 20 % de diminution du smic et, à aucun moment, il n'est demandé à la Grèce de lutter contre la fraude fiscale qui atteint des sommets vertigineux de la part des grandes fortunes», enchaînant interrogative, « Ça flambe à Athènes où est M. Barroso, l'ultralibéral que les dirigeants ont remis à la tête de la commission européenne, que fait le Parlement européen, où sont les ministres du conseil des ministres européens ! ».

La charge de la Présidente de Poitou-Charentes est rude. Elle n’y va pas par quatre chemins «C'est encore le système financier qui dicte ses règles au peuple grec, qui va imposer de nouveaux sacrifices dont on sait à l'avance qu'ils ne produiront rien car c'est un nouveau plan d'austérité qui va aggraver la récession européenne. Et personne ne dit rien!».

860104_francois-hollande-socialist-party-presidential-candidate-for-the-2012-elections-attends-the-questions-to-the-government-session-at-the-national-assembly-in-paris.jpgReste maintenant à savoir si le camarade Hollande saura tirer les leçons de cette embardée grecque prémonitoire. Les déclarations-programmes  du candidat à la Présidence de la République pour le début de son prochain mandat à la tête du Pays (sic)  ne semblent pas vraiment, au-delà des mots aller, dans ce sens. Pas plus d’ailleurs que celles du couple Merkel-Sarkozy couple dans lequel on ne sait plus qui demain sera le président de la France.

Evangelos papademos.jpegLa révolte grecque est légitime, le premier ministre l’ex-banquier Loukas Papademos, et le ministre des Finances, le socialiste Evangelos Venizélos, ont beau promettre des élections législatives pour le mois d’Avril, rien n’y fera, la machine du rejet est en route et elle n’est pas prête de s’arrêter!

grèce,ue,fmi,loukas papadémos,evangélos venizélos,françois hollande,ségolène royale,pasok,nouvelle démocratie,laos,g20,manolis glesos,mikis theodorakisLes autres dirigeants européens devraient y réfléchir très sérieusement pour eux-mêmes. Nous sommes tous aujourd’hui des Athéniens en devenir.

 

24/01/2012

L’abominable vidéo !

Cette vidéo filmée en Afghanistan est abominable ! Elle relate, si les faits sont confirmés, un comportement ignoble de la part de soldats censés avoir été envoyés en Afghanistan pour combattre le soi-disant "axe du mal" au nom des valeurs de la démocratie et des droits de l’Homme.

De quoi s’agit-il ?

La vidéo montre quatre individus rigolards, en uniforme américain, urinant tranquillement sur trois cadavres qualifiés de rebelles talibans. Pour ajouter au sordide de l’affaire il est clair que ces ignobles individus étaient parfaitement conscients qu’une autre personne était en train de les filmer.

Pendant qu’ils se laissent aller les « salauds », en effet, jettent des « yeah » satisfaits, et l’un d’eux va jusqu’à lancer à l’adresse du cadavre dont il salit la dignité « passe une bonne journée mon pote».

Les autorités militaires et civiles américaines ont beau indiquer qu’une enquête est ouvertes, prendre des mines contrites, ce n’est pas la première fois que ce genre de dérapage dégradant pour l’adversaire mort ou prisonnier est évoquée à propos de militaires américains en campagne.

h_9_ill_1183723_d782_cia AFP PAUL J RICARD.jpgPersonne n’a oublié les tortures et les humiliations dont été victimes des détenus militaires irakiens dans la prison d’Abou Ghraïb en Irak. Tout cela vient s’ajouter aux bombardements de civils et autres exactions commises ces dix dernières années.

Si quelque part l’on souhaitait attiser encore plus la haine de la communauté musulmane mondiale à l'égard du monde occidental, pour mieux préparer une nouvelle intervention « pour la liberté » on ne s'y prendrait pas autrement.

Décidément, il y a définitivement quelque chose de pourri en Amérique!

« Uriner sur quelqu’un, c’est un acte radical, la violence est physique» a déclaré Rony Brauman l’ancien Président de Médecins Sans Frontière, ajoutant «on « élimine», et cela rentre dans cette logique. C’est très extrême».

Une condamnation sans appel est requise des autorités américaines, civiles et militaires. La France et l'Allemagne, mais également l’Union Européenne, s’honoreraient de marquer officiellement leur désapprobation pour ce qu’il faut bien appeler une profanation sordide de corps humains.

Les pays de la coalition en Afghanistan ont-ils clairement fait connaître leur condamnation de ces actes odieux?

Afghanistan, Droits de l'Homme, Dignité bafouée, Otan, Soldats américains, Démocratie, Axe du Mal, Rebelles, Talibans, Irak, Abou Ghraïb, Rony Brauman,Des enquêteurs indépendants doivent être nommés par l’ONU avec mission d’aboutir, dans la transparence la plus totale, rapidement et concrètement, à l’arrestation et au jugement des coupables à qui une lourde condamnation doit être infligée.Il faut que justice passe.

Il ne s’agit pas ici de cautionner en en aucune manière les actions des Talibans qui, lorsqu'ils sèment la mort par des actes terroristes, sont tout aussi ignobles et détestables, mais en l’occurrence, rien ne peu justifier, si les faits sont avérés, un tel mépris de la dignité humaine.

Dans cette affaire exécrable c'est d’abord à ceux de notre propre camp que nous devons réclamer des comptes.

Afghanistan: Partir au plus vite, oui ! Mais en bon ordre.

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, En moins d’un mois six nouveaux militaires français ont été tués en Afghanistan. Deux le 29 décembre, et quatre ce vendredi 20 janvier. Ce qui porte à 82 le nombre de morts français depuis 2001 pour un contingent militaire qui compte 3600 hommes – troisième par le nombre des forces de la coalition –. Ce contingent, qui participe à l’entraînement de l’ANA – Armée Nationale Afghane – devrait quitter le théâtre des opérations fin 2013.

Partir, fin 2013 au terme de la mission que la France, PS et UMP confondus, a acceptée aux côtés des Allemands, des Anglais et des Américains ou partir dès la fin 2012 comme le réclame François Hollande, n’est pas vraiment la question. Les militaires français doivent quitter l’Afghanistan, en bon ordre, en toute sécurité et, oui, le plus tôt sera le mieux.

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, Visiblement la position de la France, exprimée vendredi par le Chef de l’Etat – constitutionnellement chef des armées – semble s’être infléchie. Nicolas Sarkozy a toujours considéré l’engagement des troupes françaises en Afghanistan comme un « combat des démocraties pour défendre leurs valeurs » contre « la barbarie ».

En août 2010, il rassurait les membres de la coalition, en indiquant que la France resterait «en Afghanistan, avec ses alliés, aussi longtemps que nécessaire» tout en précisant que les décisions qu’il pourrait être amené à prendre ne seraient «pas soumises à des calendriers artificiels ou à des humeurs médiatiques».

Le voilà, vendredi 20 janvier, qu’il annonce une « suspension de toutes les opérations de formation et d’aides au combat de l’armée afghane » allant même jusqu’à poser «la question d’un retour anticipé des troupes françaises».

Que se passe-t-il ? Sommes-nous une fois de plus confrontés au travers de Nicolas Sarkozy aussi prompt dire tout et le contraire  du tout dès lors que ses intérêts du moment lui semblent en cause ?

Ce dossier mérite sans doute un examen un peu plus approfondi et un jugement moins tranché.

D’abord, les quatre soldats ont été tués par un membre de l’ANA alors que ceux-ci n’étaient pas armés. Cela est parfaitement inacceptable, comme l’a dit très justement Nicolas Sarkozy lors de la cérémonie des vœux aux corps constitués « l’armée française n’est pas en Afghanistan pour que les soldats afghans lui tirent dessus »

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, Ensuite ces actes criminels ont été perpétrés dans un contexte que jusqu’alors les porte-parole de l’Otan n’ont jamais admis officiellement. Un rapport interne de l’ISAF – force de l’OTAN pour l’Afghanistan – rendu public en juin 2011 et repris vendredi par le New-York Times révèle que depuis 2007 les soldats américains ont été victimes de fusillades de la part de soldats et policiers afghans.

Cette animosité meurtrière s’est progressivement développée au point qu’entre mai 2007 et mai 2011 elle serait la cause de 6% des pertes totales occasionnées par les opérations de combat.

L’infiltration d’insurgés talibans dans les forces de l’ANA, même si des cas existent, ne suffirait pas à expliquer un phénomène plus global qui s’est accéléré brutalement depuis 2009.

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, « Il est clair que les altercations meurtrières ne sont ni rare ni isolées; elles reflètent une menace en hausse rapide et systématique – dont l’ampleur pourrait être sans précédent, entre alliés, dans l’histoire militaire moderne –», explique l’auteur du rapport qui ajoute, que les dénégations des officiels de l’OTAN « semblent peu sincères, sinon intellectuellement profondément malhonnêtes».

Le climat de haine qui s’est installé entre les forces afghanes et celles de la coalition est en train d’apparaître au grand jour. Il inquiète y compris dans les rangs de l’ANA.

Un officier de cette armée, dont les propos ont été repris par le New-York Times, qualifie ses soldats de « voleurs, des menteurs et des drogués » et désigne les américains comme « des brutes grossières et arrogantes ». Il dit craindre que ce contexte « ne devienne bientôt un problème majeur dans les rangs subalternes des deux armées ».

Alors que Gérard Longuet – le ministre français de la défense – s’en tient à la version officielle, l’auteur de la fusillade qui a tué 4 de nos compatriotes et blessé 15 autres est « un taliban manifestement infiltré de puis longtemps » dans l’armée afghane, une des sources locales indiquent de son côté : « c’était un vrai soldat, enregistré. Pendant ses premiers interrogatoires par des soldats français, il leur a dit qu’il avait fait cela – la fusillade ndlr – à cause de la vidéo sur laquelle des soldats américains urinaient sur des cadavres ».

Enfin, pour ce qu’il est possible d’en savoir à l’heure actuelle, il apparaît très nettement que la position française au sein de la coalition à propos des conditions de sortie d’Afghanistan ne soit pas identique à celle envisagée par les américains.

L’équation actuelle retenue pour se dépatouiller  du bourbier dans lequel Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, Georges BUSH a entrainé l’Amérique et ses alliés britanniques, allemands et français peut se résumer d’une trait synthétique: sortir au plus vite – fin 2014 – au moindre coût humain et en laissant le pays assurer seul sa destinée en donnant aux autorités afghanes – le régime de l’actuel président KARZAÏ – les moyens de contenir les Talibans sans l’aide de l’Otan à un coût financier le plus réduit.

Hors à ce jour non seulement la situation financière du pays n’est pas assurée – 90% du budget afghan provient de l’aide extérieure – mais Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, Washington, bien que souhaitant maintenir après 2014 cinq bases militaires en Afghanistan, renâcle à maintenir sa participation au niveau actuel et tente d’imposer à ses alliés une nouvelle répartition de l’aide plus à son avantage. Ce que ceux-ci refusent en proposant que les pays du Golfe soient mis à contribution.

De plus les Etats-Unis qui continuent unilatéralement de dérouler leur plan de sortie d’Afghanistan ont engagé à Doha au Qatar des négociations avec les Talibans en vue d’explorer la possibilité de leur intégration dans un futur gouvernement d’union nationale.

Au regard du contexte général extérieur – montée de la haine à l’endroit des occidentaux, augmentations des pertes humaines, détricotage des solidarités à l’intérieur de la coalition – la diplomatie française doit trouver un juste équilibre qui permette à notre pays de ne pas se laisser imposer une ligne qui ne préserve pas ses intérêts dès lors qu’elle s’aligne sur les positions de l’Oncle Sam.

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, Faut-il vraiment que la France, en collant systématiquement à la diplomatie de la canonnière des USA, se mette encore un peu plus à dos l’Iran, la Russie et le Pakistan qui ne veulent pas de bases militaires américaines dans la Région ?

Faut-il vraiment que les soldats français fassent les frais d’une politique qui viserait à l’intégration des Talibans dans un gouvernement d’union nationale contre le souhait d’une partie des fractions afghanes qui les ont combattus jusqu’à ce jour ?

Faut-il vraiment que la France, qui doit emprunter pour couvrir son déficit primaire, se laisse imposer une augmentation de la part financière qu’elle assume dans cette guerre où elle s’est laissée entraîner?

Faut-il vraiment que la France se brouille avec ses alliés de la coalition en particulier ses alliés européens ?

A ces quatre questions la réponse est non !

Cette détestable période de 10 ans de guerre, dont l’issue, à ce jour, est largement incertaine –  la guerre civile et le chaos en Afghanistan ne sont pas à exclure – exige de tous les responsables politiques français exemplarité et solidarité dans la manière d’aborder les faits qui nous parviennent d’Afghanistan.

Les enjeux sont d’une grande gravité. Le respect que nous devons à ceux de nos soldats qui sont morts ou blessés gravement commande de ne pas céder à la tentation d’instrumentaliser à des fins électorales les difficultés qui sont celles du Pays tout entier.

Nicolas Sarkozy, Hamid Karzaï, Afghanistan, USA, Etats-Unis, François Hollande, Talibans, François Bayrou, Pakistan, Iran, Russie, Allemagne, Angleterre, Europe, Doha, Quatar, Georges Bush, New-York Times, OTAN, ANA, Armée Nationale Afghane, ISAF, Soldats français, François Bayrou qui s’est exprimé hier dimanche sur Canal +  a su, sur ce point, donné le ton juste et responsable en déclarant très simplement mais avec beaucoup de hauteur «  au moins soyons calmes et rationnels dans les décisions que nous allons prendre et ne prenons pas des décisions uniquement dictées par l’émotion».

30/12/2011

Détroit d’Ormuz : bras de fer irano-américain

Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   Depuis plusieurs jours la pression monte entre l’Iran et les Etats-Unis accompagnés de certains pays européens dont la France. En cause la question récurrente du programme nucléaire iranien qui aurait pour objectif de doter l’Iran de l’arme atomique.

Il est envisagé par les puissances occidentales de nouvelles sanctions pour contraindre l’Iran à coopérer. L’Iran de son côté continue d’affirmer que son programme nucléaire n’est destiné qu’à la production d’énergie électrique.

En gros les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, convaincus que l’Iran à travers son programme nucléaire veut se doter de l’arme atomique, ont décidé de monter d’un cran la pression sur la République islamique en la menaçant  d’un embargo sur ses exportations de pétrole brut. En agissant de la sorte les « occidentaux » pensaient  obliger l’Iran, à venir s’asseoir à la table des négociations.

Loin de les impressionner cette menace a déclenché l’ire des autorités de Téhéran qui en réponse se sont contentées de diffuser deux messages particulièrement clairs.

 

Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   L’un à travers une déclaration à la chaîne iranienne Press TV d’un des Commandants des Gardiens de la révolution, Hossein Salami, « Nous ne renoncerons pas à nos décisions stratégiques si les intérêts vitaux de l’Iran sont sapés de quelque manière que ce soit ». 

Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   L’autre par le canal de l’Irna relayant les propos d’Ali Rahimi le premier-vice président iranien qui a prévenu, «  si on devait adopter des sanctions contre les exportations du pétrole iranien, aucune goutte de pétrole ne transitera par le détroit d’Ormuz »

Cette injonction à négocier de la part des Etats-Unis et de ses alliés européens  intervient à un moment où la marine iranienne est en Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   manœuvres militaires à proximité du détroit d’Ormuz, qui relie les pétro-producteurs du Golfe à la mer d’Oman et à l’océan Indien et par où transite 40% du trafic maritime pétrolier mondial.

Que faut-il penser de cette menace particulièrement violente des américains et des européens? L’Iran est le 4ème exportateur mondial de pétrole. Une impasse sur les recettes de ses exportations est économiquement impossible car celle-ci déstabiliserait une paix sociale que l’on sait précaire.

Les alliés viseraient à déstabiliser le régime en faisant pression Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   sur les recettes de l’Etat Chiite. « Le pétrole est vital pour le pays» indique à juste titre le correspondant de l’AFP en Iran, Siaviosh Ghazi. La manne pétrolière rapporte en effet près de 100 milliards de dollars par an à la République islamique.

A moins que les Etats-Unis, en accord avec leurs alliés européens, n’aient décidé, comme il l’avait fait avec l’Irak de Saddam Hussein, de tendre un piège aux iraniens afin de les entrainer dans un conflit armé pour poursuivre la stratégie de démantèlement des Etats-Nations qu’ils ont engagée au Moyen-Orient.

Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   Les déclarations côté occidental semblent aller dans ce sens. Un porte- parole du Pentagone, George Little, après que le chef de la marine iranienne Habibollah Sayyari ait affirmé «  Fermer Ormuz ? Aussi facile que boire un verre d’eau », a déjà annoncé la couleur : « aucune perturbation du trafic maritime dans le détroit d’Ormuz ne sera tolérée ».

La menace prise au premier degré est sans équivoque, avec la présence de la 5ème flotte, installée à Bahreïn, les américains disposent dans le Golfe, d’une puissance de frappe qui pourrait, sans coup férir, anéantir les capacités militaires de l’Iran.

Depuis plus de huit ans les iraniens nous ont habitués à tenir Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   la dragée haute aux menaces gesticulatoires américaines ; rappelons tout de même qu’en l’état un arsenal de sanctions, en direction des secteurs pétrolier, gazier et pétrochimique, a déjà été déployé contre la République chiite sans que cela ne fasse bouger sa ligne d’un iota.

Quoi qu’il en soit cette  hypothèse, d’une mise au pas du régime de Téhéran, ne paraît pourtant pas très crédible au regard de la situation générale dans cette partie du monde où Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   un conflit armé avec l’Iran pourrait, par effet domino, entrainer une confrontation régionale hautement explosive qui inexorablement aurait des répercutions économiques mondiales telles qu’elles rendraient  plus que probable une intervention des protecteurs de la république chiite, la Chine et la Russie.

Les Etats-Unis et ses alliés européens sont-ils prêts à prendre le risque d’une telle confrontation mondiale armée ? On peut sans trop s’avancer dire que la réponse est non! Cette gesticulation n’est au fond qu’un écran de fumée de plus !

Le bras de fer va donc se continuer encore quelques semaines Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   au plus grand plaisir des spéculateurs. Le prix du brut mais aussi celui du carburant à la pompe va flamber, les prix augmenteront et les plans de rigueur, dictés par les tenants  de la finance mondiale basés à Paris, Pékin, Tokyo, Londres et New-York fleuriront en Europe, pendant que se poursuivra la normalisation de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Et en France Nicolas Sarkozy, jouant de toutes les peurs que Detroit d'Ormuz, Iran, Programme nucléaire iranien, Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, embargo sur les exportations de brut iranien, Press TV, Hossein Slami, Gardiens de la Révolution, Irna, Ali Rahimi, Mer d'Oman, Golfe persique, Siaviosh Ghazi, AFP, Pentagone, George Little, Habibollah Sayyari, 5ème Flotte américaine, Bahreïn, Nicolas Sarkozy, Afrique, Moyen-Orient,   génèrera cette nouvelle péripétie de la recomposition politique économique et sociale du monde, en appellera à l’Union Nationale pour faire face au nouveau choc financier déclenché par les dirigeants « islamistes » iraniens en qualité de boucs émissaires désignés porteront l’entière responsabilité des misères du monde.

Tant va la cruche à l’eau qu’elle finit par casser nous disait le grand La Fontaine ! Nos dirigeants feraient bien de s’inspirer de la grande sagesse de ce grand homme de lettres. En particuliers ceux du continent européen qui feraient bien de prendre quelques distances avec l’Oncle Sam.

 

18/12/2011

Tsunami: il faut aider les victimes, pas les baleiniers

tsunami, japon, baleines, baleiniers, massacres, chasse à la baleine, antartique, La flotte baleinière japonaise vogue en ce moment vers l'Antarctique pour chasser des milliers de baleines majestueuses, escortée par une force de sécurité qui coûte 30 millions de dollars, une somme prélevée sur les fonds d'aide aux sinistrés du tsunami!

Les défenseurs des baleines avaient réussi à bloquer la chasse à la baleine au Japon, et c'est précisément pour cette raison que le gouvernement japonais a décidé de détourner l'argent du fonds d'aide aux sinistrés pour empêcher cette fois les activistes de déranger les bateaux lorsqu'ils commettent ce massacre brutal.

tsunami, japon, baleines, baleiniers, massacres, chasse à la baleine, antartique, Si nous parvenons à stopper cette flotte d'escorte des baleiniers et à obtenir que l'argent soit reversé aux populations japonaises qui dépérissent sans espoir dans les zones les plus radioactives, nous pourrions mettre fin à la chasse à la baleine pour de bon.

Le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda fait déjà l'objet d'une énorme pression pour avoir scandaleusement échoué à plusieurs reprises dans l'indemnisation des victimes de la catastrophe nucléaire.

tsunami, japon, baleines, baleiniers, massacres, chasse à la baleine, antartique, Un immense tollé mondial peut soulever l'indignation au Japon et à l'étranger et obliger Yoshihiko Noda à utiliser les précieux fonds d'aide pour sauver les Japonais au lieu de tuer les baleines.

Signez la pétition et envoyez-la à un maximum de vos amis.

Au Premier ministre japonais Yoshihiko Noda:

 «Nous soutenons le peuple japonais qui se remet de la catastrophe, et nous condamnons l'utilisation de fonds d'assistance pour promouvoir l'industrie baleinière japonaise. Nous demandons au gouvernement japonais de cesser immédiatement de subventionner la chasse à la baleine et de donner la priorité à la réinstallation et à l'aide aux familles qui souffrent encore des conséquences de la catastrophe nucléaire et du tsunami».

Pour signer suivre le lien ci-dessous

http://www.avaaz.org/fr/japan_disaster_funds_whaling_fr/

 

19:49 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tsunami, japon, baleines, baleiniers, massacres, chasse à la baleine, antartique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

04/11/2011

La Grèce, l’Italie………….. et après ?

 

Le G20 s’est terminé en début d’après-midi.

 

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Comme toujours la photo de famille, celle qui restera dans les archives, immortalise un affichage de façade des chefs d’état et de gouvernement des grandes puissances entre lesquels règnerait une entente rassurante (sic). Aux millions de personnes inquiètes à propos de l’avenir,  restera comme d’habitude l’image d’un défilé de limousines blindées aux vitres teintées, escortées par des pandores aux allures de « Robocop » et des serviteurs zélés venant tenir la porte à ces messieurs.

Cette photo de famille fait désormais partie du rituel de ces grandes manifestations, elle est sensée traduire la solidité d’un groupe soudé, cohérent dans l’action, solidaire et déterminé à bien conduire les « affaires » de la planète. En fait elle n’est G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,que le signal obligé, le témoignage, en guise de génuflexion, envoyé aux maîtres des « marchés » que l’on redoute en haut lieu et dont on tient à conserver l’onction. Le triple AAA, façon andouillettes, des Agences de notation américaines qui font la pluie et le beau temps sur la planète. Le beau temps pour les spéculateurs, la pluie pour les peuples qui n’ont plus voix au chapitre, il va sans dire.

 

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Alors que la rigueur est le maître-mot de toutes les perspectives énoncées par Nicolas Sarkozy, à l’issue de ce grand déferlement de puissants « sûrs et contents d’eux » peut-être convient-il de dire un mot du montant de la facture de ce grand barnum pour lequel 3000 journalistes ont été accrédités.

L’information provient du porte-parole du ministère des affaires étrangères : « le coût du sommet du G20 de Cannes G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,s’élève à environs 20 millions d’euro, prélevés sur le programme spécialement dédié à la présidence française du G8 et du G20, lequel relève du budget du quai d’Orsay ». Sans commentaire!

Les huit millions de personnes qui, en France, vivent en dessous du seuil de pauvreté, apprécieront. Mais il est vrai, comme on dit dans les états-majors des partis : « ces gens là ne votent pas ». Peut-être ! Mais peut-être aussi que la France du milieu, elle-même guettée par  les bonnes grâces des paganini du rabot social n’apprécieront pas non plus.

 

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Car ne nous y trompons pas, la sortie de crise de l’euro et de la zone euro et elle seule, a en réalité occupé les esprits durant ce sommet de Cannes. Celle-ci n’a été envisagée qu’à travers des mesures imposées par ce qui fonde l’horizon des dirigeants européens à la traîne du couple Merkel- Sarkozy, ce moteur grippé de l’Europe, qui a été rappelé à l’ordre tant par les Etats-Unis que par la Chine.

 

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Cet horizon est connu, c’est celui que le FMI a toujours utilisé, avec la réussite que l’on connaît dans les pays en voie de développement : mise sous tutelle budgétaire, baisses des salaires et des retraites, privatisations, plan de licenciements et réductions des acquis en matière de prestations de santé.

 

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Comme si cela ne suffit pas les paganini du rabot social ont prévu des aides financières dont les sommes sont à lever par les Banques privées auprès de la Banque Centrale Européenne à des taux réduits puis à prêter aux Etats demandeurs à des taux largement plus élevés. 

Le cas de la Grèce est emblématique de ce désastre dans lequel cette soumission folle à la logique néo-libérale des marchés conduit. La Grèce en est à son troisième plan en 2 ans, sans l’ombre d’une amélioration de sa situation. Au mois de février le taux à deux ans consenti à la Grèce était de 25%.

Le coup de tonnerre du référendum :

C’est dans ce contexte que Nicolas Papandréou a décidé de soumettre à référendum l’acceptation du « Plan de sauvetage » (sic) imposé par L’UE. La pression dès lors a été fantastique pour le faire plier et le faire renoncer à son projet normal et légitime en démocratie.

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Nicolas Sarkozy, martial y est allé de ses discours à l’emporte-pièce : « il est clair que la question qui se trouve posée, c’est celle de l’avenir européen de la Grèce. La Grèce veut-elle rester ou non dans la zone Euro ? ». « Avec l’Irlande, le programme européen a fonctionné parce que majorité et opposition étaient d’accord sur les grandes lignes du programme. Au Portugal, en Espagne, c’est la même chose » a-t-il déclaré par ailleurs.

En d’autres termes Nicolas Sarkozy ne conçoit la démocratie G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,que lorsque majorité et opposition sont interchangeables et que rien ne bouge après une consultation du Peuple. C’est un peu cela car il a terminé son propos en disant : « L’Europe ne peut être efficace que si la classe politique est d’accord pour appliquer le programme européen. C’est ça la démocratie ».

Chacun en France se souvient du fameux référendum du 29 mai 2005 – Traité Constitutionnel Européen – auquel les Français avaient dit NON à 54,68% qui a finit par être adopté par la représentation nationale, contre le Peuple, sous la forme d’un traité simplifié dit traité de Lisbonne.

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Bruno Lemaire le désormais porte valise de Nicolas Sarkozy a baissé le masque : «  Tout ce qui peut nous permettre d’aller rapidement, donc de ne pas laisser les marchés financiers dans un état de panique …… sera une bonne décision ».

Les héritiers du Général sont particulièrement en forme par les temps qui courent.

Le Belge Herman Van Rompuy lui a été encore plus clair à l’adresse de Georges Papandréou : « Quand l’Union européenne fait entendre sa voix souveraine, croyez-le bien, Monsieur Papandréou, il faudra se soumettre ou se démettre ».

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Finalement, la pression a payé, le projet de référendum a été enterré. Le sort politique de Georges Papandréou va se jouer cette nuit au Parlement grec lors du vote de confiance qu’il va demander aux députés. Il aurait, en principe, obtenu le ralliement d’une partie de son opposition qui accepterait la constitution d’un gouvernement de large union, en échange de son départ.

Les thuriféraires de l’austérité généralisée et de la rigueur imposée aux Peuples crient victoire ! Ils ont deux fois tord! D’abord cette pression est une entorse grave à la Démocratie et ensuite cette soi-disant victoire ne règle pas les problèmes auxquels les Européens sont confrontés avec cette crise.

On explique d’ailleurs à Bruxelles «  le sujet n’est plus la Grèce : le véritable objectif, c’est de stabiliser l’Italie ».

Après la Grèce l’Italie

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Le morceau est d’une autre taille : l’Italie est la 3ème économie de la zone euro, sa dette est colossale 1900 milliards d’Euros – 120% du PIB – et le nouveau plan de mesures que Sylvio Berlusconi a proposé n’arrive pas à rassurer ses partenaires européens. Il y a véritable déficit de confiance à l’égard du Président du Conseil Italien. Les taux d’emprunt flirtent le seuil de 7%, seuil jugé critique par les experts qui estiment que la situation est à peine sous contrôle.

En substance Sylvio Berlusconi n’est pas en mesure d’obtenir la confiance du Parlement – 313 voix sur un total de 632 – sur le gros des réformes qui sont exigées par Bruxelles – retraites et flexibilité de l’emploi – la rue lui a déjà répondu de façon assez vigoureuse et l’on doit s’attendre à un scénario à la sauce grecque. Quoi qu’il en soit l’économie transalpine a été mise aujourd’hui sous surveillance du FMI et de l’Union Européenne.

Pour Nicolas Sarkozy, désormais tonton flingueur néolibéral au service de l’Union Européenne, parlant du programme de sortie de crise de son  collègue Sylvio Berlusconi, « la question n’est pas tant le contenu du paquet que, est-ce que ce paquet sera mis en œuvre ».

Selon Nicolae Rossi, sénateur d’opposition de Sylvio Berlusconi, « la situation est extrêmement grave……l’Italie est le maillon faible de la chaine euro »

En France pour l’instant le Président de la République continue de faire le beau et de donner des leçons.

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,A l’heure où le G20 ferme ses portes il ne peut pas affirmer que concrètement ce sommet se soit traduit par des mesures tangibles, pour les millions de personnes qui survivent dans les pays pauvres, la taxe sur les produits financiers a été évoquée mais rien n’a été décidé.

A l’agenda de ce  G20 avait été inscrite la mise en place d’une stratégie coordonnée en vue d’un retour à la croissance. Décision que chacun se débrouille en fonction de sa situation économique, rigueur pour les pays en déficit, consommation pour les autres – les chinois qui n’ont rien lâché sur la convertibilité du Yuan –

G20, Cannes, Nicolas Sarkozy, Sylvio Berlusconi, Chine, Italie, Bruno Lemaire, Traité de Lisbonne, Traité Constitutionel, Euro, Zone Euro, Georges Papandréou, Angéla Merkel, Quai d'Orsay,Autre sujet important pour lequel de vagues promesses ont été faites, la défense de la zone euro. La Chine a promis d’étudier les modalités d’un éventuel investissement dans le FESF : « quand la situation sera plus claire ».

Sur ces deux points la présidence française du G20 a enregistré un échec. Ce n’est pas réjouissant pour l’avenir.

02/11/2011

Georges Papandréou a raison!

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, C’était il y a une semaine, Nicolas Sarkozy s’exprimait sur France 2 et TF1 à propos du Plan de sauvetage de la Grèce concocté et voté dans la nuit du 26 au 27 octobre à Bruxelles par les dirigeants des pays membres de la Zone Euro. « S’il n’y avait pas eu d’accord hier soir, ce n’est pas simplement l’Europe qui sombrait dans la catastrophe, c’est le monde entier »

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, A en croire Nicolas Sarkozy, l’euro était sauvé, l’Europe était sauvée…..et la Grèce allait payer le cadeau. Georges Papandréou n’avait plus qu’à demander aux Grecs de se sacrifier encore un peu plus au nom de l’Europe et de la sauvegarde de l’Euro.

Le tout sous l’œil de Mario Draghi, vieille connaissance de la Grèce s’il en est, nouveau patron de la Banque Centrale Européenne, accessoirement ami des dirigeants du gotha mondial des banques d’affaires – Georges Soros, Goldman and Sachs, Baring Warburg, Barclays, Merryl Lynch, Salomon Brothers – et ancien patron de Goldman Sachs Europe, la Banque qui a permit au gouvernement Caramanlis de falsifier ses comptes pour entrer dans l’Europe.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, Le 27 octobre José Manuel Barosso après l’annonce à Bruxelles de l’accord,  avait déjà lancé l’affaire sur le thème : « l’Europe est aujourd’hui beaucoup plus forte, qu’il y a quelque temps. Nous avons montré toute la détermination dont nous avons su faire preuve pour faire face à cette crise ».

Et comme si ce n’était pas suffisant, Nicolas Sarkozy, pour couronner le tout, avait ajouté en cours d’émission: « si la Grèce fait les efforts qui lui sont demandés, ça ne coûtera rien à la France, ça ne coûtera rien à l’Europe ». 

Merveilleux non ?

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, Peut-être, mais le premier ministre grec Georges Papandréou, lundi soir a annoncé de son côté, comme il en avait apparemment prévenu ses homologues européens, qu’il allait soumettre à référendum le fameux plan que lui impose l’UE  dès que celui-ci sera finalisé, soit en principe début janvier 2012.

S’exprimant devant des élus du Pasok – Parti socialiste grec – il a déclaré : « Nous faisons confiance aux citoyens. Nous croyons en leur jugement. Nous croyons en leur discernement ».

Ajoutant qu’il demanderait au parlement, où il ne dispose que d’une courte majorité, 152 sur 300, un vote de confiance pour son gouvernement afin de pouvoir gouverner le pays jusqu’à la fin de son mandat qui s’achève en 2013.

« Si les Grecs n’en veulent pas (du nouvel accord, ndlr), il ne sera pas adopté ». Autant dire que la déclaration de Georges Papandréou résonne comme un coup de tonnerre !

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, La planète finance est aux cent coups, c’est la panique sur les marchés, les rédactions sont hystériques, les places boursières sont toutes durement impactées – Paris, Milan, Francfort, Madrid, Londres subissent des pertes importantes, de même en Amérique et en Asie –

Les valeurs bancaires françaises sont en chute libre pendant que les spéculateurs se frottent par avance les mains et que le spectre de l’éclatement de la zone euro hante à nouveau les cénacles libéraux.

« A quoi joue Papandréou ?» s’indignent les uns. « Le premier ministre Papandréou à ouvert une boite de Pandore » affirme un autre. « Je déplore cette décision qui me parait totalement Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, José Manuel Barosso, Mario Draghi, FMI, BFCE, Union Européenne, Euro, Pazok, Parti Socialiste Grec, Grèce, Medef, Démocratie, République, France, irresponsable » déclare un proche de Nicolas Sarkozy. La palme de l’inacceptable revient à la présidente du Medef qui elle dénonce «  un comportement anormal qui n’est pas loyal à l’égard des chefs d’états européens, à l’égard des peuples européens ».

Mais tout de même,  plutôt que de céder à la purée médiatique et aux éditoriaux écrits par des porteplumes aux ordres, ne faut-il pas s’interroger ?

Est-il anormal qu’avant d’engager ses concitoyens pour une nouvelle purge d’austérité, le premier ministre grec décide de consulter le Peuple ? La réponse est non !

A-t-il, d’ailleurs, été élu pour mettre en œuvre cette politique qu’on veut lui imposer alors qu’il n’est responsable de rien de ce qui aujourd’hui accable la Grèce ? La réponse est encore non !

Est-il responsable de ce que son pays est obligé de financer sa dette sur le marché à des taux qui frisent « la folie », pendant que les Etats-Unis, le Royaume-Unis font tranquillement marcher la planche à billet sans qu’il leur en coûte? La réponse est  toujours non !

Très courageusement Papandréou depuis son arrivée au pouvoir en 2009 a réussit à faire passer le déficit  de la Grèce de 15%  nicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,franceà 7%. Pour autant le taux de financement de la dette de l’état, qui aujourd’hui atteint 350 milliards d’euros soit 160% du PIB, ruine tous les efforts réclamés aux Grecs qui désormais et c’est bien légitime, refusent une nouvelle cure d’austérité.

Sans compter que le « plan de sauvetage »  prévoit un renforcemenicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,francent des contrôles étrangers sur la politique budgétaire du Pays. Il est prévu l’installation à Athènes d’une représentation permanente de l’Union Européenne, de la Banque Centrale Européenne, et du FMI ce qui équivaut à une humiliante mise sous tutelle du Pays.

Quel citoyen français accepterait aujourd’hui un tel traitement, y compris parmi les durs soutiens de Nicolas Sarkozy à l’UMP?

Il est à tout le moins assez cocasse de voir que  les représentants d’un ensemble de pays qui revendiquent leur appartenance au camp des droits de l’homme et de la démocratie trouvent si impudent qu’un chef de gouvernement fasse appel au référendum qui est l’instrument démocratique par excellence des républiques  dans lesquelles les Peuples sont par nature constitutionnellement souverains.

Georges nicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,francePapandréou est allé au maximum de ce qu’il pouvait faire dans le cadre actuel des institutions européennes. La situation politique et sociale est aujourd’hui telle dans son pays qu’il s’en remet à la décision du peuple via une procédure référendaire. Il n’y a là rien que de très normal et légitime!

Ce qui, au contraire, doit inquiéter tous les démocrates conséquents réside dans ce signe inquiétant, marqueur évident de la dégradation actuelle du fait politique, qui donne à voir que des chefs d’états, des ministres, des haut-fonctionnaires, des représentant patronaux, s’offusquent de ce que les peuples soient associés aux décisions qui les concernent surtout lorsque leur souveraineté est engagée.

nicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,france« Le référendum fournira un mandat clair, mais aussi un message clair à l’intérieur et à l’extérieur de la Grèce sur notre engagement européen et notre appartenance à l’Euro » a indiqué Georges Papandréou lors d’une réunion de son cabinet, appelé en cession extraordinaire, au cours de la quelle ont été approuvées à l’unanimité la tenue du référendum et la décision de demander un vote de confiance au parlement.

L’on ne dira jamais assez que toute tentative de replâtrage, dans le traitement de la crise actuelle européenne, sera vouée à l’échec tant que ne sera pas levnicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,franceée l’ambigüité institutionnelle européenne qui empêche la mise en oeuvre d’une véritable solidarité européenne construite sur une intégration – sociale, écologique, économique, fiscale et budgétaire – des pays de la zone euro et l’accès direct des états à la banque centrale pour les besoins publics de financement.

La réponse à cette question est d’ordre politique et ne saurait en aucun se soumettre à la volonté des appétits financiers des marchés. Tout autre discours relève des stratagèmes de la démagogie destinés à cacher tant les renoncements que les volontés carriéristes au service d’intérêts particuliers.

nicolas sarkozy,angela merkel,josé manuel barosso,mario draghi,fmi,bfce,union européenne,euro,pazok,parti socialiste grec,grèce,medef,démocratie,république,franceGeorges Papandréou fait honneur à la Démocratie et à l’histoire de son Peuple. Il ne mérite pas les propos que l’on tient actuellement à son égard.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu