Avertir le modérateur

28/11/2013

Berlusconi : Jeté comme un vulgaire bout de papier cul usagé!

Le Parlement italien vient de signifier, enfin, à celui qui se 

Sylvio Berlusconi, la Stampa, Il Corriere della Sera, la Republica, Il Sole 24-Ore, Mediaset, Forza Italia, il Cavaliere,

laissait appeler le « Cavaliere », que tout doit avoir une fin en particulier lorsque ivre de pouvoir un homme politique s’autorise toutes les turpitudes.

Le vote intervenu le 27 novembre pose le point final d'un temps politique qui 20 ans durant a vu un homme, politicien retord, patron d’affaire sans scrupule et  homme à la morale douteuse se tenir sans vergogne sur le devant de la scène italienne et internationale.

C’est au terme d’une loi italienne destinée à l’assainissement de la vie politique qui dispose que tout élu ayant été condamné à plus de 2 ans de prison soit exclu de ses mandats pour 6 ans que le politicien de Forza Italia est tombé.

Sylvio Berlusconi, 77 ans, avait été récemment condamné à quatre ans de prison dont trois ont été amnistiés dans le procès Mediaset.

Stefano Folli  dans un article du journal des milieux financiers italiens, Il Sole 24-Ore indique : « Nous aurions tous préféré un épilogue différent et moins amer, pour nous-même et notre dignité nationale, pour l'image que nous offrons à l'étranger ».

Plus loin il ajoute , « Il n'y a aucun doute que la journée d'hier a marqué la fin d'une saison qui a duré une vingtaine d'années et dont le principal protagoniste, en bien et en mal, a été justement l'homme dont le Sénat a décrété hier l'expulsion ».

Du côté du Corriere della Sera la charge est plus rude : « Il peut considérer injuste autant qu'il veut sa condamnation pour fraude fiscale (...…...) mais il est évident qu'elle est incompatible avec une fonction publique ».

La presse de gauche, jubile,  ainsi à La Republica  on ne cache pas son plaisir et son optimisme, « même en Italie et même pour un leader politique, carrément l'un des hommes les plus puissants des 20 dernières années, à la fin valent les règles démocratiques de l'État de droit et la loi se confirme égale pour tous »

Enfin la Stampa reste malgré tout sur une position prudente :
« Il n'est pas acquis que la déchéance de Berlusconi corresponde à sa fin politique », souligne-t-elle. Elle ajoute tout de même en forme de conclusion,  "Mais son exclusion du Parlement le met dans des conditions précaires (...) et si ce n'est pas sa fin, c'est clairement le début d'un déclin qui pourrait être rapide".

Il n’empêche, pour l’heure, le triste sire gominé, aux accents parfois mussoliniens dans ses discours, grand amateur de « bunga, bunga » dans des parties fines organisées avec de jeunes filles, tricheur et fraudeur, vient d’être jeté par ses pairs comme un vulgaire bout de papier cul usagé.

 

Cela n’est qu’un juste retour et si l’on peut regretter une chose c’est que cette mise aux poubelles de l’histoire ne soit pas venue plus tôt.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu