Avertir le modérateur

13/08/2013

Egypte : Perte d’influence des Etats-Unis dans le monde arabe ?

Par Doyle MC Manus

Revue de presse : Los Angeles Times -  Extrait – 10/8/13 (*)

Le «printemps arabe» peut ne pas avoir réussi à apporter la démocratie au Moyen-Orient, mais il a fourni des preuves convaincantes d'un autre phénomène: l'illusion de l'influence américaine sur les gouvernements qui étaient autrefois considéré comme nos clients.

Prenez l'Egypte. Avant 2011, les administrations Bush et Obama ont essayé de pousser l'autocrate Hosni Moubarak vers la démocratie; Moubarak a ignoré le conseil. L'année dernière, l'administration Obama a plaidé (doucement) auprès du Frère musulman Mohammad Morsi, de faire preuve d'une plus grande ouverture; Morsi a ignoré le conseil.

Maintenant, les forces armées égyptiennes ont pris le pouvoir et les Etats-Unis supplient le général Abdel Fattah Sissi afin qu'il s'abstienne de trop sévir. Respectera-t-il cet appel? C'est peu probable.

Qu'est-il arrivé à notre influence en tant que superpuissance?

Si les Etats-Unis pouvaient s'attendre à avoir une influence sur toute institution dans le monde arabe, c'était bien sur le gouvernement égyptien, qui reçoit 1,6 milliard de dollars par an d'aide américaine.

Mais deux facteurs ont diminué l'effet de levier que les Etats-Unis avaient gagné en distribuant l'aide étrangère: moins d'argent et plus de concurrence.

Tout d'abord, les 1,6 milliard de dollars n'achètent plus ce qu'ils pouvaient acheter par le passé. Inflation oblige, les 1,6 milliard, valent, cette année, le tiers de ce qu'ils valaient en 1986.

Par ailleurs, l'influence étrangère dans les pays en difficulté est une épée à double tranchant. L'administration Obama a réussi à s'aliéner les deux parties dans la bataille politique en Egypte.

Les Frères musulmans pensent que les Etats-Unis ont comploté pour miner leur pouvoir. L'armée et ses partisans laïques disent que les États-Unis sont trop sévères à l'égard de Sissi.

Toutes les parties, y compris Sissi, se présentent comme des nationalistes; paraitre comme s'inclinant devant les souhaits des États-Unis ne va pas aider le général à maintenir sa grande popularité.

"Si vous êtes un dirigeant égyptien, l'une de vos meilleures stratégies politiques en ce moment est de s'en prendre à Washington", déclare Steven A. Cook, un expert de l'Egypte au Council des Relations extérieures. Et c'est précisément ce que Sissi fait.

"Vous avez tourné le dos à l'Égypte, et ils ne peuvent oublier cela", a-t-il déclaré au Washington Post la semaine dernière. "Evoquer l'aide et l'assistance américaine porte préjudice à notre fierté et notre dignité... mais si les Américains veulent réduire l'aide, ils peuvent le faire."

Cela ne signifie pas que les Etats-Unis n'ont aucune influence sur les événements dans le monde arabe. Cela signifie simplement que nous avons moins d'emprise que l'on imagine.

Source:

In the Arab world, U.S. is low on leverage (Los Angeles Times – 10/8/13)

http://www.latimes.com/news/opinion/commentary/la-oe-mcmanus-column-egypt-and-foreign-aid-20130811,0,2895703.column

(*)Traduction :Médiarama 12/8/13

http://gallery.mailchimp.com/fdeacba4fa4c5ec4d8ce5787c/files/Mediarama_398.pdf

Doyle Mc Manus, éditorialiste au Los Angeles Times, est considéré comme un spécialiste du monde arabe.

Source française : Le blog de Gilles Munierhttp://www.france-irak-actualite.com/

printemps arabe, Los Angeles Times, Bush, Obama Egypte, Hosni Moubarak, Mohamed Morsi, Abdel Fattah Sissi, Frères musulmans, Washington Post,

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu