Avertir le modérateur

06/06/2013

Clément Méric est mort

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme,

Clément Méric est mort dans l’après-midi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, victime de la pire des stupidités qui soit : la haine furieuse de l’autre !

La haine horrible de celui que l’on déteste parce qu’il est différent au point de tuer et ensuite de lâchement se sauver pour éviter d’assumer!

Clément Méric est mort à 19 ans, après avoir été violemment agressé, en soirée, dans une voie piétonne du quartier Havre-Caumartin à Paris.

Nos premières pensées vont à sa famille, plus particulièrement son père et sa mère dont la douleur en ces moments doit être incommensurable.

Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Ensuite nous voulons dire à ses proches, à ses professeurs et copains de classe de Sciences-Po ainsi qu’à tous ses amis combien nous comprenons la tristesse qui les accable et que nous voulons partager avec eux!

«Jeune garçon très engagé », «qui ne disait jamais un mot plus haut que l'autre », «une crème», «le type de personne que tout le monde voudrait avoir dans son entourage ». Les uns et les autres ne tarissent pas d’éloges pour ce jeune homme militant antifasciste.

Clément Méric était particulièrement engagé dans ce combat d’idées digne et respectable. Il en est tragiquement mort. C’est horrible.

La classe politique unanime qui clame son horreur et qui, avec Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, force trémolos dans la voix de chacun de ses représentants, exige ou promets des mesures d’une très grande fermeté, ferait bien de regarder avec quelle violence le débat démocratique se déroule depuis quelques années dans notre pays sans que véritablement la situation ne s’améliore.

Cette tragédie est d’abord un symbole horrible et la conséquence des échecs successifs des partis de gouvernement dans l’incapacité à trouver les voies et moyens pour sortir le pays de ses difficultés avant de penser à préparer le terrain des prochaines échéances électorales.

Tous ceux qui ont encore le courage de regarder jusqu’au bout les séances des «questions au gouvernement» à l’Assemblée Nationale savent très bien de quoi il s’agit.

La question n’est pas de dissoudre tel ou tel groupuscule pour enrayer la lente montée de la droite extrême qui s’incruste dans la société française comme partout en Europe d’ailleurs.

Que les Jean-Luc Mélenchon, Jean-Vincent Placé, Harlem Désir, Clément Méric, extrême-droite, Sciences-Po, anti-fascisme, Jean-François Copé, Valérie Rosso-Débord, Marine Le Pen et les autres y mettent une sourdine et utilisent leur énergie à construire plutôt qu’à démolir et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Qu’il soit enfin mis fin à tous les arrangements entre coquins et que soient impitoyablement et ouvertement exclus du jeu politique tous ces chancres qui minent et empoisonnent la démocratie et alors le Peuple pourra reprendre confiance.

Dans cette affaire les citoyens doivent imposer leur volonté. Leur responsabilité est également engagée, car l’indifférence ne peut plus être de mise quand la droite extrême se radicalise à ce point.

Faute de quoi cette tragique soirée qui a conduit Clément Méric à la mort risque bien de se reproduire mais cette fois à une échelle encore plus importante.

20:21 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clément méric, extrême-droite, sciences-po, anti-fascisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu