Avertir le modérateur

16/05/2013

Hôtel-Dieu de Paris : Lettre ouverte à Marisol Touraine

Hospitel-Hotel Dieu Paris

L’appel de l’Hôtel-Dieu de Paris: des médecins contre la restructuration aberrante de cet hôpital

Madame  la  Ministre,

Les  soins  à  l’Hôtel-Dieu  de  Paris  sont  sacrifiés  au  mépris  de ses  patients  et  des  besoins  de  la   population.

Pourtant, avant les autres, l’Hôtel-Dieu fut un hôpital innovant tout en restant conscient des impératifs économiques : acquis  à la prise en charge ambulatoire des patients chaque fois que possible et à la prévention, il a développé en même temps une médecine de  pointe. Son budget n’était  pas  déficitaire.

Les  professionnels  de  l’Hôtel-Dieu  savent :

1) qu’il  n’est pas raisonnable de  supprimer toute possibilité d’hospitalisation des patients dans une  structure destinée à recevoir en consultation programmée ou en urgence des centaines de personnes  malades chaque jour,

2)  qu’il  n’est  pas  raisonnable de se passer d’un vrai service   d’urgences dans une structure destinée à être ouverte  24 heures  sur  24.

Le simple affichage par l’AP-HP d'un ambitieux projet de transformation de l’Hôtel-Dieu en «hôpital universitaire de santé publique» et en «hôpital debout» exclusivement ambulatoire, ne doit et ne peut pas servir de  caution  à  la suppression du  service d'accueil des urgences, des lits  d'aval et des moyens qui soutiennent  leur  fonctionnement.  

Pour ne pas limiter  l'offre à des consultations externes déjà largement proposées par  la médecine  de ville,  les centres  ou  maisons  de santé  parisiens,  des  moyens humains et  techniques solides  doivent permettre d'assurer  une réelle permanence  des  soins.

Le  projet  de  l’AP-HP  ne  correspond :

 ni  aux  besoins  des  patients  présentant  une  pathologie  lourde  ou  urgente,   

ni  à  la  réalité  médicale  hospitalière,                                
ni même  à une  organisation  pertinente  de  l’accès aux soins.    
Le démantèlement  de cet hôpital  (suppression  des urgences et des lits) impacterait l’ensemble des hôpitaux parisiens, déjà saturés, alors que l’Hôtel
Dieu apporte excellence et  proximité.  

Ce  démantèlement doit sarrêter puisquun projet médical alternatif cohérent et économiquement équilibréexiste.

Pour  répondre à sa mission de service public, l’Hôtel-Dieu doit conserver  une  activité  de  soins  et  d’hospitalisation à la  fois d’excellence et de  proximité (urgences1, lits de    médecine interne polyvalente et psychiatrie, service de  radiologie et chirurgie ophtalmologique  et  ambulatoire).

Les  locaux où s’exercent aujourd’hui ces activités sont neufs  ou rénovés depuis  moins  de  5  ans.  

Pourquoi fermer ces structures médicalement et financièrement performantes qui  donnent entière satisfaction aux patients et aux soignants?  

Ces activités  sont  complémentaires  et indispensables  à  une  offre de soins «debout»  de qualité  et en toute  sécurité.

Vous vous engagez, Madame la Ministre, dans le cadre  de votre «pacte de confiance» pour l’hôpital, à ce que les personnels et médecins soient eux-mêmes  acteurs  des  projets.  

Tenez compte des alertes  réitérées des professionnels de santé. Sinon, c’est la  situation de  l’ensemble des filières de soins qui s’aggravera.

L’appel de l’Hôtel-­Dieu

1)    Nous,  médecins, ne pouvons être les complices passifs  de décisions  bureaucratiques  qui  nous privent des  moyens de soigner les  malades.

2)    Nous, médecins, affirmons et démontrons  qu’il  faut  des lits pour soigner les malades, même et peut-être surtout dans  le cadre d’une prise en charge essentiellement ambulatoire disponible 24 heures sur 24.

3)   Nous, médecins, réclamons, l’arrêt du processus de fermeture de l’Hôtel-Dieu: les urgences doivent  être maintenues, les lits nécessaires doivent être conservés, la chirurgie ophtalmologique et ambulatoire doit être soutenue, le  plateau technique doit être développé pour assumer les flux de patients très importants qu’implique la prise en charge ambulatoire d’une population de plus en plus précaire.

Recevez, Madame la ministre, l’assurance de notre détermination à remettre l’hôpital public au cœur du système de soins et l’expression de notre haute considération.

 

Signataires:  


Docteur  Gérald  KIERZEK, urgentiste
Professeur  Robert  ZITTOUN, hématologue
Professeur  Jean-­Marc LEGEAIS, ophtalmologiste
Professeur Dominique VADROT,
 radiologue
Docteur Christophe PRUDHOMME, urgentiste, collectif m
édecins CGT
Docteur Olivier VARNET, neurologue, secr
étaire général du SNMH-­FO
Docteur
 François  DHERMIES,  ophtalmologiste
Professeur Jean-Paul VIARD, sp
écialiste de linfection par le VIH
Docteur Dinah VERNANT, m
édecin de ladolescence, espace Santé Jeunes                                        

1) Urgences médico-chirurgicales, médico-judiciaires  et ophtalmologiques toutes deux uniques à lAP-HP, accueillant 120.000 patients par an.  

Les signatures sont à renvoyer à l'adresse suivante:


gkierzek@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu