Avertir le modérateur

16/02/2012

Présidentielles 2012: Sarkozy régularise sa situation.

Comme si de rien n’était, il l’a dit hier à Laurence Ferrari : question : « Monsieur le Président êtes-vous candidat » réponse «  oui je suis candidat à l’élection présidentielle ». Puis Laurence Ferrari enchaîne « Monsieur le Président depuis quand avez-vous pris cette décision ? (d’être candidat ndlr) », sans se démonter Nicolas Sarkozy a répondu : « Depuis plusieurs semaines ».

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  Que doit-on tirer de cette entrée en matière ? La réponse est simple et de bon sens ! Le Président de la République a été pendant plusieurs semaines un candidat clandestin qui a mené campagne avec l’argent des contribuables, l’appui et la complaisance des grands médias.

De plus plusieurs ministres en fonction – Nadine Morano, Nathalie Kossusco-Morizet, Laurent Vauquier, Eric Besson, Claude Guéant, Valérie Pécresse – en accompagnant le « candidat clandestin » dans ses tournées de représentation ont été complices de ce hold-up sur la démocratie dans le plus pur tripatouillage de l’esprit républicain.

Et qu’on ne vienne pas nous dire qu’il n’était pas possible à ce petit monde de séparer ce qui relevait dans leur quotidien de l’exercice de leur mission et de celui de la campagne de leur candidat.

L’épisode marquant, le plus intolérable de cette période, entre chien et loup, restera cette visite dans le Tarn où lors de l’arrivée du « Chef »  de « l’Etat » sur la place de l’Hôtel de Ville de Lavaur des écoliers, agitant un drapeau tricolore, auraient été invités à crier « Vive Sarkozy » !

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  A ceux qui pourrait s’étonner d’un tel reproche, il faut rappeler que des Français qui ont largement plus de cinquante ans racontent qu’en d’autres temps on leur a demandé de chanter « Maréchal nous voilà » avant de commencer les cours. Il n’est pas anormal qu’ils s’interrogent ! Ceux qui oublient leur histoire sont paraît-il condamnés à la revivre. Par ces temps de pétainisme rampant la vigilance n’est pas superflue bien au contraire.

Bref nous n’en sommes pas encore là et c’est heureux. Cette fois donc, ça y est ! Le « revoilou » candidat, le Sarko nouveau est arrivé ! Il aurait dit-il des choses à nous dire ! Encore…… ? C’est que ces cinq dernières années il ne s’est pas privé de faire usage du moulin à promesses. Depuis 2007, on peut même dire qu’il n’a pas arrêté de dire et de contre-dire. Certains se livrent à l’art du pipeau à dix-huit trous, il a préféré la trompette, c’est plus voyant !

Pour la campagne qui débute il a choisit, au moins pour le début, la mandoline c’est plus charmeur ! Qui peut aujourd’hui croire en la sincérité des propos de Nicolas Sarkozy en tout cas sur sa volonté de redonner la parole aux Français ?

 nicolas sarkozy,présidentielles 2012,françois hollande,papandréou,la grèce,fmi,ue,chancelière allemande,bipolarisation,chômeurs,resto du coeur,neuilly-sur-seine,tunisie,maroc,algérie,fnsea,bolloré,fouquet's,modèle social allemand,référendum,lavaur,laurence ferrariPendant la campagne de 2007 pour bien marquer son opposition au référendum il avait fermement indiqué au journal l’Express : « Croyez-vous que, si je suis élu, je vais aussitôt dire aux Français : « Excusez-moi, j'ai besoin de vous demander votre avis sur un autre sujet ? ». Le voilà aujourd’hui affirmant souhaiter « redonner la parole au Peuple » car « il ne faut pas avoir peur de la parole du Peuple ».

Encore faudrait-il qu’après avoir consulté et entendu le Peuple on respecte ses choix. Le verdict de la consultation de 2005 concernant la constitution européenne a été clair. Les Français avaient dit Non. Nicolas Sarkozy, sans état d’âme gaulliste ou républicain s’est assis sur leur volonté en faisant ratifier le texte par le Congrès.

Tout récemment les Grecs ont eu à faire l’expérience de l’amour débordant que voue Nicolas Sarkozy à la consultation des peuples Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  lorsque leurs intérêts majeurs sont engagés. Les marchés, l’Europe, l’Allemagne et la France ont décidé du plan d’austérité qui doit être appliqué et les Grecs doivent se soumettre. Papandréou le 1er ministre en poste à l’époque à Athènes s’est vu imposer une décision dont aujourd’hui chacun peut mesurer les effets sur la situation économique et sociale de la Grèce et des Grecs.

Et puis en annonçant mielleusement qu’il veut maintenant redonner la parole aux Français Nicolas Sarkozy reconnaît qu’il la leur avait bien retirée. Certains pêchent par omission lui dit la vérité par effraction. Qui peut encore croire celui qui, durant son mandat, n’a fait en réalité que de se comporter comme un mauvais camelot de la République ?!

« Dans cette campagne, je vais essayer de dire la vérité ». La dira-t-il c’est moins sûr ! Il va essayer…et ça commencera comme pour le Grenelle de l’environnement.

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  D’abord les amuse-gueules, un certain « enthousiasme écologique »  et ensuite le plat les cadeaux aux chasseurs, aux agriculteurs productivistes, aux lobbies du nucléaire aux pétroliers et aux plus fortunés des français. Le tout sera  assaisonné de charges verbales éculées contre les écologistes dont le « chef des riches industriels de l’agriculture (FNSEA ndlr) client du Fouquet’s et ami de Bolloré » dit le plus grand mal.

Nicolas Sarkozy qui a passé son temps à diviser les Français en appelle au Rassemblement le plus large de ceux qui aiment leur pays.

Qu’est-ce à dire ? Ceux qui ne se rassembleraient pas sous la protection de celui qui préfère se faire appeler « Chef de l’Etat » plutôt que « Président de la République » n’aimeraient pas la France ?

De quoi ce président qui s’est couché devant les marchés et la chancelière allemande a-t-il protégé les Français pendant son mandat ?

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  De quoi ce candidat qui à longueur d’antenne nous vante le modèle économique et social allemand, en oubliant de nous dire les salaires à 400 euros et les désinscriptions de chômeurs sur les listes de recherche d’emploi en Allemagne, en quoi ce candidat va-t-il protéger les Français ?

Que les choses soient bien claires cet homme là est l’homme du consensus FMI-UE qui est entrain d’infliger aux classes populaires grecques, espagnoles, portugaises italiennes et demain françaises un régime d’austérité de cheval pendant que les multinationales, leurs dirigeants et leurs actionnaires se font les rognons bien gras.

Quelle audace pour cet homme aux promesses tonitruantes de 2007 et au triste bilan de 2012 de dire en direction de son soi-disant adversaire « On parle du rêve français ? J’en ai vu d’autre dans ma longue carrière des hommes qui parlent de rêve. Ca se termine toujours en cauchemar » !

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  De quel cauchemar Nicolas Sarkozy  nous parle-t-il? Il est bien trop jeune pour avoir connu les affres de la France sous la botte fasciste, les affres de la guerre en Afrique du Nord et ceux de l’obligation du retour pour ces pieds-noirs, qui n’étaient pas tous, loin s’en faut, les amis des riches habitants de Neuilly-sur Seine.

Ces familles de Tunisie, du Maroc et d’Algérie, qui ont dû refaire leur vie en France sous les quolibets de certains à qui les préjugés servaient de raisonnements n’ont pas de leçon à recevoir concernant les valeurs du travail, de l’autorité et de la responsabilité. Comme n’ont pas de leçons à recevoir sur ces sujets les millions de Français privés de leur emploi où ceux qui en ce moment dorment à la rue fréquentent les resto du cœur et qui voient au quotidien que l’avenir est mal barré.

Mal barré avec un candidat va-ten guerre qui propose déjà ses services pour aller faire le coup de poing en Syrie et ailleurs. Pour protéger qui et pour servir les intérêts de qui ?

Cette entrée en matière du candidat Sarkozy est une insulte à la vérité, une insulte aux classes populaires dont il se moque comme de sa première culotte.

Nicolas Sarkozy, Présidentielles 2012, François Hollande, Papandréou, La Grèce, FMI, UE, Chancelière allemande, bipolarisation, chômeurs, resto du coeur, Neuilly-sur-Seine, Tunisie, Maroc, Algérie, FNSEA, Bolloré, Fouquet's, modèle social allemand, Référendum, Lavaur, Laurence Ferrari,  Faire la leçon au compagnon de route François Hollande sur le thème « parlons des vrais problèmes et proposons de vrais solutions » est une imposture. Ces deux candidats sont complices et se confortent en poussant les feux de la bipolarisation.

Ni l’un ni l’autre ne méritent notre considération et encore moins notre suffrage. 

Commentaires

Une France forte

Une France forte n’avait de sens que lorsque la France avait un président fort… Charles De Gaulle qui défendait une politique du Franc Fort et le rang de la France dans le concert des nations.
Une France forte, n’est qu’un slogan comme un autre pour aller à la pêche aux voix, dans une Europe faible ou la « BCE » banque de Francfort ordonne de la politique des nations.

Écrit par : Hadrien | 16/02/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu