Avertir le modérateur

18/10/2011

Présidentielle 2012: François Hollande candidat des socialistes!

François Hollande en totalisant sur son nom près de 57% des suffrages,Nicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques Chirac sur les quelques  2800000 votants du 2ème tour des primaires « citoyennes » dispose désormais de la confortable majorité qu’il souhaitait obtenir pour légitimer sa candidature à l’élection présidentielle de 2012 face au probable Nicolas Sarkozy, président sortant en difficulté.

Cette victoire est nette, les primaires ont été un succès, il n’y a rien à dire de plus de ce point de vue là. François Hollande peut savourer sa victoire devant le siège du PS rue de Solférino où, toute hNicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques Chiraconte bue, Laurent Fabius n’a pas pu faire autrement que de lui tendre, tête basse, une main, que l’autre a bien voulu prendre mais en regardant de biais. C’est dur, mais mérité, pour l’ex plus jeune premier ministre que Mitterand a donné à la France ! « Monsieur petite blague » s’est imposé et c’est une claque monumentale que vient de se prendre le fort en thème de Normandie.

C’est une incontestable victoire interne au sein de la gauche pour celui qui est dorénavant le candidat socialiste à l’élection présidentielle du 6 mai 2012. Candidat dont la candidature paraissait incongrue il y a à peine huit mois avant que DSK ne se retrouve écarté de la compétition, éjecté hors circuit à la suite d’une faute de conduite et d’un dérapage mal contrôlé.  

Le plus dur reste maintenant à faire pour François Hollande durant les 200 jours qui le séparent  de l’échéance finale. D’abord rassembler son camp, la gauche, puis ouvrir au centre, enfin aller en direction de ce grand nombre d’électeurs qui aujourd’hui ne savent plus vraiment où ils sont et qui se sentent délaissés par des leaders dans lesquels ils ne se reconnaissent plus.

La tâche est loin d’être facile, rien n’est gagné ! D’autant que si au moment où nous parlons une grande majorité de nos concitoyens ne veut plus de Nicolas Sarkozy et aspire à un changement, rien ne dit qu’elle sera convaincue par les propositions d’un homme qui continue de se référer aux solutions jadis proposées par la Gauche plurielle de Lionel Jospin tout en promettant en creux d’en corriger les impasses.

Les ennuis pourraient bien commencer pour le Député de la Corrèze qui dans son désir de « rassembler » ne pourra pas le faire uniquNicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques Chiracement en conduisant sa campagne sur le thème du rejet de Nicolas Sarkozy : «  Ce soir, j’ai reçu le mandat impérieux, celui de faire gagner la gauche » a-t-il déclaré, sous entendant par là « de battre Nicolas Sarkozy ».

Certes ! Mais ce sera sur la base d’un corps cohérent de propositNicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques Chiracions issues des positions défendues depuis Arnaud Montebourg jusqu’à Emanuel Vals et qui aussi devront donner satisfaction aux écologistes d’Eva Joly et à la gauche dure et populaire de Jean-Luc Mélanchon« qui a choisi la couleur de sa cravate » et entend l’exhiber.

Le moins que l’on puisse dire est qu’il faudra beaucoup d’habileté et de talent politique de dissimulation pour ne pas laisser s’afficher les contradictions programmatiques qui existent entre toutes ces gauches. Sans compter que les équipes d’en face ne vont pas manquer  de s’employer à les faire apparaître et ainsi contribuer à discréditer celui qui en sera le porte drapeau.  

Bien sur tout est possible en politique, le ralliement d’Arnaud Montebourg l’a montré, mais au niveau de l’élection présidentielle, l’équation est-elle soluble par un François Nicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques ChiracHollande qui n’a pas toujours été un exemple de fermeté décisionnaire pendant les 10 ans où il a été à la tête du Parti Socialiste? Martine Aubry, déplorant l’état dans lequel elle avait trouvé le PS en 2007 n’a pas manqué d’en faire le constat.

Ce n’est pas le tout de se donner un candidat, encore faut-il que celui-ci se révèle être l’homme de la situation. L’avenir assez rapidement dira si celui qui a reçu « le soutien » de Jacques Chirac est construit de ce bois qui fait les grands fauves de la politique et qui de plus leur donne la capacité à être des hommes d’état.

Nicolas Sarkozy, François Hollande, Laurent Fabius, Martine Aubry, Jean-Luc Melanchon, Dominique de Villepin, François Bayrou, Parti Socialiste, Jacques ChiracCela dit « les bidons ne sont pas encore tous rangés », il reste d’autres candidatures à venir, notamment celles de Dominique de Villepin et celle de François Bayrou. La partie sérieuse ne fait que commencer et comme tout peut arriver en politique, même le meilleur, attendons en confiance !

Commentaires

depuis quelque jours, je pose des questions sur le fait éssentiel de la profonde recherche d'une politique interieure juste et compatible avec les éxigances de la vie d'aujourd'hui.Je doit reconnaitre,Monsieur de Villepin, a compris cette nécessité.je reconnais mettre trompé dans mes déductions. je crois aujourd'hui,Monsieur de VILLEPIN,sera vraiment le Président de tous les Francais,son peuple a besoin d'un président qui écoute et comprends les difficultées.

Écrit par : déguisement | 18/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu