Avertir le modérateur

30/07/2011

Nafissatou Diallo plaide désormais sa cause devant les médias !

article_nafidialloconferencedepress.jpgAccompagnée de son avocat Kenneth Thomson, la femme qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’avoir commis une agression sexuelle à son encontre  au mois de mai dernier dans une chambre d’hôtel à New-York, vient, pour la première fois de s’exprimer publiquement.

 

Lors d’une très courte conférence de presse au Centre Culturel chrétien de Brooklyn elle est venue dire aux journalistes sa version de ce qui, il faut bien le dire, est en train de devenir le feuilleton de l’année 2011.

 

Dans un premier temps Nafissatou Diallo, très émue, a indiqué combien il lui était dur de supporter cet épisode de sa vie. « Je traverse des moments très difficiles »  a-t-elle indiqué, ajoutant qu’elle et sa fille pleuraient beaucoup et ne dormaient pas bien. 

 

arton46936-4ca60.jpgPuis la plaignante, qui avait trois jours auparavant accordé une interview à la chaine ABC News et au journal Newsweek – dans lequel elle était revenue sur les faits –, a plaidé de son intégrité personnelle, mise à mal par la défense. « Beaucoup de choses que l’on a dites sur moi ne sont pas vraies ! ».

 

En s’exprimant ainsi Nafissatou Diallo visait notamment à recadrer les termes de l’entretien téléphonique qu’elle a eu avec un ami actuellement détenu dans une prison en Arizona,  qui a été enregistré par les services du procureur et dont le contenu aurait été mal traduit. Cet entretien, qui aurait fait l’objet d’une information erronée aux médias, est à l’origine de la  remise en cause de la sincérité de sa plainte.

 

Douglas Wigdor, un des avocats de l’accusatrice de Dominique Strauss-Kahn a justifié l’intervention publique de sa cliente qui devait dire au monde qu’elle n’était « ni une artiste du racket ni une prostituée » tout en ajoutant, « Elle est attaquée (...) et elle a jugé important de mettre un nom et un visage sur son récit».

 

media_l_4253815.jpgDu côté Strauss-Kahn on rejette avec force vigueur les accusations de la plaignante et les avocats de l’ancien directeur général du FMI, ex favori  socialiste à l’élection pour la présidence de la République de 2012,  Benjamin Brafman et William Taylor ont déclaré dans un communiqué ouvertement accusateur : « Elle est la première accusatrice de l’histoire à mener une campagne médiatique pour persuader un procureur de maintenir les charges contre une personne auprès de qui elle espère obtenir de l’argent ».

 

1928694.jpgDe son côté le procureur Cyrus Vance n’a fait aucun commentaire sur les interventions publiques de Nafissatou Diallo qu’il a reçu huit durant pour l’entendre à nouveau à propos de l’affaire.

 

Après cette audience, Kenneth Thomson  est revenu dans un point presse, sur l’appel téléphonique  et les intentions prêtées à Nafissatou Diallo dans cet entretien indiquant :« Certaines choses ont été mélangées dans cette citation qui a été donnée au New York Time » . « Nous avons écouté cet enregistrement …. Elle a dit à cette personne que quelqu’un a essayé de me violer et c’est quelqu’un qui a du pouvoir, un homme important» mais « il n’y a jamais eu de discussion à propos de sa fortune » a assuré  Kenneth Thomson  aux journalistes.

 

A ce jour l’audience prévue initialement pour le 18 juillet,  reportée une première fois au 1 er août, est désormais annoncée pour le 23 août. «  Les investigations continuent dans cette affaire criminelle. Nous n’avons pas d’autre commentaire », s’est borné à indiqué le bureau du procureur.

 

4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$3sd5873r37wsjmwt2ovw7rn9w2ir9gs.jpgDSK est toujours inculpé, tous les chefs d’accusation retenus contre lui sont maintenus en particulier ceux de tentative de viol, d’agression sexuelle et de séquestration et les avocats de Nafissatou Diallo ont annoncé que celle-ci pourrait déposer une plainte au civil.

 

nous-sommes-ici-pour-demander-au-procureur-de-faire-son-travail-a-declare-le-senateur-noir-de-new.jpgLa pression est en train de monter sur le Procureur Cyrus Vance car les soutiens nombreux de Nafissatou Diallo veulent un procès, les avocats de DSK n’en veulent absolument pas même à partir d’un plaider coupable sur ceux des chefs d’inculpations mineurs qui réduiraient de manière considérable la peine de prison encourue en cas de déclaration de culpabilité.

 

Le procureur n’en démord pas car l’affaire pour lui est devenue pour lui politique il ne peut pas perdre la face.

 

sipa_00536636_000001.jpgIra-t- il jusqu’à demander aux autorités françaises leur accord pour lui permettre d’entendre Tristane Banon qui a déposé une plainte en France contre DSK pour tentative de viol, et ainsi faire monter la pression sur les avocats de celui-ci?

 

Réponse d’ici au 23 août.

29/07/2011

Harlem Désir demande à Coppé de dissoudre la "Droite Populaire"

Ce n’est parce que l’on a rien à dire qu’il faut fermer sa grande g……e, nous dit la coutume en matière de combat politique! Pourtant sur certains sujets particulièrement graves, l’on gagne souvent en politique à se taire et à travailler pour ensuite proposer du concret du solide pas du clinquant de bistrot.

 

Le patron par intérim du PS a choisi lui, de l’ouvrir au lieu de se taire.

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Incapable de produire quelques propositions utiles et concrètes que ce soit, le Parti Socialiste  par la voix de son premier secrétaire par intérim a réclamé à Jean-François Copé de dissoudre  le collectif de la quarantaine de députés UMP regroupés à l’Assemblée Nationale, sous l’étiquette « Droite Populaire ».

 

Selon Harlem Désir, ce groupe de députés constitue au sein de la majorité actuelle « un pont permanent entre l’UMP et l’extrême droite ».

 

Harlem Désir accuse le patron de l’UMP de « double jeu, de double langage » en prétendant « continuer à représenter les Valeurs de la République », et « de jouer avec le feu » en soutenant à l’intérieur de l’UMP des initiatives de ce genre.« Il faut arrêter la banalisation des idées de l'extrême droite au sein de la droite républicaine » a déclaré Harlem Désir !

 

Porter un coup d’arrêt à la banalisation des idées de l’extrême droite au sein de la droite  quel républicain conséquent pourrait ne pas être d’accord avec cela ? Sur ce plan là il peut être suivi pour autant que la balance soit équilibrée. La banalisation doit être combattue à droite comme à gauche.

 

Et là le  Premier secrétaire du PS n’a pas, s’agissant de la banalisation de l’extrême droite de leçon de morale à donner. Chacun se souvient qu’en son temps c’est un socialiste, pas n’importe lequel, ami de Bousquet de surcroit, qui en 1986 a permit au FN de compter plusieurs dizaines de Député à l’Assemblée Nationale.

 

A propos de cette injonction de dissoudre faite à l’UMP, on peut se demander pourquoi le Premier secrétaire du parti socialiste ne pousse pas le raisonnement jusqu’au bout. Plutôt que de s’arrêter au milieu du gué, pourquoi Harlem Désir ne demande-t-il pas au Président de la République en même temps que la dissolution du collectif de « la Droite Populaire » celle du Front National de Marine Lepen ?

 

Faut-il comprendre qu’Harlem Désir joue également un double jeu. Double jeu tactique au terme duquel le PS reprocherait à l’UMP des proximités avec l’extrême droite, pas le FN chacun a bien noté les propos, et bénéficierait de la présence de ce dernier aux prochaines élections Législatives et gagner, à la faveur   de triangulaires de second tour, un maximum de sièges à l’Assemblée Nationale.  

 

Le FN dont on ne serre pas la main des dirigeants, que l’on côtoie en ce pinçant le nez mais que l’on tolère et que l’on ménage comme potentiel allié objectif contre la droite dite Républicaine. Faux culs ! Lamentables hypocrites ! Tout cela est abject et contribue à tuer la démocratie.

 

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, s’agissant de la défense des valeurs républicaines, devrait commencer par nettoyer vigoureusement dans ses propres rangs en désapprouvant publiquement et clairement les propos de certains élus Verts, avec lesquels le Parti socialiste entend demain gouverner la France  sur lesquels il y a beaucoup à dire.

 

Sont-ils républicains ces élus Verts qui réclament « une laïcité raisonnée (???) qui reconnaisse la part de l'appartenance ethnique, culturelle, religieuse, linguistique » et qui expliquent qu’« aujourd’hui, avec les guerres, les crises économiques, sociales et écologiques, il est évident que le modèle hérité de nos parents n’est plus apte à répondre aux besoins d’aujourd’hui » ?

 

Droite Populaire, Harlem Désir, Dissoudre, PS, UMP, Jean-François Coppé, extrême droite, FN, Marine LePen, République, Les Verts,Sont-elles républicains ces personnalités écologistes de gauche qui n’en finissent pas de cracher sur la République « une et indivisible » pour soutenir « mezzo voce » une France fonctionnant sur le modèle anglo-saxon du développement séparé des communautés ?

 

Il est vrai que par ces temps de basses eaux morales, à l’heure où, chaque jour qui passe, l’on nous montre telle ou telle figure du Parti se rendre à l’invitation des Services de Police pour faire la lumière sur les agissements  d’un ex candidat socialiste à la Présidence de la République suite à une plainte pour tentative de viol, il faut faire diversion. Quoi de mieux que de lancer le débat sur le terrain des proximités avec l’extrême-droite des uns ou des autres.

 

A l’heure du drame d’Oslo, à l’heure de la montée des intolérances, des fanatismes et des replis sur soi, les citoyens, la République, sont en droit d’attendre, d’un parti qui prétend vouloir prendre en main les destinées d’un Pays comme le nôtre, un débat d’une autre hauteur et des analyses plus pertinente.

 

Au moment où les menaces d’instabilité générale et mondiale se font pressantes, les minables combats de petits coqs de petites basse-cour auxquels le PS invite les Français, mais la remarque vaut tout aussi bien pour l’UMP contribuent à alimenter cette peste qui monte en Europe et à désespérer les électeurs !

 

En France comme partout ailleurs en Europe ils  attendent de leurs dirigeants, de la dignité, des signes de rassemblement, et des propositions concrète qui puissent les rassurer pour l’avenir et non ces faux débats qui ne les rassurent en rien et surtout dont ils comprennent l’inutilité au point effectivement de se détourner des valeurs démocratiques et républicaines.

 

Il est de la responsabilité des dirigeants politiques de tous bords, de droite ou de gauche, d’être à la hauteur des défis qui se présentent. La généralisation de la montée des extrémismes et les sympathies qu’ils recueillent auprès des classes populaires déboussolées par les ruptures d’un monde devenu imprévisible demandent mesure et travail et conscience.

 

Alors de grâce  Harlem Désir cessez vos jérémiades, mettez votre Parti au travail et arrêtez une bonne fois de prendre les Français que pour des c….

 

26/07/2011

La Norvège pleure ses Morts!

 article_Oslo.jpgVendredi 22 juillet la Norvège a été le théâtre d’actes d’une inqualifiable horreur qui ont fait la désapprobation unanime de l’ensemble des démocraties. Un premier attentat à la voiture piégée a été perpétré à Oslo dans le quartier des ministères contre le bureau du Premier Ministre norvégien, Jens Stoltenberg, ainsi que les bureaux du Ministère des finances.

Puis une fusillade a été déclenchée sur l’île d’Utoeya où se tenait une «convention» de jeunes du parti travailliste. Le bilan est lourd on compte plus de 80 au total dont 7 à Oslo même et au moins 90 blessés. A ce jour le bilan définitif n’est pas connu certain blessés étant dans une situation grave.

Les évènements sont vécus en Norvège selon les propres termes du Premier ministre comme «une tragédie nationale» qui à la télévision norvégienne a déclaré «Personne ne nous réduira au silence avec des bombes, personne ne nous réduira au silence avec des armes à feu».

1552473_3_51c5_les-deux-attaques-du-vendredi-22-juillet.jpgDimanche, en présence du Roi Harald V et du Premier ministre Jens Stoltenberg la Norvège a exprimé sa douleur et a rendu hommage aux victimes. Une cérémonie s’est déroulée en la Cathédrale d’Oslo.

Dès vendredi, après la fusillade, la police a arrêté sur l’Ile d’Utoeya un individu, norvégien «de souche» de 32 ans, suspecté d’être l’auteur des assassinats en masse qui venaient d’être commis. Lors des interrogatoires, les policiers ont eu à faire face à un homme, ancien militant du parti du Progrès, classé à l’extrême droite, qui ne leur a opposé aucune résistance aux convictions effroyablement logiques et déterminées.

9204f1c4-b52f-11e0-a36a-dd017e2fb8cc.jpgDécrit comme un «fondamentaliste chrétien», Anders Behring Breivik reconnaissant les faits pour lesquels il était interrogé a déclaré avoir agit seul. Il a assumé totalement ses actes, son avocat a indiqué aux journalistes qui l’ont questionné: «l considère que c’était cruel de devoir mener ces actions mais que, dans sa tête, c’était nécessaire».

Dans un manifeste publié sur internet sous l’intitulé «Une déclaration européenne d’indépendance - 2083» avait déjà fixé les choses.

20110724PHOWWW00047.jpg«Je serai étiqueté comme le plus grand monstre depuis la Seconde Guerre mondiale», a t-il écrit, poursuivant avec cynisme, «Des innocents mourront dans une telle opération. Tout simplement parce qu’ils seront au mauvais endroit au mauvais moment. Faites-vous à cette idée.» Puis encore et froidement: «Une fois que vous décidez de frapper, il vaut mieux tuer trop que pas assez, ou vous risquez de réduire l’impact idéologique désiré de cette frappe».

L’auteur des ces lignes construites à partir d’une logique impitoyable et mortifère, avait choisi en 2006 de quitter le parti du Progrès, - parti classé à l'extrême-droite - auquel il avait adhéré en 1999, jugeant celui-ci trop ouvert «aux attentes multiculturelles» et «aux idéaux suicidaires de l’humanisme».

Ainsi est Anders Behring Breivik qui souhaite aujourd’hui comparaître devant le Tribunal qui doit le juger, en audience publique et en uniforme. L’homme aurait servi dans l’armée norvégienne. Tel est le sinistre individu qui a endeuillé et ensanglanté la Norvège dans le cadre de ses objectifs dont le but est de mener «Une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes et multiculturalistes d’Europe» et de «repousser, battre ou affaiblir l’invasion islamique en cours, pour avoir un avantage stratégique dans une guerre inévitable avant que la menace ne se matérialise».

«Pour moi, il avait l’air de monsieur-tout-le-monde. Le gars passe partout», a déclaré Emil Finneruo un voisin du monstre qui aurait été en classe avec lui. «Le Norvégien bien propre sur lui que personne ne peut suspecter», a-t-il ajouté. L’habit ne fait pas le moine dit l’adage! La preuve!

Les experts de la police norvégienne ne semblent pas tenir compte de l’affirmation d’Anders Behring Breivik selon laquelle «deux autres cellules», prônant les mêmes convictions que les siennes existent pour lutter contre l’Islam en Europe: «Nous pensons que l’accusé est très peu crédible quand il affirme cela». «Mais on n’ose pas totalement écarter l’hypothèse», a toute fois déclaré un des enquêteurs.

europ-new-extrem.jpgCertes l’idée qu’une organisation solide, dotée de moyens importants et de nombreux militants déterminés «semble» une hypothèse peu probable, mais il n’en reste pas moins qu’un fort mouvement est en train de se développer en Europe à la faveur de l’instabilité générale économique et sociale qui gagne tous les états sans exception avec une tendance lourde en Europe du Nord.

En France les propositions et discours discriminant pas toujours innocents et surtout peu responsables, en ces temps de basses eaux citoyennes et républicaines, participent de ces dérives auxquelles il convient de porter une attention particulière.

Cette affaire norvégienne loin d’être un fait divers – malheureux, scandaleux, sauvage, barbare… comme on voudra bien le qualifier – qu’il suffirait d’attribuer à un illuminé solitaire pour nous en débarrasser doit au contraire nous interpeller et nous conduire à réfléchir et débattre tant au plan philosophique que politique.

marianne_par_Bernard_Buffet-8-85063.jpgEspérons que d’un bout à l’autre du champ politique les responsables sauront nous proposer un éclairage qui sache nous mobiliser en direction de nos valeurs traditionnelles de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

25/07/2011

Somalie: l'horrible scandale!

 7eb5ddf4-a7b0-11e0-ab3e-ab72206b9938.jpgLa situation sanitaire et sociale dans la corne de l’Afrique – Afrique de l’Est – est devenue problématique! La sécheresse, la plus dure depuis 60 ans, qui frappe cette région du globe est telle que des milliers de personnes, en particulier des enfants, vont sans doute mourir de faim et de déshydratation dans les semaines à venir.

Les enfants de Somalie, pays, peuplé de 12 millions d’habitants, qui va depuis 1991 de dérive en dérive, seront encore une fois les victimes innocentes d’une «plaie» qui les frappe de plein fouet et qui vient se surajouter à une crise désormais endémique depuis la chute du Président Siad Barré.

Le Président de la Banque africaine de développement, Donald Kabéruka, a sans doute quelques bonnes raisons pour déclarer: «La crise alimentaire de cette année est totalement liée aux destructions provoquées par l'insurrection».

somalie8.jpgDepuis 1991, la guerre civile, l’inorganisation du pays, l’opposition de la rébellion islamiste à la mise en place d’un gouvernement central à Mogadiscio et le refus de toute assistance en provenance des organisations humanitaires de l’ONU sont autant de causes majeures dans l’ampleur de la dramatique hécatombe qui s’annonce.

1982881 Camp de dolo Abo Ethiopie 05 07 2011.jpgPériodiquement la sécheresse touche la région – Kenya, Éthiopie, Djibouti, Somalie, Érythrée – et les belles déclarations succèdent aux belles déclarations. Par exemple ces propos avancés par la Banque Mondiale. «A long terme, il est important pour les pays de la Corne de l'Afrique de se préparer aux sécheresses récurrentes que les changements climatiques rendront encore plus intenses. Une approche transversale intégrant la sécurité alimentaire, la pauvreté et le changement climatique est nécessaire» .

somalie6.jpgCertes mais la situation est loin d’être nouvelle cela dure depuis plus de 20 ans, les mécanismes sont connus. Le cycle de la famine commence avec l’insuffisance de pluies, qui affectent les récoltes, du coup le prix des céréales s’envolent sur le marché – plus 270% d’augmentation – l’accès à la nourriture devient problématique, tant pour les populations mais également pour le bétail qui lui aussi finit par mourir. La boucle est bouclée, il n’y a plus de ressources.

Depuis juin 2010 c’est cette malédiction qui conduit à une pauvreté extrême et pèse sur le devenir de ces millions de personnes malmenées par la vie.

Il manquerait 1,5 milliard de dollars pour permettre à la Somalie de s’en sortir! Cela est dérisoire comparé aux gâchis que se permet le monde développé. Et puis s’en sortir jusqu’à la prochaine fois ne suffit pas!

Il faut cesser de travailler sous la contrainte de l’urgence et passer de la parole aux actes. Il faut en finir avec la famine et agir en profondeur sur ses causes !

somalie9.jpg«Décréter la famine, comme le font les Nations unies, est un acte politique. Il n'y a pas de famine, juste une sécheresse» a déclaré Cheik Ali Mohamed Rage le chef rebelle islamiste en place en Somalie. Il faut à ce genre de propos apporter des réponses fermes, appropriées et concrètes. Il faut d'abord dire que la famine est une question politique et s'y atteler pour l'éradiquer.

La France qui préside le G20 a demandé à la FAO la convocation ce lundi à Rome une réunion ministérielle sur la crise dans la Corne d’Afrique.

c2bd3a6a-a7b0-11e0-ab3e-ab72206b9938.jpgAux enfants qui meurent en Somalie les banalités qu’énonce le ministre français de l’agriculture ne sont que blablabla, «Si nous ne prenons pas les mesures nécessaires, la faim sera le scandale de ce siècle», la «communauté internationale a échoué à assurer la sécurité alimentaire» et n'apporte pas d'espoir de règlement au fond.

Que va t-il sortir de ses conciliabules entre gens qui mangent à leur faim et dont les poubelles regorgent des déchets des repas qu’ils n’ont pas pu terminer?

Cette réunion servirait-elle, une fois de plus, à faire mousser quelques dirigeants, suivez mon regard, déjà en campagne électorale pour se faire réélire?

Au delà de l’aide d’urgence à apporter immédiatement à ce coin sinistré de la planète, un plan global assorti des financements correspondants et traitant des questions essentielles à la pérennité de la vie dans la corne de l’Afrique – ressource en eau, régulation du prix des denrées alimentaires, démographie, sécurité des populations, mise en place d’une administration solide – va t-il y être décidé?

Si tel n’était pas le cas alors, comme toujours, nous passerions à côté des questions que nous posent globalement ce monde des pauvres qui nous regarde nous empiffrer et parce qu’il se sent disparaître se laisse doucement mais sûrement envahir par la haine.

Modadicio insurgés islamistes.jpgLa guerre pour se nourrir, pour boire, sera pire que la guerre pour l’appropriation du pétrole! Nous aurons à veiller, nous populations dites développées, à ne pas rester trop longtemps sourds à la, encore silencieuse, complainte des affamés et des assoiffés.

C’est aussi à l’aune de ces questions qu’il nous faudra demain choisir nos dirigeants et représentants.

Dette des US: négociations au point mort!

le congrès américain.jpgSi avant le 2 août les élus démocrates et républicains du Congrès américain n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les modalités d’un relèvement du plafond de la dette de l’état, les Etats-Unis ne seront plus en mesure d’assurer le service de leur dette dont le montant est à l’heure actuelle de 14.300 milliards de dollars.

fitch_desc.jpgAlors que les négociations sont dans l’impasse les agences de notations menacent, faute de mesures radicales, de faire perdre aux Etats-Unis la fameuse note triple A qui jusqu’à maintenant leur est attribuée malgré la colossale dette souveraine du Pays qui résulte d’une politique récurrente de déficit public intenable désormais.

Du coup chacun s’est mis à travailler de son côté.

Le différent porte sur le fait que côté républicains l’on refuse obstinément la proposition de la Maison Blanche de faire participer les plus riches des contribuables à l’effort national à travers une augmentation des impôts de ces derniers venant s’ajouter à une baisse des dépenses publiques en contrepartie d’un accord d’un relèvement du plafond de la dette américaine.

Aujourd’hui démocrates et républicains semblent être d’accord pour ne plus parler de hausse des impôts.

Une nouvelle proposition démocrate vise à relever le plafond de la dette de 2700 milliards de dollars ce qui assurerait la couverture des besoins jusqu’à l’élection de 2012. Le plan démocrate serait assorti d’une baisse globale de 2700 milliards sur 10 ans. Il semble toutefois que les généralement les analystes considèrent que pour rester dans des conditions «admissibles» que le montant de l’enveloppe d’économies à réaliser se situe à 4000 milliards de dollars.

La proposition des républicains porte sur une progressivité du relèvement du plafond, de manière à maintenir une pression permanente sur l’administration afin que celle-ci poursuive sur la voie de la recherche de réduction des dépenses avant les élections de 2012.

Un amendement à la Constitution instaurant l’obligation de voter les budgets en équilibre est portée par l’aile la plus à droite des républicains.

Sont visées par les républicains, les mesures du système d'assurance santé cher au Président OBAMA – Medicare, Medicaid et Social Security – dont le coût risque d'exploser dans les dix ans à venir.

898933-1063220.jpgDu coup les marchés financiers mondiaux retrouvent une certaine fébrilité, alors que vendredi ils exultaient après l’annonce de l’accord européen pour aider la Grèce, les voilà, constatant l’enlisement américain, repartis à la baisse. Pire l’agence Fitch vient de placer le pays sous perfusion, en défaut partiel, l’agence Moody’s de son côté de descendre la dite note de 3 crans à un fil du défaut de paiement.

Titanic.jpgIl faut tout de même aujourd’hui prendre conscience que sous des aspects «feuilleton bagarres financières de séries B télévisées» quelques irresponsables – les indécrottables fêlés de la droite républicaine et les agences de notations – sont en train de faire prendre à la planète un risque de déclenchement d’une crise financière mondiale généralisée bien pire que celle à laquelle il a fallu faire face en 2008 avec la crise des «subprimes» et le dépôt de bilan de la banque Lehmann Brothers dont l’issue serait particulièrement incertaine.

Cette volonté de réduction permanente des coûts liés aux programmes en direction des moins favorisés et des classes moyennes des systèmes développés devient insupportable. Accompagnée d’une réticence de plus en plus affichée des nantis à ne pas vouloir prendre part aux efforts des membres des communautés nationales est tout simplement indécente.

Cette guerre, car s’en est une, des plus favorisés contre les moins pourvus qui payent le prix fort de la crise économique mondiale – baisse du pouvoir d’achat, augmentation des impôts, diminution des services, chômage des jeunes et des séniors, augmentation de la précarité et de l’insécurité – risque en tout cas de fort mal se terminer.

Plus que jamais le retour de l’état régulateur s’impose pour mettre fin au désordre économique et social actuel qui ne tardera pas à nous submerger. La situation présente ne peut pas perdurer.

La recherche d'un nécessaire et juste équilibre entre recettes fiscales, dépenses publiques et appel à l'emprunt ne peut pas être passée par pertes et profits. La responsabilité des représentations nationales dans les démocratie est engagée.

barack-obama-10496216taaoy_1713.jpgAux Etats-Unis le Président Obama, après avoir ouvert sans succès toutes les portes de la négociation, pourrait décider, devant l’incurie générale, de se passer de l’avis des membres du Congrès, et de poursuivre ses appels à l’emprunt pour financer la dette de son administration Pour ce faire il pourrait s’appuyer sur le 14ème amendement qui dispose que la dette publique du Pays ne peut pas être remise en cause.

On ne pourrait que se féliciter d'un tel comportement, courageux digne et responsable.

23/07/2011

Crise de la dette : un palliatif de 160 milliard d’€uros…... et après ?

bce_0.jpgEn réunion au sommet, jeudi à Bruxelles, les dirigeants européens, sont finalement parvenus à accorder leurs violons pour permettre à la Grèce de ne pas sombrer en entraînant toute la zone euro avec elle.

Quelles sont les grandes données du mécano financier qui a été imaginé pour venir en aide à la Grèce?

Globalement, avec ce nouveau plan la Grèce a obtenu, via le FESF – Fond Européen de Stabilité Financière – le maintien de son financement. Des moyens supplémentaires sur une durée plus longue et avec des taux d’intérêts moins élevé ainsi qu’une restructuration partielle de sa dette lui sont accordés.

En plus des 110 milliards d’€uros obtenus l’an dernier le nouveau plan se chiffre à 160 milliards d’€uro sur 3 ans, dont 50 milliards en provenance du secteur privé – banques assurances et fonds d’investissement – le solde étant apporté par le FMI et l’Union européenne. Afin de diminuer la charge de la dette le taux des intérêts d’emprunt passera de 4.5% à 3.5%. Enfin la Grèce aura plus de temps pour rembourser puisque la durée des prêts sera portée de 7 ans à 15 ans au minimum.

Les créanciers privés sont également mis à contribution.

Il leur est demandé d'échelonner les remboursements des dettes contractées ou d’accepter un rachat de leurs créances à prix «cassé» - 60% de la valeur d’émission» - des obligations d'Etat qu’ils ont acquis.

19_04_Bourse_trader_Wall_Street-930_620_scalewidth_630.jpgLes «marchés», après avoir tant et plus perturbé la sérénité des négociations menées par les dirigeants des états européens pour trouver une solution à la crise des dettes souveraines, semblent accueillir ce plan positivement. Les cotations à la «corbeille» des valeurs européennes des secteurs de la banque et des assurances sont reparties à la hausse.

Pour autant si l’horizon semble dégagé sur les 3 années à venir s’agissant du cas de la Grèce, rien ne vient garantir que les difficultés de l’Irlande, du Portugal, de l’Espagne, voir de l’Italie et de la France ne vont pas à échéance plus ou moins rapprochée relancer la mécanique de la crise et des attaques des Agences de notation anglo-saxonnes dont on peut à bon droit se dire qu’elle pourraient assez facilement être considérées comme les mercenaires d’une guerre contre l’€uros face au $dollar américain.

03cc3d4c-98cc-11e0-83d0-6311d46fe47f.jpgDes réformes de fond importantes sont promises par les dirigeants européens, la France et l’Allemagne en particulier semble vouloir afficher une volonté de dépassement de leurs divergences de fond.

Cela reste à vérifier car de nombreuses questions ne sont pas réglées et restent en suspend!

Parmi elles, une est d’importance capitale et il va falloir désormais y apporter une réponse nette: Quelle Europe voulons-nous?

Cette question est pendante depuis la création de la monnaie unique sans mise en place d’une approche globale des politiques économiques et fiscales des états membres de l’Union et sans se doter des moyens d’une défense collective face aux attaques des spéculateurs financiers.

Le combat contre les attaques spéculatives vis-à-vis de l’un ou l’autre des états de l’Union sont insupportables et il doit être mis fin aux menées malsaines des agences de notations qui permettent aux spéculateurs de prospérer sur les difficultés nées des déstabilisations qu’elles provoquent.

Des mesures de taxation seraient les bienvenues pour mettre un terme à ces agissements inacceptables.

A l’heure qu’il est, ce plan d’aide à la Grèce dont la mise en place a été trop longue et qui, selon François Fillon, aura pour conséquence «une augmentation d’ici 2014 de notre niveau d’endettement, à hauteur d’environ 15 milliards d’€uros» permet de mettre un terme provisoire aux difficultés européennes. Ce n’est qu’un répit qui est accordé à la zone €uro.

ue-drapeaux-de-divers-pays-europeens-4504391tulrl_1713.jpgIl faut désormais aller plus loin et travailler d’arrache pied à la construction d’un édifice européen solide et durable. Faute de quoi les mêmes causes engendrant les mêmes effets demain nous amèneront face à de nouvelles crises qui cette fois pourraient s’avérer fatales à l’Union Européenne.

 

21/07/2011

EPR Flamenville: Nouveau report de délais et doublement de la facture initiale!

EDF.jpg EDF vient d’annoncer – mercredi 20 juillet – une prévision de retard de deux ans supplémentaire concernant la mise en service du réacteur nucléaire 3ème génération (EPR) de Flamanville dans la Manche. Ce nouveau retard porte à 2016 la mise en route qui était initialement prévue à 2012.

Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, EDF annonce que le coût initial de l’opération de 3,3 milliards d’€uros est aujourd’hui porté à 6 milliards sachant qu'il ne s'agit là que nouvelle évaluation le chantier n'étant encore pas terminé.

EDF a beau arguer du fait que le réacteur de Flamanville est le premier de sa génération et le premier de l’après catastrophe de Fukushima pour expliquer les retards et les surcoûts, il n’empêche que la réalité des faits qui s’imposent.

SIGE_EPR_px_501__w_ouestfrance_.jpgEDF et Bouygues-Construction sur ce chantier font preuve d’une maîtrise industrielle relative. Tant la nature des travaux que ses coûts de réalisation ont été très mal évalués.

Quand au déroulement des travaux par lui-même, le moins que l’on puisse dire est que dans ce domaine également la maîtrise organisationnelle du chantier n’est pas à la hauteur. L’Autorité de Sureté Nucléaire a été dans l’obligation d’intervenir à plusieurs reprises.

202px-Logo_ASN_svg.pngL’ASN a constaté qu’un accident du travail sur quatre n’était pas déclaré – une vingtaine d’entreprises seraient concernées, le Parquet de Cherbourg a ouvert une enquête – et il semble que des salariés d’un sous-traitant de Bouygues n’auraient pas de protection sociale.

Depuis le début de l’année 3 accidents du travail mortels doivent être déplorés sur le chantier qui occupe 3300 salariés. Des enquêtes préliminaires sont en cours dont l’une pour « homicide involontaire ».

article_billet.JPGIls convient par ailleurs d’ajouter qu’à la note déjà salée, 6 milliards d’€uros à ce jour, il faut ajouter, le montant de la part de l’investissement nécessaire au stockage des déchets que produira le réacteur en service ainsi que les coûts de démantèlement du réacteur au terme de sa durée de vie.

De quoi s’interroger sur la compétitivité réelle du KW nucléaire face au KW Énergie renouvelable, sur le plan de l'investissement mais également en fonctionnement, car en la matière il faudra bien prendre en compte le montant des assurances à contracter pour couvrir les dédommagements en cas d’accident nucléaire, toujours possible !

Cette question est d’autant plus pertinente qu’EDF se garde bien d’aborder cet aspect la question lors de ses demandes d’augmentation du prix KW/H facturé.

manif nuc à Dieppes mardi 15 mars 2011.jpgDans ces conditions d’incertitudes sur le montant final de la facture – des surcoûts peuvent encore apparaître durant les dernières années de réalisation – mais également sur les délais – le réacteur d’Olkiluoto en Finlande démarré par AREVA en 2005 est annoncé avec un retard de 4 ans – il serait sage de déclarer un moratoire sur le démarrage de du réacteur EPR de Penly. D’autant que le retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima conduira inévitablement à une augmentation des exigences de sécurité dont les coûts viendront encore grossir la facture.

Le Président de la République aura-t-il cette sagesse?

On peut malheureusement en douter tant il fait preuve dans ce domaine comme dans d’autres d’ailleurs, d’aveuglement et d’entêtement

13:10 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : edf, epr, flamanville, penly, bouygues, fukushima, asn, parquet de cherbourg, areva, olkiluoto | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

19/07/2011

Crise de la dette: Bayrou Borloo même combat!

1263d0d6-54ca-11e0-9cf7-aca042536d20.jpgLe 12 juillet 2011, le Président du Modem, le centriste François Bayrou, déclarait lors d’une interview sur RTL à propos de la crise de l’Euro, «Je pense que c’est nécessaire aujourd’hui que tous les responsables politiques prennent leurs responsabilités.

J’ai demandé audience au président de la République car il faut absolument que la France ait un message différent de celui qu’elle a eu jusqu’à ce jour pour qu’on ne tombe pas dans cet énorme risque qui nous est envoyé. "

jean-louis-borloo-le-14-mai-2011-10458921zvrgr_1902.jpgDe son côté, lundi 18 juillet, s’appuyant sur les nouvelles prérogatives ouvertes par l’article 18 de la Constitution, Le Président du Parti Radical, Jean-Louis Borloo, a adressé une lettre au président de la République, pour l’inviter à s’exprimer devant le Parlement réuni en Congrès» avant la rencontre des chefs d’État et de gouvernement de la zone Euro à propos du soutien à la Grèce.

{71D8BED2-0057-4A12-962C-02E30836EEFE}Picture.jpg«J'ai adressé une lettre au président de la République pour lui demander que le Parlement soit convoqué, que le Congrès se réunisse pour informer les Français de la situation de la crise, qui n'est pas seulement une crise grecque mais une crise de la zone euro, de la zone dollar», a-t-il déclaré lors d’un déplacement à Poitiers.

Jean-Louis Borloo, considère, en effet, que les décisions qui seront prises lors de cette réunion engageront la France «pour les décennies à venir» et que cela justifie «un débat démocratique» avec la représentation nationale ainsi qu’une «information transparente» en direction des citoyens.

Il estime que toutes les options doivent mises sur la table devant les Français ceux-ci devant connaître le jugement précis que le gouvernement fait sur la crise. L’ancien ministre de l’écologie demande également que nos concitoyens soient informés de façon précise quant à l’exposition des banques et des institutions françaises face à la dette grecque.

article_euros.JPGDans sa lettre au Président de la République le leader centriste pose très directement la question de savoir «Comment seront précisément engagés les 400 milliards d'euros du Fond européen de stabilité financière (FESF)?»

Pourquoi cette démarche de Jean-Louis Borloo, complémentaire de celle de François Bayrou, est-elle à la fois intéressante et justifiée?

S’agissant de la Construction européenne force est de constater que celle-ci s’est faite progressivement d’abord le charbon et l’acier puis l’agriculture puis la justice enfin les frontières et la monnaie. Tout cela en passant de 6 à 27 pays.

A quel moment les citoyens ont-ils vraiment pu débattre des options choisies? Très rarement et à la marge et quand ils ont été consultés leur vote a été jeté à la poubelle – Traité de Lisbonne –.

merkel-und-sarkozy-lehren-aus-der-krise-ziehenpropertyposter1-300x208.jpgA force d’être mis de côté, les citoyens qui ne comprennent plus ce qui se joue sans eux, faisant le constat que tout va de mal en pis se retournent vers un «populisme» de désespérance né de leur impuissance à agir sur les mécanismes dont les effets les concerne au premier chef.

D'un autre côté la responsabilité des partis de gouvernement de gauche comme de droite est patente.

Quel fût le temps consacré, lors des dernières élections présidentielles et législatives, au débat sur l’Europe et son avenir face à la crise des dettes souveraines qui déjà étaient d’actualités? Rien nada!

Si l’on souhaite faire prospérer l’idée européenne et si l’on ne veut pas céder au repli sur soi que nous proposent les tenants d’une France rabougrie, il faut s’appuyer sur une «opinion publique commune» qui s’impose à la machine bruxelloise nourrie au carburant des lobbies dont l’intérêt premier n’est pas la démocratie mais le montant des profits qu’il pourront tirer d’un marché taillé à leurs convenances.

Si nous voulons que dans cette Europe, la France puisse jouer son rôle et faire valoir les valeurs qui sont les nôtres, alors il faut que les Français soient consultés informés et éclairés et mobilisés.

Pour cela l’initiative de Jean-Louis Borloo, mais également celle de François Bayrou, sont à soutenir et à saluer. Ces initiatives sont constructives et responsable.

On aimerait que l’ensemble de la classe politique s’en inspire au lieu de conserver le nez dans le guidon de la prochaine séquence électorale en ne proposant aux Français que des débats qui sont à mille lieux des défis que nous impose un monde aujourd’hui devenu volatile et dangereux.

18/07/2011

Le Crédit Suisse sous le coup d'une enquête du Fisc américain

A nouveau est posée la bataille entre l'Etat et les marchés. Alors que la bataille fait rage sur le front des dettes souveraines américaines et européennes, aux États-Unis s'engage une investigation, du Ministère de la justice, pour mettre à jour des fraudes fiscales.

Selon l’agence Reuters, la justice américaine aurait lancé, aux États-Unis, une enquête concernant les services internationaux de la deuxième banque privée helvétique, le Crédit Suisse. Cette enquête a pour objet de vérifier les moyens et l’aide mis en œuvre par la banque pour permettre à des citoyens américains de frauder le fisc de leur pays.

image_proces.jpgLe Crédit Suisse n’est pas la première banque touchée par de telles investigations de la justice américaine. Déjà en 2007, l’UBS – Union des Banques Suisses – avait été dans le collimateur. Pour éviter un procès en règle, l’UBS s’était résignée à payer une amende de 780 millions de dollars et s’était engagée, à la suite d’un accord entre les autorités américaines et helvétiques à révéler l’identité d’au moins 4400 contribuables américains soupçonner d’évasion fiscale détenteurs de comptes dans l’établissement.

Plusieurs autres banques dont la britannique HSBC, première banque européenne, seraient sur la sellette et feraient également l’objet de l’attention des enquêteurs du ministère de la justice des US – DoJ –

Jay Rubinstein, en charge de la fiscalité américaine au cabinet Withers de Zurich a déclaré à propos de ces enquêtes américaines, «ce n’est pas surprenant de voir le DoJ se concentrer sur les établissements présents aux Etats-Unis compte tenu des enjeux».

Facade wall street.jpgJay Rubinstein n’a pas tord de dire que les enjeux sont importants, l’heure est en effet à une reprise en main ferme de la part des responsables politiques pour mettre un terme aux «champions» de l’évasion fiscale mais également aux spéculateurs en tous genre qui jouent à s’enrichir sur le dos des plus faibles des États aujourd’hui en difficulté.

Il faut mettre un terme à ces jeux frauduleux qui donnent toujours plus de gras à ceux des puissants qui ne respectent pas leurs devoirs à l’égard de la collectivité au détriment des petits qui au final payent la douloureuse.

Le cas de la Grèce est de ce point de vue assez édifiant!

8634d6e0-3c1b-11df-8af1-503508d3954a.jpgOn aimerait qu’en France nos responsables politiques se préoccupent, un peu moins de leur calendrier électoral et un peu plus de ces questions d’évasions fiscales et sociales qui plombent les finances publiques et qui font croître l’endettement du Pays.

Plutôt que de nous abreuver de questions à deux balles – suppression du défilé du 14 juillet, suppression de l’interdiction de fumer dans les bistrots, débats sur la bi-nationalité et autres disputes sur les radars et la participation des officines dans l’affaire DSK toutes destinées à nous aveugler sur les réelles difficultés du Pays – , nos édiles politiques feraient mieux de rassembler leurs énergies pour apporter des réponses concrètes, durables et solides pour garantir l’avenir des générations futures et des institutions seules garantes avec les citoyens éclairés d’une possibilité de Paix et de progrès intellectuel et moral.

europe.jpgQu’il s’agisse des USA ou des pays de l’Union Européenne le retour de l’Etat, de sa souveraineté et de sa puissance est désormais la condition préalable à tout règlement des questions qui touchent à l’argent, à la fiscalité et à l’endettement. Tous doivent ensuite ayant mis de l’ordre dans leur propre pays doivent concourir ensemble à poser les règles qui feront que la logique des marchés ne puisse pas s’imposer aux puissances publiques.

20:53 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ubs, crédit suisse, doj, hsbc, jay rubinstein, grèce, usa, union européenne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

17/07/2011

Eva Joly: Française mais républicaine.

 Décidément les écologistes d’EELV sont fâchés avec la République!

1310311626.jpgAu moment où le monde est en train d’aller dans le mur en klaxonnant – crise financière généralisée, multiplication de conflits armés, menace d’éclatement de l’Europe, crise écologique planétaire – Éva Joly, candidate d’EE-Les Verts, qui vient à peine d’entrée en campagne il y a 3 jours a choisi de faire le «buzz média» en mettant ses pas dans ceux des politiciens minables. Créer la division sur des sujets dont chacun sait qu’ils ne sont pas déterminants pour régler les questions d’importance est un moyen connu pour tromper le citoyen en lui faisant croire que l’on s’occupe de lui.

Faire de la politique autrement ne consiste pas à pratiquer les méthodes de l’ancien ministre de l’intérieur de la France ou celles de l’actuel. C’est pourtant ce que vient de faire Éva Joly.

De quoi s’agit-il?

354729-193544-jpg_227399_434x276.jpgLa candidate d’EE-Les Verts a déclaré vouloir supprimer le défilé militaire du 14 juillet qui est organisé sur les Champs Elysées depuis 1880 pour le remplacer par «un défilé citoyen». Comme chacun peut le remarquer, Éva Joly n’a pas eu de mots concernant les soldats français tombés en Afghanistan et la douleur des familles touchées par le malheur.

Cette proposition dérisoire, inutilement et bêtement polémique, n’a rien de déterminant et d’éclairant concernant les choix de politique de défense de la France. Les Français attendent aussi que les écologistes se prononcent sur ces sujets. Quel budget, quelle contribution à la mise en œuvre d’une défense européenne, quel positionnement par rapport à l’Otan?

Ces questions ne semblent pas concerner Éva Joly qui, dans nos institutions, faut-il le rappeler, si elle devait devenir président de la République serait en titre le chef de nos armées. Pas qu’elle n’intéresse les dirigeants d’EE-Les Verts et leur partenaire Antoine Waechter.

Mais il y au moins aussi grave!

1550490444.jpgApostrophant «cette France guerrière» Éva Joly a justifié sa position en déclarant que «le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14 Juillet parce que ça correspond à une autre période». Ce faisant l’ex-magistrat se propose de gommer d’un trait de «buzz» l’histoire des liens qui depuis la Révolution française unissent la Nation, donc le Peuple, et son armée.

Valmy compte dans l’imaginaire des Républicains comme compte cette commémoration de la Fête Nationale décidée par la 3ème république, après la défaite de 1870, pour ressouder la communauté nationale.

Pour d’autres dirigeants d’EE-Les Verts cette volonté de s’affranchir des valeurs de la République n’est pas nouvelle.

291446_15432403_460x306.jpgNoël Mamère dans un article fin 2010, intitulé «la laïcité n’est pas racisme» n’écrivait-il pas déjà: «il est évident que le modèle hérité de nos parents n’est plus apte à répondre aux besoins d’aujourd’hui». Signant une tribune édifiante dans libération fin janvier 2011 – Manifeste pour une écologie de la diversité – le même Noël Mamère avec cette fois Esther Benbassa et Éva Joly proposait «une laïcité raisonnée qui reconnaisse la part de l’appartenance ethnique, culturelle, religieuse, linguistique» ajoutant, «une république équilibrée en harmonie avec la mixité réelle, tels peuvent être les moteurs d’une société active et créative»

2109_Aubry_inside.jpgC’est bien en cohérence avec cette position à propos de la laïcité que Cécile Duflot a rappelé à l’ordre une élue EE-Les Verts, Fatiha Ben Ahmed, adjointe de la mairie du IXe arrondissement de Lyon, qui début juin, avant de procéder à la cérémonie d’un mariage civil, a exigé de la future épouse qu’elle retire son voile: «Elle a dépassé le cadre de la loi. Les 2.000 élus écologistes se battent dans les mairies pour célébrer tous les mariages, quels que soient les vêtements ou les youyous. Ce n'est pas une élue qui va changer nos pratiques»!?

Il faut noter qu’à travers les interventions publiques de ses dirigeants qui remettent en cause les valeurs et l’histoire de la République, souvent en stigmatisant le passé de la France, EE-Les Verts pousse par ailleurs à Strasbourg avec les Verts européens une vision de l’Europe régionaliste soit disant parée de toutes les vertus démocratiques et pacifistes.

Il conviendra qu’à la faveur de la prochaine élection Présidentielle cette question soit mise sur la table des débats car c’est être pris d’un parti pris idéologique indécrottable que de faire croire que la réponse «aux problèmes de la fragmentation de la société française» se trouverait dans la destruction de la Nation et de sa défense, au profit d’un espace européen construit sur la disparition des Nations.

La clarification s’impose!

Tous les Ecologistes ne pensent pas comme Éva Joly, Noël Mamère, ou Cécile Duflot et ne sont pas les otages de la surenchère gauchiste du NPA sur ces questions.

1048658.jpgTous ceux qui croient que ce n’est pas en foulant aux pieds les valeurs que porte le projet Républicain que l’on fera avancer en France et en Europe un projet authentiquement écologiste et humaniste ont le devoir désormais de dire haut et fort! Ça suffit!

Antoine Waechter, Corinne Lepage, Nicolas Hulot sur le sujet doivent se sentir interpellés et prendre nettement position. Cet appel les concerne eux aussi!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu