Avertir le modérateur

27/01/2011

Dites-moi M'sieur Patrick!

Je vais essayer de vous dire tranquillement et sans passion, mais avec beaucoup de grave fermeté, ce que la lecture de votre article « Dis-moi Céline » dont vous indiquez qu’il est le reflet de votre pensée virulente à propos « des extrémistes juifs à l’occasion du cas Céline ».

Tout d’abord arrêtons-nous un peu à ce que fut Louis Ferdinand Auguste Destouches dit Céline.  « Céline est un immense écrivain, c’est une évidence » dites-vous, tout en ajoutant comme pour mieux faire comprendre votre point de vue  «Céline est un génie ».

Comment pouvez-vous affirmer avec un tel applomb la grande qualité artistique de l’homme alors même que vous reconnaissez ne pas en avoir lu l’œuvre ?

En 1937, dans une lettre à un certain Docteur W. Strauss, Céline écrit : « Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l'envoie. Je suis l'ennemi n° 1 des juifs ».

Peut-être pourriez-vous tout de même jeter un œil sur les deux pamphlets abominables que le bonhomme a produits durant les années 30 pendant qu’il fréquentait les milieux pronazi de l’extrême-droite française. De la lecture de Bagatelles pour un massacre(1937), j’ai relevé cette phrase  « Si demain Hitler me faisait des approches avec ses petites moustaches, je râlerais comme aujourd'hui sous les juifs. Mais si Hitler me disait : “Ferdinand ! c'est le grand partage ! On partage tout !”, il serait mon pote ! ». De  L'École des cadavres (1938) j’ai retenue celle-ci : « Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l'élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n'a jamais été persécuté par les aryens. Il s'est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d'hybride».

Pour compléter l’information sachez aussi que  sous l’occupation Céline ne faisait pas mystère de son soutien total à l’Allemagne nazie. Ainsi il dira « pour devenir collaborationniste, je n’ai pas attendu que la kommandantur pavoise au Crillon... ... il faut travailler, militer avec Doriot…. Moi, je vous le dis, la Légion, c'est très bien, c'est tout ce qu'il y a de bien. »

Alors peut-être conviendrez-vous, à la lecture de ces quelques phrases indignes et puantes d’antisémitisme virulent, que s’agissant de Céline, l’on puisse comprendre qu’il existe des « extrémistes juifs».

Alors dites-vous si l’homme Céline est un monstre il reste que l’écrivain Céline est un génie et qu’à se titre vous ne comprenez pas la polémique qui a conduit à ce qu’il ne soit « Non pas honoré » mais « simplement commémoré en tant qu'écrivain » !

C’est un signe des temps que toujours vouloir privilégier la forme au fond !

Une œuvre me semble-t-il est portée par des valeurs qui en constituent le fond. J’allais dire le tirefond. Le fond du monstre Céline est monstrueux et quelque soit la qualité de la forme – le style, l’écriture de l’écrivain – rien ne pourra à jamais venir en estomper l’horreur.

Je le dis très tranquillement, je préfère de loin la courageuse décision de Frédéric Mitterand à celle qui a vu, dans les années cinquante, le gouvernement Guy MOLLET obtempérer aux demandes pressantes de l’Ambassade d’Allemagne de revenir sur le choix de la France d’être représentée, au Festival de Cannes, par le film, réalisé par Alain RESNAIS, « Nuit et Brouillard.

Au-delà de tout ce que m’inspire cette polémique où chacun peut à bon droit se dire qu’il a raison, je veux vous dire M’sieur Patrick mon inquiétude sur ce que je crois déceler sur le fond de ce qui anime ce petit texte « Dis-moi Céline » que vous avez rédigé à propos de la décision de Frédéric Mitterand.

Dans notre République, Serge Klarsfeld avant d’être « un juif influent » est d’abord un citoyen français et à ce titre il a le droit de dire et de peser sur l’opinion publique pour faire avancer ces idées. Passons sur ce détail qui fait réagir certains républicain plus vigilant que d’autres.

L’assertion qui suit  me paraît déjà bien plus grave : « Les juifs ne se rendent pas compte du "mal qu'ils se font à eux-mêmes" en procédant ainsi. Ils donnent la preuve de leur immense pouvoir et donnent donc des voix à Marine Le Pen ».

Puis comme si cela ne suffisait le texte se poursuit : « Cet épisode montre à quel point certaines "communautés" sont puissantes et quel niveau de déliquescence atteint la société Française ».

Cette utilisation d’un acte personnel - la demande d’un homme qui défend ce qu’il croit juste, ses valeurs – que l’on généralise à toute une communauté – celle des juifs – dont on stigmatise « l’immense pouvoir » que l’on accole à une forme de déclin – celui de la société française – constitue la marque classique d’une pensée que certains très durs pourraient qualifier d’antisémite.

Je ne vous connais pas M’sieur Patrick, je ne vous ferai donc pas de procès en antisémitisme sans vous donner une chance de vous expliquer.

Quelque fois la forme ne reflète pas tout à fait le fond et l’on peut dans le feu de l’action tenir des propos qui peuvent s’avérer forts ambigus. Rassurez-nous vite !

Dites-Nous M’sieur Patrick que vous n’êtes pas un antisémite ?

 

 

 

Alliance Écologiste Indépendante en Marche

Paris le 26 janvier 2011 - Les adhérents directs de l’Alliance Écologiste Indépendante étaient réunis en assemblée générale le 20 janvier 2011 à Paris pour examiner la proposition du comité national du mouvement d’engager le processus de transformation de «l’Alliance Écologiste Indépendante».

Pour Bernard FRAU, secrétaire national du MEI et membre du comité national de d'AEI «Cette transition vers un parti politique unifié a pour objectif de rassembler l’ensemble des écologistes ayant à cœur de faire vivre un projet d’écologie politique automne au delà des clivages traditionnels»

S’appuyant sur le succès de l’ «Appel des Écologistes Indépendants» lancé en décembre dernier, ils ont décidé d’engager le processus de transition politique qui aboutira le 28 mai prochain à la tenue d’une assemblée au cours de laquelle sera adoptée la charte du mouvement ainsi que l’évolution des statuts et le règlement Intérieur.

La rédaction de ces textes a été confiée à un collectif d’animation regroupant une quarantaine de personnes.

Réuni pour la première fois en séminaire ce week-end ce collectif a réaffirmé l’urgente nécessité pour les écologistes de se rassembler afin de proposer un projet global de société, réaliste et responsable qui réponde aux besoins de tous en privilégiant le respect du Vivant dont l’humanité a tant besoin, mais également celui de la terre de la faune et de la flore.

«Nous avons déjà rencontré plusieurs personnalités de l’écologie pour discuter de leur possible candidature aux présidentielles de 2012 afin de représenter l’écologie indépendante» a déclaré Jean Marc Governatori, coprésident d'AEI en précisant que « Brigitte Bardot ne souhaitait pas, à ce jour, s’engager directement dans la campagne mais avait exprimé son soutien le plus complet à l’Alliance Écologiste Indépendante compte tenu notamment de l’engagement du mouvement dans la cause animale»

Il ajoute: «Comme nous l’avons déjà exprimé, nous pensons que Nicolas Hulot serait le meilleur candidat de l’écologie politique, capable de rassembler derrière lui «le peuple de l’écologie» et bien au delà. Mais notre soutien à Nicolas Hulot dépendra de sa volonté affichée de dépasser le clivage passéiste gauche/droite et de ne pas être le candidat exclusif d’Europe Ecologie – Les Verts, qui ont fait le choix depuis plusieurs années de s’ancrer à gauche dans un contrat de sous-traitance avec le Parti Socialiste.»

A propos:

Appel des écologistes indépendants:

http://www.appeldesecologistesindependants.org

11:35 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hulot, transformation, projet, autonome | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

19/01/2011

Non à la propagande d'AREVA

 

AREVA vient de lancer une campagne de propagande de dimension mondiale pour faire la promotion du nucléaire. Pas moins de 1500spots TV sont diffusés sur 30 chaines TV. Il est impossible d'y échapper.

Cette campagne coûte 20 millions d'euros.

Rappelons que la société AREVA est une société dont l'état est actionnaire à 90%.

C'est dire que les Français qu'ils le veuillent ou pas participe à cette campagne dont le coût aurait pu avantageusement utilisé à d'autres actions notamment en direction des énergies douces, propres et renouvelables.

Les Français sont-il d'accord pour ce choix du tout nucléaire qui caractérise la politique énergétique de notre pays? Aucune consultation n'a jamais été faite dans ce sens pour le vérifier.

Il convient donc désormais que les opposants au nucléaire se mobilise pour dire et redire Non et faire prendre conscience à nos concitoyens que la production de cette énergie est globalement sale, coûteuse et dangereuse pour la santé.

20:24 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sale, dangereuse, propagande, tv, santé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Le Réseau "Sortir du Nucléaire" porte plainte

A partir du 15 janvier 2011, la nouvelle publicité d’Areva, «L’Épopée de l’énergie» sera sur tous les écrans, avec 1 500 spots sur 30 chaînes TV, rien qu’en France. Ce vendredi 14 janvier, le Réseau "Sortir du nucléaire"dépose une plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire. Il s’agit de dénoncer les manipulations induites par cette propagande massive, destinée à faire passer le nucléaire pour une énergie d’avenir, propre et qui coexiste en harmonie avec les renouvelables.

Les coûts de cet outil de propagande de masse atteignent près de 20 millions d’euros, en partie payés par les contribuables français puisque l’État est actionnaire à 90% d’Areva. Ainsi, Areva envahit l’espace médiatique, occultant les critiques de la société civile et se présentant abusivement comme expert en énergie durable. Que reste-t-il de l’indépendance de médias si généreusement arrosés?

Aux termes d’un voyage dans le temps, d’un coup de baguette magique, exit les énergies fossiles, le CO2, la saleté et la pénibilité! Pour extraire l’uranium, plus besoin de mineurs. Pas de travailleurs sous-traitants exposés à la radiation, ni de déchets radioactifs, et motus sur les rejets cancérigènes des centrales et de La Hague: c’est la vie rêvée made in Areva, lisse et aseptisée.

Dans ce monde merveilleux, nucléaire et renouvelables vivent un mariage heureux. Une hypocrisie gigantesque, alors que l’État, actionnaire principal d’Areva, s’acharne à tuer dans l’œuf les énergies d’avenir: classement des éoliennes parmi les installations polluantes, moratoire sur le rachat de l’électricité solaire...

Avec ce coûteux trompe-l’œil, Areva compte avant tout redorer un blason bien terni par de multiples scandales et déconfitures, et à s’inscrire dans une Histoire faute de vision d’avenir. Déboires de l’EPR, problèmes au Niger, conflits avec les autres acteurs du nucléaire, guerres de succession... l’«expert en énergie» autoproclamé est en déroute, comme l’ensemble de la filière. Le parc nucléaire français vieillissant est confronté aux coûts faramineux de sa prolongation et du démantèlement; de l’aveu même des travailleurs du nucléaire, la sûreté n’est plus assurée, et il n’existe toujours aucune solution pour la gestion des déchets...

Pour François Mativet, administrateur du Réseau "Sortir du nucléaire", "le choix d’un film d’animation le démontre bien: confrontée à ses déboires, Areva n’a plus que du virtuel pour nous persuader!"

En réaction à cette campagne d’auto promotion, le Réseau "Sortir du nucléaire" diffuse un spot parodique.

> Lire la plainte

Contacts presse:

François Mativet: 06 03 92 20 13
Maître Benoist Busson: 06 72 12 72 47

Source : Réseau «Sortir du Nucléaire»

19:16 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

03/01/2011

Gouvernement pakistanais en otage

Vendredi 31 décembre les centres économiques importants du Pakistan ont été paralysés à la suite d’un mouvement de grève né d’un appel lancé par une dizaine de partis islamistes. Dans les grandes villes Islamabad, Lahore, Peshawar ainsi qu’à Karachi les transports public étaient à l’arrêt, les marchés bouclés et les routes périphériques désertes.

La mobilisation répondait à un appel lancé le 15 décembre à la suite du départ de la coalition au pouvoir du parti musulman Jamiat Ulema-e-Islam qui voulait ainsi protester contre un amendement visant à supprimer la peine de mort pour les personnes accusées de blasphème. Le débat sur cette loi s’est engagé après la condamnation à mort, au mois de novembre dernier d’une femme, chrétienne, pour «insulte à l’Islam».

Les opposants considèrent que le texte envisagé, ne vise qu’à permettre la persécution des minorités religieuses – 3% des 167 millions de pakistanais sont concernés et se plaignent de discrimination – sur fond de querelles personnelles. Ils le dénoncent par ailleurs comme un moyen d’alimenter l’extrémisme.

Le Pakistan traverse une période d’instabilité politique qui menace la coalition au pouvoir emmenée par le Parti du Peuple Pakistanais dont est issu le Président Asif Ali Zardari – époux de la défunte Benazir Buttho assassinée en décembre 2007 par des militants islamistes –. Peu soutenu par les militaires dont l’influence est considérable au Pakistan, soupçonné régulièrement de corruption Asif Ali Zardari était crédité en Aout 2010 d’une popularité qui n’excédait pas 20%

Alors que le 1er ministre, Youssouf Raza Gilani, s’est déclaré publiquement contre toute abolition ou amendement de la loi, les groupes conservateurs religieux s’étaient exprimés en faveur des partisans de la grève nationale. Les observateurs spécialistes de la région retiennent de leur côté que cette grève n’est qu’une façon pour les islamistes de mettre une pression politique accrue sur un gouvernement et des autorités fragilisés d’un pays en crise.

Au-delà du cas pakistanais, dont la gravité ne doit échapper à personne, – le Pakistan est en effet un grand pays doté de l’arme atomique – le mouvement de généralisation de l’instrumentalisation du «religieux», à laquelle se livrent actuellement des fondamentalistes islamistes, avec son cortège d’attentats ciblés contre d’autres minorités religieuses persécutées doit amener les dirigeants du monde démocratique à s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour y mettre un terme rapide.

Les attaques, attentatoires aux libertés fondamentales, qui se multiplient contre les Chrétiens d’Orient, comme les attentats entre tendances rivales du monde musulman ou les actes terroristes aveugles en milieu urbain en Europe, sont intolérables, tant elles portent atteintes à la liberté et la dignité d’hommes et de femmes assassinées ou blessées qui sont autant de victimes innocentes.

Les sinistres barbares commanditaires de ces actes doivent être identifiés, recherchés, et mis hors d’état de nuire. Toute la communauté internationale est concernée. Elle doit se mobiliser et coopérer dans le cadre des Nations Unies pour mener à bien une opération collective de salut public planétaire. Tout refus d’engager un tel combat ne serait que laxisme coupable et pusillanimité.

16:56 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : islamabad, lahore, karachi, peshawar, chrétiens d'orient, liberté, dignité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu