Avertir le modérateur

27/01/2011

Dites-moi M'sieur Patrick!

Je vais essayer de vous dire tranquillement et sans passion, mais avec beaucoup de grave fermeté, ce que la lecture de votre article « Dis-moi Céline » dont vous indiquez qu’il est le reflet de votre pensée virulente à propos « des extrémistes juifs à l’occasion du cas Céline ».

Tout d’abord arrêtons-nous un peu à ce que fut Louis Ferdinand Auguste Destouches dit Céline.  « Céline est un immense écrivain, c’est une évidence » dites-vous, tout en ajoutant comme pour mieux faire comprendre votre point de vue  «Céline est un génie ».

Comment pouvez-vous affirmer avec un tel applomb la grande qualité artistique de l’homme alors même que vous reconnaissez ne pas en avoir lu l’œuvre ?

En 1937, dans une lettre à un certain Docteur W. Strauss, Céline écrit : « Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l'envoie. Je suis l'ennemi n° 1 des juifs ».

Peut-être pourriez-vous tout de même jeter un œil sur les deux pamphlets abominables que le bonhomme a produits durant les années 30 pendant qu’il fréquentait les milieux pronazi de l’extrême-droite française. De la lecture de Bagatelles pour un massacre(1937), j’ai relevé cette phrase  « Si demain Hitler me faisait des approches avec ses petites moustaches, je râlerais comme aujourd'hui sous les juifs. Mais si Hitler me disait : “Ferdinand ! c'est le grand partage ! On partage tout !”, il serait mon pote ! ». De  L'École des cadavres (1938) j’ai retenue celle-ci : « Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l'élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n'a jamais été persécuté par les aryens. Il s'est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d'hybride».

Pour compléter l’information sachez aussi que  sous l’occupation Céline ne faisait pas mystère de son soutien total à l’Allemagne nazie. Ainsi il dira « pour devenir collaborationniste, je n’ai pas attendu que la kommandantur pavoise au Crillon... ... il faut travailler, militer avec Doriot…. Moi, je vous le dis, la Légion, c'est très bien, c'est tout ce qu'il y a de bien. »

Alors peut-être conviendrez-vous, à la lecture de ces quelques phrases indignes et puantes d’antisémitisme virulent, que s’agissant de Céline, l’on puisse comprendre qu’il existe des « extrémistes juifs».

Alors dites-vous si l’homme Céline est un monstre il reste que l’écrivain Céline est un génie et qu’à se titre vous ne comprenez pas la polémique qui a conduit à ce qu’il ne soit « Non pas honoré » mais « simplement commémoré en tant qu'écrivain » !

C’est un signe des temps que toujours vouloir privilégier la forme au fond !

Une œuvre me semble-t-il est portée par des valeurs qui en constituent le fond. J’allais dire le tirefond. Le fond du monstre Céline est monstrueux et quelque soit la qualité de la forme – le style, l’écriture de l’écrivain – rien ne pourra à jamais venir en estomper l’horreur.

Je le dis très tranquillement, je préfère de loin la courageuse décision de Frédéric Mitterand à celle qui a vu, dans les années cinquante, le gouvernement Guy MOLLET obtempérer aux demandes pressantes de l’Ambassade d’Allemagne de revenir sur le choix de la France d’être représentée, au Festival de Cannes, par le film, réalisé par Alain RESNAIS, « Nuit et Brouillard.

Au-delà de tout ce que m’inspire cette polémique où chacun peut à bon droit se dire qu’il a raison, je veux vous dire M’sieur Patrick mon inquiétude sur ce que je crois déceler sur le fond de ce qui anime ce petit texte « Dis-moi Céline » que vous avez rédigé à propos de la décision de Frédéric Mitterand.

Dans notre République, Serge Klarsfeld avant d’être « un juif influent » est d’abord un citoyen français et à ce titre il a le droit de dire et de peser sur l’opinion publique pour faire avancer ces idées. Passons sur ce détail qui fait réagir certains républicain plus vigilant que d’autres.

L’assertion qui suit  me paraît déjà bien plus grave : « Les juifs ne se rendent pas compte du "mal qu'ils se font à eux-mêmes" en procédant ainsi. Ils donnent la preuve de leur immense pouvoir et donnent donc des voix à Marine Le Pen ».

Puis comme si cela ne suffisait le texte se poursuit : « Cet épisode montre à quel point certaines "communautés" sont puissantes et quel niveau de déliquescence atteint la société Française ».

Cette utilisation d’un acte personnel - la demande d’un homme qui défend ce qu’il croit juste, ses valeurs – que l’on généralise à toute une communauté – celle des juifs – dont on stigmatise « l’immense pouvoir » que l’on accole à une forme de déclin – celui de la société française – constitue la marque classique d’une pensée que certains très durs pourraient qualifier d’antisémite.

Je ne vous connais pas M’sieur Patrick, je ne vous ferai donc pas de procès en antisémitisme sans vous donner une chance de vous expliquer.

Quelque fois la forme ne reflète pas tout à fait le fond et l’on peut dans le feu de l’action tenir des propos qui peuvent s’avérer forts ambigus. Rassurez-nous vite !

Dites-Nous M’sieur Patrick que vous n’êtes pas un antisémite ?

 

 

 

Commentaires

Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Merci pour cette mise au point .
J'avais ma carte chez les verts, je ne l'ai plus, un peu pour ceci et cela

Écrit par : Michelle | 28/01/2011

Question existentialiste; Et la pine à Cèline: oeuvre antibiotique ou anticémythe.

Écrit par : Ignare | 31/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu