Avertir le modérateur

18/11/2010

Les 10 patates d'Edouard

Dans l’Affaire de l’attentat de Karachi, Le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke poursuit son enquête sur de possibles «faits de corruption active et passive», à propos de 10 millions de francs versés «en liquide» sur les comptes de campagnes du candidat à l’élection présidentielle de 1995, Édouard Balladur.

Début octobre, de source Libération, l’on avait appris que les comptes de campagne d’Édouard Balladur avaient été validés, le 11 octobre 1995, bien que les rapporteurs du Conseil Constitutionnel, alors présidé par Roland Dumas, considérant que «l’allégation du candidat» sur la provenance des 10 millions était «à l’évidence démentie par le fonctionnement du compte, s’étaient prononcés en faveur du «rejet des comptes».

Maître Olivier Morice, l’avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi de son côté a rendu public des extraits du rapport du Conseil Constitutionnel dans lequel il est indiqué que «Le candidat ne sait manifestement pas quelle argumentation opposer» aux interrogations à propos des fonds dont «L’origine n’est accompagnée d’aucun commencement de preuve».

Alors que Jean-Louis Debré, l’actuel président du Conseil constitutionnel, dans un courrier en date du 9 novembre a refusé «en raison du secret qui s’attache aux délibérations», de transmettre à la justice, qui les lui réclame, les échanges entre les sages qui ont examinés les comptes de campagne d’Édouard Balladur, le journal Libération rapporte que Charles Million, ancien Ministre de la Défense, a indiqué devant Renaud Van Ruymbeke que des rétrocommissions ont été versées jusqu’en 1995 en lien avec «un contrat de vente au Pakistan de sous-marins français».

«Pour le contrat pakistanais, au vu des rapports des services secrets et des analyses qui ont été effectuées par les services du ministère (de la Défense, NDLR), on a eu une intime conviction qu’il y avait rétrocommissions», a indiqué Charles Million.

Il convient de garder en mémoire que la justice, saisie par les familles des victimes de l’attentat de 2002 contre du personnel de la direction des constructions navales (DCN) qui avait fait 14 morts, soupçonne que l’opération terroriste aurait été décidée en représailles après l’arrêt du versement de commissions prévues par le gouvernement Balladur lors d’un contrat de vente de sous marins au Pakistan.

Charles Million lors de son audition par Renaud Van Ryumbeke a par ailleurs précisé au juge que « dans les quinze jours qui ont suivi» sa nomination au gouvernement en 1995, Jacques Chirac lui «a demandé de procéder à la révision des contrats d’armement et de vérifier dans la mesure du possible s’il existait des indices sur l’existence de rétrocommissions»

Ce nouveau développement de l’affaire qui renforce les soupçons de la justice ira-t-elle au terme de son instruction et la vérité sera-t-elle connue?

Si un lien direct était établi entre le versement de rétrocommissions et les 10 millions de francs versés en liquide sur les comptes de campagne d’Édouard Balladur dont ce dernier ne peut ou ne veut indiquer l’origine, cette affaire prendrait un tour encore plus important pour le pouvoir actuellement à la tête de l’État. Nicolas SARKOZY qui à l’époque fut porte-parole et directeur de campagne d’Édouard Balladur se verrait alors impliqué dans le scandale.

Faut-il ajouter qu’il est fort possible que comme Roland Dumas, qui a déclaré «Je ne me souviens pas qu'il y ait eu le moindre problème sur les comptes de campagne de M. Balladur, comme je ne me rappelle pas que leur rejet ait été préconisé. Pourtant, j'étais quand même dans l'opposition à cette époque...", de nombreuses personne risquent de perdre la mémoire.

Les 10 patates d’Édouard vont encore faire couler beaucoup d’encre. Des disparitions d’ordinateurs de journalistes sont peut-être déjà programmées ainsi que des mises sur écoute légales ou illégales décidées.

Il faut espérer que les péripéties à venir de ce qui ressemble chaque jour un peu plus à un roman noir de la République - l’affaire du contrat de vente de sous-marins au Pakistan sous le gouvernement Balladur - ne finiront pas par faire couler le sang de ceux qui, souhaitant la faire connaître, approcheront la vérité de trop près.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu