Avertir le modérateur

14/08/2010

Nucléaire: Il faut un référendum

Le Président de la République vient de se fendre d’une nouvelle annonce. Le sujet cette fois est le nucléaire. S’appuyant sur le rapport Roussely, il vient, au cours d’un « conseil de politique nucléaire » de désigner EDF « chef de file du nucléaire civil en France et à l’exportation ». L’opération prévoit la mise en place d’un accord industriel stratégique de partenariat EDF/AREVA, adossé à une prise de participation d’EDF au capital du concepteur de l’EPR.

Si le PDG d’EDF semble partant pour entrer au capital d’Areva et convoler en noces atomiques « forcées » avec AREVA, il prend la précaution d’y mettre une réserve : connaître l’évaluation à venir du groupe dont le directoire est présidé par l’ancien sherpa socialiste de François Mitterand. De son côté Anne Lauvergeon, loin de manifester un enthousiasme débordant, poursuit ses investigations avec d’autres partenaires industriels. Peu importe le Président, fidèle à lui-même s’est prononcé.

En la matière il faut observer que le Chef de l’Etat s’est contenté de se prononcer sur un choix banal que n’importe quel industriel, certes de taille mondiale – les deux groupes concernés comptent parmi les géants mondiaux de l’industrie nucléaire civile internationale – aurait imaginé à la suite du flop retentissant, en décembre 2009, de l’offre française pour la construction de quatre réacteurs d’une puissance unitaire de 1400mégawatts à Abu Dhabi, face à un consortium sud-coréen.

Légitimement les Français s’interrogent : est-il du rôle du Président de la République d’aller se mêler de questions pour lesquelles la France dispose d’un vivier de compétences que de nombreux pays nous envient?

La réponse pour le Comité National de l’Alliance Ecologiste Indépendante est clairement et sans appel, Non.

Il y avait mieux à faire à partir du Rapport Roussely dont en passant il faut rappeler que seule une synthèse a été rendue publique le 27 juillet, la version complète étant, on se demande bien pourquoi, classée secret défense. Le Président de la République et son Conseil de Politique Nucléaire auraient été mieux inspirés en choisissant de s’attaquer aux problèmes de fond soulevés par ce rapport, au lieu de poursuivre la fuite en avant du tout nucléaire énergétique, désormais soumis à des impératifs commerciaux pour lequel il n’est pas fait.

Que dit ce rapport, tout au moins ce que l’on veut bien nous en communiquer?

D’abord que l’EPR est le « produit cœur, voir unique pour le moment de notre industrie nucléaire ». Ceci n’est pas une bonne nouvelle, car ce produit unique soufre, selon le rapport d’un défaut majeur de conception : « la complexité de l’EPR résultant des choix de conception, notamment du niveau de puissance, de l’enceinte, du récupérateur de corium, et de la redondance des systèmes de sécurité est certainement un handicap pour sa réalisation et donc ses coûts ». Cerise sur le gâteau, l’EPR n’est pas adapté à la demande internationale : « les modèles plus petits que l’EPR semblent plus conformes aux attente de certains clients » 

Bref l’attelage EDF-AREVA envisagé par le Président de la République pour assurer l’avenir du nucléaire civil français tant au plan national qu’international dispose actuellement d’un produit unique, mal conçu, cher et non adapté au besoin des clients potentiels à l’export. Autant dire qu’industriellement cela laisse pour le moins perplexe !

D’autant qu’il faut resituer ce rapport dans le cadre des grandes difficultés que rencontrent tant AREVA qu’EDF sur les chantiers en cours, en France et à l’International, où les retards s’accumulent et où les coûts ne cessent de s’envoler.

Le démarrage du réacteur de Flamanville  est repoussé de 2012 à 2014, son coût initialement prévu à 3.3 milliards d’euros fait à ce jour  l’objet d’une ré-estimation à hauteur de 5 milliards d’euros. Aucune garantie n’est donnée par EDF pour assurer que ces éléments ne feront pas l’objet de nouveaux glissements. Quand au frère finlandais d’Olkiluoto, qui devait constituer la vitrine du nucléaire français, sa réalisation est aujourd’hui devenue pour AREVA un gouffre où s’accumulent tous les déboires techniques, juridiques et financiers.

Pour couronner le tout, comme un malheur n’arrive jamais seul, les autorités de sureté nucléaire britannique, française et finlandaise ont, fin 2009, dans une déclaration commune  émis des réserves concernant les systèmes de  sûreté des réacteurs EPR.

Dans ce contexte que propose le rapport Roussely sur lequel s’appuie le Président de la République pour engager l’avenir du Nucléaire français?

D’abord de dégager la politique énergétique de la tutelle du Ministère de l’Environnement, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM) et d’en confier l’élaboration et le suivi à un ministère à part entière rattaché au Premier Ministre. Le ministère étant doté d’une direction particulière pour le nucléaire. Ensuite d’envisager de porter la durée de vie du parc nucléaire actuel à 60 ans. Puis d’élargir et diversifier l’offre française actuelle en matière de réacteur nucléaire : « il convient donc de compléter l’offre française et de disposer de plusieurs familles de produits sur le marché international ».

Enfin s’agissant des choix en matière de sureté, après avoir donné un avis tranché plus que sujet à caution sur la question – «  la seule logique raisonnable ne peut pas être une croissance continue des exigences de sureté»  – et avoir porté une critique voilée sur la manière dont l’ASN s’acquitte de sa mission – « l’exercice du droit et du devoir de communication de l’ASN concerne des sujets complexes et est particulièrement délicat. Il convient d’éviter que des événements de portée très limités ne conduisent à jeter une suspicion injustifiée sur l’ensemble d’une technologie » le rapport indique : «  En France il convient que l’Etat définisse un modus vivendi équilibré avec l’Autorité de Sureté, c'est-à-dire réaffirme le rôle régalien qu’il ne devrait pas abandonner à une autorité indépendante ».

Comment mieux dire qu’il faut accorder une confiance absolue aux nucléocrates de tous poils, alors même que globalement la philosophie générale qui ressort de la lecture du rapport Roussely montre que les orientations retenues vont toutes dans le sens d’une vision marchande et concurrentielle tant de la production de l’énergie nucléaire que de la réalisation des investissements et des procédés nécessaires à cette production. Ce point du rapport Roussely est totalement inadapté aux risques et enjeux de sureté lié au nucléaire. Ce point est pour tout dire scandaleux.

Comme il est d’ailleurs scandaleux de vouloir coute que coute poursuivre dans une fuite en avant dont l’issue, au regard des faits rapportés, ne peut être que l’échec retentissant d’un désastre  sanitaire d’abord, économique et financier ensuite.

Il reste que ce rapport contient une phrase une, qui mérite d’être soulignée : « la question du risque nucléaire acceptable, ou plus généralement du risque technologique acceptable, est un débat de société à part entière pour lequel la ou les réponses à donner sont naturellement du rôle du politique »

Champion de l’interventionnisme tout azimut, le chef de l’Etat qui s’essaye aujourd’hui au métier de manager industriel en voulant forcer la main à deux groupes dont la mésentente  est de notoriété publique et dont les réalisations présentes en matière de construction de centrale nucléaires sont discréditées, serait bien dans son rôle en provoquant dans l’immédiat, un débat national et citoyen sur les choix énergétiques possibles pour la France.

Un référendum, au terme de cette consultation, permettrait de demander aux Français, qui, depuis l’origine en ont été privés, de  se prononcer démocratiquement sur la question simple: Etes-vous en faveur ou en défaveur du nucléaire.

L’Alliance Ecologiste demande l’arrêt immédiat des EPR de Penly et de Flamanville en attendant que la procédure référendaire soit mise en place et menée à son terme.

17:14 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roussely, sakozy, epr, edf, areva, référendum | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu