Avertir le modérateur

07/09/2009

Afghanistan : sortir enfin de ce bourbier infernal !

le 20 décembre 2001, après l’adoption, par le Conseil de sécurité des Nations-Unies,  de la résolution 1386 était décidée la création d’une Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan, à la quelle la France a apporté sa contribution en envoyant dans ce pays un contingent.

L’objectif assigné à cette force sous mandat de l’ONU était « d’aider les autorités afghanes à maintenir la sécurité à Kaboul et dans ses environs, de telle sorte que l’Autorité intérimaire afghane et le personnel des Nations-Unies puissent travailler dans un environnement sûr ».  La décision est intervenue après les attentats du 11 septembre 2001, perpétrés par le groupe terroriste Al-Qaïda dirigé par Oussama Ben Laden, à l’origine de l’opération « Liberté immuable »  des Etats-Unis contre l’Afghanistan dirigé par les Talibans.

Le 28 mars 2002, conformément aux termes de la résolution 1401 de l’ONU a été crée une Mission d’assistance des Nations-Unies en Afghanistan (MANUA), composée d’éléments civils, destinée à soutenir la reconstruction de l’Etat de droit dans le pays. Le 13 octobre 200,3 après qu’une nouvelle résolution 1510 ait été prise par l’ONU, le mandat de l’Isaf a été étendu à l’ensemble du pays. Aujourd’hui, l’Isaf, sous commandement OTAN, reconduite dans ses missions  année après année, travaille de concert avec la MANUA.

Les missions assignées à l'Isaf ne sont pas remplies!

La coalition internationale - 42 pays contributeurs - qui compte environ, à ce jour, 100 000 hommes, dont 62 000 américains, est en grande difficulté. Et force est de constater que les missions qui lui ont été assignées sont très loin d’être remplies ce en raison de l’absence d’une stratégie cohérente construite sur les réalités du terrain!

Chaque jour qui passe voit l’Afghanistan s’enfoncer un peu plus profondément dans un bourbier infernal où est acculée  l’Isaf soumise aux raids incessants lancés par les Talibans à partir de leurs positions dans les montagnes et de leurs postes arrière du Pakistan. Les morts, qui se chiffrent par centaines au sein de la coalition des forces internationales, succèdent aux morts, sans que pour autant les bombardements de l’Isaf, qui ont provoqués de nombreuses victimes parmi les civils afghans, ne viennent à bout des Talibans.

La société afghane en  proie à une corruption généralisée

Alors que l’état de droit était censé s’y établir, la société afghane est plus que jamais en proie à une corruption généralisée qui gangrène tout y compris son administration. Il faut rappeler que 93 % de la production mondiale d’héroïne provient du pavot afghan, entièrement sous contrôle des seigneurs de guerre du Pays.

A tout cela il convient d’ajouter que la présence militaire étrangère est de plus en plus considérée par les populations locales, dont le niveau de vie est très faible, comme une armée d’occupation dont il faut se débarrasser. 

C’est dans ce contexte que deux soldats français sont morts, ces derniers jours, au cours d’une mission de reconnaissance destinée à sécuriser le parcours que devait emprunter un convoi logistique, entre Nijrab et Bagram où se trouve une base aérienne de l’Otan. Avec eux 8 autres militaires français ont été blessés dont trois très gravement au cours de cette mission. Dans le même temps une opération de bombardement dans le nord de l'Afghanistan, qualifiée de « grosse erreur par Bernard Kouchner, a fait plus de 50 morts dont des civils afghans.

En avril 2007, Nicolas Sarkozy, alors candidat à la présidence de la République, avait pris position pour un retrait des forces françaises d’Afghanistan ! N’est-il pas temps de tirer les conclusions d’une affaire militaire qui avec le temps n’en finit pas de pourrir !

Il est temps désormais de mettre fin à cette aventure bushienne, pourquoi?

Parce que cette aventure, une de plus, ne fait que démontrer jour après jour, l’impuissance dans laquelle se trouvent les soi-disant tenants du nouvel ordre international !

Malgré les milliards engagés et la liste des morts qui grandit, la sécurité,   la démocratie, les droits de l’homme et la mise au pas des extrémistes terroristes, n’est toujours pas au rendez-vous à Kaboul !

Alors que faire ?

Augmenter les effectifs militaires comme semble vouloir le décider, contre son opinion publique, le Président américain ? Porter la guerre contre les Talibans jusque dans le territoire du Pakistan, qui dispose de l’arme nucléaire et dont le régime totalement instable est à la merci d’un renversement au profit d’islamistes fanatiques ?

Huit ans de guerre pour se retrouver dans l’impasse lamentable devant laquelle se trouvent aujourd’hui les forces militaires sur le terrain n’est pas digne des puissances engagées dans cette aventure. Cela devrait inciter les uns et les autres à changer rapidement  de stratégie ! Il faut avoir le courage de reconnaître que la décision d’engager cette guerre a été une erreur et mettre en œuvre avec les Afghans, eux-mêmes, les voies et moyens d’une sortie du bourbier.

 

La priorité doit être désormais d’engager un dialogue avec les forces afghanes qui souhaitent dialoguer. Bien sur il ne s’agit pas de vouloir pactiser avec les fanatiques. Mais il s’agit de s’asseoir à une table de négociation avec ceux des Talibans qui se montreront capables de poser les armes et de parler.

 

En son temps la France en  traitant avec le FLN a fini par mettre un terme à la guerre en Algérie ! Pourquoi ne pourrait-on pas aujourd’hui négocier avec les Talibans ?

Une initiative des Etats européens pour changer de startégie!

 

La diplomatie des Etats européens doit être le moteur puissant d’une telle initiative de changement stratégique en Afghanistan pour mettre fin à ce conflit dont l’issue victorieuse, pour les forces de l’Isaf, devient chaque jour de plus en plus  incertaine quoi qu’en disent les experts de l’Otan sous influence américaine.

 

La crise économique fait porter monde un fardeau de misères déjà trop lourd pour que l’on y ajoute le poids d’une guerre qui menace de dégénérer et de s’étendre sans pour autant laisser entrevoir la possibilité d’atteindre les objectifs qui ont prévalus à son déclenchement.

 

Il faut désormais envisager calmement et sereinement de mettre fin à l’aventure afghane !

 

02:29 Écrit par Bernard FRAU dans 10. International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : onu, otan, initiative, forces militaires, objectifs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu