Avertir le modérateur

24/08/2009

Abandon des poursuites contre Stéphane LHOMME

Le Mouvement Ecologiste Indépendant  se félicite de l’abandon des poursuites engagées à l’encontre de Stéphane LHOMME. Bernard FRAU, Responsable de l’Euro Région Nord-Ouest de l’Alliance Ecologiste Indépendante - mouvement  écologiste créé par Le MEI GE et FEA – reçoit avec soulagement et satisfaction la nouvelle du classement sans suites des poursuites à l’encontre de Stéphane LHOMME, porte-parole du réseau « Sortir du Nucléaire ». 

Celui-ci était poursuivi pour avoir révélé la vulnérabilité du réacteur nucléaire EPR en cas de crash d’un avion de ligne

Au moment où la France s’engage dans la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, le MEI rappelle qu’il est important que nos concitoyens se saisissent de l’occasion pour demander aux autorités de la République la tenue d’un débat public sur les questions de sécurité

Les questions de sécurité constituant le cœur des enjeux liés à la production de l’énergie nucléaire, le MEI redit avec force qu’il est anormal que les citoyens se trouvent écartés du processus de décision concernant la poursuite de ce mode de production.

Le MEI  qui a soutenu Stéphane LHOMME, réaffirme  par ailleurs son exigence de transparence pour toutes les affaires qui concernent l’industrie nucléaire. Elle demande la mise en place d’une commission d’enquête sur les opérations illégales d’espionnage qu’EDF aurait mis en place en direction du Réseau Sortir du Nucléaire et de Greenpeace.

19:08 Écrit par Bernard FRAU dans 1. Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire, débat, citoyen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

22/08/2009

Rassemblement des Ecologistes (2)

delacroix-liberty.jpg

 Devant plus de 1.500 militants, Daniel Cohn-Bendit a cassé un tabou en évoquant la possibilité « d'une éventuelle alliance de second tour avec le Mouvement démocrate (MoDem) » !

 

Au delà des obsessions présidentielles du patron du Modem, il y a dans ce mouvement des partisans sincères d’un changement réel de projet de société avec lesquels nous partageons l’idée qu’il faut construire un monde plus fraternel et plus écologiste. De cela personne ne peut douter, sauf à être de très mauvaise foi.

C’est pourquoi l’initiative du leader d’Europe Ecologie doit être saluée et encouragée. Elle constitue, incontestablement, un pas de plus en direction de tous ceux qui aujourd’hui pensent que la famille écologiste doit se retrouver unie à la même table pour partager les expériences et construire les bases d’un projet nouveau.

Depuis quand, d’ailleurs, ouvrir des discussions avec des démocrates  constituerait une action déshonorante ? Tous ceux qui s’y sont prêtés n’en sont pas morts au contraire.

Le Socialisme et le Libéralisme, la terre n’en peut plus, les habitants de la terre n’en veulent plus ! La voie est désormais ouverte pour aller vers une transformation de nos modes de vie !

Qui mieux que des Ecologistes peuvent porter ce projet de transformation ?

Après les annonces, le chemin reste à parcourir. C’est évident !

La question du nucléaire, par exemple, est un point dur sur lequel le Modem devra se positionner sans ambigüité!

Autre sujet de débat, pourquoi une alliance de second tour et non pas, dès le 1er tour, une Alliance sur un projet lisible? C’est une question de confiance dans notre capacité à convaincre et à rallier.

Rassemblé et Unis nous seront plus forts ! Rassemblé et Unis dès le départ nous le serons encore plus !

banniere_1.jpg

En attendant, sauf imprévu de dernière minute la présidente de Cap21, Corinne Lepage et la cheville ouvrière d’Europe Ecologie, Gabriel Cohn-Bendit, seront reçus aux Universités d’Eté de l’Alliance Ecologiste Indépendante qui se tiendront, les 12 et 13 septembre, à Paris.  

 

18:02 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rassemblement, écologiste, lepage, cohn-bendit, nucléaire, alliance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

BNP Paribas accrochée par Eva JOLY

653377.jpg

L'ancienne juge anti-corruption, aujourd’hui députée au Parlement européen a demandé, vendredi 21 août, à la BNP d’indiquer ce qu’elle a engrangé comme revenus "dans ses deux filiales à Chypre, dans les 27 filiales au Luxembourg, dans les 21 filiales au Iles Caïman".

 

 

- "La BNP n'a pas été choisie au hasard. Dans notre travail sur l'Afrique, nous avons vu trop souvent la BNP impliquée dans des montages sur le pétrole qui permettaient aux chefs d'Etat de dégager des fonds dans leurs propres comptes ouverts dans les paradis fiscaux", a expliqué l'ancienne juge anti-corruption, au cours de sa conférence de presse qui s’est tenue durant les Journées d'été des Verts et Europe-Ecologie à Nîmes.

 

Circulez, il n’y a rien à dire !

 

695af1de-8182-11de-932a-729505265d75.jpgBNP Paribas se refuse à commenter les propos de l’eurodéputée. Bottant en touche, la banque se contente de renvoyer les journalistes aux déclarations de Baudouin PROT lors de la présentation des résultats trimestriels de la banque, le 4 août.


Il n’y a pas que le littoral breton qui doit être dépollué ! Cette question de l’existence de paradis fiscaux et des pratiques bancaires douteuses et délictueuses est une question à laquelle toute démocratie digne de ce nom doit apporter des réponses claires et nettes.

 

La BNP Paribas n’est sans doute pas seule à faire usage de « places», libres de tout contrôle, pour traiter d’affaires non avouables.

 

Et UBS la banque du secret bancaire

 

Le dossier UBS, pour ne prendre que celui-ci, montre à quel point le système peut être scandaleusement vicié !

 

Depuis février 2009, la justice américaine a accusé USB d'avoir incité ses clients américains à frauder le fisc, elle exige de celle-ci qu’elle lui fournisse les noms de 52 000 clients. De son côté la banque s’est retranchée derrière le droit helvétique pour refuser d’obtempérer alors même qu’elle a organisé une évasion fiscale pour le compte de ses clients américains.

 

Le secret bancaire et la loi helvétique auraient-ils pour objet de favoriser la délinquance fiscale des riches à ne plus savoir que faire de leur tune ?

 

Le fisc américain et le banquier voyou trouvent un accord

 

57232_53835_ubs-2-une.jpgUn accord est finalement intervenu ces derniers jours au terme duquel la banque a fournit au fisc américain le nom de 4500 clients suspectées de fraude fiscale aggravée titulaires d’un compte UBS. Au final c’est probablement 10 000 noms que la banque suisse livrera.

 

Première conséquence de l’accord : alors que la fraude a été organisée par UBS, et bien que l’utilité de son témoignage ait été reconnue l’homme par qui le scandale est arrivé, Bradley Birkenfeld, qui a dénoncé les activités coupables de son employeur vient d’être condamné par la justice américaine à une lourde peine de 3 ans et 4 mois de prison pour avoir aidé ses clients à se soustraire au fisc.

 

Deuxième conséquence de l’accord : La plainte déposée par le fisc américain contre la banque helvétique devrait bientôt être retirée et l’affaire classée.

Au passage le fic américain vient de lancer un signal fort à toutes les personnes qui seraient prêtes à les informer sur des pratiques délictueuses de leur employeur !

 

Et demain au delà des banques ?

 

La méthode vaut on l’aura compris pour tous les secteurs, financiers, industriels ou immobiliers mais aussi et surtout en matière de délinquance écologique portant atteinte à la santé et à la nature, qu’il s’agisse d’OGM, de nanotechnologie ou de produits chimiques et phytosanitaires de toute sorte!

 

Aux véritables responsables, en plus des parachutes dorés, des salaires et primes mirobolante viendront désormais s’ajouter les primes d’assurances négociées par les avocats des mêmes avec la partie abusée mais complaisante !

 

L’essentiel est de pouvoir continuer sans casser le système. UBS était en grande difficulté financière, il fallait faire un exemple et l’achever ! Au lieu de cela le fisc américain a négocié une transaction ! Tout le monde sait que le verrou à faire sauter pour assainir les finances mondiales se trouve en Suisse !

 

Le fisc américain se grade bien d’y porter le coup fatal qu’il est en mesure de porter c’est dire si le moment n’est pas encore arrivé pour nous autres simples citoyens d’être assurés de la bonne santé éthique et déontologiques des multinationales financières et industrielles.

 

Eva Joly s’est exposée

 

Il faut d’autant plus saluer le courage d’Eva Joly. En s’attaquant à cette pieuvre gigantesque que constitue l’arrière cour bancaire des paradis fiscaux elle s’expose gravement.

 

Dans ces lieux se jouent, à l’abri des regards indiscrets, des pièces sordides entre quelques acteurs assoiffés d’argent, qui se connaissent. Ils ne sont jamais satisfaits, toujours ivre de pouvoir et surtout totalement dépouillés de tout sentiments civiques ou moraux. Là, pour s’aventurer sans risque, il vaut mieux avoir assuré ses arrières.

 

Il faut espérer qu’Eva Joly a bien pris toutes ses garanties.

 

Croissance, Croissance, Croissance!

C’est898521-1062172.jpg reparti chaque éditorialiste économique n’a plus que ce mot la à la plume ou à la bouche selon qu’il écrit ou qu’il parle. La croissance, comme Mathilde, est revenue ! C’est magique, on va repartir comme avant ! Avant la crise ?

Bien sur les plans de relance ont aidé, mais aidé à quoi ? A tenir à bout de bras un système plombé, imposé par une clique de banquiers voraces et cyniques qui se moquent comme de leur première OPA par eux financée.

Quelle croissance ?

L'Allemagne et la France "renouent avec la croissance", indique ce matin un article dans La Tribune ! Quelle croissance, où sont les nouveaux emplois ? Pourquoi alors n'embauche-t-on pas plus  pour répondre à la demande de ce nouveau bonheur?

Pourquoi et comment comprendre cette hécatombe de suppression d’emploi ? Si tout va bien madame la Marquise pourquoi une telle violence dans la résolution des conflits sociaux ?

Chantage à la pollution d’une rivière

 « 15 000 €, sinon ça coule. » La menace est claire et nette. Dans l'usine de transport Serta située sur la zone d'activités des Portes de l'Ouest, à La Vaupalière, près de Rouen, les salariés-grévistes ont préparés des fûts d'huile et deux bidons de dodécylphénol, un puissant toxique pour le milieu aquatique. Ils menacent d’en déverser 8000 litres dans des canalisations du réseau d'évacuation de pluie qui se déversent dans le Cailly si la direction de l’entreprise ne leur verse pas  15 000 € de prime de départ.

Les salariés en sont au point de refuser que leur entreprise, actuellement au bord de la liquidation, soit reprise. Ils préfèrent prendre 15000€ et s’en aller.

Tout dans ce dossier est scandaleux  les plans de restructuration à répétitions, l’incapacité des dirigeants à désamorcer le conflit, le chantage inadmissible des salariés qui s’en prenne à la rivière qui elle ni est pour rien !

Il est vrai que le chantage à la pollution ou à l’explosion est devenu un moyen « normal » de négocier. Les politiques pour acheter la paix sociale payent !

Vous avez dit croissance ?

Vous avez dit croissance ? Oui croissance du bor…l à la rentrée !

Vous avez dit croissance ! Oui croissance  des Impôts, des tarifs EDF, de l’essence et des prix dans les super marchés….

Pour le reste les promesses n’engagent que ceux qui croient les boniments des complices du système.

Faire croire au veau d’or de la croissance, même verte, est un mensonge qui tôt ou tard explosera à la figure de ses thuriféraires, comme toutes les bulles – internet, immobilière, financière –, nous ont pétés au nez  ces dernières années !

12:43 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : croissance, banquiers, chômage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

20/08/2009

Etats-Unis: ainsi va l'ordre américain

Cette vidéo que je vous invite à regarder, symbolise ce que je déteste le plus au monde ! La haine, la peur et le dérèglement social incontrôlé !

A regarder ces images je ne réagi pas parce que des policiers blanc battent un homme noir. La couleur de la peau, pour moi n’a jamais fait ni le délinquant ni l'honnête homme ou le paisible citoyen. Ces images me font réagir parce que je ne supporte pas que des forces de l'ordre puissent interpeller un homme  et le tabasser de la sorte sur la voie publique.

"La police fait un travail très dur", a déclaré Jesse Garcia, le chargé de la communication de la police de Minneapolis où se sont déroulés les faits. "Elle a affaire à des gens qui ne veulent pas aller en prison et qui ne se laissent pas faire...On peut le voir dans cette vidéo", a-t-il ajouté.

Il convient de noter que, dans le cas particulier, l'interpellation musclée, s'est déroulée au motif que le conducteur avait dépassé la limitation de vitesse fixée à cet endroit de la ville.

Certes le travail de police n’est jamais facile

Certes le travail de la police, quelque soit le quartier ou le pays, n'est jamais facile et les contrevenants ne sont pas toujours coopératifs. Mais rien ne peut justifier  un tel comportement des forces de l’ordre

Dans tous les pays l’attitude des services de police est révélatrice du bon ou du mauvais état des libertés de la société où ils exercent ! Les policiers et les citoyens américains ont peur! C'est vrai, le nier serait stupide.

Le climat, qui n’est pas nouveau, des relations entre la société américaine et ses polices – elles sont multiples aux USA, municipales et fédérales -  qui sont censées la protéger, témoigne de la dégradation des libertés publiques auquel a conduit le modèle américain – l’american way of life –.

Le modèle libéral anglo-saxon une machine à fabriquer la haine

Qu'il s'agisse des frasques de ses vedettes cinématographiques ou télévisuelles, de la voracité de ses financiers, de la prolifération de ses sectes, de la violence sociale de son système économique, de l’impunité de ses gangs, du cynisme de la plupart de ses hommes et femmes politiques, du mépris des décisions internationales, des prisons illégales et de la torture de prisonniers de guerre, de l’impossibilité de ses quelques bonnes volontés à pouvoir infléchir le système, du non respect du reste de la planète - Georges BUSH fils n'a t-il pas un jour affirmé lors d'une réunion internationale officielle : « le niveau de vie de l'Amérique n'est pas négociable » -, de la bombe sur Hiroshima et du napalm au Viêt-Nam, hier, de l'Irak et de l'Afghanistan aujourd'hui.....

Tout cela illustre ce qu’il y a de pervers dans le modèle anglo-saxon de société. Tout cela est contenu en germe dans l’attitude de ces policiers tabassant sur la voie publique.

Le libéralisme économique et financier qui prétend s’imposer à l’humanité comme seul ordre social souhaitable est en réalité une machine à développer la haine, la peur, et la barbarie.

Ce n’est pas nouveau

En Amérique, la forme peut changer, jamais la nature du système n’évolue dans le bon sens.

L’expansionnisme belliciste et impérialiste américain n’a jamais cessé depuis l’indépendance des Etats-Unis. Ce fut dès 1814 la guerre pour la Nouvelle Orléans et son port stratégique. Encore aujourd’hui en 2009, l’Amérique est en guerre c’est Kaboul et Bagdad pour la maîtrise du Pétrole.

Et que l’on ne me parle pas des « boys » venus sacrifier leur vie pour libérer l’Europe ; nos pères ont largement payé pour cette intervention si peu désintéressée. L’aide économique d’après guerre des américains aux européens ne visait en réalité qu’un but contrecarrer les visées du Socialisme du Kremlin.

Depuis la chute du mur et l’effondrement du modèle soviétique, les Etats-Unis s’évertuent à empêcher la constitution d’une Europe politique indépendante et souveraine. L’ordre international américain c’est diplomatiquement le partenariat soumis ou la guerre. L’ordre social américain c’est la soumission indigne ou la baston !

Mon espérance est ailleurs

Cette vidéo symbolise la violence profonde d’une Amérique qui a pu par le passé nous faire rêver mais qui aujourd’hui est de moins en moins en mesure de nous tromper !

N’allez pas croire que je pourrais être un nostalgique du socialisme soviétique qui a inspiré bon nombre de  «démocraties» toutes aussi liberticides et indignes les unes que les autres!

Mon espérance est ailleurs, je rêve d’une Humanité qui, après le passage des vieilles idéologies – Libéralisme et Socialisme national ou soviétique – trouvera enfin les voies et moyens pour se réconcilier avec les grandes valeurs atemporelles qui ont pour nom Liberté, Egalité, Fraternité, Dignité, Justice et Responsabilité. A ce rêve utopique à cette espérance je veux convier le plus grand nombre pour participer à sa réalisation.

 

 

09:42 Écrit par Bernard FRAU dans 5. VIDEO | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

18/08/2009

Total la série des accidents continue !

arton5073-3858f.jpgAlors que la bataille judicaire, ouverte  en février dernier à la suite de la formidable  et impressionnante explosion de l’usine A ZF qui avait ravagé en septembre 2001 tout un quartier de la ville de Toulouse, une fuite d’ammoniac a conduit à l’évacuation, jeudi 13 aout 2009, de 300 personnes à l’usine Grande Paroisse de Grandpuits (Seine-et-Marne).

A la suite de l’explosion de Toulouse qui, on s’en souvient, avait fait 31 morts et 2 500 blessés, le tribunal correctionnel a été amené à placer Total et son PDG de l’époque Thierry Desmarets au rang des prévenus. Pour autant le groupe et ses dirigeants ne semblent pas avoir tiré les leçons du tragique accident. Le bilan des accidents qui se produit ces 30 derniers jours  est de ce point de vue totalement révélateur.

Rappel des dysfonctionnements sécurité chez Total

15 juillet 2009, sur le site de Carling Saint-Avold (Moselle) explosion mortelle: 2 morts, 6 blessés
16 juillet, raffinerie de Gonfreville l’Orcher (Seine Maritime) fuite de pétrole lourd

22 juillet, usine de Grandpuits (Seine-et-Marne)fuite d’ammoniac : 350 personnes évacuées, 31 ont reçu des secours, 12 ouvriers hospitalisés

27 juillet, usine de Grandpuits nouvelle fuite d’ammoniac

5 août, usine de Gonfreville-l'Orcher renversement d’un bac d’acide sulfurique vide : trois salariés blessés, dont deux gravement

12 août, usine pétrochimique Naphta chimie de Lavéra (Bouches du Rhône), deux salariés brûlés degré lors de l’allumage d’un four.

 

 Tous ces accidents à répétition font suite à d’autres accidents graves qui se sont produits dans un passé récent sur les sites d’exploitation du pétrolier

 

Début 2008, Total a été jugé par la Haute Cour de Londres. Celle-ci a conclu à la responsabilité du pétrolier français dans l’incendie d’un dépôt de carburant de Buncefield, fin 2005. La même année 2008 au mois de mars, une fuite de fioul dans la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) a pollué l’estuaire de la Loire. Total a depuis été mis en examen dans le cadre de l’enquête concernant cet accident.


Un climat insupportable d’insécurité


La question se pose désormais de la volonté réelle des dirigeants d’assurer aux salariés et aux riverains des différents sites qu’ils exploitent, une sécurité qui d’ailleurs s’impose à eux au titre de la législation en vigueur en la matière.

 

Un sérieux problème de politique de sécurité

 

Cette trop longue liste  des accidents de ce mois, à laquelle il convient d’ajouter le très important accident sur le site AZF de Toulouse en septembre 2001 montre qu’il y a chez Total un sérieux et important problème de politique de sécurité, qui pourrait laisser à penser que l’industriel est tout simplement en train de laisser « pourrir l’outil de production qu’il possède sur le territoire national ».

 

Quoi qu’il en soit, une telle carence exige une action publique immédiate pour imposer, sous astreinte, à l’industriel défaillant, de procéder à une révision complète de ses procédures de maintenance et d’exploitation et d’engager sans délais les travaux de remise à niveau de son outil de production.

 

L’argent ne manque pas chez Total


Total il ne faut pas omettre de le rappeler fait partie des grands champions pour ce qui relève des bénéfices réalisés - 13,9 milliards d’euros en 2008 – et servis à ses actionnaires. C’est donc un groupe qui a les moyens. Il est donc d’autant plus normal d’exiger de lui qu’il ne s’affranchisse pas de ses obligations et qu’il mette en œuvre une politique de sécurité en rapport avec les risques générés par ses activités.

 

Faut-il ici rappeler que de son côté la hiérarchie exige de ses salariés des objectifs en terme de « qualité » qui tendent au zéro défaut ! Au nom de quelle logique ne pourrions-nous pas exiger également du groupe et de ses dirigeants une politique sécurité zéro accident.

 

C’est à force de plan de restructuration, de plans de réduction des coûts, d’insuffisance de formation et de mise à la retraite anticipée des personnels d’expérience, que le Groupe, dont la seule ligne d’horizon reste la rentabilité à deux chiffre, laisse filer la qualité de son outil d’exploitation dont la maintenance et le remplacement de matériel usagé laisse, selon les représentants syndicaux largement à désirer.

 

Pour mémoire le 10 mars dernier, Total a annoncé la suppression de 555 postes d’ici à 2013 dans le cadre d’une restructuration en France de ses activités de raffinage et pétrochimie. Ceci n’annonce rien de bon en termes de surveillance et de maintenance des installations.

 

Des contrôles extérieurs et des sanctions s’imposent !

 

A l’heure où la série dramatique d’accidents engagent lourdement la responsabilité des dirigeants du groupe Total et de ses filiales, les citoyens peuvent à bon droit s’étonner du peu d’empressement des pouvoirs publics à se manifester auprès du pétrolier incapable d’assurer la sécurité de ses installations.

 

Chaque citoyen consommateur de carburant qui passe à la caisse et paye très cher le carburant qu’il utilise participe d’une manière directe aux résultats financiers de Total et en principe paye pour les coûts d’exploitation des raffinerie et de moyens de transport . C’est naturellement qu’il revendique aujourd’hui le droit d’exiger que cette sécurité assurée.

 

Pour ce faire un certain nombre de mesures immédiates doivent être imposées, par les pouvoirs publics,  au pétrolier:

 

Les préfets doivent être saisis avec pour objectif la modification des arrêtés d’exploitation des sites du Groupe Total et de ses filiales, afin d’y introduire l’obligation :

 

ð      De refonte des manuels et procédures sécurité à soumettre au contrôle et validation des inspecteurs des installations classées

ð      De contrôle permanent des installations par un organisme indépendant et extérieur des éléments de sécurité des installations

ð      De présentation d’un bilan annuel sécurité mentionnant l’ensemble des dysfonctionnements et de leur traitement.

ð      De présentation d’une étude d’impact sécurité, effectuée par un organisme extérieur indépendant lors de la mise en œuvre des plans de restructuration.

 

Sans action concrète des pouvoirs publics, les consommateurs citoyens, qui ne font aucune à confiance à la fiabilité de l’inspection générale de la sécurité des sites classés Seveso promise par Total, devront se mobiliser et engager une opération de boycott des produits du pétrolier à titre de sanction écologiste et citoyenne !


18:37 Écrit par Bernard FRAU dans 8.Région Haute Normandie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zéro défaut, sécurité, explosion, azf | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Appel au Rassemblement

Dans la perspective des prochaines élections régionales de mars 2010 Philippe de Villiers, a décidé de s'associer à l'UMP. L’affaire suscite des commentaires divers à droite et à gauche !

En fait De Villiers dans cette affaire répond avec empressement à une proposition de Nicolas SARKOZY qui lui voit dans ce pacte l’occasion de rassembler son camp et ses partisans au moment où le Parti Socialiste n’en finit pas de se débattre écarté entre des forces centripètes qui toutes concourent à sa déstabilisation voir demain à sa désagrégation.

De son côté l’eurodéputé socialiste Vincent Peillon, lieutenant de Ségolène Royale, leader du courant « Espoir à Gauche » lance une opération  "nouvelle alliance majoritaire" allant des communistes au MoDem de François Bayrou,

Ligne d’horizon fixée à 2012

Pour Nicolas Sarkozy, comme pour Ségolène Royal, la ligne d’horizon est fixée à 2012, en bons politiques ils savent qu’en France une élection de ce niveau se prépare d’abord en rassemblant son camp. C’est ce qu’ils font, le Président sans concurrent, Ségolène Royal dans la mêlée des ambitions, qui pourrait le leur reprocher ?

Dans les deux camps mariage de la carpe et du lapin !

Qu’y as-t-il de commun entre De Villiers et Lellouche, à part la détestation de la Gauche en général et du PS en particulier ?

De la même manière la question se pose de savoir ce qu’il peut y avoir de commun entre Bayrou et Marie-Georges Buffet sinon que tous les deux considèrent le nucléaire comme incontournables ?

A chacun ses responsabilités,

L’immobilisme en politique est probablement le pire des comportements et les écologistes quoi qu’ils puissent penser de ces manœuvres sont concernés ils doivent agir !

Pourquoi ?

Parce que ces manœuvres tactiques, celles du Président de la République et celles de la gauche, sont indéniablement une chance pour les écologistes. Elle les oblige à devoir d’abord s’interroger sur leur devenir commun et à donner des réponses claires et précises sur la place qu’ils comptent occuper dans le débat national. 

Partie d’un tout productiviste ? Enfermement dans une bataille dépassée « libéralisme contre socialisme » qui n’en finit pas et dont la capacité à résoudre les difficultés planétaires est proche de zéro.

Une aspiration au changement

Il existe dans notre pays une aspiration au changement qui ne trouve pas véritablement de porteur identifié et crédible aux yeux de l’opinion publique. La très nette montée du vote écologiste aux dernières élections européennes en constitue la manifestation la plus probante.

Ces manœuvres de recomposition des champs de forces politiques leur offrent une chance de se donner les moyens de dépasser la condition de force d’appoint ou d’arbitrage. Elles les placent en situation de se saisir de l’occasion qui se présente pour devenir dès maintenant une force d’alternative crédible, adaptée aux exigences du monde actuel et capable de redonner aux citoyens épars et inquiets de notre pays des raisons de croire au futur pour eux-mêmes et leurs enfants.

Les élections régionales arrivent à point pour travailler au rassemblement des écologistes en vue de l’échéance décisive de 2012.

Quelles conditions pour ne pas passer à côté ?

D’abord et avant tout il faut aux écologistes prendre le risque de se rencontrer et de parler, sans préalable et sans ressasser les petites querelles du passé qui deviennent chaque jour de plus en plus dérisoires au regard des enjeux qui s’impose à la société !

Ensuite il faut que chaque mouvement, dans ces rencontres, apporte sa sensibilité avec la ferme intention de construire une grande force écologiste, rassemblée autour d’une plateforme de gouvernement des Régions, en  capacité d’en diriger plusieurs dès 2010.

Cela suppose évidemment que Cap 21 retrouve son autonomie, que les Verts se dégagent de leur tropisme, que l’Alliance Ecologiste réaffirme haut et clair que l’indépendance n’est pas l’isolement et qu’Europe Ecologie ait la volonté d’accueillir en son sein  toutes ces forces sans gommer leurs spécificités, en les amenant à se compléter utilement.

Renvoyer Socialisme et Libéralisme à ce qu’ils sont

Après une phase de rencontres, de dialogues et d’ajustements, des assises Nationales pourraient  proposer aux Français de renvoyer Socialisme et Libéralisme à ce qu’ils sont en réalité, des modèles datés et dépassés qui doivent désormais être remplacés par un modèle adapté au temps nouveaux, l’Ecologisme,  et acter dans les faits la création de « La Fédération des Ecologistes ».

Seuls les actes ont valeur d’exemple

Quoi qu’il en soit, parce que seuls les actes ont valeur d’exemple, je propose aux responsables des mouvements qui souhaitent voir s’enclencher, chez les écologistes, une dynamique unitaire, que d’ores et déjà, ici et maintenant en Haute-Normandie, un premier contact direct soit pris afin qu’ ensemble nous puissions procéder à une première évaluation des possibilités de mise en œuvre d’une telle initiative pour notre région.

J’invite également les sympathisants qui se sentent proches de la sensibilité écologiste, femmes et hommes attachés aux valeurs humanistes et républicaines, du centre, de la droite et de la gauche modérées, qui ne veulent pas rester étrangers à la démarche de profonde rénovation de la société qui nous est désormais imposée, à se joindre à la démarche et faire route avec nous.

Ensemble nous seront plus forts pour dire non à tous ceux qui tentent , ici par la peur, là par la pub et la démagogie, de nous faire admettre que nous ne pouvons pas nous réapproprier le sens de la vie qu’ils ont abandonné au mensonge, à l’hypocrisie, à la démagogie et à l’argent roi.

Ni à vendre ni à acheter

Notre vie n’est ni à vendre ni à acheter, elle nous appartient pour en faire autre chose qu’une course folle, inutile et  sans fin, contre l’autre et contre les autres. C’est aux forces du mouvement  qu’il appartient d’en décider !  Construire un nouveau monde est possible pour cela nous devons faire le choix  de l’Engagement et du Rassemblement.

02:03 Écrit par Bernard FRAU dans 8.Région Haute Normandie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ecologistes, camp, droite, gauche, libéralisme, socialisme, ecologisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

06/08/2009

1 Milliard pour les spéculateurs

La BNP vient d’annoncer sa décision de  provisionner 1 milliard d’euros pour, l'an prochain,  servir des primes à ses traders. Cette annonce suscite de nombreuses réactions pas toujours amicales et pour cause. Les pratiques actuelles des banques sont outrageusement  scandaleuses et indécentes. Plus grave elles constituent une menace pour la paix sociale.

 

Face à la montée de l’indignation générale, la banque explique benoitement qu’en la matière elle ne fait qu’appliquer « scrupuleusement » les règles qui ont été établies par le récent G20 de Londres. Chacun aura bien compris que le G20 c’est comme le chantaient les Poppys dans les années 70 : « Non, non, rien n’a changé ! Tout, tout a continué ! Hey hey….. !

 

Faut-il s’en étonner ? Bien évidemment que non ! En régime d’économie libérale, c’est toujours le pouvoir économique qui commande et jamais le pouvoir politique, surtout lorsque que le peuple est censé en détenir les leviers !

 

D’ailleurs la BNP explique indirectement mais très clairement que les règles du G20 c’est du pipeau : « beaucoup de nos concurrents, notamment aux Etats-Unis, ne les appliquent pas encore », s’inquiète la pauvrette.

 

Fortis la banque des clients fortunés

 

735721.jpgLes comptes BNP Paribas font apparaître un résultat avant impôt de 1,145 milliard d'euros. C’est le  double de ce qui a été constaté par rapport à la même période de l'an dernier. Au deuxième trimestre grâce à ses activités de marché, autant dire grâce à la spéculation dont on sait qu’elle est repartie de plus belle sur le pétrole en particulier,  et grâce à une remontée positive de BNP PARIBAS FORTIS, la banque a enregistré un bénéfice de 1,604 milliard d'euros, en hausse de 6,6%.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Fortis, il est bon de savoir qu’il s’agit de la « Banque d’un monde qui change » qui assure des « services de pointe pour des clients fortunés », et propose « une offre intégrée à l’échelle internationale coordonnée par un interlocuteur unique » ! On peut ne pas en rire, on peut même se dire que c’est indécent !

 

Non le G20 n’a pas établi de règles

 

Il est abusif, comme l’indique la BNP,  de dire que le G20 d’avril a établi de vraies règles concernant les bonus. Cette question devrait être examinée au mois de septembre lors du G20 qui se tiendra cette fois à Pittsburg.  Un coup chez les anglais, un coup chez les américains, et vive le libéralisme anglo-saxon !

 

Par contre la question peut se poser : la BNP ne profite –elle pas tout simplement de la période estivale et des grandes chaleurs pour anticiper sur des décisions déjà prises ? Il n’y a pas de petites économies, tout ce qui est pris n’est plus à prendre ! Les Chefs d’états quant à eux n’auront  plus, à Pittsburg, qu’à apporter leurs commentaires rassurants et enthousiastes en direction de leurs opinions publiques !

 

Attention, danger !

 

A ce rythme la mauvaise comédie pourrait bien finir par tourner à la tragédie car pendant que les traders et les banquiers s’empiffrent, de plus en plus de gens s’appauvrissent au Sud mais également au Nord !

 

Tôt ou tard, chez nous comme ailleurs,  il y a fort à parier que les Français ne vont plus se satisfaire encore bien longtemps de propos comme ceux prononcés par le ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui s’est indignée et a  qualifié, fort justement, de "honte absolue" le retour des "vieilles pratiques".

 

Ce que veulent les Français, qui dans leur grande majorité adhèrent aux propos de leur ministre, c’est qu’enfin les bonnes intentions  se traduisent par des actes forts !

 

La BNP qui, il y a peine quelques mois a reçu des aides de l'Etat qui se chiffrent en milliards d’euros, affiche aujourd’hui sans vergogne  des résultats somptueux et sert des salaires indécents à ses traders !

 

La question peut se poser d’ailleurs de la qualité et de la sincérité de ces annonces. Ne masquent-elles pas en fait une opération orchestrée par quelques initiés, pour faire grimper artificiellement le cours des actions de la banque  à des fins que l’on ne voudrait pas imaginer ?

 

La grogne gagne du terrain

 

delacroix-liberty.jpgQuoi qu’il en soit, la grogne gagne du terrain. Les producteurs de fruits et légumes, pour ne citer qu’eux, dont Bruxelles exige aujourd’hui  qu’ils  remboursent des aides de l’état français reçues entre 1992 et 2002 vont-ils longtemps encore accepter une telle arrogance et un tel traitement de faveur en direction d’institution qui chaque jour les étranglent un peu plus à coup d’agios « assassins ».

 

Combien de dirigeants de PME, de petits commerçants ou d’artisans pourraient à bon droit se révolter  de voir avec quelle facilité les banques se refont une santé sur le dos des plus touchés par la crise des restructurations et des licenciements, avec l’assentiment et le soutien des puissants?

 

Combien de retraités qui ont vu leur pension augmenter de 1% en avril 2009, soit une augmentation de moins de 1% pour une année pleine, peuvent accepter sans rien dire de voir BNP afficher un bénéfice net de +6%?

 

Il faut tranquillement comparer au bonus de 1 milliard provisionner pour les traders spéculateurs de la BNP, le bonus global de 500 millions d’euros obtenu après 1 mois de grève  et de menaces par les 366  salariés de Fabris pour qu’ils quittent leur usine sans espoir de retour !

 

Il n’y a pas photo ! Dans un cas c’est : 1 milliard et on continue la fête. Dans l’autre c’est 500 millions  pour s’écraser dégager et se chercher un nouveau taf ! Pas besoin d’être grand clerc pour se dire que la période qui vient risque, si l’on n’y prenait pas garde, d’être très, très chaude !

11:38 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bnp, fortis, danger, rire, fortunés | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

04/08/2009

L’EUROPE RECLAME PRES DE 500 MILLIONS A LA FRANCE

arton5035-36977.jpgL’annonce aux producteurs de fruits et légumes de l’hexagone qu’ils pourraient être mis en demeure de devoir rembourser une partie des subventions européennes perçues entre 1992 et 2002 fait des vagues. Selon Bruxelles ces aides auraient faussé la concurrence le montant réclamé aux producteurs de fruits et légumes se situe autour de 500 millions d’euros.

 

Cette réclamation est assortie d’une menace d’application d’une astreinte si l’Etat français ne rembourse pas Bruxelles dans des délais rapides. A l’origine du contentieux 338 millions € versés aux agriculteurs entre 1992 et 2002, pour palier mauvaises récoltes dues aux aléas climatiques, auquel viennent s’ajouter des intérêts que l’on fait courir depuis cette période.

 

Bruxelles dénonce une utilisation des fonds contraire aux règles de la concurrence.  Les fonds en question, toujours selon Bruxelles, auraient en effet été investis pour acquérir des frigos des nouveaux tracteurs voir pour soutenir abusivement l’exportation de fruits et légumes.

 

Une situation curieuse et menaçante pour les exploitants

 

Les producteurs, dont la profession est déjà plus que lourdement touchée par la crise et la concurrence des produits en provenance de pays aux normes sociales et environnementales d’un niveau inférieurs à celles qui prévalent en Europe, ont fait savoir qu’ils ne s’acquitteront pas de la facture. D’abord parce qu’ils jugent la facture démesurée et ensuite parce que, selon les fédérations professionnelles, ils « n’ont pas les moyens de payer ces dettes ».

 

De plus se pose la question du traitement des dossiers qui concernent les nombreux producteurs qui ont abandonné leur activité  ou bien sont décédés depuis cette période.

 

Dans cette affaire pour le moins curieuse, depuis 1992 plusieurs ministres de l’agriculture se sont succédé au gouvernement  sans que se ne posent de questions quand à l’attribution des sommes accordées, il importe que ne soit pas porté un coup fatal à la situation déjà difficile des producteurs des petites et moyennes  exploitations qui ont déjà fort à faire pour survivre.

 

La pérennité des exploitations doit être assurée

 

Alors que des efforts plus que conséquents ont été mis en œuvre pour permettre à la filière automobile et aux banques de faire face à la crise, tout doit être mis en œuvre pour pérenniser les petites et moyennes exploitations agricoles de fruits et légumes mais également celles des producteurs de viande et de lait.

 

Faut-il rappeler, au delà de la qualité de leurs productions, le rôle irremplaçable de ces exploitations pour le maintien au cœur de l’espace rural des identités paysagères locales et pour l’apport au maintien de la biodiversité dans les campagnes de notre pays ?

 

Ne pas achever les plus faibles et fragiliser les plus solides

 

Les premiers propos du ministre de l’agriculture Bruno Le Maire semblent aller dans le sens d’une volonté de ne pas plier face aux prétentions de Bruxelles. Mais, si chacun comprend bien qu’il est de l’intérêt de la France en général et de notre Région en particulier que les agriculteurs fragiles ou en situation difficile ne soient pas concernés, il importe tout autant que la pilule que veut faire avaler Bruxelles aux producteurs français de fruits et légumes ne vienne pas fragiliser les exploitations encore solides !

02/08/2009

Saint-Exupéry: l'humaniste exigeant

saint-exupery01.jpg31 juillet 1944, en mission de reconnaissance aérienne, Antoine de Saint-Exupéry, disparaît en mer aux commandes de son avion, un P38 Lightning, abattu semble-t’il par un chasseur allemand ennemi. C’était il y a 65 ans, il avait 44 ans.

 

Les débris de son appareil seront retrouvés de nombreuses années plus tard en mer méditerranée au sud de Marseille.

 

Ecrivain déjà reconnu Saint-Ex, bien qu’ayant dépassé l'âge limite pour participer à des opérations de guerre avait remué ciel et terre, soulevé des montagnes, mobilisé toutes ses relations, pour pouvoir voler dans les forces aériennes alliées et ainsi apporter sa contribution à la libération de la France.

 

Cette mission, cette dernière mission, il aurait pu s'en abstenir ayant largement accompli sa part de travail.

 

Sa conception du devoir, son amour de la France et son dévouement à la patrie lui faisait obligation personnelle d’être en première ligne, jusqu’au bout, jusqu’à la victoire finale !

 

Inutile aujourd’hui d'imaginer un tel engagement, une telle authenticité dans la mise à l’épreuve d’un idéal, chez nos pseudo « journaliste-philosophe » chemise blanche, col ouvert et chevelure flamboyante sous les projecteurs.

 

Saint-Ex était fabriqué d'un autre bois. Il ne fallait pas compter sur lui pour s’abaisser jusqu’à tordre un peu la réalité pour pouvoir faire la une sur un plateau de télévision.

 

« On vivait d’un bout à l’autre de la ligne sous la même voûte profonde » écrivait-il dans « Vol de nuit ».

 

Son champ d’existence, c’était le ciel en prise avec les puissances naturelles, remettant chaque jour en jeu ses victoires de la veille, mais toujours,  mission après mission, gravant dans le marbre du temps les heures héroïques de l’Aéropostale.

 

Il était de cette race d’hommes plutôt difficile à rencontrer désormais. Qui à notre époque de paillettes d’hypocrisies et de flagorneries pourrait rivaliser avec Saint-Ex. Jamais courtisan, ni planqué jaloux de sa liberté fier de ses engagements, implacable avec les  « faux derches » comme il les appelait.

 

Il faut relire à ce propos sa lettre à André Breton, « il est dommage que vous ne vous soyez jamais trouvé face au problème de la mort consentie. Vous auriez constaté que l’homme a besoin alors, non de haine, mais de ferveur. On en meurt pas contre, on meurt pour ».

 

Il haïssait la guerre, dont il écrivait dans Pilote de Guerre qu’elle  « n'est pas une aventure » mais « une maladie comme le typhus ». Et pourtant, il s’y est engagé, par patriotisme et par idéal de la France ! Combien aujourd’hui en seraient encore capables ?

 

Tout à la fois Chevalier des temps modernes au grand cœur, poète, patriote, il a consacré sa vie et son œuvre au service de la dignité humaine. « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis », « je ne puis supporter d’être loin de ceux qui ont faim ».

 

Telles étaient ses pensées, pour lesquelles il s’est engagé jusqu’à sacrifier sa vie ! La fraternité au centre de la perspective planétaire, tel était son crédo !

 

Quel bel exemple et quel beau message pour ceux qui aujourd’hui s’engagent en cherchant, comme l’agriculteur de Saint-Ex « à donner un sens à leurs coups de pioche ».

 

Déjà en 1944 il dénonçait dans  les dernières lignes d’une lettre, écrite la veille de sa mort, qu’il a adressée à Pierre Dalloz, le monde des années à venir après guerre.

 

En visionnaire il en entrevoyait les germes : « Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien. La termitière future m’épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j’étais fait pour être jardinier. »

 

Aurait-il baissé les bras lui, l’infatigable humaniste engagé dans la lutte contre le désordre du monde, qui au terme de sa lettre à André Breton a écrit « Je crois aux actes, non aux grands mots » ! Un moment de faiblesse ? Peut-être ?

 

Même chez les plus solides, elle reste là, la possibilité de la faiblesse, tapie prête à surgir tant l’être Humain reste et restera toujours une chose fragile ! Après tout il était un homme, héroïque certes, mais un homme pas un dieu.

 

Il n’est pas là pour nous le dire ! Seule reste son œuvre littéraire, immense pour qui veut bien s’en nourrir : belle et pleine d’amour de la vie et des Hommes.

 

A chacun de lire ses écrits, de méditer et d’en tirer le miel ! Et peut-être, par fidélité à sa pensée, accepter de prendre part aux luttes éternelles de l’humanité pour contribuer, à laisser, pour demain à nos enfants, un monde meilleur et plus éclairé ! Un monde plus respectueux des hommes et de la nature.

16:53 Écrit par Bernard FRAU dans 2. Les grands hommes | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : devoir, france, humanisme, liberté, amitié, fraternité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu