Avertir le modérateur

09/07/2009

EDF Pierre GADONNEIX

Hausse des tarifs de 20 % ?

De source AFP l’on apprend que le PDG d’EDF, Pierre Gadonneix, souhaite une hausse de 20% des tarifs d'électricité pour que le groupe cesse de s'endetter.

 

EDF s'est, en effet, très lourdement endettée pour financer ses investissements et acquisitions d’entreprises sur le marché mondial du nucléaire. Du coup, son endettement a explosé de 50 % pour atteindre 24,5 milliards d'euros en 2008.

Pour faire bonne figure et faire mieux passer la pilule, il indique, patelin, que cette hausse   peut s'étaler sur trois ans mais, se faisant aussitôt menaçant, il ajoute : "Si nos tarifs n'augmentent pas, l'an prochain EDF réduit ses investissements".

"Si, depuis vingt-cinq ans le prix de l'électricité avait suivi l’inflation, il serait 40% plus cher", affirme sans moufter le patron du nucléaire français

Faut-il indiquer à Pierre Gadonneix que si les salaires et les retraites avaient été indexés sur le cours du pétrole ou de l’€, le pouvoir d’achat des Français ne serait pas aussi malmené. Pour le moment nos concitoyens font face sans trop broncher! Vont-ils continuer encore longtemps ?

Faut-il rappeler au Président d'EDF qu'il vient de lever un emprunt de près de 3 milliards € pour financer ses futurs investissements dans le nucléaire notamment.

 

Pierre Gadonneix menace, il veut réduire ses investissements, nous lui disons : pas de problème ! Commencez donc par annuler la réalisation de l'EPR de Penly en Haute-Normandie. La France est excédentaire en production d'électricité, ce réacteur supplémentaire est inutile.

 

Le patron d’EDF cherche de l’argent? Qu’il améliore les marges d’autofinancement de son entreprise !

 

Il lui suffit par exemple de supprimer la ligne de son budget consacrée à la communication qui vise à faire croire au grand public qu’EDF travaille à la mise en œuvre d’un programme de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.

 

« Publicité mensongère » ! La seule énergie renouvelable, compatible EDF, utilisée sans modération dans l’entreprise, est celle que ses dirigeants consacrent, depuis tant d’années, à rendre opaque la politique qu’ils mènent pour développer le nucléaire  dans notre pays.

 

Si comme nous l’explique Pierre Gadonneix «tous les clignotants d'EDF sont au vert », pourquoi cette course à l’endettement ? 

 

Pourquoi cette frénésie d’investissements, alors que semble-t’il EDF n’a pas les moyens de les financer sur fonds propres ?

Pourquoi lever un emprunt public et dans le même temps demander une hausse des tarifs ?  Pour payer le creusement de pertes liées au retard dans la réalisation des chantiers EPR dont la technique n’est pour l’instant pas totalement au point ?

 

Quoi qu’en dise Pierre Gadonneix la confiance des français dans la gestion d’EDF  n’est pas acquise loin de là !

 

De nombreuses questions se posent. Parmi les plus immédiatement importantes  il faut en citer quelques-unes pour lesquelles des réponses urgentes doivent être apportées, parce qu’elles conditionnent directement les résultats futurs d’EDF donc de sa stratégie de développement!

 

Les retards de livraison du chantier EPR : combien coûteront finalement ceux du chantier en Finlande ? Une évaluation sérieuse a-t-elle été menée ?

 

La maîtrise technique des réacteurs EPR : est-elle véritablement acquise ou convient-il désormais de prévoir des aménagements techniques, notamment au plan de la sécurité, qui  alourdiront le coût final des chantiers en cours, réduisant d’autant la capacité d’auto financement du compte d’exploitation d’EDF?

 

L’ancienneté du parc nucléaire : les 58 réacteurs nucléaires arrivent en fin de vie en fin de vie,  le coût de leur démantèlement a-t-il été provisionné à hauteur suffisante ? A-t-il même fait l’objet d’une évaluation ?

 

Question subsidiaire : Cette demande d’augmentation des tarifs ne résulte-telle pas d’un choix tactique, faire financer la croissance externe de l’entreprise à travers une augmentation massive des tarifs sur le marché intérieur ?

 

Ce moyen a déjà été utilisée en son temps par les majors françaises de l’eau qui à travers l’investissement des collectivités locales ont fait supporter au contribuable ou au consommateur, l’essentiel du financement de leur développement à l’export.

 

Ce qui a pu fonctionner en période de vaches grasses ne saurait aujourd’hui être accepté sans mot dire  et sans que Pierre Gadonneix ne sorte de l’opacité dans laquelle il essaye de nous maintenir!

 

Ce que les Français attendent aujourd’hui se résume à une phrase une seule !

 

Moins de communication pipeau dans une revue people, à la façon Jean-Marie Messier – ex PDG paillette  de VIVENDI – Plus d’information documentée et éclairée à la représentation nationale et aux citoyens.

 

La crise mondiale  a révélé  combien la finance mondialisée, faute de contrôle, s’est laissé aller aux pires excès que permet l’opacité lorsqu’elle est érigée en principe de management. « Surtout ne le dites à personne » conseillait Madoff à ceux qu’il plumait. 

 

La transparence n’est pas  le point fort de la maison Electricité de France.

 

A l’heure où Pierre Gadonneix nous lâche « son poulet »,  le moment est venu pour le gouvernement d’exiger du patron d’EDF qu’il rende compte de la situation réelle de la société dont il est le dirigeant en respectant rigoureusement les règles démocratique de transparence, de rigueur et de sincérité.

 

16:48 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exploitation, tarifs, nucléaire, rigueur, investissemnts emprunt | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu