Avertir le modérateur

08/07/2009

Michel Rocard

La deuxième gauche ralliée au sarkozysme ?

Michel Rocard, le socialiste mal aimé chantre de la deuxième gauche, social-démocrate, Ancien premier ministre de François Mitterrand vient d’accepter de co-présider avec Alain Juppé la commission chargée de proposer des priorités pour le Grand Emprunt que Nicolas Sarkozy a prévu pour 2010.

Ainsi le Président de la République continue d’appliquer la méthode choisie pour l’exercice de son mandat : l’ouverture à ceux qui, sans abandonner les idéaux qui sont les leurs, n’ont jamais fait mystère de leur volonté sans faille de contribuer à la marche des dossiers du pays.

Michel Rocard est de ceux-là, et ce n’est pas une surprise que de le voir accepter, à un moment particulièrement difficile de la situation mondiale auquel la France n’échappe pas, une mission dont les enjeux sont particulièrement importants !

Michel Rocard s’est-il, pour autant, rallié au Sarkozysme ? La question ne devrait même pas se poser, tant la rigueur, l’honnêteté intellectuelle et la liberté d’esprit dont il a fait preuve durant sa longue carrière politique plaide en sa faveur aujourd’hui !

Non Michel Rocard ne s’est pas rallié au Sarkozysme! En répondant favorablement à l’invitation du Président de la République, Michel Rocard ne fait que témoigner de sa fidélité d’homme d’état au service des intérêts du pays et de nos concitoyens.

Les réactions peu amènes, voir insultantes, que suscitent cette nomination, de la part de ceux qui, encore hier se présentaient comme des amis de Michel Rocard, ne sont pas de mise, surtout après la lourde défaite que le PS vient de subir aux élections européennes (cf. les commentaires sur les blogs) !

Sa compétence ne peut pas être mise en doute, sa longue expérience des dossiers difficiles lorsqu’il était au Plan sont des atouts pour réussir dans la mission qui lui échoit.

« Entre le marché et le plan il y a le socialisme » s’était exclamé en avril 1979, à la Tribune du Congrès de Metz, Laurent Fabius, le pourfendeur de la « deuxième gauche » qui aujourd’hui va  défendre la motion de censure socialiste contre la politique du gouvernement Fillon. Cette troisième motion depuis mai 2007 n'a pas plus de chance de renverser le gouvernement que les précédentes, car le PS est largement minoritaire à l’Assemblée.

On peut, à bon droit, se demander à quoi sert, cette motion « spectacle », alors que le PS, englué dans ses querelles d’égo, est dans l’incapacité de proposer aux Français un programme rénové adapté aux enjeux et aux réalités de la France et du monde.

Loin de ces gesticulations inutiles, Michel Rocard de son côté a choisi de travailler. Il va apporter son expérience et son sens de l’Etat au service du Pays !

L’on pourrait à bon droit dans l’état de désagrégation avancée du PS coincé entre les couples  Europe-Ecologie/Modem et Front de Gauche/NPA, « entre le socialisme usé et le marché  il y a Michel Rocard » !

11:30 Écrit par Bernard FRAU dans 6. Politique nationale | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ps, fabius, usé, englué | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Alain Rocard et Michel Juppé sont comme ces vieilles piles usagées dont on se sait trop que faire.
En ces temps écolos, il ne faudrait surtout pas s’en débarrasser n’importe où. D’autant qu’au contraire, on pourrait utiliser le petit peu d’énergie qu’il leur reste (leur amour-propre, lui, est tombé à zéro depuis longtemps) pour faire de la pub pour l’emprunt (U.M.) populaire.
Toutes ces techniques de recyclage sont expliquées sur le blog des Ateliers de l’Eclipse : www.ateliers-eclipse.com
Bisous rouillés

Écrit par : eclipse | 13/07/2009

Bonjour,

Je m'inscris totalement en faux contre ce commentaire destiné à vendre du Rocard.
Ceux qui ont précédé Michel Rocard sont tellement restés de gauche qu'ils ont tous voté pour les listes UMP aux européennes.

L'objectif réel de la commission Rocard était d'organiser le transfert de la taxe professionnelle vers les menages et c'est qu'elle a réalisé.

Si vous appelez cela fidélité à ses idées, il vous reste à définir la versatilité

Écrit par : Manka CAMARA | 03/08/2009

@ Manka
On peut ne pas être d'accord avec un homme politique et lui reconnaître des qualités d'homme d'état!
C'est mon cas, en particulier sur la Taxe carbone, pour autant je me refuse à jeter l'anathème sur un homme politique dont le moins qu'on puisse dire est qu'il n'a jamais été pris en contradiction avec ses convictions.
@+ ami

Écrit par : Bernard FRAU | 03/08/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu