Avertir le modérateur

15/09/2013

Il y a 40 ans un autre 11 septembre: Salvador Allende est renversé!

290_243192_vignette_salvador-allende-chile-22.jpg

Au Chili l’on évoque la mémoire d’une des grandes figures incontestée de la gauche  socialiste. Salvador Allende qui fut le 32ème président du Chili de 1970 à 1973.

Dans les villes françaises où existe une rue ou une avenue à son nom les municipalités, communistes en général, ont déposé le 11 septembre 2013 un bouquet de fleurs sur les plaques qui portent le nom de Salvador Allende le 32ème président du Chili de 1970 à 1973.

"Merci à la vie", morceau que joue Maria Paz en ce 40ème anniversaire de la mort de Salvador Allende

A l’heure l’on évoque la mémoire de cette grande et  incontestée figure de la gauche  socialiste il paraît opportun de revenir sur les évènements qui ont marqué de manière indélébile l’histoire de la nation chilienne.

Le 4 septembre 1970 après avoir mené une campagne sur le thème des nationalisations et de la souveraineté du pays vis-à-vis du capital étranger Salvador Allende est, démocratiquement, élu président du Chili.

Cette élection n’était pas du goût des USA qui avaient des intérêts commerciaux au Chili qu’ils considéraient être menacés. Avant la victoire d’Allende,  le 27 juin 1970 Henry Kissingerconseiller à la Sécurité Nationale du président Richard Nixon, avait eu cette phrase incroyable « Je ne vois pas pourquoi nous devrions rester sans rien faire pendant qu’un pays sombre dans le communisme à cause de l’irresponsabilité de son peuple» (*)

A coup de millions de dollars, durant trois ans, avec cynisme et cruauté, la CIA et ses relais dans l’armée et la droite dure chilienne aux ordres de Washington, furent à la manœuvre pour saborder le gouvernement d’Union Populaire d’Allende.

Le 13 aout 1973, alors qu’une vague d’attentats se répand et ensanglante la nation chilienne, Salvador Allende indique : «Le pays est au bord de la guerre civile»

L’opération de déstabilisation bien entamée, le terrain bien préparé il ne restait plus qu’à porter l’estocade.

645_243187_vignette_l'attaque de la moneda-rec.jpg

Le Président Salvador Allende et son gouvernement d’Union Populaire renversés, il s’en suivit alors une terrible répression dans tout le pays.

243214_vignette_chile-coup-1973-4b004rec.jpg

 

Le Peuple chilien, sous la poigne de fer du général Pinochet, dans les griffes des séides, tortionnaires et assassins, du dictateur, vivra alors de trop longs moments de  misère, de terreur et de torture sadique victime d’un état policier et d’une économie ultra libérale.

Durant toutes ces années de plomb qui dureront de 1973 à 1990, 3 216 personnes ont officiellement été recensées comme victimes de « disparition » ou de meurtre politique et plus de 38 000 citoyens opposés à la dictature seront soumis à la torture.

290_243193_vignette_Chile-Santiago-Stade-1973-1.jpg

 

Le 19 avril 1978, la dictature militaire pour se dédouaner, adoptera, sans scrupule aucun, un décret-loi d’amnistie pour dispenser de leur responsabilité pénale la totalité des « bouchers image.jpgde la dictature» –  militaires, policiers et agents de sécurité du régime –  accusés de s’être prêtés  à des actes de violation des droits de l’homme, des crimes et des délits durant la période du 11 septembre 1973 au 10 mars 1978.

Ce 11 septembre1973, ayant compris l’issue fatale pour la démocratie de son pays que constituait l’assaut du général et des militaires félons, Salvador Allende s’adressera une dernière fois à son peuple dans un message d’une extraordinaire puissance éthique: "Je ne démissionnerai pas et paierai de ma vie la loyauté au peuple".  

Porté par une exigence personnelle de loyauté envers son pays, préférant perdre la vie plutôt que de rendre les armes, Salvador Allende se donnera la mort dans le salon Toesca, un des salons du palais présidentiel de la Moneda, à Santiago.

Ainsi finira celui qui le 4 novembre 1970 lors de son installation à la Présidence du Chili, avait déclaré au grand dam des dirigeants américains de l’époque : « Nous en finirons avec les monopoles qui livrent à quelques familles le contrôle de l’économie….Nous allons mettre en œuvre une authentique réforme agraire. Nous en terminerons avec le processus de dénationalisation de nos industries qui nous soumet à l’exploitation étrangère. Nous allons restituer à notre peuple les grandes mines de cuivre, de charbon et de salpêtre» (**).

Au cours des trois ans que durera sa présidence, Salvador Allende en dépit des menaces, des retraits massifs de capitaux, des grèves, une atmosphère de guerre dans le pays et l’organisation du chaos par la coalition créée pour l’abattre, ne lâchera pas et surtout ne vendra pas son âme dans quelque compromission ou arrangement politicien sordide que ce soit.

Pour agir ainsi il a fallu à cet homme exceptionnel faire preuve de grandes qualités intellectuelles et morales. Qualités dont on peut chaque jour constater qu’elles font généralement cruellement défaut à la grande majorité de la classe politique actuelle de notre pays.

allende1.jpg

Salvador Allende avait une haute opinion de sa fonction au service de la Patrie et de son Peuple, un respect indéfectible pour les engagements pris vis-à-vis du Peuple dont on tient ses mandats. Il avait surtout chevillés au corps un idéal politique et philosophique construits à partir de convictions inébranlables.

 

Pour cela il était prêt à donner sa vie, il l’a prouvé, nous devons lui en rendre hommage.

Combien de nos hommes politiques actuels seraient prêts aujourd’hui à faire ce sacrifice suprême ? Eux qui au premier revers de sondage s’inquiétant  de la pérennisation de leur mandat n’hésitent pas à renvoyer aux calendes grecques la réalisation de leurs promesses de campagne. Combien ?

Au moment de son allocution interrompue qui a précédé l’assaut du palais présidentiel de la Moneida, Salvador Allende dira à son Peuple une dernière fois : « Vous aurez au moins le souvenir d’un homme digne qui fut loyal avec la patrie » ajoutant «Allez de l’avant, sachant que bientôt s’ouvriront de grandes avenues où passera l’homme libre pour construire une société meilleure».

Ce message résonne fort à la conscience de ceux qui pensent qu’il appartient aux citoyens de ne pas abandonner leur destin entre les mains de représentants, même en Démocratie, qui auront vite fait de s’installer et d’oublier qui les a faits « roi » au point de tourner le dos aux promesses électorales et d’ignorer ce à quoi la majorité du corps de la Nation attend d’eux.

Savoir, une humanité meilleure et plus éclairée  prélude à un monde juste fait d’hommes et de femmes libres partageants durablement les ressources d’une planète enfin pacifiées.

http://www.legrandsoir.info/le-renversement-d-allende-raconte-par-washington.html (*)

http://www.liberation.fr/monde/1998/11/14/chili-les-annees-pinochet-pinochet-seize-ans-de-dictature_250885 (**)

 

Sources :

http://www.mondialisation.ca/allende-le-mythe-vivant-une-inspiration-pour-ceux-qui-sont-epris-dun-monde-juste/5349778

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/40-ans-apres-salvador-allende-la-memoire-schizophrene-du-chili_1280414.html#hjGK4XjlvvxTS4HL.99

http://new.humanite.fr/monde/pourquoi-ont-ils-tue-salvador-allende-548807

http://www.leparisien.fr/reactions/val-de-marne-94/celebration-de-l-anniversaire-de-la-mort-de-salvador-allende-10-09-2013-3124575.php

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/le-chili-de-pinochet-dictature-ou-regime-militaire_1068799.html

http://www.ndf.fr/article-2/15-09-2013/strategie-du-toc

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Chili-2013/p-26228-Il-y-a-quarante-ans-l-autre-11-septembre.htm

 

A suivre :

 

AllendeHuchon.jpgUn documentaire « Allende, c'est une idée qu'on assassine »(Upside Télévision), réalisé par Thomas Huchon, sera diffusé sur la chaîne Public Sénat les 9, 14, 15, 16, 21 et 22 septembre.

 

Sciences Po organise un colloque international, "Chili, 11 septembre 1973 : un événement mondial", les 17, 18 et 19 septembre, à Paris, en collaboration avec l'Institut des hautes études d'Amérique latine, l'Institut des Amériques et l'université de Versailles-Saint-Quentin. Parmi les participants figurent Manuel Antonio Garreton, Jacques Chonchol, Alain Touraine et Armand Mattelart.

 

 

"Le sacrifice ne sera pas vain"

 

 

Les dernières paroles d'Allende

11 septembre, 8 h 45. «Camarades qui m'écoutez. La situation est critique. Nous faisons face à un coup d'Etat auquel participe la majorité des Forces armées. En cette heure funeste, je veux vous rappeler quelques-unes de mes paroles prononcées en 1971, je vous les dis avec calme, avec une totale tranquillité, je n'ai pas vocation d'apôtre ni de messie.

Je n'ai pas l'âme d'un martyr; je suis un lutteur social qui remplit une tâche que lui a confié le peuple. Mais que ceux qui veulent arrêter l'Histoire et ignorer la volonté majoritaire du Chili l'entendent: sans avoir l'âme d'un martyr, je ne ferais pas un pas en arrière. Qu'ils le sachent, qu'ils l'entendent, qu'on le leur grave profondément: je quitterais La Moneda quand mon mandat sera terminé. Je défendrais cette révolution chilienne et je défendrais le gouvernement. Je n'ai pas d'autre choix. Il faudra me cribler de balles pour m'empêcher de réaliser le programme du peuple. Et si on m'assassine, le peuple suivra sa route. Peut-être sera-ce plus difficile, plus violent, car ce sera une leçon objective très claire pour les masses: ces gens ne reculent devant rien. (...)»

9 h 03. «En ce moment, des avions nous survolent. Il est possible qu'ils nous mitraillent. (...) Au nom des plus sacrés intérêts du peuple, au nom de la Patrie, je vous appelle à avoir la foi. L'Histoire ne se détient ni par la répression ni par le crime. (...) Il est possible qu'ils nous écrasent. Mais le futur appartiendra au peuple, aux travailleurs. L'humanité avance vers la conquête d'une vie meilleure. (...)»

9 h 10. «C'est certainement la dernière opportunité que j'ai de vous parler. L'aviation a bombardé les antennes de Radio Magallanes. Mes paroles ne sont pas amères mais déçues. Qu'elles soient une punition morale pour ceux qui ont trahi leur serment. (...) Face à ces évènements, je ne peux dire qu'une chose aux travailleurs: Je ne renoncerai pas! Dans cette étape historique, je paierai par ma vie ma loyauté au peuple. J'ai la certitude que la graine que l'on a confiée à la conscience de milliers et de milliers de Chiliens ne pourra pas être détruite définitivement. Ils ont la force, ils pourront nous asservir mais ne bloqueront pas les processus sociaux, ni avec le crime, ni avec la force. L'Histoire est à nous, c'est le peuple qui la fait!

Travailleurs de ma Patrie, je veux vous remercier pour la loyauté dont vous avez toujours fait preuve, de la confiance que vous avez déposé sur un homme qui n'a été que l'interprète du grand désir de justice, qui a juré de respecter la Constitution et la loi, et qui l'a fait.

En ce moment crucial, la dernière chose que je voudrais vous dire est que j'espère que la leçon sera retenue: le capital étranger, l'impérialisme, unis à la réaction ont créé le climat qui a poussé les Forces armées à rompre leur tradition (...).

Je me dirige à vous, et en particulier à la modeste femme de notre terre, à la paysanne qui a cru en nous, à la mère qui comprit notre préoccupation pour les jeunes.

Je m'adresse aux fonctionnaires, à ces patriotes qui ont continué à travailler contre la sédition promue par ceux qui ne défendent que les avantages d'une société capitaliste.

Je m'adresse à la jeunesse, à ceux qui ont chanté et ont transmis leur gaieté et leur esprit de lutte.

Je m'adresse au Chilien, ouvrier, paysan, intellectuel, à tous ceux qui seront persécutés parce que dans notre pays le fascisme est présent, déjà depuis un moment, dans les attentats terroristes, en faisant sauter des ponts, en coupant les voies ferrées, en détruisant les oléoducs et gazoducs; face au silence de ceux qui avaient l'obligation d'intervenir. L'Histoire les jugera.

Ils vont sûrement faire taire Radio Magallanes et vous ne pourrez plus entendre le son métallique de ma voix tranquille. Peu importe. Vous continuerez à m'écouter, je serai toujours près de vous. Au moins vous aurez le souvenir d'un homme digne, loyal à la Patrie.

Le peuple doit se défendre, mais ne pas se sacrifier. Il ne doit pas se laisser écraser, mais ne pas non plus se laisser humilier.

Travailleurs de ma Patrie, j'ai confiance dans le Chili et en son destin. D'autres hommes dépasseront ce moment gris et amer où la trahison prétend s'imposer. Allez de l'avant en sachant que bientôt s'ouvriront de grandes avenues où passera l'homme libre pour construire une société meilleure.

Vive le Chili! Vive le peuple! Vive les travailleurs!

Ce sont mes dernières paroles, j'ai la certitude que le sacrifice ne sera pas vain et qu'au moins ce sera une punition morale pour la lâcheté et la trahison

 

29/07/2013

Menace sur les tortues vertes en Malaisie

schilkroete-malaysiaaktion.jpg

 

Lettre à : M. Najib Razak, Premier ministre de la Fédération de Malaisie et M. Zambry Abdul Kadir, Ministre en chef de l'État de Perak

 

Monsieur le Premier ministre,

Monsieur le Ministre en chef,

La région autour de Segari dans l'État malaisien de Perak abrite plusieurs écosystèmes uniques. Non seulement la plage mais aussi les réserves forestières voisines sont classées aux niveaux 1 et 2 des « zones écologiquement sensibles » du Schéma National d’ Aménagement du Territoire. Cela signifie qu'aucun projet de développement n'y est autorisé, exceptions faites des projets d'éco-tourisme ou à caractère éducatifs.

Aussi, je suis extrêmement préoccupé par vos plans de faire construire sur ce site exceptionnel une aciérie (Maegma Steel HRC) et une usine à gaz (Liquified Natural Gas, ATI Gastechnologie). Je ne comprends pas la raison vous ayant poussé à négliger vos propres directives.

Avec ces projets, vous mettez en danger de nombreuses espèces animales et végétales. Parmi ces espèces menacées figure la tortue verte dont la plage de Pasir Panjang est à la fois l'habitat et un site de ponte important. Les espèces animales endémiques des réserves forestières voisines (Tanjung Hantu et Segari Melintang) risquent quant à elles de périr. Vous semblez vouloir ignorer le fait que votre pays a une responsabilité envers sa faune et sa flore inscrite à la liste rouge mondiale des espèces menacées.

La forêt tropicale touchée est riche en mangroves et en diptérocarpacées dont deux genres sont recensés dans la liste rouge de l'UICN : Shorea glauca en tant qu'espèce « en danger » et Shorea lumutensis en tant qu'espèce « en danger critique d'extinction ». Le développement industriel sur des territoires à la nature intacte contredit clairement le « Schéma National d'Aménagement du Territoire » ainsi que d'autres réglementations environnementales.

La population locale souffrira elle aussi des conséquences de votre projet : les pêcheurs et les personnes vivant du tourisme perdront une grande partie de leurs revenus et les émissions toxiques de l'aciérie pourraient causer de sérieux problèmes de santé.

La réalisation de ces travaux nuirait à l'image de la Malaisie dans le monde. Je vous demande en conséquence de bien vouloir réviser votre décision de réaliser ces sites industriels en ces lieux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre en chef, en l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

Bernard FRAU
FR - 27400 Pinterville

 

Pour contacter l'Ambassade de la Malaisie en France

2bis rue Bénouville
75116 Paris
Tél : 01 45 53 11 85
Fax : 01 47 27 34 60
Email : malparis@kln.gov.my

 

Plus d’information concernant le contexte de ce dossier

http://humanisme-ecologie-republique.blog4ever.com/blog/l...

Source:

 tortue vertes de malaisie,santé,biodiversité,zone de protection sensible,fôrets,plage de pasir panjang,réserves forestières ménacées,tanjung hantu,ségarie mélintang,najib razak,zambry abdul kadir,sauvons la forêt

23/10/2009

Nucléaire :Lettre à Jean-Louis Borloo

Expéditeur

 

Bernard FRAU

 

Destinataire

 

M. Jean-Louis Borloo

 

Sujet

Moratoire immédiat sur les exportations de matières nucléaires

 

Pinterville le 23 10 2009

 

Monsieur le ministre d'État,


Vous n'êtes pas sans savoir qu'Areva poursuit ses exportations de matières nucléaires depuis le port du Havre à destination de la Russie. Non seulement la nature des matières qu'Areva s'apprête à envoyer en Russie reste très confuse, mais la question du devenir de ces matières qui défraie la chronique depuis une dizaine de jours n'a toujours pas été élucidée.


Conscient de ce grave manque de transparence, vous avez-vous-même saisi le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sûreté nucléaire qui s'est réuni le 19 octobre et a demandé aux industriels du nucléaire l'inventaire global des matières et déchets produits dans le cycle du combustible et va organiser des auditions et une enquête.


Voilà pourquoi je vous demande aujourd'hui d'appliquer le principe de précaution et de décréter un moratoire immédiat et total sur les exportations de matières nucléaires le temps que toute la lumière soit faite et qu'aboutissent les enquêtes en cours.


Ce trafic de matières nucléaires dure depuis plus de trente ans, ces déchets vont et viennent dans l'opacité la plus totale. Le Haut comité sur la transparence a raison d'exiger la publication par les exploitants des inventaires et flux des matières et déchets nucléaires. En tant que responsable politique vous avez un droit, voire une obligation d'inventaire face à des industriels qui ont trop longtemps agi dans l'absence totale de contrôle démocratique.


En vous remerciant des suites que vous donnerez à cette demande urgente, je vous prie d'agréer, monsieur le ministre d'État, l'expression de ma très haute considération.

21:07 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moratoire, principe de précaution, trafic | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

05/10/2009

Didier LOMBARD l’’abominable intervention !

la peche aux moules envoyé par the-futurpost. - L'info internationale vidéo.

 

Faut-il s’étonner que certains salariés de France Télécom en soient venus à se suicider ! Soumis à un régime dur, où seule compte la satisfaction de actionnaires au détriment même de ce qui fait des hommes ce qu’ils sont ! A savoir des êtres vivants dont la caractéristique principale est qu’ils nouent entre eux des liens sociaux !


 

Qu’il s’agisse de Renault ou de France Télécom, les mêmes causes ont conduits aux mêmes effets !

 

Dégraisser toujours plus pour engranger toujours plus de profits, restructurer sans soucis de la difficulté d’adaptation aux changements des agents, notamment des plus âgés, obligation de mobilitité entraînant des bouleversements dans les équilibres de la vie personnelle et familiale quotidienne!

 

898521-1062172.jpgLa pression accrue des hiérarchies en vue d’obtenir la tenue stricte d’objectifs toujours plus difficiles à atteindre, la mise en concurrence entre les salariés, la pertes des repères dans l’entreprise, tout cela a conduit à une élévation du stress au travail insupportable dont l’issue pour certains a été l’accomplissement d’actes irréparables pour eux-mêmes mais aussi pour leur famille et leurs amis.

 

 

Dans ce contexte le discours de Didier LOMBARD, est significatif du mépris dans lequel ce personnage tient son personnel!

 

Il faut être bien peu respectueux de la dignité des salariés qui depuis 2004 ont été confrontés à la  très difficile transformation de France Télécom occasionnée par son passage du public au privé et qui malgré tout ont permis à l’entreprise de continuer à progresser!

 

Oui les temps sont difficiles, oui il n’est pas question de se la couler douce! Mais de là à devoir accepter, pour gagner sa vie, des méthodes érigées en système qui broient les individus, il y a des limites à ne pas franchir !

 

Le discours de Didier LOMBARD montre bien que pour certains, être des mercenaires hilares et consentants, au service d’un système inhumain, est possible ! La pêche aux moules c'est finit!

 

APress 2.jpgPour nous-mêmes, pour nos enfants, pour nos familles, pour nos amis, pour la vie, il est temps de dire non et de réclamer un autre modèle de société qui fasse moins de place au PNB, à la concurrence pourvoyeuse de haine et de violence au profit d’un plus d’espace au Bonheur, à la Joie à la Paix et à l’Amour de ses semblables.

 

 

 

 

 

 

22:18 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pression, stress, suicides, concurrence, changement, hiérarchies, france télecom | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

02/10/2009

Une pétition musicale pour une « justice climatique »

source:Ministère de l'Écologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer

607009.jpgKofi Annan vient de lancer une pétition musicale mondiale en faveur d’un accord sur la « justice climatique » lors du sommet des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Copenhague en décembre prochain. Intitulée « Beds are burning », cette pétition d’un genre nouveau rassemble 60 artistes, destinée à faire pression sur les grandes puissances.

C’est en tant que président du Global Humanitarian Forum, que Kofi Annan, ancien secrétaire de l’ONU, a eu cette initiative. Son organisation a en effet pour but de sensibiliser sur les défis et les problèmes que vont apporter les changements climatiques. « Beds are burning » est disponible gratuitement sur les sites de téléchargements. Une vidéo est également visible sur le site web de la campagne : www.timeforclimatejustice.org.

18:47 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : copenhague;climat, justice réchauffement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

24/09/2009

Pour la vie, contre l'énergie nucléaire, contre la centrale de Fessenheim !

1217879757dza88elise.jpg

Malgré les pressions répétées des autorités, le grand rassemblement européen pour exiger la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et la sortie du nucléaire aura bien lieu à Colmar le week-end des 3 et4 octobre prochains  !

Pour en savoir plus sur le programme du rassemblement et sur les pressions exercées : http://www.fermons-fessenheim.org/

La liberté de manifester, garantie par la constitution française, ne doit pas être bafouée !

Agissez maintenant en interpellant le préfet du Haut-Rhin et le maire de Colmar.

1/ Envoyez un mail et/ou un courrier postal aux adresses ci-dessous. Nous vous proposons le modèle de lettre ci-dessous que vous pouvez personnaliser pour lui donner encore plus de poids.

2/ Téléphonez aux numéros suivants et, si possible, renouvelez plusieurs fois votre appel jusqu'au 3 octobre 2009.
Tel. Préfecture du Haut-Rhin : 03 89 29 20 10 ou 03 89 29 20 00
Tel. Mairie de Colmar : 03 89 20 68 68

3/ Diffusez cet appel par e-mail à l'ensemble de vos connaissances : chacun-e doit se sentir concerné-e par le respect des droits fondamentaux par les autorités !

4/ Pour mesurer l'impact de cette action, n'oubliez pas de nous le faire savoir en nous envoyant un mail à action@fermons-fessenheim.org

Anna Peils.jpg

**********************************************************************************************************************

Lettre/mail

Monsieur le Préfet du Haut-Rhin,

Monsieur le Maire de Colmar

C'est avec stupéfaction que je constate les entraves que vous opposez à la manifestation qui doit avoir lieu le 3 octobre prochain à 14 h, Place Rapp, à Colmar. J'accorde mon soutien entier au Réseau "Sortir du nucléaire" et au Collectif "Fermons Fessenheim" qui l'organisent pacifiquement.

J'entends parler de "restriction de la liberté de manifester", de "parcours impossible pour la manifestation" et de "mise en danger de la sécurité de la population à Colmar à cause d"une violence latente". Issu d'un temps qu'on croyait révolu, on voit réapparaître l'épouvantail de "l'émeutier allemand" pour monter les uns contre les autres, par delà les frontières.

La violence ?

Elle réside à mon sens dans les cancers provoqués par la radioactivité que rejettent les centrales nucléaires, dans les risques d'accidents graves dont celles-ci sont porteuses, dans la prolifération internationale de l'arme atomique que permet la technologie nucléaire civile.

Le 5 septembre dernier, plus de 50 000 personnes se sont rassemblées à Berlin, lors d' une manifestation antinucléaire pacifique couronnée de succès. Aucun débordement n' a été à déplorer.

Seuls EDF et/ou le lobby pro-nucléaire peuvent avoir un intérêt à ce que des débordements violents entachent la manifestation prévue à Colmar, afin de discréditer à peu de frais le mouvement antinucléaire.

Avec inquiétude, je me rends compte qu'en parlant et en écrivant sur la violence, il est possible de la provoquer. C'est malheureusement ce qui se passe actuellement, dans les médias régionaux en Alsace. Cette distorsion dans l' information sert les seuls intérêts d'EDF.

Pacifiquement et consciemment, je soutiens la manifestation européenne qui aura lieu, samedi 3 octobre à 14 h, sur la Place Rapp, contre le danger nucléaire.

Même si vous ne partagez pas l' idéal, que je fais mien, d' une Europe citoyenne sans menace nucléaire, vous avez le devoir de respecter la liberté de manifester et de ne pas y faire obstacle.

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de recevoir mes sincères salutations.

Nom, prénom : Bernard FRAU

Maire de Grand-Couronne 1989-1995
Conseiller Régional Haute-Normandie 1992-1998
Membre de la Délégation Française au Comité des Régions à Bruxelles 1993-1997
Adresse : 1, chemin du Roy 27400 Pinterville
E-mail : bernard.frau@sfr.fr

22/09/2009

Incendie au Grand Orient de France

Selon l’AFP, un incendie s'est déclaré au siège parisien du Grand Orient de France samedi après-midi! D’importants dégâts matériels sont à déplorer.

200px-Leonard_Cohen_2187-edited.jpgC’est, selon la préfecture de police, dans un placard électrique du troisième étage de l'immeuble de la rue Cadet, qui en compte neuf, que le sinistre s’est déclaré. Le feu s'est ensuite développé et s’est propagé par les gaines électriques. Vers 19 heures l’incident était maîtrisé, une enquête est ouverte qui sera menée par la police judicaire.

Le Grand Orient de France, a été créé en 1773 par transformation de la première Grande Loge de France, toujours présente et active, dont la création remonte à 1738. Aujourd’hui ces deux Obédiences Maçonniques françaises rassemblent à elles deux près des 2/3 des 140000 franc-maçon actifs en France répartis dans plus de 4000 loges et une dizaine d’obédiences, dont certaines sont mixtes et d’autres féminines.

Depuis son introduction en France la Franc-maçonnerie a participé activement, à travers l’engagement de ses membres à la vie citoyenne et démocratique du Pays.

300px-Square_and_Compasses_at_Masonic_Memorial_2.jpgParmi ceux de l’époque révolutionnaire on peut citer Mirabeau, Desmoulins, La Fayette, David et Rouget de l’Isle. D’autres plus tard s’illustreront, Jules Vallès et Elisée Reclus durant la Commune, Jules Ferry et Littré au début de la 3ème République.

De par le monde de nombreuses personnalités ont appartenu à la franc-maçonnerie]. Ainsi ont été initiés Benjamin Franklin, Voltaire, Frédéric II, Goethe, Mozart, Georges Washington, Théodore Roosevelt, Simon Bolivar, Salvador Allende, Buzz Aldrin……

Interdite par le régime de Vichy des années quarante, la Franc-maçonnerie sera soumise à une violente, lâche et injuste propagande mensongère des autorités de l’Etat inféodées au maréchal Pétain et aux forces d’occupation allemandes.

La Franc-maçonnerie française, gravement diminuée, ne retrouvera ses droits qu’après la victoire sur l’occupant nazi à la suite d’une initiative du Général De Gaulle.

Si, avant la 2ème guerre mondiale, l’implication et l’influence des francs-maçons dans le champ politique furent réelles et importantes, force est de constater qu’aujourd’hui il n’en est plus tout à fait de même. La Franc-maçonnerie, en général, et les Francs-maçons, en particulier, ne brillent plus au firmament de l’action citoyenne et politique!

declarationdhc.jpgPourtant, à l’heure des remises en cause que nous fait vivre le siècle naissant, le fond philosophique et moral que la franc-maçonnerie depuis sa création propose à l’humanité reste d’une grande modernité.

S’appuyant sur une méthode d’approche qui rejette les dogmatismes et les ségrégations d’où qu’ils viennent, refusant tous les intégrismes et tous les extrémismes, la Franc-maçonnerie grande et belle école de fraternité travaille dans ses loges aujourd’hui comme hier au 18ème siècle à rechercher les voies et moyens de l'amélioration de la condition humaine, du progrès des libertés individuelles et collectives.

Elle forme des hommes et des femmes pour qui la défense de la liberté de conscience et d’expression, la recherche permanente du dialogue pour la paix, la volonté inébranlable de promouvoir la laïcité, liberté essentielle qui conduit à toutes les autres, sont autant de valeurs à porter au cœur la Citée.

Qu’en est-il de cet incendie rue Cadet pour qu’une enquête judiciaire soit décidée?

Faut-il s’attendre pour demain à revivre les années de plomb où l’on a fait croire au peuple français que « le juif, le protestant, le maçon et le métèque » étaient à l’origine d’un complot contre la France ?

Plusieurs signes montrent à l’évidence que les temps actuels sont propices à toutes les dérives et que la plus grande vigilance est de mise.

Souhaitons et Espérons que l’incendie de la rue Cadet ne soit qu’un banal incident de court-circuit électrique et non le signe annonciateur d’un incendie d’une autre nature !

 

 

 

 

 

00:37 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

20/09/2009

COPENHAGUE 2009

ultimatum.gif

Monsieur le Président,


Au mois de décembre de cette année se tiendra à Copenhague le Sommet de l’ONU sur le climat. Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique mondial fondé sur un constat scientifique objectif et ainsi donner une suite au protocole de Kyoto qui soit à la hauteur des enjeux que nous allons devoir tous ensemble affronter dans les décennies à venir. Le résultat de cette conférence dessinera l’avenir climatique de l’humanité. Or comme le rappelait il y a un an le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, « nous sommes au bord d’une catastrophe si nous n’agissons pas ».


Acteurs reconnus de la protection de l’environnement, des droits humains et de la solidarité internationale, conscients des responsabilités qui sont les nôtres, nous avons décidé pour la première fois de parler d’une seule voix pour vous exprimer publiquement notre préoccupation et vous appeler à agir avec ambition et détermination lors de la Conférence de Copenhague. Au regard de l’ultimatum climatique auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui, Monsieur le Président, vous aurez rendez-vous avec l’Histoire en décembre 2009.

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. L’activité humaine en est la cause. Ses impacts se font déjà ressentir en différents points du globe, notamment par la multiplication des catastrophes climatiques. Si nous n’agissons pas maintenant, ils seront sans aucun doute encore plus dévastateurs. C’est le constat sans appel de 2 500 scientifiques du monde entier qui ont reçu collectivement le Prix Nobel de la Paix en 2007 pour leurs travaux sur le phénomène des changements climatiques. Depuis, de nouveaux éléments scientifiques montrent, chaque jour, que le climat se dérègle au-delà des prévisions les plus pessimistes, avec des conséquences bien plus précoces que prévues et d’ores et déjà visibles.


S’il est encore difficile d’évaluer avec précision l’amplitude des impacts, le danger est en revanche déjà certain. Ecosystèmes ravagés, variabilité climatique extrême, hausse du niveau des océans… : les premières victimes de ces catastrophes en chaîne sont les populations déjà vulnérables en Afrique subsaharienne, en Asie centrale, du Sud Est ou dans de nombreux pays insulaires. La sécurité alimentaire, l’accès à l’eau ou à la terre sont gravement menacés et des centaines de millions de personnes risquent d’être poussées à l’exode, grossissant les rangs de ceux que l’on nomme les « réfugiés climatiques ». Dans un monde de crises, nous craignons que la guerre, l’autoritarisme, les inégalités, la misère  et la souffrance humaine prennent encore un peu plus le pas sur la paix, la dignité humaine et la démocratie.


L’urgence climatique nous commande donc d’agir à la hauteur des périls qui sont devant nous. Nous maîtrisons déjà la plupart des technologies nécessaires pour relever le défi d’un mode de développement qui intègrerait à sa juste mesure l’impératif climatique. De plus, cette rupture avec un modèle de développement hérité d’un passé révolu recèle des opportunités d’économies, d’emplois et d’innovations considérables. Encore faut-il que nous prenions la décision politique de le faire.


Tout d’abord, il faut impérativement parvenir à stopper la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2015 avant de les faire décroitre. C’est la seule voie pour limiter le réchauffement des températures bien en-dessous de 2°C, seuil au-delà duquel la capacité à s’adapter de nos sociétés et des écosystèmes est menacée. Pour ce faire, Les pays industrialisés, dont la France, doivent s’engager collectivement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2020 par rapport à 1990.

Mais cela ne sera pas suffisant. Les pays en développement doivent, eux aussi, mettre en place les politiques industrielles, énergétiques et agricoles qui limiteront la croissance de leurs émissions avant de les réduire, sans compromettre leur légitime aspiration au développement économique et social. L’accord de Copenhague devra permettre à ces pays d’évoluer vers des modèles sobres en carbone. Il devra aussi leur permettre de s’adapter aux conséquences inévitables du changement climatique.


Pour nombre d’entre eux, en particulier les plus vulnérables, ces actions ne pourront se faire sans le soutien financier et technique des pays industrialisés. Les besoins d’ici à 2020 sont évalués à plus de 100 milliards d’euros par an. C’est moins de 10% des dépenses militaires mondiales.

Responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui dans l’atmosphère, munis de capacités d’action plus fortes, les pays industrialisés portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat. Monsieur le Président, vous vous devez de prendre la tête de ce combat qui est sans aucun doute l’enjeu de ce siècle. Notre avenir commun dépendra dans deux cents jours des choix politiques qui seront faits.

 

Serge Orru, WWF-France
Pascal Husting, Greenpeace France
François Danel, Action contre la Faim
Olivier Braunsteffer
, Care France

Souhayr Belhassen, FIDH
Nicolas Hulot, Fondation Nicolas Hulot
Anne Bringault, Les amis de la terre
Michel Bruguière
, Médecins du Monde

Luc Lamprière, Oxfam France Agir Ici
Sandrine Mathy, Réseau Action Climat
Michel Roy, Secours Catholique

 

 

 

 

 

 

11:20 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sommet, onu, copenhague, climat, gaz, effet de serre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

26/05/2009

Lettre au Président de l'Association MINGA

L’Europe peut-elle promouvoir la paix et la démocratie sans répondre aux enjeux de la question alimentaire ?

Cette question, avec celle liée à l’accès à l’eau pour tous, est à n’en pas douter la question qui se trouve au coeur du modèle d’être et de vivre qui devra s’imposer, pour demain, à l’échelle planétaire.

Alors comment répondre à cette question ? Tout simplement en posant comme base première de toute réflexion que l’Homme et la Nature constituent la fin et non les moyens des politiques à mettre en oeuvre pour le monde de demain !

Cela impose évidemment une remise en cause du modèle économique égoïste et productiviste qui aujourd’hui laisse 1 milliard de personnes victimes de malnutrition, étruit la biodiversité animale et végétale et pille au seul profit d’une infime minorité suralimentée et malade, matières premières et espaces sensibles?

Que dire de ce système qui actuellement impose à la jeunesse européenne et mondiale un avenir de plus en plus incertain, où l’accès au monde du travail exige de plus en plus de diplôme et de qualification pour des rémunérations qui se réduisent et une précarité qui augmente ? Rien sinon qu’il faut en changer !

La priorité de la décennie qui vient est de faire le choix de trouver les voies et moyens de bousculer l’immobilisme des nantis et des conservateurs de tout poil, pour qui tout changement signifie refus de la remise en cause de leurs acquis !

Il est urgent, notamment pour la jeunesse, de remette en cause, de façon démocratique et maîtrisée, le système destructeur imposé par les Etats-Unis et les grandes institutions - OMC, FMI et Banque Mondiale – dont l’expertise reste fondée sur les théories économiques du marché libre mondialisé adoptées désormais par les grands partis de gouvernement des grands pays qu’ils soient centristes, libéraux ou sociaux démocrates.

Remettre en cause un système mais le remplacer par quel autre système ? D’abord et avant tout replacer l’Homme et la Nature au centre de la perspective, et de là mettre en oeuvre un

«modèle de vivre et d’être» qui s’appuie sur une approche globale de la société, écologiste, moderne, responsable, respectueuse des diversités, des cultures et des territoires.

Un projet écologiste global qui réponde aux aspirations légitimes des 500 millions d’Européens qu’ils soient écoliers, étudiants, artistes, retraités, chômeurs ou en activité quelques soient leurs métiers, fonctionnaires, commerçants, artisans, pêcheurs, agriculteurs, salariés en usine à l’hôpital ou en milieux scolaire et universitaire.

Un projet pour pouvoir vivre honnêtement et tranquillement de son travail, en bonne santé, dans la paix et la sérénité! Les propositions concrètes, contenues dans la lettre ouverte aux candidats « Alimentons l’Europe » sont toutes conformes à ce que les Candidats de L’Alliance Ecologiste Indépendante entendent soutenir et défendre au Parlement Européen de Strasbourg.

Continuer ou changer tel est aussi l’enjeu majeur de la consultation pour lerenouvellement du parlement européen le 7 juin prochain. Cette élection, la première de l’après « clash boursier de 2008 », constitue un despremiers moments de cette révolution tranquille qui doit être menée par tous les citoyens qui refusent de se laisser « embobiner » plus longtemps par les marchands d’illusions de la mondialisation financière.

Les tenants d’un écologisme moderne, non folklorique, non sectaire, se sont regroupés au sein de l’Alliance Ecologiste Indépendante, pour porter ce projet de rupture, que nous sommes nombreux à appeler de nos voeux. Ils se présenteront aux suffrages des citoyens le 7 juin 2009 pour donner une chance au Changement.

Le choix du changement existe, mais il ne pourra s’imposer qu’à la faveur d’une poussée démocratique puissante, dans les urnes. Il s’agit d’abord pour les électeurs de manifester leur volonté en votant massivement !

00:18 Écrit par Bernard FRAU dans 4. Mes engagements | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu